Tag Archives: #Idamange

Rwanda : Violations massives des droits de la personne.

Le Canada devrait prendre des sanctions contre des officiels du régime de Kigali.

Des ressortissants rwandais vivant au Canada font pression sur le gouvernement canadien afin qu’il adopte des mesures immédiates contre des officiels rwandais accusés d’être responsables de violations massives des droits de la personne qui sévissent dans ce pays. L’initiative vient du Congrès rwandais du Canada qui a adressé cette semaine une lettre au ministre des affaires étrangères, l’Honorable arc Garneau, lui demandant d’exercer un leadership à l’échelle internationale pour que des sanctions sévères soient prises à l’encontre des principaux chefs militaires et responsables politiques du régime rwandais réputés avoir joué un rôle dans les exécutions extrajudiciaires, les disparitions forcées, les détentions arbitraires et plusieurs morts en détention.  Sont souvent cités, entre autres, le général James Kabarebe (conseiller de Paul Kagame), le Colonel Jeannot Ruhunga (Secrétaire général du Bureau d’investigation du Rwanda), Dan Munyuza (inspecteur général de la police rwandaise), le Général Joseph Nzabamwita (chef du service de renseignements), Jean-Damascène Bizimana (Président de la Commission Nationale de Lutte contre le Génocide) et Johnson Busingye (ministre de la justice).

Madame Idamange Iryamugwiza Yvonne aux arrêts pour avoir exprimé ses opinions.

L’arrestation cette semaine de madame Yvonne Idamange, une jeune mère de quatre enfants, très critique du pouvoir de Kagame ainsi que la disparition préoccupante d’un jeune prodige et poète rwandais ont constitué  l’élément déclencheur de la démarche du Congrès rwandais du Canada. Les deux événements ont lieu au moment où l’on commémore  à travers le monde le premier anniversaire du meurtre du chanteur Kizito Mihigo (assassiné dans sa cellule le 17 février 2020). Tout cela arrive également au moment où s’ouvre le procès de Paul Rusesabagina. Rendu célèbre par le film « Hôtel Rwanda » et opposant au régime de Kagame, Paul Rusesabagina a été kidnappé par les autorités rwandaises qui l’accusent d’actes de terrorisme. Le Parlement européen vient de voter une résolution condamnant cette arrestation illégale et demandant une enquête internationale du cas Rusesabagina.

En janvier dernier, lors de l’Examen périodique universel qui s’est tenu au Conseil des droits de l’homme à Genève, plusieurs pays ont pointé du doigt le bilan catastrophique du Rwanda en matière des droits de la personne. Et plus récemment encore, l’ONG Freedom House a révélé comment le pouvoir rwandais est devenu l’un principaux acteurs de la répression des opposants non seulement à l’intérieur mais aussi à l’étranger, y compris au Canada. Tous ces faits nous amènent à  exprimer nos très vives préoccupations quant à la situation actuelle des droits de la personne et à l’avenir particulièrement sombre du pays. Si rien n’est fait, le Rwanda se dirige inévitablement vers une autre hécatombe. Le Congrès rwandais du Canada est convaincu que le Canada peut et doit intervenir pour changer la trajectoire prise par un régime qui s’enlise dans la dictature.

SOURCE Congrès Rwandais du Canada (CRC)

Renseignements: Pierre-Claver Nkinamubanzi, Ph.D., Président, Congrès rwandais du Canada

www.newswire.ca/fr

RBB exige la libération immédiate et sans conditions de Madame Yvonne Iryamugwiza Idamange.

Communiqué sur la situation sécuritaire de Madame Idamange Yvonne.


Usant de sa liberté d’expression, Madame Yvonne Iryamugwiza Idamange a publié des vidéos sur sa chaîne YouTube dans lesquelles elle s’est montrée critique des mesures impopulaires prises par le gouvernement de Kigali pour contrer la pandémie du Covid-19. Elle a ensuite subi de nombreuses menaces de mort à peine voilées de la part de personnalités du régime qui l’ont qualifiée d’Interahamwe et de négationniste, alors qu’elle est elle-même une rescapée du génocide. Son enfant mineur a même été porté disparu pendant vingt-quatre heures avant d’être retrouvé vivant. Il a confirmé avoir été séquestré par la police rwandaise.

Le matin du 15 février 2021, sur sa chaîne YouTube, Madame Idamange a diffusé une autre vidéo dans
laquelle elle a dénoncé le harcèlement, l’intimidation et les menaces de mort dont elle a été l’objet de
la part de la police rwandaise. Aussitôt après avoir délivré son message, elle a été violemment
attaquée à son domicile puis arrêtée arbitrairement par un groupe d’agents de police.

Connaissant les méthodes criminelles du régime de Kigali à l’égard de toute voix critique, le Cadre de
Concertation – Rwanda Bridge Builders (RBB) – craint le pire et voudrait attirer l’attention de la
communauté internationale sur les atteintes à la sécurité de Madame Idamange.

Le Cadre de concertation met en garde le régime de Kigali sur son modus operandi consistant à tuer
ses opposants en faisant croire à l’opinion qu’ils se sont suicidés.
Le Cadre de Concertation – Rwanda Bridge Builders (RBB) – demande particulièrement aux pays qui
soutiennent financièrement le régime de Kigali d’exercer des pressions sur le gouvernement rwandais, afin qu’il cesse de harceler et d’intimider cette mère de 4 enfants.
Le Cadre exige la libération immédiate et sans conditions de Madame Yvonne Iryamugwiza Idamange,
afin qu’elle continue de jouir sans entraves de ses droits fondamentaux. En tout état de cause, le
régime de Kigali sera tenu responsable de tout ce qui pourrait arriver à Madame Yvonne Idamange.

C’est ici l’occasion de rappeler qu’un autre activiste de la réconciliation nationale, le poète Innocent Bahati est toujours porté disparu depuis une semaine, après un rendez-vous avec un agent de la police rwandaise.
Cette campagne de terreur arrive au moment où les Rwandais commémorent la mort de l’artiste chanteur Kizito Mihigo, chantre de la réconciliation nationale, lui aussi assassiné il y a un an jour pour jour par le régime de Paul Kagame. Le 17 février 2020, la police avait annoncé la mort de Kizito Mihigo, arrêté trois jours plus tôt aux motifs qu’il se préparait à fuir le pays. Le porte-parole de la police rwandaise avait ensuite prétendu que le chanteur s’était suicidé dans sa cellule, au poste de police de
Remera, à Kigali.

Malgré l’insistance de plusieurs organisations rwandaises et internationales de défense des droits
humains, le gouvernement rwandais s’est toujours opposé aux demandes d’une enquête internationale
indépendante pour identifier les vraies circonstances de l’assassinat de notre héros national, Kizito Mihigo.


Fait le 15 février 2021.

Les signataires :

  1. Action citoyenne pour la Paix
  2. Amahoro-PC
  3. Association des rescapés du génocide des réfugiés rwandais au Congo (Ex-ZaïreRDC) ARGR-
    Intabaza
  4. Centre de Lutte contre l’Impunité et l’Injustice au Rwanda (CLIIR)
  5. Comité pour l’Unité, la Paix et la Réconciliation au Rwanda (CUPR)
  6. Congrès rwandais du Canada (CRC)
  7. Convention Nationale Républicaine (CNR-Intwari)
  8. Comité de Suivi de la Problématique des Réfugiés Rwandais (CSPR)
  9. COVIGLA, Collectif des victimes des crimes de masse commis dans la région des grands lacs
    africains
  10. Democratic Rwanda Party, DRP-ABASANGIZI
  11. FDU-Inkingi
  12. Fondation Ibukabose-Rengerabose, Mémoire et Justice pour tous
  13. Global Campaign for Rwandans Human Rights
  14. Global Voice of Rwandan Refugees (GVRR)
  15. Groupe d’initiative France-Rwanda (GIFR)
  16. Inganzo Gakondo
  17. Initiative du Peuple pour l’Alliance Démocratique (IPAD-Umuhuza)
  18. Initiative Humanitaire pour la région des grands lacs (IHRGL)
  19. Initiative HUMURA
  20. Institut Seth Sendashonga pour la Citoyenneté Démocratique ISCID asbl
  21. JAMBO asbl
  22. Liberté d’Expression Culture et Paix, LECP Info
  23. Mouvement Républicain pour la Paix et le Progrès, MRP
  24. NSADO Norway
  25. Observatoire des Droits de l’Homme au Rwanda (ODHR)
  26. Organization for Peace, Justice and Development in Rwanda and Great Lakes Region (OPJDR)
  27. Pacte Démocratique du Peuple (PDP-IMANZI)
  28. PS Imberakuri
  29. Réseau International pour la Promotion et la Défense des Droits de l’Homme au Rwanda
    (RIPRODHOR)
  30. RNC-Ihuriro
  31. Rwanda National Forum (RNF)
  32. Rwandan Alliance for the National Pact (RANP-Abaryankuna)
  33. Rwandan American Youth Association
  34. Rwandan Platform for Dialogue, Truth, and Justice (RDTJ)
  35. RFN NORWAY, FORUM RWANDAIS NORVEGE
  36. United Freedom Fighters (UFF-INDANGAMIRWA)
    RBB Contact address: rwandabridgebuilders@gmail.com

Pour télécharger le format PDF

Rwanda : SOS: LIVES IN DANGER – Idamange and others

If you are a taxpayer in America, Britain, Canada, Sweden, Holland, of another donor nation to Rwanda; this is what your taxes are being used for. Demand your members of Congress, MPs and foreign aid departments do freeze aid to Rwanda until the Kagame regime begins respecting human rights.

Earlier today February 15,2021, Rwandan authorities forces (either military or police or both) stormed the home of outspoken critic Idamange, a mother of four and took multiple people from the home.

Idamange is a mother of four children whose underage son was kidnapped overnight by authorities last Wednesday only to be dropped off some unknown place in the morning after lots of pressure calling out this kidnapping (https://youtu.be/bHPVST0-F3M). Since then, supporters of the regime claim that the 16-year-old was being held “in a stadium “ for violating Coronavirus curfew. However authorities did not notify his mother. Also, minors are not normally held in stadiums for these violations according to Rwanda’s laws.

While the kidnapping of the son was the worst since Ms. Idamange emerged in the public, there has been lesser but sustained attacks on her. She has been bullied, dehumanized, harassed and threatened online by Rwandan authorities and propagandists. However it didn’t stop online. According to her, mass murderer and currently inspector general of Rwanda’s police Gen. Dan Munyuza as well as Rwanda’s minister of justice Johnston Busingye and Rwandan government official Edouard Bamporiki spoke to her and asked that she quits criticizing the government. The offered bribes and failed. Then they turned to threats. In her own words, she said that she was told that they can kill her and the noise will ONLY last one week.

Just as a reminder, beloved gospel singer was also mistreated, harassed and tortured by the government before his assassination. Two of the people involved in Kizito’s plight are also involved in the case of Ms. Idamange, namely Minister Edouard Bamporiki and Gen. Dan Munyuza, a well known assassin. Kizito Mihigo documented this in secret audios from prison released after his assassination (https://youtu.be/_9RmYMkcDN8).

Prior to his initial imprisonments on trumped up charges, Kizito had been kidnapped, tortured paraded in front of media in handcuffs and made to confess under torture. Notice the pattern of kidnapping??? Well in case you haven’t notice the pattern, maybe you’ve seen the film “Hotel
Rwanda” made after Paul Rusesabagina who sheltered over 1200 people during the gruesome Rwandan Genocide. Paul Rusesabagina was also kidnapped last year and taken to Rwanda for a trial planned to start this Wednesday February 17, 2021.

What do Idamange, Kizito and Rusesabagina have in common? (https://youtu.be/9GJQdzK_ydA) They are all critics of the Kagame regime. Idamange and Rusesabagina have been especially bold and outspoken. Kizito on the other hand was imprisoned and killed for singing a song recognizing massive numbers of people killed by Kagame and his RPF (Rwanda’s ruling party).

Paul Rusesabagina in prison since August 2020.
Kizito Mihigo killed in police cell in February 2020.

Kagame and his government bank on the silent complicity of both the public (you and me but especially Rwandans abroad who watch all of this in silence) as well as the complicity of the international community who remain silent as long as he’s a good puppet of the west. They bank on all of this happening in the dark with the public not knowing that it happens. This is where you come in by sharing news like this and making sure THE WORLD KNOWS. Your shining a light on this matters. So do share widely.

If you are a taxpayer in America, Britain, Canada, Sweden, Holland, of another donor nation to Rwanda; this is what your taxes are being used for. Demand your members of Congress, MPs and foreign aid departments do freeze aid to Rwanda until the Kagame regime begins respecting human rights.

Claude Gatebuke

Madame Idamange Iryamugwiza Yvonne a besoin d’être protégée.

A L’ATTENTION DE LA PRESSE, DU CORPS DIPLOMATIQUE ET DES DEFENSEURS DES DROITS DE L’HOMME

CONCERNE : Campagne de lynchage à l’encontre de Madame Idamange Iryamugwiza Yvonne.

  1. « Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. » (Déclaration universelle de Droit de l’homme de 1948, article 19).
  2. « La liberté de presse, d’expression et d’accès à l’information sont reconnues et garanties par l’Etat. » (La Constitution de la république du Rwanda de 2003 révisée en 2015, article 38, alinéa 1).
  3. En vertu de ces droits ci-haut cités, en date du 31 janvier 2021, Madame Idamange Iryamugwiza Yvonne a diffusé un message dans lequel elle exhortait les autorités rwandaises à prêter l’oreille au cri du peuple impacté négativement par les mesures décrétées dans le but d’endiguer la covid-19. Elle n’a pas raté l’occasion pour poser des questions dans les domaines de l’éducation et la liberté à la religion, entre autres, qu’elle partage avec beaucoup d’autres Rwandais.
  4. En guise de réaction le gouvernement rwandais a orchestré une campagne de lynchage à travers les réseaux sociaux et plateformes pro-gouvernementaux à l’encontre de cette dame courageuse visant à la faire taire et à démoraliser quiconque aurait l’intention de l’imiter. Cette campagne devient de plus en plus tenace et menace la sécurité et la vie de Madame Idamange
  5. Madame Idamange Iryamugwiza Yvonne rejoint la liste longue d’autres acteurs qui ont été victimisés pour avoir osé parler des injustices que le peuple rwandais endure dans leur quotidien. Certains d’entre eux ont payé de leur vie : Feu Kizito Mihigo a été assassiné en 2020 après avoir chanté la nécessité d’abandonner la discrimination mémorielle entre les victimes du génocide et celles des autres crimes.  D’autres ont subi des conséquences diverses : Monsieur KARASIRA Aimable, un professeur en informatique a été licencié par l’université pour avoir des idées estimées contradictoires avec le code de l’éthique dans la fonction publique ; Madame Victoire Ingabire Umuhoza a été condamnée à quinze ans pour demander que les auteurs des crimes commis contre les Hutus soient jugés ; le journaliste Niyonsenga Dieudonné alias Cyuma Hassan est toujours en prison pour avoir interviewé les opprimés. En Bref, selon le mode opératoire du FPR, quiconque brave la terreur pour dénoncer les injustices risque sa vie, la prison, ou les tortures tant morales que psychologiques.

Pour toutes ces raisons :

Nous estimons que Madame Idamange Iryamugwiza Yvonne est en danger et a besoin d’être protégée.

Nous recommandons ce qui suit :

  1. A l’Etat rwandais, de veiller à la sécurité de Madame Idamange tout en empêchant ceux qui se couvrent des institutions nationales pour ternir son image
  1. Au corps diplomatique, de faire usage de leur influence pour dissuader les autorités qui semblent recourir à la violence au lieu de subvenir aux besoins du peuple.
  2. Aux défenseurs des droits de l’homme, de rester attentifs à la situation de Madame Idamange.
  3. A la presse locale et internationale, de couvrir son histoire et de lancer l’alerte au cas échéant
  4. A tous les Rwandais, de condamner les persécutions que subit Madame Idamange dans son combat pour l’amélioration du bien-être commun des citoyens.

Fait à Paris, ce 08/02/2021

Par

  1. ISHEMA Party
  2. UFF- Indangamirwa
  3. RRPM – Inkundura

Vous pouvez télécharger le format PDF

Les rescapés du génocide contre les Tutsis soutiennent Madame Yvonne Idamange Iryamugwiza.

COMMUNIQUE DE PRESSE

Date : le 8 février 2021

Le Centre de Lutte contre l’Injustice et l’impunité – CLIIR a été sollicité pour communiquer la détresse et l’appel au secours des rescapés du génocide perpétré contre les tutsi au Rwanda en 1994, suite aux menaces, aux humiliations, aux assassinats et aux intimidations de toutes sortes orchestrés contre des citoyens rwandais courageux et honnêtes par quelques courtisans qui servent le régime totalitaire du FPR au Rwanda et dans la diaspora. Le message ci-après, nous a été transmis pour publication par un groupe importants de rescapés tutsis. Ce message est publié fidèlement dans sa forme originale.

« Cher Coordinateur du Centre de Lutte Contre l’Impunité et l’Injustice au Rwanda;

Nous nous adressons à vous pour vous solliciter de communiquer à l’opinion publique rwandaise et internationale notre soutien à Madame Idamange Yvonne, rescapée du génocide perpétré contre les tutsi au Rwanda en 1994.

Craignant pour nos vies et celles de nos proches, au Rwanda et ailleurs dans le monde, nous nous sommes résolus de faire appel au CLIIR pour exprimer nos sentiments et appeler les Rwandais de toutes ethnies et le monde à manifester leur solidarité à cette jeune compatriote en demandant au régime totalitaire du Rwanda d’adopter un comportement humain et d’apprendre à respecter les citoyens rwandais, la culture rwandaise et les droits de l’homme en général.

Il y a quelques jours seulement, une jeune citoyenne rwandaise, rescapée du génocide perpétré contre les tutsi, Mme Idamange Yvonne, témoin impuissante révoltée par l’irresponsabilité des dirigeants, la souffrance du peuple et les mauvais traitements lui infligés durant les mesures sanitaires inhumaines imposées pour combattre le coronavirus (covid-19), a décidé d’exiger l’assouplissement de ces mesures et l’aide alimentaire aux citoyens affamés. En prenant des risques inouïs, elle a créé un blog destiné à lancer son cri d’alarme par des appels vidéos afin de rappeler à la raison les dirigeants concernés et insouciants en les informant que le peuple rwandais est fatigué et n’en peut plus. Mme Yvonne IDAMANGE a livré son message patriotique dans un discours poli et ferme. Son message a été très bien accueilli par les citoyens affamés et a été relayé par un grand nombre d’internautes partout au Rwanda et dans la diaspora rwandaise. Les rwandais de toutes ethnies et de toutes confessions religieuses se sont retrouvés dans le message de Mme Idamange et l’ont soutenu sans retenue. Ce 08 février 2021, plus de 162000 personnes avaient visité son blog portant son nom « IDAMANGE » lancé depuis le 31/01/2021.

Vous pouvez lire tout le communiqué de soutien à Mme Yvonne Idamange dans le fichier en PDF attaché.

Nous vous prions de le diffuser largement.

MATATA Joseph.

Centre de Lutte contre l’Impunité et l’Injustice au Rwanda (CLIIR) Rue de la Colonne, n°54/4 1080 BRUXELLES Tél/Fax : +32.81.601.113 GSM : +32.487.616.651 (Base) & +32.476.701.569 (Proximus)