Daily Archives: March 15, 2020

US – trained rank among Kizito Mihigo’s assassins.

Testimonies about Kizito Mihigo’ death keep flowing in from all sides indicating who did what and in which circumstances it took place. The most important testimony comes from Kizito’s own audio recorded in 2016 and 2017 whilst in his detention facility also known as 1930 prison.

What we know so far:

Kizito’s assassination is a state’s crime. Green and Ward (2005) give us the most important definition of a state’s crime:

“illegal or deviant activities perpetrated by the state, or with the complicity of state agencies’. State crimes are committed by, or on behalf of nation states in order to achieve their policies”. 

The first mindest of the crime happens to be Mrs Ines MPAMBARA, a canadian of rwandan origin who as presidential cabinet director acted on orders from Paul Kagame, the president of Rwanda.

kizito-mihigo-tueurs-Copie-2-768x444

Another prominent figure into this scandal is Lt Colonel Gérard NYILIMANZI, a US -trained military rank well known in ideological conferences aimed at trying to re-write the History based on fabricated stories and nonsensical myth-like  and virtual war expeditions that , he says, might have been carried out by Kagame and his rebel group.

He attended Karubanda Petit Séminaire in 1980’s, then Université Nationale du Rwanda where he studied English in Facult of Arts ( Faculté des lettres). He joined the Rwandese Patriotic Front (RPF) gorilla war and from 1994 he was promoted from Lieutenant to the rank of Major in 2005, to Lieutenant Colonel today. He also attended military training in the United States of America from where he is said to be brilliant.

Rwandans are longing for justice but are always confronted with a bunch of state agents armoured by political power such as Lt Colonel who are determined to take the wrong side of history. Time will come when they will have to answer for any single crime they committed.

 

Chaste Gahunde


Avis aux lecteurs: Nos articles peuvent être reproduits à condition de citer le nom d'auteur et le site web source.
Notice to readers: Our articles may be reproduced provided the author's name and the source website are cited.

Et si le coronavirus mettait un frein au processus de globalisation tant décrié ?

 

Le monde semble plus que jamais divisé dans sa lutte contre une pandémie jusque-là méconnue : le coronavirus. En attendant un hypothétique vaccin ou un sérum, tout porte à croire que les grandes nations, détentrices du savoir-faire médical ou du savoir-faire tout court, se laissent emporter par leur égoïsme et leurs intérêts nationaux.

Ainsi, nous assistons malgré nous au repli sur soi des donneurs de leçons pour un monde globalisé et uniforme. Les Etats-Unis, par la voix de son président, ont décrété une urgence médicale. Donald Trump qui ironisait jusque-là sur le coronavirus vient de prendre une décision qui met à mal les sacro-saints pactes entre les occidentaux : les États-Unis sont désormais fermés à tous les européens. Sauf aux anglais. La décision de Donald Trump trahit un système autarcique qu’il faut dénoncer avec vigueur.

Certains esprits bienveillants y trouveront de quoi alimenter une brouille qui réactive les décisions unilatérales de Washington qui mettent à mal les relations avec ses partenaires historiques. Mais il serait sans doute excessif de jeter l’anathème sur Donald Trump. L’Europe aussi a pris des mesures similaires à l’égard des pays les plus affectés. L’Italie a fermé ses frontières. L’Allemagne, la Pologne, la Belgique et autres États européens vivent à huis clos.

Les procédures de coordination de l’Union Européenne ont volé en éclats. Exit le traité de Schengen. Chacun pour soi et les frontières deviennent hermétiques. Chaque pays européen établit, souverainement, un système parfaitement autarcique.

Toutes ces décisions nationalistes et souveraines mettent à mal l’Union européenne. Elles mettent à jour les fragilités des engagements au sein même de l’Europe qui a su tisser des liens forts pour ses politiques communes économiques et financières.

Le coronavirus vient mettre un coup de frein aux politiques de globalisation. Ce virus que nous ne maîtrisons toujours pas paralyse les économies qui avaient déjà du mal à confirmer les prévisions de croissances des pays riches.

Le commerce mondial mis à mal

La mondialisation qui est la suite logique de la globalisation se définit comme un processus multidimensionnel des différents aspects de la vie des sociétés et des individus. Elle est prise en otage par le coronavirus. Les voyages des marchandises et des personnes sont paralysés. Les avions rongent leurs freins sur les tarmacs alors que les passagers sont indésirables sous d’autres cieux. La perception que nous avons des transactions industrielles, commerciales et financières est remise en cause. Au nom de la souveraineté des états, le processus d’internationalisation de ces transactions est battu en brèche.

La crise du coronavirus nous démontre la fragilité des mécanismes globaux. Le monde perd la face et montre ses divisions. Tout cela à cause d’un virus. Les guerres n’ont pas freiné la circulation des marchandises ni celle des personnes. Le coronavirus fait mieux que les guerres. Il tue sans tenir compte des frontières, des pays et des confessions religieuses. Pire, il nous oblige à rester chez nous…

Le coronavirus démonte les mécanismes de la globalisation et étale au grand jour nos égoïsmes, nos faiblesses et surtout nos divisions. Il fait mieux que les barrières visibles qui séparent les riches et les pauvres. La panique est généralisée. Les problèmes climatiques se trouvent relégués au second rang en attendant une nouvelle crise financière qui va bousculer les marchés déjà fragilisés.

La nature sera toujours la plus forte. Nous ne savons pas grand-chose d’elle. Elle va encore frapper et bousculer « nos équilibres ». Les prévisions alarmistes sur une prochaine crise financière mettront à mal la globalisation. Le pire reste à venir avec l’affolement des marchés financiers et des bourses.

Par Michel Lobé Étamé
Journaliste

Source: www.jmtvplus.com 


Avis aux lecteurs: Nos articles peuvent être reproduits à condition de citer le nom d'auteur et le site web source.
Notice to readers: Our articles may be reproduced provided the author's name and the source website are cited.

Rwandans would prefer Corona virus to Kagame!

akaga-94

Millions have perished in hands of Paul Kagame (AKAGA-94)

Worse than coronavirus (COVID-19), there is kagamevirus (AKAGA-94). His first victim dates back to 1994, Bill Clinton. The latter contaminated Habyarimana and Ntaryamira, they had less immunity and could not survive it. And then, millions of Rwandans and Congolese had it, an unnamed disaster!

Since then, kagamevirus kills non-stop, young and old, every day, every minute. He kills at night, he kills in broad daylight, and boasts of it. He kills from Uganda, he only knows how to kill and terrorize anyone who dares to resist him. Degrading detention centers are dedicated to him, these are in fact his palaces used to isolate the surviving victims, connected to a hope of medicine / miracle for healing.

Dear friends Microscopes, let’s quickly find the miracle molecule against akaga94! This is urgent!

François Munyabagisha

Source: https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Ffrancois.munyabagisha%2Fposts%2F10219588427753853&width=500“>FACEBOOK

A free translation from french by this blog’s admin


Avis aux lecteurs: Nos articles peuvent être reproduits à condition de citer le nom d'auteur et le site web source.
Notice to readers: Our articles may be reproduced provided the author's name and the source website are cited.

Rwanda: la langue de Molière toujours tenue à l’écart !

Malgré son statut de membre de l’organisation internationale de la francophonie (OIF), le Rwanda ne fait aucun effort pour donner la place à la langue française qui pourtant est désignée par la Constitution comme langue parlée ( avec l’anglais et le Kinyarwanda). Le Rwanda a le privilège de diriger l’OIF, un choix qui a laissé pas mal d’observateurs en état de choc.

En effet, à la veille  de la nomination de la rwandaise Louise Mushikiwabo en tant que secrétaire générale de l’OIF, l’indignation  était totale. Le Rwanda est accusé entre autres de graves crimes contre l’humanité et les abus de pouvoir contre les droits de l’homme. La liberté d’expression,  le droit à la vie et à la propriété privée, l’état de droit, sont bafoués aux yeux de la communauté internationale qui semble hypnotisée par ce comportement inédit d’un régime irrespectueux de tout.

Pourtant,  tous ces abus étaient ignorés sous le même prétexte que celui avancé lors de l’adhésion du Rwanda à l’organisation des pays anciennement colonisés par le Royaume Uni: donner la chance au Rwanda est un appel à l’action, lui donner des responsabilités , c’est le forcer à se conformer aux principes de l’organisation.  Ceci n’est forcément pas une mauvaise idée  sauf que ça ne marche jamais avec Kagame et son système. Kagame vous fera croire qu’il est de même logique que vous, mais il attendra un moment propice pour tricher et vous decevoir.

Ainsi, même après avoir réussi à “infiltrer” Louise Mushikiwabo dans Paris pour cottoyer les influents francophones et plaider en faveur de son ancien maître, la langue française est toujours absente que ce soit dans l’éducation, sur les sites web du gouvernement ou dans les communiqués et décrets dans l’administration publique.

A ce sujet,  Louise Mushikiwabo semble en avoir marre et se révolte.

 

FB_IMG_1584227743194

C’est en réagissant au communiqué du ministère de la santé au sujet des mesures prises contre la pandémie COVID-19. Elle s’en félicite en ajoutant un hashtag “en français s’il vous plait”.

Quoiqu’on fasse la langue de Molière reste négligée non pas par ce qu’elle est moche ( moi je la trouve douce, délicieuse et surtout romantique) mais parce que la clique dirigeante du pays n’en pige que dalle.

Chaste Gahunde.


Avis aux lecteurs: Nos articles peuvent être reproduits à condition de citer le nom d'auteur et le site web source.
Notice to readers: Our articles may be reproduced provided the author's name and the source website are cited.