France – Rwanda : un criminel de guerre reçu par l’état-major français !

Ces derniers temps la France est en train de perdre son influence dans ce que l’on a appelé son « pré carré africain » à savoir les anciennes colonies françaises. Pour garder la face, elle a décidé de recourir au régime rwandais connu pour être une dictature sanguinaire sous la gouvernance du Front Patriotique Rwandais (le FPR) dirigé par Paul Kagame. Ce dernier est aidé par des oligarques composé majoritairement des hauts gradés de l’armée rwandaise. C’est dans cet optique que chef d’état-major français des armées le général Thierry Burkhard reçoit en ce moment une délégation composée des Officers rwandais à sa tête le chef d’Etat major de l’armée rwandaise Jean Bosco Kazura. La visite a commencé le 14 et terminera le 17 mars 2022.

Le passé criminel de Jean Bosco Kazura

Si l’on en croit sa page Wikipédia[1] Kazura a rejoint l’armée patriotique rwandaise en 1992 et a occupé les fonctions de général de brigade et de division entre 1998 et 2003, les années durant lesquelles l’Armée Patriotique Rwandaise a décimé des milliers de civils hutus au Nord du Rwanda dans la guerre dit des infiltrés (Abacangezi) et en République Démocratique du Congo. Wikipedia citant le journal Foreign Policy paru en en décembre 2013 nous apprend que Jean Bosco Kazura : « Est l’auteur de crimes de guerre durant la phase finale du conflit [génocide et guerre civile au Rwanda], agissant comme commandant d’escadrons de la mort, sous le commandement de Patrick Nyamvumba, en compagnie de John Birasa et d’Emmanuel Butera. Le « bataillon Oscar », avec Kazura à sa tête, est chargé de ratisser les campagnes des préfectures de Byumba et Kibungo. Selon certains témoignages, Kazura a organisé et assisté en juin-juillet 1994 à des tueries de civils hutus à Nasho, Rutonde, Rwanteru, ainsi qu’à des opérations d’épuration de l’administration en 1995 et 1996les accusations portant même sur une implication personnelle dans l’assassinat et l’incinération des corps ».

Sous la présidence d’Emmanuel Macron, tous les tapis rouges de sa diplomatie sont devenus des serpillières lesquelles les criminels de guerre viennent se blanchir. Plus de 6 millions de morts en RDC

Il est étonnant de voir un criminel de guerre être invité et reçu par le chef d’état-major français au moment où le monde entier condamne les crimes de guerres que la Russie est en train de commettre en Ukraine. C’est le « en même temps » macronien.

D’après Jeune Afrique la délégation reçue est composée de quatre officiers dont le chef de renseignement militaire Vincent Nyakarundi et a pour objectif la « reprise de la coopération militaire ». Néanmoins RFI citant le porte-parole de l’armée française dit que le but de cette visite sont les « d’échanges classiques ». Dans cette matinée du 15 mars 2022, le général Thierry Burkhard via son compte Twitter, a confirmé l’objet de la rencontre : « Entretien hier avec mon homologue rwandais, le général Kazura. Échanges de vues sur la situation sécuritaire en Afrique centrale et en Afrique australe, et sur le dialogue militaire franco rwandais ». Il a ainsi confirmé ce que beaucoup d’analystes avancent en disant que Kigali est le nouveau gendarme de la France en Afrique. Le néocolonialisme militaire pourrait avoir de beaux jours devant lui si les panafricains ne voyaient pas clair dans le jeu de la France, comment peut-elle décider qu’une armée criminelle qui a commis des massacres de masse peut-elle devenir son gendarme en Afrique ?

L’exemple récent de l’utilisation de l’armée rwandaise comme un gendarme pour la France est la Mozambique (lire l’article : France-Rwanda-Mozambique : Emmanuel Macron derrière l’envoi des troupes de Paul Kagame au Mozambique), un pays où les réfugiés rwandais vivent dans la crainte quotidienne après qu’Emmanuel Macron ait demandé à Nyusi d’utiliser l’armée rwandaise pour veiller sur les intérêts de Total Energies au Mozambique. L’objectif affiché est de “ramener la paix dans la région de Cabo Delgado” cependant l’arrivée des militaires rwandais a amené avec elle un contexte d’assassinat et de kidnapping avec l’implication des services de renseignements mozambicains au sein de réfugiés rwandais. Une personne sur place nous a dit que l’Ambassade du Rwanda au Mozambique a demandé aux refugiés à Maputo de faire allégeance au régime du FPR pour acheter leur paix, ceux qui sont dans l’incapacité de feindre cette allégeance craignent pour leur vie et vivent cachés.

Après l’échec de la France, les criminels de Kigali sont la voie de secours pour Emmanuel Macron

Nous avons tous assisté à l’échec cuisant de la France au Mali avec le retrait des forces françaises à la suite des désaccords entre la France et le nouveau pouvoir au Mali. Le retrait de la France au Mali ne veut pourtant pas dire abandon de la région de Sahel riche en énormes gisement d’uranium (au Niger), la France n’étant pas prête à abandonner son yellow cake. De ce fait le Niger est naturellement pressenti comme terre d’accueil pour les expulsés du Mali. Afin d’éviter une intervention directe, il semblerait qu’Emmanuel Macron ait opté de passer par les services de Paul Kagame, celui que beaucoup de panafricains n’hésitent pas à surnommer le Hitler de l’Afrique notamment pour souligner son implication dans les massacres de plus de 6 millions des morts dans les guerres en RDC.

En 2021 lorsque ce n’était pas Paul Kagame qui recevait Emmanuel Macron au Rwanda c’est Jupiter qui recevait Kagame à l’Elysée. L’on ne sait pas ce que les deux présidents se murmurent si ce n’est la reprise de relations diplomatiques entre les deux pays. Il semblerait que les deux amis se comprennent mutuellement mais pour les intérêts différents. La France veut sauvegarder son honneur et intérêt en Afrique tandis que Paul Kagame veut sa protection et son maintien éternel au pouvoir.

La visite du criminel Kazura intervient après que le 18 février 2022 les Rwandais lambdas ont été étonnés d’apprendre que la France offrait à la dictature un montant de 5 millions d’euros, soit 5.9 milliards de francs rwandais et un prêt correspondant à 20 millions d’euros, soit 23 milliards de francs rwandais, qui sera utilisé dans le renforcement de capacité des instances financières et des micro-finances frappées par la crise due à la pandémie de Covid-19. Le plus drôle dans cette annonce est que le 5 millions d’euros sont destinés à former les enseignants et professeurs de la langue française, les enseignants des écoles primaires et pour qu’à leur tour apprennent aux petits rwandais le français !

Vous pouvez lire cet article pour comprendre le paragraphe suivant : Rwanda : Leur vie d’enseignant(e), calculette à l’appui

C’est comme si l’Angleterre offrait un don à la France pour former les enseignants et professeurs français à la langue anglaise alors que ces derniers souffrent d’une vie précaire, une vie qui ne leur permet pas d’assurer un enseignement de qualité ! Oui c’est tristement drôle car la qualité de l’éducation au Rwanda a baissé au point où l’on a vu circuler des vidéos des élevés dans l’équivalent du CM2 ne savant pas écrire les noms en Kinyarwanda!

Le geste de la France, ici représenté par Antointe Anfré, le VRP de la dictature rwandaise, est comparable à une personne qui offrirait des médicaments pour soigner le rhume à une personne qui souffrirait d’un cancer sans avoir les moyens d’acheter les médicaments qui guérissent du cancer!

A part si monsieur Antoine Anfré a une baguette magique pour relever l’éducation rwandaise en commençant par les bases comme les mathématiques et le Kinyarwanda et en relevant le salaire d’un enseignant au Rwanda, beaucoup doutent que cet argent puisse apporter une quelconque aide aux Rwandais et se posent alors la question de savoir si le Front Patriotique Rwandais (FPR) qui est au pouvoir au Rwanda ne va pas détourner cette somme et la transférer sur comptes ouverts dans des paradis fiscaux tel que le Panama et ailleurs, comme il a pour habitude de le faire. La question s’est aussi posée si ce n’était pas une façon déguisée pour financer les interventions militaires de Paul kagame pour les intérêts français que cela soit au Mozambique, en Centrafrique et peut-être bientôt au sahel. Rappelons que malgré son statut de criminel de guerre, Jean Bosco Kazura a été à la tête de la MINUSMA entre 2013 et 2014.

Nous pouvons citer et adapter la phrase de Nicolas Sarkozy en disant que La France d’Emmanuel Macron ne comprend pas qu’en voulant assoir son influence en perdition en Afrique, elle s’allie à un régime génocidaire ! en ignorant les alertes des plus lucides observateurs, la France est en train d’endosser une responsabilité accablante dans un engrenage qui va aboutir au Pire.

Cette fois-ci elle le fait en connaissance de faits. Il n’est pas alors étonnant que ce 12 mars 2022 lorsque l’on a posé la question au Dr Denis Mukwege sur ce qu’il attendait du président français [dans son combat de lutte contre l’impunité et pour la paix en RDC], sa question a été extrêmement lucide : «Moi je suis au niveau des peuples : j’attends surtout du peuple français ».

Alice Mutikeys


[1] Jean Bosco Kazura — Wikipédia (wikipedia.org)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s