Tag Archives: Democratie

Message de félicitations au Président élu de la République du Burundi, Son Excellence Evariste NDAYISHIMIYE.

Monsieur le Président,

Très heureuse d’apprendre votre élection au poste du chef de la magistrature suprême de la République du Burundi lors du scrutin du 20/05/2020, en mon nom personnel, et au nom des membres du parti ISHEMA dont la présidence m’est confiée, je vous adresse toutes nos félicitations.

Monsieur le Président,

Dans notre communiqué de presse No ISH 2020/05/005 du 20 mai 2020 sur les élections burundaises, nous avons exprimé notre satisfaction quant aux circonstances dans lesquelles se sont déroulées les élections, plus particulièrement, l’ouverture d’esprit et l’aspiration à la démocratie du peuple burundais. Le choix de votre personne à la présidence du pays vient confirmer, une fois de plus, un niveau très élevé de discernement, d’appréhension des enjeux politiques nationaux, régionaux, et internationaux du peuple burundais ainsi que leur engagement à l’intérêt général de la nation.

Contrairement au Rwanda, les élections communales, législatives et présidentielles constituent un test démocratique réussi pour le Burundi et tous les Burundais. Que la volonté et la grande confiance exprimées par vos concitoyens vous soient une inspiration pour mener avec succès les objectifs que vous vous êtes fixés dans la poursuite du processus de développement durable, du bien-être et de la sécurité de tout le peuple Burundais.

Je ne doute pas que très bientôt l’amitié et la coopération entre les citoyens Burundais et Rwandais vont reprendre et se renforcer dans l’intérêt commun de nos deux pays.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma haute et cordiale considération.

Vive la République du Burundi

Vive la Démocratie

Vive le Président élu de son peuple

 

Fait à Montréal, ce 25 mai 2020.

Mme Claire Nadine KASINGE

Présidente du Parti ISHEMA

logo ishema

Source: http://ishema-party.org

BURUNDI, élections: Le Parti ISHEMA félicite le peuple burundais.

Communiqué de Presse N° ISH 2020/05/005 sur les élections burundaises

  1. Le Parti ISHEMA tient à féliciter le peuple burundais en général, et le président sortant Son Excellence Pierre NKURUNZIZA en particulier, à l’occasion des élections présidentielles, législatives et communales tenues en date du 20 mai 2020.
  2. Le climat pacifique, l’esprit d’ouverture et la compétition démocratique qui ont caractérisé la période de la campagne électorale, la maitrise de la sécurité nationale et la protection des frontières par les forces de l’ordre font preuves de maturité d’une Nation qui, malgré les attaques et calomnies de ses ennemis, a su tenir la tête haute dans les arènes politiques et diplomatiques régionales et internationales.
  3. Il est dorénavant indubitable que le Burundi est capable de surmonter ses difficultés socio-économiques et politiques tout en servant de modèle en matières de l’alternance politique pacifique aux pays encore sous le joug de la dictature, en commençant par son faux jumeau, le Rwanda.
  4. Le Parti ISHEMA exhorte les électeurs à rester calmes et à ne pas céder aux manipulations et provocations potentielles en attendant la proclamation des résultats finaux.

Vive la République du Burundi

Vive le peuple burundais

Que triomphe la démocratie au Burundi et en Afrique

Fait à Montréal, ce 20/05/2020

Mme Claire Nadine KASINGE

Présidente

logo ishema

Communiqué élections BURUNDAISES

Nigeria: Comment Muhammadu Buhari a remporté l’élection.

2015-03-31T185410Z_1971632892_GF10000045416_RTRMADP_3_NIGERIA-ELECTION_0

Au Nigeria, pour la première fois depuis 1999, c’est un opposant qui remporte la présidentielle. Muhammadu Buhari, un ancien général, de confession musulmane et originaire du nord du pays, accède à la magistrature suprême. Après quatre tentatives infructueuses, Buhari semble avoir trouvé la bonne formule : il s’est entouré d’une coalition forte, qui lui a permis de remporter cette élection.

C’est la première fois depuis 1999 que l’opposition ne se présentait pas en rang dispersé. Les quatre partis d’opposition qui ont fusionné pour former l’APC en 2014 ont choisi leurs candidats communs lors d’une primaire qui a donné au général Muhammadu Buhari une certaine légitimité. Le président sortant, lui, s’est rendu au scrutin avec une machine électorale PDP affaiblie.

De nombreux sénateurs et gouverneurs ont fait défection en 2014 pour grossir les rangs de l’opposition, et Olusegun Obasanjo, ancien chef d’Etat et poids lourd du PDP, a lâché Jonathan, dans une lettre publique qui a sans doute causé du tort au président sortant dans les bureaux de vote du sud du pays.

Un contexte économique dégradé

Les Nigérians se rendaient aussi aux urnes dans un contexte économique dégradé, lié en partie au cours du pétrole qui a chuté ; or, le Nigéria, est le premier producteur d’or noir du continent. Sur le plan sécuritaire, de nombreux Nigérians ont été incrédules face à la passivité de l’administration Goodluck Jonathan devant la progression sanglante des insurgés de Boko Haram.

Buhari a su profiter de la grogne, dans son nord natal mais aussi dans le Sud, lors d’un scrutin à biométrie intégrale qui selon les experts, malgré quelques couacs, a permis d’éviter une fraude massive et a rendu la victoire de Buhari irréversible.

Des Nigérians frustrés

Sa victoire dans les Etats de Oyo, Ogun, Osun, Ondo et de Lagos, il les doit à l’un de ses alliés, le ACN. De même, Buhari gagne dans l’Etat de Edo grâce au Labour Party. En parallèle, Buhari, qui est originaire de Katsina dans le nord, bénéficie d’un gros réservoir de voix dans cette partie densément peuplée du pays. D’après les résultats prononcés par la Commission électorale, les Etats du nord lui assurent plus de 6 millions de voix.

Enfin, Buhari a surtout profité du bilan contesté de Jonathan, qui cristallise de profondes frustrations des Nigérians qui veulent en finir avec la corruption et la pauvreté. Voter Buhari, est synonyme de changement… un slogan qu’il a su habilement mettre en avant durant sa campagne électorale.

RFI

Amatora ya 2017: Impamvu zatumye hajyaho ingingo ya 101 y’itegekonshinga ziracyahari.

téléchargement (3)

“Njyewe Paul Kagame, ndahiriye u Rwanda ku mugaragaro…ko nzakurikiza nkanarinda Itegeko Nshinga n’andi mategeko…Nintatira iyi ndahiro nzabihanirwe n’amategeko. Imana ibimfashemo”

Muri iyi minsi hari ibiganiro mu Banyarwanda kimwe no mu bakurikiranira hafi politiki y’u Rwanda byibanda ku mpinduka zo mu mwaka wa 2017 ubwo hateganyijwe amatora. Mu by’ukuri insanganyamatsiko y’ibi  biganiro ni ukumenya niba perezida Paul Kagame azubahiriza itegekonshinga nk’uko yabirahiriye cyangwa se niba azanangira umutima. Ingingo ya 101 y’itegekonshinga ryatowe mu mwaka w’2003 igira iti:

“Perezida wa Repubulika atorerwa manda y’imyaka irindwi. Ashobora kongera gutorwa inshuro imwe. Nta na rimwe umuntu yemererwa gutorerwa manda zirenze ebyiri ku mwanya wa Perezida wa Repubulika”.

Ubundi nta mpungenge zikwiye kubaho nta n’ikibazo cyakagombye kwibazwa iyo Paul Kagame aba azwi nk’umuntu w’inyangamugayo. Ariko rero Kagame yagaragaye kenshi akora ibintu binyuranyije n’ubunyangamugayo. Ibi byemezwa cyane cyane na bamwe mu bahoze ari inkoramutima ze za hafi. Na Kagame ubwe ntiyihishira cyangwa se ngo agaragaze wenda ko ibyo ashinjwa ari ibinyoma, ahita yiyerekana akabita amazirantoki, isazi,…n’andi mazina menshi umu gentleman atagombye gusohora mu kanwa ke. Ibi rero bituma abantu batekereza ko koko n’itegekonshinga yarikandagira akikomereza urugendo nk’aho nta cyabaye.

Nyamara Paul Kagame yarahiriye imbere y’Imana , abanyarwanda ndetse n’abanyamahanga ko azubahiriza akanarinda itegekonshinga n’andi mategeko. Dore uko yabivuze:

«Jyewe, Paul Kagame, ndahiriye u Rwanda ku mugaragaro:

     ko nzakorana umurava imirimo nshinzwe;

     ko ntazahemukira Repubulika y’u Rwanda;

3°     ko nzakurikiza nkanarinda Itegeko Nshinga n’andi mategeko;

     ko nzaharanira amahoro n’ubusugire bw’Igihugu kandi ko nzashimangira ubumwe bw’Abanyarwanda;

     ko nzubahiriza mbikuye ku mutima inshingano zanjye nta vangura iryo ari ryo ryose;

     ko ntazigera nkoresha ububasha nahawe mu nyungu zanjye bwite;

     ko nzaharanira iyubahirizwa ry’ubwigenge n’uburenganzira bw’ibanze bwa muntu n’ibyagirira akamaro Abanyarwanda bose.

 Nintatira iyi ndahiro nzabihanirwe n’amategeko. Imana ibimfashemo. »

Kagame ashobora rwose kuba atakibuka ibyo yarahiriye kimwe n’uburemere bwabyo. Cyakora yabyibuka cyangwa atabyibuka, Imana ntizabura kubimubaza ndetse n’amategeko ntazabura kubimuhanira. Abamubeshya ko ari we bashaka ntibazamufasha guhanwa.

Abenshi mu nkundarubyino n’abazi kogeza bakomeje kuvuga ko itegekonshinga nta cyaribuza guhinduka, bagendera ku ngingo ya 193 y’itegekonshinga igika cyayo cya kabiri kigira kiti:

“(2)Ariko iyo iryo vugururwa ryerekeye manda ya Perezida wa Repubulika, ubutegetsi bwa demokarasi ishingiye ku bitekerezo binyuranye cyangwa ku bwoko bw’ubutegetsi buteganyijwe n’iri Tegeko Nshinga cyane cyane ku butegetsi bwa Leta bushingiye kuri Repubulika n’ubusugire bw’Igihugu, rigomba kwemezwa na referendumu, rimaze gutorwa na buri Mutwe w’Inteko Ishinga Amategeko”.

Nta mpamvu n’imwe ifatika itangwa yatuma ingingo ya 101 ihinduka cyangwa ngo ivanweho. Birababaje kumva abantu bagomba gusubira mu matora ya referendum ategurwa agatwara igihe n’amafaranga menshi mu gihugu gikennye kigendera ku mfashanyo, hagamijwe ikintu kimwe gusa: Kugira ngo umugabo umwe witwa Paul Kagame yice itegekonshinga yarahiriye kuzarinda no gukurikiza. Twibuke ko atigeze arahirira kuzarihindura!

Ikindi umuntu yakwibaza ni ukuntu muri miliyoni 11 z’Abanyarwanda, harimo abafite ubunararibonye, abafite imyamyabumenyi zihanitse,…habura undi muntu utorwa ndetse ngo ayobore igihugu. Ikindi Reka twibutse ko umuntu avuka agasanga igihugu kiriho, iyo abaye intwari atanga umusanzu we ngo uko yagisanze azasige ari cyiza kurushaho ubundi yarangiza agapfa kandi isi igakomeza igatembera. Igihugu ntigipfa ngo ni uko umuntu runaka atakiriho. Cyakora umuntu ashobora kwitwara nabi igihugu akagisiga ahabi haruta aho yagisanze, ndabona na Kagame ariho ashaka.

Uko byagenda kose nta muntu kamara ubaho, ndetse iri ni ihame Abanyarwanda bagomba gushyira mu mutwe wabo. Mu myaka ya za 1959 abanyarwanda benshi bari bafite impungenge ko u Rwanda rutazongera kugwamo imvura ngo ni uko nta mwami ruzongera kugira. Imvura si ukugwa ye ahubwo iyo batagira umuganda isuri yari ikoze ibara. Ikindi bari barabwiwe ni uko nta nka zizongera gukamwa ko ndetse nta mugore uzongera kubyara. Inka zarororotse ahubwo abantu baragenda bagira ibikumba n’ibikumba. Ababyeyi barabyaye rwose batega urugori uretse ko  abenshi muri bo intambara zabagize inshike.

Dore ahubwo icyari gikwiye kugibwaho impaka:

Impamvu yatumye hajyaho ingingo 101

Ubundi itegeko rigira impamvu ituma rishyirwaho ku buryo izo mpamvu iyo zitariho n’itegeko ritaba ngombwa. Kugeza uyu munsi abo bose basaba ko itegekonshinga rihindurwa cyane cyane iriya ngingo ya 101 ntibashobora gutinyuka kuvuga impamvu yatumye iriya ngingo ijyaho, ngo bityo wenda babe bahera aho batwereka ko izo mpamvu zavuyeho.  Reka twibutse ko iri tegekonshinga ryateguwe na FPR Inkotanyi ndetse uwari ukuriye komisiyo yo kurishyiraho akaba ari Mzee Tito Rutaremara uzwi nk’umwe mu bacurabwenge b’imena ba FPR.

Mu biganiro yazungurutse igihugu atanga, Honorable Tito Rutaremara yasobanuye impamvu iyi ngingo ya 101 yashyizweho. Yavuze ko kwari ukugira ngo u Rwanda ruce ukubiri n’umuco w’abantu bumva ko ubutegetsi ari akarima kabo.

Bityo byari byiza ko umuntu ajya ategeka manda imwe bamutora  bwa kabiri akongera akayobora indi imwe ubundi agacyura igihe, akaruhuka. Tito Rutaremara yongeragaho ko badashaka kuzongera kugira abategetsi nka ba Habyarimana bamaze ku ntebe imyaka irenga 20 bagakurwaho n’urupfu. Ikindi yongeragaho ni uko bwari uburyo bwo gutoza abanyarwanda kwimakaza demokarasi.

Koko rero kuva mu gihe cy’ubwami kugeza n’uyu munsi U Rwanda ntirwagize amahirwe y’uko umukuru w’igihugu asimburwa adapfuye cyangwa atishwe. Mu gihe cya cyami umwami yimaga ari uko ise amaze gupfa. Habyarimana yagiye ku butegetsi  abwambuye Kayibanda ndetse aranamwica. Kagame yagiye ku butegetsi ari uko Habyarimana apfuye ndetse hari amakuru auga ko ari Kagame ugomba kubazwa iby’urwo rupfu.

Icyagaragaye ni uko imyaka 7 yari myinshi ugereranyije n’imyaka 5 igenwa n’amategeko yo mu bihugu duturanye. None yikubye kabiri bamwe bati ni ukongeraho indi, bakirengagiza impamvu yatumye iyo ngingo ijyaho.

Icyo nakwibutsa ni uko impamvu zatumye ingingo ya 101 ijyaho zitazigera zivaho. Izo mpamvu ni uguca ukubiri n’umuco w’abantu bumva ko ubutegetsi ari akarima kabo kimwe no gutoza abanyarwanda kwimakaza demokarasi. Niyo mpamvu kuyikuraho cyangwa kuyihindura ari igikorwa kigayitse abakunda demokarasi bose bazarwanya bivuye inyuma.

Mbifurije ubushishozi n’ubutwari bwo kwanga kwica itegekonshinga.

Chaste Gahunde

Rwanda : Le régime du FPR a toujours prononcé un « non catégorique » à la démocratie

Rwanda : Le régime du FPR a toujours prononcé un « non catégorique » à la démocratie

images
Au moment où le monde entier aspire toujours à la démocratie, les tactiques du FPR pour accéder au pouvoir n’ont jamais été démocratiques, aujourd’hui il en est de même pour le maintenir. Mais les Rwandais croient que « mûr ou non mûr, par la force de l’Ouragan, le fruit finit par tomber »1.
Pendant quatre ans (1990-1994) que la guerre du FPR a endeuillé le Rwanda, de multiples efforts sans succès, ont été essayés par les mêmes rebelles pour s’assurer d’une victoire militaire. Les accords de Paix d’Arusha signés par les représentants des belligérants ne donnaient pas du tout avantage à l’FPR quoiqu’il ait eu cinq portefeuilles au moment où d’autres partis allaient en avoir moins.
Ces accords n’étaient pourtant pas la destination finale : les élections démocratiques allaient se tenir pour choisir les dirigeants dignes de confiance. Qui peut affirmer que le FPR allait avoir plus de 2 % des voix ? Le FPR était non seulement incompétent, mais aussi il s’était créé d’ennemis pendant sa guerre depuis l’UMUTARA. A part leurs enjolivés discours, beaucoup de membres du FPR avaient encore l’idéologie-mythe, disant qu’au Rwanda, une ethnie était descendue du ciel pour régner et que les autres avaient été créées pour servir.
En expliquant sa raison d’être au monde entier, le FPR a remarqué que les politiques contemporaines devraient être régies par le grand mot « Démocratie » et pas par la mythologie. Le mot en soi semblerait romantique mais les conditions qui l’accompagnent font trembler le FPR. ‘Laisser au peuple le droit de se choisir les représentants et de les démettre au cas nécessaire’, a été l’une des raisons pour laquelle ce groupe n’a pas aimé la démocratie.
Le FPR, en essayant d’analyser le sens de la majorité citée dans les principes de la démocratie, a cru qu’à tuer les HUTUS, il aura trouvé une solution. Après les fusillades dans les préfectures de Ruhengeri, Byumba, Kibungo, Gikongoro (Kibeho), les penseurs du FPR ne dormaient pas, toujours avec la combinaison casse-tête : la démocratie, la voix de la majorité, élections. En fait, le FPR regroupant un grand nombre de TUTSIS en provenance de l’extérieur totalisant près de 8% de la population à l’âge de vote, étant devenu ennemi de tous les HUTUS en général et les Tutsis du pays qui l’accusent de les avoir sacrifiés pour d’égoïstes intérêts et de soif du pouvoir, rien ne donnerait –même pas aujourd’hui – aux Rwandais le courage de voter pour un candidat émanant du FPR. Les tueries dans les camps des réfugiés au Nord et Sud-Kivu, Kisangani, Ingende et Mbandaka en République Démocratique du Congo (Zaïre) ont scellé d’ineffaçables marques dans les cœurs des rapatriés.
Les penseurs ont découvert d’autres stratégies
dont :
1) La prison. Tout Rwandais qui, par chance, a bel échappé aux tirs du ‘Tout-Puissant des Grands Lacs’2 s’est vu en prison avec ou sans dossier. Le Rwanda avait droit au titre du Guinness World Records d’avoir pu emprisonner plus d’un dixième (140.000 personnes) de sa population. Notre cher média ne signalera rien d’autre que ce qu’il a recueilli des bouches des maitres du pays : « pendant le génocide qui a pris la vie à un million de personnes, tout hutu était impliqué». La vraie raison était de diminuer une majorité qui, tôt ou tard, pourrait réduire le pourcentage des voix pour FPR pendant les élections.
Dans le FPR le mot ‘génocide’ est aux lèvres, même celui accusé de génocide semble n’avoir aucun droit. Pour eux, l’accusé égale le (la) condamné(e). Voilà la mentalité FPRiènne : même un accusé qui est innocenté par les juridictions compétentes reste sur la liste des accusés recherchés. Le FPR va très loin jusqu’ à traiter les avocats de la défense des présumés acteurs de génocide de ‘génocidaires’ eux aussi ou de négationnistes de génocide des Tutsis3.
Il est indéniable que le génocide est à condamner avec toute énergie, tout comme aucun crime n’est à tolérer même s’il est commis par un ‘héro’ qui a arrêté le génocide. Les Organisations Non -Gouvernementales ont crié ‘au secours’, pour les prisonniers en disant que Kagame utilisait le génocide comme ‘vache à lait’ en accumulant les aides et coinçant ses opposants politiques au nom du même génocide4. Dans ce cadre, tout Hutu intellectuel ou économiquement influent est ‘cacheté’ de génocidaire. Les pays aveuglés par le FPR et qui patronnent le Rwanda ont conseillé qu’une solution soit trouvée, et imaginez l’issue.
2) Gacaca. Vérité, Justice, Réconciliation est le ‘motto’ des juridictions Gacaca. L’idée en soi n’est que magnifique mais sa mise en application a révélé qu’au sein du FPR les faits contredisent les dires. Les Penseurs ont envisagé que par Gacaca, les prisons allaient être vidées mais à condition : avouer les péchés. Ceci devrait être un grand avantage car les procureurs et substituts n’auraient plus à se gêner pour formuler les accusations (fausses) afin de justifier les arrestations et détentions illégales. La démagogie qui accompagnait la sensibilisation des prisonniers pour aveux n’expliquait pourtant pas le plan caché derrière ce cadeau empoisonné. A cause des souffrances et tortures aussi morales que physiques endurées pendant plus de dix ans dans ces camps de concentration, beaucoup de prisonniers se sont créés d’accusations pour sortir de l’enfer. C’est après avoir rempli les formulaires d’aveux qu’ils ont eu le droit de lire la loi des juridictions Gacaca qui stipule la musique que ces gens auront à danser :
a) Ils n’auront pas le droit de vote ou droit à n’importe quelle candidature.
b) ne pourront pas faire partie des forces de sécurité (armée, police, local défense,…),
c) ne pourront pas servir dans la Fonction publique,
d) ne pourront pas exercer les métiers de médecin et d’enseignant dans le secteur public ou privé,
e) n’auront pas droit à la parole (même pour un crime qui sera commis en leur présence, leur témoignage ne pourra pas être à la base de la conclusion du juge d’instruction)5.
Avec cette loi, le FPR s’est ainsi débarrassé d’une partie de la population. Mais il y avait un nombre non négligeable de la population qui avaient à ces décisions des penseurs du FPR. C’est ainsi que les lois supplémentaires ont vu le jour: la loi régissant l’idéologie génocidaire, et le divisionnisme. Ce qui est bizarre : pour le FPR , prononcer les mots ’’HUTU’’ ou ‘’TUTSI’’ est sans faute, mais pour Ingabire Victoire et moi, cela constitue un crime : divisionnisme et idéologie génocidaire.
Tout au long des années depuis 2000, les événements ont été créés pour emprisonner beaucoup de gens : on citerait le cas du PDR- Ubuyanja (Parti Démocratique pour Renaissance fondé par Bizimungu Pasteur ) qui a été accompagné d’arrestations de personnes qui pourtant ne savaient rien y relatif. Ici je ne rappellerais pas plusieurs cas de rescapés de génocide morts mystérieusement, et les arrestations y subséquentes.

Les plans envisagés par les penseurs du FPR pour s’assurer de la victoire à travers les élections ne tiennent pas toujours car :
1) Même si le FPR a tout fait pour réduire le nombre d’électeurs considérés non favorables, il n’a pas réussi. Bien sûr qu’à les détenir en prison ils ne peuvent pas produire d’enfants qui à l’avenir contreraient le même parti, le parti qui se croit au pouvoir à vie.
2) Certains membres principaux du FPR se sont lassés de rester sous contrôle d’un homme qui n’est ni plus intelligent, ni éloquent –s’il n’est qu’insolent-6, ni plus éduqué et ont préféré se dissocier.
3) Il y a un nombre significatif de Rwandais prêts pour les urnes et qui étaient âgés de moins de 14 ans au moment du génocide ; par conséquent ils ne peuvent pas être jugées pour génocide. Un autre nombre significatif est constitué de ceux qui étaient réfugiés pendant le génocide.
Conclusion :
Le FPR a peur de la démocratie, raison pour laquelle Ingabire Victoire présidente des FDU est privée de ses droits. Ingabire Victoire et Mushayidi Déo (qui est en prison aussi) font tituber le président Kagame. Le FPR (et spécialement son président) pourrait accepter la voie de la démocratie s’il aimait le peuple, or s’il aimait le peuple il ne l’aurait pas conduit à la misère qui ronge le Rwanda depuis deux décennies. S’il arrivait que ce même président considère la démocratie comme le monde entier la considère et non pas dans les sens propres à lui (Kagame)7 – ce qui exige une bravoure autre que celle des guerriers – il démissionnerait avant même les élections pour céder le trône à ceux qui en ont montré la capacité et le patriotisme. Comme ça il aurait le temps de préparer ses dossiers avant sa comparution devant les tribunaux en France, Espagne et devant la Cour pénale Internationale pour avoir tué deux présidents à la fois et plus de 6 millions Rwandais et Congolais. Quoiqu’il en soit, le peuple Rwandais mérite mieux. De la même manière que les médias n’ont cessé de couronner Kagame comme un héro qui a arrêté le génocide et de lancer les appels pour l’arrestation des génocidaires présumés, il semble sage, noble même, de dénoncer la tyrannie d’un « criminel » protégé par un poste de président de la République que personne ne lui a confié.
_______________________________________
1L’ouragan est un nom d’un vent violent qui, quand il vient, ne laisse aucun fruit, mûr ou non, sur l’arbre. L’expression est utilisée pour expliquer que rien n’est impossible quand il y a une détermination.
2Les habitants de la région des Grands Lacs (Rwanda, Burundi, R D Congo), après avoir vu les exploits de Kagame et ses atrocités impunies, savent que pour lui tout est possible. On l’appelle le tout puissant des grands Lacs (Omnipotent of Great Lakes).
3Vendredi le 28 Mai 2010, on appris que le pouvoir de Kigali a arrêté l’avocat américain Peter Erlinder. Ce juge est le président de l’association des défenseurs des accusés du génocide contre les Tutsis au sein du TPIR/ICTR à ARUSHA, et fait partie des avocats de la défense de Victoire Ingabire.
4 Constance Morrill, dans son article, « Show business and Lawfare in Rwanda », (Dissent Magazine, Summer 2006) explique comment le pouvoir du FPR utilise le génocide pour faire taire tout opposant politique.
5 La loi Organique des juridictions Gacaca. http://www.inkiko-gacaca.gov
6 Le président rwandais ne peut pas mesurer ses paroles et des fois, il insulte les opposants et se vante publiquement. Récemment il a injurié les réfugiés politiques (Rwanda News Agency 18/04/2010).
7Dans l’interview qu’il a donnée à Sarah Boseley, Paul Kagame confirme qu’il a sa façon particulière d’appliquer la démocratie : http://www.guardian.co.uk, Friday 28 May 2010