Category Archives: France

Le Groupe d’Initiative France-Rwanda, proteste contre la visite à Paris d’une délégation conduite par le général Jean Bosco Kazura.

COMMUNIQUÉ

Paris 15 mars 2022

Le Groupe d’Initiative France-Rwanda, GIFR en sigle, proteste contre la visite à Paris d’une délégation militaire du Rwanda conduite par le général Jean Bosco Kazura, chef d’État-Major des RDF – Forces Rwandaises de Défense.

Le Groupe d’Initiative France-Rwanda, GIFR en sigle, a appris avec stupeur, colère et indignation, la visite à Paris d’une délégation militaire du Rwanda conduite par le général Jean Bosco Kazura, chef d’État-Major des Forces de Défenses rwandaises, sur invitation de son homologue français. La délégation a été reçue avec tous les honneurs par le chef d’État-Major des armées, le général Thierry Burkhard.

 Après les visites en France du général-président rwandais Paul Kagamé en septembre 2011 et en mai 2021, il s’agit du premier déplacement officiel d’officiers de l’armée rwandaise en France depuis plus de 25 ans.

Continue reading

Itangazo mbwirwaruhame ry’umuryango wa Yuvenali Habyarimana

Twebwe abana b’umuryango wa Habyarimana tubabajwe n’amakuru amaze iminsi acicikana mu binyamakuru ko umubyeyi wacu yateguye kandi akanashyira mu bikorwa amahano yabereye mu Rwanda muri 1994 y’ubwicanyi bwiswe itsembabwoko.

Tubabazwa cyane n’uburyo abanyarwanda (ndetse n’abanyamahanga) bamwe bakomeje umuco wo gushyigikira ibinyoma bakanga kuvuga ukuri kugirango bateshe umutwe abatavuga rumwe nabo.

Ibinyoma ku mubyeyi wacu byatangiye kera ku buryo byageze n’aho bavuga ko ari we wishe data muri cya gikorwa terabwoba cyamuhitanye ku ya 6 Mata muri 1994. None bigeze n’aho bamugerekaho ko yateguye itsembatsemba.

Ababivuga biyibagiza nkana ko inkiko zakoze kuri iki kibazo cya jenoside mu Rwanda zitashoboye kugira uwo ziyihamya kuyitegura mu bo zemeye gucira imanza. Mu muryango wacu twabaha nk’urugero kuri musaza wa mama, Protazi Zigiranyirazo, nawe wari wararezwe kuba yarateguye akanakora iyo jenoside ko urubanza rwe rwarangiye, «Urukiko Mpanabyaha Mpuzamahanga Rwashyiriweho u Rwanda» (TPIR) rwa Arusha, rumugize umwere mu byaha byose yaregwaga. Turagira ngo twibutse, by’umwihariko, ko ku bijyanye n’ikirego cy’Akazu bakunze gutsindagira kuri mama, urwo rukiko rwasanze ibimenyetso ubushinjacyaha bwaruzaniye, bishingiye ku mazimwe adafite ifatizo.

Tuributsa kandi ko mu madosiye yose yizwe n’urwo rukiko, nta na hamwe izina rya maman rivugwa ko haba hari uruhare yagize mu bwicanyi bwabaye mu Rwanda.

Umubyeyi wacu turamuzi neza. Kuva yashakana na papa, nta kazi ka Leta yigeze akora; nta mwanya w’ubuyobozi yigeze agira mu rwego rw’ubucungagihugu cyangwa urw’amashyaka. Yewe, nta n’ibiro yigeze agira nk’uko tubibona mu bihugu bimwe na bimwe, ku mufasha w’umukuru w’igihugu.  Ntabwo yigeze akoresha inama cyangwa ngo ayitabire, yaba iya gisilikare cyangwa iyabanyapolitiki, haba mbere cyanga nyuma y’aho papa wacu yitabiye Imana. Ku batabizi, cyangwa abatangiye kubyibagirwa, twibutse ko mama yahise ahungishwa papa akimara kwicwa, ku tariki ya 8 Mata, kubera imirwano yari yubuye muri Kigali, yibasiye cyane cyane agace ka Kanombe aho twari dutuye. Abafaransa babimufashijemo bakamugeza i Bangui mu gihugu cya République Centrafricaine, barabizi neza. Kandi n’umuntu ushyira mu gaciro wese yakumva ko, urebye ukuntu itumanaho ryo muri ibyo bihe ryari rimeze, nta kuntu washobora gutanga amabwiriza ku basirikari cyangwa ku bakuru b’amashyaka, umunsi ku wundi. Ese ubundi, usibye gushinyagura, umugore ukimara gutakaza umugabo, agahungishwa atanashoboye kumushyingura, icyamushishikaza ni iki kindi usibye gushaka uko yakwiyubaka mu gahinda n’ishavu biri kumushengura?

Icyaha kigaragarizwa mu bucamanza: Twemera ko ubucamanza butagira aho bubogamira mu gushaka ukuri aribwo bwonyine bufite ubushobozi bwo gutanga ubutabera. Nta n’umuntu n’umwe wundi ubifitiye uburenganzira, kabone n’ubwo yaba akomeye ate muri politiki.

Umubyeyi wacu ntabwo yihishe. Nta rukiko rwigeze rumushaka ngo rumubure. Ntiyigeze ahwema gutangariza amahanga yose ko yiteguye kwitaba urukiko rwose rwo mu gihugu abarizwamo cy’Ubufaransa igihe cyose ruzumva rumukeneye. Tuboneyeho no gusaba abirirwa bamwandagaza ko bamuha amahoro bakareka inzego z’ubutabera, niba barazitabaje, zigakora akazi kazo.

 Amategeko agenga ikiremwa muntu bita mu gifransa «Déclaration Universelle des Droits de l’Homme», yashyizweho n’umuryango w’abibumbye, ntabwo yemera ko umuntu afatwa nk‘igicuruzwa, agatotezwa ndetse akaba ashobora kuguranwa inyungu z’agatsiko aka n’aka, amafaranga cyangwa ibintu ibyo ari byo byose.  https://www.un.org/fr/universal-declaration-human-rights/. Igituma tugombye kubyibutsa ni uko duhereye ku byo tubona mu nzego z’ikwirakwiza amakuru, Perezida w’Ubufransa asa n’ushaka kugira umubyeyi wacu kimwe mu biguzi Perezida w’u Rwanda yamuciye kugira ngo ibyo bihugu byombi bishobore gutsura umubano umaze igihe uri mu mahindure.

Icyo twifuza :

  • Dufitiye icyizere inzego z’ubutabera z’Ubufaransa. Nizo zishobora gukemura ikibazo cy’ibirego byose bamuhimbira. Turahamya ko zitazabura gusanga ko ari umwere koko.
  • Dusabye abantu bose bazi ukuri ku bahanuye indege ko badufasha kugushyira hanze, maze uwakomye imbarutso akagaragara kandi agashyikirizwa ubucamanza.
  • Twifuza ko abanyarwanda twashyira imbere gushaka ukuri n’ubutabera ku byabaye mu Rwanda tutabangamirana. Ni byo nzira y’ubwiyunge nyabwo.
  • Ikwirakwiza ry’ibihuha no gusebanya bihagarare maze umubyeyi wacu agire amahoro. Aha ageze mu zabukuru, abone igihe cyo kwiyitaho we n’umuryango we. Buri wese afite uburenganzira bwo kuba aho ashaka mu mahoro n’umutekano.
  • Abanyarwanda bicare bashyire hamwe bashake ubumwe n’ubwiyunge aho guhora bashyamirana bakanahimbirana ibyaha bitigeze bikorwa.
  • Ifatwa, irigiswa n’ iyicarubozo ku banyarwanda bya buri munsi rigomba guhagarara hagashyirwa imbere ingamba zihuza Abanyarwanda aho kubatanya.

Dushimiye abadufasha bose muri uru rubanza rwo gushaka ukuri.  Imana ibahe umugisha

Bikorewe i Paris kuri 20/06/2021.

Umuryango wa Habyarimana.

La France au Rwanda: De Mitterrand à Macron, une attitude ambiguë

Le réchauffement des relations diplomatiques et politiques, entre la France et le Rwanda, de ces derniers temps m’a poussé à me faire une réflexion sur le comportement de la France au Rwanda, depuis l’intervention militaire de la France au Rwanda, dès octobre 1990 à aujourd’hui.

L’on peut légitimement se demander pourquoi la France a suivi la voie de l’humiliation face à un régime qui a choisi de montrer les muscles alors même qu’en théorie les forces sont inégales?

La France n’a pas encore reconnu son rôle dans l’instauration ou le maintient des différentes dictatures en Afrique (Gabon, Congo-Brazzaville, Togo, Bourkina-Fasso,…) ni sur dans l’assassinat de quelques leaders indépendantistes ou panafricanistes ( Thomas Sankara, Sylvanius Olympio,… ). La France n’a pas encore reconnu son rôle dans l’imposition de certains présidents comme Allasane Outtara en Côte d’Ivoire, elle n’a pas non plus reconnu son rôle dans la fabrication des crimes accusés à tort à l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo destitué chez lui par les militaires français déguisés en militaires ivoiriens aux ordres de Nicolas Sarkozy. Pour la petite histoire, Nicolas Sarkozy, alias Paul Bismuth, fait actuellement face à la justice dans plusieurs affaires dont le financement libyen de sa campagne présidentielle et l’affaire Bygmalion entre autres, alors Laurent Gbagbo a été acquitté! La France n’a pas non plus reconnu son rôle dans l’assassinat de Mouammar Kadhafi, assassinat qui a mis à genou le peuple libyen et l’a plongé dans dans une guerre civile interminable et a déstabilisé toute la région du Sahel avec son lot des groupes djihadistes et terroristes.

Alors pourquoi la France courbe-t-elle l’échine devant la petite dictature rwandaise allant jusqu’à sacrifier ses soldats ainsi que ses citoyens assassinés au Rwanda comme l’équipage du Falcoln 50 qui transportait l’ancien président rwandais Juvénal Habyarimana, son homologue burundais Cyprien Ntaryamira avec leurs suites, qui a été abattu au dessus de Kigali dans la nuit du 06 avril 1994 ainsi que les deux gendarmes chargés d’interception des messages radio, Jean-Paul Maïer et Alain Didot, assassinés à Kakiru en avril 1994 par un commando du FPR d’après le livre de Pierre Péan, “Noires Fureurs, Blancs menteurs”?

Pour bien comprendre certaines choses il m’a fallu lire le Rapport Duclert commandé par le président Emmanuel Macron et lui remis le 23 mars 2021 par le professeur Vincent Duclert; rapport qui a relancé les relations entre la France et le Rwanda et à la suite duquel les présidents français et rwandais se sot rendus mutuellement visite pour marquer ces retrouvailles. Rappelons au passage que le Rwanda avait rompu ses relations diplomatiques avec la France, suite à l’accusation et aux mandats d’arrêt émis contre des proches de Paul Kagame par le juge anti-terroriste Jean-Louis De Bruguière, dans le dossier de l’attentat contre l’avion du président Habyarimana au printemps 1994 au Rwanda. Avec la victoire du président Nicolas Sarkozy, un ami personnel de Paul Kagame en la personne de Bernard Kouchner, était devenu ministre des Affaires étrangères et avait conseillé au gouvernement rwandais de laisser faire un simulacre d’arrestation de l’une des personnes visées par les mandats d’arrêt émis par le juge Jean-Louis De Bruguière pour accéder au dossier et le détruire sans jamais se présenter autrement devant la justice. Ce rôle fut confié au Colonel Rose Kabuye, ancienne conseillère de Paul Kagame. Elle fut arrêtée en Allemagne le 09 novembre 2008 et livrée à la France pour être inculpée. Le stratagème fonctionna correctement et après que les avocats des 9 personnalités rwandaises accusées par le juge De Bruguière ont pu accéder au dossier, Rose Kabuye rentra dans son pays comme une héroïne, une Jeanne d’Arc rwandaise. La suite est connue: le successeur de Jean-Louis De Bruguière, Marc Tréviduc ainsi que ses successeurs les juges Nathalie Poux et Jean-Marc Herbaut, finissent par ordonner un non lieu, un non lieu dont les motivations politiques ne sont pas difficiles à déceler.

Le Rapport Duclert est donc une suite logique au démantèlement du dossier de l’attentat.
Mais ce qui m’a fait réfléchir sur ce comportement c’est qu’en lisant ce rapport, je me suis rendu compte de certaines choses étranges:

  • La France n’a vraiment jamais voulu apporter une aide décisive aux Forces Armées rwandaises (FAR) pour qu’elles viennent au bout de la rébellion du FPR: les différentes demandes du président Habyarima pour disposer d’une supériorité aérienne (hélicoptères) et des moyens d’artillerie, ont toujours été refusées,
  • La France s’est toujours contentée d’empêcher l’effondrement des FAR, sans vouloir réellement qu’elles prennent le dessus,

-Même cette aide à demi-teinte accordée par le président Mitterrand au président Habyarimana était conditionnée à des concessions multiples et des avancées démocratiques que le président rwandais a toujours acceptées allant jusqu’à nommer un gouvernement d’opposition qui lui était hostile en temps de guerre,

-Contrairement à certaines rumeurs, ce n’est pas le docteur Nsengiyaremye Dismas, premier-ministre d’alors, qui a chassé les Français du Rwanda mais la France qui se cherchait une sortie honorable, a offert ce départ au FPR tout en l’encourageant à une solution négociée avec le gouvernement rwandais,

-Les boîtes noires du Falcoln 50 abattu au dessus de Kigali avaient disparus de la circulation avant d’être retrouvées dans les placards des Nations Unies à New York, alors que ces boîtes avaient été récupérées par Paul Barril, un “mercenaire” français qui travaillait avec les services de renseignement extérieurs français,….

Tout ceci m’emmène donc à me poser sérieusement la question de savoir si la France n’est pas impliquée, elle ou certains de ses “agents”, dans cet attentat qui est l’élément déclencheur du génocide, avec des plans qui auraient peut-être mal tourné?
En lisant le rapport Duclert, on a comme impression que même aux yeux de certains responsables français, Habyarimana apparaissait comme l’obstacle majeur à la paix et à la démocratisation du pays, ce qui, évidemment était un lecture biaisée.

Sinon, comment diantre, un grand pays comme la France, pays des droits de l’Homme peut-elle sacrifier la vérité judiciaire, sacrifier la vérité historique, sacrifier l’honneur de ses soldats et ses hommes politiques dans le seul but de normaliser les relations avec un pays qui n’a même aucun intérêt économique ou stratégique pour la France? Les accusations de participation au génocide ne résistent pas à l’analyse et aux preuves et les menaces maintes fois brandies par le Rwanda d’inculper les haut responsables français pour génocide ou complicité de génocide n’auraient pas abouti à des condamnations devant un tribunal indépendant. Par contre, si le FPR possède des éléments qui vont dans le sens de ma supposition, cela peut faire l’effet d’une bombe et pousser le gouvernement Macron à tout faire pour normaliser les relations avec le Rwanda et enterrer une vérité qui risquerait de faire beaucoup de dégâts.
J’espère que d’autres mèneront cette réflexion qui pourra conduire à une validation ou non de cette thèse.

Emmanuel Mwiseneza, le 18 juin 2021

Ils demandent l’institution de la journée nationale en l’honneur de l’opération Turquoise

C’est ce qu’on lit, notamment, dans la lettre que le Parti d’opposition rwandaise en exil, Ishema Party, a adressée au président français, Emmanuel Macron , le 08 juin 2021. L’objet de la lettre était de présenter leur point de vue quant à la démarche de normalisation des relations diplomatiques entre le Rwanda et la France. C’est cette démarche qui a occasionné la mise sur pied d’une commission d’enquête sur les archives avec l’objectif de donner la lumière sur ce qui aurait été le rôle de l’état français dans le génocide de 1994. La conclusion de cette enquête annoncée est que la France a des responsabilités accablantes mais que rien ne prouve sa complicité. La sortie du rapport de cette enquête a été suivie par la visite de Monsieur Macron à Kigali.

Tout en saluant cette volonté de normaliser les relations des deux pays après plus de deux décennies en brouille, notre parti considère que cette normalisation recherchée ne devrait pas se faire à n’importe quel prix”. Les leaders du Parti s’indignent du compromis apparent que les autorités françaises sont prêtes à faire pour gagner la confiance de l’état rwandais.

En effet, le Rwanda reste champion de non-respect et de violation des droits fondamentaux des citoyens.  Sans répéter le contenu des rapports des Organisations Non Gouvernementales internationales et des pays partenaires du Rwanda à l’instar des États-Unis d’Amérique, le régime de Kigali qui habituellement traitent les Hutus de citoyens de seconde classe, s’attaque finalement aux Tutsis qui se plaignent de cette injustice faite à l’encontre de leurs compatriotes Hutus. ” Et comme exemple, ils citent “le cas de Kizito Mihigo, le chantre assassiné dans sa cellule de garde à vue à Kigali est toujours d’actualité. Monsieur Karasira Aimable a été arrêté immédiatement après votre retour de Kigali comme si vous veniez de bénir en aval, cet acte de lâcheté.” se lamentent les dirigeants du Parti présidé par Madame Nadine Claire KASINGE.

La normalisation des relations entre les deux pays, à notre avis, ne se traduit pas par la réouverture du centre culturel français et de l’ambassade à Kigali, mais plutôt par l’effort de pacification, de réconciliation profonde entre les Rwandais, quitte à assumer le rôle d’un garant des accords entre les belligérants. Cela est possible seulement si toute la vérité est exposée et si on cesse de voir les Rwandais dans le miroir victimes-bourreaux. Ici, la vérité sur ce qui est bien connu comme élément déclencheur de la tragédie au Rwanda de 1994 a une importance capitale.  C’est ici que la France doit assumer sa responsabilité et inviter les autres pays à faire de même pour que cette vérité qu’on s’efforce d’ignorer soit reconnue et soit à la base d’un dialogue franc et sincère entre les Rwandais.”

Avant de clôturer leur lettre ouverte, les leaders du Parti demandent au président de résister fortement aux diffamations lancées contre les militaires de l’opération Turquoise, qui , selon eux , méritent une journée nationale en leur honneur.

“Les détracteurs et ennemis communs aux Rwandais et aux Français ont cherché à salir l’image de l’opération Turquoise et, au nom de la grandeur de votre pays, il vous revient de résister fortement à ces diffamations, rendre hommage aux troupes du Général Jean-Claude Lafourcade, en décrétant, à minima, un évènement annuel en leur honneur.”

Deux autres points importants son évoqués dans cette lettre, le génocide contre les Hutus et la justice pour le victimes des crimes du Front Patriotique Rwandais (FPR). Sur ce dernier point, une liste non-exhaustive de criminels suspects est présentée au chef de l’Etat français pour demander la coopération.

“Lors de votre conférence de presse à Kigali, vous avez aussi affirmé n’être au courant que d’un seul génocide. Que vous ne soyez pas informé du génocide contre les Hutus qui a débuté avec la guerre d’octobre 1990 et qui continue à nos jours, nous osons espérer que vous ne vous livrez pas à la bataille du négationnisme dont les conséquences vous poursuivront à jamais. Votre coopération pour que justice soit faite pour les victimes des crimes commis par le FPR vous ferait entrer dans l’histoire comme l’homme qui a milité pour la dignité humaine.”

L’intégralité de la lettre est accessible ci-dessous.

Emmanuel Macron annonce la fin de l’opération Barkhane au Sahel

5100 soldats français sont aujourd’hui déployés au Sahel pour lutter contre le djihadisme. Le chef de l’Etat a promis une transformation profonde de la présence militaire française, basée sur la coopération internationale.

5100 soldats français sont aujourd'hui déployés au Sahel dans le cadre de l'opération Barkhane. AFP/Philippe DESMAZES
5100 soldats français sont aujourd’hui déployés au Sahel dans le cadre de l’opération Barkhane. AFP/Philippe DESMAZES 

L’annonce avait fuité quelques dizaines de minutes avant qu’elle ne soit officialisée. Le président français Emmanuel Macron vient d’acter la fin de l’opération antidjihadiste Barkhane, notamment au Mali, théâtre d’un nouveau coup d’Etat. Il s’agit d’une « transformation profonde » de la présence militaire française au Sahel, a précisé le chef de l’Etat lors d’une conférence de presse. Celle-ci devrait être basée sur « une alliance internationale associant les États de la région ». Des consultations seront menées prochainement avec les américains et les européens pour un résultat « d’ici à la fin juin ».

Ces annonces s’inscrivent dans la volonté politique déjà esquissée par le chef de l’Etat de réduire à moyen terme la présence militaire française dans la zone. Il prône un « changement de modèle », pour « permettre une opération d’appui aux armées des pays qui le souhaitent et la mise en œuvre d’une alliance internationale concentrée sur la lutte contre le terrorisme ». Le détail de ces annonces devrait être dévoilé prochainement, dans le cadre de la coalition pour le Sahel.

« Evidemment la France n’a pas vocation à rester éternellement au Sahel (…). Il est vraisemblable qu’il faille adapter le dispositif Barkhane », déclarait pour sa part peu de temps avant le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, en déplacement à Abidjan, sans plus de précisions. L’engagement militaire français au Sahel était au menu d’une réunion du Conseil de défense mercredi. Paris déploie quelque 5100 soldats contre les djihadistes affiliés au groupe Etat islamique (EI) et à Al-Qaïda, un soutien de taille aux armées affaiblies des Etats du Sahel qui peinent à les combattre seules.

Ag Ghali, objectif numéro un

Mi-février, lors d’un sommet à N’Djamena avec les partenaires du G5 Sahel (Tchad, Mali, Burkina Faso, Niger, Mauritanie), le président français avait repoussé la décision attendue d’entamer le retrait de Barkhane, tout en confirmant une évolution « au-delà de l’été ». Il avait alors promis « une action renforcée » pour « essayer d’aller décapiter les organisations » liées à Al-Qaïda et l’EI. La France a engrangé des succès tangibles contre l’Etat islamique au Grand Sahara (EIGS) et les organisations affiliées à Al-Qaïda regroupées au sein du GSIM (Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans), sans enrayer toutefois la spirale djihadiste.

A l’approche de l’élection présidentielle de 2022, cet effort militaire de longue haleine suscite aussi des interrogations croissantes en France, alors que 50 soldats ont été tués au combat depuis 2013. Le chef du GSIM, Iyad Ag Ghaly, responsable de très nombreuses attaques au Burkina, au Mali et au Niger, apparaît désormais comme l’objectif prioritaire de Barkhane. « Clairement, aujourd’hui, c’est Iyad Ag Ghali qui est la priorité numéro une (…). Pour nous c’est la personne qu’il faut absolument réussir à capturer, voire neutraliser si ce n’est pas possible de le capturer, dans les prochains mois », soulignait le commandant des opérations spéciales, le général Eric Vidaud, le 3 juin sur la chaîne France 24.

La situation s’est compliquée ces dernières semaines avec la mort brutale du président Idriss Déby au Tchad, et surtout le deuxième coup d’Etat en neuf mois au Mali, pays central de l’opération Barkhane. Les soubresauts politiques au Mali soulèvent d’autant plus la question de la présence française qu’une partie des dirigeants maliens souhaitent entamer un processus de négociation avec certains groupes djihadistes, une démarche à laquelle Paris est opposée.

Appel aux Européens

La France a déjà annoncé le gel de ses opérations conjointes avec l’armée malienne pour condamner le coup d’Etat et soutient les pressions internationales exercées par la Cédéao (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest) et l’Union africaine pour pousser les autorités maliennes à organiser une transition vers un pouvoir civil et des élections en 2022.

L’opération Barkhane dispose de plusieurs bases au Mali dont certaines pourraient être fermées à moyen terme, selon deux sources. A l’horizon 2023, les effectifs français devraient tourner autour de 2500 personnes selon l’une de ces sources. Deux d’entre elles ont aussi évoqué un éventuel sommet des différents pays européens pour discuter de l’avenir de l’engagement militaire au Sahel. Paris compte sur l’« internationalisation » de l’effort d’accompagnement au combat des forces locales, sous-équipées et sous-entraînées.

La France mise tout particulièrement sur la montée en puissance du groupement de forces spéciales européennes Takuba, qu’elle a initiée et qui rassemble aujourd’hui au Mali 600 hommes dont une moitié de Français, ainsi que quelques dizaines d’Estoniens et de Tchèques et près de 140 Suédois. L’Italie a promis jusqu’à 200 soldats, le Danemark une centaine et plusieurs autres pays, dont la Grèce, la Hongrie ou encore la Serbie, ont exprimé leur intérêt. Mais après le second coup d’Etat en mai au Mali, la France a pour l’heure gelé cette mission d’accompagnement au combat des forces armées maliennes.

AFP

 « Emmanuel Macron et Paul Kagamé réinventent la Pravda et le révisionnisme soviétique » – Jacques Myard.

Tribune. Le voyage du Président de la République, Emmanuel Macron, au Rwanda, laisse pantois. Les accusations de responsabilités de la France dans les génocides rwandais relèvent du plus pure révisionnisme historique .

La mission d’information parlementaire présidée par Paul Quilès qui a rendu son rapport le 15 décembre 1998 le démontre parfaitement, j’y ai participé activement.

E. Macron a commandé le rapport Duclert afin de souligner l’aveuglement de la France sur la tragédie  du Rwanda. En réalité ce rapport est une « commande politique » sur la période post 6 avril 1994. Il ne porte que sur les événements tragiques du massacre des Tutsis par les Hutus en passant sous silence les événements d’avant et d’après.

Il y a bien évidemment eu génocide dans les moments qui ont suivi la destruction de l’avion d’Habyarimana à Kigali le 6 avril 1994. Le rapport Duclert, à ce propos, glisse sur cet acte de guerre et se refuse de répondre à la question « qui a décidé de détruire l’avion du Président rwandais ». Il ne fait que préciser qu’il y a des doutes sur les commanditaires …et pour cause.

Nous savons que les missiles qui ont abattu l’avion piloté par deux français étaient des missiles livrés par l’URSS à l’Ouganda.

Paul Kagamé a été le chef des services secrets de l’Ouganda avant de devenir le chef des forces du Front Patriotiques Rwanda ( FPR ) qui ont attaqué le Rwanda dès 1990 avec le soutien de milieux économiques anglo-saxons, notamment lors de l’attaque du 1er Octobre 1990 .

Lorsque le Président François Mitterrand a appris cet attentat, il a déclaré : « cela va être terrible ».

Au 6 avril 1994 la France n’avait plus de coopération militaire avec le régime d’Habyarimana. Elle avait retiré tous ses coopérants .

Il y avait sur place des casques bleus belges qui n’ont pas bougé, un bataillon du FPR, le Président Habyarimana revenait d’Arusha où avait été négocié un accord pour organiser des élections démocratiques au Rwanda. La France a tout mis en œuvre pour la conclusion de cet  accord.

Paul Kagamé savait parfaitement que s’il y avait des élections démocratiques, il ne les gagnerait pas, pour des raisons claniques, le seul moyen était la lutte armée pour prendre le pouvoir, ce qu’il a fait.

La faiblesse structurelle du rapport Duclert réside dans le fait majeur qu’il ne se concentre que sur la période post avril 1994, oubliant toutes les attaques armées du FPR de Kagamé, attaques répétées à partir de l’Ouganda, à partir de 1990 contre le gouvernement légal, avec le soutien actif de milieux économiques anglo-saxons, qui l’ont doté en armement.

C’est à cette période que la France a mis en place une coopération militaire pour répondre à ces agressions.

Juste avant le 6 avril 1994, il est exact que la radio des mille collines, contrôlée par les Hutus extrémistes, a appelé aux meurtres des Tutsis.

La première personne qui a parlé de génocide a été le Pape et dans la foulée Alain Juppé, Ministre des Affaires Étrangères qui a bataillé pour obtenir la résolution 929 du Conseil de Sécurité du 22 juin 1994 pour monter l’opération Turquoise contre l’avis des Américains qui ont tout fait pour que la Résolution ne mentionne pas le terme «  génocide ».

Cette résolution dispose: « Profondément préoccupé par la poursuite des massacres systématiques et de grande ampleur de la population civile au Rwanda ».

Cette formulation est loin d’être neutre, elle prend en compte le fait qu’après le massacre génocidaire, des Tutsis par les Hutus, il y a eu dans la foulée le massacre des Hutus pas les Tutsis, notamment dans leur fuite au Congo.

Les massacres réciproques constituent malheureusement une très longue histoire du Rwanda. La France en intervenant avec l’opération Turquoise a permis l’arrêt de ces massacres. C’est tout à son Honneur.

Il convient de rappeler que le chiffre de 800 000 Tutsis assassinés malheureusement, est sans doute inexact. Le recensement de 1991 dénombrant 596 000 Tutsis représentait 8,4 % de la population.

En conséquence, avoir une lecture biaisée, partielle de la tragédie du Rwanda, en ciblant la prétendue responsabilité française est non seulement du négationnisme, mais une faute lourde que les autorités françaises et rwandaises reprennent en niant les réalités historiques à des fins de volonté politique justifiant le voyage du Président de la République à Kigali.

The Economist du 27 mars 2021 consacre un long article sur Paul Kagamé. Il a eu dans le passé le soutien actif des médias anglo-saxons, lesquels doutent  désormais fortement de sa vraie nature. The Economist  titre « Paragon or Prison » « modèle de vertu ou prison ». Les actions de Kagamé, les assassinats multiples qu’il a perpétrés, dont l’assassinat de son ancien chef des services secret qui connaissait les activités de Paul Kagamé,- il a été assassiné dans son hôtel en Afrique du sud-  illustre sa véritable nature .

Les tueurs avaient simplement posé sur la porte « Don’t disturb », sans commentaire.

Un article du 30 Avril 2021du Washington Post va dans le même sens.

Les réalités historiques sur les événements au Rwanda et surtout sur la prétendue responsabilité de la France sont très loin des commentaires entendus sur nombre de médias français et autres qui véhiculent  une vision accusatrice de la France à des fins politiques pour justifier un voyage de la honte .

Pour ma part, j’estime que le voyage du Président de la République est une faute sans appel. Faire confiance à Paul Kagamé qui n’est rien d’autre qu’un criminel de guerre, un génocidaire, relève d’un total aveuglement.

La France n’a pas failli au Rwanda, rendons justice à nos militaires qui sont intervenus dans l’opération Turquoise !

Jacques Myard
Membre Honoraire du Parlement
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

Entreprendre.fr

RDC: La société civile du Sud-Kivu se mobilise suite à des propos polémiques de Paul Kagame.

Des propos du président rwandais Pal Kagame sur les crimes commis en RDC ont choqué la société civile du Sud-Kivu (image d'illustration)
Des propos du président rwandais Pal Kagame sur les crimes commis en RDC ont choqué la société civile du Sud-Kivu (image d’illustration) AFP/File

La société civile du Sud-Kivu exige les excuses du président rwandais Paul Kagame, après les propos tenus sur RFI et France 24 lors de son passage à Paris il y a deux semaines. Paul Kagame avait estimé que le rapport Mapping des Nations Unies était controversé, et que d’autres rapports avaient conclus à l’absence de crimes en RDC. Des propos qui ont choqué la société civile du Sud-Kivu, qui a organisé un sit-in devant l’Institut français de Bukavu ce mardi matin.

Vêtus de noir, avec des foulards ou des sacs de la même couleur sur la tête en signe de lamentation, ils sont des centaines à camper pour faire entendre leur message. Banderole à la main, Nabintu Fortune est une rescapée d’un massacre commis à Kaziba il y a plus de 20 ans.

« J’ai perdu mon frère avec sa femme, j’ai perdu ma petite sœur avec son mari et leur bébé, j’ai perdu mon oncle avec deux cousins, et tous ont été enterrés dans une fosse commune à Namushwaga précisement, à Kaziba. Que la communauté internationale puisse s’investir dans ce dossier pour punir les auteurs des crimes. »

Sur les calicots, des messages comme : « Les crimes commis en RDC ne doivent pas rester impunis », ou encore « Debout Mapping ».

Après deux heures de sit-in à chanter la colère, le président de la société civile du Sud-Kivu Adrien Zawadi lit ce message:

« La société civile du Sud-Kivu demande aux Nations Unies la création d’un tribunal spécial pour la RDC ; au président rwandais, commandant supreme des forces armées rwandaises dont certains éléments sont présumés auteurs des crimes graves au Congo, de présenter des excuses au peuple congolais et de s’apprêter de rendre compte à la justice. A la France de savoir que les crimes commis en RDC ne sont pas un deal diplomatique redresseur des torts qu’elle a causé au Rwanda. »

Aussi, les manifestants fustigent le dénigrement du prix Nobel de la paix 2018, le docteur Denis Mukwege, par Paul Kagame, et appellent les Pays voisins de la RDC à soutenir leur démarche.

RFI

Jeu, set et match : KAGAME

Le discours d’Emmanuel Macron à Kigali (Rwanda) fera date : il en restera l’image de la France, un genou à terre et le carnet de chèques à la main.

Retour en arrière

Dès les années 1980, à la tête d’un « Front patriotique rwandais » fabriqué de toute pièce, Paul Kagame à partir de l’Ouganda voisin où il s’est installé, organise la déstabilisation du pouvoir en place au Rwanda, suscitant de fait une première guerre civile et sa prise de contrôle d’une partie du pays.

Trois ans plus tard survient l’immonde boucherie qui a vu s’entretuer Hutus et Tutsi deux ethnies ancestralement installées au Rwanda, pays assez éloigné de la zone d’influence française, mais lié au nôtre par un accord de coopération et d’assistance militaire depuis 1975. Paul Kagame prend le pouvoir, et ne lâchera plus jamais.

Revisiter l’Histoire

On doit reconnaitre à l’inamovible Président du Rwanda, Paul Kagamé, une ténacité à nulle autre pareille et une persistance absolue à vouloir revisiter l’Histoire.

Révolutionnaire dans les années 80, il a endossé depuis le déguisement d’un redresseur de tort, qui dissimule sous sa cape de Zorro, l’uniforme du militaire/chef des services secrets qu’il a toujours été.

On connait bien maintenant la psychologie du Président Macron, banquier d’affaires de son état et comédien à ses heures perdues, qui a fait du « en même temps » sa marque de fabrique : dire un jour blanc et un autre jour noir et changer de pied quand le terrain devient hostile. Or l’Afrique de l’Ouest est aujourd’hui un terrain miné pour la France, en grande partie à cause d’une politique erratique (ou pire une non-politique) menée sous les quinquennats de Nicolas Sarkozy, puis de François Hollande et dont notre actuel Président a emboité les pas.

Tenter de s’ouvrir des portes en Afrique de l’Est où la mentalité colle mieux à la culture « davossienne » d’Emmanuel Macron est une belle esquive, à l’heure où l’Afrique francophone lui tourne le dos et où la France y est mal menée.

Un effet d’aubaine donc pour deux personnalités qui se sont trouvées : Paul Kagame termine avec brio son entreprise de révision de l’histoire depuis 20 ans qui tend à le dédouaner définitivement du génocide rwandais ;

Emmanuel Macron veut se désengluer d’un bourbier africain qui lui colle aux semelles en cherchant de nouvelles alliances sous domination anglo-saxonne.

Dont acte.

Mais de là à s’associer à la plus grande opération de désinformation de la fin du 20ème siècle, et à s’essuyer les pieds sur l’honneur de l’institution militaire, à lui imputer une responsabilité de massacres suscités par d’autres, il y avait un fossé jamais franchi. Le Président de la République, chef des armées, l’a fait en toute connaissance de cause. Allant même jusqu’à apporter une offrande de 500 millions d’euros, probablement au titre de dommages de guerre …

Cette affaire restera un cas d’école magistral d’une entreprise de désinformation totalement réussie.

Quelques filets de voix tentent de tempérer la doxa officielle martelée par des ONG, des rapports sortis opportunément pour balayer les jugements des tribunaux internationaux, des influenceurs, toutes et tous dédiés à la cause.

Jeu, set et match Kagame. Du travail de pro.

Charles Millon
Ancien ministre de la Défense
Le 28 mai 2021

La normalisation des relations avec le Rwanda ne doit pas se faire à n’importe quel prix.

ENTRETIEN. Le colonel belge Luc Marchal est l’ancien numéro 2 de la Mission des Nations unies pour l’assistance au Rwanda (MINUAR). Il a été au cœur des événements dramatiques de 1994. En ce jour de visite officielle d’Emmanuel Macron au Rwanda, nous l’avons interrogé sur ce dossier brûlant.

Colonel Luc Marchal : « la normalisation des relations avec le Rwanda ne doit pas se faire à n’importe quel prix »

Front populaire : Le président français est à Kigali aujourd’hui. Que pensez-vous de cette visite ?

Luc Marchal : Pour être sincère et bref, cette visite me fait penser à une autre visite historique. Celle rendue par Edouard Daladier et Neville Chamberlain au chancelier Adolf Hitler en septembre 1938 et qui s’est concrétisé par la signature des accords de Munich. Le but des émissaires franco-britanniques était de sauver la paix, mais au prix du dépeçage de la Tchécoslovaquie. C’est ce qui fit dire à Winston Churchill : Ils ont accepté le déshonneur pour avoir la paix. Ils auront le déshonneur et la guerre. Qu’en sera-t-il des conséquences de la visite du président Macron à Kigali ? L’avenir nous le dira. En tout cas, au-delà des intérêts franco-français qui sont en jeu, si l’une des conséquences est l’officialisation de la balkanisation en cours de la République Démocratique du Congo, notamment par le Rwanda, alors cette visite serait bel et bien un véritable Munich bis.

FP : Faut-il « normaliser les relations » avec un État qui, en la personne de son président Paul Kagamé, accuse la France de complicité de génocide depuis des années ?

LM : Je peux comprendre qu’une normalisation des relations entre la France et le Rwanda soit recherchée, mais je reste d’avis que cela ne doit pas se faire à n’importe quel prix. Voilà des années que la France est accusée de toutes les forfaitures par le président rwandais. Voilà des années que celui-ci jette l’opprobre sur l’armée française et son action au Rwanda. Plusieurs ressortissants français ont été assassinés en avril 1994 : l’équipage du Falcon 50 et deux gendarmes ainsi que l’épouse d’un des deux. Sans oublier les innombrables autres victimes. Vouloir faire table rase du passé et considérer ces victimes comme des dégâts collatéraux au prix d’une hypothétique normalisation me paraît difficilement acceptable. Pour exprimer mon sentiment, je reprendrai les paroles du Dr. Denis Mukwege, prix Nobel de la Paix : lorsque vous essayez de sacrifier la justice sur l’autel de la paix, vous n’avez finalement ni justice ni paix.

FP : Vous avez été aux premières loges de toute cette histoire dans les années 1990. Pouvez-vous nous raconter votre rôle ?

LM : Je suis arrivé au Rwanda le 04 décembre 1993, pour occuper, au sein de la Mission des Nations Unies pour l’Assistance au Rwanda (Minuar), la fonction de commandant du Secteur Kigali. Le déploiement de cette mission des Nations Unies était la conséquence des accords de paix d’Arusha, signés le 4 août 1993 entre le gouvernement rwandais de l’époque et le Front patriotique rwandais (FPR). Consécutivement à ces accords de paix, le Conseil de Sécurité des Nations Unies fixa le cadre juridique de la Minuar, le 5 octobre 1993, par le vote de la résolution 872. Le Secteur Kigali était une vaste zone d’environ 1.000 Km² englobant la capitale du pays ainsi que l’aéroport international Grégoire Kayibanda. Au sein de cette zone sous mon contrôle opérationnel, mieux connue sous l’appellation de « Zone de consignation des armes », un protocole d’accord définissait très minutieusement ce qui était autorisé et ce qui ne l’était pas. Ce protocole avait été négocié et signé par les parties concernées par le processus de paix, soient : le gouvernement rwandais, le FPR et la Minuar. Cette description très générale de ma mission est destinée à faire comprendre que dans l’exercice de mon commandement, j’étais en contact direct non seulement avec les autorités militaires du Rwanda et du FPR, mais également avec les différentes autorités politiques et administratives lorsque leur domaine de compétence touchait à l’exécution de ma mission, ce qui était plutôt fréquent.

FP : L’assassinat du président Habyarimana a eu un rôle clef dans le drame rwandais. Que savez-vous de cet événement ?

LM : En effet, cet attentat est bien l’élément déclencheur des tragiques événements qui l’ont suivi et dont les conséquences déstabilisatrices sont toujours d’actualité dans la région des Grands Lacs.

Je l’ai vécu au premier degré, bien conscient de son caractère historique et de ses conséquences potentielles. Soit la Minuar parvenait à gérer la situation et éviter la reprise des hostilités entre les forces gouvernementales et le FPR de Kagamé, soit c’était le chaos garanti. On sait ce qu’il en a été.

Ce n’est que plus tard, une fois rentré en Belgique, que j’ai été en mesure de prendre le recul nécessaire afin d’analyser cet attentat au regard de mon vécu. Tout d’abord, quand je me suis retrouvé à la réunion du comité de crise qui s’est tenue à l’état-major des Forces armées rwandaises (FAR), de suite après l’attentat, je n’ai pu que constater que j’étais en présence d’hommes profondément bouleversés et désemparés par ce qui venait de se passer et non face à des conspirateurs. Leur démarche n’avait d’autre but que d’évaluer les conséquences de la disparition du chef de l’État et du chef d’état-major de l’armée afin d’éviter que ce vide du pouvoir ne débouche sur l’anarchie. Sans la moindre ambiguïté possible, ils ont fait appel à la Minuar pour les aider à gérer cette crise issue de l’attentat et aussi pour répercuter vers le Conseil de Sécurité l’expression de leur volonté de voir les institutions de transition se mettre en place le plus rapidement possible, conformément aux accords d’Arusha. Si des organisateurs de l’attentat s’étaient trouvés à ce moment-là autour de la table, cette réunion se serait déroulée de manière bien différente et qui plus est, dans pareille éventualité, j’ai de sérieux doutes que le général Dallaire et moi-même aurions été conviés à y participer.

D’autre part, au plan technique, un coup d’État est quelque chose qui répond à des critères généraux. Si l’on veut garantir le succès de l’opération, on ne prend aucun risque. Tous les éléments militaires et paramilitaires sur lesquels les organisateurs peuvent s’appuyer sont d’emblée injectés dans le scénario, de façon à exclure tout risque de surprise et mettre le pays devant un fait accompli. Ce n’est, mais alors pas du tout, la situation qui prévalait à Kigali dans les heures qui ont suivi l’attentat. Nombre de témoins directs ont déclaré que la nuit du 6 au 7 avril 1994 avait été particulièrement calme. Moi-même, j’ai traversé, sans la moindre escorte armée, une partie de la ville vers 2 heures du matin et j’ai pu constater de visu l’absence de tout dispositif militaire ressemblant de près ou de loin à un état de siège. Non, décidément, ce contexte ne correspondait en rien à un coup d’État qu’un noyau d’extrémistes purs et durs aurait organisé.

FP : En revanche, l’attentat a été suivi de l’offensive du FPR de Kagamé pour prendre le pouvoir au Rwanda…

LM : À ce manque de prise en main du pouvoir, par l’une ou l’autre faction connue pour son opposition au processus de paix ou à la personne du chef de l’État, correspond effectivement le démarrage immédiat d’une offensive militaire d’envergure du FPR. Cette offensive, en totale contradiction avec les accords de paix d’Arusha, se terminera trois mois plus tard par une conquête sans partage du pouvoir. En tant que militaire, la simultanéité entre l’attentat et le déclenchement de cette offensive militaire m’amène à formuler les considérations suivantes : Primo, il est impossible de profiter d’une opportunité, telle que la disparition du président Habyarimana et du général Nsabimana (chef d’état-major des FAR), pour improviser une offensive générale mettant en œuvre de nombreuses unités aux missions totalement différentes. Bien au contraire, pareil engagement ne peut qu’être le résultat d’un processus majeur de préparation comportant la conception de la manœuvre sur le plan stratégique, la diffusion des ordres jusqu’aux plus petits échelons et la mise en place de milliers d’hommes, dans les positions de départ, prêts à réagir à l’ordre d’exécution.

Tout cela ne s’organise pas en claquant des doigts, mais exige au contraire des délais importants et incompressibles. Il ne faut pas être un grand stratège pour comprendre ce genre de contrainte, c’est une question de bon sens élémentaire. Autre considération : le FPR n’aurait pas été en mesure d’assurer le punch et la continuité de son offensive sans la constitution préalable de stocks importants de munitions, d’armements, d’équipements et de matériels divers. Bref, une logistique à l’échelle des moyens humains mis en œuvre durant plus de trois mois d’opérations. Il n’y a aucun miracle en la matière, pas d’opérations militaires sans logistique adaptée. Or, c’est exactement la crainte que le général Nsabimana m’avait exprimée quelques jours plus tôt. Au cours d’une entrevue, le 30 mars exactement, soit sept jours à peine avant l’attentat. Il me confiait son intime conviction que le FPR allait reprendre la guerre dans les jours suivants. Il fondait précisément cette conviction sur les stocks logistiques importants constitués depuis des semaines par le FPR le long de la frontière en Ouganda. À ma réplique sur le fait que le FPR ne pouvait se permettre pareille aventure sous le regard direct de la communauté internationale, il me répondit mot pour mot ceci : « le FPR n’a que faire de telles considérations ; l’erreur que vous (Minuar) commettez est de lui prêter le même raisonnement que le vôtre, mais la réalité est bien différente ; le FPR est un mouvement révolutionnaire et c’est en tant que tel qu’il raisonne et définit ses propres objectifs ; contre des révolutionnaires, conclut-il, si vous n’adoptez pas les mêmes méthodes vous serez toujours perdants. » Point n’est besoin, je crois, d’expliquer que cette conversation m’interpella au plus haut point, non seulement au moment même, mais surtout des semaines plus tard quand je me suis remémoré ces paroles et que je les ai confrontées à la réalité des événements.

D’autre part, lorsque le FPR reprit les hostilités à Kigali, le 7 avril 1994 vers 16h30, il justifia sa décision unilatérale par la nécessité de mettre un terme aux massacres des Tutsis. Or, le 12 avril, soit au 5me jour de son offensive générale, il a déjà infiltré, à ma connaissance, trois bataillons supplémentaires à Kigali. Je dis « à ma connaissance » car il s’agit d’une constatation personnelle. Cela n’exclut nullement, comme d’aucuns l’affirment, que le FPR disposait de beaucoup plus de combattants à Kigali. Quoi qu’il en soit, avec ces trois bataillons infiltrés et celui qui se trouvait déjà sur place, le Front possède une force capable d’agir contre les massacres qui prennent de plus en plus d’ampleur dans la capitale. Qui plus est, ce même 12 avril, dix officiers supérieurs des FAR signent un manifeste que l’on peut qualifier, dans les circonstances du moment, de très courageux. Dans ce document, ils font un appel direct et solennel au FPR en vue de conclure un cessez-le-feu immédiat et de conjuguer leurs efforts pour « éviter de continuer à verser inutilement le sang des innocents ». Cet appel ne suscita aucun écho, avec pour conséquence directe l’amplification des tueries. À aucun moment je n’ai pu constater que, d’une manière ou d’une autre, le FPR tentait de s’opposer aux massacres des Tutsis à Kigali. Pourtant les forces dont il disposait sur place étaient parfaitement en mesure de sécuriser certains quartiers situés à proximité des zones qu’il contrôlait militairement et créer ainsi des zones refuge. De toute évidence le sort réservé à ces lointains parents de l’intérieur ne faisait pas partie de leurs priorités. Qui plus est, la pugnacité avec laquelle ces mêmes autorités du FPR ont exigé le départ des troupes étrangères venues évacuer les expatriés, plutôt que de requérir leur collaboration pour stopper net le carnage, est éminemment suspecte ; comme si le FPR craignait de se voir contrer, par la communauté internationale, dans ses plans de conquête du pouvoir par les armes.

Non seulement à aucun moment le FPR n’a sollicité l’appui de la Minuar pour juguler le chaos qui s’installait, mais au contraire il l’alimenta. Le 10 avril, il lança un ultimatum à la Minuar, lui signifiant que si le bataillon ghanéen déployé dans la zone démilitarisée n’avait pas quitté ses positions dans les 24 heures, il serait pris sous ses tirs d’artillerie. Dieu sait si un cessez-le-feu aurait permis de mettre un terme au martyre de la population. Je ne peux que témoigner que toutes les demandes de cessez-le-feu exprimées par le général Dallaire ou par les FAR essuyèrent une fin de non-recevoir du FPR. Ceci n’est pas une interprétation tendancieuse de la réalité, c’est un fait. Le général Nsabimana ne s’était pas trompé : le FPR menait sa guerre conformément à ses seuls objectifs, sans se soucier le moins du monde du sort des populations locales ou de l’opinion de la communauté internationale. J’aurais encore bien d’autres considérations à formuler sur l’aspect militaire de ces événements. Je pense cependant que la relation de ce qui précède est suffisamment explicite pour réaliser que la version des faits que certains voudraient faire admettre comme vérité historique est pour le moins sujette à caution. La communauté internationale qui, il est vrai, a fait preuve d’une immense lâcheté au moment du génocide n’a aucune raison de continuer à se laisser intoxiquer par le discours de celui qui prétend, urbi et orbi, avoir mis un terme au génocide, alors que tout laisse penser qu’il en est le principal artisan.

FP : Pensez-vous que toute la lumière sera un jour faite sur le dossier complexe du Rwanda ? Qui aurait intérêt à entraver l’émergence de la vérité ?

LM : Je ne peux qu’espérer ardemment que la lumière soit faite sur ce dossier. Non seulement que la vérité historique soit établie sans contestation possible, mais aussi que justice soit rendue aux millions de victimes que certains souhaiteraient reléguer dans les oubliettes de l’histoire. Ces deux conditions – Vérité et Justice – sont les conditions indispensables à la stabilisation de la situation dans la région des Grands Lacs. Je crains malheureusement que l’indispensable manifestation de la vérité soit entravée par ceux qui ont soutenu la prise de pouvoir par les armes de l’actuel président du Rwanda et qui ont couvert l’invasion du Congo-Zaïre en 1996 par une coalition de pays africains sous le leadership du Rwanda. Il suffit de s’intéresser aux multinationales qui exploitent les richesses minières de l’actuelle République Démocratique du Congo pour comprendre à qui profite le crime. Si en 2021 on ne sait toujours pas officiellement qui est responsable de l’attentat du 6 avril 1994, ce n’est pas l’effet du hasard ou d’éventuelles négligences coupables. Non, certains pays, dont les USA sont le pion majeur, ne tiennent pas à ce que leur implication dans la tragédie des Grands Lacs soit officialisée. Pourtant, le rôle des USA a été mis en lumière par l’ancienne sénatrice démocrate Cynthia McKinney qui fut l’envoyée spéciale de Bill Clinton en Afrique durant les années ’90. C’est en cette qualité qu’elle a témoigné du rôle choquant joué en Afrique centrale par l’administration américaine sous la présidence de Bill Clinton et ensuite par l’administration Bush. Voilà l’obstacle majeur à la manifestation de la vérité.

Colonel Luc Marchal

Bon voyage, Monsieur le Président !

C’est là mon souhait au président français, Son Excellence Emmanuel Macron, qui se rendra au Rwanda à la fin de ce mois de mai 2021. Bon voyage à l’allée, bon voyage durant son séjour au Rwanda, bon voyage de retour à Paris. Et surtout bon voyage vers son entrée dans l’histoire. Il y est déjà entré de son vivant pour avoir été, après Napoléon I Bonaparte et jusqu’à date, le plus jeune français à accéder à la magistrature suprême de ce pays. Aujourd’hui, c’est par une autre voie qu’il presse le pas pour y entrer définitivement, une fois pour toutes.

Tel un bélier, les yeux fermés et la tête baissée, il fonce à toute allure sous les acclamations et les applaudissements à tout rompre de supporters fanatisés. Mais contre qui ce jeune bélier se déchaîne-t-il, ignorant les conseils les plus avisés des politiciens, des politologues, des sages, des historiens et autres hommes et femmes de terrain ? C’est, sans plus ni moins, contre l’honneur de la République Française. Il le fait en vouant aux gémonies, en proposant sciemment ou inconsciemment à la « damnatio memoriae » l’un de ses plus éminents prédécesseurs : François Mitterrand d’heureuse mémoire, président de France entre 1981 et 1995[1].

De quoi accuse-t-il Mitterrand ? D’avoir mené le pays des droits de l’homme à des « responsabilités accablantes » dans le génocide des Tutsis en 1994 au Rwanda, tout en écartant l’idée d’une « complicité » française avec les génocidaires. Quand un accusateur pointe de l’index l’accusé, il ne se rend pas compte que les 4 autres doigts de sa propre main, à commencer par le pouce, sont tournés vers lui-même ! Admettons par impossible que le l’administration Mitterrand ait été responsable des faits qui lui sont reprochés. Est-ce que le président Emmanuel Macron se rend compte qu’il flirte aujourd’hui au Rwanda avec un régime dix, cents, mille fois plus génocidaire que celui de Juvénal Habyarimana (1973-1994) ? Dire haut et fort que ce régime a commis un génocide des Hutus au Rwanda et en République Démocratique du Congo n’a rien à voir avec une quelconque négation ou banalisation de celui des Tutsis. Par ailleurs, le génocide des Hutus a fait plus de victimes que celui des Tutsis, il a commencé avant lui et il continue jusqu’aujourd’hui. Il est facile d’en donner les preuves. Elles sont là, elles crèvent les yeux.

Oui, la France a des intérêts économiques, financiers et géopolitiques à défendre dans la Région africaine des Grands Lacs. Mais pas à n’importe quel prix. Et surtout pas au prix de la vérité historique, pas aux prix de l’honneur et de la grandeur de la France.

« Aux armes, Citoyens [français et rwandais]. Formez vos bataillons » (La Marseillaise).

Fortunatus Rudakemwa

echosdafrique.com


[1] La “damnatio memoriae” était un ensemble de condamnations post mortem à l’oubli voté par le Sénat romain à l’encontre d’un personnage politique. Elles consistaient par exemple en l’annulation de ses honneurs, l’effacement de son nom sur les inscriptions publiques, la déclaration de son anniversaire comme jour néfaste ou le renversement de ses statues.