Tag Archives: FARDC

RDC: combats entre l’armée et les rebelles du M23 dans l’est, Kigali pointé du doigt

Des combats ont opposé lundi l’armée congolaise aux rebelles du “Mouvement du 23 mars” (M23) dans l’est de la République démocratique du Congo, poussant des habitants des villages de la région à fuir vers l’Ouganda, selon des sources locales.

En fin de journée, le général congolais Sylvain Ekenge, porte-parole du gouverneur de la province du Nord-Kivu, a affirmé dans un communiqué que le M23 était “soutenu par les Forces de défense du Rwanda” (RDF) et que l’armée de RDC avait “mis la main sur deux militaires rwandais”.

Les positions de l’armée congolaise “ont été attaquées par les M23” à Runyoni et à Chanzu dans la nuit de dimanche à lundi, avait auparavant déclaré à l’AFP le lieutenant-colonel Muhindo Lwanzo, directeur de cabinet de l’administrateur militaire du territoire de Rusthuru, dans le Nord-Kivu.

Continue reading

Soldats rwandais en RDC : un secret de Polichinelle.

Contrairement aux affirmations du président Paul Kagame, des troupes rwandaises fidèles au régime de Kigali, font souvent des incursions dans l’est de la RDC.

Les faits attestent la présence rwandaise à l’est de la République démocratique du Congo (RDC) même si le président Paul Kagame affirme le contraire. Evoquant la province du Sud-Kivu, à l’est de la RDC, Paul Kagame a fait savoir, lundi (27.04.20) qu’ »il n’y a aucun soldat des RDF (Forces de défense rwandaises) dans cette partie du monde ».

Le président rwandais ne nie pas cependant l’échange d’information entre les deux pays pour lutter contre les rebelles hutus rwandais des forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR).

Enième dénégation de Kigali

Selon Boniface Musavuli, analyste des questions sécuritaires, les incursions de militaires rwandais en RDC relèvent d’un secret de polichinelle :

« Les troupes rwandaises sont dans l’est du Congo depuis la guerre de l’AFDL (Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération du Congo), c’est-à-dire en 1996. Ces troupes ont trouvé une autre façon de se dissimuler en revêtant les uniformes de l’armée congolaise. Paul Kagame ne peut pas le reconnaître parce que s’il le faisait, ça deviendrait une affaire de droit international. C’est un homme qui est assez prudent par rapport à la justice internationale. »

En 2009, des soldats rwandais se retirent de la ville de Goma, dans l’est de la RDC après une offensive controversée contre les FDLR.

Sujet politiquement délicat

Le Groupe d’étude sur le Congo (GEC) a affirmé, en se basant sur « plusieurs sources militaires, diplomatiques et de la société civile », que des soldats des forces spéciales rwandaises ont participé, fin novembre, à une offensive en RDC. Ce n’est pas la première fois que le Rwanda nie la présence de son armée chez son voisin, relève Jean-Claude Mputu, spécialiste de ce pays.

Il n’y a eu aucune réaction des autorités congolaises après les dénégations de Paul Kagame. Jean-Claude Mputu pense que reconnaître la présence rwandaise en territoire congolais est un casse-tête pour Kinshasa.

« Les dirigeants politiques qui assumeront cet état de fait savent qu’ils vont faire l’objet d’un courroux populaire inédit, ça c’est une réalité aujourd’hui. Donc ils font semblant de nier alors qu’entre eux, en off, ils reconnaissent clairement cette présence. »

Diplomatie transparente : une condition pour la paix

De son côté, Paul Kagame affirme que ce sont des militaires burundais qui sont présents dans le Sud-Kivu congolais, voisin du Burundi. « Ce sont des éléments de l’armée burundaise qui travaillent officiellement pour leur pays », croit savoir le chef de l’Etat rwandais.

Pour le président Tshisekedi comme pour ses prédécesseurs, admettre la présence rwandaise sur le territoire congolais relève du casse-tête

Onesphore Sematumba, analyste à l’International Crisis Group (ICG), estime qu’une diplomatie transparente est nécessaire dans la région, en vue de l’instauration de la paix : « Tant que l’est congolais va rester le ventre mou de la sécurité régionale, tant que les rebelles armés y trouveront leur sanctuaire, les armées étrangères seront tentées de traverser. »

Selon le site actualite.cd, des rebelles hutus rwandais du CNRD (Conseil national pour la renaissance et la démocratie) ont encore fait une incursion dans le Sud-Kivu mardi (28.04.20) nuit. Un enfant de sept ans aurait été tué, des biens des habitants emportés.

Dans un communiqué publié lundi (27.04.20), les rebelles hutus rwandais des FDLR ont démenti leur implication vendredi (24.04.20) dans une attaque qui a fait une dizaine de morts, dont des écogardes du parc de Virunga. Les FDLR indiquent que le territoire où a eu lieu l’attaque est sous contrôle de militaires rwandais « en connivence avec certains officiels congolais ».

Reliou Koubakin

Source : DW.COM

Révélations accablantes autour de l’attaque des gardes de l’ICCN à Rumangabo du 24 avril 2020.

Hommage aux Garde Park de l’ICCN de Virunga

Nous avons promis d’offrir dans le délai le plus raisonnable possible les raisons pour lesquelles des agents de l’ICCN ont été attaqués à Rumangabo, juste à côté de leur station. Pour dévoiler les vérités autour de ce meurtre ignoble, nous avons voulu le faire le jour même où nos vaillants agents de l’ICCN sont en train d’être inhumés, afin de leur rendre, par notre contribution à la vérité, un chaleureux hommage. Que la terre de nos ancêtres leur soit douce. Et qu’ils reposent dans la paix aux côtés de tous les congolais qui sont morts pour défendre les intérêts de la nation.

Cela dit, voici les faits accablants qui entourent ce triste événement.

Pour ceux qui ne connaissent pas bien la géographie du Nord-Kivu, Rumangabo est un lieu référentiel quant à ce qui est des stratégies militaires à l’Est du Congo. Il y a un grand camp militaire, mais également une station des gardes du parc national de Virunga. C’est donc un lieu normalement contrôlé par les FARDC et leurs alliés. Les FDLR ne devraient donc pas s’y infiltrer facilement, moins encore avec un armement comme celui utilisé pour commettre l’élimination ignoble des vies humaines des rangers du Virunga le 24 avril 2020, dans une attaque qui a eu lieu juste à trois cent mètres de leur position de Rumangabo.

Quelques heures après cette attaque, nous avions signalé que des éléments armés rwandais venaient d’être signalés à cet endroit plusieurs jours avant. En fait, possédant une technologie qui leur permet d’infiltrer le système de communication de la station des grades parc et du camp militaire qui sont juste à côté, les militaires de Kagamé avaient déjà accédé à une série des informations qui compromettaient les responsables de l’ICCN au Nord-Kivu par rapport à une question très sensible pour le Rwanda.

Pourquoi cette attaque a-t-elle visé les agents de l’ICCN à Rumangabo ?

Voici les révélations au sujet des événements successifs qui ont conduit à cette attaque :

1. Quelques jours plus tôt, dans des opérations conjointes contre les FDLR, opérations cachées à l’opinion publique par Tshisekedi, l’ami improvisé et indolent de Kagame, les FARDC venaient d’attraper un élément très déterminant dans le commandement et l’intelligence des FDLR. Et, tout en réfléchissant sur ce qu’il fallait en faire, les commandants le cachèrent d’abord dans une prison à Vitshumbi.

2. Au lieu de l’offrir directement à l’abattoir de leurs collaborateurs sanguinaires, les militaires congolais décident de consulter préalablement, par coup de fil privé, les instances de Kinshasa, d’où ils reçoivent l’indication de transférer l’élément à la capitale, via Goma.

3. Cependant, n’ayant ni hélicoptère, ni autres moyen pratique pouvant leur permettre de réaliser l’opération sans que leurs amis-ennemis ne se rendent compte, les militaires congolais se sentent obligés de solliciter la collaboration de Mr Emmanuel De Merode, qui, lui-même, soumis à la peur liée aux circonstances, accepte de mettre en jeu ses véhicules et ses agents.

4. L’opération est lancée dans la matinée du 24 avril à partir de Rwindi, d’où partent les agents de De Merode, pour aller récupérer l’élément attrapé par les FARDC. Mais, en cours de route, ils se confrontent à plusieurs difficultés. Les FDLR, déjà informées par une source intérieure aux FARDC, veulent récupérer leur leader par tous les moyens. Au même moment, et c’est ce que les agents de l’ICCN ignoraient, les militaires rwandais, déjà mieux informés par plusieurs voies, notamment celle des collaborateurs ex M23 déversés dans les FARDC, ainsi que grâce aux infiltrations du système de communication de l’ICCN, etc., sont déjà en position d’attaque pour éliminer ce cadre des FDLR, avec tous ceux qui se trouveraient à son côté. Ainsi, les agents de l’ICCN se transforment en ennemis de deux ennemis.

5. Se sentant vraiment menacés, les agents de l’ICCN décident de se défaire du cadre des FDLR, et le laisse dans une prison, à Kiwanja, en mi-chemin. Malheureusement, au lieu de retourner à Rwindi, ils optent pour continuer la route vers Rumangabo jusqu’à Goma, où des ennemis plus farouches les attendaient. C’est là qu’ils vont être tués à la place de l’agent des FDLR.

6. A quelques centaines de mètres seulement de leur station de Rumangabo, ils sont réduits en cendres par des roquettes provenant des mains des militaires rwandais au Congo. En fait, les militaires rwandais étaient sûrs que le leader FDLR était dans ce véhicule brulé.

Nécessité d’une enquête indépendante

Le gouverneur du Nord-Kivu a annoncé que des enquêtes étaient en cours au sujet de cet acte ignoble.

Cependant, étant donné que le gouvernement congolais est complice dans ce meurtre, nous exigeons de tout notre vœu qu’une enquête internationale et indépendante soit mise en place pour élucider les circonstances et les causes de ce meurtre ignoble. Et que les auteurs soient conduits à la justice et répondent de leur crime.

De la présence des militaires rwandais au Congo

Ce n’est plus un secret, même si Tshisekedi fait tout pour cacher la vérité à l’opinion publique. Des militaires rwandais sont en train d’œuvrer aux  cotés des FARDC. On les trouvent surtout au Nord-Est du parc national des Virunga : Vitsumbi, Mugogo, Nyamilima, Nyabanira, Vusesa, Mabenga (aux entrées du lac Edouard), Kiwanja, Rutsuru, Jomba, Kisharo,Katwiguru, Mushumba, Kihorobo, etc. Et s’il faut y ajouter des ex CNDP et M23 incorporés au sein des FARDC, on comprend ce que cela signifie comme danger pour la région.

1. Pourquoi les FDLR, utilisées à la fois par les FARDC et les FPR comme cheval de Troie, continuent-elles d’être à la base de la mort des milliers des congolais ?

Que Mr Tshisekedi nous réponde.

2. Pourquoi le gouvernement du Congo continue-t-il de donner à Kagame un alibi qui lui permet de perpétrer des massacres et génocides à l’Est, tout en pillant les richesses du pays ?

Que Mr Tshisekedi nous réponde.

3. Pourquoi le gouvernement congolais continue-t-il à nier la présence des militaires rwandais à l’Est de la RD Congo depuis plusieurs mois, alors que tout le monde vivant dans les zones que nous avons citées est indubitablement témoin de ce forfait suicidaire sur la terre de nos ancêtres ? Ce n’est plus un secret. Il conviendrait que le gouvernement l’annonce clairement.

Que Mr Tshisekedi nous réponde.

BeniLubero

L’armée rwandaise en RDC «constitue une violation de l’embargo sur les armes» (GEC)

Y a-t-il des militaires rwandais qui opèrent sur le sol congolais ? La société civile et des députés du Nord-Kivu dénoncent aujourd’hui ce qu’ils qualifient d’envahissement. Ils en appellent aux chefs d’État de la région et demandent à ce que le mécanisme de vérification mis en place par la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) vienne constater cette présence. Le Groupe d’études sur le Congo (GEC) et Human Rights Watch ont régulièrement signalé à travers leur plateforme de surveillance, Kivu Security Tracker, ces allégations. Jason Stearns est le directeur du GEC, centre de recherche de l’université de New York. Il répond aux questions de Sonia Rolley.

RFI : Avez-vous pu confirmer la présence de militaires rwandais en ce moment sur le sol congolais ?

Jason Stearns : Nous avons reçu des rapports des différents points focaux que nous avons sur le terrain et de nos interlocuteurs au sein de la société civile d’une présence des militaires rwandais, les RDF, dans le Rutshuru dans les opérations, en soutien aux opérations FARDC contre les FDLR là-bas (ndlr : rebelles hutus rwandais). On ne sait pas exactement l’échelle de cette présence ou de ce soutien. Mais on s’imagine que cela fait partie d’une série d’opérations que l’armée rwandaise a menée avec les FARDC contre les FDLR ou du groupe dissident des FDLR, le CNRD. Et ces opérations ont lieu depuis l’année passée.

Ça veut dire que la présence rwandaise serait régulièrement sur le sol congolais depuis un an ?

Alors, c’est un peu compliqué de parler de la présence des militaires rwandais dans l’est du Congo parce que si on regarde bien, cette présence n’a presque jamais cessé depuis la fin de l’occupation officielle par l’armée rwandaise qui s’est terminée en 2002. C’est-à-dire que depuis cette époque, il y a souvent une présence rwandaise et notamment un soutien rwandais aux différents groupes armés dans l’est du Congo, avec des périodes d’intensification comme à l’époque du M23. La présence rwandaise était principalement en appui au M23 contre le gouvernement congolais.

Ce qu’on a constaté depuis lors, c’est un revirement dans la nature de cette présence. C’est-à-dire que depuis 2014 environ, l’armée rwandaise est là en collaboration ou avec l’accord tacite de l’armée congolaise et du gouvernement rwandais. Et là aussi, avec des périodes d’intensification. Ce qu’il faut constater, c’est que depuis l’arrivée au pouvoir du président Tshisekedi, on a vu une de ces périodes d’intensification avec plusieurs opérations de l’armée rwandaise sur le sol congolais depuis l’année passée.

Mais est-ce que ce soutien à l’armée congolaise ne devrait pas être signalé au Conseil de sécurité de l’ONU ?

Cette présence de militaires rwandais constitue en principe une violation de l’embargo sur les armes des Nations unies. Tous les États membres des Nations unies devraient notifier toute fourniture d’assistance militaire au gouvernement congolais. Donc évidemment, ça n’a pas été le cas. Le Conseil de sécurité n’a pas ce constat, même si le personnel des Nations unies sur le terrain est informé pas seulement de cette présence aujourd’hui, mais aussi dans le passé.

Qu’est-ce que vous recommandez aujourd’hui ?

Il y a plusieurs niveaux de problèmes par rapport à la présence de l’armée rwandaise au Congo. Le premier, c’est le manque de transparence. Cette armée est là. On ne sait pas exactement combien ils sont, on ne sait pas non plus vraiment ce que ces militaires sont en train de faire. Mais ils mènent des opérations d’envergure sur le sol congolais depuis un certain temps, avec l’aval des autorités congolaises. Je pense qu’il serait beaucoup mieux si cette collaboration était officielle et pas tacite. Comme ça, on pourrait demander une certaine redevabilité. On pourrait savoir ce qu’ils font, combien ils sont et pourquoi ils sont venus opérer sur le sol congolais.

L’autre niveau de problème, c’est la manière dont ils opèrent en RDC. Par exemple, il y a des allégations crédibles de massacres conduits par l’armée rwandaise contre la population réfugiée rwandaise dans le territoire de Kalehe, des dependants de rebelles du groupe armé CNRD. Donc ce n’est pas seulement qu’ils sont là pour opérer contre les rebelles rwandais, mais cela a des répercussions considérables sur les populations civiles et réfugiées.

Source: RFI


 

Bimwe by’ingenzi byaranze politiki y’u Rwanda muri Nyakanga 2013.

Bimwe by’ingenzi byaranze Politiki y’u Rwanda mu kwezi kwa Nyakanga 2013.

1.    1.  Ubwigenge bw’U Rwanda.

Taliki ya 1 Nyakanga 1962- Taliki ya 1 Nyakanga 2013, imyaka 51 irashize u Rwanda rwigenga. Mu gihe ibi byagombye kuba ibyishimo ndetse n’ibirori bikomeye ku gihugu cyose, mu Rwanda si ko byagenze. Ahubwo Perezida Kagame yifatiye indege yigira mu Burundi ngo gufatanya na bo kwibuka ubwigenge. Ibi byavuzweho byinshi: Bamwe bati Kagame agomba kuba adasobanukiwe n’icyo ubwigenge busobanura, abandi bati Kagame abikora abizi agamije kwemeza Abanyarwanda ko nta Rwanda rwigeze rubaho mu gihe Abahutu bayoboraga. Ibi bikajyana na ya ideology imaze iminsi itwibutsa uburyo Abahutu batewe ipfunwe kuva FPR yafata ubutegetsi. Kuri Kagame ubwigenge bw’U Rwanda bwajyaga kugira agaciro iyo buza igihugu kitari mu maboko y’ Abenegihugu bagitsindiye nyuma ya Kamarampaka! Ibi biracyagibwaho impaka nyinshi.

2.     2. Umunsi w’ifatwa rya Kigali

Taliki ya 4 Nyakanga ni umunsi u Rwanda rwibukaho ifatwa ry’mujyi wa Kigali na FPR mu mwaka wa 1994. Kuri FPR n’abambari bayo uyu munsi witwa umunsi wo kwibohoza ndetse wo ukorerwa ibirori bidasanzwe, ibi bigasobanura ko uruta umunsi w’ubwigenge! Nyamara benshi mu Banyarwanda siko babibona. Kuri bo uyu munsi usubiza inkovu z’agahinda ibubisi. Benshi bibuka imbaga itagira ingano yatikiriye mu gikorwa cya gitwari cyo gusohoka muri Kigali muri operation yiswe champagne, aho FPR yashakaga kumarira ku icumu abantu bose bari mu mujyi ariko ingabo za FAR zikabasha gusohora abaturage mu mujyi zinyuze mu Nzove. FPR yo icyo gihe yarimo yohereza ama bombes y’urufaya ntacyo yikoma.  Abandi kandi basanga ifatwa rya Kigali ryarakurikiwe n’ubuzima bubi batigeze batekereza, bityo kubabwira ko babohowe uba ubakina ku mubyimba. Aya ni amateka y’igihugu cyacu atumvikanwaho n’impande zombi akaba ariyo mpamvu ibiganiro bikwiye kubaho ngo abantu babashe kugira icyo bumvikanaho, naho ubundi kwishima kwa bamwe(RPF/RPA) ni ugushenguka kw’abandi(FAR). Ibi bishobora kuzagira ingaruka zikomeye cyane mu gihe kiri imbere. Ntawe nabyifuriza.

 

 

3.     3. Kuba Minisitiri mu Rwanda ni nko gusoma urupfu”

Uyu ni umutwe w’inkuru yanditswe n’umwe mu bahoze ari abafasha ba hafi ba Kagame(David Himbara) ashaka gusobanura uburyo Kagame ahinduranya Aba minisitiri nk’uhinduranya imyambaro y’imbere(amakariso cg amasutiye). Mu kwezi kwa Nyakanga Kagame yirukanye Minsitri  ushinzwe imirimo y’Afurika y’Uburasirazuba Monika Mukaruriza n’umunyamabanga  we uhoraho Bill Kayonga ngo ku mpamvu zo kugaragaza ubushobozi bukeya. Nyuma yaho Monika yagaragaye mu nama ya FPR, yateshejwe agaciro cyane, ategekwa gusaba imbabazi mu ruhame. We na Musoni Protazi ndetse na Kayonga Bill bacishijwe bugufi basaba imbabazi, ikibazo kikaba ari ukumenya impamvu Tharcisse Karugarama we atahahingutse ! Iyi style ya Kagame yo gutegeka abantu gusaba imbabazi bamwe babibonamo nk’uburwayi bukomeye bwo mu mutwe aho umuntu ubufite aba ashaka kubona abandi bamupfukamira bamwereka ko ariwe munyamaboko. Ibi bigereranywa n’abana batoya bakirana maze umwe yajya hejuru y’undi akabwira uri hasi ngo emera ko uri imbwa unsabe imbabazi nkuve hejuru. Nuko uri hasi akemera ati ndi imbwa wowe uri umugabo bikaba birangiriye aho. Ikigaragaza ko Perezida Kagame ashobora kuba afite ubu burwayi koko, ni uko umaze gusaba imbabazi akenshi ahabwa akandi kazi kandi mu by’ukuri yari yirukanwe bivugwa ko nta bushobozi afite. Bityo umuntu akibaza niba gusaba imbabazi ukazihabwa bihita bituma ubushobozi bwiyongera ! Ku muntu udasabye imbabazi we ahita abuzwa ubwinyagamburiro no kubona akazi bimubera ikibazo kitoroshye. mbese kimwe n’uko uwamaze gusoma urupfu bitamworohera kugaruka i buntu.

4.    4.  Intambara ya Congo

Ikindi cyagaragaye muri uku kwezi ni intambara M23 yongeye gushoza ku ngabo za Congo, FARDC. Intego y’iyi ntambara ngo kwari ugufata umujyi wa Goma mbere y’italiki ya 30 Nyakanga mbere y’uko Brigade d’intervention y’umuryango w’abibumbye itangira akazi kayo ko kurwanya no kwambura intwaro imitwe irwanira mu karere k’uburasirazuba bwa Congo. Iyi ntambara rero ntiyaguye neza M23 kuko yahakubitikiye ndetse bikaba byaratangaje abantu benshi. Ubusanzwe FARDC yari isanzwe itazwiho ubutwari bwinshi ariko byaragaragaye ko ubu atari bwa bundi. Kabila yagerageje guhagarika FARDC ngo ntikurikirane M23 ariko FARDC yanga kumwumvira ngo kuko baje kuvumbura ko Kabila afatanyije na Kagame mu mugambi witwa Havila cyangwa se Empire Hima –Tutsi. Uyu mugambi ngo uteganya ko ibihugu bya Uganda, Rwanda, Congo, Uburundi na Tanzania bigomba kuyoborwa n’Abatutsi kandi bikagira umwami w’Abami umwe (Emperor).

Icyagaragaye muri iyi ntambara ni uko ari umuryango mpuzamahanga, ari ihihugu by’ibihangange, ari n’itangazamakuru , bamaganye M23 n’igihugu cy’u Rwanda kiyifasha muri iyi ntambara igiye kumarira abana b’u Rwanda mu rugamba rutabafitiye akamaro na busa. Mu nama yabereye ku cyicaro cy’umuryango w’Abibumbye ku itariki ya 25 Nyakanga, ibihugu byose byashyize umukono ku masezerano yo kugarura amahoro mu karere byibukijwe ko bigomba kuyubahiriza. U Rwanda narwo rwavuze ko ruyashigikiye maze ako kanya Congo ihita irushyira mu kizamini cyo guhita rufata abayobozi ba M23 bahungiye mu Rwanda. Dutegereje uko U Rwanda rugiye kubyitwaramo cyane cyane ko bamwe muri abo bayobozi ngo bashobora kuba baremerewe gusubira ku rugamba ndetse bakaba bashobora kuba bararuguyemo. Niba ariko bimeze, Kagame afite ikibazo cyo kuzura abamaze kwigerera mu bundi buzima kandi bakaba badashaka kugaruka mu ntambara z’urudaca yabashoyemo !

5.     5. Kagame yanze kwakira Intwarane za Yezu na Mariya

Muri Nyakanga kandi indi nkuru yavuzwe ni iy’ifatwa n’ifungwa ry’itsinda ryitwa Intwarane za Yezu na Mariya zahohotewe na Polisi y’igihugu zizira ko zavuze ko zifite ubutumwa buvuye mu ijuru bugenewe umukuru w’igihugu. Ubu butumwa nta wigeze ashaka kubutega amatwi ngo kubera ko Intwarane zisanzwe zigira ubuhanuzi buteye ubwoba. Bityo ari Polisi ari n’umukuru w’igihugu bahisemo kureka ubuhanuzi bukabasohoreraho (bakarimbuka) aho kugira ngo bumve ubutumwa bubafashe kwirinda kurimbuka. Umupadiri witwa Eugene Murenzi wo muri paruwasi ya Kibuye nawe yasogongeye ku bubisha bw’igipolisi cya FPR ubwo yabazwaga niba azi Intwarane. Yapfuye kuvuga ko na we ari Intwarane bamushushubikanya shishi itabona no muri cachot ya Kicukiro ngo ba! Ibi byagaragaje ko hashobora kuba hari ikindi Polisi yashakaga kwerekana kuko Padiri Eugene atigeze ajya ku rugo rwa Paul Kagame. Hari n’abaketse ko ubutegetsi bw’agatsiko bwashatse kwibasira uyu mu padiri kubera ko yashinze ikigo KOMERA cyita ku bana bafite ubumuga muri Paruwasi ya Mushubati mu karere ka Rutsiro. Ibi nabyo nta wabihakana cyane kuko ubundi Agatsiko katishimira kubona umuntu yitangira rubanda kuko ko kagamije gutindahaza Abanyarwanda. Aha abantu benshi bibaza aho ubutegetsi butubaha abakozi b’Imana buzageza Abanyarwanda ndetse bamwe bagashimangira ko ubutegetsi butoteza intumwa buba bugeze mu marembera.

6.    6.  Kikwete yashubije Kagame

Muri Nyakanga kandi ubwo Tanzania yizihizaga umunsi w’intwari, mu karere k’Akagera  Kikwete yavuze ijambo benshi bemeza ko yasubizaga perezida Kagame wari umaze iminsi acitswe akinyuramo agatangaza umugambi mubisha afite wo kwirenza Kikwete. Twibutse ko mu minsi yashize tariki 30 Kamena aribwo Kagame yavuze ijambo benshi bise rutwitsi ryari rikubiyemo ibintu ubundi umukuru w’igihugu atari yitezweho. Mu iryo jambo niho Kagame yahishuye umugambi wo guhoza Abahutu mu ipfunwe kugeza igihe ngo basabiye imbabazi( bijyana na bwa burwayi twavuze haruguru). Kagame ni na bwo yavuze ko azubikira Kikwete akamukubita! Abazi uko Kagame akubita ntibafashe iri jambo bikino ahubwo bahise baryoherereza Kikwete. Umukozi wa ministeri y’ububanyi n’amahanga wa Tanzania yasubije ko  ko Kagame aramutse yibeshye yakubitwa inkoni nk’akana gatoya! Yongeyeho ati “niba umuntu adashaka kugirwa inama yicecekeye akareka utugambo yaba iki?”

 Ni uko Kikwete nawe mu kwibuka intwari ati “uzadukinisha wese tuzamwereka uko twagize Idi Amin”.  Abazi amateka ya Idi Amin baribuka uburyo yashatse gufata akarere k’ Akagera ngo akomeke kuri Uganda. Yongeyeho n’agasuzuguro kenshi cyane yandika ibaruwa we yise iy’urukundo ayoherereza Nyerere. Iyo baruwa yagiraga iti: “Nshuti nkunda cyane Nyerere, ndagukunda cyane ndetse ndashaka no kukurongora…”. (Documentary The Rise and Fall of Idi Amin). Aha Idi Amin yemeje ko yabonaga Nyerere ari umugore mu bandi bagore! Ibi byatumye Nyerere agira umujinya cyane yohereza ingabo ze ati “muzagaruke mwakuyeho uwo mwirasi”. Abantu benshi bibaza niba Kikwete nawe yaracaga amarenga ko azohereza ingabo ngo zikureho umwirasi!

Ikinyamakuru Igihe.com cyo, mu ijwi rya Kubwimana ngo gisanga Kikwete yarabwiraga Malawi, cyakora kinavuga ko ngo Tanzania yaba iri kurwana muri Congo ifatanyije na FARDC na FDLR ngo bagamije gufata u Rwanda, nyamara benshi bakaba bakeka ko ukuri kwabyo kugerwa ku mashyi.

Dukomeze turebe aho byerekeza.

//