Category Archives: Manifestations

Rwanda: A Year On, No Justice for Refugee killings

Police Shot Dead at Least 12 During Protest

Burundi: plusieurs morts dans de nouvelles violences à Bujumbura

CEYtzUBVEAIjKrU.jpg large_0

Au Burundi, la foule chasse les militaires accusés de pas avoir protégé les manifestants contre les imbonerakure et les policiers, le 7 mai 2015.

Dans la capitale burundaise, de nouveaux affrontements se sont produits ce jeudi matin. Selon un bilan de la Croix-Rouge, il y aurait au moins trois morts. Par ailleurs, une explosion a été signalée dans un quartier, foyer de la protestation. Elle a fait un mort et sept blessés, et a été suivie de heurts entre opposants et partisans du président sortant Pierre Nkurunziza.

La situation reste tendue dans plusieurs zones de la capitale notamment en raison du changement d’attitude des militaires.L’armée, jusqu’ici acclamée pour sa neutralité, a pris ce matin des engins de chantier pour dégager les barricades dans le quartier de Musaga. « Ils prennent le parti de Nkurunziza », disent désormais les manifestants en colère.

Colère également à Cibitoke, dans le nord de la capitale. Deux attaques à la grenade dans un quartier pro-manifestants ont fait au moins un mort et sept blessés. Ce sont les imbonerakure, la jeunesse du parti au pouvoir, qui ont tout de suite été accusés par les riverains. S’en est suivi des affrontements entre jeunes pro et anti-troisième mandat. La police est intervenue et un jeune manifestant a été grièvement blessé d’une balle dans la tête.

Pour le porte-parole du ministère de la Sécurité publique, toutes ces attaques sont du fait des manifestants et auraient visé des policiers. Ce n’était pas l’avis de ces manifestants qui s’en sont alors pris aux militaires : « La police protège les imbonerakure et vous, vous ne faites rien », ont-ils lancé.

Ivres de rage, les manifestants ont commencé à tourner dans le quartier à la recherche de responsables, de jeunes du parti au pouvoir. Et une foule s’est lancée à l’assaut d’une maison où se cachait, disaient-ils, l’un de ces imbonerakure. Un jeune qui a tenté par tous les moyens d’échapper aux pierres et aux coups de bâton en se réfugiant dans les caniveaux. Les militaires sont intervenus en tirant en l’air. Un autre jeune qualifié d’imbonerakure a été battu et laissé pour mort dans un caniveau.

Les soldats semblaient dépasser ce matin alors que les manifestants s’attaquaient à la maison de ceux qu’ils accusaient d’être des imbonerakure. A l’intérieur, ils ont trouvé des drapeaux du parti au pouvoir et une tenue militaire et des bottines. Preuve, selon eux, que les jeunes du parti au pouvoir se cachent aujourd’hui parmi les forces de sécurité.

Dans un autre quartier à Nyakabiga, un corps gît au milieu d’une avenue, le corps d’un jeune roué de coups qu’on a visiblement tenté de brûler par la suite. Dans ce quartier, les riverains refusent de parler.

■ L’UA demande le report de l’élection présidentielle

Nkosazana Dlamini-Zuma s’est clairement prononcée en faveur d’un report des élections au Burundi lors d’une interview accordée à la chaîne câblée chinoise CCTV. Selon Dlamini-Zuma, « le climat n’est pas propice à la tenue d’un scrutin. On ne peut pas aller dans un pays, poursuit la présidente de la commission, rencontrer des réfugiés qui fuient, et dire que nous allons observer les élections ». La chef de l’exécutif de l’UA s’est aussi prononcée contre un troisième mandat pour Pierre Nkurunziza. « Il y a différentes interprétations de la Constitution, mais parfois, il ne faut pas se limiter à une approche légaliste, ce qui est important ce ne sont pas les légalités c’est la paix au Burundi ».

Des propos, tenus sur la chaîne CCTV, qui sont un véritable désaveu pour le président sortant du Burundi, dont l’initiative est déjà dénoncée ailleurs et notamment à Washington. Sans aller aussi loin, un diplomate de l’Union africaine joint par RFI a condamné fermement le recours aux tirs à balles réelles par la police sur les manifestants à Bujumbura, qualifiant aussi « d’inacceptable l’interdiction de manifestations dès lors qu’elles sont pacifiques ». Selon cette même source, la situation actuelle, qui a déjà poussé 40 000 personnes à se réfugier à l’étranger, est tout aussi inacceptable et pose de lourds défis pour les pays voisins qui les accueillent.

L’Union africaine devrait dépêcher dans les quarante-huit heures des membres de son panel des sages à Bujumbura. L’UA sera également représentée au sommet qu’organise la Communauté de l’Afrique de l’Est sur le Burundi qui se tiendra à Dar es Salam, le 13 mai.

Source: RFI-Afrique

Burundi: mystérieuses attaques à la grenade à Bujumbura

mediaUne «trêve» de deux jours dans les manifestations a été décrétée par le collectif opposé au troisième mandat de Pierre Nkurunziza, ce vendredi 1er mai.AFP PHOTO / SIMON MAINA

Trois personnes, dont deux policiers, ont été tuées et quatre autres blessées au cours d’une série d’attaques à la grenade, vendredi 1er mai, à Bujumbura. Le gouvernement burundais accuse les auteurs des attaques à la grenade d’être liés à la contestation contre un troisième mandat du président Nkurunziza. Le ministre de la Sécurité publique promet de stopper les manifestations qualifiées d’«entreprise terroriste». Vendredi, avant ces attaques, le collectif «Halte au troisième mandat» avait annoncé une trêve de deux jours dans les manifestations.

Une série de mystérieuses attaques à la grenade visant des policiers est survenue ce vendredi 1er mai à Bujumbura, en début de soirée. Deux policiers ont été tués et quatre autres blessés. L’une des attaques a eu lieu dans le quartier de Kamenge et l’autre dans le centre-ville de la capitale burundaise. Une troisième attaque, toujours à la grenade, a eu lieu un peu plus tard dans le centre de Bujumbura, et a fait trois blessés chez les policiers, selon la police.

La police accuse les manifestants qui, depuis dimanche dernier, protestent contre la candidature à un troisième mandat du président Pierre Nkurunziza. Ces attaques surviennent alors que le collectif anti-troisième mandat avait annoncé, plus tôt dans la journée de vendredi, une trêve de deux jours dans les manifestations pour laisser le temps au chef de l’Etat de reconsidérer sa position et d’enterrer les morts. Sept civils ont été tués depuis le début des affrontements, et 66 personnes ont été blessées.

Jets de grenades et tirs de Kalachnikov

Sur le site de l’une de ces attaques, à deux pas de la 9e Avenue de Bujumbura, dans le quartier de Kamenge qui n’avait fait jusqu’ici l’objet d’aucun trouble, on peut voir plusieurs mares de sang. Selon des témoins interrogés par RFI, une première grenade a explosé aux environs de 19h30, vendredi soir. Puis quelques tirs de Kalachnikov ont presque immédiatement retenti.

« Nous étions tranquillement en train de boire au cabaret », explique l’un des habitants du quartier. Si la plupart se sont abrités, deux membres des forces de sécurité qui n’étaient pas de service se sont précipités pour porter secours aux blessés. « Il y avait aussi une vendeuse de maïs grillé et un enfant blessé au même endroit », explique un autre témoin. De l’autre côté de la rue, un passant a également été tué.

Un commissaire est alors dépêché sur les lieux. Il se serait garé au niveau de la 8e Avenue. A nouveau, une grenade est lancée, et des rafales de tirs retentissent. « C’était dix minutes plus tard. On n’a rien vu, on a juste entendu », explique encore un témoin. L’impact de la grenade au sol marque l’endroit où elle a explosé. Des éclats ont touché un mur en tôle et une autre mare de sang était encore visible sur les lieux, vendredi soir. « On ne sait pas combien étaient les assaillants, ni où ils ont fui », expliquent des témoins.

De hauts responsables de la police accusent d’ores et déjà les manifestants. « Ils veulent la guerre, ils vont l’avoir », menace même l’un d’entre eux. Une version qui étonne un observateur de la vie politique burundaise. « Kamenge, c’est un quartier hutu qui n’avait jamais participé aux manifestations », s’étonne-t-il, ajoutant ne pas comprendre comment et pourquoi des manifestants issus essentiellement de quartiers tutsis se seraient aventurés jusque-là.

Le ministre de la Sécurité publique qualifie les manifestants de « terroristes »

Dans une vidéo distribuée par la police burundaise ce samedi 2 mai, le général Gabriel Nizigama, ministre de la Sécurité publique, a lié ces attaques aux manifestations. « On ne savait pas que ces manifestations cachaient une entreprise terroriste. Nous annonçons donc que, à partir d’aujourd’hui, nous ne verrons plus des manifestants, mais des malfaiteurs, des terroristes et même des ennemis du pays », affirme-t-il dans cette vidéo dont RFI a pu avoir copie.

Et le ministre se fait menaçant, soulignant vouloir « mettre en garde les politiciens et les membres de la société civile qui ravitaillent en vivre, en argent et même fournissent les plans d’actions aux manifestants ». Il affirme également avoir demandé à la justice d’agir en urgence et « prenne toutes les mesures nécessaires pour les arrêter et les juger pour que notre pays puisse retrouver la paix et surtout pour que les élections puissent avoir dans notre pays. Et que ces élections puissent se dérouler dans un climat de paix et la sécurité. »

RFI