Tag Archives: Tutsi

Abantu batinyuka kuvuga ko hishwe Abatutsi gusa si Abanyarwanda ni Abanyamahanga kuko ibyo bavuga si ibintu by’i Rwanda.

Muri Nyakanga, tariki ya 19,1994, niho twashyizeho Guverinoma, twise iy’ubumwe. Iyo Guverinoma y’ubumwe ntiyagiyeho ku bushake bwa FPR. Reka da! Kubera ko kwica Perezida Habyarimana wari waremeye amasezerano yashyizeho umukono we, Kagame yashakaga, gufata igihugu cyose. Mbese nk’uko bafashe Uganda bari kumwe na Museveni wabafashije gufata u Rwanda. Kugira ngo andi mashyaka ajye mu buyobozi bw’igihugu, nyuma yo kwicwa kwa Perezida Habyarimana, byakozwe ku mabwiriza y’ibihugu by’inshuti za FPR. Kubera ko itashoboraga kubisuzugura, cyane igihugu nka USA. Kuri FPR ntibyari bikiri ngombwa rwose ko iyo guverinoma ihurirwamo nandi mashyaka, nk’uko byari biteganijwe mu masezerano ya Arusha. Ikindi nanjye ni uko narokotse kandi izina ryanjye ryari mu masezerano ya Arusha ko ari Faustin Twagiramungu wo muri MDR uzayobora guverinoma y’inzibacyuho.

Kuri Kagame we, yumvaga ko yafashe igihugu ko agomba kukiyobora uko ashaka: nk’uko abikora ubu. Ubu arica, akanakiza. Rero njye sinabaye Ministre w’lntebe ku bushake bwa FPR-Inkotanyi. Uretse ko kujya muri iriya guverinoma kw’amashyaka yandi bitabujije ko abantu bakomeza kwicwa: mwibuke ibyabereye i Kibeho, cyangwa muri Gitarama, nyuma y’intambara hiciwe abantu 18.000, mfitiye gihamya! Ibi kandi narabyamaganye igihe nari Ministre w’intebe mu bihe bitandukanye by’umwihariko taliki ya 8/12/1994. Ubwo namaganaga ku mugaragaro ubwicanyi inkotanyi zarimo zikora hirya no hino mu gihugu.

Iyi Guverinoma ihuriweho n’amashyaka menshi, yemeje ko abantu benshi bishwe n’InterahamwePawa na bamwe mu basirikare n’Abaturage bavugaga ko bari guhorera Perezida Habyarimana wishwe n’Inkotanyi.

Ntawahakana ko abanyarwanda batari muri MRND na CDR, cyane Abatutsi, batishwe! Barishwe, Abatutsi n’Abahutu batari muri MRND-CDR bafatwaga nk’abanzi b’Igihugu. Mu nama za mbere za guverinoma zakozwe twashatse uburyo bwose kugira abicanyi bazafatwe “bakanirwe” urubakwiye. Bivuze ko bacirwa imanza bagahanwa by’intangarugero. Byabaye ngombwa ko ibyakozwe nyuma y’iraswa ry’ndege ya Perezida Habyarimana dushaka uburyo bwumvikana neza kugirango dusobanure icyo twise “Jenoside” (Génocide) Ni ukuvuga ko hari Abatutsi bishwe batemaguwe bazira ko ari abatutsi, n’abahutu benshi bari mu mashyaka ya MDR, PSD, PL barwanyaga politike ya Habyarimana muri MRNDD na politike ya CDR. Abenshi biswe ibyitso baricwa indege ya President Habyarimana ikimara kuraswa.

Mu nama za guverinoma twakoze twaje kumvikana ko inyito twaha ubwicanyi bwabaye mu Rwanda kuva Inkotanyi zimaze kwica Perezida HABYARIMANA yari: ITSEMBABWOKO N’ITSEMBATSEMBA. Iyi nyito nijye wayitanze, yemerwa n’inama y’abaministre, yariyobowe na Perezida w’uRwanda Pasteur Bizimungu, na Visi Perezida Général Paul Kagame. ITSEMBABWOKO bivuze ko hari abatutsi bazize ubwoko bwabo. Ko hari n’abahutu bazize ubwoko bwabo. Ntitwigeze tuvuga Itsembabwoko Tutsi Gusa. Aha byumvikane neza! Abana b’abasore baririmbaga ngo: “Navaho Impundu zizavuga! Bari abatutsi harya?” Aba bose indege ikimara kuraswa babirayemo barabica. Uko Interahamwe Pawa zicaga ni nako abatekinisiye ba FPR nabo bicaga aho bari barashyizwe mu gihugu hose nkuko Tito Rutaremara yabyiyemereye kuri Radio na Television by’u Rwanda ko FPR yarifite abantu bayo mu gihugu hose no mu mashyaka yose.
Nina ko kandi Ingabo za APR/FPR zicaga Abahutu aho zanyuraga hose.

ITSEMBATSEMBA bivuze ko: habaye ubwicanyi bwo kwica rubanda gusa nta gusobanura.

Reka rero mbwire abasoma ibi nanditse, mbyanditse mfite ikiniga nibaza niba tukiri abantu, cyangwa tukiri Abanyarwanda, cyangwa ba: Ntabuntu, Ntamutima, ndetse na Ntabwenge. Abantu batinyuka kuvuga ko hishwe Abatutsi gusa! Abo si Abanyarwanda ni Abanyamahanga kuko ibyo bavuga si ibintu by’iRwanda: ni abamamyi bishakira ubutegetsi bakoresheje agahinda dufite kokubura abacu. Cyakora niba Ntibazirikana.

Abantu banyagirwa bombi: umwe ati “nijye wanyagiwe jyenyine!!!
NI AGAHINDA GUSA.

Faustin TWAGIRAMUNGU

Uwabaye Minisitiri w’intebe w’u Rwanda.

Le déni de justice envers la population hutue. Jusqu’à quand?

LETTRE OUVERTE AU PREMIER MINISTRE DE LA Belgique

 Gand, le 4 février 2021

Monsieur le Premier Ministre,

 Concerne : relations de la Belgique avec la république du Rwanda.

  1. Le 1 octobre 1990 le Rwanda fut attaqué par l’armée de mercenaires “Front Patriotique Rwandais (FPR)” ayant aidé le Rwandais Yoweri MUSEVENI, à renverser le président Milton OBOTE en Ouganda, dans ce qu’il faut qualifier d’une guerre d’agression illégale, le Rwanda n’ayant attaqué ni le FPR, ni l’Ouganda. L’agression, le crime contre la paix, est le crime international le plus grave.

Une question brûlante est celle de savoir qui a financé et armé ce groupe de mercenaires, qui est devenu en quelques années et en pleines négociations de paix à Arusha, l’armée la plus puissante de la région.

Entre 1990 et 1994 le FPR a commis son premier génocide contre la population hutue, qu’elle avait l’intention d’exterminer. La peur s’installa dans le pays et les camps de réfugiés, qui s’étaient formés à l’intérieur du Rwanda, furent bombardés par le FPR à l’arme lourde.

Le 6 avril 1994 le FPR assassina les présidents hutus du Rwanda et du Burundi en descendant l’avion qui les transporta à l’aide de deux missiles de fabrication russe ayant été livrés par la Russie à l’Ouganda. Le FPR savait que cet attentat déclencherait le génocide contre les Tutsi, ce qui arriva.

Le même jour le FPR, qui avait pourtant signé les accords de paix d’Arusha, prévoyant l’intégration militaire et politique du FPR au Rwanda et dont l’exécution était déjà en cours au Rwanda, lança son offensive militaire finale, bien préparée depuis longue date, qui devait mener au renversement du régime en place déjà dirigé par le gouvernement de transition prévu par les accords de paix, comprenant aussi des ministres tutsis. La signature des accords de paix par le FPR ne fut donc que de la poudre aux yeux.

Dans sa lettre du 10 août 1994 le général Paul Kagame félicite son bureau à Bruxelles de la prise de pouvoir et précise ses buts suivants : déstabilisation du Burundi, “confinement” de la population hutue et, but final évident, invasion de l’Est du Congo, dès le “retour” des réfugiés.

Cette lettre fait partie de la banque de données du Procureur près le TPIR sous le n° 0002905, et son authenticité n’a jamais été mise en doute par celui-ci.

Cette lettre établit donc l’intention criminelle quant à l’invasion du Congo, où le troisième génocide est toujours en cours, ayant fait, en un quart de siècle, des millions de victimes dont personne ne parle.

Cette lettre a entre-temps été largement confirmée par les faits sanglants qui en forment l’exécution.

Au Rwanda une dictature sanglante est installée depuis 26 ans, sans aucun respect des droits de l’Homme : procès illégaux, disparitions et exécutions sommaires à l’intérieur et à l’extérieur, tortures féroces d’opposants déclarés, … la liste est longue. Beaucoup de rapports récents très crédibles confirment cet état de choses.

  • Il faut constater que la Belgique soutient le FPR et son régime sanglant depuis au moins 30 ans.

Le Parquet Fédéral belge et les services secrets belges ont des accords secrets de coopération avec ce régime.

Le Parquet Fédéral belge exécute sans réserves l’agenda judiciaire du régime rwandais en ne poursuivant que des Hutus, dans ce que l’on ne peut qualifier que d’une “justice de vainqueurs”. Les “instructions” menées au Rwanda, où les “témoins”, préparés par le régime, sont entendus dans les bureaux du Procureur à Kigali et en sa présence, sont essentiellement “fabriquées”.

Au procès à Bruxelles les témoins de la défense ne sont pas retenus, contrairement à ceux du Procureur et en violation flagrante de l’art. 6 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme, pour ne donner qu’un exemple de procès inéquitables devant mener nécessairement à des condamnations très sévères de personnes souvent innocentes.

Des Tutsis, membres ou anciens membres du FPR, coupables de crimes de guerre et/ou de génocide, résidant même en Belgique, ne sont pas poursuivis, de telle sorte que la justice belge commet un déni de justice envers la population hutue toute entière.

Combien de temps encore, Monsieur le Premier Ministre, l’état belge mettra-t-il à l’épreuve la patience et le sentiment de justice du citoyen ?

Votre bien dévoué,

Jean FLAMME,

Avocat au Barreau de Gand, de la Cour Pénale Internationale, du TPIR et du TSL.

www.flamme-law.eu