Daily Archives: October 30, 2014

Burkina Faso’s revolution 2.0

Things did not go well with Blaise Compaoré, President of Burkina Faso for last 27 years. Why§? the man wants to change the constitution so that he remains in power forever…he thinks he will still run affairs even after his death!  So many speculations are all over as to why Compaoré wanted this. One of the reasons is tha he fears that once out of the sweet chair, he will face prosecution for the death of his predecessor and cousin Thomas Sankara whom he is alleged to have killed.

A big lesson should be picked up by other dictators who have similar thoughts, especially those who are accused of war crimes. Who comes to your mind? Who else ? Paul Kagame of course.

To follow the Revolution 2.0 click Burkina Faso: Revolution 2.0

En direct: début des manœuvres politiques au Burkina Faso

mediaManifestants à Ouagadougou, Burkina Faso, le 30 octobre 2014.REUTERS/Joe Penney

Le Burkina Faso est en ébullition. Ce jeudi 30 octobre au matin, les députés burkinabè devaient examiner le projet de loi portant sur la révision de la Constitution permettant une nouvelle candidature du président Blaise Compaoré après 2015. Un projet largement contesté. Avant le début de la séance, des manifestants ont réussi à pénétrer dans l’enceinte du Parlement. Depuis, le mouvement de colère a pris de l’ampleur et de violents combats ont eu lieu près de la présidence.

Émission spéciale ce jeudi sur RFI de 17h (TU) à 19h (TU).

Les heures sont données en temps universel

15h30 : Le général Kouamé Lougué est parti, en compagnie du chef d’état-major particulier de Blaise Compaoré, le général Diendéré, vers le palais présidentiel officiellement pour rencontrer le chef de l’Etat.

15h05 : L’autre envoyé spécial de RFI, Frédéric Garat, est au siège de l’opposition burkinabè. Il précise que tous les leaders du mouvement sont présents, signe du début des grandes manœuvres. Des diplomates, et notamment l’ambassadeur de France, se sont aussi rendus au siège de l’opposition pour échanger avec les responsables politiques.

15h02 : Sur l’antenne de RFI, l’envoyée spéciale de RFI Maureen Grisot revient sur le général Kouamé Lougué qui explique qu’il pourrait tout à fait prendre la tête de la manifestation. Il semble soutenu par les milliers de manifestants présents devant le palais présidentiel.

14h50 : Le général Kouamé Lougué se dirige vers le palais présidentiel pour s’entretenir avec le président Blaise Compaoré. A quelques centaines de mètres, son avancée a été de nouveau stoppée et il a été rejoint par le chef d’état-major particulier du président.

14h40 : Selon Maureen Grisot, envoyée spéciale de RFI à Ouagadougou, la garde présidentielle est allée au-devant du général Kouamé Lougué pour lui demander d’arrêter sa marche vers le palais de Kossyam et de laisser un dialogue s’instaurer.

14h32 : L’opposant Bénéwendé Sankara affirme à l’AFP que l’armée burkinabè s’est « soudée avec le peuple » contre le président Blaise Compaoré. Il annonce par ailleurs que des responsables de l’opposition doivent rencontrer prochainement le général en retraite Kouamé Lougué, qui a été chef d’état-major des armées et ministre de la Défense.

14h27 : Sur les réseaux sociaux, de nombreux appels sont lancés aux médecins et autres personnels soignants pour qu’ils viennent dans les cliniques et hôpitaux prendre en charge les blessés.

14h20 : Le chef d’état-major Honoré Traoré s’entretient avec la presse.

13h57 : Selon des responsables de l’opposition contactés par RFI, le président Blaise Compaoré se trouverait toujours au palais présidentiel.

13h55 : Après les militaires, une délégation de la classe politique de l’opposition est allée s’entretenir avec le Mogho Naba (l’empereur des Mossi, ethnie principale du pays) pour faire passer un message à Blaise Compaoré, lui demandant de quitter le pouvoir.

13h50 : Parmi d’autres émetteurs, celui de RFI a été coupé à Ouagadougou lors du saccage de la radio nationale. (Pour capter RFI voir notre tableau en bas de l’article)

13h48 : L’hebdomadaire Jeune Afrique annonce, sur son site internet, la fermeture de l’aéroport de Ouagadougou. Tous les vols au départ ou à l’arrivée de capitale bukinabè sont annulés.

13h15 : La France appelle au calme et à la retenue au Burkina Faso alors que les Etats-Unis font part de leur inquiétude.

12h55 : Tweet de Zéphirin Diabré, l’un des chefs de file de l’opposition : « Nous ne cautionnons pas la prise du pouvoir par la force. Nous voulons juste le respect de la démocratie ».

12h43 : Selon l’envoyé spécial de RFI à Ouagadougou, Frédéric Garat, le frère du président, François Compaoré a été arrêté à l’aéroport.

12h40 : Sur RFI, Bruno Kafondo, député UPC, parti d’opposition, raconte le moment où les manifestants sont rentrés dans l’Assemblée : « On attendait tranquillement en échangeant les uns avec les autres. Puis, les députés qui étaient de la majorité ont commencé à filer de l’Assemblée. Ils venaient d’avoir l’information que des gens étaient en train de défoncer les portes de l’Assemblée nationale. Ils sont arrivés en masse. Ils ont défoncé la balustrade centrale. Et compte tenu du fait que nous sommes des députés de l’opposition et que moi-même je suis d’un certain âge, ils ont dit ” Tonton, il n’y a pas de problèmes, venez “, et ils m’ont conduit plus loin ».

12h35 : Une question est sur toutes les lèvres : où est le président Compaoré ? Des informations contradictoires circulent alors que la foule tente toujours d’entrer à la présidence.

12h30 : En direct sur l’antenne de RFI, le correspondant à Ouagadougou fait le point sur la situation : « Les manifestants sont déterminés. Ils tentent depuis près de deux heures d’entrer dans le palais présidentiel. Il y a encore des tirs ».

12h30 : Une réunion serait en cours entre les responsables militaires et l’empereur des Mossi, l’ethnie majoritaire du pays.

12h25 : Selon un journaliste burkinabè contacté par RFI, il y a des tirs près du quartier des 1 200 logements où il y a eu un mort. Plusieurs chars ont tiré en l’air dans le quartier Ouaga 2 000 près du palais présidentiel.

12h23 : La France regroupe ses ressortissants à son ambassade de Ouagadougou.

12h20 : Zéphirin Diabré, l’un des chefs de file de l’opposition, appelle à la démission du président Blaise Compaoré.

12h00 : Autour du palais présidentiel, le face-à-face entre les forces de l’ordre et les manifestants dure depuis une heure, selon notre correspondant à Ouagadougou, Yaya Boudani.

11h50 : Un habitant de Bobo Dioulaso, contacté par RFI, confirme la situation tendue dans la ville. Des manifestations ont commencé ce matin de manière dispersée avant que des incendies n’éclatent au siège du parti au pouvoir, à la mairie et à plusieurs domiciles de responsables politiques.

11h45 : Le site d’information Burkina24 témoigne d’une situation confuse à Bobo Dioulasso, la deuxième plus grande ville du pays.

11h36 : Selon plusieurs témoignages circulant sur les réseaux sociaux, des manifestants auraient tenté d’envahir le domicile du frère du président Compaoré. Les forces de l’ordre auraient alors tiré dans la foule. Aucun bilan n’est encore disponible.

11h30 : Pour l’un des leaders de l’opposition, Bénéwendé Sankara, le président Compaoré doit « tirer les conséquences » de l’assaut contre l’Assemblée à Ouagadougou.

11h17 : Selon un journaliste de l’AFP, il y aurait un mort parmi les manifestants. Depuis quelques minutes, une information similaire circulait sur les réseaux sociaux évoquant un décès par balle dans le quartier des 1 200 logements.

11h10 : Selon des témoins sur place, des flammes s’échappent du bâtiment de l’Assemblée nationale, saccagé plus tôt dans la matinée par les manifestants.

11h00 : Frédéric Garat, envoyé spécial de RFI à Ouagadougou, évoque le saccage de l’hôtel Azalaï Indépendance par les manifestants. Désormais, les protestataires se regroupent vers le centre-ville.

10h50 : Dans un communiqué officiel, le gouvernement du Burkina Faso appelle au calme et à la retenue.

10h45 : Interrogé par RFI, le porte-parole du gouvernement, Alain-Edouard Traoré confirme l’annulation du vote du projet de loi. Un vote qui devait avoir lieu ce jeudi. Mais il ne donne aucune information sur une possible annulation du projet de loi portant sur la modification de la Constitution.

10h35 : Pour Ablassé Ouédraogo, député de l’opposition, la situation est grave : « Nous n’étions pas encore dans l’hémicycle quand l’Assemblée a été prise d’assaut. Le Burkina Faso est en train de sombrer dans le chaos. Ce n’est pas organisé et tout peut arriver. Si on nous avait écoutés, on aurait pu éviter tout cela ».

10h25: Selon le site d’information Burkina24, les locaux de la RTB-télé ont été saccagés par les manifestants et celle-ci a cessé d’émettre.

10h: La situation est extrêmement tendue devant l’Assemble nationale qui est toute enfumée. Depuis ce matin, les manifestants avaient tenté par tous les moyens d’y accéder et finalement vers 09h30 TU, ils ont réussi à pénétrer à l’intérieur de l’hémicycle. Les députés sont parvenus à s’échapper par une porte de secours se situant derrière le bâtiment du Parlement.

Sur place, les manifestants ont tout saccagé et incendié des véhicules avant de se diriger vers la télévision nationale du Burkina Faso où ils entendent faire une déclaration. Aux alentours du Parlement, il y a toujours des détonations et certains protestataires affrontent toujours les forces de l’ordre.

Les forces de sécurité du Faso, la force d’élite, ont d’abord tiré en l’air pour essayer de disperser les manifestants, mais face à leur détermination, le service de sécurité présidentielle a libéré le passage. Maintenant, ces forces de l’ordre sont du côté de la télévision nationale pour protéger le bâtiment.

Actuellement, les manifestants se sont dispersés dans la ville en scandant « Libérez Kossyam », du nom du palais présidentiel. Smokey, l’un des chefs de file du Balai citoyen, estime qu’en empêchant le vote, l’objectif du jour est atteint et n’encourage pas les manifestants à se diriger vers le palais présidentiel.

ISHYAKA ISHEMA RY URWANDA RISESEKAYE I KAMPALA: Rubyiruko nituve hasi !

Par:Nelson Ntawurineza

Bayobozi bakuru b’ Ishyaka Ishema ry’ u Rwanda,

08 Rue Charles Yvray,

France.
Impamvu: Kumenyekanisha Ikipe Ishema.
Bayobozi,

Twebwe urubyiruko rw’ abanyarwanda baba mu gihugu cya  Uganda,

(1)Nyuma yo gusesengura no kunenga imikorere mibi kandi igayitse y’ ubutegetsi bubi bwa Leta ya Kigali  iyobowe n’ umunyagitugu Paul KAGAME n’ Agatsiko-Sajya ke  kigaruriye  umutwe wa FPR-INKOTANYI, akaba ari na we mwanzi wenyine duhanganye  muri ibi bihe bikomereye abanyarwanda baba mu Rwanda no hanze yarwo;

(2)Nyuma yo kwicengezamo indangagaciro z’ Ishyaka Ishema ry’ u Rwanda ari zo: UKURI-UBUTWARI-UGUSARANGANYA;

(3)Nyuma yo kuyoboka Ishyaka Ishema ry’ u Rwanda nk’ umutwe wa Politiki uzahirika buriya butegetsi bw’ igitugu binyuze mu nzira y’ amahoro, hashingiwe gusa ku ngufu z’ubushake n’ukwiyeneza by’abenegihugu barambiwe AKARENGANE;

(4)Nyuma kandi yo kwipakurura kuri buriya butegetsi kuko twasobanukiwe neza ko  butuganisha mu isi irindimuka;

(5) Nyuma yo kwicengezamo ingengabitekerezo ya demokarasi isesuye yatwemeje bidasubirwaho ko:

*nta wavukanye imbuto; ko nta bavukiye gutegeka ngo abandi bavukire kubabera abagaragu;

*ko ubutegetsi bwose buri mu maboko ya rubanda ;

*ko natwe ubwacu dushobora kugirirwa icyizere na rubanda tugatorwamo abategetsi baharanira inyungu za rubanda;

*ko hakenewe indi “generation” nshya y’abanyapolitiki aho gukomeza kwihambira ku bitekerezo bishaje n’abategetsi bacyuye igihe;

*Ko twebwe urubyiruko ari twe tugomba kwishakamo Abalideri bazadufasha kubakira u Rwanda ejo hazaza heza kandi hanyuze abenegihugu bose;

Tubandikiye tubasaba gutangaza ku mugaragaro IKIPE ISHEMA YA KAMPALA/Uganda twatangije mu mezi ashize, ubu tukaba tubona ko imaze gushinga ibirindiro.

Nyuma yo gushiruka ubwoba, tukiyemeza kuba Abataripfana b’ Ishyaka Ishema ry’ u Rwanda no kwisuganya mu Ikipe Ishema,dutoranyije uyu NTAWURINEZA Nelson ngo ahagararire Ikipe yacu kuko tumwemeraho ubutwari, umwete,ubupfura,ubunyangamugayo no kuba atazadutenguha muri uru rugamba .

IMPAMVU TWAHISEMO ISHYAKA ISHEMA RY’ U RWANDA

Twafashe umwanya uhagije wo kumenya Ishyaka Ishema ry’ u Rwanda bityo tunyurwa n’uko rishyize imbere indangagaciro eshatu(3) ari zo: UKURI-UBUTWARI-UGUSARANGANYA.

Twakiriye neza umwimerere w’Ishyaka Ishema nk’ umutwe wa Politiki watangije uru rugamba rwo guhindura ubutegetsi binyuze mu nzira y’ amahoro kuko ari yo yonyine itazagira ingaruka mbi ku buzima no ku mibereho y’ abanyarwanda.

Natwe turashimangira ko umuco wo KWITURAMIRA  udashobora guhirika  ubutegetsi bw’ igitugu; mbese nk’ubw’ umunyagitugu Paul KAGAME.

Bityo rero duteye iyi ntambwe nk’ Abataripfana ngo dusobanurire abanyarwanda cyane cyane urubyiruko gahunda nziza Ishyaka Ishema ry’ u Rwanda ribafitiye zigamije kubakiza ingoma y’ igitugu no kwisubiza ishema ribakwiye.

Dushingiye ku KURI, tuzagaragaza ibikorwa bigayitse Leta ya Kigali ifite ibiganza bijejeta amaraso y’ abanyarwanda,yakoreye abanyarwanda  maze dusobanure gahunda nziza zinyuranye Ishyaka Ishema ry’ u  Rwanda rifitiye abanyarwanda bose kandi twiteguye gutanga ibisobanuro ku mpungenge zizagaragazwa na rubanda izaza idusanga.

Tuzagaragaza UBUTWARI dutsinda iterabwoba, twamagana ishimutwa n’ itotezwa byagizwe umuco na Leta ya Kagame , tuzafasha abanyarwanda kuva mu bwoba bityo bahagurukire guharanira ishema ryabo bambuwe. Twiyemeje kudaheranwa n’ubwoba bw’urupfu  n’izindi ngorane zose tuzi ko dushobora guhura na zo muri iyi gahunda.

Turizeza kandi abanyarwanda ko UGUSARANGANYA  ibyiza by’ igihugu ntawe uhejwe ari intego ndakuka tuzaharanira mu Ishyaka Ishema ,bityo hakosorwe umuco mubi wabaye karande mu Rwanda w’uko ibyiza byose by’igihugu byikubirwa n’agatsiko cyangwa akazu k’abanyandanini n’  abanyamaboko, ku buryo  buri munyarwanda wese azibona muri izi mpinduka duharanira.

NTAWURINEZA NELSON NI MUNTU KI?

NTAWURINEZA Nelson ni umunyarwanda ukomoka mu mudugudu wa KAMATARE,akagari ka CYIMPINDU, umurenge wa KILIMBI, akarere ka NYAMASHEKE, intara y’ UBURENGERAZUBA. Amashuri abanza yayigiye kuri E.P.CYIMPINDU(1998-2003), ayisumbuye ayigira kuri Ecole Secondaire de Tyazo(2004-2009, Tronc Commun&Option) aho yigiye ibijyanye n’ Indimi n’ Ubuvangazo(Lettres). Ubu akaba akomereje amasomo ye muri Mount Kenya University(MKU).

Imirimo yakoreye igihugu ni ukuba Umurezi muri G.S. KILIMBI (2010)no muri E.S.Tyazo (2011-2013).Nyuma yakoze muri Unicef ku KACYIRU i Kigali, Ebenezer House, 1370 Umuganda Boulevard(2013). Uyu NTAWURINEZA Nelson usigaye uba mu buhungiro mu guhugu cya Uganda kuva muri 2013, yipakuruye rugikubita ku butegetsi bw’ igitugu bwa Leta ya FPR, yanga kwitabira gahunda zose zari zigamije gutera inkunga politiki yubakiye ku gitugu, ikinyoma, ubujiji, iterabwoba, munyangire no kwikubira ibyiza byose by’ igihugu,  y’umunyagitugu Paul KAGAME n’ishyaka rye rya FPR-INKOTANYI. Ni umwe kandi mu bagerageje kurwanya ishyirwaho ry’ Ikigega cyiswe Agaciro (Agaciro Development Fund), ikigega kitagira Umucungamari (Manager)cyangwa Umugenzuzi (Auditor),  kibereyeho kunyunyuza imitsi y’ abaturage gusa, amafaranga acyinjiyemo akazimirira mu mifuka ya Paul kagame n’Agatsiko ke.

UMWANZURO

”Mwanyu ni mwa nyoko, mwa nyina w’ undi ni mwa nyiranyenga”.

Nta cyiza cyo kuba mu buhungiro ugira kandi uzi aho uvuka. Ntawe utabona neza ko abanyarwanda babayeho nk’ ihene irishiriza ku kiziriko. Twakiriye neza ko Ishyaka Ishema ry’ u Rwanda ryanze umuco wo KWITURAMIRA uhuriweho n’ abaturage benshi kimwe n’uwo kwibeshya ko waba ukoze neza mu guhihibikanira guhirika ubutegetsi bw’ igitugu unyuze mu nzira isesa andi maraso y’abanyarwanda. Dutewe ishema n’uko Ishyaka ryacu ryahisemo INZIRA Y’ AMAHORO (Lutte pour la paix par la voie de la Non-Violence Active) kugira ngo rirengere abanyarwanda rugufi.

Abanyarwanda rero cyane cyane urubyiruko rw’abahungu n’abakobwa turahamagarirwa gufata iya mbere tugatanga umuganda wacu mu rugamba rwo gusezerera ingoma y’ igitugu iyobowe na Jenerali w’umwicanyi kabuhariwe witwa Paul KAGAME. Nituve hasi dukore ibishoboka byose kuko nta wundi uzitanga mu mwanya wacu mu rugamba rwo guhindura amateka amabi n’ ameza yaturanze. NTA WUNDI UBITUBEREYEMO !

Turizera tudashidikanya ko iri shyaka Ishema ry’ u Rwanda rigiye kuba imbarutso y’ impinduramitegekere mu Rwanda no ku banyarwanda.

Ishema ni iryawe Rubyiruko.
Bikorewe i Kampala, kuwa 27 Ukwakira 2014

Mu izina ry’Ikipe Ishema ya Kampala,

NTAWURINEZA Nelson,Umuyobozi.
nelsontawurineza@gmail.com.