Category Archives: War crimes

UN List of Suspected Congolese Civil War Criminals to Stay Secret

The UN High Commissioner for Human Rights declared in Kinshasa on Thursday that his office’s data base on suspected perpetrators of serious crimes committed in the Democratic Republic of Congo (DRC) from 1993 to 2003 will remain secret. He said this was because measures are lacking to protect victims and witnesses, but a senior UN official who wishes to remain anonymous claimed African countries are exerting pressure to stop the list being published.

In October 2010, the Office of the UN High Commissioner on Human Rights published its “Mapping” report on serious crimes committed in the DRC between March 1993 and June 2003. This 550-page document covers mainly the two Congo wars in which, between 1996 and 2003, as many as nine countries – Rwanda, Uganda, Burundi, Angola, Namibia, Zimbabwe, Chad, Libya and Sudan – were involved. It documents 617 serious incidents over a decade, including massacres and sexual violence, committed mainly by the Congolese army, foreign armies and rebel groups.

This report has fed a secret data base of suspected perpetrators of abuses, most of which could be categorized as war crimes, crimes against humanity and genocide. Congolese and international NGOs like Human Rights Watch and Amnesty International have frequently called for justice. Pressure is mounting. On March 8, International Women’s Day, an open letter entitled “No to impunity for rapes and massacres in the DRC” was submitted to Zeid Ra’ad al Hussein, the UN High Commissioner for Human Rights.

Massacres of Rwandan Hutu refugees in the DRC by Paul Kagame’s army

This letter signed by nearly 200 Congolese associations – whose October 20 petition gathered 450 signatures – calls for the “embargo” on the database to be lifted. Those supporting the call include gynaecologist Denis Mukwege, famous for his work treating thousands of rape victims in the eastern DRC, which has been unstable for 20 years. “Fighting impunity is a way to protect the women we look after, but also to bring peace,” he told JusticeInfo. “Wherever people have tried to make peace without justice, we can see that it has failed!

Caution

But the UN deems it too dangerous to reveal everything. “This case in particular must always be handled extremely cautiously,” Zeid Ra’ad al Hussein told the press on Thursday in Kinshasa. He said his office has “very sensitive information on a number of different investigations”. “Before disclosing the information to any judicial body investigating the alleged crimes, we need to make sure that there is adequate protection for witnesses and victims,” he continued. “If there is no framework for protection of victims and witnesses, we need to exercise caution.

Dr Mukwege understands these arguments but stresses that “perpetrators of these crimes must not be allowed to escape justice”. “We still need to launch a process fairly quickly to have a judicial body that can try these crimes – war crimes and crimes against humanity – that have been committed in the DRC,” he insists. His remarks come as people are still waiting for the DRC to set up special mixed courts with national and international judges and prosecutors to try the crimes committed in the 1990s in the former Belgian colony.

For the UN, keeping the database secret is also meant to prevent any interference with the administration of justice. In a response to the associations’ open letter, Zeid Ra’ad al Hussein says that unveiling the list could “contribute to the destruction of evidence and compromise future actions and initiatives, in particular trials aimed at holding the perpetrators of serious crimes accountable”. At UN headquarters in New-York, a senior official says that the deadlock is also the result of strong pressure from States.

So who is exerting pressure? According to him, African countries at the UN are “mobilizing to ensure that nothing is revealed `before being sure of the facts`, but in order to be sure of the facts, States need to launch investigations”. They are not in a hurry to do so. “Some States seem to think that [committing serious crimes] is part of war and that it’s a Western speciality to get upset about it,” he says. “Other States do not want their army’s image tarnished by these accusations. So it’s partly nationalism but also the desire to keep power, since they rely on the army to remain in government.”

Pressure from the DRC, Chad and Rwanda

He says States including the DRC, Chad and Rwanda “have all exerted pressure in different ways” to ensure that the list remains secret, including “threats” to withdraw troops deployed in UN peacekeeping missions or to “create administrative difficulties for UN agencies”. In this context and given the high stakes, he thinks it is unlikely the database will be published. “The issue is very sensitive,” he says. “It’s closely guarded, so unless there is a leak or a `UN Snowden`, it is unlikely the list will be revealed.”

Dr Mukwege regrets this pressure. “If we let it go on, it’s a way of saying also that someone else, another army, another organization can commit crimes and then use blackmail!” he says. “I do not think you can have a pretext for war crimes, crimes against humanity and crimes of genocide. There is no pretext. The day must come when the people who have committed these crimes in the DRC are brought to justice. That is the only way, the way that has been used across the world when war crimes and crimes against humanity have been committed. The DRC should not be an exception.

The database is nevertheless used in the wings. According to Zeid Ra’ad al Hussein’s letter, it has allowed “some prosecutions to be initiated” at the International Criminal Court (ICC), at foreign courts that can act under universal jurisdiction and Congolese courts such as the Military High Court. “But,” says the UN human rights chief, “these efforts at various levels are insufficient, and so we will persist in our work, notably through regular exchanges with the Congolese authorities.”

Source : justiceinfo.net


Avis aux lecteurs: Nos articles peuvent être reproduits à condition de citer le nom d’auteur et le site web source.

Notice to readers: Our articles may be reproduced provided the author’s name and the source website are cited.

 

Retour sur un massacre. L’attaque contre les réfugiés Hutu de Tingi-Tingi

images
RETOUR SUR UN MASSACRE. LA DESTRUCTION DE TINGI TINGI

Paul Kagame a récidivé. Entre 1996 et 1998, sous le couvert de l’AFDL de Laurent Désiré Kabila, son armée a massacré des centaines de milliers de réfugiés hutu à travers tout le territoire congolais :  Kibumba (octobre 1996), Mugunga et Osso (novembre 1996), Hombo et Biriko (décembre 1996) dans la province du Nord-Kivu ; Kashusha et Shanje (novembre 1996) dans la province du Sud-Kivu ; Tingi-Tingi et Lubutu (février-mars 1997) dans la province du Maniema, et Boende (avril 1997), …

Au mois de décembre 2019, cette même armée rwandaise, avec la complicité de l’armée congolaise, a attaqué la région de Kalehe au Sud Kivu. Des morts se comptent par milliers car les soldats rwandais au sol, appuyés par des hélicoptères de combat, ont massacré sans répit les pauvres réfugiés sans défense. Près de 2000 rescapés furent capturés et séquestrés dans le camp militaire de Nyamunyunyi où ils mouraient journellement par la faim doublée de mauvais traitements. Le CICR a protesté mais en vain.

Cette énième attaque des réfugiés hutu en RDC nous pousse à revenir sur un autre massacre horrible, celui de Tingi Tingi.

Tingi Tingi reste célèbre dans la mémoire collective des rwandais rescapés de la chasse à l’homme par les rebelles coalisés de Laurent-Désiré Kabila et de Paul Kagame. Dans leur fuite, les réfugiés hutu arrivent au Maniéma et à bout de souffle, ils font un campement à Tingi-Tingi. Le 2 février 1997, ils reçoivent la visite de Madame Emma Bonino, alors Commissaire européen à l’Action Humanitaire. Madame Emma Bonino fut sidérée de voir cette masse de réfugiés aussi émaciés et squelettiques au point qu’elle déclara, en découvrant ces réfugiés, que sa visite à Tingi Tingi constituait une descente aux enfers.

Emma Bonino lança un appel pathétique à la Communauté Internationale l’invitant à venir en aide aux réfugiés rwandais. Ces derniers verront enfin leur traitement s’améliorer peu à peu dans le courant du mois de février 1997. Hélas, pour une courte durée, puisque vers fin février 1997 déjà, toutes les ONG se retirent du camp de Tingi Tingi en alléguant les problèmes d’insécurité ! En réalité, elles avaient eu vent de l’information sur la destruction prochaine des camps et l’insécurité invoquée n’était qu’un alibi.

C’est dans ce contexte tendu qu’interviendra, le 7 février 1997, la visite, au camp Tingi Tingi, de Madame Sadako Ogata, alors Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés. Loin de satisfaire les attentes de la population, cette visite se passa plutôt dans un climat d’écœurement et de découragement général parmi les réfugiés, car Sadako Ogata ne put promettre aux réfugiés ni la survie, ni la sécurité, ni la protection. Pourtant, les « rebelles », qui s’étaient déjà emparés, dans l’après-midi du 13 janvier 1997, du pont stratégique sur la rivière Oso, continuaient inexorablement leur progression vers Amisi, à quelques kilomètres de Tingi Tingi. Comme par hasard, le séjour de cette illustre personnalité du HCR correspondra avec l’attaque des « rebelles » sur le camp des réfugiés rwandais d’Amisi.

À la suite de la destruction du camp d’Amisi, les réfugiés reprendront le chemin du supplice, après avoir enregistré de fortes pertes en vies humaines sur place, principalement parmi les enfants, les femmes et les vieillards trop épuisés pour pouvoir encore marcher. Les rescapés pourront seulement passer quelques jours dans le camp de Tingi Tingi, avant de se voir de nouveau obligés de reprendre l’exode, lorsque, le 1 mars 1997, le camp sera attaqué par les « rebelles ».

L’état de santé fragile des réfugiés sautait aux yeux. Il est donc évident que, de nouveau, beaucoup de réfugiés mourront dans le camp de Tingi Tingi, parce qu’ils seront tout simplement incapables de se déplacer. Les médias internationaux ont fait état de plus de 25.000 réfugiés morts dans cette attaque de Tingi Tingi qui abritait au total environ 260.000 réfugiés.

La destruction des camps de Tingi Tingi fut précédée, comme ailleurs, par une intense campagne médiatique de diabolisation des réfugiés hutu au point de leur prêter des exploits militaires imaginaires contre les rebelles de l’AFDL de Laurent Kabila. En clair, l’intoxication visait à présenter ces camps comme des objectifs militaires et ainsi justifier à priori une offensive sur eux. Toute voix qui a tenté de mettre à découvert cette machination se fera traiter de tous les noms sous prétexte qu’elle « tentait d’amener la communauté internationale à sympathiser avec des criminels ».

Les rescapés de Tingi Tingi seront achevés tout le long du parcours de plus de 250 kilomètres vers Kisangani, notamment à Kasese et à Biaro où les « rebelles » ont encerclé, pendant plus de 4 jours le gros de ces infortunés. Plusieurs ONG sur place, qui n’ont pas été autorisées à voir les réfugiés, parlèrent déjà de la solution finale en accusant les « rebelles » de vouloir exterminer ces réfugiés par la faim. C’est par exemple le cas de Stephen SMITH, dans Libération du 20 mai 1997.

De même, le Secrétaire Général des Nations Unies, Kofi Annan, accusa Laurent Kabila et ses « rebelles » de vouloir en finir avec les réfugiés, en les tuant à petit feu par la faim. De son temps, son prédécesseur Boutros Boutros Ghali avait tenu les mêmes propos pour dénoncer le complot ourdi contre les réfugiés, en empêchant l’arrivée de la « Force Internationale d’Intervention Humanitaire » à l’Est du Zaïre. Il avait dit qu’il s’agissait d’un « génocide par la faim » mais, malheureusement, il n’avait pas été écouté par ceux qui avaient le pouvoir d’arrêter ce génocide.

Finalement, à peine 100.000 personnes atteindront Kisangani et les environs. Même cet effectif, aussi ahurissant qu’il paraisse de part le nombre de manquants, ne fait pas l’unanimité, puisque même le porte-parole du HCR, Paul Stromberg, refusera de donner aux journalistes un quelconque chiffre exact, alors qu’il avait tous les moyens de le savoir. A-t-il eu peur ou honte de le dire ? Seule l’histoire le dira. De 260.000, les réfugiés seront ainsi réduits à 100.000 en quelque temps. RFI, au 25 avril 1997, parlera même de 85.000 personnes. Où sont donc parties les autres, soit environ 160.000 personnes ?

Le témoignage récent (mars 2017) de l’avocat américain Reed Brody qui a fait partie d’une équipe des enquêteurs qui s’est rendue sur place quelques mois plus tard après ce massacre donne de la chair de poule : « Quelque 190.000 réfugiés hutus rwandais ont été massacrés dans les forêts de l’est du Congo-Kinshasa, notamment dans la clairière de Tingi Tingi ». Il signale même qu’il a subi des pressions américaines pour ne pas enquêter sur ce massacre.

Gaspard Musabyimana

Source: http://www.echosdafrique.com