Daily Archives: April 28, 2015

SPECIAL BURUNDI :Ikibazo cy’Uburundi cyabonerwa umuti bwangu Kagame aramutse atabyivanzemo!

Ubu amahanga yose ahanze amaso igihugu cy’Uburundi kubera ibihe bikomeye cyinjiyemo. Twese twashimaga intambwe nziza Abarundi bamaze gutera mu bworoherane na Demokarasi none dore byose bigiye kuba impfabusa ! Kuba Perezida Petero Nkurunziza yongeye gutangwaho umukandida n’ishyaka rye kugira ngo abe yatorerwa kuba umukuru w’igihugu ubwa gatatu byarangije kuba ikibazo kitoroshye. Abakomeye ku masezerano ya Arusha yemeza ko nta mukuru w’igihugu ugomba kurenza manda ebyiri bahagurukije rubanda ijya mu mihanda . Akaduruvayo katangiye, abenegihugu batangiye guhunga, gufungwa, gukubitwa, gukomereka ndetse no kwicwa .

N’ubwo ariko bigaragara ko umutekano utifashe neza muri iki gihe, ikibazo cy’Uburundi kiramutse kireba Abarundi bonyine, nticyivangwemo n’abanyamahanga, benecyo bashobora kukibonera igisubizo gikwiye bidatinze. Hari inzira eshatu zasubiza iki kibazo mu buryo bwihuse.

1.Perezida Nkurunziza aramutse yemejwe n’urwego rubishinzwe nk’umukandida, ashobora gukoresha inzego z’umutekano z’igihugu agakanda abigaragambya, akagarura umutekano, ibintu bigasubira mu buryo, amatora y’umukuru w’igihugu agakorwa uko ateganyijwe.

Gusa rero kugira ngo iyi nzira ikundire Petero Nkurunziza byaterwa n’uko Opozisiyo igize intege nke, ntikomeze imyigaragambyo . Kuko iyi myigaragambyo ikomeje kongera ingufu ishobora kubyara Revolisiyo ya rubanda Petero Nkurunziza akagamburuzwa , amahanga akamukuraho amaboko, agahunga, agafungwa cyangwa akicwa , mbese akavanwa ku butegetsi n’ingufu za rubanda. Hari ahandi biherutse kuba,  kandi Abarundi ntibabiyobewe !

Muri iki gihe Petero Nkurunziza agomba gutekereza bihagije, agashyira mu gaciro inzira zikigendwa. Ubwo abaturage batangiye kwicwa , ni we byose bizajya ku mutwe (Responsabilite criminelle). Mu gihe azaba avuye ku butegetsi ku ngufu, yitegure ko azaruhukira La Haye, buriya icyumba cye cyatangiye gutegurwa !

2. Petero Nkurunziza ashobora gutanga imihoho, hakagenwa umukandida mushya wa CNDD-FDD

Kugena undi mukandida wa CNDD-FDD byagabanya ubukana bw’imivu y’amaraso ariko ntibihagije ngo igisubizo kibe kibonetse. Ndasobanura impamvu. Koko rero n’ubwo Opozisiyo ivuga ko irwanya kandidatire ya Petero Nkurunziza, ifite ibindi bibazo bibiri biyikomereye kurushaho.

Icyambere ni uko Ishyaka CNDD-FDD rigikomeye cyane kuko rigikunzwe n’abaturage benshi bazi aho ryabakuye. Nta gushidikanya, iri shyaka rishobora rwose kongera gutsinda aya matora yo 2015,  n’iyo yaba mu mucyo , nta kwiba amajwi kubayeho. Ibi ntibyabura gutera Opozisiyo ubwoba.

Icyakabiri ni uko tudakwiye kwibagirwa ukuntu Opozisiyo yanze kwitabira amatora yo mu 2010 , ikikura ityo mu kibuga,  bigaha CNND-FDD gutsinda ayo matora no kwigarurira imyanya yose y’ingenzi y’ubuyobozi bw’igihugu. Kubera iyo mpamvu, kugeza n’uyu munsi  Opozisiyo igerageza kwirwanaho ariko igasa n’ikinira hanze y’ikibuga . Intege nke ifite ni aho zituruka . Icyifuzo cya Opozisiyo y’Uburundi muri iki gihe,  n’ubwo itacyatura neza ngo ikivuge, si ukwishora mu matora izi neza ko izatsindwa!

3.Gushyikirana na Opozisiyo hagashyirwaho Leta y’inzibacyuho ihuriweho n’amashyaka menshi.

Mu by’ukuri iyi niyo nzira abenshi mu bagize Opozisiyo bifuza . Kandi birumvikana. Kuko Opozisiyo ibashije kwinjira mu butegetsi nibura amezi nka 18 yabona uburyo bwo kwiyubaka, ikazajya mu matora nayo yaratoye agatege.

Iyi nzira ifite akamaro cyane kuko yaha Petero Nkurunziza inzira yiyubashye yo gusohoka (sortie honorable) nyuma y’inzibacyuho atagombye kugaragurwa mu byondo  kandi na Opozisiyo ikabyungukiramo.

Abakunda Uburundi bakaba babwifuriza icyiza n’amahoro bakwiye gutekereza bwangu , bagafata icyemezo bidatinze kugira ngo badaha rugari akaduruvayo ba Rusahuriramunduru batazabura kubyaza umusaruro mu nyungu zabo bwite.

IKIBAZO GIKOMEREYE UBURUNDI KIGIYE GUTURUKA MU RWANDA….

Inzira eshatu tuvuze haruguru zagira agaciro mu gihe Paul Kagame yaba ativanze mu bibazo by’Uburundi. Gusa rero hari ibimenyetso simusiga bitari bike byerekana ko Perezida w’u Rwanda Paul Kagame na we uriho gushakisha IMPAMVU yo kwihambira ku butegetsi mu 2017, yarangije gupanga uko yakwifashisha akaduruvayo ko mu Burundi, we ubwe yiteguye kugiramo uruhare…

Tuzabikomerezaho ubutaha.

BIRACYAZA…

Padiri Thomas Nahimana.

Umukandida w’ Ishema Party,

Mu matora ya Perezida yo mu 2017

Pour le Professeur Reyntjens, le feu burundais, est un feu régional

Scénarios pour le Burundi par le Professeur Filip Reyntjens

filip

La question quant au droit du président burundais Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat lors des prochaines élections présidentielles de juin suscite de vives tensions qui ont déclenché un flux croissant de réfugiés vers les pays voisins. Elle est même parvenue à diviser le parti au pouvoir le CNDD-FDD.

Avant de se pencher sur les scenarii possibles pour le Burundi dans futur immédiat, ce papier aborde brièvement la question constitutionnelle. Deux articles de la Constitution de 2005 sont concernés. L’article 96 dispose que “Le Président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans renouvellement une fois”. L’article 302 qui figure à la section intitulée « Dispositions particulières pour la première période post-transition » est ainsi libellé : « A titre exceptionnel, le premier Président de la République de la période post-transition est élu par l’Assemblée nationale et le Sénat réunis en Congrès, à la majorité des deux tiers des membres ». Les défenseurs du troisième mandat avancent que le mandat 2005-2010 “ne compte pas” puisque Nkurunziza n’a pas été élu au suffrage universel en 2005. Par conséquent, le mandat 2015-2020 constitue le deuxième et aucunement le troisième. Même si ces pro-troisième mandat ont le bénéfice d’une certaine ambigüité constitutionnelle, leur position est intenable pour au moins deux raisons, sans même devoir invoquer les Accords de paix d’Arusha de 2000 comme certains le font. Un: l’article 302 est une disposition temporaire portant uniquement sur la période 2005-2010. Elle n’est plus en vigueur et ne peut dès lors être invoquée aujourd’hui. Deux et surtout : alors que l’article 96 dispose du nombre de mandats, l’article 302 traite simplement de la modalité de l’élection 2005. Il ne concerne en rien d’autres aspects de la fonction présidentielle, notamment le nombre de mandats. Essayons une démonstration par l’absurde: si la modalité de l’élection présidentielle était amendée, cela signifierait-il que Nkurunziza peut se présenter pour un autre mandat ?

J’aborde maintenant les scenarii spéculatifs cela s’entend qui vont de souhaitables à catastrophiques. Ils sont présentés à titre d’alerte pour montrer que le Burundi peut devenir dans un proche avenir une très dangereuse boîte de Pandore pour la région des Grands-Lacs.

Un. Le CNDD-FDD propose un autre candidat que Pierre Nkurunziza. Le parti dispose de beaucoup de prétendants compétents qui formeraient des présidents convenables (d’autres personnes possibles constitueraient cependant des candidats moins convenables ; Nkurunziza pourrait être tenté par le scénario Putin-Medvedev avec eux). Compte tenu de la grande popularité du CNDD-FDD quoique entamée par la mauvaise gouvernance et les récentes dissensions provoquées par la question du troisième mandat, ce candidat remporterait probablement les élections, même si les élections sont libres et équitables. Comme le stipule la Constitution, Nkurunziza devient alors Sénateur à vie et une personnalité respectée, au pays et à l’étranger, pour sa sage décision et pour avoir privilégié le bien de la nation. Si le candidat proposé est choisi par consensus, le CNDD-FDD retrouve son unité et redevient la principale force politique incontestée et incontestable du pays.

Deux. Le CNDD-FDD propose Pierre Nkurunziza. Il appartient aux institutions compétentes (la Commission électorale nationale et vraisemblablement la Cour constitutionnelle) de déterminer si cette candidature est constitutionnellement admissible, décision à laquelle l’on peut s’attendre à moins que ces dernières ne fassent montre d’une indépendance inhabituelle. L’opposition, les média, la société civile et l’Eglise catholique se mettent à protester. Les manifestations sont organisées à Bujumbura et dans d’autres villes. De nombreux manifestants sont arrêtés et certains sont tués. La communauté internationale condamne et menace de prendre des sanctions. Les élections sont malgré tout organisées, de façon plus ou moins ordonnée et Nkurunziza est élu. Le régime réprime les manifestations, devient autoritaire et agit comme si de rien n’était. La fatigue et la répression finissent à vaincre l’opposition interne et la communauté internationale qui reprend progressivement l’aide après une suspension momentanée. Le CNDD-FDD se divise en deux factions.

Trois. La candidature de Nkurunziza est violemment contestée. Un grand nombre de manifestants sont tués dans les villes et les opposants à Nkurunziza sont pris pour cibles en ville et à la campagne par la jeunesse du parti CNDD-FDD, les Imbonerakure et les anciens combattants du mouvement. Les factions du CNDD-FDD entrent dans des affrontements violents. La police soutient Nkurunziza, mais l’armée se divise. Les soldats pro et anti-Nkurunziza au sein des unités, ou entre unités, se mettent à se battre. Les politiciens de l’opposition et les membres de la société civile fuient le pays ou entrent dans la clandestinité. L’état de siège est proclamé, et les élections sont reportées sine die.

Quatre. Les dirigeants de l’ancien CNDD-FDD, comme ceux qui se sont opposés à la candidature Nkurunziza et l’ex-président du parti, Hussein Radjabu, ainsi que le FNL aile-Rwasa entament de nouvelles rébellions. Ils récupèrent les armes laissées “en réserves” pendant le processus DDR et se mettent à combattre le CNDD-FDD de Nkurunziza, la police et les éléments pro-Nkurunziza de l’armée. Ils cherchent à constituer des alliances avec les unités de l’armée anti-Nkurunziza. Les combats se déclarent rapidement entre les différents groupes armés de l’opposition pour s’accaparer le plus de territoire possible. Des centaines de milliers se réfugient à l’étranger, tandis que d’autres centaines de milliers deviennent des déplacés internes sans accès humanitaire.

Cinq. Les restes des groupes rebelles de la RDC entrent dans la mêlée. Ils traversent la plaine de la Rusizi, attaquent Cibitoke et Bubanza et avancent sur Bujumbura. La rébellion rwandaise du FDLR saisit l’occasion créée par le chaos burundais et lancent des attaques au Rwanda, avec comme base d’assaut et de repli le Nord-Ouest du Burundi. Quelles soient vérifiées ou pas, des informations affirment qu’un nombre croissant de Tutsi burundais sont ciblés. En application d’une éventualité qu’il a publiquement annoncée quelques mois auparavant, Kagame donne ordre à l’armée rwandaise de contrer cette évolution jugée inacceptable par le régime de Kigali. Les Forces de défense rwandaises entre au Burundi pour intervention appelée « opération humanitaire » visant à « lutter contre le génocide ». Le Rwanda déclare qu’il va restaurer l’ordre après une courte campagne militaire. Les réfugiés et les déplacés intérieurs sont pris entre les feux de plusieurs forces combattantes sur un espace militaire très confus, sans lignes de front claires ni côtés en guerre évidents.

Six. La guerre civile s’étend sur le territoire congolais. Ni l’armée congolaise ni la Monusco ne sont capables de contrôler la situation. Plusieurs milices existantes mais semi-dormantes organisent des opérations « d’autodéfense » au Sud-Kivu. Elles établissent des zones autonomes et créent des enclaves dépourvues de toute présence du gouvernement central. Les troubles se propagent rapidement dans le Nord-Kivu où la rébellion M23 reprend ses actions militaires avec le soutien ouvert ou clandestin du Rwanda. Le conflit burundais est alors devenu une crise réellement régionale qui affecte trois pays et vraisemblablement des millions d’innocents – encore une fois.

Evidemment, ces scenarii peuvent ne jamais se réaliser et s’avérer une pure fiction politique, genre avec des si… Les scenarii sont en fait très peu probables, sauf le premier et le deuxième et peut-être le troisième. Ce sont les décisions prises par les acteurs, très souvent au hasard et en réponse à des menaces ou à des occasions, qui vont déterminer l’évolution de la situation. Cependant, ce papier vise à sonner l’alerte sur un très grave danger immédiat. Ce danger commence avec la décision du président Nkurunziza de briguer un troisième mandat présidentiel. Et c’est là que la ligne rouge doit être tracée. La communauté régionale et internationale doit par conséquent dire très clairement que cela est inacceptable et que la conséquence sera des sanctions extrêmement sévères contre Nkurunziza et ceux qui le soutiennent dans cette aventure potentiellement mortelle. Ces sanctions ne doivent pas s’appliquer uniquement au régime en place mais aussi aux figures de l’opposition qui empruntent des stratégies inadmissibles et dangereuses de tension et de violence. Des actions de médiation devraient venir en premier lieu, suivies par des mesures ciblées comme le refus de visas et le blocage des comptes bancaires ainsi qu’un avertissement préventif de la Cour pénale internationale. Une annonce à tous les acteurs qu’ils sont passibles de poursuites judiciaires, comme ce fut le cas il y a quelques temps avec la République centrafricaine.

Professeur Filip Reyntjens

​Le modèle rwandais en question.

​Le modèle rwandais en question
De l’image du génocide à celle du Rwanda que nous connaissons aujourd’hui, il y a eu un travail admirable qui s’est effectué. Bien que 40% des rwandais vivent en dessous du seuil de pauvreté et que le pays est confronté à un sérieux problème de surpopulation, il enregistre cependant ces dernières années, des taux de croissance remarquables de l’ordre de 7 à 8% et connait une ruée impressionnante vers ses universités qui est passée de 3.000 avant le génocide à 80.000 étudiants de nos jours. Le Rwanda aujourd’hui, c’est aussi une vision économique et politique claire et des actions efficaces effectuées dans une dynamique sociale et holistique qui prend une forme que la communauté Africaine lui envie de plus en plus.
Apprendre du passé et s’ouvrir au monde  des affaires
L’une des pages notoires qu’écrit actuellement le pays se trouve être l’impressionnante décision de tourner la page française de son histoire pour en ouvrir une nouvelle tournée vers la renaissance socioculturelle et politico-économique à travers une langue officielle totalement différente : celle de Shakespeare.
Le Français fut introduit en tant que langue officielle par la Belgique en 1890. Deux ans après la fin du génocide au Rwanda, le Front Patriotique Rwandais prit le pouvoir et déclara l’anglais comme langue officielle avec  le kinyarwanda et le français. Ainsi, entre 1996 et 2008, les écoliers de cours moyens et ceux du secondaire étaient supposés être en mesure d’utiliser l’anglais ou le français comme langue d’instruction et utiliser le kinyarwanda et les autres langues comme matières. Les étudiants de niveau universitaire étaient supposés étudier en anglais aussi bien qu’en français. En 2009, une réforme considérée soudaine par la plupart des observateurs, fut adoptée sous le leadership du président Paul Kagamé. Cette réforme prôna que l’instruction dans les écoles serait dorénavant faite exclusivement en langue anglaise. Toute autre langue enseignée devenait donc une matière comme les autres.
L’anglais est considérée aujourd’hui comme la langue du progrès, celle des affaires, de la technologie mais surtout celle qui est perçue par les rwandais comme étant la langue qui leur permet de se départir du colonialisme de la Belgique et de la France ; celle qui leur permet de faciliter le négoce avec l’Afrique du Sud, la Tanzanie, l’Ouganda, le Burundi, le Kenya mais aussi les Etats-Unis et la Grande Bretagne. En réalité, le Rwanda a souvent accusé ses anciens colons d’avoir participé au génocide entre les Tutsi et les Hutus qui a emporté plus de 800.000 rwandais en 1994.
L’adoption de l’anglais leur permet de reconstruire une identité politique et culturelle qui élude l’ethnicité et transcende les valeurs d’unité nationale. La ferme résolution du président Rwandais à atteindre cet objectif fut clairement démontrée lorsqu’il répondit à des accusations de terrorisme, de part sa présumée implication dans l’abattement de l’avion de l’ancien président Habyarimana, en fermant le centre culturel français, l’ambassade de France et en enlevant la Radio France Internationale (RFI) des ondes Rwandaises.
Grâce à la ferme volonté politique et l’efficacité des systèmes supports mis en place, le Rwanda se trouve aujourd’hui classé deuxième en terme de facilité de faire des affaires sur le continent après les îles Maurices; Transparency International considère le pays comme le moins corrompu de sa région (49ème  mondialement).Langue et développement
L’une des pages notoires qu’écrit actuellement le Rwanda se trouve donc être l’impressionnante décision de tourner la page française de son histoire pour en ouvrir une nouvelle tournée vers la renaissance socioculturelle et politico-économique à travers l’adoption de l’anglais en plus de la langue nationale qu’est le Kinyarwanda. Bien que le one-size-fits-all soit de moins en moins réaliste à l’heure actuelle, il y des leçons qui peuvent être tirées du modèle rwandais.
Par la promotion du Kinyarwanda qui est une langue découlant du kiswahili, le Rwanda se positionne clairement comme un Etat qui promeut son identité nationale. Cette langue nationale permet également de rendre moins pénible l’alphabétisation des couches sociales analphabètes qui, en tant qu’agents économiques s’évertuent à améliorer leur niveau d’instruction et ainsi faciliter leur intégration dans un siècle dominé par les nouvelles technologies d’information et de communication, ne serait-ce que par la maîtrise de la langue nationale dans laquelle ils savent déjà très bien articuler leurs idées. De 6% en 2006, Il est estimé aujourd’hui qu’environ 60% des rwandais ont désormais accès aux téléphones portables et des efforts sont faits pour intégrer le Kinyarwanda dans la politique ICT mise en place à l’horizon 2020.
Le président américain Bill Clinton a certainement remporté les élections présidentielles en 1992 grâce à sa phrase culte ‘’It’s economics, stupid !’’. Pourtant, nombre d’observateurs de l’Afrique aujourd’hui s’accordent à dire que le développement du continent n’est pas forcément qu’une question d’économie. Les pays africains ne se développeront pas en réussissant des prouesses économiques mais en se transformant plutôt en entités politiques ayant des Etats fonctionnels. Le capital social et le capital humain auront un rôle essentiel à jouer dans un système où les Africains devront s’engager à contribuer effectivement au bien-être de leurs voisins.
Bien qu’il n’y ait aucun lien direct de causalité entre la langue d’instruction et le développement d’un pays, de nombreuses recherches suggèrent que l’apprentissage en langue maternelle au cours primaire pèse suffisamment lourd dans la balance en ce qui concerne le niveau d’instruction futur qu’une personne peut espérer atteindre. Une instruction réussie en retour peut contribuer à la réduction de la pauvreté lorsque les mesures et systèmes adéquats d’accompagnement sont mis en place. En adoptant le kinyarwanda comme langue nationale d’enseignement depuis le primaire entre 1996 et 2008, le Rwanda avait défié temporairement la règle selon laquelle l’Afrique est le seul continent au monde où la plupart des écoliers débutaient leur instruction dans une langue qu’ils ne comprennent pas bien et qui n’est pas la leur. L’héritage vernaculaire du Rwanda le place dans une position unique. En effet, le Kinyarwanda qui est la seule langue vernaculaire rwandaise, est parlé par environ 90% de la population.* Membre d’IMANI Francophone dont il coordonne les activités du programme béninois
Article publié en collaboration avec le think tank
Ghanéen IMANI
Par Alan Akakpo
Mercredi 25 Mars 2015

UN inquiry: Rwandan peacekeepers used ‘excessive force’ in fatally shooting 3 Mali protesters

UNITED NATIONS (AP) — Members of a U.N. police unit in the West African country of Mali used “unauthorized and excessive force” in fatally shooting three civilians and wounding four others during a protest in January, the U.N. announced Thursday, April 2, 2015. It was one of the most serious incidents of violence by peacekeepers in the past decade.

Secretary-General Ban Ki-moon “expresses his deepest apologies” to the victims and their families and is committed to ensuring justice for them, the statement said.

The U.N. statement did not mention the nationality of the peacekeepers, who are from Rwanda, a major U.N. troop contributor. They will be repatriated in the next few days, U.N. peacekeeping chief Herve Ladsous told reporters.

It will be up to Rwanda to take action to hold them accountable.

Up to four peacekeepers were implicated in the shooting, and families of the victims will receive compensation, said Radhia Achouri, a spokesman for the U.N. mission in Mali, known as MINUSMA.

The findings are based on an independent inquiry that Ban launched after the shootings in the northern city of Gao. The U.N. shared the findings Thursday with families of the victims and with Malian authorities.

“The chief of MINUSMA offered condolences,” said Habiboulaye Ousmane Maiga, an uncle of Amadou Mahamadou, one of the protesters killed. The uncle said he was content with the fact that the mission had acknowledged its errors.

Ladsous, who briefed the Security Council about the inquiry on Thursday, did not say what assurances Rwanda had given that it would take action against the peacekeepers. Rwanda’s mission to the U.N. had no immediate comment.

Mali’s northern half came under control of al-Qaida-linked Islamic extremists following a military coup in 2012. A French-led intervention in early 2013 scattered the extremists, but the country is growing increasingly unstable, and U.N. troops are struggling to maintain peace, with 46 troops killed so far.

Peace talks continue with a coalition of armed groups seeking autonomy for Mali’s north, international mediators and Mali’s government.

David Gressly, the U.N. deputy special representative in Mali, said shortly after the January shootings that the peacekeepers fired tear gas and warning shots to disperse the protest involving about 2,000 people, but two witnesses told The Associated Press they saw U.N. troops fire live rounds into the crowd.

The inquiry also found that some protesters bear responsibility for the violence, which also wounded five U.N. police officers. It said protesters used Molotov cocktails, threw stones and tried to “breach the perimeter” of the base.

Members of the U.N. mission were “left to face the protesters on their own in violation of the Status of Forces Agreement with the host country,” the statement said. Mali police are tasked with guarding the perimeter of the base but reportedly fled during the protest.

The U.N. as of the end of February had more than 9,800 military and personnel in the country.