Category Archives: Politiki

Abafashwe bose bashinjwa kurenga ku mabwiriza ya “Guma mu rugo” bagomba guhita barekurwa nta yandi mananiza.

Abafashwe bose bashinjwa kurenga ku mabwiriza ya “Guma mu rugo” bagomba guhita barekurwa nta yandi mananiza.

Itangazo N° ISH2020/04/004

Mu nama yayo idasanzwe yateranye kuwa kane tariki ya 16/04/2020 iyobowe na Madame Claire Nadine KASINGE, Komite Nshingwabikorwa y’Ishyaka Ishema ry’u Rwanda, yasuzumiye hamwe ibibazo by’ingutu birimo inzara, akarengane n’ifungwa rya hato na hato bikomeje gukorerwa abanyarwanda banyuranye muri iki gihe cya Corona Virus (Covid-19);

  1. Tumaze kungurana ibitekerezo, abagize Komite Nshingwabikorwa dutangaje ibi bikurikira:
  2. Leta ikomeje kwitwaza ingamba yafashe mu gukumira icyorezo cya Corona virus igahutaza rubanda.
  3. Bitewe n’uko igihugu cy’u Rwanda cyinjijwe mu bihe by’amage mu buryo bunyurayije n’amategeko, ibyemezo byose bifatwa bishingiye kuri izo ngamba nshya binyuranyije n’amategeko, kandi bikabangamira uburenganzira bw’ingenzi bw’abenegihugu n’ububasha bw’inzego z’ubutegetsi bw’igihugu.

Itegeko riteganya ibyaha n’ibihano muri rusange rivuga ko:

Ingingo ya 3: “Nta muntu ushobora guhanwa kubera gukora ikibujijwe cyangwa kwanga gukora igitegetswe bitari icyaha hakurikijwe amategeko y’igihugu cyangwa mpuzamahanga mu gihe byakorwaga.

Ingingo ya 4: Amategeko ahana agomba gufatwa uko ateye, ntashobora gukoreshwa ku buryo butandukira”.

  1. By’umwihariko, Leta irimo guhohotera abanyarwanda n’abanyamakuru bagerageje kuvuga akarengane n’akababaro ka Rubanda muri ibi bihe, ubu abibasiwe akaba ari abakoresha imbuga nkoranyambaga mu gusakaza amakuru ajyanye n’ako karengane.
  2. Umwe mu bafashwe tariki ya 15 Mata 2020 ni Bwana NIYONSENGA Dieudonné alias Cyuma Hassan uyobora Chaine Youtube ISHEMA TV.
  3. Bwana NIYONSENGA Dieudonné yafashwe mu gihe yari agiye gukora iperereza ku baturage bamaze kwicwa n’inzara kubera ingamba Leta yafashe mu buryo budakurikije amategeko kandi butitaye ku mibereho ya Rubanda.
  4. Dusanga ifatwa rya Bwana NIYONSENGA Dieudonné ari urwitwazo ahubwo rihishe byinshi cyane cyane ko ari umunyarwanda wari usigaye atanga amakuru ubutegetsi budashaka ko amenyekana:
  • Ni we waduhishuriye ko umurambo wa Kizito MIHIGO wari ufite ibikomere mu maso bigaragaza iyicwarubozo yakorewe. Ibi ni byo byatumye ikinyoma cyo “kwiyahura” cyari cyavuzwe na Polisi y’u Rwanda gitahurwa.
  • Ni we wakoze inkuru ku iyimurwa ry’abaturage mu mujyi wa Kigali mu gace kazwi nka Bannyahe agaragaza akarengane ka rubanda.
  • Ni we wakoze inkuru ivuga uburyo abasirikare bagiye gufata abagore ku ngufu muri kariya gace ka Bannyahe mu rwego rwo guhatira abaturage kwimuka. Umuvugizi wa Polisi mu mujyi wa Kigali yahakanye ibivugwa muri iyi nkuru yongeraho ko abaturage batanze ubuhamya ari abarwanya Leta, nyamara nyuma biza kugaragara ko amakuru ya Bwana NIYONSENGA Dieudonné ari impamo.

Kubera izo mpamvu zose:

  1. Leta ya Kagame igomba guhagarika itotezwa n’ihohoterwa ikomeje gukorera abanyarwanda bose bivuye ku ngaruka zituruka ku ngamba zidafututse, zafashwe mu buryo budakurikije amategeko.
  2. Abafashwe bose bashinjwa kurenga ku mabwiriza ya “Guma mu rugo” bagomba guhita barekurwa nta yandi mananiza kuko nta cyaha amategeko mpanabyaha ateganya kitwa gutyo.
  3. By’umwihariko Bwana NIYONSENGA Dieudonné Alias CYUMA Hassan na bagenzi be bagomba kurekurwa nta yandi mananiza.
  4. Abarenganijwe n’izo ngamba bose bagomba kurenganurwa bagahabwa n’indishyi z’akababaro.

Bikozwe kuwa 16 Mata 2020

Nadine Claire KASINGE

Perezida Ishema Party

logo ishema

https://ishema-party.org

 Hakenewe ubuyobozi bushoboye guhangana n’ibibazo biriho muri iki gihe.

 Hakenewe ubuyobozi bushoboye guhangana n’ibibazo biriho muri iki gihe.

Itangazo ISH 2020/04/003

Dushingiye ku itangazo N° ISH 2020/04/002 rya Komite Nyobozi ryo kuwa 29/03/2020 risaba ko Perezida Paul KAGAME na Minisitiri w’Intebe Edouard NGIRENTE beguzwa ku bw’amakosa akomeye bakoze harimo kwica itegeko Nshinga ku buryo bukomeye,

Dushingiye kandi ko Leta iyobowe na FPR Inkotanyi ikomeje kugaragaza intege nkeya mu guhangana n’ibibazo igihugu kirimo cyane cyane inzara yatewe n’ibyemezo bidakurikije amategeko, hakiyongeraho icyorezo cya Korona Virusi, n’umutekano mukeya ushobora kuvuka,

Komite Nshingwabikorwa y’Ishyaka Ishemamu nama yayo yateranye tariki ya 05/04/2020 itangarije Abanyarwanda, n’abanyamahanga ibi bikurikira:

  1. Uretse no kwica amategeko igihugu kigenderaho, abategetsi b’u Rwanda bagaragaje ko ntacyo bapfana n’abenegihugu. Aho gutora ingengo y’imari igihugu kizakoresha mu guhangana n’ibibazo igihugu kirimo, ngo iyo ngengo ishakishwe mbere na mbere hagendewe ku bushobozi igihugu gifite, U Rwanda rwirukiye gufata umwenda mu kigega mpuzamahanga cy’imari (FMI) ungana na miliyoni 109.4 y’amadolari. Ubutegetsi kandi bwahishe amakuru y’uko bwahawe amafaranga angana na miliyoni y’amadolari y’Amerika nk’imfashanyo.
  2. Twakwibutsa ko igihugu cyacu gisanzwe mu bihugu bifite umwenda w’ikirenga. Mu mpera z’umwaka ushize uwo mwenda wari ugeze kuri miliyari 3.26 z’amadolari y’amanyamerika, ni ukuvuga ko buri mwenegihugu yari arimo umwenda w’amadolari hafi 280.
  3. Mu minsi ishize Banki y’isi yose yagaragaje ko amwe mu mafaranga yahawe u Rwanda ho inguzanyo cyangwa imfashanyo yanyerejwe n’ubutegetsi buriho, miliyoni zirenga 190 z’amadolari zikaba zihishe mu bihugu byo hanze. Abanditsweho aya mafaranga yanyerejwe ni Emmanuel NDAHIRO wari umujyanama mu by’umutekano wa Paul KAGAME, Hatari SEKOKO nyiri Hotel Marriott, na Bertrand NDENGEYINGOMA, umukwe wa Paul KAGAME.
  4. Mu gihe uyu mwenda wa FMI wemezwaga, bamwe mu bategetsi batangiye kwizeza rubanda ibitangaza ngo ibibazo bigiye gukemuka nyamara aya mafaranga ni make cyane. Kugira ngo tubyumve neza, twibuke ko inzu ya Kigali Convetion Center yubatswe na miliyoni zisaga 400 z’amadolari. Ni ukuvuga inshuro enye z’iriya nguzanyo. Iyi nguzanyo iri munsi y’ariya mafaranga miliyoni 190  yahishwe n’ibyegera bya Kagame. Ikindi ni uko iyi nguzanyo yose atari ko izagera mu Rwanda kuko hari agomba gukatwaho akishyurwa abateguye ibisabwa ngo inguzanyo iboneke.
  5. Nta rwego rwigeze rushyirwaho ruzacunga aya mafaranga ahubwo Minisitiri w’imari yavuze ko azashyirwa mu ngengo y’imari isanzwe ya Leta, nayo tuzi ko isanzwe irimo icyuho. Ibi biragaragaza uguhuzagurika mu gufata ibyemezo. Biragaragaza kandi ko nta n’icyemeza ko azagera ku muturage.
  6. Mu cyiswe “ukwigomwa umushahara ku bakozi ba Guverinoma”, cyatangajwe n’ibiro bya Minisitiri w’Intebe kuwa 05/04/2020 Paul KAGAME ntagaragara mu bagomba kwigomwa umushahara wabo. Ntihasobanurwa abarebwa n’iri tangazo dore ko bose badafite umushahara ungana. Binyuranyije n’amategeko kuko kwambura umuntu umushahara wose w’ukwezi ari ukubangamira uburenganzira n’ubuzima bwite bw’umukozi. Bityo biragaragara ko ari ukwibonekeza no gushaka kwerekana ko bafitiye impuhwe Rubanda ariko biragaragara ko bitazashyirwa mu bikorwa kubera ko bihabanye n’amategeko.
  7. Uretse ikibazo cy’inzara gishobora gukurura imidugararo mu gihugu, abasirikare ba Leta boherejwe gusambanya abagore ku ngufu no guhohotera abaturage mu gace k’umujyi wa Kigali kazwi ku izina rya Bannyahe mu rwego rwo kubatera ubwoba ngo bahimuke. Twibutse ko aba baturage banze kwimuka badahawe ingurane y’ibikorwa bashyize muri aka gace. Ibi bikorwa by’urugomo bihagarariwe na Bwana Denis KARERA umuvandimwe wa Minisitiri w’ubutabera Johnston BUSINGYE.

Kubera izo mpamvu zose

  1. Turashimangira ibyemezo bya Komite nyobozi byatangajwe kuwa 29/03/2020: Kagame niba akiriho nta bushobozi afite bwo guhangana n’ibibazo biriho. Niyeguzwe akurikirwe na Guverinoma yose.
  2. Turasaba abanyarwanda kwisuganya bagatangiza ibikorwa byo kwirwanaho, ntibakomeze kwicwa urubozo, bicishwa inzara, urubyiruko ruhohoterwa, ababyeyi n’abakobwa bafatwa ku ngufu. Ubwo byagaragaye ko abategetsi badashishikajwe n’akababaro kabo, bagomba guhindura ubutegetsi bakishyiriraho abayobozi babanogeye, babakorera kandi bashishikajwe n’ineza yabo.
  3. Twese hamwe dukomeze kurwanya ubutegetsi bubi ari nako turwanya kwandura no gukwirakwiza Korona virusi.

Bikorewe i Paris, tariki ya 05/04/2020.

Nadine Claire KASINGE

Perezida Ishema Party

logo ishema

 

Chaste Gahunde dans le collimateur de la présidence rwandaise!

Oui, ça arrive encore. Traiter gratuitement un réfugié rwandais de génocidaire. Bien qu’illégal, la présidence rwandaise le fait quand même. Pourvu qu’il soit hutu qui ne se range pas derrière Kagame. Tant que ça puisse faire taire et semer la terreur dans le camps des opposants politiques réels et supposés. Sauf que cette fois-ci, ça concerne un homme qui au moment des faits dont il est question avait l’âge mineur. Un homme qui ne s’est jamais caché et l’on se demande pourquoi il n’a pas fait objet d’enquête pour être traduit en justice.

On est dimanche 29/03/2020 au matin. Je fais ma grasse matinée, pas de messe et pas de courses à faire, on est en plein milieu de confinement. Mon téléphone sonne et me réveille. Il s’agit d’un ami qui habite à Kigali. Il vient de trouver sur un mur Facebook appartenant à un certain Peter Mahirwe un message m’incriminant, un poste dans lequel je suis identifié, et ma photo dessus. Pas une accusation simple.

pmaheru

Et pour appuyer son accusation, Peter Mahirwe, ajoute une photo prétendument de moi  “armé” au moment des crimes. Heureusement que le ridicule ne tue pas!

maheruevidence

Pour comprendre d’où vient ce mensonge, il faut savoir qui est le fameux Peter Mahirwe. Un nom de profil, utilisé par les employés de la présidence rwandaise qui se remplacent 24 heures sur 24. Il a près de 5000 amis dont 374 en commun avec moi, et on est amis depuis janvier 2014. Habituellement, il partage les postes qui encensent le dictateur de Kigali, et, curieusement, m’identifie à chaque fois. Pourquoi tagger un génocidaire dans « TOUS » les postes et messages de la présidence ?

Et la guerre s’impose inévitable

Les Rwandais ne sont pas cons. Ils savent tout et comprennent les tenaants et les aboutissants des insinuations aussi ignobles. Quelques-uns n’en peuvent plus. Qu’est-ce que ce génocide ? et les autres répliquent, le climat s’alourdit et Peter Mahirwe disparaît à l’horizon tel l’esprit du mal touché de l’eau bénite.

gurusi

Blame it on COVID-19

Ça faisait un moment je n’avais pas eu assez de temps pour caresser le clavier de mon ordinateur. Et comme c’est le confinement et en chômage, et bien il faut qu’on s’occupe. Surveiller le dictateur à la loupe, ça me fascine. Et ma stratégie est simple: poser les questions même celles qui fâchent. Et si Peter Mahirwe et ses similaires n’en disent mot, et bien, je pose les hypothèses qu’ils auront à confirmer ou infirmer faute de quoi le peuple tranchera. Pas de haine, ni colère, il faut cultiver la transparence qui fait défaut dans la gouvernance rwandaise.

Les réactions ne sont pas toujours favorables à vivre. Il faut être fort et en forme. Physiquement et surtout psychologiquement. Il faut avoir une maîtrise de soi pour résister aux provocations. Il faut être politiquement correct au plus possible. Car, la « brigade cyber » de Kagame est, on dirait, une bande de filles sans vergogne. Sans manières. Sans pitié. De vrais assassins de caractères, des terroristes qui fassent perdre l’appétit aux bons bouffeurs. Pour eux, le débat civilisé n’existe pas. Tu te tais tu les lis, vous êtes en bons termes. Tu poses les questions qui fâchent, tu es génocidaire, voleur, criminel ou encore l’arrière-grand-père du cousin de ton parrain faisait partie de l’administration dans la première république et donc tu as l’idéologie génocidaire !

J’ai frappé au bon endroit. J’ai posé la question. Pas de réponse. Et les hypothèses , ça fâche. Plus de vingt mille personnes ont lu l’article. Et cela, toucher à la réputation du dictateur du siècle, ça mérite de représailles. Je le sentais. Résultat, Kagame sort de son bunker, très affaibli, visiblement malade, s’exprimant à peine pour ne rien dire sauf confier le peuple rwandais au Bon Dieu, chose qu’il n’avait jamais fait avant. D’ailleurs, son clan clamait avoir tiré sur, et tué Dieu il y a longtemps. Mon nom ne lui est pas non familier. En personne, il m’a bloqué sur son compte Twitter, et puis sa fille l’a fait aussi. A la guerre comme à la guerre!

 BLOQUE

Avouant que je n’ai pas épargné le dictateur, je désavoue ses pratiques d’intimidations qui ne visent qu’à faire taire les voix dissidentes. Mon engagement est pour le bien de mon peuple. Je leur dois ça. L’opportunité d’avoir fréquenté l’école et brillamment réussi à mes tests n’a pas été offerte à tout le monde. Et là, je pense à Paul Kagame. Je regrette. Mais que j’aie à payer pour ça, c’est insensé. Si, défier le dictateur constitue un crime de génocide, j’assume. Que les Peter Mahirwe débouchent bien leurs oreilles, depuis 2014 ils devraient savoir à qui ils ont affaire. Les chiens aboient la caravane passe. Mais ils sont dangereux les chiens galeux!

Qui est Chaste GAHUNDE ?

Né dans la commune de Mabanza, préfecture de Kibuye, Chaste GAHUNDE est également connu sous le surnom de Dynamique. Il a fait ses études primaires à Mushubati avant de rejoindre le petit séminaire catholique de Nyundo (Gisenyi). En 1994, à l’âge mineur, il a fui, comme beaucoup d’autres Rwandais, vers la République Démocratique du CONGO (ex-Zaïre) où il est resté pendant trois ans.

À son retour en 1997, il a été victime de violences répétées de la part des soldats du FPR. En 2000, il a terminé ses études secondaires en Latin / Sciences au petit séminaire catholique de Nkumba (Ruhengeri). En 2002, il s’est enrôlé à l’Institut Supérieur Pédagogique de Kigali.
En 2005, il a été contraint à l’exil après avoir succombé à la violence la plus cruelle des FPR.

Il est titulaire d’un diplôme de troisième cycle (Master) en droit, économie et gestion, spécialisation en économie de l’environnement et gestion du développement durable (France) ; d’une double licence en géographie et économie (Guyana) et d’un diplôme en valeurs du Commonwealth et développement de la jeunesse (Royaume Uni). Il est convaincu avoir survécu pour apporter sa pierre à l’édifice au service de la réconciliation véritable entre les Rwandais.

Il est politiquement engagé au sein du Parti Ishema, dont il est actuellement Vice-Président. En même temps il est Ministre de l’information et communication au sein du Gouvernement du peuple rwandais en exil. Il est l’auteur du site www.gahunde.org .


Avis aux lecteurs: Nos articles peuvent être reproduits à condition de citer le nom d’auteur et le site web source.
Notice to readers: Our articles may be reproduced provided the author’s name and the source website are cited.

 

 

 

 

Perezida Kagame (niba akiriho) na Ministiri w’intebe bagomba kweguzwa mu maguru mashya

Mu bihe by’amage iyo Leta yirengagije nkana inshingano zayo, abaturage bagomba kwimenya no kwirwanaho.

Itangazo N° ISH202003002

Mu nama yayo idasanzwe yateranye ku cyumweru tariki ya 29/03/2020 iyobowe na Madame Claire Nadine KASINGE, Komite nyobozi y’Ishyaka Ishema ry’u Rwanda yize ibibazo by’ingutu byugarije u Rwanda muri iki gihe isi yose ihanganye n’icyorezo kizwi nka Corona Virus (Covid-19).

Bamaze kunguranga ibitekerezo, abagize Komite nyobozi batangaje ibi bikurikira :

  1. Igihugu cy’u Rwanda cyinjijwe mu bihe by’amage n’imidugararo ku buryo bunyurayije n’amategeko. Mu magambo make “ibihe by’amage” ni ibihe bidakurikiza amategeko asanzwe y’igihugu bitewe n’ikibazo gikomeye igihugu kirimo nk’imvururu, ibyorezo cyangwa ibindi biza bishobora kubangamira imikorere isanzwe y’inzego z’igihugu na Rubanda ariko bitaragera ku rwego rwo kwitwa imidugararo cyangwa intambara.
  2. Mu bihe nk’ibi hahita hashyirwaho amategeko n’amabwiriza adasanzwe yo guhangana n’ibyo bihe bidasanzwe. Itegeko Nshinga ryo mu 2003 nk’uko ryavuguruwe kugeza ubu rirabiteganya mu ngingo ya 108, 136, 137, 138.

Ingingo ya 108 mu gika cya gatatu igira iti : « Perezida wa Repubulika atangaza ibihe by’amage cyangwa ibihe by’imidugararo mu buryo buteganywa n’Itegeko Nshinga n’andi mategeko ».

  1. Mu Rwanda, Leta irimo kugendera ku “ingamba nshya” zatangajwe na Minisitiri w’Intebe Dr Ngirente Edouard kuwa 21 Werurwe 2020. Nyamara izi ngamba ntizubahirije Itegekonshinga cyane cyane ko zibangamira uburenganzira bw’ingenzi bw’abenegihugu n’ububasha bw’inzego z’ubutegetsi bw’igihugu. Izo “ngamba nshya” za Bwana Ngirente zerekana gusa uburenganzira bukomeye umuturage yambuwe, ariko ntabwo zerekana icyo Leta iteganya mu guhangana n’ingaruka zigoye uwo muturage ashyizwemo, zirimo kurimburwa n’inzara, kwiyahura, kuraswa, n’ibindi.
  2. Icyorezo cya Koronavirusi kirarushaho kwiyongera mu Rwanda kimwe no ku isi yose. Buri munsi, abandi bayobozi b’ibihugu babwira abaturage uko byifashe ndetse bakabajya imbere muri uru rugamba rutoroshye. Paul Kagame yagiye kwihisha ntaboneka ku buryo abenshi bakeka ko atakiri ku isi cyangwa atagifite ubushobozi bwo kuyobora igihugu. Imyitwarire nk’iyi yo gutinya aho rukomeye, ntikwiye, irutwa no kwegura bikamenyekana.
  3. Paul Kagame ntiyigeze ajya ahagaragara ngo ahumurize abenegihugu, ngo avuge ku buryo bufututse icyo Leta ayoboye yiteguye gukora, uburyo n’igihe bizakorerwa. Ibi ni ugutererana abanyarwanda aho bamukeneye cyane.
  4. Mu gihe Leta idashoboye guhangana n’ibi bihe, ntikwiye gushora abenegihugu mu kaga karushije iki cyorezo ubukana. Biragaragara ko “ingamba nshya” za Bwana Ngirente zisaba abaturage bose b’igihugu kwikingirana mu nzu ariko ntizerekane uko bari bubeho. Ntizerekana abakoreraga Leta uko bari bugumye guhembwa. Ntizerekana uko abikorera bamaze gufunga ibikorwa byabo bari bubashe kubaho n’imiryango yabo. Ariko cyane cyane ntizerekana uko ba “ntahonikora” na rubandigoka bari bubashe kuramuka n’ibibondo byabo.

Kubera izo mpamvu zose:

  1. Perezida Kagame (niba akiriho) na Ministiri w’intebe bagomba kweguzwa mu maguru mashya bagakurikiranwaho icyaha cyo kwica bikomeye kandi nkana itegekonshinga (Ingingo 105). Ikindi kandi biragaragara ko nta bushishozi bafite bwo gukura miliyoni 12 z’abanyarwanda mu menyo ya rubamba (Koronavirusi). U Rwanda rukeneye umuyobozi udatinya urugamba, utajya kwihisha mu mwobo mu gihe abaturage bamukeneye.
  2. Abanyarwanda muri rusange barasabwa kwimenya no kwirwanaho bagasubirana uburenganzira bwabo: ubutegetsi bwa Rubanda, bukorera Rubanda, kandi bukayoborwa na Rubanda. Ntibategereze ko ngo hari ibihugu by’amahanga bizaza kubagoboka, kuko buri wese muri iki gihe arireba n’abaturage be.

Abayobozi b’ishyaka Ishema ry’u Rwanda biteguye gutanga umuganda wabo.

Turashishikariza abanyarwanda gukomeza kwirinda kwndura no gukwirakwiza icyorezo cya Koronavirusi.

Twese hamwe tuzatsinda.

Nadine Claire KASINGE

Perezida Ishema Party

Nadine CK

Source: https://ishema-party.org


Avis aux lecteurs: Nos articles peuvent être reproduits à condition de citer le nom d’auteur et le site web source.
Notice to readers: Our articles may be reproduced provided the author’s name and the source website are cited.

U Rwanda rwinjijwe mu bihe by’amage (State of Emergency) mu buryo budakurikije Itegeko Nshinga.

Dukurikije uburemere bw’ingamba zigizwe n’ingingo 10 gusa zafashwe kandi zigatangazwa na Minisitiri w’Intebe Dr Ngirente Edouard kuwa 21 Werurwe 2020, biragaragara ko u Rwanda rwinjijwe mu bihe by’amage y’ubuzima bw’abantu (state of health emergency) bitewe n’icyorezo bise “Corona Virus Disease (Covid-19)” gikomeje guhangayikisha isi yose n’abayituye n’u Rwanda rurimo.

WAKWIBAZA UTI ESE NINDE WEMEZA IBIHE BY’AMAGE?

ngirente

Minisitiri w’Intebe , Edouard NGIRENTE yakoze ibinyuranyije n’itegekonshinga.

Ntekereza ko Dr Ngirente Edouard ibyo yakoze agamije kujijisha abanyarwanda kugira ngo bagerweho n’ingaruka z’ibyemezo yafashe bitagira izina kandi bidakurikije amategeko. Muti kubera iki?

  1. Ingamba za Minisitiri w’Intebe Ngirente nta tegeko ry’igihugu zashingiyeho nyamara zireba ubuzima bw’abenegihugu bose ndetse zishobora no kubushyira mu kaga. Mu nyandiko y’ipaji 1 gusa yise “ingamba nshya zo gukumira icyorezo cya corona virusi”, yashingiye gusa ngo “ku ntera icyorezo kimaze gufata ku isi” no “ku buryo ibindi bihugu bihangana na cyo”. Biteye agahinda kubona Minisitiri w’intebe ashingira gusa ku byo yumva ahandi atitaye kubyo abona iwabo. Ikindi, aho gushingira ku bushobozi bw’igihugu cye akigana uko ngo “ibindi bihugu byagenje” atitaye kuri bwa budasa bw’igihugu cye. Ikibabaje kurushaho ariko ni ukuntu yibagiwe n’ubundi kwigana ibyo bihugu uko birimo bifata n’ingamba ku bizatunga abenegihugu mugihe cy’amage.
  2. Ingamba z’ibihe by’amage nk’izi zifatwa na Perezida wa Repubulika ntabwo ari Minisiti w’Intebe keretse niba arwaye bakabihisha Abanyarwanda. Nk’uko biteganwa n’Itegeko Nshinga mu ngingo yaryo ya 108, igika cya gatatu:

“Perezida wa Repubulika atangaza ibihe by’amage cyangwa ibihe by’imidugararo mu buryo buteganywa n’Itegeko Nshinga n’andi mategeko”.

Ingamba zo guhangana n’ibihe by’amage bikorwa mu itegeko-teka rya Perezida wa Repubulika nta na rimwe bishobora kuba “Ingamba Nshya” za Minisitiri w’Intebe kandi ngo ingaruka zirebe abanyarwanda bose.
3. Nk’uko biteganywa n’ingingo ya 136 y’Itegeko Nshinga, ingamba zo guhangana n’ibihe by’amage ziteganywa n’itegeko kandi bitangazwa na Perezida wa Repubulika bimaze kwemezwa n’Inama y’Abaminisitiri. Kuba rero byatangajwe na Minisitiri w’Intebe ni uko nta gaciro bifite kandi ntawe ugomba kuzikurikiza kuko zihabanye cyane n’Itegeko Nshinga igihugu kigenderaho.

4. Wakwibaza uti: “ese iyi mikorere ya RPF ihishe iki”? Cyangwa ukibaza impanvu bafashe “Ingamba Nshya” aho gutegura itegeko rirengera abazazahazwa n’icyo cyorezo.
Ntekereza ko agatsiko ka RPF kahisemo kunyura inzira y’ubusamo kuko gutangaza mu buryo bwemewe n’amategeko ko gashyize igihugu mu bihe by’amage bigomba gutangirwa ibisobanuro byumvikana no kwerekana ingamba zihamye zo guhangana n’ibyo bihe. Kandi bakagaragaza igice cy’Igihugu icyo cyemezo kireba n’ingaruka zacyo aho guhungeta abanyarwanda bose nta bindi bisobanuro nk’uko babikoze ubu. Iki cyemezo cyerekana ko RPF igamije guhunga inshingano za Leta. Kuko itegeko rigena ibihe by’amage ntiriteganya gusa iminsi amage azamara ahubwo riteganya n’uko abayarimo bazabaho. None Ngirente we afungiranye abanyarwanda mu nzu gusa ntiyitaye uko bazabaho kandi ari inshingano za Leta ya shebuja.
5. Ikindi gituma bahunga itegeko rigena ibihe by’amage ni uko ari ryo riteganya ibihano n’uko bizatangwa mu gihe ritubahirijwe, none mu Rwanda ibihano birimo no gucibwa amafaranga y’umurengera ajya mu mifuka y’abayobozi ngo bikungahaze gusa. Ikindi gihano ni ukurasa abantu ku manywa y’ihangu kandi barabizi ko amategeko ahana ndetse n’Itegeko Nshinga atemera icyo gihano.

Nyamara nk’uko bigaragara muri iyo ngingo twavuze haruguru ya 136,

“kwemeza ibihe by’amage ntibishobora na rimwe kubangamira uburenganzira bwo kubaho, kudahungabanywa ku mubiri, uburenganzira abantu bahabwa n’amategeko ku miterere n’ububasha bwabo, ku bwenegihugu, ihame ry’uko itegeko mpanabyaha ridahana icyaha cyakozwe mbere y’uko rijyaho, uburenganzira bwo kwiregura n’ubwisanzure ku mitekerereze no ku idini”.

Muri iyi ngingo kandi Itegeko Nshinga riteganya ko kwemeza ibihe by’amage “bidashobora kubangamira cyangwa guhindura amahame yerekeye n’uburyozwacyaha bw’abayobozi ba Leta iriho”.

Ni ukuvuga ko iyo bitwaje ibyo bihe by’amage bakarasa rubanda bidakuraho ko abo bayobozi bakurikiranwa n’inkiko zikabaryoza ibyaha bakoze bitwikiriye ibyo bihe.

Muri macye iyi mikorere yo gupfunyikira amazi abanyarwanda igamije kubima uburenganzira bemerewe n’amategeko kugirango RPF ibarye utwabo, ibakeneshe, ibice abandi ibicishe inzara kandi nirangiza yishyire imbere mu kwitaka ko izi guhangana n’ibyorezo nk’uko ibindi bihugu byabigenje mbese nk’uko byavuzwe na Ngirinte mu ntangiriro y’iryo tangazo yashyizeho umukono.

UMWANZURO
1) Ibi byemezo n’ingamba bifashwe muri uko guhuzagurika n’ubuswa bwinshi ntidukwiye kwemera ko bigira ingaruka ku buzima bw’abanyarwanda. Ntihagire umuturage ukurikiza izi ngamba nshya za Ngirente kuko zidakurikije amategeko kandi ntizitange n’igisubizo ahubwo zirashora abanyarwanda mu kaga gakomeye cyane kurusha ako Korona virusi yabashoyemo.
2) Perezida wa Repubulika (Paul Kagame) niba atarwaye agomba kujya ahagaragara agatangaza ko izi ngamba nshya za Ngirente azitesheje agaciro kandi zivuyeho.
3) Niba Perezida abona ko ibihe by’amage aringombwa nabicishe mu itegeko teka. Itegeko teka kandi riteganye uko abanyarwanda bazahangana n’ibibazo by’amage aho kubasunikira mu nzu nk’amatungo. Ni ngombwa kandi gukemura ikibazo cy’imishahara y’abavanwe mu mirimo yabo, iy’abikoreraga ku giti cyabo ndetse n’imiryango yabo, uko abari abashomeri bazabaho. N’ibindi bibazo byose bizaterwa n’iyo mibereho mishya.
4) Perezida Paul Kagame niba atirwariye nategeke ko igihano cy’urupfu kigaruwe maze cyandikwe no mu gitabo cy’amategeko ahana aho gukomeza kurasa rubanda ku manywa y’ihangu kandi amategeko yanditse kitabamo.

Me Venant Nkurunziza.


Avis aux lecteurs: Nos articles peuvent être reproduits à condition de citer le nom d’auteur et le site web source.
Notice to readers: Our articles may be reproduced provided the author’s name and the source website are cited.
 

RWANDA Govt social media accounts used to “intimidate people” – US Government.

“Government-run social media accounts were used to debate and at times intimidate individuals who posted online comments considered critical of the government,” reads the 38-page report in part.

The report, compiled annually by the US State Department, also says the Rwandan government continued to monitor email and internet chat rooms.

It reads: “Individuals and groups could engage in the peaceful expression of views online, including by email and social media, but were subject to monitoring. There were reports that some individuals were arrested based in part on information obtained from email and internet monitoring.”

As for how much access Rwandans have to content online, the Americans, who are the single biggest bilateral donor to Rwanda, say there is notable restrictions of what we in Rwanda can see.

The report reads: “The government restricts the types of online content that users can access, particularly content that strays from the government’s official line, and continued to block websites.”

In May 2019, the minister of information and communications technology and innovation, Paula Ingabire, announced in Parliament the government planned to impose regulations on social media content so as to combat misinformation and protect citizens.

Minister of information and communications technology and innovation, Paula Ingabire  Musoni was instrumental in establishing censorship against critics.

The government blocked access within the country to several websites critical of its policies, including websites of the Rwandan diaspora.

According to a 2010 law relating to electronic messages, signatures, and transactions, intermediaries and service providers are not held liable for content transmitted through their networks.

Nonetheless, says the US report, service providers are required to remove content when handed a takedown notice, and there are no avenues for appeal.

 

Chris Kamo 


Avis aux lecteurs: Nos articles peuvent être reproduits à condition de citer le nom d'auteur et le site web source.
Notice to readers: Our articles may be reproduced provided the author's name and the source website are cited.

 

Rwanda : Kizito Mihigo was killed for acknowledging that Hutu are human.

IMG-20200223-WA0023Rwanda: Kizito was not killed for preaching the sole peace and recociliation, rather for acknowledging that Hutu are humans.

How many sang peace and reconciliation and were killed for it? No one. The message from National Unity and Reconciliation, isn’t about peace and reconciliation? Pastor Rutayisire doesn’t teach peace and reconciliation? How about Gitwaza and all churches, etc ? Aren’t they safe?
Now it must be clear in all your heads.

Kizito Mihigo was not killed because he sang peace and reconciliation. His only sin was that he dared say ” Na bo ni abantu, ndabazirikana” Meaning, they are also humans, I think of them.
Rwandans from hutu families are not allowed to express their sufferings and their mistreatment. Not only Kizito Mihigo, whoever else will say it openly, will face consequences.

Because that is the political pillar of the RPF: dehumanize the Hutu, negate their existence, diabolize them in order to control the power. Kizito was killed for the sole reason that he acknoweledged that Hutu are human, that their victims must be commemorated as it is done for Tutsi victims, no matter what kind of death they faced.

I call on all citizens of goodwill to distance themselves from this satanic mindset, rebuke the RPF regime, and know that our diversity constitutes more an advantage than a disadvantage.

Being Hutu or Tutsi is not a crime, it is rather our social construct on which we can build an equal and equitable society by cooperation and “comparative advantage”.
May the blood of Kizito Mihigo help us grasp this great principle.

Chaste Gahunde

Rwanda : Yolande MUKAGASANA se réjouit de la mort de Kizito MIHIGO.

RWANDA : YOLANDE MUKAGASANA SE RÉJOUIT DE LA MORT DE KIZITO MIHIGO !

Dans une tribune libre parue dans igihe.com dans son édition du 27 février 2020, Yolande Mukagasana fait un long réquisitoire contre Kizito Mihigo de telle sorte qu’elle apparaît comme faisant partie du complot ourdi de longue date contre le regretté.

Yolande Mukagasana : Rétrospectives

A son arrivée en Belgique après 1994, Yolande Mukagasana, aidée par ses «  nègres littéraires », a été très prolifique. Elle a écrit entre autres « La mort ne veut pas de moi », sorti en 1997.

Alors doctorant à l’Université Catholique de Louvain, Maurice Niwese, dans ses travaux de recherche, a présenté, en 2005, un document intitulé « Le Rwanda face à sa crise identitaire ». Il s’agit d’une analyse faite à partir du livre de Yolande Mukagasana.

Un extrait tiré de ce travail universitaire donne la mesure du contenu du livre :

Dans son témoignage La mort ne veut pas de moi, Yolande Mukagasana se définit comme étant d’ethnie tutsi, à laquelle elle est fière d’appartenir, mais elle semble affirmer en même temps que cette ethnie n’existe pas, puisqu’il n’y a pas d’ethnies au Rwanda. Cette prise de position qu’un raisonnement rigoureux qualifierait d’absurde est un symptôme d’une crise identitaire dont le Rwanda a encore du mal à se défaire. Comment, sans nier sa propre existence, peut-on dire qu’on appartient à une ethnie qui n’existe pas ? Logiquement, si un élément fait partie d’un ensemble, nier l’existence de l’ensemble entraîne la négation de l’élément. Comment peut-on être et ne pas être en même temps ? […] En rassemblant dans un même raisonnement deux discours contradictoires – c’est-à-dire qui ne peuvent être vrais ni faux en même temps – on aboutit à une situation difficilement tenable. Effectivement, pour le cas du Rwanda, c’est à la fragilité identitaire que conduira la contradiction. On assistera à l’émergence des identités mal assumées, ce qui ne va pas sans traîner à sa suite des conséquences néfastes [p 24].

A la publication de ce livre, Yolande Mukagasana a enchaîné des succès. Des TV des pays occidentaux se l’arrachaient les unes après les autres pour des interviews. Dans la foulée, elle a été le principal témoin à charge des premiers procès d’assises en Belgique.

Yolande Mukagasana a été sur tous les fronts avec l’objectif inavoué d’être parmi ceux qui comptent dans le régime incarné par Paul Kagame. Pour ce faire, elle a multiplié des actions de propagande pour contrer toute voix discordante au discours du pouvoir de Kigali. Elle a même une fois tenté d’empêcher une conférence organisée par Paul Rusesabagina au motif que la salle était dans les parages de son habitation et que cela réveillait ses traumatismes de 1994.

En décembre 2010, elle a encore fait parler d’elle à l’occasion de la visite du président Paul Kagame en Belgique. Prenant la parole, elle a dit qu’elle a voulu le rencontrer à plusieurs reprises, mais que cela n’a pas pu se faire suite au refus d’audience de son directeur de cabinet, Dr Thégène Rudasingwa. Elle parlait de celui-ci avec mépris car il venait de s’exiler. Lors de cette prise de parole, elle avait également fustigé le discours d’Evode Twagirayezu, alors représentant de la diaspora rwandaise en Belgique qui avait suggéré au président que son gouvernement se penche sur la question de la qualité de l’enseignement qui laissait à désirer. Yolande Mukagasana avait laissé entendre publiquement qu’elle ne se retrouvait pas dans cette diaspora dirigée par quelqu’un qui tient de tels propos et le président Paul Kagame lui avait donné raison. Depuis lors, elle a acquis ses lettres de noblesse et réside au Rwanda en conseiller occulte du régime. C’est dans ce cadre qu’il faut comprendre sa sortie dans igihe.com où elle est d’avis que la mort de Kizito était justifiée.

Approbation de la mort de Kizito Mihigo

Dans son écrit du 27/2/2020, Yolande Mukagasana raconte qu’elle connaît Kizito Mihigo en Belgique. Ils sont devenus amis et n’ont cessé de se fréquenter. Il l’a accompagnée quand elle a quitté la Belgique pour aller s’installer au Rwanda. Le rendez-vous avait été fixé à Kigali après les études de Kizito Mihigo. Mukagasan  rappelle que Kizito Mihigo, à son arrivé au Rwanda, ne l’a pas appelé comme promis. Et pour cause, il avait basculé du côté des ennemis du régime, précise Mukakagasana, de façon qu’il allait même chanter les messes commémoratives du 6 avril. Ce qui,  pour Yolande Mukagasana, est inacceptable.

Finalement Mukagasana a pu rencontrer Kizito à Kigali. Elle a remarqué que le jeune homme avait changé, dit-elle. Mais leurs relations sont devenus exécrables quand Kizito a produit la chanson « igisobanuro cy’urupfu » qui, pour Yolande Mukagasana, est une négation du génocide commis contre les Tutsi avec toutes les conséquences que cela comporte.

Dans son écrit, Yolande Mukagasana approuve l’emprisonnement de Kizito Mihigo car il était dans le complot d’assassiner le chef de l’Etat Paul Kagame.

En lisant entre les lignes, le texte de Yolande Mugasana transpire une grande haine contre Kizitio Mihigo. Elle est d’avis que Kizito Mihigo ne pouvait que se suicider vu tout ce qu’il a fait comme traîtrise pour le pays, pour son ethnie et pour sa famille.

Ghislain Mikeno
28/02/2020

La Balkanisation de la République Démocratique du Congo: Kagame, chef de projet.

L’idée de la balkanisation de la RDC n’est pas neuve. Elle est en gestation depuis des années dans les officines des superpuissances qui planchent sur le meilleur moyen d’avoir accès aux ressources naturelles de la RDC.

Elle revient à la Une de l’actualité suite aux événements récents à Beni où la présence des Casques Bleus de l’Onu a été mise en question par des manifestations appelant leur départ vu leur inaction face à la montée de l’insécurité dans cette région.

Le 30 décembre 2019, en séjour dans la ville de Butembo, le cardinal de Kinshasa, Mgr Fridolin Ambongo, a déclaré à la presse que la menace de balkanisation de la République Démocratique du Congo était bien réelle.

Le 4 janvier 2020, les FARDC ont emboîté le pas au prélat. Dans un communiqué signé par le porte-parole de l’armée, le général major Léon-Richard Kasonga, elles  ont appelé la population à la vigilance pour faire échec au projet de balkanisation de la partie Est du territoire national.

La balkanisation du Congo, un projet pluriannuel 

Les observateurs ont encore en mémoire que  le général rwandais James Kabarebe fut chef d’Etat-major de l’armée congolaise en 1997. Il a fallu à Laurent Kabila un sursaut de nationalisme pour se débarrasser de ce conquérant des temps modernes. En 1998, Kabarebe lance une attaque et occupe la localité de Kitona, au Bas-Congo, l’objectif étant de mettre Kinshasa à genoux en détruisant le barrage d’Inga et ainsi plonger la capitale congolaise dans le noir. Il fut stoppé par les armées zimbabwéennes et angolaises venues à la rescousse de Laurent Kabila.

Le Rwanda et ses parrains concepteurs du projet ont rectifié le tir. La formule est connue : saucissonner la difficulté en morcelant l’immense territoire congolais. Les efforts furent  concentrés sur l’Est de la RDC. Depuis lors, les officiers rwandais occupent cette région sans discontinuer jusqu’aujourd’hui : le nord Kivu et sa capitale Goma furent mis à feu et à sang par Laurent Nkunda du CNDP (Congrès National pour la Défense du Peuple) entre 2003 et 2009 au Sud-Kivu, Jules Mutebutsi occupa Bukavu en 2004 ; Bosco Ntaganda fit la loi en Ituri et étendit son influence au Nord-Kivu entre 2002 et 2013 ; Sultan Makenga  fonda le M23 (2012-2013) et remplaça Laurent Nkunda exfiltré au Rwanda. La présence de militaires rwandais à l’Est de la RDC a été une constante depuis bientôt deux décennies. Actuellement, selon plusieurs sources, l’armée rwandaises a déversé des bataillons entiers à l’Est de la RDC sous le commandement des généraux Eugène Nkubito et Vincent Gatama. Le succès qu’ils ont engrangés dans le massacre de réfugiés hutu tout au long du mois de novembre 2019  dans la région de Kalehe montre que cette armée opère sur un territoire déjà conquis. C’est tellement flagrant que des soldats rwandais au sol ont été appuyés par des hélicoptères de combat.

« Balkanisation de la RDC » : un projet « Made in USA »

Dans la foulée des deux guerres du Congo (1996-1998), un pan de ce plan d’ invasion a été  dévoilé par des éminences grises américaines.

Dans un rapport célèbre publié le 05/6/1996 par Steven Metz, professeur à l’U.S Army War College et intitulé « Reform, conflict and security in Zaire », il y transparaît que la partition de la RD-Congo est, à la longue, inévitable. Pour ce chercheur, « au cas où une telle ‘‘désintégration’’ du pays se produirait, les Etats-Unis n’auraient pratiquement pas d’autre choix que d’accepter tous les Etats nouveaux qui émergeraient du Zaïre. Ils pourraient offrir du soutien diplomatique pour réduire au minimum la violence qui accompagnerait cette désintégration nationale et ils devraient ouvrir des canaux de communication avec les nouveaux Etats ». Pour Steven Metz, au lieu d’assister à la faillite de l’Etat central embourbé dans l’impasse et la corruption, incapable de se réformer, autant soutenir une province séparatiste clairement attaché à la démocratie.

 

Le 8 juin 1999, Marina Ottaway, co-directrice du projet « Démocratie et Etat de Droit », fit un témoignage devant la sous-commission de l’Afrique du Sénat américain, dans lequel elle évoque, elle aussi,  la partition éventuelle de certains Etats africains, dont le Congo  : « Aussi longtemps que le vide du pouvoir continue au Congo, d’autres pays vont continuer à intervenir directement pour soutenir des insurrections armées et sauvegarder leurs propres intérêts. […] Toute solution imposée par des non Africains exigera une présence étrangère massive pour être appliquée. Les intentions peuvent être louables, mais des interventions pour une partition du territoire africain et pour la création de nouvelles entités politiques et institutions, placeraient les Etats-Unis et d’autres puissances étrangères dans un rôle colonial. Ce qui n’est pas une décision à prendre à la légère. L’alternative, que je crois être plus appropriée pour le moment, est de laisser les pays africains trouver leurs propres solutions. Inévitablement, cela comprendra une continuation des combats internes et entre Etats et probablement la division de certains pays avant d’arriver à une nouvelle stabilité. Ce n’est pas une perspective réjouissante, mais il n’y a pas d’alternatives réalistes ».

Le 18 mars 2009, deux sommités, Jeffrey Herbst et Greg Mills, ont publié, dans le magazine « Foreign Policy » sous la rubrique de « Failed States » (des Etats en faillite), un article au titre bien évocateur : «There is No Congo » (le Congo n’existe pas) . Après une bonne démonstration, ils en arrivent à la conclusion que « le concept même d’un État congolais a perdu son utilité ».

Le 11 février 2013, dans une intervention devant le Brookings Institute de Washington, le Sous-secrétaire d’Etat américain aux Affaires africaines, Johnnie Carson, s’est lâché et a clairement indiqué que la solution pour ramener la paix en RDC devra emprunter les schémas de l’ex-Yougoslavie ou du Soudan, voulant dire par là que la balkanisation de ce pays était un passage obligé.

Johnnie Carson/photo RFI

L’Ambassadeur Johnnie Carson sait de quoi il parle. En effet il fut, de 1991 à 1994, ambassadeur des Etats-Unis à Kampala et à ce titre, il a accompagné la consolidation du pouvoir de Yoweri Museveni en Ouganda, l’invasion du Rwanda par les éléments tutsi de l’armée ougandaise et finalement la conquête totale du Rwanda par ceux-ci en 1994. Il a non seulement couvert cette violation flagrante de la paix internationale par un état membre de l’ONU mais a appelé également son gouvernement à soutenir cette conquête. Il n’a pas quitté la région puisque de 1999 à 2003, il était ambassadeur au Kenya, d’où il pilotait les invasions successives de la RDC et la poursuite de la partition du Soudan. L’on se souviendra que Yoweri Museveni avait, dans son cahier de charge en conquérant l’Ouganda, l’obligation de tout faire pour détacher le Sud-Soudan du reste du pays. Il s’y est employé de toutes ses forces sous la supervision des USA en soutenant John Garang qui hélas !  mourra avant la réalisation de ce « rêve américain ». Ce sera chose faite en 2011. Les troupes rwandaises y sont déployées en force. Et pour cause !

Museveni ayant accompli sa tâche, il incombe désormais à Kagame d’accomplir la sienne, à savoir favoriser la sécession des provinces du Kivu de la RDC. C’est ce qui est en train de se réaliser mais que l’ambassadeur Johnnie Carson tenait à rappeler devant le Brookings Insitute, avant de quitter ses fonctions.

The Brookings Institution : la boîte à idées des démocrates

C’est devant The Brookings Institution que Johnnie Carson est allé présenter son plan de sortie de crise en RDC. Hasard ou coïncidence ? La très célèbre think tank (boite à idées) américaine est le creuset de toutes les théories montées dans les milieux universitaires et politiques des Etats-Unis, pour soutenir ou laisser tomber un pays dans le monde. Le clan Clinton y a fait ses premiers pas.

Illustration. C’est au sein de The Brookings Institution qu’il a été conçu l’idée selon laquelle la gouvernance et le respect des droits humains sont absents dans plusieurs pays africains qui se distinguent par leur étendue géographique et la densité démographique de leurs populations. Pour cette institution proche du parti démocrate, plus un pays est grand, plus il est difficile à gouverner. D’où, la conviction que seuls les petits Etats en Afrique peuvent être bien gouvernés.

Prenant le cas de la RDC, The Brookings Institution soutient que l’immensité de son territoire serait à la base des problèmes de gouvernance et autres conflits politiques qui secouent le pays. La solution, selon cette boite à idées, consisterait à le morceler en de petits Etats faciles à gouverner.

Paul Kagame, chef de projet « Balkanisatisation du Congo »

Qu’on le veuille ou non, Paul Kagame est en train d’être utilisé pour favoriser l’éclatement du Congo car selon les « cerveaux de Washington », la géante RDC tel qu’elle se présente actuellement, est ingouvernable et surtout pas par des « africains ordinaires ». Tout comme les USA ont réussi à morceler le Soudan par Yoweri Museveni interposé, ils comptent faire de même en utilisant Paul Kagamé du Rwanda.

Les Congolais devraient déjà penser à comment gérer cet après-éclatement au lieu de se perdre dans des conjectures stériles car on l’a constaté, les desseins de « l’Uncle Sam » se réalisent même à long terme.

Politiquement, Paul Kagame a encore de beaux jours au pouvoir car en tant que chef de projet « Balkanisation de la RDC », les pays anglo-saxons continueront de le soutenir pour qu’il reste place. C’est dans ce cadre que les grandes puissances ont fermé les yeux quand il a changé la constitution de telle sorte qu’il reste au pouvoir jusqu’en 2034, pour se donner suffisamment de temps pour mener à terme ce projet.

Gaspard Musabyimana

Source: www.echosdafrique.com