Category Archives: Actualités

Pourparlers de Nairobi. Une nouvelle opportunité aux groupes armés pour retarder la venue de la paix

« Le gouvernement congolais ne négocie pas avec les groupes armés, mais les incite à désarmer. » C’est de cette façon que Serge Tshibangu, mandataire du Chef de l’Etat justifie la cacophonie qui se déroule à Nairobi au Kenya entre les délégués de la présidence de la république et les groupes armés opérant en RDC. Inciter les gens qui ont fait de la violence leur mode de vie par la simple parole sans connaître leurs motivations. Possible. Car, même l’enfer est pavé de bonnes intentions. Qui peut vraiment croire à pareille justification qui, pour moult raisons, paraît non seulement comme une insulte à la nation et à tous ceux qui ont perdu leur vie à la recherche de la paix à l’est de la RDC, mais surtout comme une sorte d’amateurisme sur les questions de la violence armée dans la région des Grands Lacs africains singulièrement à l’est de la RDC ?

Continue reading

Rwanda- Royaume Uni. Boris Johnson et Paul Kagame dans le business des demandeurs d’asile

Jeudi le 14 avril 2022, tous les principaux médias occidentaux ont diffusé la nouvelle faisant état de la signature entre le Royaume Uni et le Rwanda d’un accord selon lequel tous les demandeurs d’asile en Grande Bretagne qui auraient atteint ce pays illégalement seraient dorénavant expulsés et déportés au Rwanda.

Les réactions ont été nombreuses à travers le monde. Que ce soit au Royaume Uni-même où les partis d’opposition ont critiqué cet accord ou dans les ONG qui l’ont dénoncé aussi. Même le HCR, chargé de veiller sur la protection des réfugiés partout dans le monde, mandat qu’il tient en tant qu’organe des Nations Unies, l’a dénoncé.

Au-delà des considérations juridiques et humanitaires que relèvent ces instances, il y a lieu de souligner aussi et faire observer les dessous des cartes dans ce marché en ce qui concerne Paul Kagame et sa clique au pouvoir à Kigali mais aussi Boris Johnson et son gouvernement conservateur.  Tel est l’objet du présent article.

Partie émergée de l’iceberg

L’accord avec le Rwanda, qui sera financé par le Royaume Uni à hauteur 120 millions de livres (144 millions EUR), prévoit que les migrants – dont ni les nationalités ni les conditions d’arrivée ne sont pas précisées – soient « intégrés dans les communautés à travers le pays », selon le communiqué publié par Kigali.

Continue reading

Le Groupe d’Initiative France-Rwanda, proteste contre la visite à Paris d’une délégation conduite par le général Jean Bosco Kazura.

COMMUNIQUÉ

Paris 15 mars 2022

Le Groupe d’Initiative France-Rwanda, GIFR en sigle, proteste contre la visite à Paris d’une délégation militaire du Rwanda conduite par le général Jean Bosco Kazura, chef d’État-Major des RDF – Forces Rwandaises de Défense.

Le Groupe d’Initiative France-Rwanda, GIFR en sigle, a appris avec stupeur, colère et indignation, la visite à Paris d’une délégation militaire du Rwanda conduite par le général Jean Bosco Kazura, chef d’État-Major des Forces de Défenses rwandaises, sur invitation de son homologue français. La délégation a été reçue avec tous les honneurs par le chef d’État-Major des armées, le général Thierry Burkhard.

 Après les visites en France du général-président rwandais Paul Kagamé en septembre 2011 et en mai 2021, il s’agit du premier déplacement officiel d’officiers de l’armée rwandaise en France depuis plus de 25 ans.

Continue reading

Rwanda: Wave of Free Speech Prosecutions

(Nairobi) – Judicial authorities in Rwanda are prosecuting opposition members, journalists, and commentators on the basis of their speech and opinions, Human Rights Watch said today. Throughout 2020 and 2021, Human Rights Watch monitored trials in which judicial authorities pursued politically motivated prosecutions and perpetuated a culture of intolerance of dissent.

Less than two years out from the 2024 presidential election campaign season, the Rwandan government should ensure an end to violations against civil society activists, journalists, and opposition figures. The government should also protect their right to freedom of expression – a precondition to creating a conducive environment for free and fair elections.

“Judicial authorities in Rwanda, lacking the independence to stand up and protect free speech in accordance with international law, have unjustly convicted and jailed people based on their protected speech and opinions,” said Lewis Mudge, Central Africa director at Human Rights Watch. “All those jailed unjustly should be immediately and unconditionally released, and the abusive legal framework that allowed their prosecution should be reviewed and brought in line with international free speech standards.”

Since the publication of a March 2021 report on the arrests of, and threats against, several Rwandans for posts on YouTube, Human Rights Watch has monitored trials and reviewed trial documents and verdicts to examine the evidence and arguments of prosecutorial authorities, and the basis for judges’ rulings.

Researchers also reviewed content published on various channels managed by journalists and commentators on trial and interviewed 11 opposition members and people who post on YouTube. The cases documented are not exhaustive – Human Rights Watch also received information about other similar cases.

On March 3, 2022, Human Rights Watch wrote a letter to Justice Minister Emmanuel Ugirashebuja to share information about the cases it has documented and to request information on the Rwandan authorities’ steps to address violations of the right to freedom of expression. The government has not responded.

Rwanda has very few opposition parties, and human rights organizations and independent media remain weak. Victoire Ingabire, who was the president of the unregistered opposition party FDU-Inkingi before founding Dalfa-Umurinzi in November 2019, was released from prison in 2018. Members of her party have repeatedly been harassed, threatened, and arrested, or have died or disappeared in suspicious circumstances. Since October 2021, at least eight members of her party have been arrested and charged with offenses, including spreading rumors and forming a criminal association, in relation to a book they acquired and an online training session they attended to learn strategies for peaceful dissent.

Journalists using YouTube as a platform have also been targeted for prosecution for not registering with the Rwanda Media Commission (RMC) or for publishing information that contradicts the government’s version of certain events, such as the suspicious death in custody of Kizito Mihigo, a gospel singer and activist, or disappearances of government opponents.

The cases of Dieudonné Niyonsenga – alias Cyuma Hassan – and Théoneste Nsengimana, which Human Rights Watch documented, could further erode journalists’ legal protections and narrow the space for media and online speech. Niyonsenga, a high-profile YouTuber, was found guilty on appeal of forgery, impersonation, hindering public works, and “humiliation of national authorities and persons in charge of public service.” The last charge, which was added during the first appeal, is no longer a criminal offense in Rwanda. The prosecution authority announced it was lodging a “second appeal” to correct the error. Its verdict is expected on March 18. On March 9, Human Rights Watch received reports and confirmed that Ishema TV was no longer available on YouTube. At time of writing, it is unclear whether the channel was removed voluntarily.

Since 1994, speaking about crimes committed by the ruling Rwandan Patriotic Front (RPF) in the aftermath of the genocide, or sometimes even simply commemorating Hutu who were killed during the genocide, is perceived as crossing a red line, with the government presenting it as a threat to Rwandan unity, or the country’s security as a whole.

“When you are pro-government, you don’t have any problems. When you talk about bad things, you become persecuted, you are a genocide denier,” one YouTuber told Human Rights Watch.

Another said, “They take one word, and they create a crime for you…. Here, the problem is talking the truth. If you do, they go after you.”

The Rwandan government may have legitimate grounds to seek to restrict the kind of dangerous, vitriolic speech that led to the deaths of over half a million people in 1994, but current laws and practices go far beyond this purpose – creating fear and effectively stifling opinions, debate, and criticism of the government.

As Rwanda approaches the 30-year mark since the genocide, and the government aims to ramp up efforts to combat genocide ideology, there is a need to ensure that Rwandans can peacefully express legitimate grievances related to the genocide and post-genocide periods, Human Rights Watch said.

Article 38 of the 2015 Constitution protects freedom of expression but limits that protection by permitting ill-defined restrictions based on “public order, good morals, the protection of the youth and children, the right of every citizen to honor and dignity and protection of personal and family privacy.” The government, with the support of the judiciary, has used this clawback clause to impose restrictions on freedom of expression in ways that are incompatible with Rwanda’s regional and international obligations.

As Rwanda prepares to host the Commonwealth Heads of Government Meeting, scheduled to take place in June, the international community should take a stand and press the authorities to stop harassing, immediately release, and drop all charges against opposition members, YouTube commentators and journalists facing abusive prosecutions that violate freedom of expression. The authorities should also open credible, independent, and transparent investigations into suspicious deaths and disappearances of critics, opposition members, civil society actors, and journalists, and prosecute those responsible.

“The evidence provided by the prosecuting authorities, and what judges have chosen to rely on to justify their conclusions, clearly demonstrates that these cases violate African and international human rights law,” Mudge said. “Prosecuting those who challenge the government of incitement to insurrection or of attempting to tarnish the country’s image is an indication of how little dissent is tolerated in Rwanda.”

For details of the recent cases, please see below.


Cases Against the Political Opposition

In October 2021, at least eight members of Victoire Ingabire’s opposition party, Dalfa-Umurinzi, were arrested in the largest crackdown against the party in recent years. Sylvain Sibomana, Alexis Rucubanganya, Hamad Hagenimana, Jean-Claude Ndayishimiye, Alphonse Mutabazi, Marcel Nahimana, and Emmanuel Masengesho were all detained in the days leading up to and following “Ingabire day,” scheduled for October 14.

On that day, Ingabire was planning to speak about political repression in Rwanda, cases of suspicious deaths, killings, disappearances, and abusive prosecutions. Théoneste Nsengimana, a journalist who was planning to cover the event, was arrested on October 13 and is being tried with the group of seven.

Criminal charges of “spreading false information or harmful propaganda with intent to cause a hostile international opinion against Rwandan government” and “formation of or joining a criminal association” were brought against Sibomana, Rucubanganya, Hagenimana, Ndayishimiye, Mutabazi, Nahimana, and Masengesho. On November 9, during a pretrial hearing, the Kicukiro court said it is also considering evidence to support other, undetermined charges against them. The prosecution contended that the defendants were also responsible for inciting insurrection.

Claudine Uwimana, a party member who was arrested on December 14 in Rutsiro, is being tried separately. She is charged with spreading false information, publishing rumors, forming a criminal association, and inciting insurrection, and has been denied bail.

The arrests send a clear message to those who may wish to mobilize, organize, or campaign on a political platform in the lead-up to the elections that efforts to peacefully change the power structures in place can be considered a criminal offense, Human Rights Watch said.

In both cases, the prosecution based its accusations on the group’s decision to acquire “Blueprint for Revolution,” a book written by Srdja Popovic, and to follow a training organized by the author’s organization, Canvas – the Center for Applied Non-Violent Actions and Strategies. Both the book and the training focus on peaceful strategies to resist authoritarianism, such as nonviolent protest, noncooperation, boycott, and mobilization. The prosecution used as evidence the contents of the book and training, the use of Jitsi – an encrypted online communication platform – and the use of pseudonyms during the training.

The prosecution also accused the group of planning activities such as mobilizing, among others, street vendors and others who are routinely rounded up and subjected to abuse, and a commemoration of political activists and critics who have died, disappeared, or been jailed, on “Ingabire Day,” based on the strategies proposed during the training.

Social protest and mobilization offer people the opportunity to peacefully communicate legitimate complaints and grievances. Governments have a responsibility to create a safe and enabling environment for individuals and groups to exercise their rights to freedom of peaceful assembly, of expression, and of association.

Journalists Under Threat

Dieudonné Niyonsenga

Dieudonné Niyonsenga, also known as “Cyuma Hassan,” runs Ishema TV, a popular YouTube channel on which he has published his sensitive and critical reports. Ishema TV has millions of views, and Niyonsenga is one of the most popular YouTube contributors in Rwanda.

In April 2020, police arrested Niyonsenga and his driver, Fidèle Komezusenge, as they were reporting on the impact of the Covid-19 guidelines on vulnerable populations in a poor neighborhood of Kigali. Niyonsenga and Komezusenge were accused of forgery, impersonating journalists, and hindering public works for being outside during lockdown without a valid RMC-issued press card. Both spent almost a year in detention, but then were acquitted on March 12, 2021. After his release, Niyonsenga gave several interviews on YouTube describing his treatment in detention. In one, he said:

Continue reading

France – Rwanda : un criminel de guerre reçu par l’état-major français !

Ces derniers temps la France est en train de perdre son influence dans ce que l’on a appelé son « pré carré africain » à savoir les anciennes colonies françaises. Pour garder la face, elle a décidé de recourir au régime rwandais connu pour être une dictature sanguinaire sous la gouvernance du Front Patriotique Rwandais (le FPR) dirigé par Paul Kagame. Ce dernier est aidé par des oligarques composé majoritairement des hauts gradés de l’armée rwandaise. C’est dans cet optique que chef d’état-major français des armées le général Thierry Burkhard reçoit en ce moment une délégation composée des Officers rwandais à sa tête le chef d’Etat major de l’armée rwandaise Jean Bosco Kazura. La visite a commencé le 14 et terminera le 17 mars 2022.

Le passé criminel de Jean Bosco Kazura

Si l’on en croit sa page Wikipédia[1] Kazura a rejoint l’armée patriotique rwandaise en 1992 et a occupé les fonctions de général de brigade et de division entre 1998 et 2003, les années durant lesquelles l’Armée Patriotique Rwandaise a décimé des milliers de civils hutus au Nord du Rwanda dans la guerre dit des infiltrés (Abacangezi) et en République Démocratique du Congo. Wikipedia citant le journal Foreign Policy paru en en décembre 2013 nous apprend que Jean Bosco Kazura : « Est l’auteur de crimes de guerre durant la phase finale du conflit [génocide et guerre civile au Rwanda], agissant comme commandant d’escadrons de la mort, sous le commandement de Patrick Nyamvumba, en compagnie de John Birasa et d’Emmanuel Butera. Le « bataillon Oscar », avec Kazura à sa tête, est chargé de ratisser les campagnes des préfectures de Byumba et Kibungo. Selon certains témoignages, Kazura a organisé et assisté en juin-juillet 1994 à des tueries de civils hutus à Nasho, Rutonde, Rwanteru, ainsi qu’à des opérations d’épuration de l’administration en 1995 et 1996les accusations portant même sur une implication personnelle dans l’assassinat et l’incinération des corps ».

Continue reading

Niger – France – Rwanda : Macron au-dessus des Nations-Unies pour les intérêts de Paul Kagame ?

Traduction de l’article publié par d’AfroAmerica Network

Niger – France – Rwanda : Le président du Niger, Mohamed Bazoum, va expulser des Rwandais sous la pression d’Emmanuel Macron (France) et de Paul Kagame (Rwanda), violant ainsi l’accord passé avec les Nations unies.

Le 27 décembre 2021, le gouvernement du Niger dirigé par Mohamed Bazoum a annoncé qu’il expulsait 8 Rwandais du territoire nigérien. Les 8 Rwandais ont été acquittés ou libérés par le Tribunal pénal international (TPI) de l’Organisation des Nations Unies après des dizaines d’années de procès controversés à Arusha, en Tanzanie et ont été récemment envoyés au Niger. Selon des sources d’AfroAmerica Network dans l’entourage du Président Mohamed Bazoum, la décision de rompre l’accord avec les Nations Unies a été prise à la suite d’une longue conversation téléphonique directe entre le Président du Niger Mohamed Bazoum à Niamey et le Président français Emmanuel Macron et le Président rwandais Paul Kagame, depuis Paris le 20 décembre 2021.

Ces 8 Rwandais, qui avaient fait partie du gouvernement ou de l’armée rwandaise jusqu’en 1994, ont été envoyés au Niger sur la base de l’accord entre le gouvernement du Niger et l’Organisation des Nations unies, signé à Niamey, au Niger, le 15 novembre 2021.   Les 8 Rwandais sont les suivants :

    Zigiranyirazo Protais

    Nzuwonemeye Francois Xavier

    Nteziryatyo Alphonse

    Muvunyi Tharcisse

    Ntagerura André

    Nsengiyumva Anatole

    Mugiraneza Prosper

    Sagahutu Innocent

Une personne, Bicamumpaka Jerome Clement, a été retirée de la liste à la dernière minute, lorsque le gouvernement nigérien a appris que le gouvernement canadien suivait de près l’affaire le concernant.

La décision d’expulser les Rwandais a été énoncée dans un décret signé par le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, Hamadou Adamou Souley, le 27 décembre 2021. Les personnes visées ont eu 7 jours pour quitter le pays. Le gouvernement nigérien a déclaré que cette décision était motivée par des considérations et des intérêts diplomatiques primordiaux.

La question était alors la suivante : qu’est-ce qui se cachait derrière ces intérêts diplomatiques ?

Selon les sources d’AfroAmerica Network au sein du gouvernement nigérien, la décision a été prise après un long appel reçu par le président Mohamed Bazoum de la part du président français Emmanuel Macron, le 20 décembre 2021.

Emmanuel Macron a reçu le 20 décembre 2021 Paul Kagame à l’Élysée

 En fait, cette annonce fait suite à la visite en France, du 19 au 21 décembre 2021, du général Paul Kagame, dictateur rwandais, et à sa rencontre avec le président français Emmanuel Macron, à Paris.

D’autres sources d’AfroAmerica Network proches du gouvernement rwandais ont déclaré que la rencontre entre Emmanuel Macron et Paul Kagame à Paris le 20 décembre 2021 a porté sur l’avancement du déploiement des troupes rwandaises dans la région mozambicaine de Cabo Delgado, en particulier à Afungi, une zone riche en pétrole, gaz et minéraux, pour lutter contre l’insécurité croissante et la guerre civile, et surtout protéger les intérêts de la compagnie pétrolière française Total.   Les sources, sans être précises, ont également mentionné que la situation en Afrique de l’Ouest, notamment au Mali, au Niger et en République centrafricaine, a été discutée.

Relations France – Niger – Rwanda :  Une condition pour les forces rwandaises de maintien de la paix au Niger

L’influence de la France, sous la direction d’Emmanuel Macron, s’est fortement affaiblie en Afrique, en particulier en Afrique de l’Ouest. Cela a eu un impact sur l’économie française qui dépend des ressources naturelles et des matières premières de la région et exporte vers l’Afrique. La France a également été la cible d’éminents activistes africains, notamment du mouvement panafricain (voir ici : Kémi Séba : AfroAmerica Network Black Man of Year 2021) et de dirigeants africains, comme le nouveau président de transition du Mali, le colonel Assimi Goita, qui, tout en promettant le retour à un régime civil en février 2022 après la tenue d’élections présidentielles et législatives, a décidé d’expulser les troupes françaises du Mali.

Les institutions au Rwanda ne fonctionnent pas, les enfants du Rwanda vont mourir au combat aux quatre coins d’Afrique pour les intérêts de la France. Un jour Emmanuel Macron rendra compte au peuple rwandais.

La France a donc tenté de s’appuyer sur certains dirigeants africains pour maintenir son influence et protéger ses intérêts. Parmi ces dirigeants, on trouve des dictateurs africains, comme le général Paul Kagame, et d’autres dont l’administration est faible et qui sont confrontés à une insurrection virulente cherchant la protection de la France, notamment le président du Niger, Mohamed Bazoum.

Le 31 mars 2021, deux jours seulement avant la prestation de serment du président Mohamed Bazoum, les forces de sécurité nigériennes ont déjoué une tentative de coup d’État menée par une unité militaire dans la capitale Niamey. Le coup d’État a été évité par la Garde présidentielle.  Malgré la tentative de coup d’État, le 2 avril 2021, Bazoum a prêté serment, devenant ainsi le premier président démocratiquement élu du pays depuis l’indépendance en 1960.

Depuis lors, selon des sources d’AfroAmerica Network au sein de son cercle intime, le président Mohamed Bazoum ne fait pas confiance aux militaires et cherche à obtenir l’aide du gouvernement français. Son gouvernement est également confronté à une insurrection djihadiste meurtrière qui sème le chaos dans l’ouest du pays et dans toute la région du Sahel. Le gouvernement français, se fondant sur l’expérience du Mozambique, a proposé d’inviter, officiellement ou secrètement, des forces spéciales ou des troupes rwandaises au Niger pour soutenir la garde présidentielle et les troupes loyales. Les troupes assureront également la sécurité autour des mines d’or et d’uranium et des zones de ressources pétrolières.

Des sources au sein du gouvernement nigérien confirment que l’expulsion de 8 Rwandais est la condition clé dans l’exécution d’un plan élaboré qui a été adopté lorsque le président du Niger Mohamed Bazoum a demandé au président français de l’aider à assurer la sécurité de son gouvernement et de son administration.

 Le président français Emmanuel Macron a proposé d’utiliser les troupes rwandaises, compte tenu de leurs performances au Mozambique, au Sud-Soudan et en République centrafricaine, mais aussi de la nécessité de garder le secret et de ne pas exposer les troupes françaises dans une zone où elles ne sont pas les bienvenues. La France doit ensuite aider à convaincre Paul Kagame et fournir des fonds suffisants pour les opérations.  

Le président Mohamed Bazoum a trouvé la proposition brillante. Le président français Emmanuel Macron a alors invité le général Paul Kagame à discuter de la proposition d’envoyer les troupes et les forces spéciales rwandaises au Niger. Une partie des forces spéciales a terminé l’entraînement à la mi-décembre 2021.

A partir de là, l’exécution du plan s’est déroulée comme suit :

  • Le président français Emmanuel Macron a organisé une courte visite soudaine du général Paul Kagame à Paris, en France, du 19 au 21 décembre 2021.
  • Puis, le 20 décembre 2021, le président français Emmanuel Macron et le général Paul Kagame ont eu une discussion à Paris. De façon imprévue, le général Paul Kagame a posé une condition : expulser les 8 Rwandais du Niger, sans délai. Immédiatement, Emmanuel Macron et Paul Kagame ont appelé Mohamed Bazoum pour lui soumettre cette condition. Celui-ci a immédiatement accepté, sans aucune condition.
  • Une semaine plus tard, le 27 décembre 2021, la décision d’expulser les 8 Rwandais est rendue publique.

Quelle est la prochaine étape ? 

  • Les troupes rwandaises vont-elles se déployer secrètement au Niger et contribuer à mettre fin à l’insécurité, à sécuriser le gouvernement et l’administration de Mohamed Bazoum et à protéger les intérêts du gouvernement français dans la région ?
  • L’Organisation des Nations Unies et le Tribunal pénal international permettront-ils au gouvernement du Niger de Mohamed Bazoum de rompre l’accord signé un mois plus tôt et d’expulser les 8 Rwandais ?
  • Quel sera le sort des 8 Rwandais, reconnus innocents ou libérés par le Tribunal pénal international (TPIR), après des décennies de procès et de détention controversés ?  Seront-ils contraints de retourner au Rwanda, où ils risquent presque certainement d’être maltraités, emprisonnés ou tués ?

AfroAmerica Network poursuit son investigation.

Par AfroAmerica Network

“Tous les pays membres de l’ONU ont une dette morale envers les peuples de la région des Grands Lacs d’Afrique”- Victoire Ingabire Umuhoza

La Journée des droits de l’homme est célébrée chaque année le 10 décembre, jour anniversaire de l’adoption en 1948 par l’Assemblée générale des Nations Unies de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Ce 10 décembre 2021, les habitants de la région des Grands Lacs, dont je fais partie, et tous ceux qui s’intéressent à la situation politique de cette région, sont en droit de se demander si ce jour a la même signification que celle qu’il avait le 10 décembre 1948.

"Tous les pays membres de l'ONU ont une dette morale envers les peuples de la région des Grands Lacs d'Afrique"
Enfant au lac Kivu © Getty

En effet, la région des Grands Lacs connaît des conflits interminables depuis plus de deux décennies qui, d’après certaines publications, ont causé la mort de plus de cinq millions de personnes, surtout à l’est de la République démocratique du Congo, sans oublier des conflits ouverts qui coutent beaucoup de vies humaines dans cette partie du monde.

Les conflits dans la région des Grands Lacs découlent fondamentalement de l’absence totale d’un État de droit et des effets qui en dérivent. On peut citer notamment l’absence de démocratie pluraliste. Dans les pays de la région des grands lacs, on y trouve plutôt une démocratie de de façade caractérisée par la culture de l’impunité, le non-respect des droits de l’homme et des libertés des citoyens, la mauvaise gouvernance et la mauvaise gestion des ressources économiques.

En décembre 2020 le Conseil de Sécurité a pour la nième fois adopté la stratégie pour la consolidation de la paix et la prévention et le règlement des conflits dans la région des Grands Lacs. Une stratégie qui s’articule autour des trois piliers, à savoir : a) la paix, la sécurité et la justice; b) le développement durable et la prospérité partagée; c) la résilience face aux problèmes anciens et nouveaux[1].

Ces stratégies que le Conseil de Sécurité ne cesse de rappeler n’ont jamais été mises en application et n’amènent donc pas la tranquillité au simple citoyen des pays de la région des Grands Lacs d’Afrique car dans le monde globalisé d’aujourd’hui les intérêts économiques priment sur les droits fondamentaux de l’homme.

Ainsi par exemple, en 2010, l’ONU a publié un rapport cartographié documentant les violations les plus graves des droits de l’homme et du droit international humanitaire commises sur le territoire de la RDC entre mars 1993 et ??juin 2003[2].

Dans ce rapport, l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL) appuyée par le Rwanda a été identifiée comme l’auteur de plusieurs crimes. Face à ces accusations, les hauts fonctionnaires du Rwanda ont consacré du temps, de l’énergie et des efforts à se défendre auprès de la communauté internationale contre les allégations d’implication dans le conflit en RDC. Malgré ces efforts de défense, la réputation du Rwanda en tant qu’instigateur du conflit et exploitant illicitement des minerais dans l’est de la RDC restera toujours la source de méfiance, surtout entre le peuple congolais et le peuple rwandais mais aussi au niveau des relations entre le Rwanda et la RDC jusqu’à ce que ces accusations ne soient éclaircies une fois pour toutes.

A part ces conflits ouverts en RDC, il y a aussi des conflits latents entre le Rwanda et ses autres voisins. En 2015, les relations entre le Rwanda et le Burundi se sont également détériorées. Le Burundi a accusé le Rwanda d’avoir orchestré un coup d’état manqué; tandis que les autorités rwandaises accusent son voisin du sud d’abriter les rebelles qui veulent renverser son pouvoir. La frontière entre le Rwanda et le Burundi a été fermée pendant longtemps.

En 2018, des problèmes sont survenus entre le Rwanda et l’Ouganda. Le Rwanda se plaignait que l’Ouganda arrêtait des Rwandais vivant en Ouganda et que ces Rwandais sont torturés ou subissent des traitements cruels, inhumains et dégradants. Les autorités rwandaises accusent aussi l’Ouganda de soutenir les groupes rebelles qui tentent de renverser le pouvoir en place au Rwanda. La frontière entre le Rwanda et l’Ouganda ont également été fermés pendant plusieurs mois.

La fermeture des frontières prive ainsi les simples citoyens de ces pays leur liberté de mouvement ce qui viole l’article 13 de déclaration universelle des droits de l’homme.

A cette date où nous célébrons la journée des droits de l’homme instaurée par l’ONU, des foyers d’instabilité et de violence, des accrochages transfrontaliers, la méfiance et les tensions persistent entre les pays de la région des Grands Lacs d’Afrique.

Ainsi, j’invite la communauté internationale, surtout le groupe international de contact des pays de la région des Grands Lacs d’Afrique à assister les pays de cette partie du monde à trouver une solution adéquate et inclusive.

Il est déplorable de constater que la stratégie de l’ONU citée précédemment, certains acteurs clé rwandais n’ont pas été consulté pourtant le Rwanda est dans le centre de toutes ces tensions.

Les violations des droits de l’homme commises au Rwanda sont décrites en détail depuis plus de dix ans dans les rapports annuels de l’Union européenne sur les droits de l’homme et la démocratie, publiés sur le site du Service européen pour l’action extérieure[3]. De plus, lors de la 37ème session de l’Examen Périodique Universel sur les droits de l’homme au Rwanda, qui s’est tenue à Genève en janvier 2021, des représentants de divers Etats membres des Nations Unies ont fait part aux délégués de notre gouvernement de leurs préoccupations concernant les violations des droits de l’homme au Rwanda[4].

Toutes ces violations poussent certains rwandais à quitter le pays et beaucoup d’entre eux à se regrouper dans différentes organisations armées ou non armées, ce qui constitue à moyen ou à long terme une menace de sécurité du Rwanda.

J’ai toujours soutenu que sans résoudre le problème politique du Rwanda, il sera impossible d’apporter la stabilité dans cette région.

Je reste convaincue que les difficultés politiques, sociales et économiques auxquelles mon pays est confronté ne peuvent être surmontées que si notre gouvernement est contraint de faire les réformes de gouvernance nécessaires aujourd’hui. Ces réformes peuvent être réalisées à travers un dialogue entre toutes les composantes de la société rwandaise[5].

Sans ces réformes, il sera difficile de promouvoir le respect des droits de l’homme au Rwanda et par conséquent d’éviter et/ou d’arrêter le bain de sang qui coule dans la région des pays de Grands Lacs d’Afrique depuis plus de trois décennies.

A cette journée de droits de l’homme, je vous invite à écouter les cris de ces femmes violées, abandonnées à leur sort ; mais aussi à être attentifs aux pleurs de ces enfants qui sont privés de toute vie décente, qui vivent dans la pauvreté sans précédent.

Travaillons ensemble pour mettre fin au trafic de minerais de sang dans toute la région et privilégions la paix, la stabilité et le développement de tous.

Tous les pays membres de l’ONU ont une dette morale envers les peuples des pays de la région des Grands Lacs d’Afrique car en signant la charte des peuples des Nations Unies, ils se sont engagés à assurer le respect universel et effectif des droits de l’homme et des libertés fondamentales dans le monde entier. J’en appelle à leur conscience pour que le sang cesse de couler dans les pays de la région des Grands Lacs d’Afrique.

Victoire Ingabire Umuhoza,présidente de DALFA UMURINZI

Source: Levif

[1] https://ungreatlakes.unmissions.org/sites/default/files/s_2020_1168_f.pdf

[2] https://www.ohchr.org/Documents/Countries/CD/DRC_MAPPING_REPORT_FINAL_EN.pdf

[3] 4 https://eeas.europa.eu/headquarters/headquarters-homepage/82/about-european-external-action-service-eeas_en

[4] https://www.ohchr.org/EN/HRBodies/UPR/Pages/RWIndex.aspx

[5] https://www.levif.be/actualite/international/pour-un-nouveau-dialogue-inter-rwandais-carte-blanche/article-opinion-14811

Mise au point sur la vraie vérité de la fuite du Rwanda par le père du président Paul Kagame

Dans une interview publiée par le journal Jeune Afrique n° 3104 de Septembre 2021, le Président Paul KAGAME revient sur la période de son jeune âge et raconte comment lui, à l’âge de 4 ans, et ses parents ont fui le Rwanda en 1961. L’article est intitulé : « Le joue où j’ai fui le RWANDA pour échapper aux génocidaires ».

Dans son exposé, Paul KAGAME dit, et je le cite : « Je me souviens bien de la dernière fois, quand nous avons été arrachés à notre foyer. Ce jour- là, ils avaient mis le feu à beaucoup d’habitations. Ils tuaient le bétail et les gens et ils semblaient déterminés à se débarrasser de tout le monde aux alentours, en finissant par notre maison qui se trouvait un peu à l’écart de la route principale ». Et il ajoute : « certains hutus avaient remarqué que la voiture envoyée par la cousine de ma mère, la reine, se dirigeait vers notre maison. Ils se signalèrent mutuellement d’interrompre ce qu’ils faisaient afin de se précipiter vers notre habitation pour nous empêcher de nous échapper. La horde des hutus était quasiment arrivée au portail de notre maison au moment où nous venions d’embarquer dans ladite voiture. Nous sommes allés d’abord à Nyanza dans la famille de ma mère et une semaine après, nous sommes partis jusqu’à MUTARA chez les grands-parents avant de traverser la frontière vers l’UGANDA pour rejoindre un endroit appelé Kamwezi ».

La vérité est toute autre !

En novembre 1959, le RWANDA a connu la Révolution sociale, sous l’impulsion de certains leaders hutu (Dominique Mbonyumutwa, Grégoire Kayibanda, Joseph Gitera et d’autres) pour mettre fin à la dictature et à l’esclavage instaurés par la monarchie des tutsi, avec à leur tête le Roi (Umwami). Le pays était encore sous la tutelle de la Belgique et c’est le Roi qui détenait le pouvoir, en étroite collaboration avec les représentants du gouvernement belge au Rwanda. A la suite de cette révolution, certains tutsis, notamment les chefs et les sous-chefs de territoires, n’ont pas accepté ce vent de changement et ont commencé à assassiner certains leaders hutus à travers le pays. Rappelons, entre autres, les victimes hutues ci-après : Polepole Mukwiye, Sindibona, Secyugu. En fait, un certain nombre de dignitaires tutsis ont fui le pays au motif qu’ils ne supportaient pas d’être sous l’autorité des hutus qui étaient juste avant leurs subordonnés, leurs esclaves!

La famille de Paul KAGAME habitait à Ruhango, une petite ville située au centre du Rwanda, dans l’ancienne Préfecture de Gitarama et elle est restée sur place jusqu’en 1961. Paul Kagame a parlé d’une horde de hutu qui seraient venus jusqu’au portail de leur habitation, ajoutant que sa famille serait partie vers une autre ville voisine, celle de Nyanza. Si c’étaient vraiment des génocidaires, ils auraient pu poursuivre sa famille jusque-là au lieu de la laisser tranquille durant une semaine. En réalité, pendant cette Révolution qui allait être confirmée le 28 janvier 1961 avec l’avènement de la République, les hutus ont laissé partir à l’étranger les tutsi qui le voulaient. Il arrivait même qu’ils les accompagnent en transportant leurs affaires jusque dans les régions réservées ou recommandées, notamment le Bugesera et le Mutara. Pour preuve, Paul Kagame a reconnu avoir rejoint ses grands- parents au Mutara, sans aucun obstacle.

Oser parler de génocidaires hutus en 1959-1961, c’est tout simplement dénaturer la vérité des faits : Paul Kagame omet curieusement de mentionner que sa tante, la reine Gicanda, est restée au Rwanda dans sa résidence située à Butare dans le sud du pays et que le même Kagame, réfugié en Uganda, est revenu lui rendre visite, à plusieurs reprises, sans être inquiété par les services de l’Etat rwandais qui étaient certainement au courant de ses allées et venues. Paul Kagame ne signale pas non plus qu’en 1965, son père, également réfugié en Uganda, est revenu à Ruhango dans son village où il a retrouvé tranquillement ses amis avant de retourner en exil. Par ailleurs, les attaques des rebelles « Inyenzi », devenus par après le FPR-Inkotanyi, contre le Rwanda, ont commencé au début des années 1960 et se sont poursuivies jusqu’en 1968, sans que cela constitue une menace pour la sécurité de la parenté de Kagame présente au Rwanda. Enfin, le beau-père de Kagame et la femme de ce dernier, Jeannette Kagame, ont vécu des années à Kigali, capitale du Rwanda, en vaquant quotidiennement à leurs affaires et en toute quiétude, dans les années 1980, alors que le pays était dirigé par la majorité hutus.

L’histoire du Rwanda falsifiée à des fins politiciennes

Depuis que le FPR-Inkotanyi a pris le pouvoir en 1994, après avoir abattu l’avion qui transportait le Président Juvénal Habyarimana et d’autres personnalités, élément déterminant qui a déclenché le génocide au Rwanda, celui-ci est devenu un fonds de commerce pour le régime dictatorial de Kagame qui ne cesse de l’évoquer à tort et à travers pour faire taire, voire tuer, tous ceux qui osent fustiger et condamner ses mensonges et ses crimes innommables. Les observateurs avisés de la situation du Rwanda savent aussi que le FPR-Kagame travaille savamment à la falsification de l’histoire, dans le but à peine voilé de disqualifier, pour de bon, les hutus dans la course à la direction du pays. En effet, en les traitant globalement de génocidaires, y compris les premiers leaders ayant instauré la république au Rwanda, le FPR envoie au monde entier le message selon lequel la majorité hutu ne doit plus prendre le pouvoir, soi-disant pour la sécurité des tutsi dont les vies seraient encore une fois menacées si les hutu revenaient aux affaires.

Nous tenons à souligner que ni les manipulations, ni les intimidations du régime du FPR-KAGAME ne nous détourneront de notre combat pour la vérité. Nous osons espérer que le journal « Jeune Afrique » qui a publié ladite interview accordée au Président Paul Kagame, daignera diffuser la présente mise au point. Le but est que cette version contradictoire permette aux lecteurs intéressés, en particulier les Rwandais, de connaître la vérité, et rien que la vérité, sur ce point précis qu’est la fuite du Rwanda de la famille de Kagame au début des années 60.

Fait à Bruxelles le 30 septembre 2021.

Faustin Twagiramungu
Ancien Premier Ministre du Rwanda
et témoin de l’histoire rwandaise

Rwandan YouTube star jailed for ‘humiliating’ state officials

Dieudonne Niyonsenga, whose YouTube channel has more than 15 million views was sentenced to seven years in prison.

A Rwandan who used his YouTube channel to criticise the government has been sentenced to seven years in prison by a court in Kigali, amid a growing crackdown on dissidents in the tightly controlled East African nation.

Dieudonne Niyonsenga, whose YouTube channel Ishema TV had amassed more than 15 million views, was found guilty on Thursday on four charges including forgery, impersonation, and “humiliating” state officials.

“We are appealing this verdict against Niyonsenga with immediate effect. It is simply not right,” his lawyer Gatera Gashabana said on Friday.

The court found Niyonsenga to have committed the crimes intentionally and coupled the verdict with a fine of five million Rwandan francs ($4,900).

“Due to the adverse consequences that his crimes have had on Rwandan society, the court orders that Dieudonne Niyonsenga be immediately arrested and taken to serve his jail sentence,” the judge said in delivering the verdict.

Niyonsenga, better known by his YouTube persona Cyuma, which means “Iron”, was known for discussing human rights abuses on his channel.

Shortly after the verdict, the YouTube star said police had surrounded his home. Police and prison officials have not confirmed whether Niyonsenga has been taken into custody after being sentenced in absentia.

His jailing comes weeks after another high-profile critic with a YouTube following was sent to prison.

Last month, Rwandan authorities arrested six people including a journalist and members of an opposition party accused of publishing rumours allegedly intended to start an uprising.

Theoneste Nsengimana, who runs Umubavu TV – an online Youtube channel that often airs content critical of the government, was among those arrested.

Niyonsenga has already been arrested in April 2020, after broadcasting a series of videos accusing soldiers of serious abuses against slum dwellers during the enforcement of a strict coronavirus lockdown.

Shortly afterwards, he was charged with violating the lockdown and impersonating a journalist and sent to prison.

He was acquitted and released 11 months later but prosecutors appealed to a higher court.

The crackdown on YouTube creators has had a chilling effect in Rwanda, where independent media has been quashed and other forms of free expression are strictly monitored by the government.

Critics have accused President Paul Kagame’s government of human rights abuses although it has had support from Western donors for restoring stability in the years after the genocide, and boosting economic growth.

In March, Human Rights Watch voiced alarm about the crackdown. Kagame has denied accusations of abuse.

SOURCE: AL JAZEERA AND NEWS AGENCIES