Category Archives: Genocide

Like the U.S., Rwanda is in a pitched battle over its history

Controlling the historical narrative in Rwanda is key to the regime’s power

Image without a caption

By Tom ZoellnerTom Zoellner is professor of English at Chapman University and the author of “Island on Fire: The Revolt That Ended Slavery in the British Empire.”July 12, 2021 at 6:00 a.m. EDT2

Tucker Carlson recently went on an attention-grabbing screed about how America’s history of racism gets taught. He garnered headlines by calling Gen. Mark Milley, chairman of the Joint Chiefs Staff, “stupid” and “a pig” for defending a class on the subject taught at the U.S. Military Academy. Carlson then made a comparison of America to another country that managed to be both absurd — and surprisingly apt:

“The question is, and this is the question we should be meditating on, day in and day out, is how do we get out of this vortex, the cycle, before it’s too late? How do we save this country before we become Rwanda?”

The absurd part is what Carlson was trying to say: that the teaching of critical race theory in schools and universities would lead to oppressed people of color picking up machetes to slaughter White people, an ethnic cleansing that would resemble the 1994 genocide in the small East African nation of Rwanda, in which 800,000 people were slaughtered at the urging of a government made up of the majority Hutu ethnicity.

Rwanda holds an important lesson for America’s culture wars today, but not in the way Carlson thinks. Rather, in Rwanda, political leaders have rewritten the country’s history to gain political power, just as the right wing is now attempting to do in the United States. In fact, the greatest asset of the dictatorship in today’s Rwanda is its mastery of the past. “Within Rwanda today, hegemonic power relies for much of its justification on a certain reading of history,” the Smith College scholar David Newbury has concluded.

Continue reading

Abanyarwanda bose bagomba kuba ba Idamange bagategeka ko bisigazwa/amagufwa by’abacu bishwe muri jenoside bishyingurwa.

Abanyarwanda bacitse ku icumu rya genoside barashaka ko Paul Kagame arekeraho gucuruza amagufwa yababo ari mu tubati two mu nzibutso za jenoside.

Ibisigazwa by’imibiri y’abazize jenoside ntiyashyinguwe

Barashaka ko ababo basyingurwa mu cyubahiro aho gukoreshwa mu kwinjiriza Paul Kagame amafaranga yo kurya. Birababaje cyane kubona Kagame n’agatsiko ke bajya mu masoko guhaha ari uko amagufwa y’abanyarwanda ari mu nzibutso yabinjirije akayabo k’amafaranga.

Idamange Iryamugwiza Yvonne yakomye rutenderi ubwo yabwiraga Paul Kagame ngo ni akure ibisigazwa by’ababo mu nzibutso, ave ku izima yemere ko bishyingurwa mu cyubahiro, hanyuma ashyire mu tubati two mu nzibutso ibikoresho byakoreshejwe mu kubavutsa ubuzima.

Umucikacumu Madamu Idamange Yvonne Iryamugwiza kuba yarabwiye Paul Kagame amafuti n’ubugome bikomeje gukorerwa abaguye muri jenoside n’abayirokotse byamuviriyemo gufugwa no gushinjwa gupfobya jenoside.

Amagufwa/ Ibisigazwa by’abishwe muri jenoside biri kwisoko mu nzibutso za jenoside ni gato ishyushye (Hot Cake) ya Paul Kagame, umunyarwanda wese usabye ko bishyingurwa mu cyubahiro aba ashaka kwubika imbehe Paul Kagame ariraho, aba anakojeje agati mu ntozi kuko umujinya w’umuranduranzuzi wa Paul Kagame urabyuka kuko aba abona ko ari ugushaka kumena igisabo akuramo amata yo agotomera.

Abanyarwanda bose bagomba kuba ba Idamange bagategeka Paul Kagame gushyingura mu cyubahiro Ibisigazwa/amagufwa by’abacu bishwe muri jenoside.

Paul Kagame agomba kurekeraho gutungwa n’amafaranga akura mu Ibisigazwa/amagufwa y’abacu ari ku isoko mu nzibutso za jenosise.

Ese ko Paul Kagame yapfushije se na nyina, kuki imibiri yabo yayishyinguye mu cyubahiro aho kuyishira ku isoko mu nzibutso? Kuki yumva imibiri y’ababyeyi be ariyo igomba gushyingurwa mu cyubahiro hanyuma iyabandi banyarwanda ikandarikwa, igasuzugurwa, igashyirwa kw’isoko nk’igicuruzwa cyimwinjiriza akayabo k’amafaranga?

Paul Kagame agomba guhita ufungura Umucikacumu Ndabaga Idamange Yvonne Iryamugwiza.

James Munyandinda

Gushyingura cyangwa kubika mu tubati imibiri y’abishwe? Tubyibaze.

Ikibazo kiri mu mutwe w’iyi nyandiko cyabajijwe n’umuntu ukoresha amazina ya Hon Oré kuri facebook. Aribaza niba Leta yarasabye uruhushya imiryango y’abishwe, bakemeranywa kubika iyi mibiri mu tubati aho kuyishyingura.

Dore uko abivuga:

Mu myaka yashize nagize ibyago cyangwa amahirwe yo gusura camp de concentration ya Auschwitz – birkenau muri Pologne ahakorewe génocide y’abayahudi.

➡️Nabonye ibyumba byuzuyemo za lunettes abahamburiwe ubuzima babaga bambaye.
➡️Mbona imbago n’utugare tw’ibimuga byahiciwe
➡️Mbona amafoto y’abahasize ubuzima
➡️Mbona chambres à gaz zakoreshwaga mu guhohotera izo nzirakarengane
➡️ n’ibindi byinshi…

Gusa nta mirambo, amagufa, cyangwa uduhanga by’abahasize ubuzima nahabonye.

Ibibazo abaza ni ibi bikurikira:

  1. Ese iwacu kuki twahisemo kwanika amagufa n’uduhanga by’abacu?
  2. Ko atari umuco wacu, tukaba n’ubundi dukopera abandi, kuki tutiganye uburyo abahuye n’ako kaga mbere yacu babigenje kugirango bitazibagirana?
  3. Ese Leta yaba yarabajije ababuze ababo uruhushya mbere yo kubashyira muri turiya tubati?

Ibi bibazo buri wese yabyibaza ariko ibisubizo byatangwa na Leta ya FPR. Na none umuntu yakwibaza ati ese ni nde ufite uburenganzira ku murambo w’uwitabye Imana, yaba yishwe cyangwa apfuye urupfu rusanzwe?

Nanjye nkibaza niba koko FPR yaba ifite gahunda yo kuzashyingura iyi mibiri mu gihe abiciwe ababo baba bakomeje gusaba ko bikorwa, cyane ko benshi mu banyarwanda babona kugumisha iyi mibiri mu tubati ari agashinyaguro!

Icyitonderwa: Ubusanzwe, umubiri ugizwe n’amagufwa, amazi avanze n’amaraso, n’inyama. Iyo umuntu amaze gupfa umubiri urabora hagasigara amagufwa yonyine. Ngo mu rwego rwo kubaha abishwe, FPR yafashe icyemezo cyo kuvuga imibiri mu kigwi cy’amagufwa. Ibi bikaba mu maso y’abatari bakeya bigaragara nko gushaka gushuka abiciwe ko abantu babo bapfuye batigeze babora. Abazi ibinyanye n’ibinyabuzima bemeza ko kugira ngo umubiri udashanguka, bisaba kuwutera imiti yabugenewe iwufasha kandi igatuma abawegereye batagira indwara banduzwa na wo.

Inyandiko y’umukunzi wacu.

Affaire de l’attentat de 1994 au Rwanda: l’analyse biaisée de l’historien français François Robinet

Ce brave monsieur François Robinet est peut-être historien mais pas “spécialiste du Rwanda” comme on voudrait le qualifier pour impressionner, mais surtout pas un analyste politique et judiciaire.

1. S’il en était un, il saurait que l’horloge judiciaire dans ce dossier volontiers banalisé ( assassinat de deux présidents hutu et de trois officiers français en mission commandée) le 06 avril 1994) est réglé par une main politique. Ainsi il aurait noté le rôle de Bernard Kouchner, ami de Paul Kagame depuis le temps où ce dernier était dans l’armée ougandaise et entreprenait la conquête du Rwanda en octobre 1990. Ministre des Affaires étrangères de Nicolas Sarkozy en 2007, c’est le même Kouchner qui conseillera à Kagame de livrer une de ses proches visée par les mandats d’arrêt du juge Bruguière pour que la défense accède au dossier et étudie les stratégies pour répliquer. Tandis que l’inculpée arrêtée serait vite relâchée. C’est l’épisode de Rose Kabuye dont visiblement l’historien et spécialiste du Rwanda Robinet n’a jamais entendu parler.

Tout comme il ignore que c’est le même Bernard Kouchner qui a recommandé à Paul Kagame les avocats (des stars des barreaux européens et des puissants et redoutés lobbies) qui le défendront dans cette affaire. Et que c’est le ministre Kouchner qui choisira le nouveau juge à qui sera confié ce dossier après le départ en retraite du juge Bruguière. Enfin l’auto-proclamé spécialiste du Rwanda n’a pas su que c’est le même Kouchner qui a organisé le voyage du président Sarkozy au Rwanda et qui lui a suggéré d’exprimer les excuses à Paul Kagame au nom de la France.

2. Ensuite s’il était analyste comme il le prétend, il aurait noté les actes du juge Marc Trévidic qui a repris le dossier. En effet ce juge s’est soumis à une visite guidée et encadrée par les agents de Kagame au Rwanda. Il a poussé le zèle jusqu’à présenter une simulation d’un tir effectué au centre de la France comme le résultat des expertises balistiques et géométriques effectuées à Kanombe alors que ces expertises avaient conclu à autre chose que la fameuse expertise acoustique désormais célèbre et donc les conclusions ont été médiatisées comme “Parole d’Evangile” alors qu’elle n’avait jamais été effectuée à Kanombe. C’est le même juge qui révélera prématurément l’identité et le lieu de résidence d’un témoin-clé et celui-ci fut aussitôt enlevé par les commandos de Paul Kagame et exécuté. Nous parlons de Emile Gafirita un des convoyeurs des missiles qui ont abattu l’avion présidentiel en exil à Nairobi au Kenya et qui voulait témoigner. Le juge Trévidic refusera obstinément la demande des contre-expertises des avocats des parties civiles. Pour sa compréhension et pour ce sens “patriotique”, il sera promu “Juge Président” à Lille et laissera le dossier aux mains d’un autre juge. Il ne faut pas être historien et spécialiste du Rwanda pour avoir noté ces faits.

3. Son successeur le juge Herbaut se montrera dans ce dossier sensible et politique aussi malléable et compréhensif que son prédécesseur. En effet il refusera catégoriquement et systématiquement les dépositions des témoins oculaires comme les habitants de la colline Masaka qui ont découvert les tubes lanceurs des missiles. Tout comme les dépositions des officiers des FAR comme ceux d’un officier ayant traduit les inscriptions en russe sur ces tubes ou le Chef des Renseignements Militaires des FAR (G2) qui a réceptionné et suivi l’acheminement de ces tubes jusque dans l’ancien Zaïre dans le soucis de préserver ces pièces à conviction et armes du crime. Ce juge refusera aussi de rouvrir le dossier suite à la découverte des éléments nouveaux par les avocats des parties civiles. En effet, il a refusé d’intégrer le rapport du TPIR gardé secret à l’ONU et qui parlait de l’attentat du 06 avril 1994.

4. Et pour finir; l’historien et “spécialiste du Rwanda et des affaires judiciaires” devrait avoir noté le timing que les tribunaux français respectent pour annoncer leurs décisions dans cette affaire. Le Tribunal de Grande Instance de Paris a rendu son arrêt de “non-lieu” en 2018 juste au moment où le président français Emmanuel Macron venait de faire nommer une proche de Paul Kagame à la tête de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) . Quand on sait que le même Paul Kagame francophobe notoire qui ne parle ni ne comprend un mot de français avait banni la langue française au Rwanda et l’a interdite dans le système d’enseignement, on croit rêver. Mais on ne donne que ce qu’on a. C’est ce qu’avait la France à offrir à Kagame pour l’amadouer. Quant à la Cour d’Appel de Paris elle s’est arrangée pour annoncer son arrêt de “non-lieu” en juillet 2020 au moment où la France annonçait sa reprise de la coopération avec le Rwanda de Paul Kagame en lui versant en prime 50 millions d’euros. Kagame promettait de son côté d’autoriser la reconstruction du Centre culturel français à Kigali en remplacement de celui qu’il avait rasé en 2009 et surtout l’agrément enfin d’un ambassadeur de France au Rwanda ce qu’il refusait depuis plus de 3 ans.

Bref, les rwandais n’ont pas besoin d’historien français et encore moins de soi-disant spécialistes de leur pays pour comprendre et réaliser le sort qui est le leur.

Sandrine Mukamunyana

Source : htts://echosdafrique.com

GÉNOCIDE DES TUTSI : HOLD UP DÉCISIONNEL À L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’ONU!

L’ONU a décidé de faire du 07 avril une « Journée internationale de réflexion sur le génocide des Tutsis au Rwanda en 1994 », sans qu’aucun consensus ne se dégage entre les pays membres de cette organisation, comme cela est d’habitude.
Un de nos analystes politiques nous donne ses observations .

Le 26 janvier 2018, dans sa Soixante-douzième session,  l’Assemblée générale des Nations Unies a décide « de proclamer le 7 avril Journée internationale de réflexion sur le génocide des Tutsis au Rwanda en 1994 » et a rappelé, à la même occasion, «  que, durant le génocide des Tutsis en 1994, des Hutus et d’autres personnes s’étant opposées au génocide ont également été tués ».

Cela signifie que cette date va désormais être mentionnée sur le calendrier des commémorations Nations Unies. Les observations ci-dessous montrent les manquements de cette décision, ce qui fait qu’elle n’a pas toute sa force erga omes qu’elle est censée avoir.

Sur la forme

Le Président de l’Assemblée générale, Mr Miroslav Lajcak, un peu peut-être embarrassé, a décidé d’adjoindre à cette décision le lancement d’un appel au respect de la Trêve olympique sur lequel il a eu un long exposé. Il n’a pas fait aucun exposé de motif sur cette décision comme il venait de le faire au sujet de la Trêve olympique.

Le consensus se définit comme la pratique  destinée à parvenir à l’élaboration d’un texte par voie de négociation et à son adoption sans vote. Or, la décision a été concoctée en toute discrétion par les diplomates rwandais, israéliens et équato-guinéens (ces derniers représentaient le groupe Afrique). Les autres ont été mis devant un fait accompli. C’est ce qu’on peut constater en lisant la réaction du représentant de l’UE: “une réunion aussi importante aurait requis davantage de temps et qu’il aurait été adéquat de débuter les discussions bien avant le 20 novembre 2017”.

Il est clair que pour parvenir à cette décision, il n’y pas eu assez de réunions (ni officielles, ni officieuses) entre tous les groupes géographiques.  On dirait un hold up décisionnel à l’Assemblée générale de l’ONU! Piège à l’Assemblée générale qui est considérée comme l’organe dont les décisions devraient être transparentes et équitables. Où est la défense des intérêts de tous les peuples?

Malheureusement, il n’existe pas de voie de recours en annulation pour les décisions de l’Assemblé générale. Mais l’annulation de ses propres décisions est possible (il y a eu des cas). C’est question de rapport de force en présence.

Sur le fonds

Sur le fonds, cette décision n’est pas le reflet des vues de la communauté internationale pour des raisons ci-dessous.

Des réserves qui équivaudraient à des opinions dissidentes

La représentante des États-Unis a insisté sur l’importance qu’il y a à commémorer la mémoire des plus de 800 000 personnes qui ont perdu la vie pendant des violences innommables au Rwanda en 1994.

En se ralliant au consensus sur ce texte, les États-Unis, a confié la représentante, voient l’occasion de nous rappeler notre humanité commune pour pouvoir prévenir ce type d’atrocités de masse et défendre les droits et la dignité de chaque être humain.  Toutefois, la représentante a estimé que la seule modification du titre et de certains termes du dispositif de la résolution de 2003 ne permettait pas de couvrir toute l’ampleur des atrocités.

Elle n’a pas caché ses réserves quant à l’idée de revenir sur des textes précédents, sans pour autant s’opposer au texte adopté aujourd’hui.

Le représentant de l’Union européenne a jugé essentiel de se souvenir et de réfléchir, au niveau international, à des tragédies comme le génocide qui a frappé le Rwanda.  L’Union européenne se félicite donc de la décision adoptée ce jour mais elle regrette profondément que le consensus n’ait pas été possible sur le fait que la Journée devrait aussi inviter à réfléchir sur le sort des autres victimes, les non-Tutsis qui s’étaient opposés au génocide.

Même si la représentante d’Israël s’est associée au consensus, c’est en Israël même que sont venues des critiques sur cette décision. Avraham Avi Gabbay, Président du Parti travailliste israélien, a condamné Netanyahu pour cette résolution sur le génocide rwandais.

Pour Avraham Avi Gabbay, Israël a soutenu une résolution de l’ONU proposée par le Rwanda pour instaurer une journée de commémoration du génocide du pays comme étant spécifiquement dirigée contre le groupe ethnique des Tutsis, soutenant un geste largement considéré comme minimisant la mort de milliers de Hutus pendant le génocide de 1994.

Contradictions et hypocrisie du gouvernement rwandais dirigé par le FPR

Remplacer les mots “génocide au Rwanda” par ceux de “génocide des Tutsi” renforcer l’idée de l’existence des ethnies au Rwanda. On ne peut pas dire que les ethnies n’existent plus,  alors qu’on  s’investit pour les pérenniser à travers des décisions pareilles.

Les soutiens et leurs intérêts : Israël et Guinée Equatoriale

  • Israël

Statut d’observateur à l’Union africaine

Dans ses visées expansionnistes, Netanyahu a multiplié des rencontres avec certains dirigeants et hommes influents sur le continent africain pour trouver des soutiens à sa demande d’obtenir le statut d’observateur à l’UA. Le président Paul Kagame, président de l’UA en 2018, est le mieux placé pour Netanyahu. Raison pour laquelle Israël a ouvert son ambassade à Kigali pour pouvoir travailler étroitement avec Kagame sur ce sujet.

Trafic de migrants

Kagame et Netanyahu ont conclu des accords pour que des migrants africains, essentiellement venant de l’Erythrée, de l’Ethiopie et du Sud Soudan,  qui ne sont pas les bienvenus en Israël, soient renvoyés au Rwanda moyennant le paiement du prix de 5000 dollars par migrant déporté. Même des survivants de la Shoah, des rabbins, des médecins et des pilotes d’avions et d’autres acteurs de la société civile israélienne se sont mobilisés pour tenter de contrecarrer ces projets. Personne n’est dupe, les accords sont là.

L’attentat du 06 avril 1994 contre l’avion du président Juvénal Habyarimana et de son homologue burundais Cyprien Ntaryamira

Ce qui n’est pas dit dans tout cela, c’est que Paul Kagame espère rendre ces services à Netanyahu et en retour, il attend de celui-ci d’user de son influence pour persuader les autorités françaises de permettre le non-lieu sur cette affaire toujours en cours en France.

  • Guinée équatoriale: l’ennemi de mon ennemi est mon ami” !

Deux évènements se sont passés en 2017 montant les autorités équato-guinéennes contre la France.

En octobre 2017, Teodorin Obiang Ngwema a été condamné à 3 ans de prison avec suris en France pour “s’être frauduleusement bâti un patrimoine considérable en France” dans un procès appelé “biens mal acquis”. En sa qualité de Vice-président et fils du président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, cette condamnation a été perçue comme une atteinte à la souveraineté de la Guinée Equatoriale.

En outre, un putsch a été déjoué en Guinée équatoriale dans la nuit du 27 au 28 décembre 2017. Du coup, le chef de l’Etat Obiang Nguema a accusé la France et le Tchad.

Même s’il n’y a pas de tensions officielles entre la France et Guinée Equatoriale, cette situation montre que Kagame a des facilités pour convaincre son homologue équato-guinéen que la France ne respecte pas leurs souverainetés. Ils doivent se rallier et se soutenir pour défendre car leur ennemi devenu commun.

En observant toutes ces manœuvres de Paul Kagame, l’on se demande pourquoi il crie victoire et se targue d’avoir développé le pays alors que la société rwandaise se polarise et que la fracture sociale se creuse davantage. Il n’a jamais eu, dans toutes ses interventions et tous ses actes, ni un ton conciliant, ni un discours apaisant, ni un projet de réconciliation nationale. Il ne fait que raviver, dans la population, toute cause de discorde, de tension, voire de haine.

La question que tout observateur se pose est le pourquoi un gouvernement s’investit autant pour un projet qui divise profondément le peuple qu’il est censé réconcilier? La dictature néolibérale imposée au peuple rwandais ira jusqu’où?

Jean-Charles Murego

18-02-2018

https://www.musabyimana.net

UK joins US to disagree with the framing of the genocide purely as the “1994 genocide against the Tutsi”.

20 April 2020

H.E. Mr Tijjani Muhammad-Bande

President of the United Nations General Assembly

Your Excellency,

I have the honour to submit the UK’s Explanation of Position on the draft resolution entitled “International Day of Reflection on the 1994 Genocide against the Tutsi in Rwanda” (A/74/L.40).

Yours sincerely,

Jonathan Allen

Explanation of Position by the United Kingdom on draft resolution entitled “International

Day of Reflection on the 1994 Genocide against the Tutsi in Rwanda” (A/74/L.40.) The UK thanks the President of the General Assembly for the circulation of the draft General Assembly resolution on the Rwandan genocide.

We strongly support the remembrance of victims of the 1994 Rwandan genocide and believe it is important to ensure that these commemorations recognise all victims. Whilst
we did not break silence on the text, we would like to use this opportunity to express some reservations on the text. These reservations relate to the substance – we disagree with the framing of the genocide purely as the “1994 genocide against the Tutsi”.

As noted in previous resolutions, we believe that Hutus and others who were killed should also be recognised. Our concerns also relate to the process – we note that there were some shortcomings in regards to transparency in the negotiation and adoption processes.
The UK remembers the tragic events in April 1994 and is firmly committed to ensuring that such atrocities never happen again.

UK-EOP-on-Rwandan-genocide-resolution-20-April

 

The US urges UN General Assembly to honour Hutu killed in Rwandan genocide.

Ambassador Kelly Craft
Permanent Representative
U.S. Mission to the United Nations
New York, New York
April 23, 2020

Explanation of Position on the UN General Assembly Resolution on the Rwandan Genocide

Since the 1994 Genocide in Rwanda and the establishment in 2003 of the “International Day of Reflection on the Genocide in Rwanda,” April 7 has become a solemn day to commemorate the more than 800,000 men, women, and children whose lives were lost during 100 days of unspeakable violence.  The United States joins consensus with the entire UN General Assembly to support the continuation of this “International Day of Reflection on the 1994 Genocide against the Tutsi in Rwanda” so that each year, we may continue to honor the victims and the survivors who carry the memories of these atrocities.

This annual day of reflection is a reminder of our common humanity and recommits us to protect the vulnerable, prevent mass atrocities, and respect the inherent dignity of every human being.

The United States remains committed to supporting the people of Rwanda in their efforts to preserve the evidence of the 1994 genocide.  Indeed, one of the strongest measures we can take to prevent mass atrocities from occurring again is to preserve the history of what has taken place and to properly capture the scope of the acts committed.

As such, the United States is concerned that changes made to the text – starting in 2018 and extended today – narrow the focus of the resolution to the Genocide against the Tutsi in Rwanda, and fail to fully capture the magnitude of the violence that was committed against other groups.  Many Hutu and others were also killed during the genocide, including those murdered for their opposition to the atrocities that were being committed.  Failing to honor and remember these victims presents an incomplete picture of this dark part of history.

Revising the language used to describe past genocides sets a dangerous precedent and risks leading to revisiting other days of reflection.  We support the resolution’s overall aim to reflect on the genocide in Rwanda, but also must underscore that our understanding of the circumstances of the genocide in Rwanda has not changed. 

We urge our fellow member states to insist that histories of past genocides and other mass atrocities do not fade over time.  We owe it to each and every victim of these crimes to faithfully carry forward their memories as part of our vow of “never again.” 

We are also concerned about the removal of the reference to the International Residual Mechanism for Criminal Tribunals, which continues its important work to hold those responsible for genocide accountable.  The United States urges all states to cooperate with the IRMCT, including its search for eight Rwandans still wanted for their roles in the genocide.

The United States firmly believes that respect for all human rights, including freedom of expression, is critical in the prevention of genocide and other mass atrocities.  We reiterate that any efforts to counter incitement and hate speech should respect freedom of expression.

We must also express our disappointment in the negotiation process that led to this resolution.  The result is a weaker text that strips out references that would have benefited the Government of Rwanda in its efforts to seek accountability, while forcing Rwanda’s allies, including the United States, to accept language we find concerning.  While we are not calling for a vote lest others get the wrong impression about our unwavering support for justice for victims of the genocide, we are concerned that the negotiation process potentially weakened the text, limited the impact, and added unexpected costs. 

As we reflect on the Rwandan genocide this year and always, the United States joins with the people of Rwanda and the international community in solemn reflection to commemorate all of the victims killed in the genocide in Rwanda, and to recommit to doing everything in our power to prevent such atrocities from happening again.

https://usun.usmission.gov/

Rwanda : Le recyclage de l’usage de listes par CNLG. C’est du déjà vu.

Sur son site web, Rwanda Broadcasting Agency (RBA) a sorti une liste d’une trentaine de médecins de l’Hôpital universitaire de Butare censés avoir participé dans le génocide rwandais de 1994. Cette liste est un recyclage d’une vieille liste sortie par une certaine Rakiya Omaar d’Africa Rights et qui était payée par le gouvernement rwandais pour fabriquer ces accusations. Les compromissions entre Rakiya Omaar et le FPR furent découvertes et étalés au grand public. Prise de honte, elle qui se disait militer pour les droits de l’homme, Rakiya Omaar disparut dans la nature. Que Jean Damascène Bizimana  du CNLG (Commission nationale de lutte contre le génocide) sorte de nouveau la liste, c’est de bonne guerre mais ça ne convainc personne. C’est plutôt la loi du moindre effort et une façon ostentatoire de montrer qu’il travaille et que le budget colossal alloué au  Centre qu’il préside se justifie.

Une petite historique de l’usage de listes montre que le FPR (Front patriotique rwandais, parti au pouvoir au Rwanda) y fait régulièrement recours pour traquer ses opposants politiques ou ceux dont il soupçonne de n’être pas d’accord avec sa politique. Il a donc imaginé ce raccourci de listes de « génocidaires ». C’est une arme politique redoutable et qui a été utilisée avec succès par l’UNAR (Union Nationale Rwandaise) ancêtre du FPR.

L’usage de listes à des fins criminelles date de novembre 1959. Cette année, des extrémistes du parti UNAR (Union Nationale Rwandaise, ancêtre du FPR) y ont eu recours pour désigner les Hutu à abattre. Ceux qui avaient commencé à manifester leur ras-le-bol avec le système féodal en vigueur furent listés et qualifiés d’« abaporosoma », membres du parti APROSOMA (Association pour la Promotion Sociale de la Masse) de Joseph Habyarimana Gitera (Temps Nouveaux, 1/11/1959). Il est vrai que bon nombre des ces avant-gardistes étaient des leaders de ce parti. Ils furent pourchassés et assassinés atrocement.

Le système de listes ayant fait ses preuves, il fut adopté par le FPR durant la préparation de la guerre. Ainsi, parallèlement aux attaques qu’il menait, le FPR élaborait des listes des personnes à abattre. Déjà en mars 1993, en pleine négociation d’Arusha, il avait fourni une liste des autorités administratives et politiques à relever de leurs fonctions. La plupart ont été assassinées. Après la descente de l’avion du Président Habyarimana, tout au début du mois d’avril 1994, le FPR envoya à bon nombre de pays et de chancelleries ce qu’il appela la « CDR list », contenant selon lui les noms de ceux qui étaient impliqués dans des massacres. La liste comprend même des personnes inexistantes ou qui ne vivaient pas au pays depuis de longues années.

Après sa prise de pouvoir en 1994, le FPR officialisa le système de listes. En 1995, un projet de loi révisant le code pénal pour y introduire le crime de génocide fut préparé par feu Alphonse Marie Nkubito, alors ministre de la justice. Parallèlement, un autre projet fut initié par les services du FPR. Ils proposaient la mise sur liste des suspects du génocide, leur catégorisation et le principe de plaidoyer de culpabilité. Pour donner une force à son projet et enterrer celui du ministère de la justice, le FPR organisa à Kigali un symposium international en décembre 1995 dont les recommandations allaient dans le sens de son projet de loi. Après l’éviction de Nkubito, sa remplaçante, Marthe Mukamurenzi, endossa le projet mais au moment d’aller le défendre au Parlement, elle fut remplacée par Charles Muligande, alors Ministre des Transports et Secrétaire Général du FPR.

Sitôt arrivé à Kigali, le FPR lança une liste de 428 personnes. Elle fut revue et enrichie jusqu’à 1946 personnes et publiée au Journal Officiel la République Rwandaise comme «  Liste n°1 de la première catégorie prescrite par la loi organique n°8/96 du 30/08/1996 ».

La liste du 30/08/1996, comme par ailleurs toutes les précédentes, condamne avant même de juger et pêche contre le principe de la présomption d’innocence. Elle a fait des ravages en particulier dans l’intelligentsia hutu. Pourtant, les critiques qui lui sont faites lui ôte pratiquement toute sa valeur.

En effet, on y retrouve par exemple des personnes mortes avant 1990 et d’autres mortes avant 1994. Parmi celles-ci se retrouvent même des victimes du FPR d’avril 1994 dont notamment Théoneste Mujyanama assassiné par le FPR à Kigali, ancien ministre de la justice; Sylvestre Baliyanga, ancien Préfet de Kibuye et de Ruhengeri, assassiné par le FPR avec sa famille chez lui à Remera, à Kigali; Jean Hategekimana, ancien Président du Tribunal de Première Instance de Kigali et sa famille assassinés par le FPR à Kigali.

La liste contient aussi par des fautes de forme inexcusables dans une matière aussi grave. A certains endroits, la numérotation manque ou les numéros sont repris deux fois. L’identification des personnes est incomplète vu qu’elle ne fait mention, dans la plupart des cas, que des noms et prénoms sans autres coordonnées. Certaines personnes sont même identifiées uniquement par leurs prénoms. A certains numéros, on retrouve les mêmes personnes mais identifiées avec des données différentes.

Appelé à s’expliquer par une certaine opinion nationale choquée par la grossièreté des erreurs de la liste qui dépassaient tout entendement, le Procureur Général Siméon Rwagasore, signataire de la liste, a été obligé d’avouer, dans une interview au journal Intego (n° 25, décembre II, 1996), que la liste n’avait pas la valeur qu’on voulait lui prêter. Pourtant au Rwanda, des centaines de personnes ont été arrêtées et emprisonnées par le fait même qu’elles figuraient sur la liste, malgré des discours officiels rassurants (Amiel Nkuliza, Le Partisan, n° 40, janvier 1997).

Fort heureusement, certains Etats démocratiques se sont aperçus du manque de sérieux de cette liste et ont accordé l’asile politique à certaines personnes qu’elle reprend. Pouvait-il en être autrement puisque même le pouvoir de Kigali a affecté aux hautes fonctions des personnalités figurant sur la liste.

La liste du 30/08/1996 a été actualisée le 31 décembre 1999. Elle contenait les mêmes erreurs que la précédente malgré un vernis qui ne pouvait tromper personne. Elle pêchait toujours contre la présomption d’innocence. Elle condamnait avant jugement.

La liste mentionnait même le nom de Juvénal Habyarimana. Pourtant le FPR est désigné par plusieurs sources comme le commanditaire de son assassinat.

Le 19 mars 2001 la liste fut portée à 2898 noms. 36 noms avaient disparu et 801 nouveaux noms y étaient apparus ; Pierre Célestin Rwigema qui a été chef du gouvernement du FPR pendant 5 ans y figurait en bonne place.

Au fil des années, le FPR n’a pas désarmé. Il a envoyé des agents de la DMI dans bon nombre de pays africains et européens. Ils avaient une couverture d’étudiants ou de diplomates ou se présentaient eux aussi comme des réfugiés.

Leur rôle était de recenser les réfugiés hutu se trouvant dans ces pays. A partir des informations qu’ils transmettaient régulièrement, une liste de 93 hutu vivant à l’étranger fut élaborée et transmise à bon nombre de pays ainsi qu’à INTERPOL.

Le système de listes fut utilisé dans les Tribunaux Gacaca. Un million de personnes furent recensées : des hommes et des femmes encore valides, des leaders d’opinion, des intellectuels (enseignants, agronomes, infirmiers,…). Le même travail fut fait à l’étranger et la liste arrêtée contenait plus de 40000 personnes.

Le système de listes a fait ses preuves. Le FPR y fait recours pour maintenir et consolider son pouvoir dictatorial et criminel, en tentant d’intimider quiconque est susceptible de porter un jugement sur sa gestion bananière du pouvoir.

Gaspard Musabyimana
23/5/2020