Daily Archives: July 25, 2020

Kuzana ibyihebe mu Rwanda bisobanuye iki ku karere k’ibiyaga bigari?

Inkuru igezweho ni iy’umugabo Adham Amin Hassoun ukomoka muri Libani ubu waaze kugezwa mu Rwanda ngo ahature nyuma y’uko arangije ibihano by’ibyaha byamuhamye. Ibyo byaha by’iterabwoba, byakorewe ku butaka bwa Leta zunze ubumwe z’Amerika maze mu rubanza rwarangiye mu mwaka wa 2007, uyu mugabo Adham Amin Hassoun akatirwa igihano cy’imyaka 15 y’igifungo. Aho atangirije igihano , igihugu cya Leta zunze ubumwe z’Amerika cyanze ko aguma ku butaka bwacyo maze kimuha u Rwanda, na rwo rwemera kumwakira. Ni mu gihe igihugu cye cya Libani cyari cyamwanze cyane cyane ko igihugu cya Isiraheli kimufata nk’umuterabwoba, bityo uwamwakira wese yaba ahanganye na Isiraheli. Kumuzana mu karere k’ibiyaga bigari bivuze iki?

Mu mibanire y’ibihugu habamo guharanira no kurinda inyungu. Ibihugu by’ibihangange ntibijya byibeshya ngo bitsimuke kuri uyu murongo. Nyamara ibihugu bikishakisha akenshi byubakiye ku butegetsi bw’ikandamiza, butagira demokarasi, bihura n’ingorane kuri iyi ngingo. Usanga abategetsi bareba inyungu za bo nk’abantu aho kureba inyungu z’abenegihugu muri rusange.

Bene aba bategetsi barenga ku mategeko bishyiriyeho, kenshi bagasinya amasezerano adafitiye abenegihugu akamaro bagamije gushimisha ibihugu by’ibihangange. Kuzana uyu Adham Amin Hassoun mu karere k’ibiyaga bigari byareberwa muri iyi ndorerwamo. Abenshi bamenyereye ibijyanye na géopolitique barabona ko uyu mugabo afite mission imuzanye, ishobora kuba ijyanye no kubiba intambara izatuma ubukungu bwo mu karere busahurirwa mu nduru.

Mu mateka ya hafi, Leta zunze ubumwez’Amerika zikoresha abantu nk’uyu Adham Amin Hassoun mu ntambara nk’izo. Abazwi cyane ni nka Charles Tylor, Paul Kagame, n’abandi. Reka tuvuge kuri Charles Taylor na Paul Kagame.

Charles Taylor

Charles Taylor

Yafashije Samuel Doe mu gukora cou d’Etat muri Liberia mu mwaka wa 1980. Coup d’Etat irangiye, Charles Taylor yagizwe umuyobozi mukuru wa General Service Agency (GSA) ikigo cyari gishinzwe kugura ibikoresho bya Guvernoma. mu mwaka wa 1983, Tayolor yarirukanywe azira kurigisa amadolari miliyoni y’amanyamerika. Icyo gihe yahise ahungira muri Leta zunze ubumwe z’Amerika. Samuel Doe na Leta ye bakoze ibishoboka byose ngo bagarure Taylor ariko USA yanga kumutanga. Taylor yafungiwe muri Gereza ifite umutekano ukajije yitwa Plymouth County Correctional Facility. Mu mwaka wa 1985, abifashijwemo n’abakozi na CIA, Charles Taylor yatorotse gereza anyura Newa York nyuma aburirwa irengero. Mu mwaka wakurikiyeho, yagaragaye muri Libya afite umutwe urwanya Liberia waje no kumugeza ku butegetsi. Byose byari mu mipango ya USA. Amaze kugera ku butegetsi Abanyamerika babonye uko bakoza intoki kuri zahabu ya Liberia. Nyuma Taylor yaje kwegura ku butegetsi, arahunga, biranga arafatwa aregwa ibyaha by’intambara mu rukiko mpuzamahanga akatirwa imyaka 50 mu rwego rwo kumubuza kuzamena amabanga ya CIA.

Paul Kagame

Paul Kagame

Nk’impunzi y’umunyarwanda yari afite ubwenegihugu bwa Uganda, Kagame yageze muri Amerika agiye kwiga mu ishuri rya gisirikare aho bivugwa ko yahuriye na CIA igatangira kumuha mission. Mu gihe u Rwanda rwaterwaga na FPR Inkotanyi, Paul Kagame yoherejwe kuyobora urugamba. Kugora ngo azabigereho nta nkomyi, Kagame yishe abasirikare bamurushaga ubuhanga, kumenywa no gukundwa mu Nkotanyi: Rwigema, Bunyenyezi, Kayitare, Bayingana, n’abandi bari bagifite gahunda ya gi komunisiti mu mitwe yabo. Aba bari bari barakuriye mu ntambara zashyiraga imbere amatwara ya gikomunisti yari ateye ubwoba Abanyamerika.

Hashize imyaka ine, Kagame yaje gufata ubutegetsi mu Rwanda amaze kwica abaperezida babiri, uw’u Rwanda n’uw’u Burundi mu gikorwa cy’iterabwoba cyabaye tariki ya 6 Mata 1994. Abanyamerika bakoze ibishoboka byose barinda Kagame inkiko mpuzamahanga zimurega kuba yarishe abantu abatagira ingano. Kubera Kagame mu Rwanda, Abanyamerika bemerewe kuzana ingabo zabo mu Rwanda, ibintu Kayibanda na Habyarimana bari baranze. Ndetse na Mobutu, Kabila père bari barabyanze. Muri make nta kintu Kagame yahakanira Abanyamerika (CIA) kuko azi ko bazamwica byanze bikunze. It’s a matter of time.

Kuzana Adham Amin Hassoun mu Rwanda biragaragaza ko hari ibintu birimo gutegurwa mu karere. Twabibutsa ko uyu mugabo bamuzanye hashize iminsi mikeya igihugu cy’u Burundi cyanze kwakira abantu Amerika yashakaga koherezayo ibita ko ari Abarundi. Kugira ngo wumve uburemere bwabyo, Amerika yafatiye ibihano igihugu cy’u Burundi ngo kuko cyanze kwakira abo bantu, cyakora Leta y’u Burundi yihagazeho.

Adham Amin Hassoun

Uyu Adham Amin Hassoun aje asanga undi uzwi mu ntambara zo muri Saheli witwa Moustapha Ould Lima wibera i Kigali. Bombi bafitanye umubano n’igihugu cya Qatar kimaze gushora amafranga menshi mu bukungu bw’u Rwanda, ku buryo gisa n’icyaguze igihugu! Icyo Paul Kagame azatuzanira tuzagifatisha yombi. Hejuru ya jenoside ni nde koko wari uzi ko hashobora kuba ibiyirenze? Uretse ko ngo Magayane yabivuze!

Moustapha Ould Lima (ibumoso) arasuhuza Emir wa Qatar

Reka dukomeze tubitege amaso, ntiduheranwe n’ubwoba ahubwo twishakemo imbaraga zo kurwanya ubutegetsi budashyira imbere inyungu za Rubanda.

Pourquoi Kagame serait-il intéressé à accueillir Hassoun, une personne que les États-Unis et Israël considèrent comme un terroriste international?


Le Rwanda a demandé aux États-Unis de considérer Adham Amin Hassoun comme apatride et de l’envoyer au Rwanda, en vertu de la Convention internationale de 1954 sur le statut des apatrides. Le Liban est le pays natal de Hassoun. Cependant, le Liban a refusé de recevoir Hassoun après sa peine de 15 ans de prison aux États-Unis. Un tribunal fédéral a condamné Hassoun pour terrorisme. Le Rwanda était impatient de recevoir Hassoun après avoir purgé sa peine de prison aux États-Unis.

a) Quelle est la stratégie de Kagame?

Un tribunal fédéral américain a déclaré Hassoun coupable d’avoir été membre d’une cellule de collecte de fonds dans le sud de la Floride qui a envoyé de l’argent et des recrues aux jihads à l’étranger. Le tribunal a appris que Hassoun avait recruté Jose Padilla, un membre d’un gang de rue de Chicago qui s’était converti à l’islam et avait ensuite été accusé d’avoir comploté un attentat radioactif à la «bombe sale» aux États-Unis. Jose Padilla a été retrouvé avec une bombe sale qui, selon l’accusation, faisait partie d’un complot terroriste en cours visant à attaquer les États-Unis.

(b) Pourquoi Kagame serait-il intéressé à accueillir Hassoun, une personne que les États-Unis et Israël considèrent comme un terroriste international?

Au cours des deux dernières années, Kigali a entretenu des relations cordiales avec Israël. Cependant, l’année dernière, Kagame n’a pas été invité pour le 75e anniversaire de l’Holocauste en Allemagne et en Israël, respectivement. La même année, Nyetanyahu s’est rendu en Ouganda, a rencontré le président du Soudan du Sud mais n’a pas visité Kigali.

c) Que signifie le fait d’accueillir Hassoun, une personne qu’Israël considère comme proche des militants palestiniens, pour les relations entre le Rwanda et Israël?

Adham Amin Hassoun

Le Rwanda est la cachette de Moustapha Ould Lima. Moustapha est accusé de parrainer des terroristes du Maghreb islamique (AQMI) Al-Qaïda / Sahel. Hassoun est accusé de travailler avec les terroristes du Sahel et est «l’invité» de Kagame.

L’Emir du Qatar serre la main de Moustapha, le financier du terrorisme au Sahel, une rencontre arrangée par Paul Kagame.

d) La présence de Moustapha et Hassoun au Rwanda signifie-t-elle que la sous-région des Grands Lacs pourrait devenir un foyer de terrorisme à l’avenir?

Le Qatar est accusé de financer l’Etat islamique, entre autres organisations terroristes. La récente «lune de miel» Rwanda-Qatar est bien documentée.

e) L’émir du Qatar et Moustapha auraient-ils pu utiliser leurs bonnes relations avec Kagame pour sauver Hassoun, sous prétexte de la Convention internationale de 1954 sur le statut des apatrides?

Dr Charles Kambanda, Ph D

Source : Facebook / TEXTE en anglais sur http://www.echosdafrique.com traduction libre par Chaste GAHUNDE.

Affaire de l’attentat de 1994 au Rwanda: l’analyse biaisée de l’historien français François Robinet

Ce brave monsieur François Robinet est peut-être historien mais pas “spécialiste du Rwanda” comme on voudrait le qualifier pour impressionner, mais surtout pas un analyste politique et judiciaire.

1. S’il en était un, il saurait que l’horloge judiciaire dans ce dossier volontiers banalisé ( assassinat de deux présidents hutu et de trois officiers français en mission commandée) le 06 avril 1994) est réglé par une main politique. Ainsi il aurait noté le rôle de Bernard Kouchner, ami de Paul Kagame depuis le temps où ce dernier était dans l’armée ougandaise et entreprenait la conquête du Rwanda en octobre 1990. Ministre des Affaires étrangères de Nicolas Sarkozy en 2007, c’est le même Kouchner qui conseillera à Kagame de livrer une de ses proches visée par les mandats d’arrêt du juge Bruguière pour que la défense accède au dossier et étudie les stratégies pour répliquer. Tandis que l’inculpée arrêtée serait vite relâchée. C’est l’épisode de Rose Kabuye dont visiblement l’historien et spécialiste du Rwanda Robinet n’a jamais entendu parler.

Tout comme il ignore que c’est le même Bernard Kouchner qui a recommandé à Paul Kagame les avocats (des stars des barreaux européens et des puissants et redoutés lobbies) qui le défendront dans cette affaire. Et que c’est le ministre Kouchner qui choisira le nouveau juge à qui sera confié ce dossier après le départ en retraite du juge Bruguière. Enfin l’auto-proclamé spécialiste du Rwanda n’a pas su que c’est le même Kouchner qui a organisé le voyage du président Sarkozy au Rwanda et qui lui a suggéré d’exprimer les excuses à Paul Kagame au nom de la France.

2. Ensuite s’il était analyste comme il le prétend, il aurait noté les actes du juge Marc Trévidic qui a repris le dossier. En effet ce juge s’est soumis à une visite guidée et encadrée par les agents de Kagame au Rwanda. Il a poussé le zèle jusqu’à présenter une simulation d’un tir effectué au centre de la France comme le résultat des expertises balistiques et géométriques effectuées à Kanombe alors que ces expertises avaient conclu à autre chose que la fameuse expertise acoustique désormais célèbre et donc les conclusions ont été médiatisées comme “Parole d’Evangile” alors qu’elle n’avait jamais été effectuée à Kanombe. C’est le même juge qui révélera prématurément l’identité et le lieu de résidence d’un témoin-clé et celui-ci fut aussitôt enlevé par les commandos de Paul Kagame et exécuté. Nous parlons de Emile Gafirita un des convoyeurs des missiles qui ont abattu l’avion présidentiel en exil à Nairobi au Kenya et qui voulait témoigner. Le juge Trévidic refusera obstinément la demande des contre-expertises des avocats des parties civiles. Pour sa compréhension et pour ce sens “patriotique”, il sera promu “Juge Président” à Lille et laissera le dossier aux mains d’un autre juge. Il ne faut pas être historien et spécialiste du Rwanda pour avoir noté ces faits.

3. Son successeur le juge Herbaut se montrera dans ce dossier sensible et politique aussi malléable et compréhensif que son prédécesseur. En effet il refusera catégoriquement et systématiquement les dépositions des témoins oculaires comme les habitants de la colline Masaka qui ont découvert les tubes lanceurs des missiles. Tout comme les dépositions des officiers des FAR comme ceux d’un officier ayant traduit les inscriptions en russe sur ces tubes ou le Chef des Renseignements Militaires des FAR (G2) qui a réceptionné et suivi l’acheminement de ces tubes jusque dans l’ancien Zaïre dans le soucis de préserver ces pièces à conviction et armes du crime. Ce juge refusera aussi de rouvrir le dossier suite à la découverte des éléments nouveaux par les avocats des parties civiles. En effet, il a refusé d’intégrer le rapport du TPIR gardé secret à l’ONU et qui parlait de l’attentat du 06 avril 1994.

4. Et pour finir; l’historien et “spécialiste du Rwanda et des affaires judiciaires” devrait avoir noté le timing que les tribunaux français respectent pour annoncer leurs décisions dans cette affaire. Le Tribunal de Grande Instance de Paris a rendu son arrêt de “non-lieu” en 2018 juste au moment où le président français Emmanuel Macron venait de faire nommer une proche de Paul Kagame à la tête de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) . Quand on sait que le même Paul Kagame francophobe notoire qui ne parle ni ne comprend un mot de français avait banni la langue française au Rwanda et l’a interdite dans le système d’enseignement, on croit rêver. Mais on ne donne que ce qu’on a. C’est ce qu’avait la France à offrir à Kagame pour l’amadouer. Quant à la Cour d’Appel de Paris elle s’est arrangée pour annoncer son arrêt de “non-lieu” en juillet 2020 au moment où la France annonçait sa reprise de la coopération avec le Rwanda de Paul Kagame en lui versant en prime 50 millions d’euros. Kagame promettait de son côté d’autoriser la reconstruction du Centre culturel français à Kigali en remplacement de celui qu’il avait rasé en 2009 et surtout l’agrément enfin d’un ambassadeur de France au Rwanda ce qu’il refusait depuis plus de 3 ans.

Bref, les rwandais n’ont pas besoin d’historien français et encore moins de soi-disant spécialistes de leur pays pour comprendre et réaliser le sort qui est le leur.

Sandrine Mukamunyana

Source : htts://echosdafrique.com