Diplomatie : Le torchon brûle à nouveau entre Paris et Kigali… Macron répond à Paul Kagame

KAGAME-MACRON

Le torchon brule à nouveau entre Paris et Kigali. Les fragiles relations entre la France et le Rwanda viennent, une fois de plus, de connaitre un regain de tensions. En cause, la relance de l’enquête française sur l’attentat contre le président rwandais Juvénal Habyarimana en 1994. Cette enquête avait déjà provoqué une rupture des relations diplomatiques entre 2006 et 2009 et en 2016.

On apprend aujourd’hui, par une source proche du dossier citée par l’Agence France-presse sous couvert d’anonymat, que le juge français a ordonné la confrontation de ce nouveau témoin avec deux personnes déjà mises en examen en 2010 : James Kabarebe, actuel ministre de la Défense du Rwanda, et un certain Franck Nziza, tireur présumé qui, selon Kigali, n’a jamais appartenu à l’APR (Armée patriotique Rwandaise, branche militaire de la rébellion tutsie avant 1994).

Selon la source citée par l’AFP, la confrontation est prévue – par la justice française – pour la mi-décembre.

De quoi Paul Kagame a-t-il peur ?

 « Il est exclu que le ministre de la Défense réponde à cette convocation de la justice française. » À Kigali, l’entourage présidentiel est unanime : pas question que James Kabarebe, ministre depuis 2010 et ancien aide de camp de Paul Kagame au temps de la rébellion, se rende à Paris afin d’y être confronté à un témoin de la dernière heure qui accuse le FPR (aujourd’hui au pouvoir) d’avoir abattu, le 6 avril 1994, l’avion du président hutu Juvénal Habyarimana.

Dans un discours à Kigali le 10 octobre, le président rwandais Paul Kagame a en effet évoqué la possibilité d’une nouvelle rupture des relations diplomatiques entre les deux pays. Et effectivement, l’ambassadeur du Rwanda à Paris, Jacques Kabale, vient d »être rappelé à Kigali « pour consultation ».

Le 7 octobre 2017, le juge français chargé de l’instruction sur l’attentat du 6 avril 1994 visant l’avion du président hutu Juvénal Habyarimana a ordonné la confrontation d’un nouveau témoin avec deux personnes mises en examen dans ce dossier. Ce témoin accrédite la thèse selon laquelle l’attentat aurait été commis sur ordre de Paul Kagame. En effet, un nouveau témoin dans l’instruction menée en France depuis près de 20 ans sur l’attentat du 6 avril 1994 visant l’avion du président hutu Juvénal Habyarimana a été entendu par le juge d’instruction français en mars, à deux reprises, dans la plus grande discrétion.

Selon une source proche de Paul Kagame, une rupture des relations diplomatiques serait « une éventualité ».Un diplomate rwandais ajoute que « c’est un scénario probable, à moins que la cause de ce rappel ne disparaisse »

À un chef d’État d’Afrique de l’Ouest exprimant son embarras face à cette détérioration des relations entre Kigali et Paris, Emmanuel Macron a adressé, en substance, ce message : il ne s’agit pas de l’ouverture d’une nouvelle instruction, mais de la poursuite de l’ancienne ; merci de rappeler au président Paul Kagame que la justice française est indépendante. La France, elle, n’a plus d’ambassadeur au Rwanda depuis le départ de Michel Flesch, en 2015, Kigali n’ayant jamais accordé d’agrément à son successeur.

Merci de rappeler au président Paul Kagame que la justice française est indépendante. La France, elle, n’a plus d’ambassadeur au Rwanda depuis le départ de Michel Flesch, en 2015, Kigali n’ayant jamais accordé d’agrément à son successeur.
Emmanuel Macron
Source: BeninWeb TV
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s