Category Archives: Economic Development

Kagame signed US$100M to develop special economic zones. What will he do ?

Kagame Signed US$100 Million Indian Loan To Build Special Economic Zones

General Paul Kagame is into large loans to build large projects in the capital city, Kigali. Kagame just acquired another mega loan as indicated by his Presidential Order No 51/01 of May 20, 2019. Kagame’s decree ratified the loan agreement between his regime and the government of India via the Export-Import Bank of India. The loan amount is US$100 million. The purpose of the loan is to develop ”two special economic zones and the expansion of the Kigali Special Economic Zone”. The loan period is 25 years; repayment begins in 5 years from now.

Contractors restricted to Indian companies

According to the loan agreement, ”the bidding should be restricted to Indian companies registered in India and or incorporated under any law in force in India.”

What kind of economic zones are built by US$100 million?

Kigali Special Economic Zone

Special economic zones (SEZs) are typically packages of strong incentives aimed at attracting foreign direct investments. SEZs provide infrastructure, such as land and access to utilities including water and electricity. Other facilities provided in SEZs may include prefabricated factory units and warehouses.

My question is — what kind of infrastructure is Kagame building in his SEZs to warrant a US$100 million loan?

Will the Indian companies, perhaps, build a power plant to supply the badly needed electricity? Otherwise, it is hard to imagine how prefabricated factory units and warehouses can cost that much money. And, has the existing Kigali’s SEZ attracted any serious foreign direct investment before blindly sinking in US$100 million?As always, Kagame’s Rwanda is unfathomable.

Source : Himbara

Rwanda : 71 % of central government expenditure financed by foreign aid.

Kagame’s central government expenditure is financed by foreign aid to the tune of 70.9%. Rwanda is among the top three most aid-dependent countries in the world and the topmost aid-recipient state in East Africa. Kagame’s 2016 call for deadline to end aid addiction was empty rhetoric.

SUMMARY: What do we learn from the most recent Annual Activity Report of Rwanda Revenue Authority (RRA), namely, the 2017/2018 Report? Is the ability of Rwandans to pay taxes improving so as to achieve General Paul Kagame’s stated goal of ending the reliance on outsiders for basic sustenance? The taxpayer data in 2017/2018 RRA’s Annual Activity Report demonstrates that Rwanda’s prospects for lessening let alone ending aid-dependence are dismal. Kagame’s ill-conceived closure of the common border with Uganda, and by extension, Kenya, will undoubtedly sabotage Rwanda’s already wretched taxpayer base.

In 2016, Kagame called for a deadline to end Rwanda’s reliance on others.

In his “state of the Nation Address” of 2016, Kagame called for a deadline for restoring Rwanda’s dignity by ending the practice of “relying on others.” As Kagame put it:

”It is better to face things the hard way and go straight to the heart of any problem. An example, is something we have been talking about for a long time, the issue of relying on others to pay for things that benefit us. It is really a question of dignity, our agaciro. Therefore, among the decisions of this Umushyikirano, we should resolve to set a deadline, which should come sooner rather than later, after which Rwanda will no longer be waiting for what others hand out to us.”

This was a tall order. Rwanda is one of the top three most aid-dependent countries in the world, and the topmost aid-dependent state in the East African Community (EAC). Two World Bank indicators demonstrate this — foreign aid per capita and the percentage of foreign aid in the central government’s expenditure.

In the case of foreign aid per capita, Rwanda’s aid per capita is US$100 against Burundi at US$39; Kenya, US$50; Tanzania, US$45; and Uganda with an aid per capita of US$47. Foreign aid as a percentage of central government expenditure in Rwanda stands at 70.9%. There are only two countries in the world with a higher percentage of donor support to central government expenditure than Rwanda. These are Malawi at 127.9% and Micronesia at 120.6%.

Is Rwanda’s domestic capacity to generate revenue improving? Is the number of taxpayers increasing?

According to the 2017–2018 RRA’s Annual Activity Report, the number of taxpayers in Rwanda is 172,988 as of June 2018. RRA describes Rwandan taxpayers as follows:

”There was a decrease in total number of taxpayers in tax registry from 179,665 as of end June 2017 to 172,988 as of end June 2018…Of the current taxpayers in the tax registry, 375 are categorised as large taxpayers (0.2% of the total); 850 are medium taxpayers (0.5% of the total) and 171,763 are small or micro taxpayers (99.3% of the total). Regarding the percentage contribution of each category of taxpayers to total tax collection, large taxpayers contributed 62.6%, medium taxpayers’ contribution was 12.2%, while small taxpayers contributed 25.3%.”

In other words, the number of taxpayers in Rwanda decreased by 6,677 between 2017 and 2018. There is an even bigger problem than the drop in the number of taxpayers. That is the existing taxpayers’ ability to pay taxes which, naturally, are the means of ending the dependence on foreign aid.

Rwandan taxpayers’ ability to pay taxes is dismal.

As indicated by RRA’s data, of Rwanda’s 172,988 taxpayers, 171,763 or 99.3% are small and micro taxpayers. These are defined as entities having an annual turnover equal to or less than RWF 20 million (US$22,159). Put in another way, the number of taxpayers with an annual gross revenue of over US$22,159 is only 1,225 (0.7% of total taxpayers) comprising 375 ”large taxpayers” and 850 ”medium taxpayers.” The term “pitiful” describes both the profiles and capabilities of Rwandan taxpayers.

Kagame’s rhetoric on ending Rwanda’s dependence on foreign aid is just that — empty rhetoric.

Kagame’s Rwanda is Banana Republic per excellence. Rwandan taxpayers are mostly small and micro businesses. Shockingly, of 172,988 Rwandan taxpayers, only 1,225 or 0.7% have more than US$22,159 in annual gross revenue. Little wonder then that 70.9% of Kagame’s central government expenditure comes from foreign donations. Rwanda’s high foreign aid dependence is further illustrated by aid per capita. In comparison to its neighbours, Rwanda’s foreign aid per capita of US$100 more than doubles Burundi’s, and doubles that of Uganda. Kagame’s rhetoric of ending Rwanda’s dependence on foreign aid is just that – empty rhetoric. This gentleman has since February 27, 2019, closed the international that connects Rwanda to Uganda and to the Kenyan seaport of Mombasa via which a significant amount of Rwandan international trade is conducted. Preliminary reports indicate taxpayers in the transport sector that used to transport people on the Rwanda-Uganda-Kenya corridor have been decimated by this self-inflicted injury.

 

Kagame’s worst case of insanity

Kagame Seized Ayabatwa’s Businesses And Says Uganda Must Do Same

General Paul Kagame extending his power beyond Rwanda’s borders.

Here comes the mother of surprises. According to the Observer newspaper, Kagame is demanding that Uganda closes Tribert Rujugiro Ayabatwa’s companies and kicks him out. Kagame apparently believes that Uganda’s President Yoweri Museveni and Ayabatwa are co-sponsors of Rwandan rebels seeking to remove him from power.

Somebody should inform Kagame of Albert Einstein’s definition of insanity. Einstein defined insanity as ”doing the same thing over and over again, but expecting different results.” Or, the English idiom ”The Boy Who Cried Wolf,” which describes someone unable to stop giving false alarm.

Kagame’s irrational and chronic hatred has driven him to decimate Rwanda’s business people using all manner of manipulative schemes. Case in point is Assinapol Rwigara. After his mysterious death, destruction of his hotel, and the auctioning of his factory in 2018, few genuine entrepreneurs remain in Kagame’s Rwanda.

Now we see a new phenomenon — Kagame is peeping outside Rwandan borders to finish the last business leader still standing. Uganda and other countries that host Ayabatwa’s businesses will not fall for the Boy Wolf noise. Ayabatwa has been doing business since 1970s when Kagame who struggling in secondary school. Ayabatwa built successful businesses in the East African Community (EAC), Southern African Development Community (SADC), The Economic Community of West African States (ECOWAS), Economic Community of Central African States (ECCAS), and the United Arab Emirates. This is a track record that any national leader would be proud of. But not General Kagame.

In fact, the only country in which Ayabatwa does not manufacture or trade his products is his homeland, the Republic of Rwanda. That is because Kagame grabbed Ayabatwa’s businesses and residences, including the flagship, the US$20 million Union Trade Center (UTC) shopping mall. Not only that — Kagame then revoked Ayabatwa’s citizenship, despite Article 25 of the Rwandan Constitution which reads in part: ”No one can be deprived of Rwandan nationality of origin.”

When Kagame was conducting this witch hunt, he claimed that Ayabatwa’s businesses were ”abandoned.” And now, Kagame is demanding that Uganda kicks Ayabatwa out, too, for a different reason — co-sponsorship of rebels with President Museveni. This is the worst case of insanity.

Kagame’s Vision City 2020 Became A Ghost Town

General Paul Kagame had a dream — build an ultra-modern city-within-a-city to showcase Rwanda’s socioeconomic transformation. The ultra-modern city-within-a-city would comprise of a variety of housing units, shopping malls, recreational and leisure facilities, restaurants, sports facilities, a three-star hotel, and a conference center. Kagame named his city-within-a-city Vision City 2020 which would be Africa’s housing wonderland with 4,500 units, including luxury villas and apartments with a capacity to accommodate over 22,000 people.

Construction began in 2013, and was completed in 2017-2018. By 2019, however, Kagame’s Vision City 2020 remained mostly empty — a ghost town. There were no buyers. The original prices of the housing units that ranged from US$179,000 to US$560,000 were sharply reduced but to no avail. General Kagame forgot one thing. In a country where most people earn less than US$1.90 a day, few can afford houses in his now ghost town.

The biggest losers in this fiasco are Rwandan workers. The money that built Kagame’s ghost town came from Rwandan workers’ pension fund — no less than US$150 million.

Source : David Himbara

La FAO craint la pénurie alimentaire fautede biodiversité

Le rapport est inédit, le tout premier d’ordre mondial sur l’état de la biodiversité qui sous-tend nos systèmes alimentaires. Paru vendredi 22 février, il révèle une grave menace pour l’alimentation, les moyens de subsistance, la santé et l’environnement.

Il s’agit d’un problème grave car irrémédiable: ce qui est perdu ne peut être récupéré. Les conséquences pour la faim dans le monde pourraient être importantes. «La perte de la biodiversité pour l’alimentation et l’agriculture compromet sérieusement notre capacité à alimenter et à nourrir une population mondiale en croissance constante. Cela réduit notre efficacité face aux défis croissants du changement climatique et limite notre capacité à cultiver sans nuire à l’environnement», a déclaré notamment José Graziano da Silva, directeur général de la FAO. Il rappelle que la sécurité alimentaire, déjà fragile aujourd’hui, est en péril.

Le rapport porte sur la biodiversité pour l’alimentation c’est-à-dire à la fois toutes les plantes et les animaux  qui peuvent être des aliments pour l’homme, mais aussi les animaux et l’ensemble des combustibles et des fibres. Il s’appuie sur les informations fournies spécifiquement pour son élaboration par 91 pays, de même que sur l’analyse des dernières données mondiales.

La base de nos systèmes alimentaires gravement menacée

Le rapport de 500 pages s’inquiète de la dégradation de la diversité végétale dans les champs avec 9 plantes qui représentent 66 % de la production agricole alors que 6 000 espèces existent. De même, le nombre de races d’élevage menacé de disparition est en hausse. Les stocks de poissons surexploités sont de plus en plus nombreux, représentant déjà 1/3 de l’exploitation totale. Le rapport signale aussi le déclin des aliments sauvages et la perte des pollinisateurs.

Les zones les plus touchées se trouvent en Amérique latine et aux Caraïbes mais aussi, de manière plus faible, en Asie Pacifique et en Afrique.

Les causes principales de la perte de la biodiversité alimentaire et agricole sont les changements dans l’utilisation et la gestion des terres et de l’eau, suivis par la pollution, la surexploitation et la surpêche, le changement climatique, la croissance démographique et l’urbanisation.

Le rapport souligne qu’il y a quand même un intérêt croissant pour les pratiques et approches respectueuses de la biodiversité.

Inverser les tendances menant à la perte de la biodiversité

Le rapport appelle à des changements de comportements, tout d’abord de la part des États, les cadres juridiques, politiques et institutionnels encourageant l’utilisation durable et la conservation de la biodiversité devant être développés.

La communauté internationale doit aussi s’attaquer aux causes de la biodiversités. Mais cela ne suffit pas, il faut aussi une prise de conscience, rappelle le rapport, incitant à améliorer l’état des connaissances sur la biodiversité pour l’alimentation et l’agriculture remarquant de nombreuses lacunes.

La collaboration entre les décideurs, les organisations de producteurs, les consommateurs, le secteur privé doit aussi être améliorée, le rapport encourageant le développement de marchés pour des produits respectueux de la biodiversité. Mais l’individu n’est pas en reste, selon le rapport, le rôle que peut jouer le grand public dans la réduction des pressions sur la biodiversité est important. Les consommateurs devraient pouvoir opter pour des produits cultivés de manière durable, d’acquérir directement sur les marchés des producteurs ou de boycotter les aliments considérés comme non durables.  C’est déjà le cas dans de nombreux pays où des «citoyens scientifiques» jouent un rôle important dans la surveillance de la biodiversité pour l’alimentation et l’agriculture.

Source:VATICANNEWS

Kagame is drowning Rwanda in debt

How donors wrote off Rwanda’s debts and thereafter Kagame accumulated new and larger debts

The Heavily Indebted Poor Countries (HIPC), 2000–2008, including Rwanda

Under the Heavily Indebted Poor Countries (HIPC) Initiative, the larger part of Rwanda’s external was written off between 2000 and 2008. By 2008, donors had struck off US$1.4 Billion from Rwanda’s debt leaving US$688.9 Million.TABLE 1 shows the drastic reduction of Rwanda’s debt measured by the debt-GDP ratio.

TABLE 1 — Rwanda’s debt as a percentage of GDP, 1995 to 2000

Source: International Monetary Fund’s database

As indicated in TABLE 1, Rwanda’s debt was 119.5% of the GDP in 1995, dropping to 19.5% of the GDP in 2008. In other words, while Rwanda’s debt was bigger than its GDP in 1995-2000, the debt was sharply reduced to 19.5% of the GDP by 2008.

From 2010 to 2017, however, Rwanda reversed course, accumulating a massive debt. By 2017, as indicated in TABLE 2, Rwanda’s debt had steeply climbed to US$3.2 Billion, constituting 46.2% of the GDP. Servicing the external debt in principal and interests costs Rwanda US$72.3 Million annually.

TABLE 2 — Rwanda’s debt and its ratio to GDP in 2016 and 2017

Source: Rwanda Ministry of Finance, The Annual Economic Report Fiscal 2016/2017

How did Rwanda acquire the US$3.2 billion debt?

Kagame’s megaprojects — RwandAir, Kigali Convention Center, and Bugesera International Airport

The primary contributor to Rwanda’s debt are RwandAir and the Kigali Convention Center (KCC). The Bugesera International Airport (BIA) will also contribute to Rwanda’s indebtedness in 2019–2020.

RwandAir is the main culprit. By 2016, RwandAir had accumulated US$222 Million in losses. The government pumped in US$192 Million in grants. Additionally, the government gave the airline US$238 Million in loans, while loans from outside government were US$100 Million. This means that Rwanda government kept RwandAir afloat with US$430 Million in loans and grants between 2013 and 2016. When the US$100 Million external loan is added, US$530 Million was pumped into RwandAir between 2013 and 2016. In 2018, an additional US$87 Million loan for RwandAir was acquired — with the government indicating to the IMF that more loans for RwandAir were to follow:

”The indicative US$500 million ceiling on new external debt contracted by public enterprises was exceeded by US$87 million, due to a lease signed by Rwandair. To accommodate this as well as other leases in the pipeline, we propose to raise the indicative ceiling to US$800 million.”

For building KCC, Rwanda issued a US$400 Million Eurobond in 2013. The IMF indicated that Rwanda acquired a new loan for KCC as well as for RwandAir in 2016:

“In 2016, new debt associated with the KCC totaled US$160 million, 80 percent of which was external debt. RwandAir’s continued expansion included US$171 million in loans for two new aircraft and leases for two other aircraft which, together with associated debt servicing.”

Lastly, there is the Bugesera International Airport (BIA). BIA might have become Kagame’s biggest disaster. Recall that in September 2014, Kagame suddenly announced a Eurobond of up to US$1 Billion build BIA. Kagame proclaimed this at the African Leaders Summit in Washington, DC, asserting that he would more than double the US$400 million Eurobond he acquired the previous year. Thankfully, this did not come to pass — the insane idea died quietly.

BIA is now being built as private concession. Nonetheless, the government has indicated it will acquire loans in 2019-2020 amounting to US$163.6 Million ”to finance import of goods and services for Bugesera.”

And of US$326 Million loans borrowed from India and China in 2018, US$50 Million from the latter is earmarked to build the road from Kigali to Bugesera International Airport. This means that BIA loans for 2018 — 2020 will total to US$213.6 Million.

Kagame — or at least his finance minister now recognizes the tough road ahead in managing debt

The Budget Framework Paper for 2018/2019–2020/2021 acknowledges ”deterioration” that is explained as thus:

”The Present Value of debt service-to-exports stands at 7.2% in 2017 but increases sharply to 17.3% in 2023, the year of Rwanda’s Euro bond repayment. The main reason for this deterioration is an increase in the level of non-concessional borrowing (as highly concessional multilateral lending sources are restricted), and leases incurred for Rwandair fleet expansion plan, debt service and repayment associated with the Kigali Convention Center in 2019- 2020, and the pressure of the Eurobond rollover in 2023.”

At present, servicing Rwanda’s external debt costs Rwanda US$72.3 Million annually. This is about the same amount of money Rwanda hopes to earn from conference tourism in 2018. Servicing Kagame’s debt is about to become even more costly, however. The Eurobond and other loans Kagame that accumulated since 2013 are due for repayment. And repaying loans is not rocket science. Kagame and his government have to do three things to seriously raise the national income by all means possible. Firstly, they must drastically expand export earnings. Secondly, they must drastically expand domestic revenue. Thirdly, they need a cure for addiction to loans. Each of these imperatives is easier said than done in Kagame’s Rwanda. After all, this is what Vision 2020 was supposed to achieve. But instead it was recently pronounced dead. The objective of transforming Rwanda into a middle-income state is now postponed to 2034. Don’t hold your breath.

Volkswagen-Kagame Deal Shows Why The Carmaker Has A Serious Reputation Problem Open Letter Dr. Herbert Diess, Chairman of the Board of Volkswagen

VW - Kagame deal

Dear Dr. Herbert Diess,

this letter refers to Volkswagen’s investment in Rwanda. Volkswagen says it has built a US$20 Million assembly plant there. The company further asserts that the Rwandan plant is assembling no less than three models — Polo, Passat and Teramont. These claims are highly problematic. For a carmaker seeking to restore its reputation after it was caught cheating in 2015, calling the US$20 Million investment in Rwanda “an automobile assembly” is dubious. Before dealing with this matter, I first highlight what Volkswagen stated in its 2017 Annual Report with regards to the 2015 scandal:

”We overhauled our code of conduct and our whistleblowing systems…The combination of integrity, compliance, and culture is important and indispensable of the transformation process we are undergoing. We are renewing ourselves from the inside out and are evolving on a daily basis to merit our most important asset — the trust of our customers and stakeholders.

By this statement, Volkswagen is asking the public to trust it again after the 2015 scandal destroyed its reputation. Volkswagen admitted that 500,000 cars it sold in the US were fitted with “defeat devices” designed to fool emissions tests.

Volkswagen is storing its defective vehicles at various facilities around the US.

For this rigging, Volkswagen incurred around US$30 billion in fines— a figure that included the price of buying back the vehicles sold in the US.

Sadly, Volkswagen is still engaging in dishonest acts. Case in point is its venture in Rwanda, launched on June 27, 2018. It was on that day that Rwanda President Paul Kagame infamously informed the world that Volkswagen is now building cars in Rwanda. This is how Kagame put it:

”Some found it hard to believe that German cars could really be built in Rwanda. Yet today, the first vehicles are rolling off the assembly line.”

This, of course, is a big lie. Kagame is a man who routinely lies and exaggerates his socioeconomic accomplishments. He claims to have transformed Rwanda into the Singapore of Africa . Yet, the World Bank’s 2018 Economic Update shows that nearly 40% of Rwandan children suffer from chronic malnutrition. Britain which is the second largest aid donor to Rwanda reports that ”Rwanda remains one of the poorest countries in the world. Over a third of its population live in poverty.” So when Kagame boasts that German cars are rolling off the assembly line in Rwanda, that is Kagame being Kagame.

Surprisingly, Volkswagen echoed Kagame’s big lie.

One would have expected Volkswagen to launch its comparatively small investment with a modest announcement. Not Volkswagen. Instead, the company boasted that its investment marked ”a new era” in Rwanda. Like Kagame, Volkswagen described its project in Rwanda in self-aggrandizement terms:

Sure enough, Kagame repeated Volkswagen’s “new era” slogan. In his own words, Volkswagen’s assembly plant “undoubtedly represents a new chapter in Rwanda’s journey of economic transformation.”

Dear Dr. Herbert Diess, if I may say so, this is hardly the way to restore your reputation. Even for a small economy such as Rwanda with a GDP of US$8.3 Billion, a US$20 Million investment is hardly as remarkable as you describe it. Worse still, one must ask this question — where in the world can US$20 Million build an automobile assembly plant? Where in the world did you ever see an assembly line with only four workers?

Thomas Schaefer posing with the entire workforce of four men the so-called assembly plant in Rwanda.

Dr. Diess, as the Chairman of Volkswagen, you know how costly automobile assembly plants are. For example, your Uitenhage assembly plant in South Africa cost R4.5 Billion or US$328 Million in 2015. Volkswagen’s assembly plant in Chattanooga, Tennessee, USA cost US$1 Billion. And now Volkswagen shamelessly abuses people’s intelligence by claiming that it built an assembly line in Rwanda for US$20 Million.

Dr. Herbert Diess, the profile of the top leadership you deployed to run your Rwanda operations also revealed Volkswagen’s duplicity.

Michaella Rugwizangoga and Schaefer.

Your CEO in Rwanda is Michaella Rugwizangoga who apparently never worked in, let alone led an automobile company. Rugwizangoga was previously employed by President Kagame’s wife, Madam Jeannette Kagame Nyiramongi, in her Imbuto Foundation . Before that, Rugwizangoga worked for the Kagame government in Rwanda Development Board (RDB). This is no means to belittle Rugwizangoga’s accomplishments in the world of work. I am merely pointing out the absurdity of a US$20 Million automobile assembly led by someone who has no knowledge of the industry.

Would a person of such profile be hired to run Volkswagen’s Uitenhage assembly plant in South Africa, or the Chattanooga’s plant in Tennessee, USA, or the Thika plant in Kenya? The answer is obviously no — the three plants are genuine assemblers which require automobile-manufacturing leadership.

Dr. Herbert Diess, in conclusion, I wish to state that, evidently, Volkswagen is not renewing itself in order to merit public trust. Your company cannot be trusted. Here is a carmaker shamelessly aggrandizing a US$20 Million workshop into an automobile assembly plant. Suddenly, attaching tires, bumpers, and exhaust pipes to a vehicle become an assembly process. This scandal is not in the league of the 2015 “emissionsgate” — but it is a disgrace, nonetheless.

Sincerely,

David Himbara

Source: https://medium.com

Miracle ou mirage rwandais: faut-il croire aux chiffres?

rfi_2_vue_ville_kigali_0
Vue de la ville de Kigali.© RFI/Stéphanie Aglietti
Des Journées européennes de développement au sommet du G7, Paul Kagame, actuel président en exercice de l’Union africaine, est invité partout, malgré son troisième mandat officiellement obtenu à près de 99% des suffrages exprimés. Même en France, malgré les accusations réciproques et l’interdiction de l’enseignement du français, c’est au Rwanda et à sa candidate Louise Mushikiwabo que le président Emmanuel Macron apporte son soutien pour le poste de secrétaire général de la Francophonie. Le Rwanda est présenté comme un modèle de développement pour l’Afrique et le bon élève de la politique de l’aide. Pourtant, tout comme sur la question des droits de l’homme et de la démocratie, de plus de plus de voix se font entendre pour critiquer ce modèle qui exclut des fruits de la croissance des millions de paysans rwandais parmi les plus défavorisés.

« Le Rwanda est aujourd’hui perçu comme l’un des pays les plus avancés et les plus respectés d’Afrique », justifie un porte-parole d’Arsenal. En s’achetant une manche du maillot de son équipe fétiche, Paul Kagame a créé une polémique, suscitant des critiques, y compris chez les parlementaires britanniques et néerlandais, deux pays qui ont longtemps été les soutiens du pays. Mais le célèbre club anglais persiste et signe, parlant d’un contrat de sponsoring signé après un processus d’évaluation menée par des « experts indépendants ». « Le Rwanda s’est transformé radicalement ces derniers temps », croit savoir le porte-parole du club.

Dans un contexte de restriction, de l’aide humanitaire internationale, le Rwanda qui figure toujours parmi les plus pauvres et les plus assistés d’Afrique, vient de débourser 40 millions de dollars sur trois ans pour cette campagne des plus ambitieuses, « Visit Rwanda ». Selon l’Agence rwandaise de promotion des investissements, avec cette simple mention sur un maillot vu 35 millions de fois par jour, selon le club, les revenus du tourisme devraient doubler sur les six prochaines années pour dépasser les 800 millions de dollars. L’une des principales attractions touristiques du Rwanda, ce sont ses parcs, ses volcans et les gorilles des montagnes chers à l’anthropologue Diane Fossey. Un fan d’Arsenal devra débourser 1 500 dollars pour une heure en leur compagnie. Comme dans d’autres secteurs, le petit Rwanda a toujours visé un tourisme haut de gamme, cantonné aux lodges et aux hôtels de luxe. Pour atteindre son objectif, il lui faudra entre 10 000 à 15 000 touristes supplémentaires par an, avec des poches bien garnies. Rien que l’on considère impossible au pays des Mille Collines, 24 ans après un génocide qui, selon l’ONU, a coûté la vie à 800 000 Tutsis et Hutus modérés, soit un dixième à l’époque de sa population.

Aujourd’hui présenté par les bailleurs comme l’une des économies les plus dynamiques d’Afrique, le Rwanda a connu une croissance du PIB d’environ 8% par an entre 2001 et 2014, sous la conduite de son homme fort. L’ancien chef rebelle, Paul Kagame, prend officiellement le pouvoir six ans après le génocide. L’an dernier, le président rwandais s’est officiellement fait réélire à près de 99%. Une modification de la Constitution peut lui permettre aujourd’hui de garder les rênes du pays jusqu’en 2034. Il n’y a plus beaucoup de détracteurs pour lui barrer la route. Au Rwanda, presque tous les opposants ont été tués, emprisonnés ou vivent en exil, selon l’ONU. Même les bailleurs, sans doute sur fond de culpabilité liée au génocide, mais aussi peut-être par crainte de représailles, hésitent à le contredire.

Des distributions alimentaires ciblées

Dans une Afrique de l’Est et centrale soumise depuis 2014 à des sécheresses, des inondations à répétition causées par le changement climatique, le Rwanda est étrangement absent des rapports du Programme alimentaire mondial sur la sécurité alimentaire, comme si les phénomènes climatiques s’arrêtaient à la frontière. « C’est sans doute faute de données récentes », assure un porte-parole du PAM qui se dit bien conscient de la gravité de la sécheresse au Rwanda. Mais l’agence onusienne dit espérer être en mesure de publier dans les prochaines semaines les résultats préliminaires de l’analyse sur la sécurité alimentaire et la vulnérabilité des personnes au Rwanda. Quand la presse régionale fait état de déplacements dans les pays voisins de milliers de familles rwandaises frappées par la sécheresse, le HCR dit ne pas être informé.

L’existence des distributions alimentaires d’urgence était quasi-taboue au Rwanda. Des journalistes ont été inquiétés pour avoir voulu évoquer la question de la malnutrition. Mais en janvier 2018, le gouvernement rwandais a finalement reconnu avoir assisté en 2016 quelque 100 000 « foyers », soit plus d’un demi-million de Rwandais, avec une aide alimentaire d’urgence dans les provinces du sud et de l’est. Selon le New Times, quasi-agence de presse du régime, la ministre des Affaires sociales s’est engagée cette année encore à ce que « aucun Rwandais ne meure de faim », malgré une nouvelle période de sécheresse débutée en octobre 2017 puis des inondations qui ont déjà fait des centaines de morts.

Depuis le début de l’année, Kigali annonce tous les mois des distributions alimentaires ciblées et assure avoir suffisamment de nourriture pour tout le monde. Selon des documents internes au PAM, le gouvernement avait pourtant en 2016 demandé au moins une fois à l’agence onusienne d’assister quelque 125 000 Rwandais et l’agence onusienne avait planifié cette opération. Interrogé sur la fréquence et l’importance de ces distributions depuis, le Programme alimentaire mondiale assure que cette assistance ne s’est finalement pas révélé nécessaire et dit n’avoir fait depuis aucune distribution « à grande échelle » et « indiscriminée » à des Rwandais vivant au Rwanda. L’agence onusienne qui connaît de graves difficultés financières décrit comme une « évolution positive » le fait que Kigali se retrouve aujourd’hui seule en première ligne.

Les statistiques sont-elles truquées ?

En 2014, l’Institut rwandais des statistiques a annoncé que la pauvreté au Rwanda était en net recul, passant de 44,9 % en 2010 à 39,1% en 2014, soit une baisse de six points. L’Institut britannique OPM, qui jusque-là apportait un appui technique sur ce projet, s’est refusé à cosigner l’étude sans plus d’explication. Mais des chercheurs belges, comme Filip Reyntjens ou plus récemment Sam Desiere, ont remis en cause ces chiffres ; l’un dénonçant une manipulation derrière la « mise à jour » opérée par l’Institut rwandais dans le calcul du panier de consommation de base des ménages rwandais ; l’autre, démontrant que l’inflation était plus élevée que ce que les autorités pouvaient reconnaître.

Pour Sam Desiere, spécialiste de la question des statistiques dans les pays en voie de de développement, le taux de pauvreté au Rwanda n’aurait pas baissé de six points, mais augmenté d’un peu plus d’un point. Sur la même période, le taux d’inflation ne serait pas de 17%, mais de plus de 30%, ce qui entraînerait une plus grande vulnérabilité, notamment dans les couches les plus pauvres de la population rwandaise.

L’ancien expert de la Banque mondiale, Bert Ingelaere, en fait même une tribune dans le New York Times publiée le 2 août 2017 et intitulée « Le président pour toujours ». Quelques jours avant la réélection annoncée de Paul Kagame, il décrit publiquement comment, alors qu’il travaillait encore pour l’institution de Bretton Woods, on lui a demandé de ne pas poursuivre une étude dont les questions ne plaisaient pas au gouvernement rwandais. « Les questions étaient standard pour tous les pays, certaines portaient sur la gouvernance », précise Bert Ingelaere. « Je n’ai rien dit publiquement sur le coup parce que je pensais à la sécurité de nos équipes rwandaises sur le terrain », conclut ce désormais maître de conférences à l’Université d’Antwerp et auteur du livre Les cours Gacaca au Rwanda : rechercher la justice après le génocide.

Une autre experte explique avoir été elle aussi censurée. Elle avait effectué un rapport d’évaluation pour le compte d’une ONG d’un programme de lutte contre la pauvreté. « Mon rapport montrait des taux de malnutrition très inquiétants dans certains villages rwandais, l’ONG n’a pas voulu le publier parce que cela démontrait aussi que ses programmes n’avaient pas les résultats escomptés », confie encore l’experte. « Entretenir l’idée d’un miracle rwandais, ça profite tout autant aux bailleurs et aux ONG qu’au gouvernement rwandais », confirme un responsable d’ONG, qui poursuit : « Il y a une indulgence, sans doute emprunte d’un fond de culpabilité du génocide, mais qui ne rend pas compte de la réalité. »

Paul Kagame tape du poing sur la table

Au mois de février 2018, lors de la retraite organisée chaque année par le régime rwandais, le président Paul Kagame a lui-même tancé ses ministres pour les mauvais résultats en termes de malnutrition chronique. 37% des enfants de moins de cinq ans en souffrent toujours. « Est-ce que nous manquons à ce point de nourriture ? » a lancé l’homme fort du Rwanda, se disant fatigué de devoir répéter les mêmes choses. « Paul Kagame aime faire ça, il aime jouer les sauveurs, mettre le gouvernement en ordre, comme un PDG efficace », s’amuse un observateur. Officiellement, ces quatre dernières années, ce taux est resté quasi-inchangé. 37%, c’est six points de moins que son voisin, la République démocratique du Congo, souvent décriée pour sa mauvaise gestion.

De l’autre côté de la frontière, au Congo, avec un taux de malnutrition chronique de 43%, l’Unicef parle d’une « urgence silencieuse », d’un risque de retard dans l’éducation et le développement de ces enfants. Pour René Mugenzi, activiste rwandais en exil en Grande-Bretagne, la faim fait tellement partie du quotidien des Rwandais que pour pouvoir en parler sans violer le tabou, ils l’ont appelée « Nzaramba », ce qui signifie « que ta vie soit longue ». Un journaliste rwandais confirme : « C’est l’expression utilisée dans l’est du pays, mais il existe d’autres expressions “Warwaye ryani”, “Shira Umuteto”… Il y en a presque autant que de districts ». Pour les organisations paysannes rwandaises, certains de leurs partenaires, des chercheurs rwandais comme étrangers, cette insécurité alimentaire croissante dans certaines parties du pays n’est pas uniquement due au changement climatique.

Une mauvaise répartition de la croissance ?

Il y a dix ans, le Rwanda s’engageait à bras le corps dans la « révolution verte » promue par le FMI et la Banque mondiale, imposant des cultures de rente comme le maïs ou le blé, plus sensibles aux aléas climatiques, et un développement à marche forcée, à coup de semences améliorées, de fertilisants et d’engrais chimiques, à des paysans rwandais qui constituent aujourd’hui encore la frange de la population la moins éduquée et la plus pauvre du Rwanda. La production agricole, elle, contribue pourtant à plus de 30% du PIB. « Il y a des réels gains de productivité, c’est un facteur à ne pas négliger dans un pays aussi densément peuplé »,  explique An Ansoms, professeure à l’université catholique de Louvain.

An Ansoms fait partie d’un collectif de chercheurs étrangers qui, depuis l’an dernier, tire la sonnette d’alarme. Cette course à la productivité aurait surtout bénéficié aux élites rwandaises, devenues les intermédiaires dans cette « révolution verte », et aux agriculteurs qui disposent d’au moins deux hectares, quand 70% des parcelles cultivables font aujourd’hui moins d’un hectare et que 70% de la population vit encore de ce qu’elle produit.

« Ce qui n’est jamais expliqué dans toute la littérature sur la révolution verte ou dans les success stories sur le Rwanda relayées par le gouvernement et les bailleurs, c’est que pour chaque Rwandais qui accepte d’ouvrir un compte en banque et toutes les conditions des politiques d’Etat, il y a au moins un Rwandais qui en est exclu », affirme Chris Huggins, professeur à l’université d’Ottawa et auteur de La réforme agricole au Rwanda : autoritarisme, marchés et zones de gouvernance, paru en octobre 2017.

Les paysans aussi se plaignent d’être les laissés pour compte du « miracle rwandais ». « Ce n’est pas comme pour tous les autres métiers, nous, c’est un peu comme si on opérait dans l’informel », déplore un paysan rwandais. « Quand on distribuait les cartes d’identité, toute personne qui n’avait pas de boulot, qui était chômeur et travaillait une heure par jour, était enregistrée comme un agriculteur. » Au Rwanda, 17epays le plus pauvre au monde, le taux de chômage est officiellement de 16,7%, un chiffre comparable à celui de l’Espagne, 14e puissance mondiale.

« Même ceux qui ont quelques ares de terrain, même l’agent de l’Etat, même la prostituée avec un jardin, sont considérés comme des agriculteurs. Et ça empêche de faire des politiques adaptées aux différentes catégories », peste encore l’agriculteur.

Pour lui, comme pour d’autres sur les collines rwandaises, il faut aujourd’hui assouplir les politiques publiques, offrir des « services spécifiques ». Même si l’Etat fait « beaucoup d’efforts », reconnaissent ces paysans, en subventionnant les intrants pour ceux qui acceptent de rejoindre son programme d’intensification des cultures, ces efforts restent tournés vers le développement d’un agrobusiness dans lequel l’Etat, le régime et leurs démembrements tiennent une place prépondérante. Une des sociétés du ministère de la Défense, l’APTC (Agro Processing Trust Corporation), a longtemps été l’un des principaux acteurs dans la chaîne d’approvisionnement en fertilisants et en semences. « Nous, tout ce qu’on demande, c’est un traitement équitable » conclut l’agriculteur.

Sonia Rolley

Source: RFI

Miracle ou mirage rwandais: faut-il croire aux bienfaits de la révolution verte?

Rwanda-The_0Des Journées européennes de développement au sommet du G7, Paul Kagame, actuel président en exercice de l’Union africaine, est invité partout, malgré son troisième mandat officiellement obtenu à près de 99% des suffrages exprimés. Même en France, malgré les accusations réciproques et la suppression de l’enseignement du français au primaire, c’est au Rwanda et à sa candidate Louise Mushikiwabo que le président Emmanuel Macron apporte son soutien pour le poste de secrétaire général de la Francophonie. Le Rwanda est présenté comme un modèle de développement pour l’Afrique et le bon élève de la politique de l’aide. Pourtant, tout comme sur la question des droits de l’homme et de la démocratie, de plus de plus de voix se font entendre pour critiquer ce modèle qui exclut des fruits de la croissance des millions de paysans rwandais parmi les plus défavorisés.

La Fédération des agriculteurs et des éleveurs du Rwanda, Imbaraga, ose aujourd’hui le dire tout haut, ce que beaucoup d’observateurs étrangers n’auraient pas cru possible il y a encore quelques mois. « Le gouvernement fait beaucoup d’efforts, mais les agriculteurs rwandais restent les plus pauvres parce qu’ils dépensent aujourd’hui plus qu’ils ne reçoivent », assure son secrétaire général, Joseph Gafaranga. Une déclaration que les experts du régime rwandais jugent exagérée. « Ces paysans sont des assistés, le gouvernement dépense des millions en subventions et en formation », insiste l’un d’eux. Et pourtant la liste des dépenses est longue, de l’achat des semences et des fertilisants à l’imposition de taxes réelles ou illégalement établies par les dirigeants des coopératives ou des autorités locales. Mais des discussions sont en cours entre le gouvernement et la fédération paysanne qui a formulé une série de propositions visant à améliorer les conditions de vie des paysans les plus pauvres, très largement majoritaires dans le pays.

Avec la politique d’intensification des cultures mise en place depuis dix ans, le Rwanda s’est inscrit dans la « révolution verte » âprement défendue par la Banque mondiale et le FMI, maintes fois réformée officiellement pour produire plus de justice sociale, mais toujours aussi critiquée quarante ans pour les inégalités qu’elle creuse et son coût écologique. L’idée de cette « révolution » est simple : avec des semences améliorées et des fertilisants, la production peut croître et nourrit une population toujours croissante. En Asie, entre 1970 et 1995, grâce à l’introduction de nouvelles variétés de blé et de riz, la production agricole a cru de 310 millions à 650 millions de tonnes par an, alors que la population asiatique a plus que doublé.

Pour les détracteurs de la révolution verte, cette politique a eu un coût écologique élevé et aurait même plongé jusqu’à 800 millions d’Asiatiques sous le seuil de pauvreté. Vivre avec moins d’un dollar par jour, c’est le niveau choisi par la Banque mondiale pour définir le seuil de la pauvreté, selon ses plus âpres critiques. Certains de ses défenseurs rétorquent que, sans la Révolution verte, au vu de la croissance de la population mondiale (quatre milliards de plus d’êtres humains), le nombre de pauvres serait plus élevé encore. Le débat est presque aussi vieux que l’idée, même si les Institutions de Bretton Woods promettent à chaque réforme que la redistribution des ressources sera plus équitable.

L’épineuse question des terres

« Il y a beaucoup de rapports d’études là-dessus, ce sont les paysans les plus pauvres qui s’en sortent le moins avec la révolution verte, mais au Rwanda, malheureusement, cela constitue une très grande majorité de la population », explique Chris Huggins, professeur à l’université d’Ottawa. Ce dernier a passé plus de quinze ans à travailler sur l’épineuse question des terres, notamment au Rwanda, il a publié l’an dernier un livre intitulé La réforme agricole au Rwanda : autoritarisme, marchés et zones de gouvernance. Au pays des Mille Collines, la question des terres reste un sujet sensible. Ce n’est que dix ans après le génocide qu’une loi encadrant la propriété a été adoptée, avec pour objectif affiché de renforcer les droits des propriétaires terriens.

Pour enrayer le morcellement des terres, le gouvernement rwandais a interdit de diviser les terres de moins d’un hectare. « Même si c’est une bonne mesure d’essayer d’éviter les subdivisions à l’infini, chaque médaille a son revers », explique un membre de la société civile. « 70% des Rwandais n’ont que ça à transmettre en héritage à leurs enfants ». L’autre mesure qui réduit la possibilité pour le petit paysan de vendre ou de transmettre sa terre, ce sont les 30 000 francs rwandais de frais administratifs, exigés jusqu’ici pour enregistrer le titre de propriété, quelle que soit la taille de la parcelle. Pour le professeur Chris Huggins, cette dernière mesure est de nature à encourager les petits paysans à transmettre illégalement leurs parcelles et à nuire à terme à la fiabilité du cadastre que le gouvernement rwandais a mis quatre ans à constituer.

Avec 500 habitants au kilomètre carré, le Rwanda, c’est Taïwan sans les gratte-ciel, un maillage serré de micro-parcelles cultivées flanquées sur des collines plus ou moins escarpées, des agriculteurs, des éleveurs, des déplacements de populations depuis l’indépendance et des conflits fonciers à foison. Au Rwanda, même les marécages sont mis à contribution, surtout en saison sèche. Seuls les parcs, ses volcans et ses gorilles, sont protégés. Or depuis le génocide de 1994, la population rwandaise a doublé, dépassant les 13 millions d’habitants. Le nombre de terres cultivées au Rwanda croît chaque année.

Une surexploitation sur fond de croissance démographique

Selon le dernier rapport de l’Institut de recherche et de dialogue pour la paix (IRDP), entre 2007 et 2010, le nombre de terres officiellement cultivées a été multiplié par dix. Aujourd’hui encore, la Fédération des paysans et éleveurs du Rwanda demande au ministère de l’Agriculture à pouvoir utiliser les terres disponibles le long des rivières, des lacs, à l’aider à consolider les terres d’altitude. Toutes ces propositions ont été favorablement accueillies par le gouvernement tant la pression sur les terres est forte. « Depuis 2012, les femmes peuvent aujourd’hui hériter au Rwanda, ce qui est une bonne chose, mais cela rajoute encore de la pression », dit Chris Huggins.

Au Rwanda, c’est dans les milieux ruraux que la croissance de la population reste la plus forte. Sur les collines, les femmes continuent de faire cinq à six enfants. « Le nombre d’agriculteurs augmente et la superficie de terres cultivées par famille diminue. Nous avons moins de terres que nos voisins, ça nous rend moins compétitifs, on ne produit pas assez », regrette le patron du syndicat paysan Joseph Gafaranga, quand la production agricole représente déjà 30% du PIB. C’est aussi sur les collines qu’on enregistre les taux de malnutrition chronique les plus élevés chez les enfants de moins de cinq ans, 37% au niveau national, jusqu’à 60% dans certains districts selon les statistiques officielles de 2015. Ces districts défavorisés sont aussi trop souvent ceux qui ont été frappés ces dernières années par la sécheresse, les inondations, les invasions de parasites.

« Si vous comparez la taille des enfants par rapport à leur âge, ils sont très petits, ils ont des problèmes d’anémie, ils ont du mal à suivre à l’école, ils sont condamnés à ne pas être productifs, c’est une génération de perdue », déplore un membre de la société civile. Comme dans les autres pays qui ont adopté la révolution verte, le gouvernement a dû subventionner les intrants pour permettre aux petits producteurs de pouvoir produire plus, visant non seulement l’autosuffisance alimentaire, mais aussi l’exportation. « Comme la densité augmente, il y a une surexploitation des terres qui nécessite d’utiliser beaucoup d’intrants agricoles, en particulier des fertilisants. »

Des prix imposés aux paysans

Le réseau européen pour les Grands Lacs, EurAc, va plus loin, en reprenant tout ce qui fait le socle des critiques de la révolution verte. « Les politiques du gouvernement ont changé de façon radicale la manière dont les Rwandais produisent de la nourriture et cela dégrade leur sécuritaire alimentaire », explique l’un de ses chargés de plaidoyer et chercheur sur le Rwanda, Giuseppe Cioffo. Le sorgho, la banane à bière et parfois même la patate douce, « que l’on peut pourtant récolter toute l’année », ont été remplacés par des cultures destinées à la commercialisation et à l’exportation, un modèle « plus risqué » face au changement climatique, pas adapté à une « agriculture encore vivrière », modèle « trop cher » aussi pour la majorité des Rwandais et avec un coût écologique élevé qui est contraire à toute idée de durabilité. « Il y a des terres érodées, des terres qui deviennent infertiles, des semences qui n’ont pas donné la production promise », martèle le chargé de plaidoyer.

Dans son dernier rapport daté d’avril 2018, l’IRDP partage une partie de ces conclusions, mais soutient que les faiblesses observées sont moins du fait de la politique en elle-même que dans sa mise en œuvre. « On ne peut pas nier que dans la politique d’intensification des cultures (CIP), il y a une vision. Sur le papier, ce modèle se veut équitable », explique son directeur, Eric Ndushabandi. Dans les textes, la CIP est censée permettre aux petits paysans réunis en coopérative de « consolider leur terre », en produisant suivant les instructions du gouvernement une culture désignée comme favorable pour son district.

Au niveau national, toutes ses productions devaient amener à créer une alimentation peu chère et diversifiée pour les Rwandais. Mais selon l’enquête de satisfaction menée par l’IRDP, 47% des paysans interrogés disent ne pas être intéressés par cette politique, persuadés après dix ans de mise en œuvre qu’elle entraînerait des famines ou permettrait à l’Etat de s’accaparer leurs terres. Cette insatisfaction envers les réformes agraires et foncières est même perceptible dans le Citizen Report Card financé par l’ONU et basé sur des statistiques produites par le comité de gouvernance du Rwanda.

Ce que dénoncent les paysans et chercheurs, c’est qu’au Rwanda, sans surprise, on est bien loin du modèle libéral pourtant claironné par les institutions de Bretton Woods. Dans un pays où presque toutes les voix dissidentes ont été réprimées, c’est difficile de négocier. « Le petit paysan n’a pas beaucoup son mot à dire sur le prix des semences, des fertilisants, le prix d’achat des récoltes. Ce sont les gros vendeurs et acheteurs qui les fixent », explique Joseph Gafaranga, secrétaire général du syndicat paysan. Le docteur Eric Ndushabandi renchérit sur ce point : « Il y a deux choses que les coopératives ne doivent pas faire : imposer des contributions supérieures au prix que le paysan va obtenir avec sa récolte ; et elles doivent surtout, comme c’est écrit dans les textes, favoriser les petits paysans et non les grands producteurs ». Pour l’IRDP, il est crucial de rendre le système des coopératives plus attractif, et de mieux vulgariser ses effets positifs, car c’est dans cet espace que se concentrent les interventions du gouvernement, appui technique, formation, subventions.

« Education, éducation, éducation »

Pour la Fédération des paysans et éleveurs du Rwanda, il y a urgence à donner un statut aux agriculteurs, de définir des catégories pour pouvoir adapter les services, alors que trop souvent « même ceux qui n’ont pas de terres, même ceux qui ne travaillent pas ont ce statut », justifie son secrétaire général. Pour Joseph Gafaranga, cette proposition « est aussi avantageuse pour le gouvernement », parce qu’elle permettrait de lister les devoirs des agriculteurs vis-à-vis des terres ou de l’Etat. « Les objectifs de commercialisation et d’exportations sont bons, mais la réalité, c’est qu’au Rwanda, cela reste en majorité une agriculture de subsistance, avec des paysans très attachés à leur terre, à leurs traditions et encore trop peu formés aux nouvelles techniques », commente le docteur Eric Ndushabandi.

Une révolution est pourtant en marche au Rwanda. Selon l’étude menée par l’IRDP, moins de 3% des jeunes de 15 à 24 ans vivent des activités agricoles. Les trois quarts des paysans rwandais ont aujourd’hui entre 35 et 54 ans et ils ont à peine un niveau d’éducation primaire. « Le gouvernement rwandais fait beaucoup d’efforts sur la formation des jeunes et sur la création d’emplois, car c’est le défi d’avenir », souligne le directeur de l’IRDP. Mais ce dernier insiste sur la nécessité de renforcer l’information et la formation des agriculteurs pour « réduire les résistances au changement » : « Je n’ai qu’un mot pour les autorités : éducation, éducation, éducation pour créer des perspectives d’emploi. »

L’autre aspect de cette révolution dans les campagnes, c’est que, selon cette étude, un petit plus de la moitié des agriculteurs possède sa propre terre. Les autres 40% louent ou travaillent sur des propriétés qui appartiennent à des tiers. « C’est l’une des conséquences de cette politique, les paysans s’endettent, ils finissent par perdre leurs terres, doivent travailler pour d’autres pour des salaires souvent très limités »,  explique An Ansoms, professeure à l’université catholique de Louvain. Il est difficile d’évaluer le volume de « paysans sans terres » ni même d’expropriations. Mais la loi autorise les pouvoirs publics depuis 2015 à exproprier des citoyens pour une large palette de motifs, infrastructures « et autres activités sur décret ministériel ».

La hantise de l’expropriation

Selon une étude menée cette fois par la société civile sur les expropriations et transferts des terres, publiée en octobre 2017, le monde agricole, peu informé des lois et des recours, reste le principal touché par ce phénomène, inhérent à la politique du gouvernement rwandais d’un développement à marche forcée, à coup de grands projets pilotés par l’Etat. Si un système de compensation est prévu dans la loi, l’écart entre les villes et les campagnes peut dépasser les 150% et renforce le ressenti vis-à-vis du régime d’une partie des paysans, privés de leurs moyens de substances. « Pour comprendre ce ressenti, il ne faut pas négliger le poids du passé et les interférences permanentes exercées par le régime à la base. Mais cette tension porte moins aujourd’hui sur l’ethnie que sur l’adhésion politique ou non au FPR », explique encore le professeur Chris Huggins.

Depuis presque deux ans, des discussions sont ouvertes entre le gouvernement et les représentants du monde paysan, avec une liberté de ton qui surprennent les partenaires, comme les observateurs étrangers, habitué aux discussions plus policées dans une sphère publique très contrôlée. Pour la professeure An Ansoms, Kigali, comme les bailleurs de fonds, reconnaît jusqu’ici « des couacs » dans la politique agricole, mais n’est pas encore prête à une « remise en cause systémique » plus à même de permettre une meilleure répartition des ressources. « Le gouvernement sait aussi qu’il doit parfois les entendre », car la faim reste « le meilleur catalyseur pour une révolte », estime un observateur avisé. « Il ne peut y avoir deux Rwanda, celui qu’on vend à l’extérieur et la réalité du quotidien », renchérit un responsable de la société civile. « Ces paysans, c’est la majorité de la population, ils peuvent faire disparaître les pauvres dans les villes, mais pas dans les campagnes. Il faut faire avec. »

Sonia Rolley

RFI

The deal Rwanda-Arsenal: not about the poor giving to the rich, rather the question of transparency and accountability towards Rwandans

The statement by Akamanzi of Rwanda Development Board (RDB) that tourism sector made $400 M in revenues does not explain the $40 M donated to Arsenal , #Kagame‘s favorite english club. Akamanzi argues that the donation is an investment in tourism since a ‘visit Rwanda’ logo will be on shirt sleeves of Arsenal’s players.
A good manager does not make decisions based on Total revenue (TR) only, to conclude that an investment will be profitable. The lady should remember how the profit maximization is achieved. For that, Akamanzi should reveal the cost and profit within the $400 M. At least that would show us that the sector made a profit bigger, equal to zero or even less.
That could provide answer to the first concern: we should know whether the money being given to Arsenal is not taken from foreign aids.
Another concern relates to the profitability of the so called investment. $40M marginal cost must generate the same amount in marginal revenue.
For that to materialize, the so called investment should attract $13M in marginal revenue the first year and much more than that in following years considering the expected inflation rates. A good decision maker would take into account the population growth too to cater for the new born ones to enjoy profits.

1. The duo #Kagame #Akamanzi should have done a small feasibility study before spending carelessly
2. The debate should not be displaced. It is not why Rwanda is donating to Arsenal (the poor giving to the rich) rather the public funds being spent without informing the citizens either directly by making data available for consultation or via the representatives of the people in national assembly.
3. Choosing Arsenal as the beneficiary of the funds should have been decided after considering other potential partners whith whom doing business could bring more profits.
4. Two officials (Clare Akamanzi & Olivier Nduhungirehe ) who spoke about the issue were not able to say how much money was involved in that deal. Knowing Kagame’s style, the poor guy and lady are cleansing the crime scene of dictator of Rwanda.

Chaste Gahunde

Consultant Economist/ Geographer