Tag Archives: Santé

Le covid-19 échappé d’un labo de Wuhan? Les États-Unis enquêtent

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a expliqué que Washington prenait cette hypothèse au sérieux.

NOEL CELIS VIA GETTY IMAGES
La ville de Wuhan, en Chine, est l’épicentre de l’épidémie de coronavirus covid-19 qui a déjà fait près de 140.000 morts dans le monde. 

 

CORONAVIRUS – Les États-Unis ne semblent pas exclure que le nouveau coronavirus à l’origine de la pandémie qui a déjà tué plus de 137.000 personnes dans le monde provienne d’un laboratoire chinois à Wuhan, et évoquent désormais une “enquête” pour faire la lumière sur son origine.

“Nous menons une enquête exhaustive sur tout ce que nous pouvons apprendre sur comment ce virus s’est propagé, a contaminé le monde, et a provoqué une telle tragédie”, a déclaré le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo sur la chaîne Fox News.

 

Il était interrogé, mercredi soir, sur un article du Washington Post affirmant que l’ambassade des États-Unis à Pékin avait alerté le département d’État américain il y a deux ans sur les mesures de sécurité insuffisantes dans un laboratoire de Wuhan qui étudiait les coronavirus chez les chauves-souris.

Et Mike Pompeo a été questionné également sur les informations de Fox News selon lesquelles “plusieurs sources” pensent désormais que le coronavirus actuel, signalé pour la première fois justement à Wuhan en décembre, émane de ce même laboratoire -même s’il s’agirait bien d’un virus naturel, pas d’un agent pathogène créé par les Chinois, et que sa “fuite” ne serait pas volontaire mais due aux mauvais protocoles de sécurité.

Mike Pompeo n’a démenti aucune de ces deux informations.

Donald Trump se montre évasif

Également interrogé mercredi lors de sa conférence de presse quotidienne sur la crise sanitaire à la Maison Blanche, Donald Trump s’était lui montré évasif. “Je peux vous dire que nous entendons de plus en plus cette histoire. Nous allons voir”, a répondu le président américain, assurant que cette “horrible situation” faisait l’objet d’un “examen très approfondi”.

Il a toutefois refusé de préciser s’il avait évoqué le cas de ce laboratoire avec son homologue chinois Xi Jinping.

De l’avis des experts à ce stade, le nouveau coronavirus a fait son apparition fin 2019 dans un marché de plein air de Wuhan, où des animaux exotiques comme des chauves-souris étaient vendus vivants. Le virus d’origine animale aurait pu y muter en se transmettant à l’homme.

La thèse relayée par Fox News est donc différente. Sans la confirmer clairement, le secrétaire d’État américain a enfoncé le clou.

“Ce que nous savons, c’est que ce virus est né à Wuhan, en Chine”, a ajouté Mike Pompeo. “Ce que nous savons, c’est que l’Institut de virologie de Wuhan n’est qu’à quelques kilomètres du marché de rue”, a-t-il insisté.

https://www.huffingtonpost.fr/


Avis aux lecteurs: Nos articles peuvent être reproduits à condition de citer le nom d’auteur et le site web source.

Notice to readers: Our articles may be reproduced provided the author’s name and the source website are cited.

Covid-19: Les dirigeants africains doivent protéger le continent contre le complot des “puissants”.

Appel pathétique et urgent. Il est temps de tirer une bonne leçon du bagage de notre histoire. Certes, la conscience de l’humanité entière se tient toujours en éveil pour surveiller tenir le monde aux aguets face à tout genre de catastrophe naturelle ou artificielle. Mais il faudrait s’armer du courage du genre du Médecin Français Didier Raoult pour élever une voix d’alerte susceptible de sauver l’Afrique.

De nos jours, la pandémie de coronavirus accomplit sa conquête à grand pas sur le monde. Contrairement, aux illusions que se feraient les géants de la planète, ce sont le monde occidental et les pays dits développés qui en subissent la désolation la plus misérable, comparativement à l’Afrique. Et pourtant, dans une précipitation injustifiable, l’Europe et l’Amérique s’acharnent à paniquer l’Afrique par des fausses alertes que cette dernière court le risque d’une prochaine catastrophe irréparable. Dans cette foulée de mauvaise intention mal masquée, La Fondation Bill Gate, Patron de Microsoft, s’empresse même à annoncer qu’elle dispose de vaccin prêt à expédier en Afrique. D’emblée l’OMS tenue par les mêmes géants mord et prend la tête de cette campagne. Mais d’aucuns se posent la question de savoir pourquoi commencer ce vaccin par l’Afrique où la situation est de loin moins dramatique par rapport à l’Italie, la France, l’Espagne, la Chine, la Grande Bretagne ou les Etats-Unis d’Amérique même?

Pourquoi chercher à profiter de l’Afrique sans les africains?

Il y a lieu d’adopter que les dirigeants africains et leurs nations ont tout intérêt à se ranger derrière le docteur Didier Raoult pour tenir de manière responsable la protection de leur continent. Il existe de nos jours autant de preuves de complot contre l’Afrique qui stimulent désormais la prudence et la méfiance à toute action mondiale se camouflant dans l’apparence d’intervention humanitaire. Coronavirus intervient scandaleusement sur les traces encore vivantes du VIH/SIDA, l’épidémie à Virus EBOLA et d’autres maladies qui ont été toutes conçues dans les laboratoires occidentaux comme armes biologiques prioritairement portées contre les habitants du continent Africain, mais dont ni les gouvernants et scientifiques africains ni les experts scientifiques du monde n’ont jamais voulu alimenter le débat.

Concernant le VIH/SIDA, n’est pas que son inventeur, le Docteur Robert Gallo, avait-fini par confesser qu’il avait créé le SIDA pour dépeupler le monde en général, mais l’Afrique en particulier? Bien plus, une des origine du VIH/SIDA fut également localisée dans un vaccin anti-Polio qui a été délibérément administré sur des millions des Africains. En effet, le scientifique Hooper a fait savoir que 64 % des cas de sida observés en Afrique avant 1981 et 87 % des échantillons testés HIV-131 positifs avant 1981 viennent des villes et des villages mêmes où ce vaccin a été utilisé vingt années plus tôt. Pourquoi, les dirigeants africains toléraient-ils que, sous prétexte de prévention de Coronavirus, les occidentaux viennent réaliser leur plan satanique consistant à vouloir effacer le peuple africain, dans l’unique souci d’exploiter et profiter des richesses de ce continent sans les africains eux-mêmes, autant qu’ils ont presque réussi en Amérique latine – d’ailleurs cette appellation provient du fait que le monde européen a tout fait pour posséder l’exploitation de cette partie avec l’anéantissement de la capacité des autochtones- ? C’est étonnant de constater l’inertie et l’apathie des dirigeants africains devant un tel crime international contre le continent.

Concernant l’Ebola, les congolais de la région de Beni en eux seuls sont une preuve éloquente de l’utilisation de cette épidémie comme arme de guerre. Et, pour confirmer la complicité internationale dans cette situation, nul n’a pu permettre une enquête sur la gestion des travaux de riposte contre l’Ebola à Beni, malgré toutes les réclamations de la population locale victime.

Illustrations

Honnêtement parlant, il est nécessaire de comprendre que l’Afrique est en droit de remettre en cause le fameux slogan mondial de la “solidarité planétaire” ainsi que tous les gestes humanitaires apparents qui l’accompagnent. En effet, excepté les œuvres de charité des églises, le monde occidental n’a jamais alloué des aides aux pays pauvres comme ces puissants en font eux-mêmes l’éloge sur les média. Il s’agit toujours de l’imposition de dettes destinées à asservir et à dénigrer davantage les pays péjorativement nommés “pays du tiers monde”. A t-on seulement essayé de se pencher sur le cas illustratif de la République Démocratique du Congo? N’est-ce pas que le mandat de la MONUSCO (Mission des Nations Unies pour la Stabilisation de la RDC) s’y renouvelle continuellement depuis plus de 15 ans pour consommer un budget annuel de 13 milliard de dollars américains sans avoir jamais aider le pays à recouvrer la paix ni la stabilité, ni laissant non plus aucune trace de reconstruction quelque part. Le plus grand sadisme se situe au niveau où ceux qui amassent cette dette sur le dos des congolais savent trop bien qu’ils sont en train d’évanouir l’espoir économique d’un pays dont le budget annuel n’atteint qu’à peine 4 milliards de dollars américains. Et pourquoi la MONUSCO ne peut pas réussir à stabiliser la RD Congo après près de deux décennies, en dépit de tous les moyens humains (22.000 casques bleus), logistique et financier en sa disposition? C’est uniquement parce que ses objectifs sont ailleurs: tout en se faisant complices des groupes armés en oeuvre dans plusieurs régions, la MONUSCO sécurise davantage les multinationaux qui sont largués pour piller les ressources naturelles du pays sous sa propre couverture: exploitation de bois, du cacaos, des minerais etc.

Suivons l’alerte et le conseil de Didier Raoult

L’Afrique et ses dirigeant ont tout intérêt à prendre en compte l’alerte du Médecin Français Raoult qui les supplie de ne plus admettre parmi eux le vaccin que l’occident cherche à imposer aux africains. C’est vraiment regrettable de constater combien ces personnes qui ont longuement persuadé le monde de représenter le sommet des civilisations aient pourtant perdu totalement tout le sens de l’humanisme.

Il est temps que les africains cessent de se laisser tirer aveuglement comme une charrette. Une grande vigilance est à tenir sur tous les produits pharmaceutiques et alimentaires qui parviennent en Afrique, surtout ceux qui portent l’étiquette d’assistance humanitaire.
C’est le temps de revivre et valoriser avant tout ses propres capacités et civilisations. Jusques à quand l’Afrique devra subir le prix de la trahison de ses partenaires fourbes? Le complot est trop grand. Pour le cas échéant, la solution contre le COVID-19 est entre les mains des africains: l’association hydroxychloroquine azythromycine. Si le monde occidental était de bonne volonté pour une solidarité honnête dans la riposte contre la pandémie, il ne s’acharnerait pas, par des menaces de mort répétées, sur Monsieur Didier Raoult qui a révélé à l’Afrique et au monde entier le secret salutaire de ce produit.

Professeur Georges JIDHA B.

Source: Beni-Lubero


Avis aux lecteurs: Nos articles peuvent être reproduits à condition de citer le nom d’auteur et le site web source.
Notice to readers: Our articles may be reproduced provided the author’s name and the source website are cited.

Rwanda: Mesures COVID-19, un copier-coller illogique.

Au Rwanda, le premier cas de Corona virus a été déclaré le 14 mars 2020 deux jours après la déclaration de l’ambassade des Pays Bas à ce sujet. Depuis, la propagation a continué pour faire 19 cas confirmés à l’heure de la rédaction, malgré les mesures prises par le gouvernement. Samedi le 21 mars 2020, Le gouvernement a décrété des «Mesures de prévention renforcées contre Covid19» sauf qu’il s’agit d’un copié-collé des mesures prises par les pays occidentaux.

Dans une lettre ouverte adressée au président rwandais, l’économiste David Himbara, critique cette pratique qui vise la séduction des donateurs mais, qui met en danger les vies des citoyens rwandais. 

Tout d’abord, malgré ses implications, le décret entre en vigueur quelques heures après sa publication ne laissant pas du temps de préparation à ceux qui doivent le mettre en exécution. “Dans les pays normaux, les citoyens ont le temps de se préparer aux mesures de confinement – par exemple pour stocker des vivres et d’autres produits de première nécessité”, explique Dr Himbara.

Le télétravail impossible

Si la mesure de privilégier le télétravail dans les pays développés est envisagée, elle est quasi impossible dans le contexte rwandais, et l’on se demande pourquoi le gouvernement la conseille quand-même. “La notion de travail à domicile au Rwanda est farfelue et irrationnelle. Le travail à domicile peut être pratique dans les centres mondiaux cosmopolites de New York ou de Londres, ou dans la Silicon Valley de San Francisco, mais pas au Rwanda, ni même dans la capitale, Kigali”, s’insurge l’économiste enseignant au Canada. Et pour appuyer son assertion, les statistiques parlent. 

Sur les 3,4 millions de Rwandais activement employés en 2019, 37,3% étaient engagés dans l’agriculture, la foresterie et la pêche. L’industrie employait 17, 2% alors que les services (y compris le commerce de gros et de détails, la réparation de véhicules automobiles et de motocyclettes) employaient 45,5%.

Dr Himbara se demande comment ces 3,4 millions de travailleurs rwandais employés dans l’agriculture, l’industrie et les services pourront faire du télétravail et qui les paiera. 

Un copier-coller dépourvu de tout sens

Dr Himbara accuse Paul Kagame de plagiat.

“Général Kagame, il semble que vous ayez naïvement coupé et collé des directives de pays à revenu élevé”. 

Sauf que dans ces pays, les mesures complémentaires sont en place, notamment, des milliards de dollars pour soutenir les entreprises ainsi que les citoyens, une période supplémentaire pour payer les impôts, et les programmes de remise aux citoyens de chèques pour pallier la perte de revenus provoquée par les mesures en question. Le Rwanda ne peut pas se permettre  ces mesures à cause de sa situation économique, (1) une production annuelle de 10 milliards de dollars américains, (2) un budget gouvernemental annuel de 3 milliards de dollars américains, (3) une forte dépendance à l’aide extérieure qui s’élève à 1,1 milliard de dollars, sans oublier (4) une dette de 5 milliards de dollars, soit 55% du PIB.

Avec des ressources aussi limitées, dit l’économiste, le Rwanda peut à peine soutenir les employés des services publics!

Conçu pour impressionner?! 

Dr Himbara connaît bien le dictateur rwandais pour avoir servi dans son gouvernement en tant que conseiller présidentiel aux affaires économiques. C’est à partir de cette expérience que l’économiste sait bien lire les intentions de Kagame. En effet, il existe déjà un programme d’aide Covid-19 de 14 milliards de dollars annoncé par le Groupe de la Banque mondiale (World Bank Group). Le Fonds Monétaire International (FMI) a également annoncé qu’il pourrait débourser rapidement 50 milliards de dollars par le biais de ses mécanismes de financement d’urgence aux pays à faible revenu et aux marchés émergents confrontés à la pandémie. Pour cela, avance Dr Himbara, Kagame veut faire croire à l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et aux autres bailleurs de fonds que son gouvernement prend une position ferme pour sauver des vies rwandaises pour être compté parmi les bénéficiaires du programme d’assistance COVID-19. 

Pour clore, l’économiste met en garde le président rwandais:

“Votre décret d’une page est superficiel et indigne de son titre. Et si vous utilisez vos forces de police et militaires pour garder les Rwandais confinés chez eux vous les affamerez”.

Tiré de : Lettre ouverte à P. Kagame.

Par Chaste Gahunde


Avis aux lecteurs: Nos articles peuvent être reproduits à condition de citer le nom d’auteur et le site web source.                                                                                                            Notice to readers: Our articles may be reproduced provided the author’s name and the source website are cited.

Rwanda: le corona virus au service de la dictature.

L’avènement du corona virus a bouleversé les habitudes de vie dans le monde entier. La Chine fut le premier pays à être touchée. Elle a pris une grave décision de maintenir en confinement et en isolement de millions d’habitants dans la ville de Wuhan fin décembre 2019 début janvier 2020. Malgré cela, il lui a été reproché d’avoir  tardé à reconnaître la dangerosité de l’épidémie car ces mesures sont arrivées sur le tard. Elle avait même arrêté des médecins qui tentaient de donner l’alerte fin décembre 2019.

Aujourd’hui, la pandémie est mondiale et des mesures de confinement sont généralisées dans tous les pays de la planète Terre.

Au Rwanda, le corona virus a été évoqué pour la première fois par le président de la République Paul Kagame. C’était le 16 février 2020 dans son discours d’ouverture de la 17è rencontre des cadres de l’administration publique et du secteur privé.

Devant des centaines de participants médusés, Paul Kagame a justifié pourquoi il avait renvoyé du gouvernement Dr Diane Gashumba, ministre de la Santé.

Selon le président, Diane Gashumba n’avait pas obtempéré à sa demande de soumettre aux examens préalables du corona virus tous les participants aux assises de Gabiro avant qu’ils se rendent sur les lieux. Evidemment le public a applaudi, mais il n’y a rien compris car aucun cas de corona virus n’avait jamais été officiellement déclaré au Rwanda.

Mais le virus était là et le président en était informé. A en croire les réseaux sociaux, les cas du corona virus ont été détectés au Rwanda, mais la consigne était de ne pas divulguer l’information pour ne pas faire capoter le sommet du Commonwealth prévu à Kigali en juin de cette année et dont le Rwanda attend beaucoup de retombées. Aucun doute que dans le cadre du monitoring en usage, la ministre de la santé en avait informé l’OMS, ce qui aurait effarouché le président Kagame jusqu’à la renvoyer.

En effet, il a fallu que l’ambassade des Pays Bas à Kigali dénonce le comportement irresponsable des autorités rwandaises de cacher l’avènement de cette pandémie au Rwanda pour que le ministère de la Santé se décide à sortir un communiqué reconnaissant que le pays faisait face à ce fléau.

Evidemment, des mesures spectaculaires furent prises dont celles de fermer des écoles, des universités et des lieux de culte dès le 15 mars et cela jusqu’à nouvel ordre. Dans les administrations publiques et privées, le télétravail est vivement encouragé, ce qui est par ailleurs illusoire dans un pays où l’électricité est rationnée. Les déplacements ont été également réduits, ce qui arrange aussi le système dictatorial qui a instauré, depuis des années, des contrôles sur bon nombre d’axes routiers.

Dans une émission à   radioinkingi.com, Kayumba Rugema, un ancien officier de l’armée de Paul Kagame, a fait état de l’utilisation du corona virus à des fins criminelles. Il a révélé que le corona virus est bien présent dans des prisons rwandaises. Or quand on sait que les prisons au Rwanda sont bondées et qu’aucune « distanciation sociale » n’est possible, il est facile de s’imaginer ce qu’il peut advenir comme dégâts en vie humaines.

Selon des informations de ses collègues encore au Rwanda, Kayumba Rugema a déclaré que dans la prison de Mulindi, dans les faubourgs de la capitale, on a déjà recensé au moins 20 décès suite au corona virus.

Cette révélation de Kayumba Rugema, si elle est confirmée, est inquiétante, car tous les opposants politiques présents dans les geôles rwandaises risquent de périr, sous prétexte de corona virus.

Jane Mugeni

Source: www.echosdafrique.com 


Avis aux lecteurs: Nos articles peuvent être reproduits à condition de citer le nom d'auteur et le site web source.
Notice to readers: Our articles may be reproduced provided the author's name and the source website are cited.

KAGAME a dissimulé les informations sur Corona Virus au Rwanda.

On ne pourra jamais faire confiance au régime de Paul Kagame. Une fois de plus le gouvernement est attrapé la main dans le sac. Il ne s’agit pas d’un sujet à prendre à la légère car ça concerne la santé publique.
En effet, le gouvernement de Paul Kagame a tenté de dissimuler les informations concernant la présence du virus sur le territoire rwandais. Le régime a annoncé le premier cas de Covid-19 au Rwanda le 14 mars 2020. Mais l’ambassade des Pays-Bas l’avait déjà annoncé le 12 mars 2020 – deux jours avant le gouvernement du Rwanda.
Certaines maisons de presse ont immédiatement publié les révélations de l’ambassade des Pays-Bas. En d’autres termes, le régime n’a pas pu cacher l’affaire une fois que les Néerlandais l’ont révélée et que les médias ont publié l’histoire. L’on ne sait pas encore comment l’ambassade des Pays Bas a été au courant de la présence du virus.
Tout ce qu’on sait est que  le régime subit beaucoup de pression ces derniers jours après l’assassinat de Kizito MIHIGO dans les locaux de la police où il était détenu provisoirement avant de répondre aux allégations de “tentative de s’exiler”. Une pétition a été mise en ligne pour demander les pays membres du Commonwealth de ne pas tenir le sommet de CHOGM (Commonwealth Heads of Governments Meeting) à Kigali suite aux abus multiples du pouvoir contre les droits de l’homme.
Ayant peur de rater l’opportunité d’accueillir ce sommet si important, le régime voudrait dissimuler toutes les mauvaises nouvelles, inclus le Coronavirus au Rwanda. Ainsi, Kagame  mettait en danger plus de douze millions de vies humaines pour soigner son image. C’est horrible!
COVID RWANL

Chaste GAHUNDE


Avis aux lecteurs: Nos articles peuvent être reproduits à condition de citer le nom d'auteur et le site web source.
Notice to readers: Our articles may be reproduced provided the author's name and the source website are cited.