Category Archives: Abahutu

MORT DU COLONEL BAGOSORA, ACCUSÉ D’AVOIR ÉTÉ LE « CERVEAU DU GÉNOCIDE » DU RWANDA, MAIS ACQUITTÉ PAR LE TPIR DU CHEF D’ACCUSATION DE PRÉMÉDITATION DE CE MÊME GÉNOCIDE…

Présenté par le régime de Kigali et par les médias  comme  le « cerveau du génocide » du Rwanda, le colonel Théoneste Bagosora vient de mourir à l’âge de 81 ans dans la prison du Mali où il purgeait une peine de 35 années de détention.

Arrêté au Cameroun au mois de mars 1996, défendu par Maître Raphaël Constant, avocat réputé du barreau de la Martinique, son procès (TPIR-98-41-T) débuta au mois d’avril 2002. Ce ne fut cependant qu’au mois d’octobre 2004, après un délai surréaliste de neuf années de détention préventive, que le Procureur fut en mesure de soutenir son acte d’accusation.
Construit sur le postulat qui était que le colonel Bagosora fut le maître d’œuvre du génocide, cet acte d’accusation reposait sur un « trou » de quelques heures  dans  son emploi du temps, entre 01h 30 et 06 heures du matin dans la nuit du 6 au 7 avril 1994, durant lequel l’accusé aurait « allumé la mèche du génocide » !!!

N’ayant fait aucune vérification, ni aucune enquête sérieuse, sous la pression constante du régime du général Kagamé et de ses porte-voix médiatiques, le Procureur ancra son acte d’accusation sur cette abstraite  construction intellectuelle.

Expert assermenté devant le TPIR (Tribunal pénal international pour le Rwanda), j’ai travaillé durant plusieurs années sur ce dossier et, dans le volumineux rapport d’expertise que j’ai défendu devant la Cour (Lugan, TPIR-98-41-T), j’ai notamment minutieusement reconstitué l’emploi du temps du colonel (voir l’intégralité de mon rapport publié dans  Dix ans d’expertises devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda), faisant effondrer comme un château de cartes l’artificielle construction idéologique du Procureur.

Dans leur jugement, les juges rejetèrent donc tout naturellement  les éléments de « preuve » avancés par le Procureur, infligeant ainsi un camouflet d’une rare puissance à l’Accusation et à la thèse officielle.
Au terme d’un procès fleuve rythmé par 409 jours d’audience, par les déclarations de 242 témoins à charge et à décharge remplissant 30 000 pages de compte rendus d’audience, par 1 600 pièces à conviction, par 4 500 pages de conclusions et par 300 décisions écrites, la Cour, dans son jugement en date du 18 décembre 2008,  déclara en effet le colonel Bagosora non coupable « d’entente en vue de commettre un génocide ».

Ce jugement faisait donc  voler en éclats les bases de l’histoire officielle postulant que le génocide avait été programmé puisque les 40 éléments présentés par le Procureur pour tenter de prouver sa planification ne furent pas considérés comme probants par les juges (Résumé du jugement rendu en l’affaire Bagosora et consorts, TPIR-98-41-T, jugement 18 décembre 2008, page 1) :

« Plusieurs éléments qui ont servi de base à la thèse développée par le Procureur sur l’entente (en vue de commettre le génocide) n’ont pas été étayés par des témoignages suffisamment fiables (…) En conséquence, la Chambre n’est pas convaincue que le Procureur a établi au-delà du doute raisonnable que la seule conclusion raisonnable qui se puisse tirer des éléments de preuve produits est que les quatre accusés se sont entendus entre eux, ou avec d’autres, pour commettre le génocide (…) » (Résumé du jugement rendu en l’affaire Bagosora et consorts,TPIR-98-41-T, jugement 18 décembre 2008, pages 16-18).

Le colonel Bagosora fut néanmoins condamné à l’emprisonnement à perpétuité  pour des crimes commis par des hommes supposés avoir été ses subordonnés, entre le 6 et le 9 avril 1994. Le colonel Bagosora interjeta appel de ce jugement.

Le 14 décembre 2011, la Chambre d’Appel du Tribunal Pénal International pour le Rwanda réduisit à 35 ans la peine de perpétuité infligée en première instance au colonel Théoneste Bagosora, les juges d’appel n’estimant pas qu’il avait ordonné les crimes pour lesquels il avait été condamné en première instance, et ils le condamnèrent uniquement parce que, en tant que supérieur hiérarchique postulé, alors qu’il était à la retraite, il n’aurait rien fait pour les prévenir ou en punir les auteurs.
Compte tenu des pressions exercées par le régime de Kigali, par les Etats-Unis et par la Grande-Bretagne, il n’était en effet politiquement pas possible aux juges d’acquitter purement et simplement  l’accusé-phare du TPIR, celui qui, durant des années, avait été présenté comme le « cerveau » d’un génocide programmé, mais qui ne l’avait pas été puisque son déclencheur fut l’attentat du 6 avril 1994 qui coûta la vie au président Habyarimana. Voir à ce sujet les articles extrêmement détaillés publiés dans la revue « Le Fana de l’aviation » n° 619, 620 et 621 (2021), qui expliquent avec une grande minutie et une rare précision le déroulé de cet attentat, et dans lesquels le FPR du général Kagamé est clairement accusé d’en être l’auteur.
Pour l’état des connaissances scientifiques concernant ce génocide, ses origines et son déroulé, on se reportera à mon livre « Rwanda, un génocide en questions », éditions du Rocher, nouvelle édition 2021.

Bernard Lugan

Source : http://bernardlugan.blogspot.com/

Jenoside: Imiburanire y’imanza yashyizwe mu bihangano.

Bumwe mu buryo bwo kumenya neza ibyabaye mu mateka, ni ugusoma ibyandikwaga muri icyo gihe no kumva ibihangano ( indirimbo, imivugo n’ibisigo) byahimbwaga. Uramutse wumvise indirimbo ivuga MRND wamenya ko itahimbwe mbere y’itariki ya 5 Nyakanga 1975.

Ubu mu Rwanda hari ikibazo cy’ubwisanzure bubangamirwa mu ngeri zose z’ubuzima kugeza no ku bahanzi batinya kuririmba ubuzima nyakuri bw’igihugu, kuko ngo uvuze ibitagenda neza aba arwanya igihugu. Usanga abenshi baririmba urukundo rw’Imana, urukundo rw’abantu, ariko bakirinda kuvuga ibibazo biriho muri sosiyete.

Umuhanzi Gihanze Musasizi amaze gushyira mu majwi n’inshurango igitekerezo yise “Iromba rya Musenyeri ryamurinze kubambwa”. Asobanura ko mu gihe habaga imanza za jenoside, hari umubikira washinje Musenyeri ko yamuhinduye umugore yitwaje ko ari umututsikazi. Ngo mu gihe cy’amezi atatu Musenyeri yaba yarafataga ku ngufu uwo mubikira.

Mu kwiregura, Musenyeri yasabye urukiko kubaza Ma Sœur ubumuga yaba yaramusanganye cyane ko nta muntu bwaca mu rihumye. Umubikira yavuze ko nta bwo rwose ngo ko Musenyeri ari umugabo nk’abandi. Musenyeri mu kumubeshyuza , yazamuye igishura yereka abari bahateraniye , basanga afite iromba, umubikira aramwara.

Koko rero muri ibi bintu bya jenoside , hari abantu benshi bigize abashinjabinyoma cyangwa bategekwa gutanga ubuhamya bw’ibinyoma, ariko bakaba hari utuntu batazi tubakubita hasi mu gihe habonetse ubutabera nyabwo koko. Hari abashinja ibintu bavuga ko bahagazeho, wababaza aho bari bari ugatungutwa no kumva ngo ” nari nihishe muri plafond yo kwa Mugemana, numva abantu basakuza, ndeba hanze mbona Kamanzi atemagura Mukakalisa ku ga centre mu Nganzo”. Wareba intera iri hagati y’aho hantu, ugasanga nta muntu ushobora kuhabona uhagaze mu rugo rwa Mugemana. Ikibabaza ni uko ababeshyera abandi ntawe ubahana. Nk’umubikira wabeshyeye Musenyeri nta wabura kwibaza niba hari igihano yagenewe.

Birakwiye ko abakoze ibyaha babihanirwa cyangwa bakababarirwa niba bafite ukwicuza. Ariko na none ababeshyera abandi bagamije kubabambisha bakwiye guhanwa by’intangarugero niba koko dushaka kubaka umuryango nyarwanda.

Reka twumve uko Iromba rya Musenyeri ritari rizwi na Ma Sœur ryatumye habaho ubutabera.

Itangazo mbwirwaruhame ry’umuryango wa Yuvenali Habyarimana

Twebwe abana b’umuryango wa Habyarimana tubabajwe n’amakuru amaze iminsi acicikana mu binyamakuru ko umubyeyi wacu yateguye kandi akanashyira mu bikorwa amahano yabereye mu Rwanda muri 1994 y’ubwicanyi bwiswe itsembabwoko.

Tubabazwa cyane n’uburyo abanyarwanda (ndetse n’abanyamahanga) bamwe bakomeje umuco wo gushyigikira ibinyoma bakanga kuvuga ukuri kugirango bateshe umutwe abatavuga rumwe nabo.

Ibinyoma ku mubyeyi wacu byatangiye kera ku buryo byageze n’aho bavuga ko ari we wishe data muri cya gikorwa terabwoba cyamuhitanye ku ya 6 Mata muri 1994. None bigeze n’aho bamugerekaho ko yateguye itsembatsemba.

Ababivuga biyibagiza nkana ko inkiko zakoze kuri iki kibazo cya jenoside mu Rwanda zitashoboye kugira uwo ziyihamya kuyitegura mu bo zemeye gucira imanza. Mu muryango wacu twabaha nk’urugero kuri musaza wa mama, Protazi Zigiranyirazo, nawe wari wararezwe kuba yarateguye akanakora iyo jenoside ko urubanza rwe rwarangiye, «Urukiko Mpanabyaha Mpuzamahanga Rwashyiriweho u Rwanda» (TPIR) rwa Arusha, rumugize umwere mu byaha byose yaregwaga. Turagira ngo twibutse, by’umwihariko, ko ku bijyanye n’ikirego cy’Akazu bakunze gutsindagira kuri mama, urwo rukiko rwasanze ibimenyetso ubushinjacyaha bwaruzaniye, bishingiye ku mazimwe adafite ifatizo.

Tuributsa kandi ko mu madosiye yose yizwe n’urwo rukiko, nta na hamwe izina rya maman rivugwa ko haba hari uruhare yagize mu bwicanyi bwabaye mu Rwanda.

Umubyeyi wacu turamuzi neza. Kuva yashakana na papa, nta kazi ka Leta yigeze akora; nta mwanya w’ubuyobozi yigeze agira mu rwego rw’ubucungagihugu cyangwa urw’amashyaka. Yewe, nta n’ibiro yigeze agira nk’uko tubibona mu bihugu bimwe na bimwe, ku mufasha w’umukuru w’igihugu.  Ntabwo yigeze akoresha inama cyangwa ngo ayitabire, yaba iya gisilikare cyangwa iyabanyapolitiki, haba mbere cyanga nyuma y’aho papa wacu yitabiye Imana. Ku batabizi, cyangwa abatangiye kubyibagirwa, twibutse ko mama yahise ahungishwa papa akimara kwicwa, ku tariki ya 8 Mata, kubera imirwano yari yubuye muri Kigali, yibasiye cyane cyane agace ka Kanombe aho twari dutuye. Abafaransa babimufashijemo bakamugeza i Bangui mu gihugu cya République Centrafricaine, barabizi neza. Kandi n’umuntu ushyira mu gaciro wese yakumva ko, urebye ukuntu itumanaho ryo muri ibyo bihe ryari rimeze, nta kuntu washobora gutanga amabwiriza ku basirikari cyangwa ku bakuru b’amashyaka, umunsi ku wundi. Ese ubundi, usibye gushinyagura, umugore ukimara gutakaza umugabo, agahungishwa atanashoboye kumushyingura, icyamushishikaza ni iki kindi usibye gushaka uko yakwiyubaka mu gahinda n’ishavu biri kumushengura?

Icyaha kigaragarizwa mu bucamanza: Twemera ko ubucamanza butagira aho bubogamira mu gushaka ukuri aribwo bwonyine bufite ubushobozi bwo gutanga ubutabera. Nta n’umuntu n’umwe wundi ubifitiye uburenganzira, kabone n’ubwo yaba akomeye ate muri politiki.

Umubyeyi wacu ntabwo yihishe. Nta rukiko rwigeze rumushaka ngo rumubure. Ntiyigeze ahwema gutangariza amahanga yose ko yiteguye kwitaba urukiko rwose rwo mu gihugu abarizwamo cy’Ubufaransa igihe cyose ruzumva rumukeneye. Tuboneyeho no gusaba abirirwa bamwandagaza ko bamuha amahoro bakareka inzego z’ubutabera, niba barazitabaje, zigakora akazi kazo.

 Amategeko agenga ikiremwa muntu bita mu gifransa «Déclaration Universelle des Droits de l’Homme», yashyizweho n’umuryango w’abibumbye, ntabwo yemera ko umuntu afatwa nk‘igicuruzwa, agatotezwa ndetse akaba ashobora kuguranwa inyungu z’agatsiko aka n’aka, amafaranga cyangwa ibintu ibyo ari byo byose.  https://www.un.org/fr/universal-declaration-human-rights/. Igituma tugombye kubyibutsa ni uko duhereye ku byo tubona mu nzego z’ikwirakwiza amakuru, Perezida w’Ubufransa asa n’ushaka kugira umubyeyi wacu kimwe mu biguzi Perezida w’u Rwanda yamuciye kugira ngo ibyo bihugu byombi bishobore gutsura umubano umaze igihe uri mu mahindure.

Icyo twifuza :

  • Dufitiye icyizere inzego z’ubutabera z’Ubufaransa. Nizo zishobora gukemura ikibazo cy’ibirego byose bamuhimbira. Turahamya ko zitazabura gusanga ko ari umwere koko.
  • Dusabye abantu bose bazi ukuri ku bahanuye indege ko badufasha kugushyira hanze, maze uwakomye imbarutso akagaragara kandi agashyikirizwa ubucamanza.
  • Twifuza ko abanyarwanda twashyira imbere gushaka ukuri n’ubutabera ku byabaye mu Rwanda tutabangamirana. Ni byo nzira y’ubwiyunge nyabwo.
  • Ikwirakwiza ry’ibihuha no gusebanya bihagarare maze umubyeyi wacu agire amahoro. Aha ageze mu zabukuru, abone igihe cyo kwiyitaho we n’umuryango we. Buri wese afite uburenganzira bwo kuba aho ashaka mu mahoro n’umutekano.
  • Abanyarwanda bicare bashyire hamwe bashake ubumwe n’ubwiyunge aho guhora bashyamirana bakanahimbirana ibyaha bitigeze bikorwa.
  • Ifatwa, irigiswa n’ iyicarubozo ku banyarwanda bya buri munsi rigomba guhagarara hagashyirwa imbere ingamba zihuza Abanyarwanda aho kubatanya.

Dushimiye abadufasha bose muri uru rubanza rwo gushaka ukuri.  Imana ibahe umugisha

Bikorewe i Paris kuri 20/06/2021.

Umuryango wa Habyarimana.

Jenoside yakorewe abahutu muri Komine Mabanza: Ni nde wishe HAKIZIMANA Appolos?

Hari abantu babaye kuri iyi si bakagira ibyo bayisigaho nk’urwibutso, ku buryo umuntu wese uzabaho nyuma yabo azajya abibuka, akabafataho urugero, cyangwa akishimira ko akomoka mu muryango wamenyanye na bo. Bamwe muri abo bantu bagize amahirwe yo gusiga amafoto ku buryo uwo ari we wese yabibuka, bagira imva zizwi bashyinguwemo, ubishoboye akaba yashyiraho ururabyo. Hakizimana Appolos ni umwe mu bantu benshi ushobora gushakira ifoto ukazarinda urangiza ubuzima bwawe utarusa ikivi watangiye. Impamvu? Yishwe na FPR-Inkotanyi muri jenoside yakorewe abahutu. Abasigaye bo mu muryango avukamo bahorana ubwoba bwinshi bwo kumuvuga ngo batabizira.

Hakizimana Appolos ni muntu ki?

Ni mwene Hakizimana Déogratias na Léonilla akaba umwana wa kabiri mu muryango w’abana umunani. Yavukiye i Mushubati ahahoze hari ikigo kizwi nka Foyer. Aha niho habaye Komine ya mbere mu gihe Repubuika yasimburaga ubwami, mu bwitange bukomeye bw’abakurambere ba Parmehutu. Se umubyara wo mu bwoko bw’abahutu yari umukozi wa Leta (Umunyamabanga wa Komine) nyuma yo kurangiza imirimo nk’umusirikare mu ngabo z’igihugu zahanganye n’ibitero by’Inyenzi. Mu gihe cy’intambara yatangijwe na FPR – Inkotanyi mu mwaka wa 1990, Bwana Hakizimana Déogratias yari umunyamabanga wa Komine Mabanza. Umufasha we, Leonilla (nyina wa Appolos) akomoka mu bwoko bw’abatutsi. Appolos yize mashuri yisumbuye i Nyamasheke arangiza mu mwaka wa 1991 ahita atangira kwigisha mu mashuri abanza. Yari azwiho kuba umusore mwiza, ugendera amafiyeri, agakundwa n’abakobwa bose, akamenya gukina neza umupira w’amaguru, ndetse yakinaga mu ikipe ya Segiteri Mushubati.

Kuri njye, Appolos yari nka mukuru wanjye. Ababyeyi be n’abanjye bari inshuti cyane, ndetse mushiki we witwaga Ingabire Immaculée ( atari inshinzi y’i Bwami ariko) mama yari yaramubyaye muri batisimu. Undi mushiki we mutoya witwaga Kaneza Rosine, twari mu kigero kimwe, tukanuzura by’abana.

Nyuma y’ihanurwa ry’indege ya Habyarimana, Hakizimana Déogratias yakoze uko ashoboye ngo arwane ku mugore we ( nk’uko twabivuze haruguru, ni umututsikazi). Yanahishe kandi arokora abatutsi benshi cyane bamuhungiyeho, abandi akajya kubakura mu mibyuko y’amasaka akabacumbikishiriza. Igihe abasirikare b’Abafaransa bageraga i Goma, Hakizimana Déo, yatangiye kujya aherekeza abatutsi yari yarahishe hirya no hino akabageza mu Bafaransa. Nk’umuntu wari warabaye umusirikare akaba kandi umunyamabanga wa Komine, yari yarasabye gutunga imbunda arayihabwa, akaba ari nayo yamufashije mu kurinda umuryango we, no kurokora abatutsi benshi. Muri Nyakanga 1994, Déogratias Hakizimana n’umuryango we wose bahungiye muri Zayire, batura mu nkambi ya Kashusha. Ababaye muri quartier ya 6 baramwibuka. Icyo gihe njye nari ntuye muri quartier ya 12 mbere y’uko njya mu zindi nkambi. Nyuma yaje gucyurwa ku ngufu mu gihe inkambi zasenywaga mu mwaka wa 1996, ageze mu Rwanda ahita afungwa, aza gucibwa urubanza rwa munyangire akatirwa burundu, n’ubu aracyafunzwe.

Hakizimana Appolos yishwe ate? yazize iki?

Appolos akigera kuri Collège Alfajiri muri Zayire, yasezeye ku babyeyi be avuga ko we atashye mu Rwanda, ko akeka ko FPR ntacyo izamutwara. Yageze i Mabanza ntiyatinda i Mushubati, ahita ajya gutura i Kigali hamwe na bashiki be bo kwa se wabo. Ni bwo yaje gutangira umwuga w’ubunyamakuru, ndetse aza gushinga ikinyamakuru akita Umuravumba. Abazi uburyo umuravumba urura ariko ugakiza indwara nyinshi, bahita bumva icyerekezo uyu musore ari yihaye.

Muri icyo gihe Komine Mabanza yategekwaga na Bwana ABIMANA Mathias, umututsi warokotse jenoside. Ababaye i Mabanza muri ibyo bihe baribuka umubare utagira ingano w’abahutu bishwe ku itegeko ry’Abimana muri jenoside yakorewe abahutu. Muri aba , sinabura kuvuga abo mu muryango wanjye bishwe urw’agashinyaguro, n’abaturanyi bishwe gusa bazira ko ari abahutu. Bayahore Benoit yari data wacu, yari umucuruzi kuri centre ya Mushubati hepfo y’ikigo nderabuzima. Yishwe atwikishijwe amapine hamwe n’abantu barenga ijana. Biciwe mu nsi ya Paruwasi Mushubati, hepfo ya centre “Mubyiruke” imbere y’ishuri ryari CERAI ryaje kuba iryisumbuye ryayoborwaga n’ababikira ba Mutagatifu Faransisiko w’Asizi. Abandi bishwe ni, Boasi Gakombe, Ndindabahizi Stefano, Ukunzwenabake, Hitimana Gaspard, n’abandi benshi cyane.

Abandi bagiye bicirwa muri kasho ya Komine, n’ikigo cya IGA (Ikigo Gihugura Abaturage) cya Rubengera. Burugumesitiri Abimana Mathias, yoherezaga abasore b’abatutsi kujya mu byo bitaga “gukora”, akabaha imbunda, bakajyana n’abari mu gisirikare cy’Inkotanyi na ba Kadogo. Baragendaga bagafata umusore wese n’umugabo bagahondagura bakabohera amaboko mu mugongo, bakagenda babakubita kugeza kuri Komine Mabanza, Abimana agahita aza kureba abaje uko bangana agategeka ko bashyirwa muri kasho. Iyo bwamaraga kwira, ba basore baragarukaga, bakajya barobamo abo bajyana kwica urubozo kugeza banogotse. Iyo bwacyaga mu gitondo, abagore bazaga gusura abagabo babo bazanye ibyo kurya. Uwasangaga uwe yapfuye, yasabwaga gusubirayo gushaka amafaranga kugira ngo bamuhe umurambo we. Bakakwicira no kuguha umurambo ukawugura. Ntikica kagira mubi!

Appolos akimara kumenya ibiri kubera iwabo ku ivuko, yanyarukiyeyo ajya kubaza abaturanyi bamuha amakuru yose. Icyo gihe yasohoye nimero yavugaga kuri ubwo bwicanyi abasirikare ba FPR Inkotanyi bafatanyagamo n’abasivili b’abatutsi. Iyo nimero ikimara gusohoka, Appolos yahise ashyirwa ku rutonde rw’abantu bagombaga kwicwa vuba. Mbere y’uko yicwa, Appolos yari yanditse indi nimero yavugaga amazina y’abantu bari bafite uruhare mu iyicwa ry’abahutu bo muri Komine Mabanza. Abimana yakoze uko ashoboye abifashwamo n’abasirikare iyo nimero yose ifatirwa itarakwira ahantu hose. Nuko tariki ya 10 Mata 1997, ahagana mu ma saa mbiri z’umugoroba, abantu batatu bambaye ibikote birebire batangira Appolo atashye i Nyamirambo, umwe muri bo aramurasa ahita apfa. Icyo gihe abo mu muryango we bose bari bakiri muri Zayire, baje kumenya iyo nkuru batashye.

Hakizimana Appolos yishwe na nde?

Ndi uburozi Gasirabo yasize buzamara abahutu”, iki ni icyivugo cy’umwe mu bahitanye Appolos HAKIZIMANA. Azwi nka Bitemeri, akazina yari yarahawe akiri mutoya kubera iminwa ye yari iteye nk’umutemeri w’inkangara, maze ababyeyi be bakamubyinirira bati ni Bitemeri, rimufata rityo. Ubusanzwe amazina ye ni Karenzi Théoneste mwene Gasirabo Boniface (RIP) na Mukankwiro Véronique ( RIP), ubu ni umugabo. Yari umwe mu bana Abimana yari yarahaye uruhushya rwo kwica abahutu. Mu kubica, Karenzi yabashinjaga ko ngo aribo bamwiciye umuryango nyamara bizwi neza ko muryango we wiciwe muri stade ku Kibuye. Aho muri stadeya Kibuye izwi ku izina rya Gatwaro ni ho yarokokeye, aza guherekezwa na Hakizimana Déogratias amugeza mu Bafaransa aho yagumye kugeza yinjiye muri Kadogo za FPR. We ubwe yaje kwigamba uburyo yishe Appolos HAKIZIMANA. Yishe n’abandi benshi tuzagarukaho ubutaha. Muri iki gihe akora mu biro bikuru by’ubushinjacyaha akaba ashinzwe guhimba amadosiye no gutoza abajya gushinja abahutu ngo bakoze jenoside. Akenshi nawe ajyana n’abajya gushinja ibinyoma ndetse we na Abimana bari mu itsinda ryagiye gushinja Bagirishema Ignace wabaye Burugumesitiri mbere ya 1994, bageze mu rukiko rwa Arusha, abunganira Bagirishema babahata ibibazo bata umutwe, uwaregwaga aba umwere, dore ko nta n’ikibi uwo mugabo w’inyangamugayo azwiho muri Mabanza yose, ngo kuba umuhutu ni cyo cyaha cye.

Karenzi Théoneste yarokowe na Hakizimana Déogratias, amwitura kumwicira ikirondamfura no kumufungisha burundu y’umwihariko. Koko uwiturwa ineza n’uwo yayigiriye aba agira Imana.

Abimana Mathias, ni we kizigenza muri ubu bwicanyi. Koko rero, yari amaze imyaka itatu ariwe uha amabwiriza abasore b’abatutsi ngo bajye kwica abahutu. Nawe ubwe bivugwa ko hari abo yiyiciye harimo umugabo wari waramurokoye akamutwara mu bwato akamwambutsa ikiyaga cya Kivu. Uwo mugabo yatahutse avuye muri Zayire yumvise ko Abimana ari we Burugumesitiri arishima ati ninjye wamurokoye azamvuganira. Nyamara si ko byagenze. Nyuma yo kuva ku butegetsi bwa Komini, Abimana afite ijambo rikomeye ahahoze ari muri Komine ye, kandi FPR yamugororeye kuyobora amashyirahamwe y’abahinzi ba Kawa , umuhungu we agabirwa kuyobora ikigo cya RBC (Rwanda Biomedical Centre) nyamara bizwi ko ari umuswa cyane.

Abimana Mathias yishe abahutu batagira umubare muri Mabanza na Rutsiro.

Muri iyi minsi abatutsi bahoze mu Rwanda mbere y’umwaduko wa FPR Inkotanyi bakomeje kwitandukanya na yo, ndetse bakayamagana ku bwicanyi bwa jenoside yakorewe abahutu. Binubira uburyo abahutu bagirirwa nabi kandi wareba ugasanga ahubwo abahutu bakoze ubwicanyi aribo bakorana neza na FPR. Kizito yaririmbye igisobanuro cy’urupfu aricwa, Idamange Iryamugwiza yamaganye ubucuruzi bukorerwa amagufa y’abazize jenoside y’abatutsi none arafunzwe, Aimable Karasira yamaganye FPR yamwiciye ababyeyi none nawe arafunzwe. Aho bukera, nimubona umuntu warokotse jenoside yakorewe batutsi wanze kwitandukanya nayo, mujye mugira amakenga: aba yaragize uruhare muri jenoside yakorewe abahutu, akaba afite ubwoba ko FPR niva ku butegetsi agahuru k’imbwa kazaba gahiye. Abantu nka ba Abimana Mathias, umuhungu we Nsanzimana Sabin, Karenzi Théoneste alias Bitemeri, n’abandi bafite amaraso y’abahutu ajejeta ku biganza byabo, ni bo bazasigara ari abayoboke ba FPR. Koko babivuze ukuri ngo ibisa birasabirana.

Biracyaza…

Chaste GAHUNDE

Ikibazo hagati y’abahutu n’abatutsi bo mu Rwanda nta kugica ku ruhande.

Ikibazo hagati y’abahutu n’abatutsi bo mu Rwanda nta kugica ku ruhande.

Ndashimira Bwana NKULIYINGOMA Jean Baptiste watanze igitekerezo ku nyandiko ya Amiel NKULIZA (Ibihe turimo: Gupfukirana ukuri kw’amateka yacu bimariye iki abayobozi ba «Rwanda Bridge Bulders-RBB»?). Mu gisubizo cye, (Nunganire Amiel Nkuliza ku kibazo cy’imibanire y’abahutu n’abatutsi mu masezerano ya ARUSHA) Bwana NKULIYINGOMA avuga ko abona ikibazo hagati y’abahutu n’abatutsi kitirengagijwe mu masezerano y’Arusha. Ibi akabishingira ko mbere y’uko amasezerano ashyirwaho umukono, impande zombi zari zihanganye (FPR-Inkotanyi na Leta y’u Rwanda) zabanje kwemeranywa ku mahame y’igihugu kigendera ku mategeko (Etat de droit /Rule of Law). Ikinzinduye uyu munsi, ni ukwerekana ko kubaka igihugu kigendera ku mategeko byonyine bidahagije ngo bikemure ikibazo hagati y’ibyo bice bibiri by’abanyarwanda ari byo abahutu n’abatutsi.

Icyo kibazo giteye gite ?

Mu by’ukuri iyo witegereje usanga ikibazo hagati y’abahutu n’abatutsi gishingiye ku butegetsi. Mu myaka yose Abatutsi bategetse igihugu, byiswe ko nta kibazo cyari kiriho kugeza igihe abahutu nabo basabye kwinjira mu myanya y’ubuyobozi/ubutegetsi. Aha ni ho abigiza nkana bahera bashima ubutegetsi bwa cyami mbere y’umwaduko w’abazungu, bakagira bati mu gihugu nta bibazo by’amoko byari bihari. N’uyu munsi wa none, abahutu baramutse bicecekeye ntibasabe uburinganire n’abatutsi hari abavuga bati nta kibazo Hutu -Tutsi kiriho ! Gusa rero aho ibihe bigeze abahutu bamenye ko nabo bafite uburenganzira bwo kujya mu myanya y’ubutegetsi kandi ntibazahwema gusaba ko ubwo burenganzira bwubahirizwa. Iki kibazo rero gishingiye ku buringanire bw’amoko imbere y’amategeko, uburinganire mu gusaranganya ibyiza by’igihugu byose.

Mu gushaka gupfukirana ibyo abahutu basabaga mbere ya revolisiyo ya rubanda (1959-1962), abagaragu b’ibwami babanje kuvuga ko ntacyo bapfana n’abahutu, ko bo ari ibimanuka byaje gutegeka, abahutu bakaba abasangwabutaka bagomba gutegekwa, ko abagabana ari abava inda imwe. Ibi ariko ntibyaciye intege abaharaniraga uburenganzira bw’abahutu, bigeza aho umwami azanye andi mayeri, avuga ko nta moko ahari ko u Rwanda rutuwe n’inyabutatu nyarwanda. Yibagirwa ko ubwabyo iyi nyito yamutamazaga : kuki ari inyabutatu ntibe inyabutanu cyangwa butandatu ? (ubutatu ni Hutu, Tutsi na Twa). Kuri we, gukemura ikibazo kwari ukuvuga ko kitariho bikaba birarangiye. N’uyu munsi wa none FPR-Inkotanyi ni wo muvuno ikoresha. Ivuga ko nta moko ariho, yayavanye mu Itegekonshinga, iyasimbuza utundi tubyiniriro. Abacitse ku icumu, interahamwe, abasigajwe inyuma n’amateka, ni ibice abanyarwanda bumva bakamenya niba uri umuhutu, umutwa cyangwa umututsi.

Iyo witegereje uko ubutegetsi bw’u Rwanda bumeze muri iki gihe, uhita ubona ikibazo gikomeye : Abatutsi ni bo bonyine bari mu myanya yose ifatirwamo ibyemezo, ibigo by’imari n’ubucuruzi, inzego z’ubuyobozi bw’ingabo, ….mu gihe abahutu bakomeje kwigizwayo no gukeneshwa, kwamburwa amasambu n’ibindi. Yemwe no mu buyobozi bw’amadini, ubuyobozi ni ubw’abatutsi !

Uku kwikubira ibyiza by’igihugu ni ikibazo gikomeye cyane gikwiye kwitonderwa.

Arusha yarakirengagije : kubaka igihugu kigendera ku mategeko byonyine ntibihagije

Bwana NKULIYINGOMA yemeza ko ubwo Arusha yemeraga ko hajyaho igihugu gishingiye ku mahame yubahiriza amategeko (Etat de droit/ Rule of law) ubwo yari ikemuye ikibazo hagati y’abahutu n’abatutsi ndetse agasoza agira ati : « Muri make, umuti wari wavugutiwe Arusha ntabwo ari uwo gusuzugura. Njyewe nkeka wenda amaherezo ariwo tuzagarukaho ».

Kubaka igihugu kigendera ku mategeko ntibihagije ngo ikibazo hagati y’abahutu n’abatutsi gikemuke. Hakwiye ingamba zikakaye kandi zidaca ku ruhande ikibazo ubwacyo. Ntushobora gukemura ikibazo udashatse no kukivuga. “Ushaka gukira indwara arayirata”. FPR ntiyashakaga ko ikibazo Hutu -Tutsi kivugwa ni nayo mpamvu Kanyarengwe w’umuhutu yashyirwaga imbere ngo asinyane amasezerano na Habyarimana w’umuhutu, bityo bigaragare ko nta kibazo Hutu -Tutsi. Ntabwo FPR-Inkotanyi itandukanye na Lunari (UNAR) ishyaka ry’umwami, wa mwami wabonaga ko abahutu badakwiye gusaba kujya mu butegetsi. Iyi UNAR (RANU mu cyongereza) niyo yahindutse FPR-Inkotanyi mu mwaka wa 1987. Utaziga amateka azasigara !

Arusha yaravugaga ngo ikibazo Hutu-Tutsi ni kimwe mu bibazo byari biriho, kandi koko byari ukuri. Ariko si ikibazo gishobora kubonerwa umuti ngo ni uko ibindi byakemutse, kuko aho ibihe byari bigeze ndetse kugeza n’uyu munsi ibyo bibazo bindi si byo bituma abahutu n’abatutsi bashyamirana. Muti gute? Buriya n’iyo wafata u Rwanda ukarushyiramo demokarasi, buri wese agahabwa uburenganzira bwe, agakora umurimo yatsinze ibizamini kurusha abandi (méritocracie), ubukungu ukabufungura ( libéralisation), ubutegetsi bugatandukana ( séparation des pouvoirs), ubutabera bukigenga, amategeko yose akubahirizwa, ntiwaba utanze igisubizo gikwiye. Kubera ko kuva abahutu basaba uburenganzira bwabo mu myaka ya za 1950, abatutsi bashyizwemo ibitekerezo ko abahutu babanga. Intambara y’inyenzi, iya FPR, ubwicanyi bwibasiye abahutu, ubwibasiye abatutsi, ibi byose byatumye intera itandukanya abahutu n’abatutsi iba ndende. Ubashyize mu matora asesuye, abahutu batora umuhutu, abatutsi bagatora umututsi, bityo kubera ko abatutsi ari ba nyamuke, ntibazagera ku butegetsi. Aha niho ruzingiye. Abatutsi babangukirwa no gutegekesha imbunda kurusha demokarasi kuko ibakandamiza kabone n’iyo igihugu cyaba kigendera ku mategeko. Hari n’abatekereza bati ubwo abahutu ari benshi uwagenda abica gahoro gahoro tukazagera aho basigara aribo bakeya. Simbona ko kwica abantu ari ugukemura ikibazo mu buryo bwiza.

Ku kibazo kimaze kuba nk’igiti cy’inganzamarumbo hakenewe igihe kirekire ngo gikemuke tugere aho kugendera ku mategeko byonyine biba bihagije. Ihame rya “démocratie consensuelle” (demokarasi irimo ibirungo) hagati y’abahutu n’abatutsi nemera ko ryadufasha mu gihe cyo kubaka icyizere hagati y’abanyarwanda nibura mu gihe cy’imyaka 30. U Rwanda si rwo rwonyine rufite ba nyamuke bakwiye kurindwa, twakwigira ku bandi. Ubutaha nzabagezaho umushinga wa demokarasi y’impanga ishyaka ISHEMA rigeza ku Banyarwanda ngo bawutangeho ibitekerezo.

RBB nikora nka Arusha tuzaba dusubiye inyuma ho imyaka 30 kandi bizatugora. Kwicara mu Gacaca ni ngombwa mbere y’uko abantu bagira icyo bafatanya.

Source: Umunyamakuru.com

Lettre de l’abbé F. Rudakemwa au secrétaire exécutif de la CNLG

Fort-Coulonge, le 12 juin 2020

A Monsieur le Secrétaire Exécutif de la CNLG

P.O. Box 7035, Kigali-Rwanda

Monsieur le Secrétaire exécutif,

Je voudrais réagir au volumineux rapport de recherche (502 pages) que votre commission a publié en 2019. Son titre est « Le génocide des Batutsi dans l’ancienne préfecture de Cyangugu ». Ma première réaction est de rendre hommage à toutes les victimes de cette tragédie, de souhaiter que les coupables soient punis et qu’aucune personne innocente ne soit accusée injustement. À propos des accusations infondées, je voudrais :

  1. Dénoncer l’obstination de ce rapport
  • à traiter de génocidaires tous les Bahutu de tous les temps et de tous les lieux;
  • à vouloir faire du génocide des Batutsi une clef de lecture de l’histoire du Rwanda en général, et de l’ancienne préfecture de Cyangugu en particulier.
  1. Me demander si nous ne serions pas en face d’accusations en miroir.
  2. Réfuter les insinuations et les mensonges que ce rapport profère contre ma personne.

« Je déteste ce que tu dis, disait Voltaire, mais je me ferais tuer pour que tu puisses toujours le dire ».

Ainsi je pourrai dire moi aussi ce que je pense et « du choc des idées jaillira la lumière ».

Je vous souhaite, Monsieur le Secrétaire exécutif, bonne réception de ce document.

Abbé Fortunatus Rudakemwa


Sigles et abréviations

AFP : Agence française de presse

APR : Armée patriotique rwandaise

CDR : Coalition pour la défense de la République

CNLG : Commission nationale de lutte contre le génocide

C.R.I.S.P : Centre de recherche et d’information socio-politique

CSP : Conseil supérieur du pays

FAR : Forces armées rwandaises

FPR : Front patriotique rwandais

HCR : Haut-commissariat des réfugiés

IBUKA : (Souviens-toi) : Association des rescapés du génocide des Tutsi au Rwanda

Inyenzi: Ingangurarugo yiyemeje kuba ingenzi (Vaillant combattant déterminé à être toujours le meilleur).

Lett.enc : Lettre encyclique

MDR : Mouvement démocratique républicain

ONU : Organisation des nations unies

PDC : Parti démocrate-chrétien

PSD : Parti social-démocrate

RADER : Rassemblement démocratique rwandais

UNAR : Union nationale rwandaise

UPRONA : Union pour le progrès national


 I. Coller à tous les Bahutu l’étiquette de génocidaires

Monsieur le Secrétaire exécutif,

Le premier grand défaut de votre rapport est l’obstination à traiter de génocidaires tous les Bahutu de tous les temps et de tous les lieux. En peu de mots, « le virus de haine et de génocide contre les Batutsi est congénital et héréditaire chez les Bahutu ». Son deuxième défaut, corollaire du premier, c’est l’acharnement à faire du génocide des Batutsi en 1994 au Rwanda une clef de lecture de toute l’histoire du pays. Ce double défaut est tellement grave qu’il rend votre rapport odieux, digne d’être relégué aux oubliettes, pour ne pas dire à la poubelle, et de là passer au déchiqueteur.

J’avais déjà abordé le sujet en 2011 et j’écrivais alors ce qui suit :

Le peuple rwandais comprend trois groupes ethniques : les Bahutu, les Batutsi et les Batwa. Il est généralement admis que les Bahutu constituent 85% de la population, les Batutsi 14% et les Batwa 1%. Même en admettant de larges marges d’erreur, les Bahutu ne pourraient pas être moins de 80%, les Batutsi ne pourraient atteindre le seuil des 20%, ni les Batwa celui des 2%.

Le génocide de 1994 au Rwanda a été perpétré par des miliciens majoritairement Bahutu, mais ce ne sont pas tous les Bahutu qui se sont rendus coupables du crime de génocide comme voudraient l’accréditer la propagande, l’idéologie et la justice officielles actuellement en cours au Rwanda. Si tous les Bahutu s’étaient levés comme un seul homme et s’étaient mis tous ensemble à « génocider » les Batutsi, de ces derniers, pas un seul n’aurait survécu. Le résultat aurait été le même si la seule moitié des Bahutu s’était livrée aux massacres que la communauté internationale a qualifiés à juste titre de génocide.

Aujourd’hui, les prisons « connues » du Rwanda abritent 120.000 Bahutu accusés de génocide. Quand ils entrèrent en fonction, les tribunaux d’exception « Gacaca » se proposaient de juger 800.000 personnes pour le même crime. Le total de ces « génocidaires » s’élèverait alors à 920.000 personnes, auxquels viendraient s’ajouter ceux qui sont détenus dans les prisons et les cachots secrets et privés, ainsi que les 44.000 autres qui, au dire du gouvernement de Kigali, sont en cavale partout dans le monde et qu’une commission « ad hoc » créée le 14 novembre 2007 doit traquer par tous les moyens et ramener au pays morts ou vifs. Si un contingent aussi nourri, avec tout le temps libre dont il disposait pour sa sale besogne (100 jours : du 6 avril au 4 juillet 1994), s’était mis à l’œuvre, aucun Mututsi ne serait resté en vie.

Il y a eu le génocide des Juifs perpétré par les Nazis ; mais on n’a jamais entendu que tous les Allemands soient des génocidaires. Pourquoi est-ce que tous les Bahutu devraient l’être ? Est-il possible qu’il y ait plus de génocidaires au Rwanda, où les victimes se chiffrent à moins d’un million, que chez les Nazis où le nombre des victimes dépasse de loin les six millions ? [i]

Pour étayer votre thèse et son corollaire, vous passez en revue les tueries interethniques qui ont émaillé l’histoire du Rwanda, surtout depuis 1959 jusqu’en 1994, mais aussi avant et après cette période de temps.

Monsieur le Secrétaire exécutif,

Un examen dépassionné du contexte et du déroulement de ces tueries montre que vous avez tort, que votre thèse est fausse, tandis que son corollaire est à la fois erroné et extrêmement dangereux pour le présent et le futur de la société rwandaise. Dans les lignes qui suivent, je voudrais procéder avec vous à cet examen dépassionné.

I.1. De 1994 à aujourd’hui

Commençons par les massacres de 1994 que la communauté internationale a qualifiés à juste titre de génocide. Ces massacres ont fait plus de victimes du côté des Bahutu que du côté des Batutsi. Et pour cause, dans une grande partie du Rwanda, les miliciens Interahamwe (pas tous les Bahutu) massacraient autant de Batutsi qu’ils pouvaient sans épargner les Bahutu de l’opposition. D’ailleurs les Interahamwe ont commencé d’abord par ces derniers.

De l’autre côté, dans la partie du Rwanda qu’elle contrôlait, l’APR (et non tous les Batutsi) massacrait autant de Bahutu innocents qu’elle pouvait. Elle a continué à le faire sur tout le territoire rwandais au fur et à mesure qu’elle progressait dans le cadre de sa guerre totale et finale contre les FAR. Pour des raisons difficiles à comprendre, elle massacrait aussi des Batutsi, omettait de leur porter secours alors qu’elle le pouvait et encourageait même les massacres dont ils étaient victimes. Les foules épuisées qui marchaient à pied sur les routes du Rwanda en 1994 en direction du Zaïre étaient constituées en très grande partie de rescapés, de témoins oculaires ou auriculaires des atrocités du FPR. Elles n’étaient pas constituées de criminels fuyant l’avancée du FPR. Loin de là.

Au mois de mai 1994, c’est une délégation du FPR à l’ONU qui s’est opposée à l’envoi par l’organisation d’une force internationale au Rwanda pour stopper net ces massacres. Ils venaient de durer un mois, ils allaient durer encore deux mois de trop (puisqu’officiellement ils finiront en juillet 1994) à cause de l’entêtement du FPR.

Rappelons qu’ils ont été causés par l’assassinat le 06 avril 1994 des présidents Juvénal Habyarimana du Rwanda, Cyprien Ntaryamira du Burundi et de leurs suites dans les circonstances que vous connaissez. Vous n’ignorez pas que le même jour (le 06 avril 1994), les présidents Mobutu Sese Seko du Zaїre et Daniel Arap Moi du Kenya, ainsi que leurs suites, devaient eux aussi être assassinés. C’était seulement cinq mois après l’assassinat ignoble de Melchior Ndadaye, premier président démocratiquement élu du Burundi. Toutes ces victimes ont en commun le fait d’être des Bantous, peuple africain dont les Bahutu constituent un sous-groupe. Avant de présumer que ces chefs d’États auraient été tués (ou qu’ils étaient sur le point d’être tués) par leurs congénères, génocidaires de nature, je n’y réfléchirais pas sept fois seulement, mais bien mille fois.

I.2. De 1990 à 1994

Depuis le 1er octobre 1990, jour du déclenchement de sa guerre de reconquête à partir de l’Ouganda, le FPR se livrait à de sporadiques massacres de Rwandais, surtout des Bahutu. Depuis cette date, les pionniers des futures milices « Interahamwe » faisaient de même au détriment des Batutsi, sans épargner certains Bahutu. Avec cette grande différence que l’APR commettait des crimes presque parfaits. Aux yeux de l’opinion, elle parvenait à les adosser aux forces gouvernementales ou aux milices. D’autres fois, elle subtilisait les corps des victimes pour aller les enterrer et/ou les incinérer dans des endroits accessibles à ses seuls agents et membres.

Monsieur le Secrétaire exécutif,

Au vu du contexte et du déroulement des massacres qui endeuillent le Rwanda depuis 1990 jusqu’aujourd’hui, au pays et partout ailleurs dans le monde, comment osez-vous stigmatiser tous les Bahutu et seulement les Bahutu ?  « On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps », disait Abraham Lincoln. La vérité est en train d’émerger chaque jour davantage et rien ne l’arrêtera.

I.3. En 1973

Avant 1990, une précédente vague anti-tutsi avait soufflé sur le Rwanda au premier trimestre de 1973. Des « Comités de Salut Public » chassèrent les Batutsi des écoles, du monde du travail et de la fonction publique. Certains furent même tués, beaucoup d’autres prirent le chemin de l’exil. C’étaient des manœuvres combinées par un groupe de militaires visant à affaiblir encore d’avantage le régime du président Grégoire Kayibanda en vue de le renverser par un coup d’État, comme cela arrivera de fait le 05 juillet 1973.

Ces tristes événements ne peuvent pas être pris comme preuve infaillible d’une haine éternelle de la part des Bahutu à l’égard des Batutsi. Il suffit pour s’en convaincre de ne pas perdre de vue deux faits.

Le premier est que les membres des « Comités de Salut Public » s’en prenaient aussi aux étudiants Bahutu du centre et surtout de Gitarama, préfecture d’origine du président Grégoire Kayibanda. Le second fait est l’ampleur nettement plus étendue du génocide survenu quelques mois auparavant au Burundi (Pentecôte 1972), au cours duquel les éléments exclusivement tutsis de l’armée nationale burundaise et de la jeunesse Louis Rwagasore, jeunesse du parti UPRONA, massacrèrent entre 300.000 et 500.000 Bahutu, tous âges et toutes catégories confondus[ii]. Là, il y avait de la haine ethnique, oui.

I.4. En 1959

Monsieur le Secrétaire exécutif,

Vous croyez trouver un argument massue en faveur de votre thèse dans les violences qui ont marqué la Révolution sociale de 1959 au Rwanda. Ignorez-vous que ces violences ont fait plus de morts du côté des Bahutu que du côté des Batutsi? Cela est dû au fait qu’elles n’ont pas été déclenchées par des leaders Bahutu « assoiffés de pouvoir ». Non. Elles ont été lancées par des milices royales à l’antique (Ingabo z’umwami) mises sur pied par des caciques Batutsi qui ne voulaient entendre parler ni de démocratie, ni de justice sociale, ni de partage du pouvoir et encore moins de renoncer à des privilèges mal acquis. Ils ont été les premiers dans l’histoire du Rwanda à dresser et à publier (afficher) des listes d’autres Rwandais, leurs compatriotes, à abattre.

La contre-attaque révolutionnaire ne s’en est pas prise aux Batutsi indistinctement, mais plutôt aux extrémistes qui étaient à la tête des milices royales et à ceux qui s’étaient montrés toujours brutaux et impitoyables dans l’exercice de leurs fonctions héréditaires. Elle a aussi renvoyé chez eux les représentants du roi que, au cours des années 1920-1930, l’autorité coloniale belge avait parachutés dans les entités autonomes hutu de l’ouest et du nord du Rwanda.

Pris de peur et pensant que leur sécurité n’était pas garantie, d’autres Batutsi qui n’étaient pas visés par la contrattaque révolutionnaire ont choisi de prendre le chemin de l’exil. Leurs voisins Bahutu les protégeaient, les accompagnaient jusqu’à la frontière, portant parfois leurs bagages et autres effets sur la tête. Certains Bahutu passaient même la frontière avec eux. Les uns et les autres étaient convaincus que l’exil serait de courte durée. C’était sans compter avec l’intransigeance et le jusqu’auboutisme de l’UNAR. Monsieur le Secrétaire exécutif, vous vous rendez compte que, à moins d’être d’une profonde mauvaise foi, personne n’oserait dire que les violences qui ont marqué le Révolution sociale de Novembre 1959 plaident en faveur de votre thèse.

D’autres nombreux Batutsi quitteront le Rwanda de leur propre gré après le 28 janvier 1961, date à laquelle le Rwanda est devenu une république dirigée par des leaders Bahutu. Pour ces Batutsi là, il était tout simplement impensable de partager le pouvoir avec les Bahutu et encore moins vivre dans un pays gouverné par eux[iii]. Certains d’entre eux rejoindront les « Inyenzi », rébellion armée regroupant une partie des durs qui étaient partis en 1959.

 I.5. De 1960 à 1967

Sans tarder, dès 1960 déjà, ces Inyenzi menaient des incursions terroristes à différents points du territoire rwandais. Leur but était d’étouffer dans l’œuf la jeune république, reprendre par les armes le pouvoir qu’ils avaient perdu par les urnes, même au prix du sang : le sang des Bahutu, mais aussi celui des Batutsi restés au Rwanda considérés déjà à l’époque par leurs congénères en exil comme des traîtres et des poltrons.

Leurs incursions continueront même après le 1 juillet 1962, date à laquelle le Rwanda recouvra l’indépendance. Elles iront jusqu’en 1967. La plus célèbre et la plus meurtrière de ces incursions fut celle de décembre 1963. Monsieur l’abbé Alexis Kagame en parle en ces termes:

Pendant ce temps, sous le coup de cette attaque qui n’avait été stoppée qu’à quelques 20 km de Kigali, tout le pays fut jeté dans une terreur panique … Dans le reste du pays, les populations étaient mises en alerte. Une tentative d’invasion s’était produite, en effet, à la pointe Nord-orientale du Rwanda, venant de l’Uganda. Elle fut repoussée par la garde nationale qui lui infligea beaucoup de pertes. Une autre attaque importante des Inyenzi … eut lieu au Bugarama (Vallée de la Rusizi) en direction de Cyangugu le 1 janvier 1964. La garde nationale leur infligea encore ici une cuisante défaite. …

Par ici, par-là, les autorités préfectorales s’arrogèrent le droit du glaive dans cette atmosphère de panique. Elles arrêtèrent de nombreux notables Batutsi et Bahutu notoiremnet Unaristes et les firent exécuter sans jugement. Ici encore les règlements de compte personnels firent des victimes parmi les personnes non concernées, y compris des Bahutu. Lorsqu’on est bien placé, en effet, quoi de plus simple que d’englober dans le massacre telle personne envers laquelle on devait régler une dette importante, ou est en procès avec un ami, etc?…

En conclusion, les incursions des Inyenzi n’avaient pas auparavant provoqué des représailles que nous sachions, d’ordre ethnique à l’intérieur du pays, et elles n’en auront pas dans la suite. La catastrophe s’est concentrée sur les raids de décembre 1963[iv].

Alexis Kagame continue en précisant que ces exécutions sommaires n’ont pas eu lieu partout au Rwanda, mais seulement dans les préfectures de Cyangugu, Gisenyi, Kibungo et Gikongoro.

Monsieur le secrétaire exécutif,

Je ne pense pas que vous en sachiez plus long que Alexis Kagame, le plus grand historien que le Rwanda ait connu, un Mututsi de surcroît. À la lecture du récit qu’il fait des tristes évènements de fin décembre 1963 – début janvier 1964 dans certaines préfectures du Rwanda, il faudrait encore une fois être d’une profonde mauvaise foi pour dire qu’ils témoignent d’un esprit génocidaire et d’une haine congénitale que les Bahutu ont à l’égard des Batutsi. Un autre fait qui le montre, c’est que les prisonniers de guerre faits par les unités de la Garde nationale ont été jugés par la Cour militaire, condamnés à mort, mais graciés par le président de la république.

Le jour de la très forte attaque des Inyenzi en décembre 1963, une quinzaine de leaders des partis d’opposition se trouvaient à Kigali, réunis comme à un rendez-vous. Alexis Kagame en cite certains :

– Rutsindintwarane, président de l’UNAR;

– Rwagasana, secrétaire général du même parti et député national;

– Afrika, ministre de l’élevage et membre du même parti;

– Burabyo; membre du bureau du même parti;

– Bwanakweli, président du RADER, Ndazaro, vice-président du RADER;

– Karinda, fonctionnaire au ministère des finances.

« Certains d’entre eux furent arrêtés par machination de leurs ennemis personnels », c’est Alexis Kagame qui le dit, c’est-à-dire « à l’insu des autorités responsables » toujours selon les termes de Kagame.

Tout le groupe formé de 15 hommes en état d’arrestation fut expédié à la prison spéciale de Ruhengeri, convoyé par des fonctionnaires belges de l’aide technique. Une fois là à Ruhengeri, les prisonniers auraient été exécutés probablement le 24 décembre 1963 par ces mêmes fonctionnaires belges qui les convoyaient, soi-disant « pour venger les propos injurieux que lesdits leaders avaient naguère déclamées contre l’Administration de la Tutelle ». Ces convoyeurs furent bientôt licenciés des services du gouvernement[v]. Monsieur le secrétaire exécutif, même l’horrible massacre de ces leaders rwandais, dont Prosper Bwanakweli d’heureuse mémoire, ne permet à personne de stigmatiser tous les Bahutu. J’espère que vous êtes d’accord avec moi sur ce point.

Conclusion à la première partie.

Monsieur le Secrétaire exécutif, l’analyse des tueries interethniques qui ont eu lieu au Rwanda depuis 1959 démontre un détail qui m’a intrigué. Jamais, au grand jamais, un groupe de Bahutu, (et encore moins tous les Bahutu comme tels) n’ont pris l’initiative de les déclencher.

-Sans les agressions verbales et physiques des Unaristes, voies de fait graves, coups, blessures et meurtres accomplis par les milices royales en 1959, la Révolution sociale de cette année-là au Rwanda n’aurait pas pris une tournure violente. Le pays aurait connu une évolution pacifique.

-Sans les sporadiques attaques des tristement célèbres « Inyenzi» qui se sont échelonnées de 1960 à 1967, les massacres qui se sont produits à la même époque n’auraient jamais eu lieu.

-Nous avons vu que derrière les actions des « Comités de Salut Public» en 1973, se trouvait un groupe d’officiers qui voulaient prendre le pouvoir par les armes. Mais je ne doute pas qu’il y ait eu des étourdis qui ont emboîté le pas aux meneurs du mouvement sans connaître leur objectif, mais ayant seulement à l’esprit les massacres à très grande échelle opérés l’année précédente au Burundi par les Batutsi contre les Bahutu.

-En 1990, le problème des réfugiés rwandais était sur le point d’être résolu par voie d’une concertation très avancée entre le HCR, le gouvernement ougandais et le gouvernement rwandais. Le jour où il était prévu une réunion très importante entre les trois parties, le FPR préféra déclencher la guerre dite d’Octobre 1990 avec son cortège de massacres opérés des deux côtés des belligérants.

-Sans l’attentant du 06 avril 1994 qui coûta la vie aux victimes dont nous avons parlé ci-haut, la guerre d’Octobre 1990 n’aurait jamais dégénéré en génocide. Dire qu’on ne sait pas qui a abattu l’avion du président Juvénal Habyarimana ce soir-là du 06 avril 1994, c’est un euphémisme ou, mieux encore, un secret de polichinelle.

II. Une accusation en miroir?

Monsieur le Secrétaire exécutif,

Gardons à l’esprit l’étiquette de génocidaires que vous collez à tous Bahutus indistinctement. Gardons aussi à l’esprit l’élément très important que nous venons d’examiner à la fin de la première partie, à savoir que « Jamais, au grand jamais, un groupe de Bahutu, (et encore moins tous les Bahutu comme tels) n’ont pris l’initiative de déclencher les massacres interethniques qui ont marqué l’histoire du Rwanda depuis 1959 et 1994 ».

Procédons alors à un rapide flash-back de l’histoire du Rwanda de 1959 jusqu’aux origines. En effet, l’histoire du Rwanda ne commence, ne s’interrompt ni ne finit en 1959. Tandis que je faisais cette rétrospective, certains écrits ont retenu mon attention. Je voudrais vous les partager, Monsieur le Secrétaire exécutif, pour voir si votre thèse ne serait pas une accusation en miroir.

II.1. La charte de fondation du parti UNAR du 15 août 1959

Cette charte explique la doctrine du parti en disant entre autres ce qui suit :

L’orgueil de l’Occidental ne lui permet pas de supporter un « autre homme qui lui est égal ». … Bien que la société ruandaise soit composée d’individus de valeur très inégale, et qu’il n’est pas équitable d’accorder la même valeur à la pensée vulgaire de l’homme ordinaire qu’au jugement perspicace de l’homme capable … Bien que le suffrage universel aboutira infailliblement à l’asservissement de la minorité lettrée par la majorité inculte … Il est cependant impossible de refuser le suffrage universel aux Bahutu. … Si la minorité tutsi est vraiment capable et à la hauteur des événements, elle doit, par son énergie, influer sur l’opinion publique, étonner le monde par son organisation, sa discipline. … L’organisation immédiate de notre parti s’empressera de donner aux Bahutu et aux Batwa les mêmes droits, et en même temps s’empressera de mâter les sottises et la trahison commune aux êtres incapables de la plus élémentaire abstraction[vi].

Ce texte se passe de commentaire. Ses auteurs sont égaux aux Occidentaux et supérieurs aux autres Rwandais Bahutu et Batwa. A contrecœur et avec répugnance, ils leur donneront les mêmes droits, mais ils s’empresseront aussi de mâter les sottises et la trahison de ces êtres inférieurs.

II.2. La première lettre 17 mai 1958 des grands serviteurs de la cour au CSP.

Elle dit :

L’on peut se demander comment les Bahutu réclament maintenant leurs droits au partage du patrimoine commun. Ceux qui réclament le partage du patrimoine commun sont ceux qui ont entre eux des liens de fraternité. Or les relations entre nous (Batutsi) et eux (Bahutu) ont été de tout temps jusqu’à présent basées sur le servage ; il n’y a donc entre eux et nous aucun fondement de fraternité… Les Bahutu prétendent que Batutsi, Bahutu et Batwa sont fils de Kanyarwanda, leur père commun. Peuvent-ils dire avec qui Kanyarwanda les a engendrés, quel est le nom de leur mère et de quelle famille elle est ? L’histoire dit que Ruganzu a tué beaucoup de « Bahinza » (roitelets). Lui et les autres de nos rois ont tué des Bahinza et ont aussi conquis les pays des Bahutu dont ces Bahinza étaient rois. On en trouve le détail dans « l’Inganji Karinga ». Puisque donc nos rois ont conquis les pays des Bahutu en tuant leurs roitelets et ont ainsi asservi les Bahutu, comment maintenant ceux-ci peuvent-ils prétendre être nos frères ?” [vii]

Cet autre écrit se passe lui aussi de commentaire. Son titre est “Voici le détail historique du règne des Banyiginya au Rwanda”. Il s’acharne à justifier le droit historique et inaliénable du roi et des Batutsi à gouverner seuls le Rwanda parce qu’ils l’ont conquis.

II.3. La deuxième lettre 18 mai 1958 des grands serviteurs de la cour au CSP[viii].

Au lendemain de la première lettre, les mêmes grands serviteurs de la cour retournèrent à la charge et enfoncèrent encore davantage le clou. Ils adressèrent au roi et aux membres du CSP une autre lettre par laquelle ils s’opposaient énergiquement à tout projet de changement du régime foncier au Rwanda. “Nous vous exposons, disent-ils, nos doléances à propos des « ibikingi » et des « amasambu » [latifundia], propriétés exclusives de leurs possesseurs comme le Rwanda est propriété exclusive du roi”. Ils proposaient que les paysans sans terres soient encouragés à s’exiler vers les pays limitrophes ou à déménager pour aller occuper certaines zones insalubres et peu hospitalières à l’intérieur du Rwanda.

II.4. Inganji Karinga

Des trois documents ci-haut analysés, le message est clair : « Pas de partage, ni du pouvoir, ni des terres, ni du patrimoine commun entre les Batutsi et les autres Rwandais (Bahutu et Batwa ». Pourqoui ? Parce que les plus éminents parmi les Batutsi, les Banyiginya, sont d’origine céleste : une légende à dormir debout[ix]. Les détenteurs de cette idéologie disent qu’elle leur vient d’une tradition orale mise par écrit par Alexis Kagame dans son livre « Inganji Karinga » (Karinga le victorieux, – le conquérant ou le triomphateur-). Karinga, c’était le tambour emblème de la dynastie tutsi-nyiginya qui a régné sur le Rwanda jusqu’en 1959.

Tout au long l’histoire universelle, chaque fois qu’un peuple s’est considéré d’origine céleste et/ou supérieur aux autres, il a commis des crimes horribles contre les peuples dits « inférieurs » :

-Extermination par le peuple de Dieu des sept peuples, symboles des sept péchés capitaux, qui habitaient le territoire de Canaan, etc.

-Pillage des richesses naturelles, traite négrière, colonisation, néo-colonialisme et impérialisme de la part des Occidentaux Blancs,

-Seconde guerre mondiale et génocide des Juifs par les Aryens,

-Apartheid (développement séparé) en Afrique du Sud, etc.

-L’abus du droit de glaive et le système socio-économique appelé « Ubuhake» au Rwanda.

Quand les Abanyiginya annexaient une principauté, le prince de cette dernière et tous ceux qui, de droit, pouvaient prétendre à sa succession étaient passés au fil de l’épée. Pour symboliser la fin irréversible de leur lignée, ils étaient châtrés et les organes génitaux du prince en particulier allaient orner Karinga, le tambour emblème de la dynastie des Abanyiginya[x].

Les survivants, s’il y en avait, et à plus forte raison les gens du peuple, n’étaient pas associés à l’exercice du pouvoir. Ils se voyaient plutôt imposer un système socio-économique très oppressif dénommé « ubuhake ».

C’est un système qui tenait à la fois de la féodalité et de l’apartheid. De la féodalité, il avait pris le clientélisme ; et de l’apartheid la conviction que les Batutsi étaient supérieurs aux Bahutu et aux Batwa[xi].

Dans le domaine strictement économique, ce système se caractérisait par une exploitation des serfs par les seigneurs. Au Rwanda, ce système avait atteint son sommet qui est le principe de la loi d’airain : le serf, ravalé au rang d’instrument de travail, ne reste qu’avec le strict minimum nécessaire pour qu’il continue à produire. Un serviteur jugé insoumis par son seigneur s’exposait à l’expropriation ou à des sévices corporels qui bien souvent le laissaient estropié toute la vie.  Bien avant 1959, des Rwandais majoritairement Bahutu s’en allaient en exil pour échapper à la cruauté et au totalitarisme de la monarchie, auxquels était venu s’ajouter le joug colonial allemand, puis belge.

Conclusion à la deuxième partie

Monsieur le Secrétaire exécutif,

Au terme de ce parcours, il me semble le virus que vous avez cru diagnostiquer chez les tous les Bahutu se trouverait plutôt chez une infime partie des Batutsi : une frange extrémiste au sein des Batutsi qui ont gouverné le Rwanda d’une main de fer jusqu’en 1959. Je ne sais pas si leurs descendants qui ont reconquis le pouvoir au Rwanda en 1994 portent eux aussi ce virus. Est-ce que certains Bahutu auraient été contaminés à leur tour ? Je ne l’exclus pas. En effet,

De longues années vécues dans la terreur développent chez certains individus des mécanismes de défense pouvant les conduire, au nom de la survie, à poser des actes désavoués silencieusement par leur conscience[xii] .

Si c’était le cas, alors les masses, c’est-à-dire la partie saine de la population rwandaise formée de Bahutu, de Batutsi, de Batwa et de Naturalisés, tous de bonne volonté, serait prise en sandwich entre deux groupuscules malveillants. Ce sont ces « génocidaires » peu nombreux et de tous bords que vous devriez ramener au bercail, au lieu de diviser par des discours haineux et mensongers « cette partie saine de la population que l’injustice seule peut conduire à des excès »[xiii].

[A suivre]

Intégralité du document:


Source: http://www.echosdafrique.com


[i] F. Rudakemwa, Priorité N1 : Régler leurs comptes aux Bahutu ? » in www.leprophete.fr, le 20 mars 2011.

[ii]  Rudakemwa F., Op.cit., pp. 127-133.

[iii] ID., Op.cit., pp. 93-94

[iv] Kagame A., Un abrégé de l’histoire du Rwanda de 1853 à 1972, Éditions universitaires du Rwanda, Butare 1975, pp.355-358.

[v] ID., Op.cit.,pp. 356-357.

[vi]  Charte de fondation du Parti UNAR, in Nkundabagenzi F., Rwanda politique, C.R.I.S.P, Bruxelles, 1962, pp. 94-95.

[vii] Première lettre des grands serviteurs de la cour, in Nkundabagenzi F., Doc. cit., pp. 35 – 36.

[viii] Deuxième lettre des grands serviteurs de la cour, in Nkundabagenzi F., Doc. cit., pp. 37 – 38. Rudakemwa F., L’évangélisation du Rwanda (1900-1959), L’Harmattan, Paris, 2005, pp. 322-323.

[ix] Kagame A., Inganji Karinga, Imprimerie de Kabgayi, Deuxième édition, 1959, pp. 60-68.

Rudakemwa F., Rwanda. A la recherche de la vérité historique pour une réconciliation nationale, L’Harmattan, Paris, 2007, pp. 117-120.

[x] ID., Op.cit, p. 41

[xi] ID., Op.cit., pp. 37-38.

[xii] Mbanda Jean, Lettre ouverte aux des familles politiques FPR, MDR, PDC, PDU, PSD, PSR, UDPR, Kigali, le 05.05.2000.

[xiii] Vicaires apostoliques du Rwanda et du Burundi, Lettre pastorale sur la vertu de la justice, Avril 1957, p.2.