Category Archives: Corona virus

Tureke kuzura abazimu babi: Idamange ntiyazimuye ntiyanapfobeje…

Tureke kuzura abazimu babi: Idamange ntiyazimuye ntiyanapfobeje, duhe agaciro ibibazo yibaza aho kumwibazaho.

Kuva ku itariki ya 02/02/2021 ku mbuga nkoranyambaga haracicikana amajwi n’amashusho by’uwitwa Idamange Yvona ugaragaza ibibazo byinshi yibaza kuri guma mu rugo. Bamwe aho kumva ibyo avuga baratinda ku isura ye kugira ngo bamuhe ubwoko bifuza ko ibyo atangaza byakomokamo. Ibi ni ukuzura abazimu babi, ni na cyo kinteye kugira icyo mbivugaho mbere ya byose. Abazimu babi mvuga ni abashakisha ivanguramoko muri buri kintu, bagashaka kwemeza ko umuntu agaragaza ibyishimo cyangwa akababaro bitewe n’ubwoko abarizwamo. Icyo bibagirwa, ni uko hari abantu bamaze kurenga urwo rwego bagahitamo kuvugira abantu aho kuvugira ubwoko, bagatabara abantu aho gutabara ubwoko.

Umuntu wa mbere wikomye Idamange aho kuvuguruza ibyo yatangaje turaziranye. Nkunze kwirinda gutunga agatoki kuko nubaha umuntu uko ari. Gusa uwatangiye kumutoteza mu ba mbere birambabaza cyane kuko muzi agira ubushishozi mu gihe twabanye mu mwuga w’itangazamakuru kugeza muri 2000. Ubu ibyo akora mu nyandiko ze birambabaza ariko nkizera ko azagera igihe akikubita agashyi kuko umuntu wese ashobora kwikosora mu gihe akiriho. Gusa ibyo akora ubu si byiza, birasenya ntibyubaka kandi na we ubwe biramwonona n’ubwo ngo nta wusaza atiyononeye. Icyakora igihe cyari kigeze ngo abamuri hafi n’abamushimagiza bamubwire ko buriya buryo bwo gutera umurundi aho gutera umupira bugenda burushaho gutesha igihugu agaciro. Ni koko kandi kenshi ibyo atangaza byitiranwa n’amatangazo ya leta cyangwa irivuze umwami.

Nshingane Idamange Yvona

Idamange Yvona ni ishusho y’abanyarwanda benshi bafite ibyo bibaza baburiye ibisubizo muri iki gihe. Abanyarwanda bafite ubukene kubera iyi guma mu rugo, ku buryo kuvuga ko ubukene buhari bitagombye kuba guca inka amabere. Ibisobanuro bitangwa kuri Covid 19 si mu Rwanda honyine bigaragaramo urujijo kandi kubishidikanyaho si uguca inka amabere. Kunenga ko ba Mukerarugendo bemerewe kugenda abaturage basanzwe banakeneye gusohoka ngo bakore bo batabyemerewe si amahano. Kugaragaza impungenge ku itangira ry’amashuri ni ubupfura si ubupfayongo.

Kugaragaza ko zitukwamo nkuru kandi ko ubuyobozi bw’Igihugu bukwiye guhumuriza abaturage si ukugoma ahubwo ni ukuburana uburenganzira bw’abanyarwanda.
Nasabaga abantu kutihutira kwikoma umuntu, nkanasaba abantu kutirengagiza ibyo Idamange yavuze kuko yabivuganye ikinyabupfura cyinshi ku buryo ari uwo gutegwa amatwi. Kwihutira kumurega gupfobya génocide si wo muti, ahubwo guhora tubona gupfobya génocide muri buri jambo ni ko kuyipfobya cyane. Birakwiye ko iki kintu gicika burundu, génocide ni icyago cyo kwirinda, ntishobora kuba igisubizo ku mpungenge abantu bafite. Niba Idamange wayirokotse atishimiye uburyo kuyibuka bikorwa ni uburenganzira bwe, ni uwo kwegerwa si uwo gutera ubwoba kuko ibyo yabonye byarabumumaze.

Numvise ko Police yatumije Idamange ku musi w’ejo. Birakwiye ko aho kumuhohotera nk’uko bijya bibaho, ahubwo uyu waba umwanya wo kumuhumuririza hamwe n’abandi banyarwanda benshi bafite impungenge kandi zifite ishingiro.
Abanyarwanda dukeneye kubana kivandimwe, dukeneye gukundana, dukeneye kandi guhumurizanya aho guhungetana.
Imana irinde u Rwanda n’abanyarwanda.

Jean Claude NKUBITO
04/02/2021

Rwanda/COVID-19 : Bad governance kills more than the pandemic !

Other countries have devised strategies to fight COVID-19. These include:

1. A Task Force to manage the response
2. A framework to coordinate funds /aids received  as well as voluntary contributions from local and or non-local benefactors.
3. A reporting system to ensure transparency of the process.

Here is what  Rwanda did:
1. No Task Force knwon. In fact, nobody knows who is in charge.
2. No independent body to manage funds and aids. The Government takes all monies, and nobody knows how much is received,  how it is managed, where the monies are sent , and who to be held accountable.
3. Since there is nobody  in charge, no reporting is made on regular basis, even the communiqués from Ministry of health are not signed, thus the people do not know who to hold accountable.

This is how far Rwanda is down. Where have all intellectuals, economists, scientists, doctors gone? Since when mediocrity is preferred over logic, common sense and knowledge?

Who knows whether these monies are not sent to fiscal paradises abroad?
The country cannot move forward in this state.

One last but not least point: do you know that Rwandans would chose COVID-19 over bad gouvernance? Why?
Because, with good governance, the preparedness is possible, well informed decisions are available, and efficient response is possible. Because of bad governance, the number of famine victims beats the number of the pandemic victims.

Ladies and gentlemen, I am ashamed to introduce to you the Banana Republic of Kagame .

Admin

A sa sortie, Kagame est encore peu prometteur!

Ça faisait longtemps que Paul Kagame ne s’adressait pas aux Rwandais, et quand il fait ce 27 avril 2020, il s’exprime en anglais. Moins de 20% de Rwandais comprennent cette langue. Quant au contenu, le président rwandais ne livre rien. Absolument rien. La seule chose qu’il aura réussie, c’est de semer plus de doutes sur sa localisation sa conférence étant faite à distance.

Avant cette sortie, beaucoup de rumeurs circulaient. L’absence du président inquiétait les Rwandais, les uns allant jusqu’à poser qu’il est mort. C’est peut-être cette prétendue mort qui l’a poussé à sortir subitement, et visiblement, mal préparé. Dans ces réponses , aux journalistes bien sélectionnés comme si le message était destiné à une audience précise,  Kagame ne maîtrise rien. Ceci soulève plus de questionnements: Est-il vraiment vivant? Comment se peut-il qu’après plus d’un mois, un chef d’Etat ne s’adresse pas à son peuple pour exprimer une solidarité?

De la crise causée par la pandémie, Kagame ne livre rien. Pas de statistique. Pas de stratégie, pourtant demandée par plusieurs Rwandais. Le président ne dit rien sur la gestion des fonds déjà reçus dans l’effort de lutter contre Covid-19. Il ne pense pas aux citoyens du menu peuple dont le bien-être est mis à mal par les mesures de confinement décrétées sans suivre la procédure légale pourtant prévue par la Constitution rwandaise. Tout ce qu’il révèle est qu’un conseil des ministres va se tenir cette semaine pour déterminer la voie à suivre dans les prochains jours.

Une journaliste de RFI lui pose la question sur l’assassinat du chantre rwandais Kizito Mihigo mort en février 2020. Kagame, manifestement mal à l’aise avec cette question, réplique qu’il ne sera jamais capable de convaincre qui que ce soit sur la thèse du suicide. Lui-même sait que ce mensonge ne tient pas la route. Et, il demande à la journaliste: “Can we put it to rest, please?” Il évite d’en parler.

Rappelons que depuis l’assassinat de ce jeune homme, Kagame a du mal à justifier son innocence dans ce dossier. Dans ses notes, Kizito explique le rôle important de la directrice de cabinet de Kagame à l’époque, Inès MPAMBARA, dans son calvaire. La femme est même  allée jusqu’à menacer de mort le jeune artiste.

Une question intéressante sur l’incursion de l’armée rwandaise au Congo, une information qui circule depuis quelques semaines. Sauf que le chef de l’Etat nie toutes les allégations en bloc, tentant de façon maladroitement voilée, de justifier cette action militaire s’elle avait eu lieu. Pour tout observateur avisé, sa réponse constitue un aveu sans équivoque. Sauf un enfant né d’hier, l’on sait que les soldats rwandais ont toujours été au Congo, et que Kagame l’a toujours nié.

Le silence de Kagame au sujet de la misère du peuple rwandais, sa disparition des radars pendant longtemps, les actes de barbarie commis par son armée contre les citoyens, l’arrestation des journalistes au nom du Covid-19 mais, qui réellement, on le sait, vise à museler les lanceurs d’alerte, tout porte à croire que Kagame n’est pas l’homme de la situation, maintenant, encore moins pour la période après Covid-19.

Chaste Gahunde


Avis aux lecteurs: Nos articles peuvent être reproduits à condition de citer le nom d’auteur et le site web source.

Notice to readers: Our articles may be reproduced provided the author’s name and the source website are cited.

Uganda/ COVID-19: 883 prisoners released after Presidential pardon.

The Uganda Prisons Service has, on Monday, April 27, confirmed the pardon and release of 883 prisoners from their facilities across the nation.

While speaking to the media, Uganda Prisons Services Spokesperson, Frank Baine confirmed the development citing the 833 prisoners released was an effort to decongest prisons amid the COVID-19 Pandemic.

On April 6, the Commissioner-General of Uganda Prisons, Dr Johnson Byabashaija, disclosed that government was planning to decongest prisons by pardoning over 2,000 inmates as one of the ways to decongest prisons in a move to control the spread of COVID-19.

Byabasahija made this revelation while addressing the media at parliament after his appearance before the parliamentary committee on appointments for vetting following the renewal of his contract by President Museveni.

He said that inmates who were on light sentences and those who had covered three-quarters of their sentences are being considered. Others to be considered for pardon include; breastfeeding mothers and those inmates aged above 65 years.

“We are going to submit the list to the Attorney General for consideration of pardon in order to decongest the prisons. Secondly, we are also writing to the registrar of courts of judicature to release remands who have reached their remand mandatory period. This is not for capital offenders,” Byabashaija said.

He added that apart from decongesting the prisons, they have also isolated prisons around across the country where new prisoners are being held for the moment, also all prison staff have been prohibited from going back to their homes as one of the measures to contain the spread of the virus.


Avis aux lecteurs: Nos articles peuvent être reproduits à condition de citer le nom d’auteur et le site web source.

Notice to readers: Our articles may be reproduced provided the author’s name and the source website are cited.

The genocide plan against Rwandans currently disguised as COVID-19 confinement

The genocide plan against Rwandans currently disguised as COVID-19 confinement

1. The 1994 genocide as a precedent
During the period of April-June 1994, Hutus and Tutsis were killed for who they were in either controlled zones by the Rwandan Patriotic Front (RPF) led by Paul Kagame or the then Rwandan government headed by Jean Kambanda.
2. The enabler of the 1994 genocide
The then US president Bill Clinton refused to call genocide what was happening in Rwanda at that time, because of his administration’s strategy for non-intervention to enable RPF to gain power. This US attitude was part of a regional political game plan, which considered RPF as the main player to have more influence at the expense of France and Belgium.
3. A never-ending genocide
After RPF took over from the Hutu government, it put in place internal and external policies aimed at reducing the number of Hutus, among these were:

1. Targeting and killing Hutu political leaders and intellectuals inside and outside Rwanda, with an objective of retaining the political supremacy of RPF as long as possible; while this was happening, Hutu refugees were attacked, killed and persistently disturbed in their precarious lives everywhere.
2. Denying their survivors access to any sort of assistance that would help them to recover from suffered traumas.
3. Devising economic, agricultural, employment, health and educational policies aimed at making Hutus poorer, die silently or feel as second class citizens.

4. How Rwanda’s neighbouring countries are dealing with COVID-19 Burundi, DRC, Uganda and Tanzania, the neighbouring countries of Rwanda, haven’t instructed their citizens to strictly stay at home as a way of fighting the COVID-19 pandemic. After objective analysis of the conditions within which their people live, they consequently found that confining them without giving them food would’ve been like ordering them to die.

5. The suffering of Rwandan people under confinement
Since the Prime Minister’s public announcement of the confinement on March 21st, we have noticed that there is no provision of food to the population from the government. The journalists who went out to learn from the people how they were coping with the confinement and highlighted the dire conditions under which they were living, were arrested. Presently, the general public doesn’t know what is happening indoors across Rwanda, because no independent journalist is allowed to report about that situation.

6. The coverup of an ongoing genocide
The same way the RPF government has covered up deliberate killings of Rwandans over the past 26 years, it is feared that under the current COVID-19 pandemic, everything seems to point to a well-engineered strategy of drastically reducing the number of Rwandans. If the confinement is not immediately reversed, with the lack of any provision of food to the confined people, between 3 to 4 millions of Rwandans can die by the end of May. These deaths would only be discovered years later because of the RPF mastery of covering up its crimes.

Maniragena Valens   and Nzeyimana Ambrose


Avis aux lecteurs: Nos articles peuvent être reproduits à condition de citer le nom d’auteur et le site web source.

Notice to readers: Our articles may be reproduced provided the author’s name and the source website are cited.

RDC: Le Cardinal Fridolin AMBONGO nommé pour la gestion du Fonds COVID – 19

Le président Félix Tshisekedi a nommé ce mercredi les membres du Comité de gestion du Fonds national de solidarité contre le Coronavirus (FNSCC). Ce comité est piloté par le cardinal Fridolin Ambongo, archevêque de Kinshasa. Il est secondé par le représentant légal de l’Eglise du Christ au Congo (ECC), le révérend André Bokundoa.

Le représentant de la Communauté islamique au Congo siègera comme membre aux côtés d’autres personnalités issues du monde scientifique et associatif.

Ce comité composé de 12 personnalités va gérer ce fonds.

L’équipe se présente de la manière suivante :

  • Cardinal Fridolin Ambongo Besugu, coordonnateur
  • Révérend André Bokundoa, coordonnateur adjoint
  • Pr Jean-Jacques Muyembe, membre
  • Cheick Abdallah Mangala, membre
  • Révérend pasteur Sony Kafuta, membre
  • Révérend Delphin Ebele Katalay, membre
  • Mme Liliane Bakeyela, membre
  • Mme Marie Madeline Kalala Ngoy, membre
  • Mr Roger Kamba, membre
  • Mr Patrick Ngulu, membre
  • Mr Patient Bashombe, membre
  • Mr Yvon Tshizumbu, membre

Le Chef de l’État, Félix Tshisekedi, a créé le Fonds national de solidarité pour la lutte contre le Covid-19 (FNSCC). Cette structure a pour mission de rechercher et collecter les moyens financiers qui aideront à soutenir les malades et le personnel soignant.

Selon cette ordonnance, le FNSCC va fonctionner durant toute la période d’état d’urgence sanitaire décrétée par Félix Tshisekedi. L’état, les entreprises publiques ou privées et les bailleurs de fonds vont alimenter le Fonds.

Le FNSCC est créé pour financer les fournitures essentielles comme les équipements de protections individuelles à la population et aux agents de santé qui sont en première ligne sur l’étendue du territoire national.

Il va aussi soutenir financièrement le Comité multisectoriel de riposte au Covid-19 en lui donnant les moyens de suivre et détecter la maladie et en renforçant les capacités du laboratoire par la formation et la fourniture des matériels adéquats.

Radio Okapi

Rwanda : Vague d’arrestations et d’abus liés au confinement

Il faut mettre fin à la répression des médias et aux arrestations arbitraires massives

La police rwandaise a arrêté arbitrairement des dizaines de personnes depuis que les directives pour empêcher la propagation du Covid-19 sont entrées en vigueur le 22 mars 2020. Les autorités ont accusé des personnes d’avoir enfreint les mesures, les détenant parfois dans des stades sans procédure régulière ni autorité légale.

MALAWI: High court blocked its coronavirus lockdown in a bid to protect the poor

A high court in Malawi has granted Human Rights Defenders Coalition a seven-day injunction stopping the government from implementing a 21-day national lockdown due to coronavirus. The injunction is temporary and an inter-partes hearing is expected within seven days.

On Tuesday, president Peter Mutharika announced a 21-day lockdown which was meant to begin on Saturday April 18 i n a bid to contain the spread of the virus in the country. In his address Mutharika, warned that up to 50,000 Malawians could lose their lives to the Covid-19 virus but he did not outline a  social safety net for the vulnerable during the lockdown, which prompted a civil society group to seek a stop order from the court.

“Our message is simple, we are not accepting this issue of lockdown unless government comes up with proper measures to protect the lives of Malawians, all we are saying is that different stakeholders such as religious leaders, civil society organizations should come together to digest this issue and come up with a proper solution,” said Gift Trapence chairperson for Human Rights Defenders Coalition.

Following Malawi government’s failure to put in place any measure to cushion the poor during the lockdown, thousands of informal traders in the cities of Mzuzu and Blantyre took it to the streets to protest against a coronavirus lockdown with placards that read “Lockdown more poisonous than Corona” and another “We’d rather die of corona than die of hunger.”

Many of these vendors are daily wage earners and a lockdown in the country could greatly affect them. A lot of people in Malawi operate on a hand to mouth basis. It is unclear if Malawi, one of the world’s poorest countries, can afford to offer cash transfers to its low income citizens as some policy analysts have been recommending.

Malawi’s economy relies on informal economies like most African countries. Many policy analysts and development economists across Africa and the developing world have started to criticize African governments for rushing to mimic the lockdown strategies of wealthier, developed countries in order to prevent the spread of coronavirus. There are now louder calls for countries to adapt preventive measures and policies that better suit each country. This is particularly relevant in congested urban areas where social distancing is difficult and there is little availability of clean water to wash hands.

“Our challenge is to adapt social distancing measures to informal economies which lack a comprehensive safety net to support those shut in,” writes W. Gyude Moore, a former Liberian public works minister. Moore recommends African countries focus on more flexible curfews rather than total lockdowns given most economies are 90% informal. He also recommends engaging with local community leaders to share the message and expand the definition of essential services.

So far Malawi has recorded 17 cases of Covid-19 with two deaths. The ministry of health has announced that three people who earlier tested positive have now tested negative but will re-do the tests.


Avis aux lecteurs: Nos articles peuvent être reproduits à condition de citer le nom d’auteur et le site web source.                                                                                              Notice to readers: Our articles may be reproduced provided the author’s name and the source website are cited.

Rwanda. Des journalistes arrêtés pour leurs reportages sur les mesures de confinement suite au Covid-19

Rwanda. Des journalistes arrêtés pour leurs reportages sur les mesures de confinement suite au Covid-19

Depuis, le 8 avril 2020, une rafle policière a eu lieu dans les milieux journalistiques de Kigali. Elle a permis l’arrestation d’une dizaine de journalistes les plus en vue au Rwanda dont Théo Nsengimana d’Umubavu TV, Valentin Muhirwa et David Byiringiro d’AFRIMAX TV. Le 15 avril 2020, ce fut le tour de, Niyonsenga Dieudonné alias Cyuma Hassan et son chauffeur Komezusenge Fidèle d’être arrêtés. Ces journalistes youtubeurs sont d’un courage et d’un professionnalisme qui forcent l’estime de plus d’un. Leurs chaines Youtube sont suivies par des milliers de personnes. Le plus célèbre d’entre eux est Cyuma Hassan d’ISHEMA TV.

 

Comme le précise jambonews.net, c’est ce journaliste qui a récemment couvert des cas de viols, d’actes de torture et de pillages de biens commis par les militaires rwandais au quartier dît « Bannyahe » situé à Kigali. C’est également lui qui avait rapporté, en mars dernier, la destruction par les autorités d’habitations appartenant aux plus pauvres de Kigali, sans aucune indemnisation, mettant ainsi des familles entières à la rue en pleine crise de COVID-19. En février, le même journaliste avait rapporté avoir remarqué une blessure sur le front du Kizito Mihigo pendant ses funérailles, mettant ainsi à mal la version officielle du régime, qui avait déclaré que Kizito Mihigo, s’était suicidé en prison. Cyuma Hassan, qui avait déjà confié à ses collègues de la VOA qu’il était poursuivi, est accusé d’avoir enfreint les règles de confinement en vigueur pour lutter contre le coronavirus. Les journalistes jouissent pourtant de la liberté de circuler dans le cadre de leur travail. D’où les soupçons que le régime de Kigali chercherait à étouffer les quelques rares journalistes, blogueurs et youtubeurs indépendants encore actifs dans le pays.

Les journalistes arrêtés sont tous détenus à la Station de police de Remera, tristement célèbre pour des décès inexpliqués de ceux qui y sont détenus. C’est dans les cachots de cette station qu’ont eu lieu les décès du célèbre chanteur Gospel Kizito Mihigo, l’avocat du barreau de Kigali Donat Mutunzi ou le Dr Emmanuel Gasakure. Tous pour des raisons farfelues avancées par la Police : suicides par pendaison, abattu par un policier alors qu’il tentait de lui arracher son arme,…   Plaise à Dieu qu’aucun de ces journalistes ne soit retrouvé pendu dans sa cellule ou ne meure de coronavirus dans ce haut lieu du crime !

 

Quelques jours avant, les fanatiques du FPR avaient lancé des tweets prémonitoires en réclamant la tête de ces journalistes. Paradoxalement, la plus virulente fut Immaculée Ingabire, ancienne administratrice du Haut Conseil de la Presse et actuellement chef de Transparency International au Rwanda. Contre toute éthique qui devrait caractériser une personnalité de son rang et fidèle aux principes fondateurs de l’organisation internationale qu’elle représente, on se serait attendu à ce qu’elle se positionne en défenseur des droits de l’homme et des libertés d’expression et d’opinion. Que du contraire ! Dans ses tweets et ceux des membres de son groupe, les journalistes avaient été condamnés à l’avance les qualifiant d’  « ennemis de l’État », d’  « agents des ennemis du pays », de « personnes à enfermer ou à envoyer dans un hôpital psychiatrique », etc.

Cette sortie malheureuse d’Ingabire Immaculée faisait suite aux reportages de ces journalistes sur les effets désastreux des mesures de confinement prises par le gouvernement pour contenir le Covid-19 et surtout en donnant la parole à la population pour qu’elle exprime son calvaire.

 

Sur ce registre, honte également à Cléophas Barore, Président de Rwanda Media Commission (RMC) qui s’est empressé de plaider pour le régime de Kigali dans un communiqué de presse du 13 avril 2020. Cette attitude de Barore et de RMC est très répréhensible et indigne d’une organisation qui est censée être un organisme indépendant de régulation des médias garantissant la liberté de la presse.

Il sied enfin de souligner qu’avec l’arrestation de ces journalistes, le RIB, Rwanda Investigations Bureau, vient de montrer, une fois de plus, son vrai visage : celui d’instrument de répression politique. Ses enquêteurs se conduisent comme des caïds avec un parrain, le général Paul Kagame.

Cette coupe sombre dans la crème de journalistes d’investigation vise à intimider d’autres journalistes qui pourraient être tentés de se faire avocats des gens ordinaires et de mettre à nu les travers du régime.

Comme d’habitude, des « procès-spectacles » vont être organisés devant les « tribunaux de Kangourou » avec des témoins fabriqués et entraînés.

Au moment où tous les pays du monde planchent sur une solution en vue de réduire la population carcérale pour lutter contre la propagation du Covid-19, c’est le moment qu’a choisi le gouvernement rwandais d’exposer ces journalistes inoffensifs à un risque de coronavirus en les enfermant dans des cachots de police surpeuplés attendant, sine die, que les enquêtes soient terminées !

Nous en appelons au gouvernement rwandais afin de mettre fin à ses intimidations contre les journalistes. Aux bailleurs de fonds, aux amis du Rwanda, à tous les défenseurs des droits humains, nous demandons de faire pression sur le gouvernement rwandais pour qu’il procède à la libération de ces journalistes, sans conditions.

Le mot de la fin est celui de saluer le courage et le professionnalisme de ces journalistes qui se sont refusés de se laisser embrigader par des politiciens sans foi ni loi.

Winston Churchill l’avait bien vu. Il nous a laissé cette phrase célèbre : « Une presse libre est l’ennemi le plus dangereux de la tyrannie ».

 

Gaspard Musabyimana

http://www.echosdafrique.com

RDC/Coronavirus : la MONUSCO met à la disposition de la RDC ses équipes médicales

En plus des moyens qu’elle avait mis dans la riposte à Ebola dans l’Est, la MONUSCO met à la disposition des autorités congolaises ses équipes médicales ainsi que des équipements pour les centres d’isolement à Kinshasa dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus en RDC. La Représentante spéciale du Secrétaire général en RDC, Leila Zerrougui, l’a déclaré ce jeudi 16 avril à Radio Okapi à Kinshasa.

« Je travaille, bien sûr avec mon équipe, avec le Dr Muyembe, pour, aussi, utiliser la capacité qui a fait face à Ebola. Comme vous le savez, nous avons mis beaucoup de moyens dans la zone Beni-Butembo. Certains de ces gens, le Dr Muyembe veut les ramener à Kinshasa. Nous allons procéder à ce transfert. Et bien sûr, tout ce qui est médical, c’est surtout l’Organisation mondiale de la santé, mais aussi, nos équipes médicales qui étaient, avant, destinées à s’occuper uniquement de nos militaires, quand ils sont blessés dans les opérations. Maintenant, on va aussi essayer de les utiliser, si jamais, il y a besoin, pour leurs capacités », a renseigné Leila Zerrougui.

Elle ajoute que la MONUSCO ramène du matériel se trouvant dans la partie Est pour équiper le ministère de la Santé :

« Nous avons été aussi sollicités par les autorités pour leur fournir du matériel pour équiper des centres d’isolement qu’ils veulent faire. J’ai donné mon accord. Nous sommes en train de ramener le matériel de l’Est, nous allons le fournir au ministère de la Santé ».


Avis aux lecteurs: Nos articles peuvent être reproduits à condition de citer le nom d’auteur et le site web source.

Notice to readers: Our articles may be reproduced provided the author’s name and the source website are cited.