Category Archives: Génocide

Jenoside: Imiburanire y’imanza yashyizwe mu bihangano.

Bumwe mu buryo bwo kumenya neza ibyabaye mu mateka, ni ugusoma ibyandikwaga muri icyo gihe no kumva ibihangano ( indirimbo, imivugo n’ibisigo) byahimbwaga. Uramutse wumvise indirimbo ivuga MRND wamenya ko itahimbwe mbere y’itariki ya 5 Nyakanga 1975.

Ubu mu Rwanda hari ikibazo cy’ubwisanzure bubangamirwa mu ngeri zose z’ubuzima kugeza no ku bahanzi batinya kuririmba ubuzima nyakuri bw’igihugu, kuko ngo uvuze ibitagenda neza aba arwanya igihugu. Usanga abenshi baririmba urukundo rw’Imana, urukundo rw’abantu, ariko bakirinda kuvuga ibibazo biriho muri sosiyete.

Umuhanzi Gihanze Musasizi amaze gushyira mu majwi n’inshurango igitekerezo yise “Iromba rya Musenyeri ryamurinze kubambwa”. Asobanura ko mu gihe habaga imanza za jenoside, hari umubikira washinje Musenyeri ko yamuhinduye umugore yitwaje ko ari umututsikazi. Ngo mu gihe cy’amezi atatu Musenyeri yaba yarafataga ku ngufu uwo mubikira.

Mu kwiregura, Musenyeri yasabye urukiko kubaza Ma Sœur ubumuga yaba yaramusanganye cyane ko nta muntu bwaca mu rihumye. Umubikira yavuze ko nta bwo rwose ngo ko Musenyeri ari umugabo nk’abandi. Musenyeri mu kumubeshyuza , yazamuye igishura yereka abari bahateraniye , basanga afite iromba, umubikira aramwara.

Koko rero muri ibi bintu bya jenoside , hari abantu benshi bigize abashinjabinyoma cyangwa bategekwa gutanga ubuhamya bw’ibinyoma, ariko bakaba hari utuntu batazi tubakubita hasi mu gihe habonetse ubutabera nyabwo koko. Hari abashinja ibintu bavuga ko bahagazeho, wababaza aho bari bari ugatungutwa no kumva ngo ” nari nihishe muri plafond yo kwa Mugemana, numva abantu basakuza, ndeba hanze mbona Kamanzi atemagura Mukakalisa ku ga centre mu Nganzo”. Wareba intera iri hagati y’aho hantu, ugasanga nta muntu ushobora kuhabona uhagaze mu rugo rwa Mugemana. Ikibabaza ni uko ababeshyera abandi ntawe ubahana. Nk’umubikira wabeshyeye Musenyeri nta wabura kwibaza niba hari igihano yagenewe.

Birakwiye ko abakoze ibyaha babihanirwa cyangwa bakababarirwa niba bafite ukwicuza. Ariko na none ababeshyera abandi bagamije kubabambisha bakwiye guhanwa by’intangarugero niba koko dushaka kubaka umuryango nyarwanda.

Reka twumve uko Iromba rya Musenyeri ritari rizwi na Ma Sœur ryatumye habaho ubutabera.

Karidinali Antoine Kambanda: Ikiganiro cyaciye benshi umugongo.

Inkuru dukesha Ikinyamakuru “La Croix”, mwashyiriwe mu Kinyarwanda na Albert MUSHABIZI

Icyumweru kimwe nyuma y’imbwirwaruhame ya Emmanuel MACRON mu Rwanda, Karidinali Antoine KAMBANDA, Arikiyesipisikopi wa Kigali, yemereye “La Croix” kuyibwira icyo yayitekerejeho. Yagarutse ku kibazo cy’imbabazi mu myumvire ya Jenoside yakorewe Abatutsi, ibirego bikomeje gushinjwa Paul KAGAME, n’igikwiriye Abapadiri b’Abajenosideri.

Ni ikiganiro yagiranye na Laurent LARCHER, i Kigali.

Ikinyamakuru «La Croix» : Ni iki watekereje ku mbwirwaruhame ya Emmanuel Macron?

Karidinali Antoine KAMBANDA : Nta kibazo twigeze tugirana n’Abafransa, ahubwo twakigiranye na Politiki y’u Bufransa ku gihugu cyacu, ku ngoma ya HABYARIMANA. Ibyo byatezaga urwikekwe hagati yacu abaturage b’ibihugu byombi. Imbwirwaruhame ya MACRON yatanze umucyo kuri iyo ngingo yemera uruhare abamubanjirije bafatanyije n’abadutoteje : ni ikimenyetso cy’ishingiro rya byose.

Ikinyamakuru «La Croix» : Uremeranywa na we ku mvugo y’uko Ingabo z’u Bufransa ntacyo zifite cyo kwishinja ku ibyabaye mu Rwanda ? 

Karidinali Antoine KAMBANDA : Tuzi icyo Ingabo z’u Bufransa zakoze mu gihugu cyacu. Njye ubwanjye, nabiboneye bagenzura amarangamantu kuri za bariyeri ! Bibwiraga ko Abatutsi ari abacengezi ba FPR. Turabizi ko Ingabo za HABYARIMANA zaterwaga akanyabugabo n’ukuhaba kwazo, ko ntacyo zakoze ngo zihagarike ubwicanyi bwakorerwaga Abatutsi hagati y’1990 n’intangiriro za Jenoside, ko zadusize mu biganza by’Abicanyi muri Mata 1994, nk’uko byagenze mu misozi yo mu Bisesero, kuwa 27 Kamena. Turabizi ko Abajenosideri babashije guhunga baciye mu karere zagenzuraga. Ubirebye Emmanuel MACRON ntiyashatse kurakaza bamwe mu Abasirikari b’Abafransa. Icyo kwishimira ni intambwe yateye mu cyerekezo cyacu. 

Ikinyamakuru «La Croix» : Yagombaga gusaba imbabazi mu buryo bweruye ?

Karidinali Antoine KAMBANDA : Yabikoze mu buryo bwa Kinyarwanda, aduhoza ku gahinda twatewe. Mu kwemera ibyo, ari mu nzira yo kudusaba imbabazi. Ni iby’agaciro kuri twe, kubona u Bufransa bubasha kwiyumvisha ukuntu twababaye kubera amahitamo bwagize kuri twe. Uko kubasha kubyiyumvisha ni intambwe y’intango.

Ikinyamakuru «La Croix» : Urashaka kuvuga iki ?

Karidinali Antoine KAMBANDA : Prezida MACRON ndetse na Prezida wacu, bemeranyijwe ko hari intambwe yatewe. Nyuma yo kwemera inshingano z’u Bufransa mu kaga katugwiriye, nyuma yo kuduhoza ku bw’umubabaro twagize, igihe kizashyika adusabe n’imbabazi. Ariko mu maso yanjye, ndetse n’ay’Abanyarwanda batari bake, Prezida MACRON yavuze iby’ingenzi. Kuva magingo aya, rwose dushobora gushyira hamwe mu mwuka w’amahoro n’ituze.

Ikinyamakuru «La Croix» : Imyaka 27 nyuma ya Jenoside, Abanyagatolika b’Abanyarwanda bafite ubwiyunge hagati yabo ?

 Karidinali Antoine KAMBANDA : Kiliziya y’u Rwanda iri mu ishusho ry’Umuryango Nyarwanda. Twakoze umurimo uhambaye wo gusabana imbabazi. Ibyo bitangirana no kwiyunga kwa buri umwe nawe ubwe, ku bw’igicumuro yakoze. Ntabwo byoroshye kwicuza, hari benshi bakinangiye imitima, bagahitamo kwihebera ubugizi bwa nabi, ibiyobyabwenge, ubusinzi… Ariko iyo ubashije iyo nzira, ubwo uba uri mu mwanya wo kwiyunga n’abandi. Iyo niyo nzira twatoye mu Rwanda, ni inzira yerekeza ku buzima, ukwiyubaka no guharanira ahazaza heza. Dufatanye urunana dutera intambwe muri iyo nzira.

Ikinyamakuru «La Croix» : Imiryango Itagengwa na Leta Mpuzamahanga ishinja Paul KAGAME guhutaza uburenganzira bw’ikiremwa-muntu mu gihugu cye.

Karidinali Antoine KAMBANDA : Abavuga ibyo ntacyo bakoze kuri Jenoside yakorewe Abatutsi. Hariho imbaraga ziri hanze y’igihugu, cyane mu Abanyarwanda batuye ibihugu byo hanze, bagifite ingengabitekerezo yo mu w’1994. Bakagira abo babyakuranwa hagati mu muryango nyarwanda wacu. Izo mbaraga ziharanira amacakubiri, ziracyatewe ingabo mu bitugu n’umutima w’ubugizi bwa nabi, mu gihugu cyahuye ku buryo bukabije n’ubugizi bwa nabi buhebuje ubundi bwose. Kuri abo, abantu ntibakwiye kuba ibiburabwenge cyangwa ngo babatinye. Icyo abari hanze bita kutavuga rumwe n’ubutegetsi, tuzi neza imbere mu gihugu ko ari inyegamo ikingira abogeza iby’amoko, bashaka guteza umwiryane, ndetse no gutera ubwoba abacitse ku icumu rya Jenoside.

Ikinyamakuru «La Croix» : Mwumva mute ko Paul KAGAME ari umwicanyi ruharwa w’Akarere k’Ibiyaga Bigari ?

Karidinali Antoine KAMBANDA : Oya yahagaritse Jenoside, we, we wenyine. Na none icyo FPR yakoze muri Zayire (magingo aya Repubulika Iharanira Demokarasi ya Kongo) yari intambara yo ugukurikirana Abajenosideri. Abo bari bisuganyije ngo badutere. Bari kumwe n’abasivili, maze babayobora mu rugendo rw’amakuba rwagati mu mashyamba ya Kongo. Abenshi batakarije ubuzima muri uko guhunga. Ariko ibyo ntaho byakabaye Jenoside, nk’uko Raporo y’Umuryango w’Uburenganzira bwa Muntu ushamikiye ku Umuryango w’Abibumbye ubyumvikanisha. “Mapping report” ni ikinyoma nta n’ubwangamugayo ishingiyeho. Abenshi mu impunzi z’Abanyarwanda zari muri Zayire baratahutse. Ariko abayoboye bakanakora Jenoside yakorewe Abatutsi, n’abafatanyabikorwa babo b’Abakongo bapapiriye icyo kirego. Gisubirwamo, cyizewe n’abo mu Burengerazuba bw’isi. Ariko baba bihinduye ibikoresho by’abafite inyungu mu kwica amaso ku ibyo bakoze hano iwacu. Ndakangurira, abo babafasha ibyo birego, kuza hano mu Rwanda bakibonera ukuri kw’ibiri mu gihugu.

Ikinyamakuru «La Croix» : Ese abapadiri bahamwe na Jenoside mwaba mubakorera iki ?

Karidinali Antoine KAMBANDA : Ikibazo cyabo ntikitaweho mu Igitabo cy’Amategeko Agenga Kiliziya gatolika. Duhora ducukumbura ibikwiye kugira ngo tubashe guhangana n’ingaruka za Jenoside. Mu bizwi neza, hariho abagera kuri batanu bari muri za Gereza, tubakangurira kwicuza. Tugenzura niba abarangije ibihano byabo, niba bataba bagifite akayihoyiho k’umwuka wa Jenoside.

Iyo bitari ibyo, tubakangurira kwiyegurira ubuzima bwo kwicuza, gusenga ngo bacungure ubuzima bwabo, no gutanga umusanzu mu butabera. Abandi bo, tubagarura muri twe, ariko bemeye gucishwa bugufi,  kandi bakiyegurira ubuzima bwo kwicuza.

Ikinyamakuru «La Croix» : Naho abahungiye i Burayi ?

Karidinali Antoine KAMBANDA : Hano ntawe utazi imyitwarire y’urukozasoni y’umubare runaka w’Abapadiri bahawe ubuhungiro i Burayi. Bariyo mu Bufransa, mu Bubiligi, mu Butaliyani na Hisipaniya. Imiryango yabakiriye ntiyatekereza kubabona nk’Abajenosideri ;bityo bagafashwa bakanarindwa. Mu iby’ukuri biragoye kwiyumvisha ko Umupadiri yakora ibikorwa byerekeza kuri Jenoside. Muri Jenoside byose biragoye kubyiyumvisha. Ikintu kimwe rukumbi gikwiye kwifuzwa, ni uko ubutabera bwakora akazi kabwo. Emmanuel MACRO yiyemeje kuri iyo ngingo, ku Urwibutso rwa Jenoside rwa Kigali. Nta kindi gikwiriye kwifuzwa.

Inkuru ya The Rwandan

Rwanda : un youtubeur critique du pouvoir arrêté et risque 10 à 25 ans de prison pour négation du génocide

Les autorités rwandaises ont annoncé lundi soir l’arrestation d’un youtubeur critique du pouvoir, accusé de négation du génocide de 1994, au cours duquel 800.000 personnes, majoritairement des Tutsi, ont été tuées.

Aimable Karasira, 40 ans, ancien professeur d’université, anime une chaîne YouTube suivie par 62.000 abonnés, sur laquelle il attaque régulièrement le gouvernement.

Ses prises de position sont radicales dans un pays où débattre publiquement de certains aspects du génocide est tabou. 

Kigali a souvent été critiqué par les groupes de défense des droits humains pour sa répression de la liberté d’expression et son utilisation des lois contre la négation du génocide pour envoyer ceux qui le critiquent en prison.

Aimable Karasira a commenté pendant des jours sur les réseaux sociaux le génocide de 1994 contre les Tutsi, affirmant qu’il n’était pas planifié et a semé la division parmi les Rwandais“, a déclaré dans un communiqué diffusé lundi soir le Bureau rwandais des enquêtes (RIB). 

S’il est reconnu coupable, Aimable Karasira encourt entre 10 et 25 ans de prison. Il a récemment été renvoyé pour “indiscipline” de l’Université du Rwanda, où il enseignait les technologies de l’information.

D’autres antécédents

Dans une vidéo du 20 mai, il critiquait le Front patriotique rwandais (FPR) au pouvoir, l’accusant d'”alimenter la haine“, et remettait en cause certains aspects du génocide.

En septembre 2020, la police rwandaise avait menacé de l’arrêter et de le poursuivre après l’interview d’un ancien candidat à la présidence, Fred Barafinda Sekikubo, également critique du gouvernement.

YouTube est très populaire au Rwanda, où le contrôle des médias est strict, et plusieurs personnes s’exprimant sur cette plateforme ont été arrêtées ces dernières années. 

En mars, Yvonne Ndamange a ainsi été détenue pour avoir appelé sur YouTube à des manifestations contre la “dictature” du président Paul Kagame. 

Innocent Bahati, qui a publié sur la plateforme des poèmes critiquant le gouvernement, est porté disparu depuis le 7 février. Selon l’ONG Human Rights Watch, sa disparition devrait être considérée comme “suspecte“, M. Bahati ayant été plusieurs fois détenu pour ses prises de position.

Belga

Un petit geste noble d’unité et de justice: Apollinaire Hitimana

Texte de Mukundente Ariane

Nous sommes toujours dans les cent jours de commémorations du génocide contre les Tutsis. Il y a des activités d’ici et là pour souligner cette période noire de l’histoire du Rwanda. Parmi ces activités on peut citer celles d’unité et réconciliation pour le vivre ensemble des rwandais. Parmi toutes ces activités, j’aimerais y insérer un acte qui a sa place dans cette période, car il a un rapport avec le génocide et le rectifier serait un geste de bravoure d’unité et de justice.

Regardez les deux photos ci-bàs. À gauche, c’est la photo d’un rwandais, Apollinaire Hitimana, 68 ans, prise octobre 2020. À droite, c’est le même homme, Apollinaire Hitimana, 42 ans, prise juin 1994. Cette dernière photo avec la machette à la main est la photo qui est exposée à Kigali Genocide Memorial pour représenter un génocidaire. Avertissement de la plus haute importance: Mr. Hitimana n’est pas génocidaire, il était même parmi les personnes intègres choisi pour diriger les procès Gacaca tel que mentionné dans cette article de BBC en Kinyarwanda. Cette photo a été prise par Alexander Joe de l’AFP qui était avec les militaires du FPR qui ont demandé à Mr. Hitimana de poser avec la machette à la main (lire l’article de BBC).

Les autorités rwandaises ont reconnu qu’il y a eu une erreur et que ce citoyen est irréprochable pour ce qui est du génocide. Maintenant, imaginez ta photo exposée devant le monde entier où chaque visiteur identifie ton visage comme le prototype d’un génocidaire, le plus grand des crimes! Ce serait une injustice pour toi, n’est-ce pas? Demain, le Président Macron va visiter le Memorial de Gisozi. Quand il va passer devant cet homme, il lira la description et on le lui présentera comme un génocidaire, alors que c’est un mensonge, cet homme est innocent! Je sais que c’est un pauvre paysan et que tout le monde s’en fout. Mais, imaginez si c’était vous ou quelqu’un de votre famille, vous réagirez n’est-ce pas? Il n’est pas de ma famille et je ne le connais pas, mais cette personne aurais pu être moi, car c’est un être humain comme moi.

Alors, j’ai une requête à demander, humblement, à qui de droit : sans égard à Macron ou toute autre personne qui a visité ou visitera ce memorial, juste par souci de justice, d’unité et de retourner cet homme sa dignité, dans cette période de commémoration du génocide contre les Tutsis, s’il vous plaît, retirez cette photo du Memorial de Gisozi. Ça ne coûte rien, c’est juste un petit geste de lever le bras et de la retirer. Si vous voulez, ce n’est pas les génocidaires qui manquent, vous remplacerez sa photo par une autre de quelq’un dont vous avez la certitude qu’il a commis le génocide. S’il vous plaît, soyez juste, faîtes un geste courageux et rendez juste à cet homme en retirant cette abominable photo.

Normalement, il devrait avoir des compensations pour sa réputation et son honneur bafoués, mais un petit geste de retirer cette photo est déjà un pas dans la bonne direction.
Un petit geste logique que je pourrais qualifier de grand geste pour le Rwanda, car apparemment ça exige un effort herculéen pour rendre justice à ce citoyen rwandais et donner, par conséquent, la vraie version de l’histoire du génocide contre les Tutsis pour ce qui est de cette photo. S’il vous plaît, agissez!

Source: Facebook page

Le Groupe d’Initiative France – Rwanda (GIFR) réagit au Rapport Duclert.

Réaction du Groupe d’Initiative France-Rwanda aux conclusions du Rapport de la Commission chargée de mener un travail de fond centré sur l’étude de toutes les archives françaises concernant le Rwanda entre 1990 et 1994 afin d’analyser le rôle et l’engagement de la France durant cette période.

Paris le 16 mai 2021

Suite à la sortie du rapport de la Commission de Recherche sur les Archives que le Professeur Vincent DUCLERT a remis au Président de la République, Monsieur Emmanuel MACRON, le 26 mars 2021, le Groupe d’Initiative France-RWANDA (GIFR) aimerait exposer brièvement ses commentaires sur ce document long de plus de 1200 pages.

Il convient de rappeler d’abord que le Président Emmanuel MACRON, dans sa lettre du 5 avril 2019, adressée au Président de ladite Commission a défini les objectifs assignés à celle-ci :

  • Consulter l’ensemble des fonds d’archives françaises relatifs à la période pré-génocidaire et celle du génocide lui-même ;
  • Rédiger un rapport qui permettra -d’offrir un regard critique d’historien sur les sources consultées –d’analyser le rôle et l’engagement de la France au Rwanda au cours de cette période, en tenant compte du rôle des autres acteurs engagés au cours de cette période –
  • Contribuer au renouvellement des analyses historiques sur les causes du génocide des Tutsi, profondes et plus conjoncturelles, ainsi que sur son déroulement, en vue d’une compréhension accrue de cette tragédie historique et de sa meilleure prise en compte dans la mémoire collective, notamment pour les jeunes générations.

À la lecture de ce rapport, notamment dans sa conclusion, il ressort nettement que les membres de la commission accusent le Gouvernement français de l’époque, avec à sa tête le Président François Mitterrand, d’avoir entretenu des relations personnelles et directes avec le régime du Président Juvénal Habyarimana, ce qui est absolument faux car les relations entre les deux pays furent des relations diplomatiques normales.

De 1990 à 1994, Monsieur Jean Marie Vianney Ndagijimana, membre actuel du GIFR, fut ambassadeur du RWANDA à Paris. Aussitôt la commission de recherche sur les archives mise en place en avril 2019, le GIFR, et particulièrement cet ancien ambassadeur, a adressé un courrier recommandé avec accusé de réception dans lequel il exprimait son désir et sa disponibilité d’être auditionné par la commission, afin de témoigner au sujet de ces relations franco-rwandaises. Monsieur Ndagijimana promettait de mettre à la disposition de la commission des éléments d’archives personnelles et officielles. La Commission a refusé cette offre et ceci est bien regrettable.

Le Front Patriotique Rwandais (FPR), composé, en majorité, de réfugiés Tutsi en Uganda, a attaqué le Rwanda à partir du 1er octobre 1990, provoquant une guerre fratricide qui a duré trois ans et demi. À la demande du gouvernement légitime du Rwanda, et en application d’un accord de défense signé en 1975 par le Président Valéry Giscard d’Estaing, la France est intervenue au Rwanda pour stabiliser le front militaire et favoriser les négociations ayant abouti à la signature des Accords de Paix d’Arusha le 4 août 1993, entre le Gouvernement rwandais, dirigé par le Président Juvénal Habyarimana et les rebelles du FPR, dirigés par Monsieur Paul Kagame.

Les accords d’Arusha avaient permis de mettre fin à la guerre et devaient aboutir, in fine, à la mise en place d’un gouvernement consensuel basé sur le partager du pouvoir entre les deux parties en conflit. Mais c’était sans compter avec l’agenda caché du général Paul Kagame : prendre le pouvoir par la force et régner en maitre absolu sur le Rwanda au détriment du partage du pouvoir.

Le point culminant fut l’attentat du 06 avril 1994 perpétré contre l’avion transportant le Président rwandais Juvénal Habyarimana, le Président burundais Cyprien Ntaryamira, d’autres personnalités rwandaises et burundaises, ainsi que trois membres de l’équipage français. Cet attentat, commis par les rebelles du FPR, vint annihiler tous les efforts de paix consentis pas la France et fut ainsi l’élément déclencheur du génocide des Tutsis et des nombreux massacres au sein de la population rwandaise.

En application de la résolution 929 du 22 juin 1994 du Conseil de sécurité de l’ONU, la France fut alors le seul pays occidental qui accepta d’intervenir pour voler au secours des populations rwandaises, alors que la Mission des Nations Unies pour l’Assistance au Rwanda (MINUAR), dirigée par le Général canadien Roméo Dallaire, s’avérait impuissante et incapable d’arrêter le génocide.

Dans sa lettre de mission, le président de la République Emmanuel Macron a demandé à la Commission Duclert d’analyser le rôle et l’engagement de la France au Rwanda, en tenantcompte du rôle des autres acteurs engagés au cours de cette période. On peut citer les pays tels que l’Uganda qui a formé, armé et soutenu militairement et diplomatiquement la rébellion du FPR du début jusqu’à la fin de la guerre, sans oublier la Grande Bretagne et les Etats-Unis d’Amérique qui ont apporté un appui militaire et diplomatique au FPR.

Pour sa part, la Belgique, ancienne puissance coloniale dont le contingent militaire constituait l’ossature de la MINUAR, a retiré ses troupes une semaine après le déclenchement du génocide.

II est donc incompréhensible et inadmissible que la commission de recherche sur les archives parle d’aveuglement à où la France a, la première, saisi opportunément le Conseil de Sécurité des Nations Unies pour demander l’envoi de troupes au Rwanda, ce qui a été accepté en juin 1994 et a permis à l’« Opération Turquoise » de sauver des dizaines de milliers de Tutsi mais aussi de Hutus et de Twa en danger de mort. Les responsables politiques et militaires français témoins de cette période ont fourni des renseignements précis sur le déroulement des événements tels que vécus sur place au Rwanda ou à Paris.

Pour des raisons inavouées, et pour masquer ses propres responsabilités dans l’attentat terroriste du 6 avril 1994 et dans le génocide subséquent, le régime de Paul Kagame n’a cessé d’accuser la France d’être complice du génocide des Tutsis.

Dès son élection à la Présidence de la République en 2017, le Chef d’État français, Emmanuel MACRON a manifesté sa volonté d’améliorer les relations entre la France et le Rwanda. Cette démarche est compréhensible et normale entre deux pays et la création de la commission Duclert s’inscrit dans cette volonté de normalisation.

Cependant, au vu des conclusions de la commission, il s’avère que ce rapport est essentiellement politique, partiel et partial. En effet, à travers ses multiples déclarations dans la presse française et internationale, le Professeur Vincent Duclert, président de la commission, a donné l’impression de vouloir à tout prix faire plaisir aux autorités de Kigali, allant jusqu’à suggérer au président Macron de reconnaître la responsabilité de la France dans la tragédie rwandaise, tout en écartant toute complicité directe dans le génocide.

Le Groupe d’Initiative France-Rwanda considère qu’en stigmatisant par trop le régime de feu le Président Juvénal Habyarimana, et en présentant la rébellion du FPR comme de valeureux libérateurs ayant accouru pour arrêter le génocide des Tutsi, sans parler suffisamment du rôle des pays qui ont sponsorisé la guerre au cours de la période sous examen, la commission Duclert est sortie du cadre de sa mission de recherche historique objective. En prenant ouvertement fait et cause pour les thèses et le discours militant du régime de Paul Kagame, la commission Duclert a cessé d’être neutre.

Nos inquiétudes sont d’autant plus fondées que de sources diverses, certains membres de la commission seraient proches d’associations connues pour leur soutien sans réserve au régime de Paul Kagame. Il est donc permis de douter de la neutralité et du caractère strictement scientifique de ce rapport.

Pour conclure, le Groupe d’Initiative France-Rwanda (GIFR), composé de résidents rwandais et de Français d’origine rwandaise, soutient la volonté du Président Emmanuel MACRON de renouer les relations entre la France et le Rwanda. Cependant le groupe tient à rappeler que le régime actuel de Kigali, dirigé par le Président Paul Kagame depuis déjà 27 années, foule au pied la démocratie, l’état de droit et le respect des droits humains au Rwanda.

Le Groupe d’Initiative France-Rwanda demande en conséquence au Président Emmanuel Macron de ne pas ‘’faire de mauvais compromis sur les droits de l’Homme’’, notamment sur les nombreux crimes commis par le régime dictatorial de Paul Kagame contre les populations du Rwanda et des autres pays d’Afrique des grands lacs au cours de ces trois dernières décennies.

Le Groupe d’Initiative France-Rwanda demande instamment au président Emmanuel Macron de soutenirsans réserve l’Initiative du Dr. Denis MUKWEGE, Prix Nobel de la Paix 2018, pour la mise en place du Tribunal pénal international ad hoc recommandé par le Rapport du Projet Mapping concernant les violations les plus graves des droits de l’homme et du droit international humanitaire commises entre mars 1993 et juin 2003 sur le territoire de la République démocratique du Congo, ex-Zaïre.

La nouvelle page des relations franco-rwandaises ne devrait pas s’écrire sur la base du seul rapport partial et partiel présenté par la commission Duclert, au risque d’inscrire dans le marbre les nombreuses inexactitudes contenues dans ce rapport considéré par beaucoup comme par trop favorable aux thèses anti-françaises développées par le régime du président Paul Kagame.

Fait à Paris, le 16 mai 2021

Le Groupe d’Initiative France-Rwanda (GIFR)

Contact : groupe.gifr@gmail.com

Le document en format PDF

Carte blanche: «La traversée» de Patrick de Saint-Exupéry, une autre forme de négationnisme?

L’ouvrage du grand reporter ne fait pas l’unanimité. Pour les auteurs de cette carte blanche, son objectif n’est autre que de dénigrer insidieusement le Rapport Mapping des Nations unies remis en lumière par le Dr. Mukwege dans son discours de réception du Prix Nobel de la Paix en 2018.

Par René Lemarchand, professeur émérite à University of Florida, auteur de «Remembering genocides in Central Afrika» (Routledge edition, 202); Filip Reyntjens, professeur de droit et de sciences politiques à l’Université d’Anvers, auteur de nombreux ouvrages sur la région des Grands Lacs; Johan A. Swinnen, ancien ambassadeur de Belgique au Rwanda (1990-94) et en RDC (2004-08); Luc Henkinbrant, docteur en Droit, ancien directeur d’Amnesty International (AIBF), coordonnateur de l’Unité de lutte contre l’impunité et de justice transitionnelle de la Monuc/Monusco.

En 1997, des réfugiés rwandais arrivent à Ubundu, en RDC.

En 1997, des réfugiés rwandais arrivent à Ubundu, en RDC. – AFP

De nombreux médias francophones ont fait beaucoup d’honneur au « long reportage » du journaliste Patrick de Saint-Exupéry, publié dans La traversée, paru aux éditions Les Arènes dans la Collection Reporters. Nous l’avons donc lu. Et nous voulons faire part de notre indignation.

D’après la quatrième de couverture, l’enjeu de cette « odyssée au cœur de l’Afrique » est de « Vérifier les accusations des autorités françaises répétées inlassablement depuis plus de vingt ans : un génocide se serait déroulé au cœur de la forêt équatoriale congolaise, des centaines de milliers d’hommes et de femmes auraient été massacrés dans l’indifférence ». En réalité, le véritable enjeu de La traversée est insidieusement de décrédibiliser un rapport des Nations unies documentant les crimes de masse impunis dont le Congo a été le théâtre tragique. Ce « Rapport Mapping » a été remis en lumière par le Dr. Mukwege lors de son discours de réception du Prix Nobel de la Paix : « Au moment même où je vous parle, un rapport est en train de moisir dans le tiroir d’un bureau à New York. Il a été rédigé à l’issue d’une enquête professionnelle et rigoureuse sur les crimes de guerre et les violations des droits humains perpétrés au Congo. Cette enquête nomme explicitement des victimes, des lieux, des dates mais élude les auteurs. Ce Rapport du Projet Mapping établi par le Haut-Commissariat des Nations unies aux Droits Humains, décrit pas moins de 617 crimes de guerre et crimes contre l’humanité et peut-être même des crimes de génocide. Qu’attend le monde pour qu’il soit pris en compte » ?

Parmi les pays le plus souvent cités figure en première place le Rwanda, accusé par les enquêteurs de l’ONU d’avoir massacré un nombre incalculable de réfugiés hutus rwandais et de civils congolais. Plus grave, les attaques, « en apparence systématiques et généralisées » de l’AFDL/APR (Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo/Armée patriotique rwandaise) contre les civils, lors de la « première guerre du Congo » de 1996 à 1997, « révèlent plusieurs éléments accablants qui, s’ils sont prouvés devant un tribunal compétent, pourraient être qualifiés de crimes de génocide ». Un lecteur non averti pourrait ne pas s’apercevoir que l’objectif de La traversée est de disqualifier le Rapport Mapping et que cette « enquête » ne repose que sur des témoignages très limités et sur des falsifications par altération des documents auxquels elle se réfère.

Des témoins crédibles ?

Comportement étrange pour un journaliste indépendant, avant d’entamer son périple congolais, il prépare son enquête en compagnie de l’officier supérieur rwandais, le général James Kabarebe, qui a dirigé les opérations militaires de l’AFDL/APR visant à démanteler les camps et à traquer les réfugiés hutu à travers le Zaïre. C’est donc avec l’un des principaux auteurs présumés de crimes de masse commis durant cette « traversée » que le reporter trace l’itinéraire qu’il va emprunter.

Son « enquête » se poursuit auprès de « témoins » rencontrés, un peu par hasard, dans les localités congolaises où il fait étape. Quelques Congolais et expatriés avec lesquels il converse. Parmi eux, seulement sept lui parlent des massacres, de manière très générale puisqu’aucun n’a été témoin direct des événements. C’est sur base de ces quelques « témoignages », et d’une prétendue absence de traces, qu’il s’acharne à dénigrer le Rapport Mapping. Sur les 318 pages de son livre, il ne cite in extenso aucun des 1.143 paragraphes du rapport qui décrivent pourtant de nombreux « incidents », la plupart du temps des massacres. Ne pouvant pas les nier, il s’attache à les minimiser et à les présenter comme des conséquences regrettables des aléas de la guerre ou des dommages collatéraux des combats.

Faire dire au Rapport Mapping ce qu’il ne dit pas

A plusieurs reprises, il tente de faire croire que le Rapport Mapping lui-même conclut qu’il n’y a pas eu intention claire de détruire le groupe ethnique hutu, donc qu’il n’y a pas eu de génocide. En réalité, le rapport ne formule très prudemment qu’une hypothèse : « La question du génocide à l’encontre des Hutus demeure irrésolue jusqu’à aujourd’hui. Elle ne pourra être tranchée que par une décision judiciaire basée sur une preuve hors de tout doute raisonnable ». On l’aura compris, on ne peut mettre sur le même pied « l’enquête » de Patrick de Saint-Exupéry et le Rapport du Projet Mapping. Du côté de La traversée, quelques conversations avec 4-5 expatriés et une dizaine de Congolais. Aucun témoin direct, aucun réfugié rwandais rencontré et interrogé. Aucune question sur les très nombreuses fosses communes qui pourraient contenir des preuves de crimes de masse et permettre peut-être de les qualifier juridiquement. Du côté du Rapport Mapping, le travail d’une équipe de 33 experts congolais et internationaux qui, d’octobre 2008 à mai 2009, ont examiné plus de 1500 documents et obtenu des informations de 1.280 témoins en vue de corroborer ou d’infirmer les violations répertoriées.

Pourquoi cette tentative de dénigrement du Rapport Mapping ?

Le Rapport Mapping est une épée de Damoclès sur la tête des dirigeants des pays impliqués dans les crimes de masse perpétrés au Congo-Zaïre et il entraîne pour les plus hauts responsables de ces atrocités des risques évidents de mise en cause.

Le premier est de devoir comparaître un jour devant un tribunal devant lequel ces auteurs présumés pourraient être poursuivis pour crimes de guerre ou, pire encore, pour d’éventuels crimes de génocide à l’encontre du groupe ethnique hutu.

Le deuxième grand risque est que, s’il est établi et reconnu que l’APR a commis des crimes de masse au Congo en 1996-97, beaucoup en arriveront à se demander si le Front Patriotique Rwandais (FPR), organisation politique dont relève l’APR, n’a pas aussi commis, auparavant, au Rwanda, le même genre de crimes de masse contre les Hutus. Cette responsabilité du FPR dans des crimes commis à partir du début de la guerre civile en octobre 1990 est documentée par des organisations internationales de défense des droits de l’homme, des chercheurs, historiens, journalistes. Toutes ces « voix dissidentes », qui reconnaissent et condamnent sans la moindre ambiguïté le génocide à l’encontre des Tutsi mais qui, dans un souci d’objectivité, ont le courage de parler des crimes de masse commis par le FPR/APR, se font systématiquement qualifier de « révisionnistes », voire de « négationnistes », dans le but évident de les discréditer ou de les réduire au silence.

Le troisième risque est que la fin de cet aveuglement, volontaire pour certains, involontaire pour d’autres, sur les crimes de masse commis par le FPR/APR ne conduise à une remise en question radicale de la doxa, du récit historique officiel, propagé depuis 25 ans, qui présente Paul Kagame et son mouvement armé FPR comme les « sauveurs qui ont mis fin au génocide des Tutsi au Rwanda et les libérateurs qui ont chassé Mobutu du pouvoir ». Ce narratif est largement accrédité dans le monde, diffusé par la plupart des médias et reçu comme parole d’évangile par une grande partie de l’opinion.

C’est donc à une opération de désamorçage de ce Rapport explosif que s’est livré le « journaliste d’investigation ». Paradoxalement, et heureusement, La traversée risque fort de produire l’effet inverse de celui recherché. Journalistes et lecteurs dotés d’esprit critique pourraient bien être amenés à s’intéresser à ce Rapport Mapping et à y découvrir par eux-mêmes les crimes de guerre et crimes contre l’humanité et peut-être même les crimes de génocide qui auraient été commis en RDC.

Où sont les négationnistes ?

L’accusation infamante de négationnisme est rabâchée depuis 25 ans par Patrick de Saint-Exupéry et d’autres auteurs, à l’encontre de ceux qui, tout en reconnaissant sans réserve le crime de génocide contre les Tutsi, ont le courage de mettre en lumière tous les crimes de masse commis dans la région des Grands Lacs. Cette accusation pourrait bien se retourner contre l’auteur tant est manifeste, tout au long de son reportage, un parti pris évident. Ne s’agit-il pas là d’une véritable entreprise négationniste ? Et les médias qui ont rendu compte de son livre, parfois sans le moindre esprit critique, ne pourraient-ils pas s’interroger sur la démarche de l’auteur et mener les recherches nécessaires à une vérité historique impartiale ?

Source: Le Soir

Rwanda. “Génocide contre les Tutsi” : l’impasse du mensonge.

L’entrée fracassante d’une jeune femme rescapée du «Génocide des Tutsi», Yvonne Iryamugwiza Idamange, sur la scène médiatique a beaucoup suscité des remous dans les rangs du Front patriotique rwandais (FPR) et ses services, dont notamment la Commission nationale de lutte contre le Génocide (CNLG). Ceux de l’autre bord, les langues se sont déliées pour manifester et dénoncer publiquement les dérives de ce parti militaro-dictatorial au pouvoir depuis 1994: discours haineux et actions viles et honteuses de ses agents ou acolytes. Décryptage et analyse de cet événement hautement médiatisé et politisé.

Tout part des mesures de confinement drastiques prises par le Gouvernement rwandais. Des mesures copiées textuellement de l’Occident, principalement de la France et de la Belgique: couvre-feu strict à 18 heures, arrêt de toutes les activités génératrices de revenus permettant aux gens de nourrir leurs familles. Ouverture uniquement des magasins alimentaires. En plus de cela, on instaure des mesures de «distanciation sociale» et de «port des masques». Des nouvelles notions sociologiques introduites et inhabituelles aux Rwandais.

En effet, ces mesures d’Europe imposées de force restreignent la solidarité et convivialité africaines. Dans le contexte africain et rwandais, en particulier, elles inspirent la solitude et enfreignent les impératifs moraux, sociaux et culturels, surtout en matière de mariage et de funérailles. Elles éloignent et éteignent complètement la vie familiale et sociale.

Ces mesures adoptées et appliquées à la lettre au Rwanda, à nos yeux de sociologue africain, ouvrent davantage les portes à l’individualisme et concoctent le «capitalisme sauvage » déjà en cours. Le comble c’est qu’elles n’ont même pas été présentées comme une nouvelle expérience à tester pour essayer de contrecarrer le coronavirus mais plutôt en des lois tombées du ciel. Le Talmud des juifs ou plutôt la Torah que Dieu aurait  remis aux mains propres des autorités rwandaises à l’instar de Moïse sur le mont Sinaï! Des lois coronavirus trop dures et strictes.

Créées pratiquement «ex nihilo », donc à partir de rien, ces nouvelles lois sont venues exacerber la situation des populations pauvres et malmenées. Car, les gens vivent dans la précarité et dans certains quartiers de Kigali ils sont quotidiennement expulsés «manu militari» de leurs biens, sans être préalablement indemnisésCes gens qui trouvent difficilement de quoi nourrir leurs familles et voient leurs maisons démolies ne comprennent pas comment un État qui se dit démocratique peut prendre de telles mesures sans tenir compte de leur situation et du pays, en général.

Ces mesures qui, aux yeux des autorités rwandaises – et non pas aux yeux de la population – visent à contrecarrer et stopper la propagation de la pandémie coronavirus. Elles sont beaucoup critiquées et jugées inadaptées au contexte rwandais. Malgré ces critiques acerbes et la grogne de la population, elles sont appliquées. Et leur application ne tient toujours pas compte de la situation spécifique du pays. La population les trouve donc non seulement étrangères à elle mais aussi inhumaines.

Les lois qui en résultent – Torah des faux Moïse des Rwandais – sont jugées non seulement très répressives mais aussi imprécises. Un plan d’homicides volontaires concocté par le Gouvernement rwandais ! Les autorités qui les ont émises ou édictées sont ipso facto vues d’irresponsables et insoucieuses de la vie quotidienne de la population. Elles sont même qualifiées de «mercenaires, abacanshuro» des néo-colonialistes occidentaux. Un jugement très sévère de nombreux rwandais – de l’intérieur comme d’ailleurs ceux de l’extérieur – qui se base sur les décisions que ces autorités [rwandaises]  prennent par rapport aux pays voisins, comme par exemple, la Tanzanie ou le Burundi. Ces deux pays voisins n’ont jamais contraint leurs populations à fermer les lieux de cultes (églises ou mosquées), ou à arrêter les activités professionnelles ou de revenues permettant aux gens de faire vivre leurs familles, etc.

C’est dans ce contexte socio-politico-économique déjà tendu que va surgir Madame Idamange Iryamugwiza Yvonne. Elle en a vraiment marre et veut exprimer publiquement son ras-le-bol. Un ras-le-bol qu’elle partage avec beaucoup de Rwandais. Un ras-le-bol que beaucoup aimerait exprimer publiquement comme Madame Idamange mais à cause de la peur et surtout des tabassages policiers personne n’ose le faire. Car, pour échapper à la  répression, beaucoup préfèrent le dire à voix basse et aux coins de leurs salons.

Mais alors… ! Que faire dans une capitale resplendissante des «residential Building», comme Kigali, où l’aide sociale n’existe pas et les gens n’arrivent pas à trouver à manger suite à ce confinement inadapté et imposé ? Faut-il croiser les bras ou plutôt braver les interdits, les lois répressives et homicides et décrets administratifs? C’est ce que  Madame Idamange Iryamugwiza Yvonne a osé faire et appelle à faire.

Idamange, la «Voix des Sans-Voix».

Madame Idamange estimant que les médias [locaux et internationaux] ne parlent ni osent dénoncer ces mesures disproportionnées de l’autorité rwandaise, elle emprunte  la voie des réseaux sociaux et ouvre un compte You Tube «Idamange» par lequel elle fait passer son message. Ne voulant pas se limiter à des mesures coronavirus seulement, Madame Idamange choisit délibérément d’élargir les angles et d’interpeler les autorités rwandaises sur plusieurs sujets sensibles: mesures restrictives de confinement prises à contrario du contexte spécifique rwandais, mesures délibérées et insoucieuses de la promotion de la qualité de l’enseignement des enfants des pauvres, durcissement des lois répressives contre la presse et violations massives des droits de l’homme dont la liberté d’expression et d’opinion.

© Photo/UJRE: Mme Yvone Idamange. Une citoyenne libre et révolutionnaire. Une veilleuse de la conscience collective rwandaise.

Très croyante et observatrice de bonne conscience de la société rwandaise, Madame Idamange s’autorise à interpeller également les autorités rwandaises sur la fermeture irrespectueuse des lieux de cultes/liberté de religion et sur l’injustice criante résultant du totalitarisme de l’État qui prône le « capitalisme sauvage » où les plus puissants et des riches proches du pouvoir s’accaparent librement les terres des pauvres et démolissent leurs maisons au vue de tout le monde sans les avoir expropriés ou indemnisés.

Madame Idamange ne s’arrête pas là. Elle enfonce le clou et dénonce énergiquement des disparitions et exécutions sommaires des survivants tutsis. Elle critique et décrie également l’exploitation du «Génocide », des douleurs des rescapés et des sites mémoriaux à des fins politiques et économiques, etc.

Dans toutes ces vidéos, elle pointe du doigt et met en question l’attitude du gouvernement et des associations ayant dans leurs attributions la défense et le soutien moral et financier des rescapés. Elle part d’une série des cas bien connus pour montrer et dénoncer l’indifférence manifeste et total et le manque de compassion du gouvernement et de ces associations qui se disent défenseuses des rescapés. Le cas récent notoire est, par exemple, celui de la mort du célèbre chanteur Kizito Mihigo dont la police prétend dire qu’il se serait suicidé en prison alors qu’il était sous leur surveillance.

Le fait qu’aucun membre du gouvernement ou de ces associations n’ait participé à ses funérailles – pour manifester leur compassion aux rescapés et réconforter la famille endeuillée comme d’ailleurs la culture rwandaise l’exige – cela montre combien la peine des rescapés n’a aucun sens pour le gouvernement ni pour ces associations. En terme éthique ou morale, ils ont enfreint les impératifs sociaux, politiques et culturels dont ils devraient pourtant être gardiens. Et c’est sur ces points que Mme Idamange les interpelle et les accuse même de vouloir étouffer délibérément toutes les voix qui réclament une enquête indépendante sur la mort de ce chanteur et d’autres rescapés assassinés ou portés disparus.

Déchainée et furieuse mais consciencieuse de ce qui l’attend (la mort ou prison), elle monte au créneau pour accuser les autorités rwandaises d’être en connivence avec la Commission nationale de lutte contre le Génocide (CNLG) et IBUKA, associations de défense des rescapés, dans le détournement des fonds destinés aux rescapés.

En effet, Mme Idamange accuse le leadership rwandais et ces associations, non seulement d’immoralité mais aussi d’indifférentisme et immobilisme politique. Ainsi, va-t-elle même oser déclarer «la mort du président Kagame» et à interpeller les hauts gradés de l’armée – officiers généraux – à faire quelque chose pour secourir, voire donc libérer les Rwandais.

Mme Idamange ne s’arrête donc pas là. Elle va aussi critiquer la gestion des sites mémoriaux dans lesquels les restes des victimes sont exposés. Pour Madame Idamange – et d’ailleurs pour tout Rwandais qui se respecte –, cela est inadmissible. Car, non seulement cette attitude est irrespectueuse de la dignité de la personne humaine mais aussi de la culture rwandaise qui nous recommande vivement l’enterrement des morts et l’entretien de leurs sépultures.

Toutes ces doléances que Madame Idamange formule à l’État rwandais au nom du peuple, elle les consigne dans ses vidéos publiées sur YouTube « Idamange » depuis le 31 janvier 2021 jusqu’au 15 février 2021.

Dans sa dernière vidéo du 15/02/2021, elle invitait tous les rwandais à faire une marche pacifique qui aurait dû se dérouler mardi le 16 février 2021 – le jour de son arrestation – vers le palais présidentiel sis à Kacyiru-Kigali. Elle appelait également les rwandais résidant en dehors de la capitale Kigali à se rendre aux bureaux des autorités régionales les plus proches de leurs localités afin de manifester et faire entendre leurs voix. Les Rwandais de la diaspora, quant à eux, étaient conviés à manifester devant les ambassades du Rwanda.

En guise de réaction, le gouvernement rwandais a initié et organisé une campagne de lynchage à travers les réseaux sociaux et ses médias. Cette campagne était non seulement à l’encontre de Mme Idamange pour la faire taire mais aussi visait à faire peur et à démoraliser quiconque aurait l’intention de l’imiter.

Cette campagne haineuse proférée par le gouvernement rwandais devenait de plus en plus tenace et menaçante dès déjà les trois premières vidéos diffusées.  La sécurité et la vie de Mme Idamange était donc en danger, avant même sa dernière vidéo qui a été le point culminant de son arrestation.

Elle était donc devenue la cible du gouvernement et traitée de tous les maux par les vuvuzela de ce régime sanguinaire: une fausse rescapée, une tutsi devenue pire qu’interahamwe, négationniste ou encore révisionniste du «Génocide», etc. Bref, une maman très respectueuse dans ses propos interpellant les autorités rwandaises à prêter l’oreille au cri du peuple qui a été malheureusement vilipendée et mise au banc d’infamies.

En l’espace de deux semaines seulement, Mme Idamange était devenue la nouvelle bête noire du régime mais aussi, du côté de l’opposition, une héroïne de la liberté d’expression. Dans ses six vidéos postées avant son arrestation le 16 février, elle accuse sans aucun détour son gouvernement de profiter du coronavirus pour cadenasser davantage les espaces de liberté d’expression et vouloir faire mourir les pauvres de faim.

Saluée par la communauté rwandaise dans l’ensemble et l’opposition, en particulier, tant de l’intérieure que de l’extérieure, elle a été immédiatement vilipendée par les acolytes et adhérents fervents du système et ses services, dont notamment la Commission Nationale de Lutte contre le Génocide (CNLG), l’association des rescapés tutsis IBUKA qui ont vite appelé à son assassinat ou arrestation. Ces vuvuzela du régime sanguinaire au pouvoir et leurs alliées l’accusent de minimiser le génocide. Un crime impardonnable au Rwanda. Ils sont allés trop loin même jusque à la traiter de « fausse » rescapée, pour dire qu’elle n’est réellement pas de l’ethnie tutsi.

Dans un pays où la liberté d’expression est quasi inexistante, voire donc très limitée, notre  youtubeuse devenue controversée sur les réseaux sociaux, assurait déjà – avant qu’elle soit arrêtée à son domicile – qu’elle ne pouvait rester silencieuse alors que ses compatriotes souffrent et meurent de faim.

Quand le mensonge prend l’ascenseur, la vérité, elle, prend l’escalier !

Eh bien, il est maintenant vrai et vérifiable que « Le mensonge donne toujours des fleurs mais jamais des fruits ». C’est ce que croit, en tout cas,  Joseph Matata, coordinateur du Centre de Lutte contre l’injustice et l’impunité au Rwanda (CLIIR). Ce marathonien rwandais des droits de l’homme appelle depuis longtemps les Rwandais, en particulier les rescapés Tutsi, a ‘‘refuser l’inacceptable’’ : être une caisse de résonance du système sanguinaire dans sa propagande haineuse et sa politique mensongère. Un vibrant appel qui a trouvé un bon accueil chez Mme Idamange et d’autres rescapés. Une heureuse nouvelle de ce marathonien rwandais des droits de l’homme qui ne transige jamais avec ce régime et appelle de tous ses vœux à le démystifier, à le combattre, à lutter et à déconstruire sa culture du mensonge imposée depuis 1994.

Ce défenseur infatigable des droits de l’homme dénonce depuis déjà plusieurs années, – sans être écouté – l’instrumentalisation des rescapés Tutsi et des Hutu cadres et ordinaires. Beaucoup d’entre eux sont devenus ces derniers temps des agents féroces de la propagande mensongère du FPR et praticiens de la mise en œuvre de sa politique répressive. C’est ce que ce marathonien des droits de l’homme appelle un «réseau de délateurs» pour le régime militaro-dictatorial. Lire et écouter l’intégrité de son interview exclusive publiée dans notre édition du 22/11/2018 : ”Le mensonge est le biberon des Rwandais”, Joseph Matata.

Le rêve de ce défenseur des droits de l’homme commence aujourd’hui à prendre sens et être non seulement le rêve d’un seul homme mais plutôt de tous les Rwandais. Car, effectivement, comme le dit Elder Camara «lorsqu’on rêve tout seul, ce n’est qu’un rêve alors que lorsqu’on rêve à plusieurs c’est déjà une réalité». Une pure et simple vérité proche de celle-ci qui dit que «le mensonge prend toujours l’ascenseur et n’arrive nulle part, alors que la vérité, elle, elle prend l’escalier et arrive jusqu’au bout»!

Et c’est ce qui est en train de se réaliser au Rwanda où le Front patriotique rwandais au pouvoir depuis 1994 a pensé que son mensonge restera toujours le biberon des Rwandais, pour emprunter l’expression de Joseph Matata, et que alors maintenant beaucoup commencent à le démasquer et le défier dans sa politique de capitalisation du  «Génocide».

«Génocide», un fonds de commerce qui n’a plus aujourd’hui de client !

Refuser d’être instrumentalisé. Depuis 1994 jusqu’à ce jour, le «Génocide contre les tutsis» était devenu un fonds de commerce. Une recette exclusive du FPR largement vendue, durant ces 26 ans, en Occident et dans quelques peu de pays africains. Une recette qui, jusqu’à ce jour, n’avait manifestement pas encore séduit le monde oriental. Une recette aujourd’hui qui peine à tenir ses résistances malgré son brevet hautement protégé.

L’entrée fracassante d’une jeune femme, Yvonne Iryamugwiza Idamange, sur la scène publique a encore démasqué et mis à nu la politique du Front patriotique rwandais (FPR) du mensonge sur le «Génocide rwandais». Les langues, surtout celles des rescapés tutsis de l’intérieur, commence à se délier petit à petit. Une prise de conscience de l’exploitation politico-politicienne démesurée du  «Génocide contre leurs congénères tutsi». La politique du FPR s’écroule petit à petit et au grand jour.

La défense de la cause des tutsi qui a été, pour le FPR, un excellent tremplin – un motif justifié aux yeux des grandes puissances occidentales  – pour accéder au pouvoir avec les kalachnikovs n’a plus aujourd’hui de crédits.

Ce mythe n’a pour le moment aucun fondement aux yeux des tutsi qui, depuis 26 ans, ont été politiquement utilisés pour miroiter la bonne image du FPR au monde. Ils ne veulent plus continuer d’être le bouclier du pouvoir autocratique et sanguinaire de Kigali. Une prise de conscience un peu tardive mais quand-même très fructueuse pour le changement. Une révolution en marche où l’indignation des plus jeunes, surtout, surfe sur la face. Une révolution sociale et politique en ébullition. Une urgence mais aussi une chance pour le FPR à accepter d’ouvrir des espaces politiques et négocier avec ses détracteurs pour éviter un bain de sang au Rwanda.

Le pouvoir n’en a donc plus d’autres choix que d’accepter le débat sur tous les aspects et dans tous les domaines de la vie sociale des Rwandais, y compris même sur le «génocide» aujourd’hui devenu sa «chasse gardée». Le FPR va-t-il vraiment se remettre à ouvrir les espaces d’expression et accepter les négociations? La question reste toujours posée et ouverte ?

Tharcisse Semana

Umunyamakuru.com

Qui est hors-jeu entre Judi Rever et le FPR?

L’Histoire du Rwanda ne devrait pas nous diviser. Nous ne devrions pas non plus nous attaquer à ceux qui contribuent au rétablissement de la vérité par des faits historiques, scientifiquement vérifiés. Quand on est en désaccord, on a droit d’avancer, avec motivation, sa version des faits, plutôt que de proférer des menaces envers autrui. On n’est pas obligé d’être d’accord sur toute la ligne, avec Judi Rever. Mais ce n’est pas pour autant qu’on doit se déchaîner contre elle. Dans une situation pareille, la place revient au débat, et on laisse les faits parler d’eux-mêmes.

Judi Rever est une journaliste d’investigation. Elle a été au Rwanda et en RDC (ancien Zaïre). Elle raconte ce qu’elle a vu. Elle a, elle-même, recueilli des témoignages de Rwandais de tous bords, et en outre, elle a eu accès aux documents confidentiels du TPIR, et bien d’autres.

Est-il possible d’étouffer, déformer ou dissimuler l’Histoire ? Les faits sont têtus comme dirait l’autre ! La véritable Histoire récente de la tragédie rwandaise est bel et bien connue : d’abord, par ceux qui l’ont vécue, ensuite par ceux qui ont croisé les différents acteurs ou les victimes, et enfin, par ceux qui ont pris connaissance de cette Histoire grâce aux témoignages fiables.

Pourquoi certaines personnes se déchainent contre Judi Rever ?

Judi Rever, journaliste, auteure de In Praise of Blood, The crimes of the Rwandan Patriotic Front

Journaliste d’investigation, Judi Rever a révélé des faces cachées ou peu abordées par les grandes organisations tant nationales qu’internationales. Elle est aussi, en quelque sorte, témoin d’une partie de l’Histoire de la région des grands lacs africains. Ceux qui ont de lourdes responsabilités dans la tragédie de cette région ont tout fait pour étouffer la vérité. Ils racontent les événements à leur guise ; or l’Histoire ne s’invente pas. Ce sont des faits réels. Et celle ou celui qui met la lumière sur ces faits, se voit malmené par ces puissants « éphémères »

Il est impossible d’imposer sa narration, surtout quand elle est biaisée. Au contraire, ce sont des faits, avérés, qui s’imposent. Depuis plusieurs années, ceux qui ont combattu dans les rangs du FPR (comme par exemple, les Majors Alphonse Furuma, Michael Mupende, Dr Théogène Rudasingwa, Lt Abdul Ruzibiza, Deus Kagiraneza, James Munyandinda, Jonathan Musonera, Noble Marara, Aloys Ruyenzi, Abdallah Jabo Akishuli, et bien d’autres), n’ont cessé de raconter ce qui s’est réellement passé sur le terrain qu’ils occupaient, que ce soit au Rwanda ou en RDC (ancien Zaïre). Des écrits signés, des audios, des vidéos sous forme de témoignages sont disponibles sur différents canaux de communication ou réseaux sociaux, et tout le monde peut y avoir accès. La plupart d’entre eux racontent la même chose que Judi Rever. Ces personnes sont aussi témoins oculaires. Judi Rever a rencontré certaines d’entre elles, et bien d’autres témoins. Ce que publie Judi Rever sur le Rwanda, se fonde sur ce qu’elle a vu, elle-même, et sur son travail de recherche et d’investigation.

A juste titre, comme d’autres, Judi Rever parle du génocide perpétré contre les tutsi. Elle ne l’a jamais nié ni minimisé. Il suffit de consulter ses publications (articles, reportages en audio ou vidéo, livres etc.). Est-ce que quelqu’un qui se positionne de cette façon, doit être obligé d’occulter les crimes innommables commis par l’armée du FPR ? Y a-t-il quelqu’un qui puisse nier ces crimes alors que ceux qui ont combattu pour le compte du FPR le prouvent de manière irréfutable ? Judi Rever a mené une enquête de 20 ans dans le souci de recherche de la vérité. Est-il sensé d’étouffer ou dissimuler l’Histoire ? Non.

Quand Judi Rever dit qu’il y a eu aussi un génocide perpétré contre les hutu, cela n’implique pas du tout la négation de l’autre génocide ni forcément sa minimisation.

Le traitement intolérable et les propos violents dont fait l’objet Judi Rever sont injustes et inadmissibles. Je ne le dis pas seulement parce que Judi Rever est une consœur, mais tout simplement parce qu’elle a fait son travail de journaliste, et en plus, en sacrifiant de longues années pour une recherche minutieuse basée sur les faits, les témoignages de victimes de la tragédie et d’autres sources crédibles.

Jean-Claude Mulindahabi, Journaliste.

Jean-Claude Mulindahabi

Source: Facebook

L’ex-Premier ministre Édouard Balladur ouvre ses archives de 1994 sur le Rwanda

L’ancien Premier ministre français Édouard Balladur a annoncé ce lundi l’ouverture prochaine de ses archives sur le Rwanda, à quelques semaines de la remise d’un rapport d’historiens sur le rôle controversé de Paris pendant le génocide de 1994.

Édouard Balladur photographié en 1994 à Rennes alors qu'il était Premier ministre.
Édouard Balladur photographié en 1994 à Rennes alors qu’il était Premier ministre. | ARCHIVES OUEST-FRANCE/PHILIPPE CHER

J’ai décidé d’autoriser le moment venu l’ouverture de mes archives de Premier ministre, afin que chacun puisse librement constater ce que furent nos actions et ses résultats , écrit ce lundi Édouard Balladur, qui fut entre 1993 et 1995 le chef d’un gouvernement de droite dit « de cohabitation », sous la présidence socialiste de François Mitterrand.

Dans sa déclaration, Édouard Balladur défend notamment l’Opération Turquoise, une intervention militaro-humanitaire lancée par Paris au Rwanda, sous mandat de l’ONU entre juin et août 1994, qui a selon lui assuré la sauvegarde des victimes quelles qu’elles soient et dissuadé la poursuite des violences.https://d-2865446181427112706.ampproject.net/2011252111003/frame.html

Il « aimerait que les doutes soient levés »

Les détracteurs de Turquoise estiment que cette opération visait en réalité à soutenir le gouvernement génocidaire hutu, et s’inscrivait dans une stratégie de longue date menée notamment par la présidence française.

Les archives de Édouard Balladur vont faire apparaître que le gouvernement de l’époque et l’armée n’avaient rien à se reprocher, a déclaré à l’AFP un ancien conseiller du Premier ministre, Hugues Hourdin.

M. Balladur aimerait que les doutes soient levés sur l’action du gouvernement qu’il a conduit, il s’agit de purger ce débat lancinant depuis 25 ans, a-t-il ajouté.

Les zones d’ombre sur le rôle de Paris avant, pendant et après le génocide des Tutsis au Rwanda – qui fit selon l’ONU au moins 800 000 morts d’avril à juillet 1994 – restent une source récurrente de polémiques en France et empoisonnent les relations avec Kigali depuis près de 25 ans.

Les archives seront ouvertes début avril

Les archives de Édouard Balladur, des centaines de notes personnelles, de notes de cabinet, de PV d’entretiens avec le président Mitterrand, seront ouvertes au grand public début avril, en même temps que la publication du rapport de la commission d’historiens dirigée par Vincent Duclert pour faire la lumière sur le rôle de Paris.

Mise en place par Emmanuel Macron en 2019, cette commission a eu accès aux archives de Édouard Balladur, mais également à celles de François Mitterrand.

L’annonce de leur ouverture au grand public est une première victoire, a réagi M. Duclert, qui espère également l’ouverture du fonds Mitterrand.

Source : https://amp.ouest-france.fr/monde/rwanda/l-ex-premier-ministre-edouard-balladur-ouvre-ses-archives-de-1994-sur-le-rwanda-7107533?__twitter_impression=true