Category Archives: Société

Vendredi de gratitude avec Ariane Mukundente

Vendredi de gratitude: Felicula Nyiramutarambirwa, la pionnière

Felicula Nyiramutarambirwa

Pour ce vendredi de gratitude, je vous présente une femme hors du commun au nom de Felicula Nyiramutarambirwa que j’ai eu le privilège de connaître personnellement. Déjà très jeune, je me suis rendue chez elle avec sa sœur religieuse, Petite sœur Monica de Jésus. Elles habitaient une maison nichée dans un champ de bananier. Je n’ai jamais oublié mon passage en ce lieu car je n’avais jamais vu des bananiers aussi hauts et serrés en si grand nombre les uns sur les autres. Avec le vent, leurs feuilles faisaient un bruit énorme, le lourd bruissement produit par une véritable forêt de bananiers. Et non, ce n’était pas à Kibungo mais bien à Gitarama, dans la commune de Mukingi. Un bon souvenir que je garde dans ma tête avec celui de sa maman si accueillante et à l’affection débordante.

Telle mère, telle fille : je n’ai jamais vu quelqu’un d’aussi fort caractère, courageuse, charismatique, aimable, rassembleuse… bref une leader-née que Felicula Nyiramutarambirwa. Et son parcours est impressionnant. Elle était auxiliaire de l’Apostolat, ce qu’on appelait communément ‘’abakobwa ba Musenyeri’’. Elle fut professeure et directrice de l’École sociale de Karubanda à Butare, une école secondaire pour jeunes filles. Elle a quitté la direction de l’école quand elle fut élue Députée au Conseil National de Développement (CND) pour représenter la préfecture de Gitarama où elle remplit cette fonction avec brio, en vraie représentante du peuple.

Felicula Nyiramutarambirwa avait le courage de penser en dehors du système, de le remettre en cause, et surtout de modifier le statu quo. Elle n’avait pas peur de sortir des sentiers battus pour trouver des solutions innovantes. C’est pour cette raison qu’elle a bataillé, malgré l’échec de ses efforts, contre la dot à la rwandaise car elle considérait que la femme était traitée telle une marchandise. Elle avait une confiance en elle qui suscitait l’admiration. Felicula Nyiramutarambirwa savait ce qu’elle voulait et ce qu’elle pouvait apporter aux autres en faisant preuve d’un leadership orienté vers le résultat. Elle n’en considérait pas moins les avis des autres tout en nourrissant les relations personnelles qui construisent les équipes soudées par l’atteinte d’objectifs communs.

Félicula Nyiramutarambirwa montra son leadership, notamment, en réunissant les parents de quatre communes, Mukingi, Tambwe, Ntongwe et Kigoma de la région de Gitarama pour fonder en 1988 une école secondaire privée, le Groupe Scolaire Indangaburezi, de Ruhango. Son premier Directeur n’était autre que le journaliste de la VOA Venuste Nshimiyimana qui lança l’école avec 80 élèves alors qu’elle en compte aujourd’hui près de 2500, allant du cycle secondaire à l’université. L’église fournit le terrain et l’école fut construite à crédit par feu Ignace Rulinda (RIP) qui avait beaucoup d’affection pour Felicula Nyiramutarambirwa.

Felicula Nyiramutarambirwa fait partie des trois samaritaines qui ont eu l’initiative de venir en aide aux femmes du Rwanda en détresse en fondant l’organisation Umushumba mwiza – Le bon Pasteur. L’idée même en est attribuable à une autre grande dame au grand cœur, Thérèse Mujawayezu, qui en a fit part à son amie la Reine Gicanda Rosalie ainsi qu’à la Députée Felicula Nyiramutarambirwa. Les trois compères en ont recruté sept autres, dont trois prêtres, et ce sont ces dix âmes charitables qui en sont venus à créer l’association du Bon Pasteur.

Mais pour beaucoup, la réalisation la plus spectaculaire de Nyiramutambirwa est la création en 1987 au Rwanda, avec la complicité de près de 30 personnes, d’une institution de Microfinance appelée DUTERIMBERE. Cette dernière existe toujours et compte parmi les plus importantes au pays. Afin de bien saisir l’ampleur des retombés de ce projet et l’impact de Felicula Nyiramutarambirwa sur la vie des gens, il suffit de lire ces quelques mots de l’américaine Jacqueline Novogratz, fondatrice et PDG d’Acumen, une association à but non lucratif américaine pour aider les pauvres par la promotion de l’entreprenariat:

” 1986. Kigali, Rwanda. I am standing in a field on a blue-sky day, surrounded by tall, yellow sunflowers. I am a twenty-five-year-old former banker dressed in a flowery skirt, wearing flat, mud-speckled white shoes, my head filled with dreams of changing the world. Beside me is an apple-cheeked, bespectacled nun in a brown habit smiling broadly. Her name is Felicula, and I adore her for taking me under her wing. Along with a few other Rwandan women, she and I are planning to build the first microfinance bank in the country. Today, we’re visiting a sunflower oil-pressing business, the kind of tiny venture our bank might one day support. We plan to call the microfinance organization Duterimbere meaning “to go forward with enthusiasm.”

All I see is upside.

  1. Kigali, Rwanda. I am standing at an outdoor reception on a starry night, surrounded by men and women in dark suits. I am the fifty-five-year-old CEO of Acumen, a global nonprofit seeking to change the way the world tackles poverty. Rwanda’s president, Paul Kagame, and his top ministers are at the reception to meet potential investors in a new $70 million impact fund Acumen is building to bring solar electricity to more than ten million low-income people in East Africa ”.

Ces mots sont extraits de son livre “Manifesto for a Moral Revolution”. Et voilà! Quoi dire de plus? Le Rwanda a de quoi être fier de cette femme exceptionnelle qui a changé la vie de beaucoup de gens de son vivant et même au-delà, jusqu’à aujourd’hui. Malheureusement, comme bien d’autres héros, Felicula Nyiramutarambirwa connut une fin tragique, en 1989. Elle est tuée dans un accident de voiture aux circonstances encore non élucidées. Peu de temps après sa mort, le directeur du Groupe Scolaire Indangaburezi a mobilisé les membres de l’organisation ainsi que d’autres rwandais pour mettre en place la Fondation Felicula Nyiramutarambirwa ayant pour objectif de poursuivre son œuvre d’éducation auprès des enfants rwandais.

Toutefois, alors que le communiqué annonçant la tenue de l’assemblée constituante de la Fondation venait de passer à la radio nationale et que des bienfaiteurs avait déjà commencé à verser leurs contributions, des responsables des Services de renseignements sont venus solliciter le report des assises. Le directeur a tout bonnement refusé. Par après, l’évêque de Kabyayi, Monseigneur Thaddée Nsengiyumva, s’est déplacé à Ruhango pour demander au directeur de reporter la création de la Fondation. Monseigneur Thaddée a également exigé qu’un autre communiqué soit transmis à la radio pour annuler la première annonce. On évoquait alors que la création de la Fondation pourrait entraîner des émeutes. Le régime soupçonnait également, sans chercher vraiment à l’expliquer, que le nouvel organisme risquait de jeter les bases à la création d’un parti politique qui pourrait fédérer les gens de la région de Gitarama.

Et voilà comment la paranoïa empêcha qu’une belle action voit le jour, et ce au nom de Felicula Nyiramutarambirwa. Qu’importe, ses œuvres d’hier à aujourd’hui parlent d’elles-mêmes. C’est l’une des femmes rwandaises qui, par ses actions remarquables, mérite que son nom figure avantageusement dans la liste des Héros du pays. C’est avec humilité que je vous demande de rendre hommage à cette dame aux valeurs humaines hors du commun. Une véritable inspiration pour les jeunes filles rwandaises. En ce qui me concerne, je salue son engagement en politique comme grande pionnière. Ce sont des femmes comme Felicula Nyiramutarambirwa dont nous avons besoin. Des femmes de conviction au service du peuple.

Felicula Nyiramutarambirwa, niyubahwe!

Ariane Mukundente

Akana Alice mu buzima bushaririye no gukama ikimasa!

Tumaze iminsi tubona umukobwa wa Nsekalije Aloys witwa Akana Alice yitakuma ku mbuga nkoranyambaga nka facebook avuga ibigwi FPR na Kagame. Yigira Inkotanyi kurusha iz’amarere z’ikubitiro. Agira ibitutsi n’ugushyanuka birenze urugero. Ariko bigatuma abantu bibaza impamvu atajya i Kigali cyane ko avuga ko igihugu kiyobowe neza! Twashatse abamuzi batubwira iby’ubuzima bwe. Buteye agahinda! Inkuru irambuye turayigezwaho n’umukunzi wacu.

Akana alice ni muntu ki?

Alice AKANA yavukiye i Kigali tariki ya 18 Mata 1972 avuka ari umwana wa 6 mu bana 8 b’umugore mukuru wa Colonel NSEKALIJE Aloys.
Amashuri abanza yayigiye i Kigali ayisumbuye ayakomereza ku Nyundo. Jenoside yo mu 1994 yabaye Akana atararangiza amashuri yisumbuye, aza kuyarangiriza ku kindi kigo. Nyuma yaje guhungira i Nairobi muri Kenya asanga yo  bamwe mu bo bavukanye bari baranze gusanga ababyeyi babo mu Rwanda. Muri iki gihe mu bo bavukana, abakobwa babiri batuye mu Bubiligi, umwe atuye muri Canada (Quebec), umwe atuye mu Buholandi, umwe mu Busuwisi. Musaza we witwa Fidèle Mitsindo atuye mu Rwanda akaba avugwaho kwica no kwicisha abantu benshi mu yahoze ari amakomini ya Karago na Giciye. Undi mwana wabo w’umuhugu yitabye Imana.

fb_img_1501325551678Akana Alice na musaza we , Mitsindo Fidèle bamamaza Kagame mu 2017.

Akana Alice afite abana 3 yabyaranye n’abagabo 3 batandukanye. Inda y’umuhungu we mukuru yayitwariye i Nairobi muri Kenya, ariko umwana yavukiye mu Butaliyani. Akana alice yageze mu Butaliyani ahunze ariko yibwira ko asanze se w’umwana, kuko we yari yarahageze mbere. Uwo musore, se w’umwana mukuru wa Akana akaba mwene wabo wa Perezida Habyarimana. Akana akihagera, umusore yamuteye utwatsi, kandi ni mu gihe kuko i Nairobi Akana yari azwiho kuryamana n’abagabo benshi batandukanye mu gihe kimwe. Ngo yagiraga ubuntu butangaje cyane!

Ibyo bibaye, Akana yahise ayabangira ingata ahungira mu bu Bubiligi aho yakiriwe n’inshuti za Nsekalije zirimo Bwana Ndagijimana Emmanuel bita Idi Amini, Karake, n’abandi benewabo bakomoka ahitwaga mu Bushiru, ariko cyane cyane bene wabo wa Perezida Habyarimana. Icyamuranze cyane ni ubumenyi buke mu kwita no kurera ako kana ke k’agahungu kari kakiri gato. Imyaka ya mbere, Akana yabanye cyane n’imiryango y’abahoze ku butegetsi mbere ya 1994 ariko ashishikajwe cyane no kuba yababonamo  umugabo. Aha twavuga cyane cyane abana ba Habyarimana, Kabuga, Nsanzimana Sylvestre, n’abandi. Kuba na bo barakomeje kumutera utwatsi biri mu byatumye buhoro buhoro agenda arushaho kwiheba, dore ko uko yagendaga asaza ari na ko yarushagaho kugira uburanga budakurura abasore.

Mu kurwanya uko kwiheba, Akana yatangiye gushakishiriza mu madini y’inzaduka y’abarokore  ndetse agera no mu madini akorana bya hafi na FPR, aza kwisanga atagiterwa isoni no kwiyita Inkotanyi! N’ubu aracyakomeje kwiyita ko asenga Yesu ariko byose bikajyana n’ibitutsi n’amagambo y’urukozasoni yirirwa yandika ku mbuga nkoranyambaga. Uburere yigeze kugira FPR yabumukamuyemo, imugira intore ariko y’intoraguramayugi!

Yigeze gukora amasezerano yo kubana akaramata (mariage) n’umugabo w’umuzungu babana ahitwa Ottignies mu Bubiligi ariko ntibatinze gutandukana kubera ya ngeso yo gushurashura y’i Nairobi.  Umwana babyaranye, ubucamanza bwaramumwambuye bumuha se kubera imyitwarire mibi ya nyina.

Akana afite umwana muto w’umukobwa yirirwa yirukankana hirya no hino ku buryo na we ashobora kumwamburwa. Haracyashakishwa uwamwakira cyane ko ise umubyara yanze kumwemera kandi n’abandi bakobwa ba Nsekalije badashobora kumufata kubera  impamvu zabo bwite.

Imibereho ikarishye

Akana Alice yageze mu Burayi afite imyaka 25 ariko kuva icyo gihe ntiyigeze agira ka formation na kamwe akora, bityo nta kazi na kamwe yigeze agira kugeza magingo aya. Bimwe mu byamuranze akigera mu Bubiligi ni ukuntu yavugaga hirya no hino ko Nsekalije yaraguriwe kuzaba Président w’u Rwanda! Izo ndagu zatumye azenguruka abapfumu (marabout) bose n’aba voyants b’i Buruseli ! Bose kandi ngo bamubwiraga ko izo ndagu ari zo, na we si ugutyaza amenyo no kurya umunyu karahava!

Kubera gushaka kubaho bidahuye n’ubushobozi bwe, byagiye bituma akenshi yirukanwa mu nzu yari acumbikiwemo za HLM (habitation à loyer modéré)  maze akajyanwa mu mazu azwi nka “maisons d’accueil” ashoreranye n’utwo twana twe.

Umuhungu we mukuru byamuviriyemo guhagarika amashuri yisumbuye kugeza  n’ubu akaba akomeje guhangayikisha abigeze kumumenya cyane cyane ko atakibana na nyina. Uyu ni we Akana yatangarije ku ma radio  na televiziyo i Kigali ko ngo yifuza kujya kwibera mu Rwanda! Imibereho yo mu Bubiligi ntiyamuhiriye kubera guhora yirukanwa mu mazu azira kutishyura ubukode, ndetse serivisi zitaga ubufasha zagiye zimufungira  imfashanyo kubera amanyanga yakoze menshi atandukanye! Akana abonye ashobewe yize amayeri mashya yo gusabiriza amafaranga akagenda yitwaje abana, inzara cyangwa amashuri.

Kujya mu Rwanda

Akana amaze gushoberwa yigiriye inama yo kujya gushakishiriza i Kigali. Yibwiraga ko niyamamaza Kagame azamufasha kugaruza imwe mu mitungo Nsekalije yasigiye abana b’umugore we mukuru, ndetse byanashoboka agahabwa n’imutungo yasigiwe umugore muto. Umugore mukuru we yari yaritabye Imana. Ibi Akana kandi yashakaga kubikora aciye inyuma abandi bavukana baba hanze.

Gusa rero ngo “aho umutindi yanitse ntiriva”. Imibare ye yaje kumupfana kubera  kwerekwa igihandure na muramukazi we ( Umugore wa Mitsindo). Uyu mugore ni we ucunga ibintu kubera ko Mitsindo afite uburwayi bwo mu mutwe budasobanutse ( ab’iwabo bavuga ko ari abazimu b’abantu yishe bamutera). Ikindi, ni uko umugore wa Nsekalije muto afite abamushyigikiye benshi mu cyama ku buryo gushyigikira Kagame muri campagne ntacyo byashoboraga guhindura. Hakiyongeraho ko akundwa cyane na bene wabo wa Nsekalije baba mu Murenge wa Rambura ngo kuko ari umugore urangwa no gushyira mu gaciro no gushishoza.

téléchargement (4)

Akana alice yiyegereje aba jenerali

Akana alice abonye atega zivamo, yivuye inyuma si uguhuragura ibigambo, abanyakigali batamuzi bakagira ngo barobye isamaki , bya he byo kajya!
Paul Kagame yarabyitegereje, yumva ibigambo byuzuye ubujiji Akana yahuraguye yibwira ngo arabona amanota, biramurakaza cyane:

Kugaruka i Burayi

Ibyo byose byanze, Akana yahisemo gushaka agahungu k’aka jeune yabeshyeshya kujya i Burayi kugira ngo kamurongore na byo ntibyakunda kubera ko uburara bwe buzwi ku isi hose. Ikindi kandi haza no gutahurwa ko kuzamuzana (Réunification familiale) nta kazi yigeze bidashoboka.
I Kigali abantu bazi Akana Alice bari basigaye bamubona bakamwihisha kubera ibihe bikomeye by’inzara n’ubushomeri yari amaze kugeramo, bigera n’aho abura uwamucumbikira. Ng’uko uko yazinze amabinga agaruka mu Bubiligi atumva atabona.

Ubu abavandimwe be baba hanze bamucitseho kubera buriya bujura yashatse kubakorera mu Rwanda.
Magingo aya Akana Alice abarizwa mu mujyi wa Charleroi. Biravugwa ko noneho ubu ari mu gukora amahugurwa mu bijyanye no kwita ku bageze mu zabukuru. Aho aviriye mu Rwanda ubu nta munyarwanda ukimwegera, aho anyuze hose baramuhunga kuko bakeka ko yabaha uburozi buzwi nk'”utuzi twa Munyuza”.

Ng’uko uko Akana alice yashaririwe n’ubuzima, agashaka kwisunga FPR ariko bikaba bya bindi byo gukama ikimasa.

Tubanambazi Ezéchiel

Buruseli


Avis aux lecteurs: Nos articles peuvent être reproduits à condition de citer le nom d’auteur et le site web source.                                                                                                           Notice to readers: Our articles may be reproduced provided the author’s name and the source website are cited.

 

“Libérez les prisonniers pour lutter contre COVID-19” – ONU.

Les gouvernements sont exhortés à libérer les prisonniers dans le cadre de lutte contre Corona Virus. C’est une recommandation du Haut-commissaire aux droits de l’Homme de l’ONU, Madame BACHELET Michelle en date du 25 mars 2020.

UNHRC

La détention de détenus pendant la crise # COVID19 comporte un risque élevé et devrait être une mesure de dernier recours. Avec les flambées épidémiques en augmentation et le nombre croissant de décès dans les prisons et autres institutions dans de nombreux pays, les autorités devraient agir maintenant.  

Le Rwanda étant parmi les pays dont la concentration carcérale est très élevée devrait respecter cet appel du Haut Commissaire afin d’éviter la propagation. Selon World Prison Brief, le Rwanda occupe la 28ème place au monde avec 65.000 de prisonniers, soit à peu près 550 détenus sur une population de 100.000. Les vieux, les porteurs de maladies chroniques sont beaucoup plus vulnérables au Corona Virus.

La réponse du Rwanda est susceptible d’être négative car, pour le régime en place, l’emprisonnement ne constitue pas une correction et une préparation à l’insertion dans la société après la peine, mais plutôt, une injustice institutionnalisée, un moyen de règlement de compte, un moyen d’éliminer à petit feu les opposants politiques réels et supposés. Dans les situations ordinaires, même les clauses de la loi qui ordonnent la mise en liberté  de détenus sont ignorées. Par exemple en 2018, lors de la candidature du Rwanda à la direction de ‘Organisation Internationale de la Francophone (OIF), le gouvernement a annoncé la libération de 2500 prisonniers, un chiffre qui plus tard est confirmé fictif. En réalité quelques détenus ont été libérés dont l’opposante Madame Victoire INGABIRE et le chantre de la réconciliation Kizito MIHIGO. Les autres comme Déogratias MUSHAYIDI se sont vu refuser la liberté alors qu’ ils remplissaient les mêmes conditions. Le 17 mars 2020, MIHIGO est retrouvé mort dans sa cellule de police, MUSHAYIDI est toujours en prison et INGABIRE subit des persécutions et harcèlements incessants dans sa demie liberté, en dehors de la prison.

Madame BACHELET propose, par exemple, la libération des malades. Ce qui est délicat car au Rwanda, la majorité de prisonniers sont malades à cause des conditions de détention déplorables.

Un défi lancé aux dirigeants du Rwanda qui dernièrement ont profité de la situation du pays face au COVID-19 pour booster leur réputation mythifiée. 

Par contre,  le président nigérien Issoufou Mahamadou a annoncé vendredi 27 mars 2020 la remise gracieuse des peines pour 1.540 détenus, l’Iran en a libéré 85.000.

Chaste GAHUNDE. 


Avis aux lecteurs: Nos articles peuvent être reproduits à condition de citer le nom d’auteur et le site web source.
Notice to readers: Our articles may be reproduced provided the author’s name and the source website are cited.

Kagame a bluffé les Rwandais!

Le 27 mars 2020, le Général Paul Kagame s’est adressé à la nation sur le coronavirus . En d’autres termes, Kagame aura attendu deux mois et 27 jours pour parler à la nation de la pandémie qui, le 31 décembre 2019 a initialement frappé Wuhan, une ville de l’est de la Chine.

Au moment où Kagame s’est finalement adressé à la nation, 54 Rwandais étaient déjà infectés par Covid19. Le discours qui n’a duré que 5 minutes et 38 secondes était une rhétorique vide. Parmi tant d’autres trois questions clés sont restées sans réponse.

1) Quelles sont exactement les dépenses de santé accrues pour lutter contre la pandémie de coronavirus?

2) Quels sont exactement les secours accordés aux Rwandais qui sont en situation de verrouillage total?

3) Quelles sont exactement les dépenses à plus grande échelle pour soutenir les secteurs économiques durement touchés tels que le secteur du tourisme?

Les Rwandais restent inquiets.

Traduction libre par Chaste Gahunde

David Himbara

htts://medium.com


Avis aux lecteurs: Nos articles peuvent être reproduits à condition de citer le nom d’auteur et le site web source.
Notice to readers: Our articles may be reproduced provided the author’s name and the source website are cited.

Kagame se fait remplacer par le Premier Ministre pour assurer l’intérim.

Bienvenue en République bananière du FPR.

Saviez-vous pourquoi c’est Dr NGIRENTE qui a déclaré l’état d’urgence sanitaire ?

ngirente

Dr NGIRENTE Edouard, Président ad interim

“Lorsque le Président de la République est en dehors du pays, en cas de maladie ou
d’empêchement temporaire, son intérim est assuré par le Premier Ministre. (Constitution,  art 105, alinéa 9)”. 

Sauf que ceci en soi ne suffit pas pour lui permettre de décréter l’état d’urgence sanitaire. Ce que NGIRENTE a fait est anticonstitutionnel,  et de ce fait, il doit être démis de ses fonctions! Le pourqoui du comment ci-après.

Il y a peu de temps, nous vous parlions de mesures contre COVID-19 illogiques appliquées au Rwanda en ce moment. Mais pour être franc, personne n’avait imaginé que Dr NGIRENTE Edouard, Premier Ministre rwandais pourrait nous duper avec des mesures non seulement farfelues, sans la moindre conformité avec le contexte local, mais aussi et surtout des mesures en violation de “notre chère” loi suprême du pays? Comment peut-on respecter un régime qui piétine les lois qu’elle-même a mises en place? Et pourquoi il ne dit rien à propos de la maladie de Paul KAGAME?

Pour rappel:

  • En date du 14 mars 2020, le premier cas du COVID-19 est déclaré à Kigali (sauf que l’ambassade des Pays Bas l’avait su deux jours avant). 
  • Le 21 mars 2020, le Premier Ministre rwandais Dr NGIRENTE Edouard sort les mesures pour arrêter la propagation du virus. Le pays vient d’entrer en état d’urgence sanitaire. 

Qu’en dit la Constitution du pays ?

Beaucoup de Rwandais sont contre cette Constitution parce qu’elle contient pas mal d’incohérences. Mais tout de même, c’est la loi suprême et aucun autre instrument légal ne peut la contrarier. A propos de l’état d’urgence, la Constitution stipule:

Le Président de la République déclare l’état de siège ou l’état d’urgence dans les conditions prévues par la présente Constitution et d’autres lois”. Art 108, Alinéa 3.

Et l’article 136 de la même Constitution ne peut être plus clair:

L’état de siège et l’état d’urgence sont régis par la loi et sont proclamés par le Président de la République après approbation du Conseil des Ministres. (Alinéa 1)

La déclaration de l’état de siège ou l’état d’urgence doit être dûment motivée et
spécifier l’étendue du territoire concerné, ses effets, les droits, les libertés et les garanties suspendus de ce fait et sa durée qui ne peut pas aller au-delà de quinze (15) jours. (Alinéa 2)

Sa prorogation au-delà de quinze (15) jours ne peut être autorisée que par le Parlement statuant à la majorité des deux tiers (2/3) des membres de chaque Chambre.(Alinéa 3)

L’état d’urgence est déclaré, sur la totalité ou une partie du territoire national, en cas de calamité publique ou de trouble de l’ordre constitutionnel dont la gravité ne justifie pas la déclaration de l’état de siège. (Article 137, Alinéa 2)

Tout étant assez net, l’on ne peut que se demander d’où Monsieur NGIRENTE tire l’autorité de décréter l’état d’urgence. Du Président peut-être, ce qui soulève d’autres interrogations, notamment:

  1. Pourquoi Kagame s’est fait remplacer par son Premier Ministre?
  2. Quand a eu lieu le conseil des ministres pour approuver ces mesures ?

L’article 119 de la Constitution explique les attributions et responsabilités du Premier Ministre et l’article 105 en ajoute:

Lorsque le Président de la République est en dehors du pays, en cas de maladie ou
d’empêchement temporaire, son intérim est assuré par le Premier Ministre. (Alinéa 9).

L’on sait déjà que le jet privé de Paul Kagame est à Londres depuis le 21 mars 2020, même si ses services n’ont pas voulu le révéler. Aussi, les commérages sur les réseaux sociaux font allusion à l’état de santé précaire du Président, – probablement atteint du COVID-19 – ce qui confie au Premier Ministre les responsabilités présidentielles par intérim.

Cependant, il n’y a jamais eu de Conseil des Ministres pour approuver l’état d’urgence sanitaire et les mesures qui vont avec, ce qui nous fait penser à la République bananière. 

En conclusion, le décret du Premier Ministre Edouard NGIRENTE du 21 mars 2020 portant sur les mesures COVID-19, est déclaré nul et non avenu car anticonstitutionnel.

Chaste Gahunde


Avis aux lecteurs: Nos articles peuvent être reproduits à condition de citer le nom d’auteur et le site web source.
Notice to readers: Our articles may be reproduced provided the author’s name and the source website are cited.