Monthly Archives: July 2020

Kuzana ibyihebe mu Rwanda bisobanuye iki ku karere k’ibiyaga bigari?

Inkuru igezweho ni iy’umugabo Adham Amin Hassoun ukomoka muri Libani ubu waaze kugezwa mu Rwanda ngo ahature nyuma y’uko arangije ibihano by’ibyaha byamuhamye. Ibyo byaha by’iterabwoba, byakorewe ku butaka bwa Leta zunze ubumwe z’Amerika maze mu rubanza rwarangiye mu mwaka wa 2007, uyu mugabo Adham Amin Hassoun akatirwa igihano cy’imyaka 15 y’igifungo. Aho atangirije igihano , igihugu cya Leta zunze ubumwe z’Amerika cyanze ko aguma ku butaka bwacyo maze kimuha u Rwanda, na rwo rwemera kumwakira. Ni mu gihe igihugu cye cya Libani cyari cyamwanze cyane cyane ko igihugu cya Isiraheli kimufata nk’umuterabwoba, bityo uwamwakira wese yaba ahanganye na Isiraheli. Kumuzana mu karere k’ibiyaga bigari bivuze iki?

Mu mibanire y’ibihugu habamo guharanira no kurinda inyungu. Ibihugu by’ibihangange ntibijya byibeshya ngo bitsimuke kuri uyu murongo. Nyamara ibihugu bikishakisha akenshi byubakiye ku butegetsi bw’ikandamiza, butagira demokarasi, bihura n’ingorane kuri iyi ngingo. Usanga abategetsi bareba inyungu za bo nk’abantu aho kureba inyungu z’abenegihugu muri rusange.

Bene aba bategetsi barenga ku mategeko bishyiriyeho, kenshi bagasinya amasezerano adafitiye abenegihugu akamaro bagamije gushimisha ibihugu by’ibihangange. Kuzana uyu Adham Amin Hassoun mu karere k’ibiyaga bigari byareberwa muri iyi ndorerwamo. Abenshi bamenyereye ibijyanye na géopolitique barabona ko uyu mugabo afite mission imuzanye, ishobora kuba ijyanye no kubiba intambara izatuma ubukungu bwo mu karere busahurirwa mu nduru.

Mu mateka ya hafi, Leta zunze ubumwez’Amerika zikoresha abantu nk’uyu Adham Amin Hassoun mu ntambara nk’izo. Abazwi cyane ni nka Charles Tylor, Paul Kagame, n’abandi. Reka tuvuge kuri Charles Taylor na Paul Kagame.

Charles Taylor

Charles Taylor

Yafashije Samuel Doe mu gukora cou d’Etat muri Liberia mu mwaka wa 1980. Coup d’Etat irangiye, Charles Taylor yagizwe umuyobozi mukuru wa General Service Agency (GSA) ikigo cyari gishinzwe kugura ibikoresho bya Guvernoma. mu mwaka wa 1983, Tayolor yarirukanywe azira kurigisa amadolari miliyoni y’amanyamerika. Icyo gihe yahise ahungira muri Leta zunze ubumwe z’Amerika. Samuel Doe na Leta ye bakoze ibishoboka byose ngo bagarure Taylor ariko USA yanga kumutanga. Taylor yafungiwe muri Gereza ifite umutekano ukajije yitwa Plymouth County Correctional Facility. Mu mwaka wa 1985, abifashijwemo n’abakozi na CIA, Charles Taylor yatorotse gereza anyura Newa York nyuma aburirwa irengero. Mu mwaka wakurikiyeho, yagaragaye muri Libya afite umutwe urwanya Liberia waje no kumugeza ku butegetsi. Byose byari mu mipango ya USA. Amaze kugera ku butegetsi Abanyamerika babonye uko bakoza intoki kuri zahabu ya Liberia. Nyuma Taylor yaje kwegura ku butegetsi, arahunga, biranga arafatwa aregwa ibyaha by’intambara mu rukiko mpuzamahanga akatirwa imyaka 50 mu rwego rwo kumubuza kuzamena amabanga ya CIA.

Paul Kagame

Paul Kagame

Nk’impunzi y’umunyarwanda yari afite ubwenegihugu bwa Uganda, Kagame yageze muri Amerika agiye kwiga mu ishuri rya gisirikare aho bivugwa ko yahuriye na CIA igatangira kumuha mission. Mu gihe u Rwanda rwaterwaga na FPR Inkotanyi, Paul Kagame yoherejwe kuyobora urugamba. Kugora ngo azabigereho nta nkomyi, Kagame yishe abasirikare bamurushaga ubuhanga, kumenywa no gukundwa mu Nkotanyi: Rwigema, Bunyenyezi, Kayitare, Bayingana, n’abandi bari bagifite gahunda ya gi komunisiti mu mitwe yabo. Aba bari bari barakuriye mu ntambara zashyiraga imbere amatwara ya gikomunisti yari ateye ubwoba Abanyamerika.

Hashize imyaka ine, Kagame yaje gufata ubutegetsi mu Rwanda amaze kwica abaperezida babiri, uw’u Rwanda n’uw’u Burundi mu gikorwa cy’iterabwoba cyabaye tariki ya 6 Mata 1994. Abanyamerika bakoze ibishoboka byose barinda Kagame inkiko mpuzamahanga zimurega kuba yarishe abantu abatagira ingano. Kubera Kagame mu Rwanda, Abanyamerika bemerewe kuzana ingabo zabo mu Rwanda, ibintu Kayibanda na Habyarimana bari baranze. Ndetse na Mobutu, Kabila père bari barabyanze. Muri make nta kintu Kagame yahakanira Abanyamerika (CIA) kuko azi ko bazamwica byanze bikunze. It’s a matter of time.

Kuzana Adham Amin Hassoun mu Rwanda biragaragaza ko hari ibintu birimo gutegurwa mu karere. Twabibutsa ko uyu mugabo bamuzanye hashize iminsi mikeya igihugu cy’u Burundi cyanze kwakira abantu Amerika yashakaga koherezayo ibita ko ari Abarundi. Kugira ngo wumve uburemere bwabyo, Amerika yafatiye ibihano igihugu cy’u Burundi ngo kuko cyanze kwakira abo bantu, cyakora Leta y’u Burundi yihagazeho.

Adham Amin Hassoun

Uyu Adham Amin Hassoun aje asanga undi uzwi mu ntambara zo muri Saheli witwa Moustapha Ould Lima wibera i Kigali. Bombi bafitanye umubano n’igihugu cya Qatar kimaze gushora amafranga menshi mu bukungu bw’u Rwanda, ku buryo gisa n’icyaguze igihugu! Icyo Paul Kagame azatuzanira tuzagifatisha yombi. Hejuru ya jenoside ni nde koko wari uzi ko hashobora kuba ibiyirenze? Uretse ko ngo Magayane yabivuze!

Moustapha Ould Lima (ibumoso) arasuhuza Emir wa Qatar

Reka dukomeze tubitege amaso, ntiduheranwe n’ubwoba ahubwo twishakemo imbaraga zo kurwanya ubutegetsi budashyira imbere inyungu za Rubanda.

Pourquoi Kagame serait-il intéressé à accueillir Hassoun, une personne que les États-Unis et Israël considèrent comme un terroriste international?


Le Rwanda a demandé aux États-Unis de considérer Adham Amin Hassoun comme apatride et de l’envoyer au Rwanda, en vertu de la Convention internationale de 1954 sur le statut des apatrides. Le Liban est le pays natal de Hassoun. Cependant, le Liban a refusé de recevoir Hassoun après sa peine de 15 ans de prison aux États-Unis. Un tribunal fédéral a condamné Hassoun pour terrorisme. Le Rwanda était impatient de recevoir Hassoun après avoir purgé sa peine de prison aux États-Unis.

a) Quelle est la stratégie de Kagame?

Un tribunal fédéral américain a déclaré Hassoun coupable d’avoir été membre d’une cellule de collecte de fonds dans le sud de la Floride qui a envoyé de l’argent et des recrues aux jihads à l’étranger. Le tribunal a appris que Hassoun avait recruté Jose Padilla, un membre d’un gang de rue de Chicago qui s’était converti à l’islam et avait ensuite été accusé d’avoir comploté un attentat radioactif à la «bombe sale» aux États-Unis. Jose Padilla a été retrouvé avec une bombe sale qui, selon l’accusation, faisait partie d’un complot terroriste en cours visant à attaquer les États-Unis.

(b) Pourquoi Kagame serait-il intéressé à accueillir Hassoun, une personne que les États-Unis et Israël considèrent comme un terroriste international?

Au cours des deux dernières années, Kigali a entretenu des relations cordiales avec Israël. Cependant, l’année dernière, Kagame n’a pas été invité pour le 75e anniversaire de l’Holocauste en Allemagne et en Israël, respectivement. La même année, Nyetanyahu s’est rendu en Ouganda, a rencontré le président du Soudan du Sud mais n’a pas visité Kigali.

c) Que signifie le fait d’accueillir Hassoun, une personne qu’Israël considère comme proche des militants palestiniens, pour les relations entre le Rwanda et Israël?

Adham Amin Hassoun

Le Rwanda est la cachette de Moustapha Ould Lima. Moustapha est accusé de parrainer des terroristes du Maghreb islamique (AQMI) Al-Qaïda / Sahel. Hassoun est accusé de travailler avec les terroristes du Sahel et est «l’invité» de Kagame.

L’Emir du Qatar serre la main de Moustapha, le financier du terrorisme au Sahel, une rencontre arrangée par Paul Kagame.

d) La présence de Moustapha et Hassoun au Rwanda signifie-t-elle que la sous-région des Grands Lacs pourrait devenir un foyer de terrorisme à l’avenir?

Le Qatar est accusé de financer l’Etat islamique, entre autres organisations terroristes. La récente «lune de miel» Rwanda-Qatar est bien documentée.

e) L’émir du Qatar et Moustapha auraient-ils pu utiliser leurs bonnes relations avec Kagame pour sauver Hassoun, sous prétexte de la Convention internationale de 1954 sur le statut des apatrides?

Dr Charles Kambanda, Ph D

Source : Facebook / TEXTE en anglais sur http://www.echosdafrique.com traduction libre par Chaste GAHUNDE.

Affaire de l’attentat de 1994 au Rwanda: l’analyse biaisée de l’historien français François Robinet

Ce brave monsieur François Robinet est peut-être historien mais pas “spécialiste du Rwanda” comme on voudrait le qualifier pour impressionner, mais surtout pas un analyste politique et judiciaire.

1. S’il en était un, il saurait que l’horloge judiciaire dans ce dossier volontiers banalisé ( assassinat de deux présidents hutu et de trois officiers français en mission commandée) le 06 avril 1994) est réglé par une main politique. Ainsi il aurait noté le rôle de Bernard Kouchner, ami de Paul Kagame depuis le temps où ce dernier était dans l’armée ougandaise et entreprenait la conquête du Rwanda en octobre 1990. Ministre des Affaires étrangères de Nicolas Sarkozy en 2007, c’est le même Kouchner qui conseillera à Kagame de livrer une de ses proches visée par les mandats d’arrêt du juge Bruguière pour que la défense accède au dossier et étudie les stratégies pour répliquer. Tandis que l’inculpée arrêtée serait vite relâchée. C’est l’épisode de Rose Kabuye dont visiblement l’historien et spécialiste du Rwanda Robinet n’a jamais entendu parler.

Tout comme il ignore que c’est le même Bernard Kouchner qui a recommandé à Paul Kagame les avocats (des stars des barreaux européens et des puissants et redoutés lobbies) qui le défendront dans cette affaire. Et que c’est le ministre Kouchner qui choisira le nouveau juge à qui sera confié ce dossier après le départ en retraite du juge Bruguière. Enfin l’auto-proclamé spécialiste du Rwanda n’a pas su que c’est le même Kouchner qui a organisé le voyage du président Sarkozy au Rwanda et qui lui a suggéré d’exprimer les excuses à Paul Kagame au nom de la France.

2. Ensuite s’il était analyste comme il le prétend, il aurait noté les actes du juge Marc Trévidic qui a repris le dossier. En effet ce juge s’est soumis à une visite guidée et encadrée par les agents de Kagame au Rwanda. Il a poussé le zèle jusqu’à présenter une simulation d’un tir effectué au centre de la France comme le résultat des expertises balistiques et géométriques effectuées à Kanombe alors que ces expertises avaient conclu à autre chose que la fameuse expertise acoustique désormais célèbre et donc les conclusions ont été médiatisées comme “Parole d’Evangile” alors qu’elle n’avait jamais été effectuée à Kanombe. C’est le même juge qui révélera prématurément l’identité et le lieu de résidence d’un témoin-clé et celui-ci fut aussitôt enlevé par les commandos de Paul Kagame et exécuté. Nous parlons de Emile Gafirita un des convoyeurs des missiles qui ont abattu l’avion présidentiel en exil à Nairobi au Kenya et qui voulait témoigner. Le juge Trévidic refusera obstinément la demande des contre-expertises des avocats des parties civiles. Pour sa compréhension et pour ce sens “patriotique”, il sera promu “Juge Président” à Lille et laissera le dossier aux mains d’un autre juge. Il ne faut pas être historien et spécialiste du Rwanda pour avoir noté ces faits.

3. Son successeur le juge Herbaut se montrera dans ce dossier sensible et politique aussi malléable et compréhensif que son prédécesseur. En effet il refusera catégoriquement et systématiquement les dépositions des témoins oculaires comme les habitants de la colline Masaka qui ont découvert les tubes lanceurs des missiles. Tout comme les dépositions des officiers des FAR comme ceux d’un officier ayant traduit les inscriptions en russe sur ces tubes ou le Chef des Renseignements Militaires des FAR (G2) qui a réceptionné et suivi l’acheminement de ces tubes jusque dans l’ancien Zaïre dans le soucis de préserver ces pièces à conviction et armes du crime. Ce juge refusera aussi de rouvrir le dossier suite à la découverte des éléments nouveaux par les avocats des parties civiles. En effet, il a refusé d’intégrer le rapport du TPIR gardé secret à l’ONU et qui parlait de l’attentat du 06 avril 1994.

4. Et pour finir; l’historien et “spécialiste du Rwanda et des affaires judiciaires” devrait avoir noté le timing que les tribunaux français respectent pour annoncer leurs décisions dans cette affaire. Le Tribunal de Grande Instance de Paris a rendu son arrêt de “non-lieu” en 2018 juste au moment où le président français Emmanuel Macron venait de faire nommer une proche de Paul Kagame à la tête de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) . Quand on sait que le même Paul Kagame francophobe notoire qui ne parle ni ne comprend un mot de français avait banni la langue française au Rwanda et l’a interdite dans le système d’enseignement, on croit rêver. Mais on ne donne que ce qu’on a. C’est ce qu’avait la France à offrir à Kagame pour l’amadouer. Quant à la Cour d’Appel de Paris elle s’est arrangée pour annoncer son arrêt de “non-lieu” en juillet 2020 au moment où la France annonçait sa reprise de la coopération avec le Rwanda de Paul Kagame en lui versant en prime 50 millions d’euros. Kagame promettait de son côté d’autoriser la reconstruction du Centre culturel français à Kigali en remplacement de celui qu’il avait rasé en 2009 et surtout l’agrément enfin d’un ambassadeur de France au Rwanda ce qu’il refusait depuis plus de 3 ans.

Bref, les rwandais n’ont pas besoin d’historien français et encore moins de soi-disant spécialistes de leur pays pour comprendre et réaliser le sort qui est le leur.

Sandrine Mukamunyana

Source : htts://echosdafrique.com

Kenya: At least 300 indigenous families evicted from their homes!

Kenya Forest Service evicts 300 Ogiek families from their homes in the Mau Forest. Despite the African Court on Human and Peoples’ Rights 2017 ruling that the Ogiek should not be evicted.

In May 2017, the Ogiek Indigenous People won an important land rights victory at the African Court on Human and Peoples’ Rights. The Court ruled that the Ogiek have the right to live in the Mau Forest and that the government of Kenya was wrong to evict them. At the end of June 2020, 100 officers from the Kenya Forest Service and Kenya Police Service started evicting the Ogiek and demolishing their homes.

On 7 July 2020, Kenya Forest Service guards evicted 300 families from the Ogiek community. According to the Star, as many as 30,000 Ogiek families could end up homeless.

The evictions are taking place despite a moratorium on forced evictions issued by the government only one month ago.

On 11 May 2020, Fred Matiangi’i, Kenya’s Cabinet Secretary, Ministry of Interior and Coordination of National Government, went on national television to announce a moratorium on forced evictions during the coronavirus evictions.

The Star comments,

Although the Environment and Land Court on Friday halted any pending evictions, the government’s record in obeying court orders offers no respite for the homeowners.

Defending the future

In May 2020, the Katiba Institute and the Ogiek Peoples Development Program put out a report titled, “Defending our future: Overcoming the challenges of returning the Ogiek home”.

Kenya’s Ministry for Environment and Forestry had set up a taskforce to advise the government on how to implement the Ogiek judgement.

In the Preface to the report Daniel Kobei, Executive Director of the Ogiek Peoples Development Program, writes,

This taskforce, like colonial rule in Kenya in times past, did not include representation of our community even though the deliberations directly concerned us. We understand its mandate ended on 24 January 2020 but its report has not been made public despite our attempts to seek disclosure. The Ogiek community made submissions to the taskforce seeking complete restitution of our ancestral land, with at least seven non-transferable community titles.

Lucy Claridge, Senior Counsel at the Forest Peoples Programme, summarises the key findings of the Ogiek judgement in the report. The Court recognised the Ogiek as an Indigenous community and that the Mau Forest is their ancestral home. For centuries the Ogiek have depended on the Mau Forest as a source of livelihood.

Article 14, of the African Charter on Human and Peoples’ Rights, states that “The right to property shall be guaranteed”. The Court recognised the Ogiek’s “right to own, use, develop and control the lands, territories and resources that they possess by reason of traditional ownership or other traditional occupation or use”, as stated in the UN Declaration on the Rights of Indigenous Peoples. Claridge writes that,

Importantly, the Court recognized that such rights ‘do not necessarily entail the right of ownership in its classical meaning, including the right to dispose thereof ’, recognizing that, unlike other property rights, indigenous rights over their ancestral lands are inalienable: they cannot be transferred or taken away. Since the government had not disputed that the Ogiek have occupied lands in the Mau Forest since time immemorial, the Court ruled that they have the right to occupy, use and enjoy their ancestral lands. Further, although the Court accepted that the right to property under Article 14 can be restricted in the public interest where necessary and proportionate, it found that the degradation of the Mau Forest could neither be attributable to the Ogiek nor did the preservation of the ecosystem justify their eviction. Accordingly, the expulsion of the Ogiek from their ancestral lands against their will, without prior consultation, constitutes a violation of Article 14.

Instead of respecting the ruling of the African Court on Human and Peoples’ Rights the Kenyan government is destroying the homes of the Ogiek Indigenous communities. It is also evicting Sengwer Indigenous communities. These evictions are taking place during the coronavirus pandemic. Making people homeless makes them more at risk from the coronavirus. And all of this is taking place in the name of conservation.

Source: https://redd-monitor.org

Dr Habumuremyi en prison, à quoi servent les fonds COVID-19 ?!

Le Rwanda a encaissé des sommes colossales sous forme de subventions ou dettes pour faire face aux conséquences de la pandémie COVID-19. Une grande partie de ces fonds devait venir en aide aux entreprises privées touchées.

Sauf que ce n’est pas le cas. Un exemple frappant est celui de Christian University . Son chef, Dr Damien Habumuremyi, ex permier ministre, l’actionnaire majoritaire de ladite université est en prison pour n’avoir pas pu payer certaines factures suite au COVID-19. Où est passé l’argent qui devait régler ce genre conflits ?

Pour plus d’un, Dr Damien Habumuremyi, le Hutu de service de Kagame, est en train de payer pour avoir osé faire du business (fonder une université), un droit réservé à une petite clique de Tutsi qui bosse pour Kagame !
Deux choses sortent de cette affaire. La première est le détournement flagrant des fonds Covid 19. Même les masques que le Rwanda a reçus comme aides sont vendus au peuple. 🤔🤔Attention, pas que ça!. Chacun doit régler sa facture de chambre d’isolement, en cas de soupçon de signes du Coronavirus. Pourtant, les Américains, Européens, FMI, Banque Mondiale…ont débloqué l’argent ! Pire encore, c’est le peuple rwandais qui remboursera ces dettes! Sans en avoir bénéficié.

La deuxième est une leçon que tout citoyen devrait retenir. Ne jamais sortir le serpent du piège, car , pour récompense, il te piquera. Habumuremyi, l’un des “best” Hutus de service, a dirigé la commission électorale et a gardé silence quand Kagame se proclamait élu en 2003. Habumuremyi avait l’opportunité de dire “non” , il ne l’a pas fait. Pour lui, ” on se tait et on vit”, même quand ses parents, frères et sœurs se font dévorer par le lion que l’on abreuve. Sauf que, tu sors le serpent du piège pour qu’il te morde. It is just a matter of time.

Cette leçon devrait être enseignée à tous ceux qui rêvent devenir un jour des Hutus de service.

Admin

Rwanda: 10 ans après l’assassinat politique du premier Vice-président des Verts.

André Kagwa RWISEREKA était le Premier Vice-Président du Parti “Rwandan Democratic Green Party ” (RDGP)

Il y a 10 ans jour pour jour: assassinat d’André Kagwa Rwisereka Vice-président de Green Party. C’était le 13/07/2010, à quelques jours de l’élection présidentielle du 09/08/2010, dont son parti avait été exclu.
Selon les ONG de droits de l’homme (comme HRW), ce meurtre s’inscrivait dans une série d’assassinats ou tentatives d’assassinats frappant des opposants au régime de PaulKagame.

Qui était cet homme sauvagement assassiné et sans qu’aucune enquête indépendante ne puisse faire la lumière sur les auteurs comme son parti l’avait demandé?

Exilé politique dans les années 1960, André Kagwa Rwisereka s’installa au Congo-Léopoldville (l’actuelle République démocratique du Congo), où il obtint un diplôme d’Éducation. Il fut l’un des principaux membres du Front patriotique rwandais.

De retour au Rwanda, il devint propriétaire d’un bar à Butare, ville de sa province natale du Sud.

Il se distança par la suite du Front patriotique rwandais. Il quitta le FPR en 2009 et, avec plusieurs autres anciens membres du parti, fonda, le 14 août 2009, un parti d’opposition, « Rwandan Democratic Green Party » (RDGP). Il en fut le premier vice-président.

Le 13 juillet 2010, il fut porté disparu à Butare, après avoir quitté son lieu de travail. Le lendemain, son corps fut retrouvé près de la ville, décapité.

Monsieur Rwisereka a été décapité dans des circonstances non encore élucidées

Mr Rwisereka est sur la longue liste des hommes et femmes opposants au régime du FPR assassinés sans que les criminels ne soient ni traduits devant les instances compétentes, ni officiellement identifiés.

Jean-Claude MULINDAHABI- Page Facebook

RDC: des incursions d’au moins six armées étrangères depuis le début de l’année 2020.

Politiques, activistes, ONG et centres de recherches diffusent presque tous les jours des informations relatives à des incursions aux frontières de la RDC. Depuis le début de l’année, au moins six armées ont été signalées sur le sol congolais. Le président Tshisekedi a préconisé la mise en place d’un état-major régional l’an dernier et le gouvernement congolais l’évoque très peu publiquement. L’heure est à la diplomatie.

La première armée régulièrement signalée, c’est l’armée rwandaise. Une présence démentie par le président Paul Kagame. En avril dernier, la RDC a protesté contre l’installation d’une position rwandaise côté congolais de la frontière auprès de l’organisation sous-régionale, la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL). L’opposition et la société civile congolaises dénoncent, elles, un accord secret entre Kinshasa et Kigali.

Dans son courrier du 22 avril, le chef d’état-major des forces armées congolais (FARDC) dénonçait également la présence de la marine ougandaise dans les eaux congolaises du lac Albert. Tout comme la présence de soldats de l’armée burundaise dans la plaine de la Ruzizi, au Sud-Kivu. Cette présence burundaise, le ministre congolais de la Défense l’a d’ailleurs évoquée en juin dernier à l’Assemblée nationale. Il a aussi rappelé les incursions de l’armée zambienne, contre lesquelles une médiation de la République du Congo a été requise.

Inquiétude sur le risque de balkanisation des conflits

À l’ouest, l’armée angolaise fait elle aussi des intrusions, un militaire angolais a été même tué ce week-end et les autorités congolaises disent avoir déjà rendu le corps à Luanda. Au nord, ce sont des exactions de l’armée sud-soudanaise qui ont été signalées.

Au total, depuis le début de l’année, on dénombre donc des incursions d’au moins six armées étrangères. Quand l’opposition et la société civile disent redouter une balkanisation, du côté des services de sécurité, on dit privilégier la voie de la diplomatie. La commission défense de l’Assemblée nationale vient de recommander la création d’unités spéciales dédiées à la protection des frontières.

Source: https://www.rfi.fr/fr/afrique/

Joseph MATATA écrit à Jeannette KAGAME (2)

Lettre ouverte à Son Excellence Madame Jeannette KAGAME (envoyée mardi 07 juillet 2020)

En tant que coordinateur du CLIIR, je suis dans l’obligation de vous envoyer ma seconde lettre sur la souffrance du peuple rwandais.

Un jour votre mari a fait un discours de mépris contre une de ses victimes, le défunt président Habyarimana. Il s’est exprimé en ces mots en kinyarwanda :

« Bati dufite urutonde rw’abanyarwanda tugomba gucira urubanza bahanuye indege. Mu ndege harimo iki ? Muri iyo ndege harimo iki, kigomba kwica abanyarwanda miliyoni ? » Son discours, qui traduit également son mépris vis-à-vis de toutes les victimes du génocide rwandais, se résume en français comme suit : « ils nous ont dit qu’ils avaient une liste de rwandais à traduire en justice pour avoir abattu l’avion. Dans l’avion, il y avait quoi? Dans cet avion qu’est-ce qu’il y avait qui pouvait justifier le massacre d’un million de rwandais ? » Je vous demande d’aider votre mari à prendre conscience que c’est l’attentat terroriste du 06 avril 1994 et l’infiltration des commandos du FPR dans les milices Interahamwe et CDR qui ont déclenché le génocide de 1994. Ces commandos du FPR qui ont participé aux massacres avaient été formés par les meilleurs instructeurs militaires et cadres politiques du FPR-Inkotanyi. Ces infiltrés du FPR ont supervisé des massacres sur plusieurs barrières partout dans le pays. Le Sénateur Tito Rutaremara l’a confirmé à Kigali le 13/04/2020 et s’en vanté à la Rwanda TV. Le chiffre de plus de 3.500 cellules clandestines du FPR dispersées sur tout le territoire rwandais, a été cité le 02 mai 1997 par M. Tito RUTAREMARA, qui venait de reconnaître pour la première l’existence de ces infiltrés du FPR dans tous les milieux lors d’une conférence-débat organisée par le Parti du Travail Belge (PTB) à Bruxelles.

Pour cacher la vérité sur cette participation des infiltrés du FPR au génocide, votre mari Kagame a mis en place un régime totalitaire de terreur qui contrôle et paralyse toutes les institutions officielles du Rwanda. Les spécialistes décrivent tout régime totalitaire comme suit :

« Les régimes totalitaires méprisent la raison et n’accordent aucune valeur à la vie humaine. Ils ne font aucun effort pour évaluer les conséquences de leur idéologie et de leurs activités. Ils méprisent également la liberté intellectuelle, l’essor des connaissances et le respect de la justice. Le mépris des dirigeants pour les individus au service d’un idéal aveugle conduit également à n’accorder aucune valeur à l’autre, et par extension à la vie humaine.

Ceux qui sont au service des dictateurs et en exécutent les ordres sont souvent frappés du même aveuglement et du même mépris de la vie humaine. Comme l’explique Todorov, tous les régimes extrémistes se servent du principe : « Qui n’est pas pour moi est contre moi », mais seuls les régimes totalitaires ajoutent : « Et qui est contre moi doit périr ». Ce qui caractérise plus spécifiquement le totalitarisme est que cet ennemi se trouve à l’intérieur même du pays, et que l’on étend le principe de guerre aux relations entre groupes de compatriotes.

Les systèmes totalitaires renoncent à l’universalité et divisent l’humanité en êtres supérieurs (leurs  partisans) et en êtres inférieurs (leurs opposants qui doivent être punis, voire éliminés).

C’est le régime qui détient la mesure du bien et du mal et décide de la direction dans laquelle la société doit évoluer.

L’Etat doit contrôler l’intégralité de la vie sociale d’un individu : son travail, son lieu d’habitation, ses biens, l’éducation de ses enfants, et même sa vie familiale et amoureuse.

Cette totale mainmise lui permet d’obtenir la soumission de ses sujets : il n’y a plus de lieu où ils pourraient s’abriter et lui échapper ».

C’est ce mépris de la raison, ci haut décrit, qui caractérise la plupart des discours de votre mari, le président Paul Kagame. Et c’est pour cette raison que personne dans l’assistance n’a répondu à sa question stupide de savoir « ce qu’il y avait dans l’avion ». Pourquoi n’ont-ils pas répondu ?

Tout d’abord, parce que Kagame savait très bien que dans l’avion présidentiel abattu, il y avait deux présidents de la République qui étaient tous deux Hutus. Il y avait aussi un bon nombre de leurs collaborateurs qui ont péri dans ce cet assassinat destiné à créer le chaos par l’écroulement de l’ordre public. Ensuite, c’est parce que les opprimés préfèrent garder le silence. Mais tout silence parle. Surtout le silence de l’offensé. Car ce silence a cette capacité insondable de pulvériser, ne serait-ce qu’un instant, la violence de l’offenseur. Devant l’injure, la calomnie, la médisance, le silence a valeur d’éternité.

Ce jour-là, le silence des opprimés du Rwanda n’a pas attiré l’attention de votre mari très arrogant. Ils ne pouvaient pas oser blesser son orgueil et son prestige d’avoir déclenché la descente aux enfers du peuple rwandais. Ce silence peut traduire soit le respect soit la crainte de l’agressé vis-à-vis de l’agresseur.

Parce que ce dernier sait absolument qu’il écrase, piétine, flagelle…

L’offensé, malgré l’affront qui lui est fait, en se taisant révèle, à celui qui le blesse sa propre blessure et peut le soigner mystérieusement.

Le silence de l’opprimé, alors, a cette vertu étrange de révéler la compassion insondable qu’on porte à un être profondément blessé. Car votre mari est un grand blessé de l’exil forcé qu’il a vécu. Mais aujourd’hui vous devez l’aider à dialoguer où alors à se suicider par le feu ou par un nouvel exil. A méditer !

L’histoire tragique de votre mari explique en partie ses profondes blessures. Comme il refuse tous les soins et les conseils dont il a besoin pour cesser d’humilier et de faire souffrir des millions de citoyens rwandais, je compte sur Vous, en tant que son épouse qui connaît le Rwanda d’avant 1990 pour l’aider à dialoguer d’urgence avec ses opposants avant qu’il ne soit trop tard.

Ma présente lettre vous explique que son système totalitaire impitoyable mis en place depuis l’assassinat du Général Fred Rwigema le 02/10/1990 ne suffit plus à lui assurer l’impunité. Seul le dialogue urgent et l’héritage de réconciliation du martyr Kizito MIHIGO peuvent l’aider à échapper à la justice pour ces nombreux crimes commis en Uganda, au Kenya, au Rwanda, au Burundi et en République Démocratique du Congo (RDC). Pouvez-vous mesurer l’ampleur de ses crimes organisés dans la Région de l’Afrique des Grands Lacs (RAGL) ?

Pour approfondir le contenu de ma présente lettre, je vous transmets, en annexe, les conseils de sagesse que Sa Sainteté le Dalaï Lama donne « A Ceux qui font souffrir les autres ». Même lorsqu’ils ont été blessés dans leur passé comme s’est arrivé à votre époux, les oppresseurs doivent savoir que « Plus on fait souffrir les autres plus on accumule les causes de sa propre souffrance. En outre, comme on nuit à la société, on nuit doublement à soi-même ».

Je vous supplie de faire soigner votre mari et d’atténuer ses souffrances qui le maintiennent dans la violence extrême contre des opposants pacifiques. Les Conseils du Dalaï Lama ne manqueront pas de vous inspirer. Un des remèdes très efficaces serait par exemple de rencontrer et de dialoguer d’urgence avec ses opposants politiques pacifiques. Plutôt que de les menacer de toutes sortes de punitions, alors qu’ils ne font qu’exercer leurs droits et leurs libertés reconnus par la Constitution rwandaise et les autres lois en vigueur au Rwanda.

Continuer à les présenter comme des « terroristes » est un gros mensonge qui ne tient plus la route devant l’opinion publique. Si votre mari estime qu’il a fait taire le peuple et muselé les journalistes depuis 26 ans, je Vous rappelle que « devant l’injure, la calomnie, la médisance, le silence a valeur d’éternité. »

Jusqu’au moment opportun où le peuple rwandais reprendra sa liberté.

Je vous prie d’agréer l’assurance de ma considération très distinguée.

Fait à Bruxelles, mardi le 07 juillet 2020

Pour le CLIIR, MATATA Joseph, Coordinateur (GSM :+32 476701569)

Joseph MATATA écrit à Madame Jeannette KAGAME

Lettre ouverte à Son Excellence Madame Jeannette Kagame

En ma qualité de coordinateur du CLIIR, je me permets de vous adresser ce cri d’alarme pour vous demander de sauver notre maison, le Rwanda, car elle est en train de brûler. Et ce depuis les 26 ans de pouvoir du régime totalitaire mis en place par un petit noyau de chefs militaires regroupé autour de votre mari, Son Excellence le président Paul KAGAME. Je m’adresse à Vous parce que vous êtes une mère au même titre que Madame Victoire INGABIRE Umuhoza qui est rentrée au Rwanda le 16 janvier 2010. Cette femme, dont les qualités humaines et la compassion équivalent celle de Madame INYUMBA Aloysie, a été accueillie par la violence de votre mari et a passé Huit en prison. Cette brutalité du régime ne l’a pas ébranlée. Au contraire, pendant son séjour dans les « quatre murs » des prisons 1930 et Mageragere, elle a même réussi à redonner l’espoir au peuple rwandais opprimé et terrassé par la terreur d’Etat et l’injustice entretenues par votre mari.

Si j’ai choisi de vous écrire aujourd’hui ce 05 juillet, c’est qu’il s’agit d’une date « maudite » à laquelle deux généraux ont pris le pouvoir par la force avant de le perdre pour le Général Habyarimana dont le régime dictatorial a perdu la guerre les 04 et 05 juillet 1994. Pour appuyer ma présente lettre, je vous transmets quelques extraits de deux livres écrits par des « êtres de lumière » issus de deux confessions religieuses différentes, mais dont le dénominateur commun est l’Amour de l’autre qui favorise le dialogue et la compassion envers tous les êtres humains. Il s’agit des livres suivants :

La Colère : Transformer son énergie en sagesse » écrit par le Vénérable Thich Nhat Hanh, un maître bouddhiste « Ma religion, c’est l’amour » écrit par le prêtre catholique Guy Gilbert qui s’occupe des jeunes en difficulté en France.

Cette lettre m’a été surtout inspirée par le discours de votre mari prononcé le 10 décembre 2012 et dans lequel il a fait l’éloge de feu Honorable Aloysie INYUMBA née le 28 décembre 1964 et décédée le 06 décembre 2012. Cette courageuse fondatrice et Trésorière de l’UMURYANGO du FPR-Inkotanyi a été terrassée et emportée par un cancer de la gorge à l’âge de 48 ans. En cette Journée mondiale des droits de l’homme du 10 décembre 2012, Madame INYUMBA a eu droit au plus grand éloge présidentiel au cours duquel votre mari a reconnu les nombreuses qualités humaines qui ont caractérisé cette « UMUKADA » (cadre politique) connue pour sa générosité, sa compassion, son esprit de sacrifice et ses talents de médiatrice hors du commun. Selon ceux qui l’ont connue, Mme INYUMBA a toujours réussi à privilégier la tolérance et à rétablir le dialogue dans des situations les plus désespérées.

Je reviendrai sur ce discours très élogieux du président Kagame dans mes prochaines lettres que je vous adresserai en ma qualité de chrétien ordinaire.

Je vous propose d’écouter également sur Youtube l’interview très intéressante de Monsieur Gilbert MWENEDATA à la chaîne Radio TV Ku Mugaragaro. Dans son discours destiné surtout aux jeunes générations dont il fait partie, Mwenedata parle de son parcours politique exemplaire. Ce rescapé tutsi et chef du parti politique dénommé IPAD-Rwanda (Initiative du Peuple pour l’Alliance Démocratique). A la suite du rejet de sa candidature aux élections présidentielles de 2017 et suite aux multiples menaces, il a été contraint de fuir son pays. Parmi les conseils qu’il a donnés, M. Mwenedata a recommandé aux gens incapables de construire une société juste et paisible de NE PAS faire des enfants.

Puisque votre couple présidentiel a des enfants, ce discours pourrait vous faire réfléchir sur l’avenir de vos propres enfants. Vous souhaitez, comme tous les parents, vivre assez longtemps pour voir vos petits-enfants et probablement vos arrières-petits-enfants. Et c’est ce bonheur que je vous souhaite sans hypocrisie.

Selon l’écrivain et philosophe français, Albert Camus, « Les gouvernements, par définition, n’ont pas de conscience ». Les institutions onusiennes, européennes ou autres éprouvent probablement le même problème de conscience. C’est pourquoi, je m’adresse à Vous en votre qualité d’épouse du Président Kagame. Vous êtes une personne en chair et en os et vous êtes doté de conscience qui vous permet d’assumer vos responsabilités. Je ne doute pas de votre capacité d’être le cœur de votre foyer (umutima w’urugo rwanyu). Je compte sur votre bonté humaine et votre conscience pour éteindre le feu de la colère de votre époux qui veut continuer à faire éliminer physiquement ses opposants en toute impunité. Après l’assassinat de « Mutagatifu » Kizito MIHIGO, le peuple rwandais n’a plus besoin d’autres martyrs en la personne des opposants politiques et pacifiques tels que Mlle Diane RWIGARA, Mme Victoire INGABIRE, M. Bernard NTAGANDA, M. Déogratias MUSHAYIDI, Dr Théoneste NIYITEGEKA et tous les autres opposants qui croupissent arbitrairement dans les prisons mouroirs du Rwanda. Je vous demande d’éteindre le feu de sa colère pour sauvegarder notre pays avant qu’il soit trop tard. Nous ne voulons plus de guerre civile dans notre pays. Le peuple a assez souffert depuis le déclenchement de la guerre en octobre 1990.

« Vivre, ce n’est pas se résigner » selon Albert Camus. La résignation du peuple rwandais dure depuis 26 ans. Je vous informe que ce peuple est au bord de la révolte parce que tous ses droits et ses libertés sont bafoués. Vous pouvez vous rappeler les qualités humaines de Mme INYUMBA Aloysie énumérées par votre époux le 10/12/2012 devant les autres sénateurs venus pour son inhumation. Pourquoi votre époux ne pourrait-il pas marcher sur les pas de cette femme tant appréciée ?

Vous avez le devoir de sauvegarder notre maison : le Rwanda. « Si l’incendie ravage votre maison, la chose la plus urgente à faire est de tenter de l’éteindre, et non de courir après celui que vous croyez être responsable. Si vous le pourchassez, les flammes réduiront votre maison en cendres. Il ne serait pas sage d’agir ainsi. Vous devez absolument tout faire pour l’éteindre. De même, lorsque vous êtes en colère, en continuant à vous disputer avec l’autre personne, en cherchant à la punir, vous agissez exactement comme celui qui court après l’incendiaire pendant que sa maison est dévorée par les flammes », nous conseille le vénérable Thich Nhat Hanh. Vous avez intérêt à éteindre le feu de colère de votre mari et à lui conseiller de dialoguer avec ses opposants plutôt que de terroriser le peuple. Je vous transmets en annexe les extraits des deux livres ci-haut cités pour renforcer le message contenu dans ma présente lettre. Je vous supplie d’atténuer les souffrances qui maintiennent votre mari dans la violence extrême. La méthode de l’Abbé Guy Gilbert peut vous inspirer.

Je vous prie d’agréer l’assurance de ma considération très distinguée.

Fait à Bruxelles, le 05 juillet 2020

Pour le CLIIR, MATATA Joseph, Coordinateur (GSM 0476701569)

CLIIR* : Le Centre de Lutte contre l’Impunité et l’Injustice au Rwanda est une association de défense des droits humains basée en Belgique, créée le 18 août 1995. Ses membres sont des militants des droits humains de longue date. Certains ont été actifs au sein d’associations rwandaises de défense des droits humains et ont participé à l’enquête CLADHO/Kanyarwanda sur le génocide de 1994. Lorsqu’ils ont commencé à enquêter sur les crimes du régime rwandais actuel, ils ont subi des menaces et ont été contraints de s’exiler à l’étranger où ils poursuivent leur engagement en faveur des droits humains.

Pour lire l’intégralité de la lettre.

Amabaruwa abagaragu b’i bwami banditse basubiza abahutu ngo “ntacyo bapfana”.

Mutara

Umwami Mutara III Rudahigwa yananijwe n’abahezanguni bari abajyanama be. Ntibashoboye kumva ko umuyaga w’Ubwingenge utagira rutangira, nuko bumira ku ruhu nka cya kirondwe!

Benshi badusabye kubagezaho ya mabaruwa 2 y’urukozasoni y’abagaragu bakuru b’ibwami ya le 17 na le 18 /5/1958. Twasanze kumenya umugani wa SABIZEZE-KIGWA byafasha buri wese kurushaho kumva ayo mabaruwa n’inkomoko y’ikibazo cy’amoko mu Rwanda.Uwo mugani(mythe) uvuga iby’Ibimanuka, washyizwe kenshi mu majwi ko waba ari wo shingiro ry’ikibazo cy’amoko mu Rwanda. Muraza kwirebera koko ukuntu Abagaragu b’i bwami bawuhereyeho bagaha ireme ivangura hagati y’abana b’Urwanda. Ni yo mpamvu tubanje gutangaza uwo mugani wa KIGWA, amabaruwa agakurikiraho. Mushobora kwisomera uyu mugani kwa KAGAME Alexis, Inganji Karinga, Kabgayi, 21959, pp.61-65. Tubifurije kunyurwa n’ibyo musoma.

I.   Umugani wa Kigwa

 Kera mu gihugu cyo hejuru hahoze umuntu akitwa SHYEREZO. Ashaka abagore benshi, balimo uwitwa GASANI. Aliko GASANI aba ingumba. Bukeye haza umuhanuzikazi witwaga Impamvu, aramubwira ati : « Nkuragurire umuhungu ugiye kubyara ! Icyo uzampa ntikiruhije : upfa kunyihera icyo nambara n’ikintunga, nkaza ngatura mu rugo rwawe gusa, kugirango mbone n’ubulyo bwo kugumya kukubwiliza uko uzabigenza. Gasani yemera ibyo IMPAMVU amubwiye : amutungira aho mu baja be.

Bukeye IMPAMVU abwira nyirabuja ati : « Ubajishe igicuba cy’umurinzi ucyuzuzemo amata nzakubwira ». Muli iyo minsi, SHYEREZO aza kubagisha ikimasa yiraguliza : abapfumu bamaze kucyorosora, baratega basanga cyeze. Bajya rero mu nzu kuvuga amabara yacyo. Igihe bahugiye muri ibyo, IMPAMVU abwira nyirabuja ngo yibe umutima wacyo. Arawiba ! Bawujugunya muri cya gicuba cy’umurinzi bali bujujemo amata. Igicuba bakijisha hamwe n’ibisabo, bakajya bakibuganizamo amata uko inka zihumuje mu gitondo na nimugoroba, kugirango amata ahore yuzuyemo. Babara amezi cyenda, ukwa cumi barajishura ! Bapfunduye basanga akana k’uruhinja kareremba hejuru y’amata. Bavuza impundu bati : « Gasani arabyaye ! »

Inkuru ngo igere kuri SHYEREZO bamubwira ngo aze kwita umwana izina, SHYEREZO aranga ati : « Uwo mwana si uwanjye ! Nibamwice sinshaka ko ambera aho ! » GASANI n’umuja we babimenye baramuhisha, kuko abazaga kumwica babaga banga kwiteranya na nyirabuja : baza bakabanza kumubulira. Umwana amaze gukura, aba mwiza cyane. Inkuru igera kuri SHYEREZO bati : « Rwose ufite umwana mwiza cyane, utarigera aboneka mu bantu ! ». Ati : « Uwo mwana ko nategetse kumwica, byagenze bite ? Nibagende bamwice, simushaka nta bwo ari uwanjye ! » Abagaragu atumye baraza babwira GASANI bati : « Tuje kureba umwana wawe barahiriye : muduhamagarire tumubone ! » Nyina akaba yaramwise SABIZEZE. Aje ngo bamukubite amaso, baramutangarira gusa, ntihagira uwibuka ibyo kumwica. Baragenda babwira se bati : « Uwamwica ni nko kukwica ubwawe ! ». Babigize gatatu, se aza kumwiyicira : amukubise amaso acika intege zo kumwica, amugira uwe ; amwita IMMANA !

Limwe rero nyina wa GASANI aza kumusura. Umutwa wa SABIZEZE aza kubumviliza, ngo yumve ibyo GASANI avugana na nyina. Bombi baraganira bagusha kuli SABIZEZE ; nyina wa GASANI ati : « Mbese uriya mwana usa kuriya wamubyaye ute, ko numvise ngo Shyerezo yabanje kwanga ko ali uwe ? » GASANI rero aramutekerereza uko SABIZEZE yavuye mu mutima w’ikimasa abapfumu ba SHYEREZO bari baraguye kirera. Umutwa amaze kubyumva arasohoka, asanga SABIZEZE aho akinira n’abandi bana. Ati : « Mbega mwana wa databuja, ugira ngo ndacyatangajwe n’ukuntu uturusha byose ! Namenye ko wavuye mu mutima w’immana bari bejeje ! Ko utabyawe na SHYEREZO wabuzwa n’iki kuturusha muri byose ? »

SABIZEZE ngo abyumve, ati : « Aho murumva GASANI wagiye kumbyarura, akagira ngo si ndi uwa data ! Singishoboye kuba muri iki gihugu : isoni ntizatuma ngira aho nkwirwa !» Aragenda rero yenda umuheto we n’imbwa ze eshatu : Ruzunguzungu, na Rukende, na Ruguma. Yenda inyundo ze zilimo Nyarushara ; akora kuri murumuna we MUTUTSI, na mushiki wabo NYAMPUNDU. Ayobora impfizi yabo Rugira, n’insumba yayo Ingizi ; ajyana intama yabo Nyabuhoro, na rugeyo yayo Mudende ; yenda isake yabo Rubika n’inkokokazi yayo Mugambira. Umutwa wabo ataho, maze bashyira nzira.Bamanuka kw’ijuru baza mu gihugu cyo hasi, maze bururukira ku Rutare rw’Ikinani, ho mu Mubali. Hakaba igihugu cy’Abazigaba, umwami wabo ali KABEJA. Bageze ku rutare rw’Ikinani baracanira. Abagaragu ba KABEJA babonye umwotsi baratangara bati : « Mbese hariya hantu kohatabaga abantu, uriya mwotsi uturutse ku ki ? ». Abandi bati : «Ahari aho ni abahigi bahacanye cyangwase ni abagiye guca amakara ! » Bukeye basanga umwotsi utimutse ; bimara iminsi babona umwotsi wahamenyereye ! Bajya kubibwira KABEJA ko wenda haba harubatse abantu batali basanzwe bazwi. KABEJA yohereza abajya kureba abo alibo.

Intumwa zije ziti : «Muli aba he ? Mwaje kwenda iki aha ngaha ?» SABIZEZE ati : «Turava mw’ijuru ; nta bwo tugenzwa no kugira icyo tubatwara tuli abashyitsi b’amahoro !» Intumwa zisubira kwa KABEJA : arabareka batura muli iryo shyamba. Babita Ibimanuka, kuko bari baravuye kw’ijuru. Umutware wabo ali we SABIZEZE bamwita KIGWA, kuko yaguye aturuka mw’ijuru.

Bukeye rero KIGWA abwira murumuna we MUTUTSI ati : «Mbese ko uruzi inyamaswa twazanye zanga zikagwira, ali uko zifite ingore, twe tuzamera dute ? Tugiye gupfa ducitse ? Enda turongore mushiki wacu NYAMPUNDU !» Mututsi aranga. KIGWA aramurongora babyarana umukobwa SUKIRANYA. Amaze gukura, KIGWA agira MUTUTSI inama ati : «Enda mugushyingire !» MUTUTSI ati : « Sinashaka umwana wanjye ! » KIGWA ati : « Ndakwereka uko tubizirura ! Genda uture hakulya yacu haliya, nibucya uzaze kumusaba ! Ninkubaza ubwoko bwawe, uzagire uti « ndi Umwega wa kulya !» Kuko uzaba utuye kuri uriya mwega wo hakurya yacu ! » MUTUTSI arabigira, bukeye arongora SUKIRANYA, babyarana MUKONO na NTANDAYERA na SERWEGA.

II. Ibaruwa ya mbere y’abagaragu bakuru b’ibwami
Muri 1958,mu gihe Abahutu bari bahagurukiye gusaba ko uburenganzira bwabo nk’Abanyarwanda bwakubahirizwa, nabo  bakareka gukomeza guhezwa ahubwo bakagira uruhare mu buyobozi bw’igihugu, bakareka gukomeza kugirwa abacakara mu gihugu cyabo, abagaragu bakuru b’i bwami bafashe uyu mugani w’Ibimanuka (Mythe des Ibimanuka) bawambika ibindi bitekerezo bishya, bawuhindura nk’ ukuri kw’amateka, bawuha agaciro ka politiki maze bawushingiraho ingengabitekerezo yo kwiharira ibyiza by’igihugu. Umwanzuro bageraho uratangaje, murawubona hepfo: Ngo Abahutu n’Abatutsi ntibava inda imwe, Abahutu ni abagaragu Abatutsi bakaba abatware, ngo ntabwo rero bagomba gusangira ibyiza by’igihugu! Uku kunangira umutima kw’abayobozi b’ingoma ya cyami nibyo byihutishije uguhirima kwayo kandi biha ireme Revolisiyo yo mu 1959.

Dore uko ibaruwa ya mbere yavugaga:

Alexis Kagame

Mgr Alexis Kagame wabaye umwiru mukuru i Bwami, ni we dukesha aya mateka. Ingengabitekezo ivangura Abahutu n’Abatutsi ntiyatangijwe n’Abahutu, yaturutse i Bwami !!!

Nyanza, le 17/5/1958

Ku bajyanama bagiye kwiga iby’imibanire y’Abahutu n’Abatutsi n’Abatwa.

Dore tubasobanurire uko byahoze kera. Dore uko ingoma nyiginya yatangiye mu Rwanda :

Abanyiginya aho bururukiye ni Rwanda rwa Mubari ku rutare rw’i Kinani. Ubwo habanje KIGWA, na murumuna we MUTUTSI, na mushiki wabo NYAMPUNDU, bazana inka zabo 2 : Rugira n’Ingizi, n’intama zabo 2 : Mudende na Nyabuhoro, n’inkoko zabo 2 : Rubika na Mugambira, n’imbwa zabo 2 : Ruzunguzungu na Ruguma, n’inyoni zabo 2 z’inyange, n’inyundo yabo n’umuvuba.

Bamaze kugeraho bakurikirwa n’umutwa wabo MUHWABARO, araza MUHWABARO arababaza ati : ko mwansize ? Bati : twaje twihuta, si twebwe. Ati mbese ye, aho murareba ibiti by’ino ngo birasa n’iby’iwacu ? Ati aho se ntibyagira umuriro nk’iby’iwacu ? Baramubwira bati : gerageza. Umutwa aherako arema urushingo n’inshigati yarwo. Ashinga umuriro ubwo aracana.

Intwaro zabo bazanye ni imiheto y’ibihekane. Inyamaswa zije kureba aho bakazirasa. Batungwa rero n’umuheto wabo. KIGWA yerekera hirya yabo mu gacyamu, azana amabuye y’ubutare, arayabazanira ati : nimurore, hano hari inganzo nk’iy’iwacu ; baherako batera uruganda ubwo baracura.

Kwa KABEJA, umwami w’Abazigaba, babona umwotsi, kurora uwacanye umuriro aho [!], baje basanga amakome ali atatu. Uwambere wari uwa KIGWA, uwa kabili wali igicaniro cy’inka n’intama, uwa 3 wali uw’umutwa MUHWABARO. Aliko yari yawucanye hirya hategeranye nabo. Bazigaba [!] baje kubarora, bababonye barababaza bati : Muli iki ? Barasubiza, bati turi abantu b’umwami. Aha se mukahakora iki ? barasubiza bati : turacura kandi tukanahiga. Babonye impu zibambye bati ese ntimwaduha akanyama ? abandi bati nimuze tubahe ; baraza babaha imitwaro ibahagije bose. Bageze hirya za nyama bazihisha shebuja KABEJA ; bamaze kuzihisha bajya kwa shebuja wabo KABEJA, ababaza icyo babonye kuko ali we wali wabohereje. Bati twahabonye abantu bateye nk’abantu koko. Bati aliko ni barebare cyane, cyeretse umwe w’umugore wabo, bati aliko nawe yenda kureshya nabo. Bati aliko hirya yabo niho twabonye umuntu ucanye hirya yabo ukwe, wenda kureshya natwe. Bati kandi twabonye n’inyamaswa ziryamye ku maguru yabo (alizo mbwa).

Kabeja abwira abo bavuyeyo ko bazasubira kubabaza ko bashaka guhakwa, cyanga se ko bashaka gutura. Bagiye kujyayo noneho bajyana n’abandi Bantu bene wabo, bajyanywe no gusaba inyama ; bagezeyo bavuga ubutumwa, babasubiza ko biturira aho, yashaka akazabahaka ; kandi basaba inyama nanone, maze banga kuzibaha, barababwira bati : kugirango tubahe inyama keretse mutwubakiye, bati ibyo turabikora. Ubwo biruka bafite amabuye yo kudonda ibiti no kubivuna barabagarura bati : nimuze tubahe igitema neza kandi vuba ibiti, maze bagarutse babaha imihoro, maze bajyana nabo baberekera uko batema n’uko baza gusongora ibiti. Bamaze kuberekera baraza babubakira ubwo, maze abandi babaha inyama.

Ubwo basubiye kwa KABEJA banyurana n’abandi baje guhakwa, bahakirwa inyama.

Nabo bati : lero nimuze namwe tubanze tubereke ibyo mudukorera. Barabajyana babereka ubutare, bati lero aya mabuye nimuyadutorere mugire menshi ; barangije babaha inyama. Bamwe barataha, abandi bati twe ntaho tujya. Bati twe nimutwihakire. Bahamaho barahakwa.

Babandi bose batashye bageze kwa KABEJA, amaze kumenya ko hali abandi basigayeyo, abandi rero bali bamaze kugera iwabo, KABEJA arabaca. Ati : uwagiye iyo ngiyo ntangarukire ahanjye, ati ntabwo tubana.

Babandi bose barahomboka bajya kwa KIGWA arababaza ati : Muhinga mute ? Bati duhingisha inkondo z’ibiti bazimweretse ati : ibi byahingishwa bite ? Arazihinyura maze abaha amasuka n’imihoro yo gutema. Bamaze kubitora bazana imbuto maze abereka aho bamuhingira ; maze bamuhingira kane (4), ati cyo namwe nimugende mwihingire. Abasigaye kwa KABEJA baza guhakirwa amasuka n’inyama zihigishwa imiheto ; ubundi bo bajyaga gutega inyamaswa bakazibagisha amabuye, kuko batari bazi gutega [!]. Bene icyo gihugu cyose baza guhakwa kwa KIGWA.

Ko mwumva abantu baburana umunani, ababurana umunani ko alii abavandimwe, n’imibanire yacu ko ahubwo baje tukabahaka kugeza ubu, ubundi buvandimwe bwacu ni ubuhe ? Gatutsi na Gatwa bahuriye he na Gahutu ko twumva ko Gatutsi na Gatwa na Gahutu ari bene Kanyarwanda, nyirukubabyarana na Kanyarwanda yitwa nde, ni umuki ? Ko twumva ko KANYARWANDA ali we wabyaye Gatutsi na Gatwa na Gahutu, kandi tukaba tuzi ko KIGWA ari we wabanje kure ya KANYARWANDA, kandi tukaba tuzi neza ko KANYARWANDA yavutse nyuma, ayo moko aliho, byashoboka bite kugira ngo abyare ataravuka ?

Dore KANYARWANDA bavuga ko ali we KIMEZAMIRYANGO da. Ngo ko ali we utubyara twese :

 1.  Kanyarwanda ni uwa Gihanga

2.  Gihanga ni uwa Kazi

3.  Kazi ni uwa Muntu

4.  Muntu ni uwa Merano

5.  Merano ni uwa Randa

6.  Randa ni uwa Kobo

7.  Kobo ni uwa Gisa

8.  Gisa ni uwa Kijuru

9.  Kijuru ni uwa Kimanuka

10. Kimanuka ni uwa Kigwa wasanze abantu mu Rwanda.

11. Ngaho namwe muratwumvire iyo mivire n’indimwe yacu n’Abahutu yo kwa Kanyarwanda.

Ni twe abagaragu b’ibwami bakuru :

 1)Kayijuka

2)Serukamba

3)Rukemampunzi

4)Mazina

5)Rwesa

6)Sebaganji

7)Ruzagiriza

8)Ndamage

9)Sezibera

10)Sekabwa

11)Nkeramiheto

12)-Shamukiga

Abami b’abahutu Ruganzu yishe :

1.  Rubuga mwene Kagogo

2.  Rubuga mwene Bugunama

3.  Nyaruzi mwene Haramanga

4.  Mpandahande mwene Haramanga

5.  Sambwe mwene Cyarugimba

6.  Katabirora mwe Kabibi

7.  Gisurere mwene Rubambura

8.  Nzira mwene Muramira

9.  Nyagakecur aliwe Nyangoma

10.           Mbeba aliwe Mabya

11.           Ruhande – ?

12.           Balishaka – ?

13.           Semukondo (w’umukende) – ?

14.           Sangara – ?

15.           Ruvuzo – ?

16.           Ngiga – ?

17.           Cogo – ?

18.           Ryangombe rya Babinga – aliko n’umutsindo

19.           Nsibura na Nyina Nyiransibura.

Aba bami b’abahutu bishwe n’uyu mwami, ahindura [yigarurira] ibihugu byabo. Ibindi bihugu byahinduwe n’abandi bami bica abahinza bari babirimo. Ntitugombye kubavuga, nimushaka muzabirebe mu Nganji Kalinga, biranditse.

 Ikibazo : Ubwo batsindaga ibihugu by’Abahutu b’Abahinza, bakabahaka ari abavandimwe babo?

 (Rétrospective, Le problème ruandais 1957-1962, Série 1, Dossier 2, pp. 7-9).

 Isomo twakura muri aya mateka :

Mu Rwanda rwa none, ikibazo cy’amoko gihagaze gite ? Ubutegetsi bwa FPR bukivuga bute ? Aho kwihandagaza bakemeza ko nta moko aba mu Rwanda , nyamara bagakomeza kwemeza jenoside yakorewe Abatutsi, ntibifitanye isano n’imyumvire yariho muri za 1958, yo gushaka guheza abandi no gukusanyiriza ibyiza byose by’igihugu mu maboko y’agatsiko kitwaza ubwoko bumwe bw’Abatutsi, abandi banyarwanda (Abahutu n’Abatwa)bagafatwa nk’abagaragu ? Aho Abajyanama b’umukuru w’igihugu muri iki gihe nta cyo bapfana na bariya bagaragu b’i bwami bari impumyi ku buryo bugaragara ?

Ibaruwa ya Kabiri y’Abagaragu b’i bwami tuzayibagezaho ubutaha, ntimurambirwe gutegereza.

Iyi nkuru yasohotse bwa mbere ku rubuga Leprophete.fr