Daily Archives: April 16, 2020

Le covid-19 échappé d’un labo de Wuhan? Les États-Unis enquêtent

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a expliqué que Washington prenait cette hypothèse au sérieux.

NOEL CELIS VIA GETTY IMAGES
La ville de Wuhan, en Chine, est l’épicentre de l’épidémie de coronavirus covid-19 qui a déjà fait près de 140.000 morts dans le monde. 

 

CORONAVIRUS – Les États-Unis ne semblent pas exclure que le nouveau coronavirus à l’origine de la pandémie qui a déjà tué plus de 137.000 personnes dans le monde provienne d’un laboratoire chinois à Wuhan, et évoquent désormais une “enquête” pour faire la lumière sur son origine.

“Nous menons une enquête exhaustive sur tout ce que nous pouvons apprendre sur comment ce virus s’est propagé, a contaminé le monde, et a provoqué une telle tragédie”, a déclaré le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo sur la chaîne Fox News.

 

Il était interrogé, mercredi soir, sur un article du Washington Post affirmant que l’ambassade des États-Unis à Pékin avait alerté le département d’État américain il y a deux ans sur les mesures de sécurité insuffisantes dans un laboratoire de Wuhan qui étudiait les coronavirus chez les chauves-souris.

Et Mike Pompeo a été questionné également sur les informations de Fox News selon lesquelles “plusieurs sources” pensent désormais que le coronavirus actuel, signalé pour la première fois justement à Wuhan en décembre, émane de ce même laboratoire -même s’il s’agirait bien d’un virus naturel, pas d’un agent pathogène créé par les Chinois, et que sa “fuite” ne serait pas volontaire mais due aux mauvais protocoles de sécurité.

Mike Pompeo n’a démenti aucune de ces deux informations.

Donald Trump se montre évasif

Également interrogé mercredi lors de sa conférence de presse quotidienne sur la crise sanitaire à la Maison Blanche, Donald Trump s’était lui montré évasif. “Je peux vous dire que nous entendons de plus en plus cette histoire. Nous allons voir”, a répondu le président américain, assurant que cette “horrible situation” faisait l’objet d’un “examen très approfondi”.

Il a toutefois refusé de préciser s’il avait évoqué le cas de ce laboratoire avec son homologue chinois Xi Jinping.

De l’avis des experts à ce stade, le nouveau coronavirus a fait son apparition fin 2019 dans un marché de plein air de Wuhan, où des animaux exotiques comme des chauves-souris étaient vendus vivants. Le virus d’origine animale aurait pu y muter en se transmettant à l’homme.

La thèse relayée par Fox News est donc différente. Sans la confirmer clairement, le secrétaire d’État américain a enfoncé le clou.

“Ce que nous savons, c’est que ce virus est né à Wuhan, en Chine”, a ajouté Mike Pompeo. “Ce que nous savons, c’est que l’Institut de virologie de Wuhan n’est qu’à quelques kilomètres du marché de rue”, a-t-il insisté.

https://www.huffingtonpost.fr/


Avis aux lecteurs: Nos articles peuvent être reproduits à condition de citer le nom d’auteur et le site web source.

Notice to readers: Our articles may be reproduced provided the author’s name and the source website are cited.

“Mfite igitekerezo cyo gukura abahutu mu ipfunwe”- Dr NDAGIJIMANA Innocent Justice

Mu nyandiko ye, Dr Ndagijimana aravuga ku gitekerezo cyo gukura abahutu mu ipfunwe. Aravuga uburyo yaganiriye na Dr Himbara David, wamushimiye icyo gitekerezo. Kuri Dr NDAGIJIMANA, ” Intambwe ya mbere mu kunga abanyarwanda, ni ukwemera amoko twisanzemo, noneho tukagera ku rwego nta wiyumvamo ipfunwe ryo kwitwa umuhutu cyangwa umututsi”.

#NdiUmuhutukandiNdibuka Naganiye N’Umututsi David Himbara

Dr. David Himbara tumuzi nk’unyarwanda w’umututsi wakoze mu biro bya Perezida Paul Kagame nyuma akagana iy’ubuhungiro bamaze kutumvikana mu mikorere, nk’uko Himbara yagiye abyandika. Mwambaza muti “wa Muhutu we wiyemeje kuva mu ipfunwe ryo kwitwa umuhutu, waganiraga iki n’uwo mututsi”? Himbara namumenye mu myaka ishize yandika ibintu bijyanye n’ u Rwanda cyane yibanda ku buryo umukuru w’igihugu asesagura umutungo w’igihugu mu ngendo zidashira ndetse n’uburyo mu Rwanda bakora imibare-micurano mu kugaragaza uko ubukungu bw’u Rwanda buri kuzamuka. Njye na Himbara twasanze n’ubwo twese dufite amateka atandukanye, ariko twese turi abanyarwanda kandi twifuriza ineza u Rwanda! Ikindi, umuryango wa Himbara na we ubwe bahunze u Rwanda inshuro esheshatu mu gihe njye naruhunze inshuro ebyiri!

Uhereye iburyo: Dr. David Himbara, H.E President Paul Kagame , Dr. Clet Niyikiza and Dr. Jean Damascéne Ntawukuriryayo

Kuri iyi foto yo hejuru murabonaho abatutsi babiri iburyo n’abahutu babiri ibumoso. Urestse iby’ amoko aba bagabo bakuze ubutegetsi bubabwira cyangwa iwabo mu rugo bababwira (n’ubwo ntabihamya) muribonera, namwe yuko ari nta tandukaniro rigaragara riri hagati yabo! Gusa Himbara na Kagame tubazi nk’abatutsi mu gihe Niyikiza na Ntawukuriryayo tubazi nk’abahutu!

nshi

Dr. Innocent Ndagijimana Justice (Hutu) ibumoso Dr. David Himbara (Tutsi) iburyo.

Himbara yishimiye igitekerezo nafashe cyo gukura abahutu mu ipfunwe bamazemo imyaka myinshi. Mu biganiro byacu, Himbara yavuze ati, “Ese burya nawe uri Umuhutu? Nonese ko mbona amazuru tuyanganya (Twarasetse imbavu zirashya)? Namwe murebye murabona ko Himbara nanjye tunganya amazuru! Ikindi ngo bareba mu bututsi n’ubuhutu ni uburerebure. Himbara afite 6’2 feet (1.8 m) njye nkagira 6’3 feet ! Murabona njye n’uyu muvandimwe nita mukuru wanjye dutandukaniye he koko?

Mwambaza muti “kuki noneho wemeye ubuhutu kandi tubona nta tandukaniro hagati yawe n’umututsi Himbara?” Intambwe ya mbere mu kunga abanyarwanda ni ukwemera amoko twisanzemo noneho tukagera ku rwego nta wiyumvamo ipfunwe ryo kwitwa umuhutu cyangwa umututsi! Amoko yacu ni myth (amayobera) ntabwo ari biological! Tuzagera igihe amoko aba amateka igihe ntawe uzaba yibonamo ipfunwe cyangwa hari ubutegetsi budushyiramo ipfunwe rishingiye ku moko.

Abarundi bo barakataje mugu huza amoko kuko bo batigeze bashaka gushyiranaho ipfunwe cyane uhereye mu gihe biyemezaga gusangira ubutegetsi. Himbara yambwiye ibyo yiboneye ubwo yajyaga i Burundi aho yumvaga umututsi ashyenga n’umuhutu ati , “Mwa bahutu mwe mwabaye mute ko ubutegetsi bubananiye!” Umuhutu na we ati, “Wa mututsi we ubutegetsi mwabumaranye imyaka myinshi ariko nta byinshi mwagezeho ceceka!” Nta mujinya cyangwa se urwango rwabarangaga ahubwo bose barasekaga! Ibaze uvuze ibintu nk’ibi mu Rwanda!

Nibuka mpura na Madame Maggie Baransaritse kuri Duke University ndangiza Masters muri 2013. Yari kumwe n’Intumwa ya rubanda (member of parliament) bashyenze iby’amoko kuko bavaga mu moko atandukanye numva birandenze kuko iwacu amoko avugwa gusa mu kwibuka! Naribajije nti ese aba bageze mu kwibuka ko batangiye kuvuga iby’amoko? Nasanze bo nta pfunwe mu kuvuga amoko yabo kandi niho nifuza ko abanyarwanda tuzagera!

Dr NDAGIJIMANA Innocent Justice

https://medium.com/@innojustice


Avis aux lecteurs: Nos articles peuvent être reproduits à condition de citer le nom d’auteur et le site web source.

Notice to readers: Our articles may be reproduced provided the author’s name and the source website are cited.

Rwanda : Rafles de journalistes et de youtubeurs en période de confinement

Rwanda : Rafles de journalistes et de youtubeurs en période de confinement
Dieudonné Niyonsenga alias Cyuma Hassan, directeur d’ISHEMA TV, arrêté et menotté.
 

Depuis la mise en place d’un confinement total le 21 mars 2020 par les autorités rwandaises pour lutter contre le Covid-19, plusieurs journalistes, youtubeurs et blogueurs ont été arrêtés, une dizaine pour le moment. Si les autorités accusent nombre d’entre eux d’avoir violé les règles du confinement, la population y voit une volonté du régime de Kigali de profiter de la crise de COVID-19 pour se débarrasser des médias indépendants, les seuls qui rapportent en ce moment ce qui se passe dans un pays totalement bouclé.  

Le Rwanda est parmi les pays du continent africain ayant mis en place les mesures de confinement les plus drastiques. Dans un pays fréquemment décrit comme une « prison à ciel ouvert », le confinement total imposé par le régime de Kigali depuis le 21 mars a mis la population sous un contrôle et une répression encore plus intenables. C’est dans ce cadre notamment que le 2 avril dernier, dans le district de Nyanza au Sud du pays, la police a abattu par balles deux hommes qui n’avaient pas respecté le confinement.

Depuis le 21 mars, les Rwandais n’ont plus le droit de sortir de chez eux, sauf pour aller faire des courses. La circulation entre les différentes régions du pays est interdite. C’est dans la foulée de ce confinement total qui a soulevé des vives protestations parmi la population que le régime de Kigali, réputé répressif contre la liberté de la presse, a décidé d’arrêter plusieurs journalistes, youtubeurs et blogueurs actifs ces derniers jours, et les seuls à informer sur ce qui se passe dans un pays dans lequel la presse indépendante a pratiquement disparu.

Depuis sept jours, une dizaine de journalistes, blogueurs et youtubeurs ont été arrêtés ou sont portés disparus. Parmi ceux appréhendés figure Dieudonné Niyonsenga alias Cyuma Hassan d’ISHEMA TV. Arrêté ce 15 avril avec son chauffeur, Cyuma Hassan avait récemment couvertdes cas de viols, d’actes de torture et de pillages de biens commis par les militaires rwandais au quartier dît « Bannyahe »situé à Kigali.

C’est également lui qui avait rapporté, en mars dernier,la destruction par les autorités d’habitations appartenant aux plus pauvres de Kigali, sans aucune indemnisation, mettant ainsi des familles entières à la rue en pleine crise de COVID-19. En février, le même journaliste avait rapporté avoir remarqué une blessure sur le front du Kizito Mihigo pendant ses funérailles, mettant ainsi à mal la version officielle du régime, qui avait déclaré que Kizito Mihigo, une icône de la lutte pour la réconciliation, s’était suicidé en prison. Des voix concordantes parlaient d’assassinat, tout en exigeant une enquête indépendante.

Cyuma Hassan, qui avait déjà confié à ses collègues de la VOA qu’il était poursuivi, est accusé d’avoir enfreint les règles de confinement en vigueur pour lutter contre le coronavirus. Les journalistes jouissent pourtant de la liberté de circuler dans le cadre de leur travail. D’où les soupçons que le régime de Kigali chercherait à étouffer les quelques rares journalistes, blogueurs et youtubeurs indépendants encore actifs dans le pays.

D’autres journalistes arrêtés sont : Fidèle Komezusenge (ISHEMA TV), David Byiringiro et Innocent Valentin Muhirwa (AFRIMAX TV), Théoneste Nsengimana (UMUBAVU TV), Ivan Mugisha, (correspondant de l’Agence France-Presse), Saul Butera (Bloomberg), John Gahamanyi (New Times). Ces trois derniers, Mugisha, Butera et Gahamanyi ont été libérés ce mercredi 15 Avril.

Arrestations, persécutions, disparitions et même assassinats de journalistes sont monnaie courante au Rwanda dont le Président Paul Kagame figure en bonne place dans le classement des prédateurs de presse établi par Reporters sans Frontières.

Dans son livre Bad news – derniers journalistes sous une dictature, Anjan Sundaram, répertorie sur base d’une enquête de terrain, une liste non exhaustive de 60 journalistes ayant été agressés, emprisonnés, assassinés, ou qui sont portés disparus depuis la prise du pouvoir de Paul Kagame, soit en moyenne, un journaliste tous les quatre mois.

World Bank applauds Tanzania on Anti Corona Policy response; Warns African countries copying Western Anti- COVID 19 Policies

The World Bank Group has applauded Tanzanian unique approaches to contain the COVID-19 pandemic.

Thanks President John Magufuli for not duplicating policies implemented in advanced countries and some middle – income as pasted by some African countries in the region.

The Africa’s Purse report titled as “assessing the economic impact of COVID-19 and Policy Responses in Sub-Saharan Africa” released today has commended Tanzania as one of the best examples for its strategic approaches that considers the best of its political economy and well-being of the society.

With 32 COVID- 19 confirmed cases, 3 deaths and 5 recoveries, Tanzania unlike other African countries has not locked down businesses and its citizens. The country has not also closed its borders but initiated strict testings and 14 days quarantine to all arrivals.

The WB report warns catastrophic consequences to sub- Saharan countries that have copied and pasted anti COVID- 19 policies.

“Facing a fast-changing situation with great uncertainty and so many unknowns, most governments around the world have resumed to similar approaches to contain the COVID-19 pandemic”, the report states.

The report mentions South Africa, Ghana, Rwanda, Kenya, who have reacted quickly and decisively to curb the potential influx and spread of the COVID-19 virus very much in line with emerging international experience.

The report warns these countries that as the situation evolves, there are more questions about suitability and likely effectiveness of some of these policies such as strict confinement.

It advises African governments deploy a series of emergency measures and structural features of African economies that shape the policy responses that are designed and implemented to fend-off COVID-19.

The World Bank has given multiple reasons why economic policies implemented in Sub-Saharan Africa should be different from those adopted in advanced countries and (some) middle-income countries.

First, informal employment is the main source of employment in Sub-Saharan Africa, accounting for 89.2 percent of all employment (ILO 2018). Excluding agriculture, informal employment accounts for 76.8 percent of total employment respectively.

Based on the number of entrepreneurs (own-account workers and employers) who are owners of informal economic units, the vast majority of economic units in the region are informal (92.4 percent).

Informal workers lack benefits such as health insurance, unemployment insurance, and paid leave.

Most informal workers, particularly the self-employed, need to work every day to earn their living and pay for their basic household necessities.

A prolonged lockdown will put at risk the subsistence of their households.
Additionally, the majority of workers hired are in a precarious situation, and most of these jobs are temporary and with low remuneration, do not offer social security, and put workers at a greater risk of injury and ill health.

Second, small and medium-size enterprises (SMEs), an important driver of growth in economies across the region, account for up to 90 percent of all businesses and represent 38 percent of the region’s GDP.

Access to finance is one of the main challenges facing SMEs in normal times with the majority of these firms lacking the finance needed to grow.

Prior to COVID-19, the finance gap for SMEs in the region was estimated at US$331 billion (IFC 2018).

Third, concerns about the negative economic impact of the COVID-19 outbreak prompted interest rate cuts in several African countries in line with monetary policy actions around the world.

However, this type of monetary stimulus may not be effective for two reasons: (1) the prevalence of supply effects at the height of the containment measures (i.e. reduced labor supply and closed businesses, especially in contact-intensive sectors), and (2) the weak monetary transmission in countries with underdeveloped domestic financial markets.

African economies still need to design policy pathways to achieve sustainable growth, economic diversification, and inclusion.

The economic sustainability of African economies depends on their ability to transform their depleting stock of natural wealth into other reproducible capital assets such as physical capital, infrastructure, and human capital.

The findings on the impact of Covid-19 on African economies drew on two economywide models: a macro structural model, the World Bank Macroeconomic and Fiscal Model, “MFMOD,” and the World Bank global dynamic computable general equilibrium (CGE) model, “ENVISAGE”.
The analysis built on two scenarios.

The first an optimistic scenario which is based on the assumptions that the pandemic peaks in advanced economies such that containment measures are gradually removed in the next two months, the pandemic fades in China, and outbreaks are contained in other countries and in Sub-Saharan Africa.

The second is a downside scenario that assumes that the COVID-19 outbreak continues to weigh on the economy in the third and fourth quarters of 2020 and into 2021, as some social distancing measures are required to keep the spread of the virus at manageable levels.

Zambian Observer


Avis aux lecteurs: Nos articles peuvent être reproduits à condition de citer le nom d’auteur et le site web source.

Notice to readers: Our articles may be reproduced provided the author’s name and the source website are cited.

L’armée rwandaise en RDC «constitue une violation de l’embargo sur les armes» (GEC)

Y a-t-il des militaires rwandais qui opèrent sur le sol congolais ? La société civile et des députés du Nord-Kivu dénoncent aujourd’hui ce qu’ils qualifient d’envahissement. Ils en appellent aux chefs d’État de la région et demandent à ce que le mécanisme de vérification mis en place par la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) vienne constater cette présence. Le Groupe d’études sur le Congo (GEC) et Human Rights Watch ont régulièrement signalé à travers leur plateforme de surveillance, Kivu Security Tracker, ces allégations. Jason Stearns est le directeur du GEC, centre de recherche de l’université de New York. Il répond aux questions de Sonia Rolley.

RFI : Avez-vous pu confirmer la présence de militaires rwandais en ce moment sur le sol congolais ?

Jason Stearns : Nous avons reçu des rapports des différents points focaux que nous avons sur le terrain et de nos interlocuteurs au sein de la société civile d’une présence des militaires rwandais, les RDF, dans le Rutshuru dans les opérations, en soutien aux opérations FARDC contre les FDLR là-bas (ndlr : rebelles hutus rwandais). On ne sait pas exactement l’échelle de cette présence ou de ce soutien. Mais on s’imagine que cela fait partie d’une série d’opérations que l’armée rwandaise a menée avec les FARDC contre les FDLR ou du groupe dissident des FDLR, le CNRD. Et ces opérations ont lieu depuis l’année passée.

Ça veut dire que la présence rwandaise serait régulièrement sur le sol congolais depuis un an ?

Alors, c’est un peu compliqué de parler de la présence des militaires rwandais dans l’est du Congo parce que si on regarde bien, cette présence n’a presque jamais cessé depuis la fin de l’occupation officielle par l’armée rwandaise qui s’est terminée en 2002. C’est-à-dire que depuis cette époque, il y a souvent une présence rwandaise et notamment un soutien rwandais aux différents groupes armés dans l’est du Congo, avec des périodes d’intensification comme à l’époque du M23. La présence rwandaise était principalement en appui au M23 contre le gouvernement congolais.

Ce qu’on a constaté depuis lors, c’est un revirement dans la nature de cette présence. C’est-à-dire que depuis 2014 environ, l’armée rwandaise est là en collaboration ou avec l’accord tacite de l’armée congolaise et du gouvernement rwandais. Et là aussi, avec des périodes d’intensification. Ce qu’il faut constater, c’est que depuis l’arrivée au pouvoir du président Tshisekedi, on a vu une de ces périodes d’intensification avec plusieurs opérations de l’armée rwandaise sur le sol congolais depuis l’année passée.

Mais est-ce que ce soutien à l’armée congolaise ne devrait pas être signalé au Conseil de sécurité de l’ONU ?

Cette présence de militaires rwandais constitue en principe une violation de l’embargo sur les armes des Nations unies. Tous les États membres des Nations unies devraient notifier toute fourniture d’assistance militaire au gouvernement congolais. Donc évidemment, ça n’a pas été le cas. Le Conseil de sécurité n’a pas ce constat, même si le personnel des Nations unies sur le terrain est informé pas seulement de cette présence aujourd’hui, mais aussi dans le passé.

Qu’est-ce que vous recommandez aujourd’hui ?

Il y a plusieurs niveaux de problèmes par rapport à la présence de l’armée rwandaise au Congo. Le premier, c’est le manque de transparence. Cette armée est là. On ne sait pas exactement combien ils sont, on ne sait pas non plus vraiment ce que ces militaires sont en train de faire. Mais ils mènent des opérations d’envergure sur le sol congolais depuis un certain temps, avec l’aval des autorités congolaises. Je pense qu’il serait beaucoup mieux si cette collaboration était officielle et pas tacite. Comme ça, on pourrait demander une certaine redevabilité. On pourrait savoir ce qu’ils font, combien ils sont et pourquoi ils sont venus opérer sur le sol congolais.

L’autre niveau de problème, c’est la manière dont ils opèrent en RDC. Par exemple, il y a des allégations crédibles de massacres conduits par l’armée rwandaise contre la population réfugiée rwandaise dans le territoire de Kalehe, des dependants de rebelles du groupe armé CNRD. Donc ce n’est pas seulement qu’ils sont là pour opérer contre les rebelles rwandais, mais cela a des répercussions considérables sur les populations civiles et réfugiées.

Source: RFI