Category Archives: News

Paul Kagame has no moral authority to talk about democracy let alone human rights.

First of all, I would like to convey my message of sympathy to all those who are genuinely commemorating their loved ones lost in Rwandan genocide especially from october 1990. May our brothers and sisters, fathers and mothers killed rest in eternal peace. May all of us survivors find ways to forgive as we aim at building a nation where “Never again” makes sense.

Having said that, following are my remarks on Kagame’s speech.

In his speech delivered on the 28th genocide remembrance occasion, Mr Kagame was heard trying to justify his war crimes and crimes committed against “them”. Everyone would have observed Kagame’s tactics to avoid the term “Hutu” in his speech. He does not see the rwandan genocide as a rwandan tragedy, rather as a tragedy against the Tutsi, bringing us to wonder why! He counts himself as a Tutsi, first, not as a rwandan contrally to what he usually brags about. For instance he says ” … those who killed our people”. In his belief, the Tutsi are his people, not the other way around.

Continue reading

UN Working Group on Arbitrary Detention Calls for Paul Rusesabagina’s Immediate Release

Opinion finds numerous human rights violations by the government of Rwanda

Paul Rusesabagina, international humanitarian

Paul Rusesabagina, international humanitarian
WASHINGTON – March 29, 2022 – PRLog —

The United Nations Working Group on Arbitrary Detention (UNWGAD), an arm of the UN’s Human Rights Council, has released an advance version of its opinion on Rwanda’s kidnapping and detention of Hotel Rwanda humanitarian Paul Rusesabagina. UNWGAD found that the deprivation of liberty of Paul Rusesabagina amounts to arbitrary and enforced detention, which is illegal under the Universal Declaration of Human Rights (“Universal Declaration”) and the International Covenant on Civil and Political Rights (“Covenant”). The Working Group requests that the government of Rwanda take all necessary steps to remedy the situation. (Link to opinion at end of press release)

According to the opinion, given the circumstances of the case the appropriate remedy under international law is for Rwanda to immediately “take urgent action to ensure the immediate unconditional release of Mr. Rusesabagina.” In addition, UNWGAD members found that Rwanda should “accord him an enforceable right to compensation and other reparations.

The key findings of the UNWGAD include:

  • The kidnapping of Mr. Rusesabagina, which began in the United States and culminated in him boarding a flight from Dubai to Kigali, was set up by the Rwandan government to take him against his will to Rwanda. This constitutes an abduction and his subsequent detention is therefore arbitrary and illegal.
  • The circumstances of Mr. Rusesabagina’s abduction and subsequent treatment on arrival in Kigali, including incommunicado detention, being detained in secret, and no acknowledgement of his arrest, amount to a deprivation of liberty analogous to an enforced disappearance, and mean that Paul’s arrest has no legal basis and is therefore arbitrary.
  • Mr. Rusesabagina’s treatment by the Rwandan government resulted from his free expression of his political views and criticisms of that government. Thus his treatment constitutes an illegal violation of his right to freedom of expression.
  • Violations of Mr. Rusesabagina’s physical and mental health during his illegal detention should be referred to the Special Rapporteur on torture and other cruel, inhuman or degrading treatment or punishment for appropriate action.
  • Given all of the above, the criminal case against him in Rwanda should never have gone to trial and should have been dismissed. That being the case, when it went to trial Mr. Rusesabagina’s due process and fair trial rights were continually violated throughout the trial process.
Continue reading

RDC: combats entre l’armée et les rebelles du M23 dans l’est, Kigali pointé du doigt

Des combats ont opposé lundi l’armée congolaise aux rebelles du “Mouvement du 23 mars” (M23) dans l’est de la République démocratique du Congo, poussant des habitants des villages de la région à fuir vers l’Ouganda, selon des sources locales.

En fin de journée, le général congolais Sylvain Ekenge, porte-parole du gouverneur de la province du Nord-Kivu, a affirmé dans un communiqué que le M23 était “soutenu par les Forces de défense du Rwanda” (RDF) et que l’armée de RDC avait “mis la main sur deux militaires rwandais”.

Les positions de l’armée congolaise “ont été attaquées par les M23” à Runyoni et à Chanzu dans la nuit de dimanche à lundi, avait auparavant déclaré à l’AFP le lieutenant-colonel Muhindo Lwanzo, directeur de cabinet de l’administrateur militaire du territoire de Rusthuru, dans le Nord-Kivu.

Continue reading

Rwanda: une youtubeuse très critique du gouvernement condamnée à 15 ans de prison

Idamange Iryamugwiza Yvonne

Yvonne Idamange avait été arrêtée en février dernier après avoir fait le buzz sur YouTube avec plusieurs vidéos très controversées. Dans un pays ou à liberté d’expression est limitée, elle était accusée d’incitation à l’insurrection, de publication de fausses rumeurs et de dénigrement des sites de mémoire du génocide.

Quinze ans de prison et près de 2 000 euros d’amende. Yvonne Idamange a été reconnue coupable des six charges retenues contre elle. Selon les juges, ses vidéos auraient eu pour but de provoquer des troubles à l’ordre public.

Sur sa chaîne YouTube, Yvonne Idamange avait dénoncé les mesures de lutte contre le coronavirus au Rwanda et leurs conséquences économiques sur la population. Se présentant comme une rescapée du génocide des Tutsis, elle avait également critiqué la politique mémorielle du gouvernement, l’accusant de monnayer les mémoriaux du génocide.

Elle avait ensuite appelé les généraux rwandais à libérer le pays, avant d’annoncer la mort de Paul Kagame, une fausse rumeur circulant régulièrement sur les réseaux sociaux. Lors de son arrestation, la police avait indiqué qu’elle avait blessé un officier avec une bouteille et que ses vidéos mélangeaient la politique, la folie et les propos criminels.

« Ce procès semble destiné à intimider toute personne envisageant d’exprimer des opinions critiques ou controversées », assure Lewis Mudge, directeur de Human Rights Watch pour l’Afrique Centrale.

Selon l’ONG, les autorités rwandaises ont menacé, arrêté ou lancé des poursuites contre au moins huit personnes commentant l’actualité sur les réseaux sociaux ces deux dernières années.

RFI

Bienvenue au Gondwana, la chanson de Karasira vous est présentée par Aliane Isimbi

Gondwana by KARASIRA. Texte d’Aliane ISIMBI

Je ne suis pas politicienne.
Je veux seulement partager avec vous la souffrance d’un homme, un orphelin enfant qui avait reussi à s’en sortir, mais qui se retrouve detenu injustement au Rwanda à cause de ses idées pleines de vérité, d’unité, d’amour et de réconciliation. Le cas de Karasira n’est pas un cas isolé au Rwanda. Kizito nous a déjà quitté, Niyomugabo n’est plus de ce monde également.
Quant à Ntamuhanga, est-ce qu’il respire encore? Bahati, où est tu?

Idamange est ce que tu seras condamnée pour ton dévouement aux plus déminus? Notre mère Teresa!

Ils ont en commun d’être des orphelins de génocide. Ils sont si généreux avec un coeur en or.
Pour eux, tous les rwandais sont égaux quelque soit leur ethnie et nous sommes tous enfants de Dieu avant d’être rwandais. Ils demandent un traitement égal et équitable de tous les rwandais sans distinction ethnique et social. Ils sont remplis d’humanité.
Pour eux, il n’y a pas de vraie réconciliation sans la vraie vérité.
Malheureusement, la plus part d’entre eux croupissent en prison au Rwanda aujourd’hui à cause de leur humanité.
D’autres ont été assassinés ou sont portes disparus.

Dans un monde idéal, vous recevriez des prix nobels. Karasira aurait eu son propre labo de recherche et plein de prix, il se serait marié mais je suis sure que sa femme lui aurait reproché d’être trop au service des autres et de l’oublier avec ses enfants. Je suis triste encore car Karasira nous a dit souvent qu’il est hors de question pour lui de se marier et fonder une famille tant qu’il serait au Rwanda surtout à cause de la tragédie familiale qu’il a connu et il ne veut pas imposer la même souffrance qu’il vit à ses anges innocents qui n’ont pas demandé à venir au monde dans un enfer qui est le quotidien. Qui peutt le blamer pour ça? Il ferait un pére parfait dont chaque enfant serait fier!
Kizito aurait eu de beaux enfants et sa maison aurait été égaillé de joie et de bonheur avec des chants de louange avec des voix magnifiques de ses petits princes et princesses. La beauté physiquement de sa femme et sa generosité auraient rendu son foyer plus heureux encore. Pendant quelques instants, il m’arrive de rêver de cet avenir merveilleux qu’on leur a volé et privé.

Pourquoi tant de mal? pourquoi tuez vous et emprisonnez ces princes et princesses de coeur?

Tu as dit à Shyaka qu’il ne faut pas pleurer dans les moments difficiles pourtant il m’arrive de pleurer quand je pense à tout le mal que le système politique et la mauvaise gouvernance au Rwanda t’ont fait à toi et à ta chère famille.
Que tes êtres chers continuent de réposer en paix.
Je me sens dépassée par la cruauté de l’homme.
Les génocides commis au Rwanda, c’est la plus grande honte mondiale.

Tristesse et découragement m’envahissent. Tu n’aurais pas dû naître dans le mauvais pays le Rwanda, un pays si beau mais trop de sang y a coulé et ça continue. Cette tâche rouge salisse cette beauté naturelle.

Mon dernier hommage à toi mais tu es dans mes pensées tous les jours et je supplie le ciel que tu sois libéré vite. Tu n’as tué, ni volé personne.

Ton seul crime est d’avoir dit la vérité.
Pourquoi est ce que l’être humain est si méchant, comment peu t -on faire du mal à un orphelin? Vouloir le tuer pour la deuxième fois?

Le chemin de croix de Karasira:
Ses parents ont été soupçonnés d’être des espions du FPR dans les années 90 après l’attaque du FPR et rejetés par ses voisins qui se sont donnés à cœur joie à massacrer le jardin familial. Se sentant menacée et en insécurité, la famille a dû déménager par peur que le pire n’arrive. Pire qui arrivant quelques années plus tard par le Fpr qui pourtant censé avoir arrêté le génocide a tué les parents tusti de Karasira et sa soeur et le laissant depourvu et abondonné à lui même.
Son petit frère Aimé qui a survecu avec lui en a gardé des sequelles et troubles pyschologiques irreversibles. Grandir sans sa mère et son père, lui qui n’avait que deux ans l’ont privé d’un accompagnement affectif, émotionnel et soutien dont tout enfant a besoin. Aimé n’est pas mort physiquement mais il semble être détruit psychologiquement à tout jamais et vit dans la plus grande peur et peur plus intense encore depuis que son grand frère KARASIRA Aimable qui represente à la fois la figure paternel et maternel qu’il a perdu a été emprisonné injustement.

Encore une fois, Aimé se retrouve seul au monde et orphelin pour la deuxième fois.
Mais Dieu n’oublie pas ses enfants surtout les orphelins.

Assassinat des parents, frères et sœurs par le FPR, rejet social et professionnel, emprisonnement abusif pour le faire taire.

Karasira est un orphelin, un activiste, juste et humble de cœur et plein d’humanité. Il y a quelque chose de rare dans ses vrais victimes du génocide rwandais: ils sont pleins d’amour et sont sans rancune. Ils ont compris que tous les politiciens sont tous les mêmes et il vaut mieux s’en éloigner et vivre en paix et en harmonie avec ses compatriotes, voisins et même la diaspora politique et économique. Karasira dit souvent que personne ne peut être l’ ennemi de son pays natal ou d’adoption. Les gens sont seulement contre le mauvais système politique de gouvernance.

Les politiciens ne pensent qu’à leurs propres intérêts et sont champions de promesses non tenues. Que du bla bla comme le dit Tiken Jah et le petit peuple en paye le plus lourd.

Il a pu étudier grâce à sa motivation et devenu professeur d’informatique à l’université nationale du Rwanda. Il n’a reçu aucun soutien quelconque pour ses études et a été jusqu’à aujourd’hui victime de discrimination du fait des assassins de sa famille quand il était à l’école, dans le monde professionnel et social. Seul au monde, il se réfugia alors dans l’écriture des chansons et fut rappeur. Beaucoup le connaissent sur le surnom de professor nigga avec un style particulier.

Malheureusement, il fut renvoyé de son poste de professeur à l’université au Rwanda à cause de sa liberté de penser sur sa chaîne youtube qui avait pour objectif d’informer le peuple sur la vérité de l’histoire du Rwanda et chercher du soutien financier aux plus démunis tout en contribuant à la construction de l’unité du peuple rwandais fondée sur la vérité. Du fait d’avoir été victime de deux systèmes politiques, cela lui a permis de savoir la valeur de l’autre sans différenciation ethnique et que la division éthinque est mise en place pour diviser et manipuler le peuple.

Karasira n’est pas un politicien, il n’a aucune affiliation politique. Je dirai plutôt un grand penseur. Le Rwanda a la chance de t’avoir.

Avec son franc parler, il critique sans ménager mais de façon constructive le FPR, l’ancien régime et l’opposition qui travaille en exil aujourd’hui. Il déteste les inégalités, l’injustice, le mensonge et l’hypocrisie.
Ses critiques s’accompagnent de plans d’action d’amélioration. Il fait parti de rares rwandais dont le Rwanda n’aura plus jamais encore. Nous sommes fiers et reconnaissants envers Dieu de t’avoir au Rwanda. Qui sait notre futur Mandela.

C’est aussi un grand artiste.
Je vous fais découvrir et partager une de ses chansons que je ne cesse d’écouter depuis ce weekend bien que certains d’entre vous la connaissent déjà:” Gondowana”.

Il y a une traduction en français pour ceux qui ne parlent pas le Kinyarwanda.

Ses chansons sont parfois philosophiques et remplies d’une intelligence incroyable.
Cette chanson a été écrite et chantée par Karasira lui-même. On peut entendre cette humanité et cet amour dans cette voix si douce et si tendre dans cette chanson.

Bien que les systèmes politiques au Rwanda l’aient dépouillé et volé ce qu’on a de plus cher au monde: ses parents, frères et sœurs et aujourd’hui, il est détenu au Rwanda par le système politique en place qui veut le faire taire car ils doivent considérer notre apôtre de la vérité KARASIRA Aimable comme une menace contre leur abus de pouvoir et alienement du peuple et son exploitation. Karasira reconnaît pourtant qu’il y a quelques progrès positifs mais tout n’es pas si rose que ça aux pays de Milles collines.
Un grand travail de réconciliation reste à faire et il détecte les inégalités sociales comme une menace dangereuse qu’il ne faut pas négliger qui pourrait provoquer le soulèvement du peuple exploité et du sang va encore couler.

Son plus grand crime est d’avoir révélé au monde que le système politique en place aujourd’hui au Rwanda a assassiné ses parents et sa sœur.

Bienvenus au Gondwana,

Bienvenus au Gondwana (en Kinyarwanda)

Igihugu kitabaho
Kiri mu bitekerezo
Oh Bya Karasira

Gondawana, Gondawana
Ntago usanzwe Gondawana
Gondawana Gondawana Gondawana
Ni ubudasa gusa gusa (2X igitero)

Muri Gondawana abenshi barabihiwe
Bacye nibo baryohehewe muri Gondawana
Abaduhuje n’agatsiko,
Abo baba bakoze sakirirego
Muri Gondawana amateka ashrirwaho
N’abatsindishije umuheto

Gondawana Gondawana
Ntago usanzwe Gondawana
Gondawana Gondawana Gondawana
Ni ubudasa gusa gusa (2X igitero)

Muri Gondawana, amategeko ntakurikizwa
Hakutikizwa amabwiriza
Byose byubakiye ku kinyoma
Ikinyoma gusa gusa
Muri Gondawana, buru wese ni maneko
Buri wese n’ijisho ry’undi

Gondawana Gondawana
Ntago usanzwe Gondawana
Gondawana Gondawana Gondawana
Ni ubudasa gusa gusa (2X igitero)

Muri Gondawana humana rights ni inzozi
Democratie nay o ni inzozi
Gushimuti i agakino
Akarengane ni agakino
Muri Gondawana, hari abarya ntibahage
Bazarya n’akataribwa

Gondawana Gondawana
Ntago usanzwe Gondawana
Gondawana Gondawana Gondawana

Bienvenus au Gondwana version française
Un pays qui n’existe pas
Un pays imaginaire
Oh Bya Karasira

Gondawana, Gondawana
Gondawan tu es incroyable
Gondawana Gondawana Gondawana
Rien n’est jamais pareil (2X le réfrain)

La plupart des habitants du Gondawana sont malheureux, seulement une petite minorité est épanouie
Être contre le système, c’est commettre un sacrilège
Au Gondawana, l’histoire est écrite par ceux qui ont ont pris le pouvoir par les armes.

Gondawana, Gondawana
Gondawan tu es incroyable
Gondawana Gondawana Gondawana
Rien n’est jamais pareil (2X le refrain)

Au Gondwana, les lois ne sont pas respectées, on pratique plutôt l’abus de pouvoir.
Tout est basé sur le mensonge
Seulement le mensonge.
Au Gondwana, chacun est espion de l’autre
Chacun surveille l’autre.

Gondawana, Gondawana
Gondawan tu es incroyable
Gondawana Gondawana Gondawana
Rien n’est jamais pareil (2X le refrain)

Au Gondawana, les droits de l’homme n’existent pas
La Démocratie est un rêve,
Les enlèvements sont un jeu
L’injustice est un jeu
Au Gondwana, il y a certains qui mangent et qui ne sont jamais rassasiés
Ils mangeront même le fruit défendu.

Gondawana, Gondawana
Gondawan tu es incroyable
Gondawana Gondawana Gondawana
Rien n’est jamais pareil (2X le refrain)

Bienvenus au Gondwana,
Un pays qui n’existe
Qui est dans mon imagination
Oh par Karasira

WILL PAUL KAGAME’S REGIME PIN AN ASSASINATION OF AIMABLE KARASIRA ON COVID-19?

The Kagame Regime is the enemy of free-thinking Rwandans. On almost every occasion that someone — Rwandan or otherwise– has spoken up about the repression by the regime, the government builds a case for a smear campaign against critics.

Following smear campaigns are disappearances, prison sentences, and assassinations. In countless cases, the Kagame regime has combined prison sentences and assassinations.

Such is the case of Aimable Karasira, a university professor, musician, and famous YouTuber who speaks out on issues affecting ordinary Rwandans. He is bold and energetic, charismatic, and charming. He is also fearless, humane, and compassionate. His human values and compassion are demonstrated in the platform he built and used to address injustices affecting his fellow citizens within Rwanda. Unfortunately, Aimable Karasira has been a target of formal and informal smear campaigns and demonization by the RPF since 2019.

How Does Rwanda Smear & Outcast Dissenters?

Demonization and smear campaigns are run formally (by the government) and informally (by Kagame’s or his regime’s supporters). Formal smear campaigns typically utilize government tabloids and propaganda newspapers as well as known agents of the Rwandese Patriotic Front. In a coordinated attack, publications run articles demonizing and smearing Kagame critics while RPF agents take to social media to slander the victim. Inside the country, intelligence services track people down to express free thought against the Kagame regime.

Meanwhile, domestic and global supporters of Paul Kagame run informal smear campaigns. Those operating outside of the country compliment formal Kagame agents by spreading rumors about the victim and using “innocent criticism” to fuel anti-victim sentiments. They often claim the victim is too radical and should temper their criticism of the government, meanwhile overlooking blatant governmental abuses of power. They feign support while spreading the idea that the victim will eventually be “punished” for speaking out and us the fear of punishment as their reasons not to speak out against the regime.

Channels withing the government of Rwanda such as The Rwanda Diaspora also known as The Rwandan Community Abroad (RCA), the Center for the Fight Against Genocide (CNLG) and Ibuka often spearhead these informal movements. Even though CNLG is an official govenrment entity, the RCA and Ibuka present themselves as unaffiliated with the government. These channels seem harmless and front as anti-genocide and genocide survivor advocates. However, their demonstrated commitment to the Kagame regime and erasure of Rwandan Genocide survivors who do not align with the regime prove otherwise. Ibuka and CNLG serve as attack dogs for the Kagame regime, often using the 1994 genocide as blackmail against the victims of their smear campaigns. Abroad, RCA and Ibuka members conduct community surveillance and are coordinated and financed by Rwandan embassies in countries they operate in. They harass critics globally and infiltrate with the intent to destroy groups that are critical of the government. This isn’t conspiracy talk, either. It is a well-known fact among Rwandans that this happens. Global journalists, such as those at the New York Times, are also beginning to pick up on these tactics. Kagame’s advisor, general James Kabarebe stated recently in a vitriolic speech that they conduct these types of activities abroad intending to destroy exiles and refugees or Rwanda.

These cover-ups work two ways. First, they distract the general population from the abuses of power under the Kagame regime, including the ongoing killings within the country and the Congo (including babies). Second, these slur campaigns scare others into refraining from discussing the issues for fear of what will happen to them. The cycle continues in Rwanda until the newest targeted victim is willfully disappeared by government agents, indefinitely imprisoned, assassinated, or a combination of one or more of these events.

About Aimable Karasira

Aimable Karasira is a survivor of the Rwandan genocide that took place in 1994. The RPF won the war during which the genocide occurred, and the party claimed to stabilize the country. However, during their “stabilization efforts,” the RPF massacred hundreds of thousands of people– including Karasira’s parents and two siblings who had survived the initial genocide. Talking about his family and what was done to them by the RPF after the genocide has brought the hammer of government newspapers, the groups mentioned above, agents, and sympathizers of the government onto Aimable Karasira’s shoulders.

Supporters of the Kagame regime have even accused him of denying the genocide, which he has openly talked about surviving. In Rwanda, denying the genocide is a crime. Misinformation and false rumors by RPF agents about his genocide denial increased calls for imprisonment across the country. This all culminated in Karasira being arrested on May 31st, 2021.

For three weeks, Karasira has been held without a single appearance in court. During this time, he has reportedly been held in the Kicukiro jail without contact with other inmates. Rwandan law states he is supposed to appear in court within three days of his arrest, so his detainment without court appearance is unlawful.

On the weekend of June 19th, Karasira was moved to an unknown location with the claim that he contracted Coronavirus. Readers and defenders of global justice worldwide should be worried about this. Karasira has been quarantined for the last three weeks in a jail cell by himself, begging the question of how and where he picked up the virus. Those who have a working knowledge of the injustices of the Kagame regime understand this news is likely grim. The government might have detained Karasira to a torture chamber. It’s also possible that they plan on assassinating him and covering up the death as a coronavirus death. His safety has been in danger for years now, but he may be in much greater danger of being assassinated with this claim.

This would not be the first of such inmate deaths at the hands of the government. Countless outspoken critics of the Kagame regime have been assassinated in Rwandan jails. Kizito Mihigo died in police custody, and the government of Rwanda claimed that he committed suicide. There are dozens of cases of prisoners who the government has shot, and the government attempted to cover up the deaths by claiming they were trying to flee jail or prison. Many of these victims were shot while handcuffed.

What Can Be Done To Stop This?

Citizens of donor nations are generally unaware of their governments supporting repressive regimes like the one in Rwanda. One thing they can do is to share this article widely to ensure the rest of the world or their networks are informed about this issue.

Knowing about the injustices and human rights violations done by the Kagame regime, donor nations such as the US and the UK must withhold aid to Rwanda and be wary of accounts about dissidents coming from the government. The Netherlands, in particular, funds Rwanda’s judicial system — a system that has been proven to be broken. Their withholding of aid would go a long way to spark change at the government level. When criminals such as Kagame are given resources, they commit more crimes. Holding off on aid sends a message that human rights violations will never be rewarded and begs the regime to change its standards.

Donor nations must call for an immediate release of Aimable Karasira and other prisoners of conscience and political prisoners. These include Paul Rusesabagina (the real-life hero of the Hollywood film Hotel Rwanda), Deo Mushayidi, Mitsindo Viateur and many more innocent Rwandans languishing in prisons. They must also produce poet Bahati Musa who has been missing since early February 2021.

https://www.blackstarnews.com