Category Archives: political space

The loyalty oath keeping Rwandans abroad in check

By Andrew Harding
Africa correspondent, BBC NewsPublished6 hours ago

A screengrab of people at the Rwanda's High Commission in London pledging an oath of loyalty to the RPF
image captionThe footage, which the BBC has chosen to blur, shows members of the group promising to fight “enemies” of Rwanda

Leaked footage of a controversial “oath” ceremony at the Rwandan High Commission in London has fuelled allegations of an aggressive global crackdown on dissent by the authoritarian government of the small East African nation, dubbed the new “North Korea” by its critics.

Members of the Rwandan diaspora have told the BBC that such ceremonies are commonplace and designed to instil fear and obedience.

One man said his relatives back in Rwanda had been abducted and possibly killed to punish him for refusing to co-operate. The Rwandan authorities have dismissed the allegations as false and unsubstantiated.

In the video footage, recently circulated on WhatsApp, more than 30 individuals can be seen standing in a crowded conference room at the Rwandan embassy in the UK, raising their hands and pledging loyalty to the governing party, the Rwandan Patriotic Front (RPF).

“If I betray you or stray from the RPF’s plans and intentions, I would be betraying all Rwandans and must be punished by hanging,” the group says, in Kinyarwanda, while also promising to fight “enemies of Rwanda, wherever they may be”.

The RPF’s use of an embassy – which in London is close to Marylebone Station – for an overtly political pledge is, in itself, noteworthy.

‘They’re terrified’

But, while some of those attending the ceremony – understood to have taken place in 2017 – may well have been genuine supporters of the governing party, now living abroad, others have told the BBC that many attendees were there under duress.David HimbaraBBC”This is what happens everywhere. It’s routine. Either you take [the oath] or you are [the] enemy. It is black and white”David Himbara
Ex-adviser to President Kagame

“I am certain the majority of people taking that oath did not believe it. We were lying to protect ourselves and our families back in Rwanda,” said one person who was – according to our investigation – present at the ceremony, but who asked us not to reveal their name for fear of reprisals.

“This is what happens everywhere. It’s routine. Either you take [the oath] or you are [the] enemy. It is black and white,” said David Himbara, who was once a senior adviser to Rwanda’s President Paul Kagame.

He is a Canadian citizen, academic and activist who says his life has repeatedly been threatened by Rwanda’s security services.

“The vast majority go because they’re terrified. They think that if they don’t go, something will happen to their family [in Rwanda],” said Rene Mugenzi, a British-Rwandan human rights activist, who was recently convicted of theft in the UK and jailed.

“You need to be active [in the RPF]. Even if you are neutral… they suspect you to be supporting opposition groups,” he said.

Asked about the “oath” ceremony, the Rwandan High Commission replied, by email, that members of the diaspora used its conference room for a variety of cultural engagements and that participation in an RPF loyalty pledge was legal and “entirely of their own choice and no-one is forced to do so”.

‘My brothers were abducted’

But the BBC has heard new evidence that Rwanda’s government has not only sought to threaten members of the diaspora seen as disloyal, but also that it seeks to punish such people by targeting their relatives still living in Rwanda.

Jean Nsengimana (L) and Antonine Zihabamwe (R)
image captionFamily photos of Jean Nsengimana (L) and Antonine Zihabamwe (R), who have been missing for more than a year

“In order to intimidate me, they abducted my two brothers. They were never involved in politics. They were on Rwanda soil. Why should they be paying such a heavy price for doing nothing?” asked an emotional Noel Zihabamwe, from his home in Australia.

Mr Zihabamwe is a prominent member of the Rwandan diaspora in Sydney, who came to the country as a refugee in 2006, seeking to escape what he saw as an increasingly stifling and repressive political climate.

He says his refusal to actively support the RPF government prompted a public death threat from a visiting Rwandan diplomat in late 2017, which he reported to the Australian authorities.Noel ZihabamweNoel ZihabamweThey often use this kind of kidnapping or murdering family members. This has to stop. We have had enough”Noel Zihabamwe
A Rwandan living in Australia

That was followed by the alleged abduction of his two brothers, Jean Nsengimana and Antonine Zihabamwe, who were reportedly taken off a bus by police officers near the Rwandan town of Karangazi in September 2019 and have not been seen again.

“They often use this kind of kidnapping or murdering family members. This has to stop. We have had enough,” Mr Zihabamwe said.

“We would like to see the Rwandan government restore democratic rights to all citizens, cease targeted killings, kidnappings, illegal arrests and campaigns of intimidation of former citizens, like me, who are living overseas,” added Mr Zihabamwe, who now believes his brothers are probably dead and has decided to speak out in public, despite what he believes are considerable risks for himself and his extended family.

“Why can’t they let the family know where their bodies are, so we can organise a formal funeral? There are many Rwandans outside who have lost or missed their beloved ones.

“I want to speak against injustice. We need leadership that can stand for everyone, not for some,” he told the BBC.

‘No basis to allegations’

The Rwandan High Commission in London dismissed Mr Zihabamwe’s allegations as “tired and recycled” falsehoods and a “cheap ploy by political detractors to get free media attention”.

2px presentational grey line
2px presentational grey line

But allegations such as these are considered credible by many researchers, human rights groups and foreign diplomats, who say the Rwandan authorities appear to have calculated that – despite provoking some criticism from Western governments – such actions, which have included several targeted assassinations abroad, never appear to result in any long-term damage to Rwanda’s international relations.

The Rwandan government has received widespread global praise and financial support, over decades, for its hugely successful development agenda, which has helped to combat poverty and transformed Rwanda into one of the continent’s most impressive economies.

“Their view is – we can do what we like, kill who we like,” said one source, speaking on condition of anonymity.

The case of the man, feted internationally – his story was turned into the Hollywood film Hotel Rwanda – for sheltering people from the 1994 genocide, attracted global criticism earlier this year after he was spirited back to the country to face trial on terrorism charges.

The death earlier this year, in police custody, of the popular gospel singer Kizito Mihigo also stirred huge anger.

Kizito Mihigo
image captionGospel singer Kizito Mihigo was found dead earlier this year, at the age of 38, in a police cell

Kizito, as he was popularly known, had tried to cross Rwanda’s border illegally, the authorities said. They say he killed himself – a version which is widely disputed in the diaspora and by many analysts.

“If you’re Rwandan, it’s simply safer to stay silent,” said Sarah Jackson, Amnesty International’s deputy director for East Africa.

“The Rwandan authorities have a whole toolbox of tactics that they use to supress dissent at home and abroad, ranging from harassment to threats to illegal detention, disappearances, torture, and even extending to returning Rwandan dissidents from other countries back to Rwanda without going through extradition proceedings… and to threatening family members too.”

The Rwandan High Commission in London said such allegations had no basis, and were being spread by a “handful of opponents… in order to damage the image and continued development journey of Rwanda”.

‘Totalitarianism’

President Kagame officially secured almost 99% of the vote in Rwanda’s last presidential election in 2017.

In London, Abdulkarim Ali, an official in the opposition Rwandan National Congress, said: “Either you pay allegiance to the RPF or… you become an enemy of the state. We normally compare it to North Korea.”

In Canada, Mr Himbara described the Rwandan government’s ideology as one of “totalitarianism – a government that wants to control all aspects of the Rwandan people, even in the diaspora”.

The Rwandan High Commission in London said the government’s main focus was to lift Rwandans out of poverty and create a good quality of life and opportunities for all of them.

“The focus of the High Commission is not on a handful of opponents who consistently spread false information in order to damage the image and continued development journey of Rwanda.”

Source: https://www.bbc.com/news/world-africa-54801979

Rwanda: Pourquoi Ange KAGAME est la Vice-Présidente en exercice?

Dans son livre, “Failed States: The Abuse of Power and Assault on Democracy”; Noam Chomsky a noté: «Nous marchons donc, suivant nos dirigeants, vers un Armageddon de notre propre fabrication.» Avec la situation actuelle, le Rwanda se dirige vers Armageddon et tous les indicateurs sont devant nous, à l’exception des fanatiques aveugles qui supposent que le statu quo est tenable.

Maintenant, le pays a atteint un point où la fille de Kagame est responsable du bureau du président sans aucune annonce ou nomination officielle. Sauf qu’à la base, ce n’était pas à elle que ce rôle revenait.

En essayant de construire la dynastie Kagame, le dirigeant du Rwanda a d’abord focalisé sur son fils ainé, Ivan Cyomoro Kagame. Le criminel Paul Kagame admirait le modèle du Général Muhoozi Kainerugaba, fils du président Museveni, et voulait qu’Ivan Cyomoro emprunte le même chemin.

Ivan Cyomoro a été enrôlé à la prestigieuse académie militaire de West Point – États-Unis en 2010, et en moins de six mois, il était sorti de l’académie militaire en raison du manque d’intérêt pour la vie militaire. Il s’est ensuite inscrit dans une université, et, après avoir obtenu son diplôme, le père a tenté à nouveau de relancer sa carrière militaire en le plaçant sous la tutelle du major Ronald Rwivanga (aujourd’hui lieutenant-colonel), qui était le chef des renseignements de la garde présidentielle. En 2014, Cyomoro a été envoyé en Corée du Sud pour une formation de trois mois en contre-espionnage. À son retour, il a été affecté au ministère de la défense dans le bureau du chef d’état-major, le général Patrick Nyamvumba.

Début 2016, le jeune homme en avait marre de la vie militaire; il n’était absolument pas intéressé et a cessé de se présenter au travail. À ce stade, il était déjà capitaine sans aucune formation ou expérience militaire appropriée. Actuellement, Ivan Cyomoro Kagame est aux États-Unis en tant qu’investisseur dans le commerce des actions et le blanchiment d’argent des richesses pillées de la République Démocratique du Congo (RDC) et du Rwanda. Ses opérations commerciales se situent également en Angola et à Dubaï, aux Emirats Arabes Unis où il gagne de l’argent dans le développement immobilier. Il ne s’intéresse absolument pas à l’armée, encore moins aux ambitions politiques.

Après avoir été déçu par son premier fils, Paul Kagame a cherché une autre alternative dans sa dynastie, le deuxième en ligne aurait été Ian Kagame. Malheureusement, en 2016, Kagame a appris que Ian Kagame n’est pas son vrai fils, plutôt, l’enfant de l’ambassadeur Eugène Gasana. L’ambassadeur Eugène Gasana a été menacé et a cherché la sécurité aux États-Unis.

wp-1470990542159-300x200

Paul Kagame et l’ambassadeur Eugène Gasana

Au sein du régime, l’Ambassadeur Eugène Gasana était considéré comme un super diplomate, détenant deux rôles diplomatiques clés en même temps: il était l’ambassadeur du Rwanda auprès de l’ONU, et ministre de la coopération internationale. Il était aussi en charge des actifs financiers et des intérêts commerciaux du criminel Paul Kagame dans l’hémisphère occidental. A son départ, l’ambassadeur Eugène Gasana a emporté avec lui la plupart des actifs financiers et des économies de Kagame, et aujourd’hui il bénéficie de la protection de l’autorité américaine en raison de la nature de menaces contre lui et sa famille immédiate.

Avec Ian Kagame étant hors de l’équation en raison de l’absence du sang “présidentiel”, Paul Kagame n’investirait pas beaucoup pour le troisième fils – Brian Kagame en raison de ses conditions médicales. Il serait injuste et immoral de discuter  l’état de santé de ce jeune homme, surtout qu’il n’est impliqué dans aucun rôle public ou gouvernemental.

Avec tous les garçons hors d’équation, Paul Kagame a focalisé et investi toute son énergie vers sa fille, Ange Kagame. Aujourd’hui, Ange Kagame tient les rênes du pouvoir au sein du “royaume”. Une jeune femme qui est totalement ambitieuse, vive, concentrée, impitoyable et désireuse de gouverner ou de prendre le pouvoir si l’opportunité se présente. Méfiez-vous de son visage de bébé, elle soutient totalement les meurtres et les pratiques autoritaires de son père, le président qu’elle s’apprête à seconder, voire remplacer.

Tous les employés du Village Urugwiro savent à quel point cette jeune femme peut aller et son impitoyabilité. Paul Kagame n’ayant personne d’autre qui gagne sa confiance, ne voulant pas laisser le pouvoir à son épouse, et les problèmes d’Ian Kagame toujours dans son esprit, Ange Kagame est de facto la Vice-Présidente en exercice.

https://rpfgakwerere.org


Avis aux lecteurs: Nos articles peuvent être reproduits à condition de citer le nom d’auteur et le site web source.

Notice to readers: Our articles may be reproduced provided the author’s name and the source website are cited.

U Rwanda rwinjijwe mu bihe by’amage (State of Emergency) mu buryo budakurikije Itegeko Nshinga.

Dukurikije uburemere bw’ingamba zigizwe n’ingingo 10 gusa zafashwe kandi zigatangazwa na Minisitiri w’Intebe Dr Ngirente Edouard kuwa 21 Werurwe 2020, biragaragara ko u Rwanda rwinjijwe mu bihe by’amage y’ubuzima bw’abantu (state of health emergency) bitewe n’icyorezo bise “Corona Virus Disease (Covid-19)” gikomeje guhangayikisha isi yose n’abayituye n’u Rwanda rurimo.

WAKWIBAZA UTI ESE NINDE WEMEZA IBIHE BY’AMAGE?

ngirente

Minisitiri w’Intebe , Edouard NGIRENTE yakoze ibinyuranyije n’itegekonshinga.

Ntekereza ko Dr Ngirente Edouard ibyo yakoze agamije kujijisha abanyarwanda kugira ngo bagerweho n’ingaruka z’ibyemezo yafashe bitagira izina kandi bidakurikije amategeko. Muti kubera iki?

  1. Ingamba za Minisitiri w’Intebe Ngirente nta tegeko ry’igihugu zashingiyeho nyamara zireba ubuzima bw’abenegihugu bose ndetse zishobora no kubushyira mu kaga. Mu nyandiko y’ipaji 1 gusa yise “ingamba nshya zo gukumira icyorezo cya corona virusi”, yashingiye gusa ngo “ku ntera icyorezo kimaze gufata ku isi” no “ku buryo ibindi bihugu bihangana na cyo”. Biteye agahinda kubona Minisitiri w’intebe ashingira gusa ku byo yumva ahandi atitaye kubyo abona iwabo. Ikindi, aho gushingira ku bushobozi bw’igihugu cye akigana uko ngo “ibindi bihugu byagenje” atitaye kuri bwa budasa bw’igihugu cye. Ikibabaje kurushaho ariko ni ukuntu yibagiwe n’ubundi kwigana ibyo bihugu uko birimo bifata n’ingamba ku bizatunga abenegihugu mugihe cy’amage.
  2. Ingamba z’ibihe by’amage nk’izi zifatwa na Perezida wa Repubulika ntabwo ari Minisiti w’Intebe keretse niba arwaye bakabihisha Abanyarwanda. Nk’uko biteganwa n’Itegeko Nshinga mu ngingo yaryo ya 108, igika cya gatatu:

“Perezida wa Repubulika atangaza ibihe by’amage cyangwa ibihe by’imidugararo mu buryo buteganywa n’Itegeko Nshinga n’andi mategeko”.

Ingamba zo guhangana n’ibihe by’amage bikorwa mu itegeko-teka rya Perezida wa Repubulika nta na rimwe bishobora kuba “Ingamba Nshya” za Minisitiri w’Intebe kandi ngo ingaruka zirebe abanyarwanda bose.
3. Nk’uko biteganywa n’ingingo ya 136 y’Itegeko Nshinga, ingamba zo guhangana n’ibihe by’amage ziteganywa n’itegeko kandi bitangazwa na Perezida wa Repubulika bimaze kwemezwa n’Inama y’Abaminisitiri. Kuba rero byatangajwe na Minisitiri w’Intebe ni uko nta gaciro bifite kandi ntawe ugomba kuzikurikiza kuko zihabanye cyane n’Itegeko Nshinga igihugu kigenderaho.

4. Wakwibaza uti: “ese iyi mikorere ya RPF ihishe iki”? Cyangwa ukibaza impanvu bafashe “Ingamba Nshya” aho gutegura itegeko rirengera abazazahazwa n’icyo cyorezo.
Ntekereza ko agatsiko ka RPF kahisemo kunyura inzira y’ubusamo kuko gutangaza mu buryo bwemewe n’amategeko ko gashyize igihugu mu bihe by’amage bigomba gutangirwa ibisobanuro byumvikana no kwerekana ingamba zihamye zo guhangana n’ibyo bihe. Kandi bakagaragaza igice cy’Igihugu icyo cyemezo kireba n’ingaruka zacyo aho guhungeta abanyarwanda bose nta bindi bisobanuro nk’uko babikoze ubu. Iki cyemezo cyerekana ko RPF igamije guhunga inshingano za Leta. Kuko itegeko rigena ibihe by’amage ntiriteganya gusa iminsi amage azamara ahubwo riteganya n’uko abayarimo bazabaho. None Ngirente we afungiranye abanyarwanda mu nzu gusa ntiyitaye uko bazabaho kandi ari inshingano za Leta ya shebuja.
5. Ikindi gituma bahunga itegeko rigena ibihe by’amage ni uko ari ryo riteganya ibihano n’uko bizatangwa mu gihe ritubahirijwe, none mu Rwanda ibihano birimo no gucibwa amafaranga y’umurengera ajya mu mifuka y’abayobozi ngo bikungahaze gusa. Ikindi gihano ni ukurasa abantu ku manywa y’ihangu kandi barabizi ko amategeko ahana ndetse n’Itegeko Nshinga atemera icyo gihano.

Nyamara nk’uko bigaragara muri iyo ngingo twavuze haruguru ya 136,

“kwemeza ibihe by’amage ntibishobora na rimwe kubangamira uburenganzira bwo kubaho, kudahungabanywa ku mubiri, uburenganzira abantu bahabwa n’amategeko ku miterere n’ububasha bwabo, ku bwenegihugu, ihame ry’uko itegeko mpanabyaha ridahana icyaha cyakozwe mbere y’uko rijyaho, uburenganzira bwo kwiregura n’ubwisanzure ku mitekerereze no ku idini”.

Muri iyi ngingo kandi Itegeko Nshinga riteganya ko kwemeza ibihe by’amage “bidashobora kubangamira cyangwa guhindura amahame yerekeye n’uburyozwacyaha bw’abayobozi ba Leta iriho”.

Ni ukuvuga ko iyo bitwaje ibyo bihe by’amage bakarasa rubanda bidakuraho ko abo bayobozi bakurikiranwa n’inkiko zikabaryoza ibyaha bakoze bitwikiriye ibyo bihe.

Muri macye iyi mikorere yo gupfunyikira amazi abanyarwanda igamije kubima uburenganzira bemerewe n’amategeko kugirango RPF ibarye utwabo, ibakeneshe, ibice abandi ibicishe inzara kandi nirangiza yishyire imbere mu kwitaka ko izi guhangana n’ibyorezo nk’uko ibindi bihugu byabigenje mbese nk’uko byavuzwe na Ngirinte mu ntangiriro y’iryo tangazo yashyizeho umukono.

UMWANZURO
1) Ibi byemezo n’ingamba bifashwe muri uko guhuzagurika n’ubuswa bwinshi ntidukwiye kwemera ko bigira ingaruka ku buzima bw’abanyarwanda. Ntihagire umuturage ukurikiza izi ngamba nshya za Ngirente kuko zidakurikije amategeko kandi ntizitange n’igisubizo ahubwo zirashora abanyarwanda mu kaga gakomeye cyane kurusha ako Korona virusi yabashoyemo.
2) Perezida wa Repubulika (Paul Kagame) niba atarwaye agomba kujya ahagaragara agatangaza ko izi ngamba nshya za Ngirente azitesheje agaciro kandi zivuyeho.
3) Niba Perezida abona ko ibihe by’amage aringombwa nabicishe mu itegeko teka. Itegeko teka kandi riteganye uko abanyarwanda bazahangana n’ibibazo by’amage aho kubasunikira mu nzu nk’amatungo. Ni ngombwa kandi gukemura ikibazo cy’imishahara y’abavanwe mu mirimo yabo, iy’abikoreraga ku giti cyabo ndetse n’imiryango yabo, uko abari abashomeri bazabaho. N’ibindi bibazo byose bizaterwa n’iyo mibereho mishya.
4) Perezida Paul Kagame niba atirwariye nategeke ko igihano cy’urupfu kigaruwe maze cyandikwe no mu gitabo cy’amategeko ahana aho gukomeza kurasa rubanda ku manywa y’ihangu kandi amategeko yanditse kitabamo.

Me Venant Nkurunziza.


Avis aux lecteurs: Nos articles peuvent être reproduits à condition de citer le nom d’auteur et le site web source.
Notice to readers: Our articles may be reproduced provided the author’s name and the source website are cited.
 

Rwanda: Kagame’s daughter unleashes “her war dogs” against Ingabire Victoire!

On March 21, 2020; Victoire Umuhoza received in her residence Aimable Karasira, a university professor who also manages a Youtube channel during his spare time. In his videos, Mr KARASIRA carries analyses on social phenomena, and counts many followers.

A gesture of washing hands

Before granting an interview to Karasira, Victoire Ingabire washed her hands with soap, following the example of President Paul Kagame, who in a video, had invited Rwandans to protect themselves against the corona virus by washing hands regularly.

The journalist filmed this sequence before he, himself washed his hands. The interview focused on a unique topic: The corona virus and its consequences in a country like Rwanda in general and in the city of Kigali in particular. Karasira made it clear that he is not in politics, that he does not belong to Ingabire’s DALFA (Development And Liberty For All) party or to Paul Kagame’s RPF. He invited Victoire Ingabire to limit herself only on this one topic in her statements.

During the interview, Victoire Ingabire drew attention to the damage caused by the corona virus to the Rwandan economy. She notably pleaded in favor of small self-employed people (hairdressing saloons, motorcycle and car taxis, repairers of all kinds, vendors at markets, etc.) who saw their activities closed while  tha was their onlys source of income and daily bread. She suggested that the state provide assistance unto them.

In fact, the quarantine measures decreed by Rwanda are extreme since they go as far as the closing of all borders, which will weigh heavily on the supply of essential goods from neighboring countries. Meanwhile, the authorities are asking traders not to raise prices and have even ordered rationing.

War dogs unleashed

Instead of criticizing this proposal by Victoire Ingabire, the presidnt’ daughter, Ange Kagame and her team, via Twitter, launched an action to denigrate the political opposition, focusing on the gesture of washing their hands made by Victoire Ingabire. The attacks were virulent and some suggest that Victoire Ingabire be taken to the psychiatric hospital for examination (1).

Among the eminent members of the team include not only Ange Kagame but also another figurehead of the entourage of the president, a certain Yolande Makolo, ex- director in charge of communication of president Kagame ; Lucy Mbabazi, another important woman in Kagame’s system; or Edwin Mukiza, a lawyer and legal adviser to cabinet offices.

Like father like daughter ?

Since her arrival in Rwanda in January 2010 to stand for the presidential elections, Victoire Ingabire has been designated as the person to be killed by all means. It didn’t take long, and in his official speeches, President Kagame verbally attacked her, calling her a hooligan in particular and predicting her imprisonment. It didn’t take long, Ingabire was taken into prison the same year. The appeals were unsuccessful and in 2013 the Supreme Court sentenced her to 15 years of prison,  for “conspiracy against the authorities by terrorism and war”, inter alia. She was released after eight years by presidential pardon. Recently, she founded a new political party: DALFA (Development And Liberty For All) but her troubles are far from ending. In fact, in one of his legendary angers, the president threatened to have her put back in prison.

It is worrying that Ange Kagame joins his father in harassing political opponents. Young, and holder of American universities degrees, one would wonder what what she has learned from the country pionneer of the modern democracy. How comes she cannot understand and measure the importance of political opposition in a country for the promotion of a true democracy and a real respect for human rights?

Ange Kagame

B. Ndengeyingoma (left) and A. Kagame (right)

But the dice are loaded and therefore it cannot be otherwise. Isn’t Ange Kagame’s husband Bertrand Ndengeyingoma (2) cited in the Panama Papers, an investigation in which the world press denounced the owners of bank accounts hidden in tax havens! The couple therefore rolls on gold. The couple has millions of dollars in blocked bank accounts, especially in Panama. Ange Kagame has an interest in seeing no political changes in Rwanda, scared that she migh lose her colossal fortune stolen from Rwandan taxpayers. If Ange Kagame unleashes her war dogs to silence any dissident voice according her father’s policy, she knows that by the time she won’t be in power any longer, the castle will collapse. When that time comes, it will be “la fin des haricots”!

Jean-Charles Murego

Source: http://www.echosdafrique.com

A free translation from French by Chaste GAHUNDE


(1) This means a lot to Rwandans, since recently another political opponent was sent to the mental health facility and injected drugs in order to silence him. A new strategy to fight the dissenting views.
(2) There are unverfied information that Ndengeyingoma cited in the Panama Papers might be Ange Kagame’s brother-in-law, not her husband.

Avis aux lecteurs: Nos articles peuvent être reproduits à condition de citer le nom d’auteur et le site web source.                                                                                                              Notice to readers: Our articles may be reproduced provided the author’s name and the source website are cited.

Kizito, Good bye Rwandan dove of peace.

Good bye Rwandan Dove of peace
May you ever grow in our hearts
You were the Genius of this era,
Where lives were hopeless
You brought love
And you whispered to those in pain kindness.
Now you belong to the Heaven,
And the stars spell out your name ever and ever..
It now seems to me you lived your life
Like a candle in the wind
Never fading with the sunset

When the rain set in
And your footsteps will always fall here
Along Rwanda’s thousand hills
Your candles burned out long before
Your legend ever will

Loveliness we’ve lost
These empty days without your smile
This torch we’ll always carry
For our nation’s golden child
Even though we try
The truth brings us to tears
All our words cannot express
The joy you’ve brought us through the years

And it seems to me you lived your life
Like a candle in the wind
Never fading with the sunset

When the rain set in
And your footsteps will always fall here
Along Rwandan a thausant hills
Your candles burned out long before
Your legend ever will

Goodbye Rwandan Dove of place.
From the country lost
Without your soul who missed the wings of your compassion
More than you will ever know

And it seems to me you lived your life
Like a candle in the wind
Never fading with the sunset
When the rain set in
And your footsteps will always fall here
Along Rwandan a thousand hills
Your candles burned out long before
Your legend ever will

Your footsteps will always fall here
Along Rwandan greenest hills

Your candle burned out long before your legend ever will.

Urabeho Mihigo y urungano!

Nadine Kasinge

“BAMPORIKI ntasobanukiwe uko Abatutsi basuzugura Abahutu…” Eric UDAHEMUKA

FB_IMG_1577109581822

Bwana Édouard BAMPORIKI yinubira imikorere ya FPR.

ISESENGURAMPAMVU NA POLITIKI: “BAVUGIRIJE BAMPORIKI UMWANA WO MU BATINDI UTARASOBANUKIRWA UKO ABATUTSI BAVUYE UGANDA BATEKEREZA, UKO BAKORA, UKO BASUZUGURA ABAHUTU, UKO BABICA URUSORONGO N’UKO BATEGEKA IGIHUGU”

Niba abatutsi bashaka amahoro azaramba kandi n’ababakomokaho bakazaragwa igihugu kizira intugunda, bagomba kwirinda gukomeza gusuzugura abahutu kandi bakabaha agaciro bakaniyumvisha ko banganya uburenganzira ku gihugu cy’u Rwanda no ku byiza byacyo. Biramutse bitagenze bitya, mbona u Rwanda bene rwo bazarutwika rugashya rugakongoka cyangwa rugasaturwamo kabiri impagarike (Gatuna-Kanyaru) cyangwa intambike(Rusumo-Gisenyi) noneho na ba batutsi bakabura intama n’ibyuma.

Agasuzuguro abatutsi bavuye Uganda basuzugura abahutu mu Rwanda gateye icyo n’iki ku buryo kamaze kuba itetu ariko bibonwa kandi bizwi gusa n’abagera ibwami no mu nkengero zaho, cyangwa abakoma ubumwe n’abatutsi ku buryo umwana wo mu batindi nka Bamporiki adashobora kubyisobanurira.

Ikibazo cy’abahutu bareba hafi

Bahutu bavandimwe banjye, kuki iteka mugotomera ibyo mubonye byose ntimufate akanya nibura gato ngo mutekereze kubyo mubona, ibyo mubwirwa n’ibyo mwumva? Ku munsi w’ejo gusa, abantu barenga 50 banyoherereje igitekerezo Bamporiki yatanze asobanura ko ngo bajya kumurega mu bunyamabanga bwa FPR bakamuhimbira ibyaha bamubeshyera, byasaga n’aho atakambira kagame(Shitani nkuru) mbese amwwereka ko mu by’ukuri ari umwere. Ikibazo: “Ese Bamporiki umurega azi uwo ariwe???”

Abo bantu bose ni uguterura bakampereza gusa nta n’umwe nibura wabitangaho igitekerezo ngo yereke abanyarwanda uko ibintu byakagombye kuba bimeze wenda akoresheje ubumenyi bwe uko bureshya nta wabimugayira ari nacyo njyewe iteka mpora nihatira. Abanyarwanda bagomba gusobanukirwa uko politiki y’igihugu cyabo ihagaze kandi kandi bakirinda gufata politiki nk’igikinisho.

Bivuze ngo abo baterura bakaguhereza ntibazi n’icyo ibyo Bamporiki yavuze bihatse n’ikizabivamo. Reka da! Mbese wagira ngo bahora barekereje kumva akavuzwe kose bagahita bagusunikira ubundi nawe ukipfira urwo wipfira waba ubyumva waba utabyumva. Nguwo umusanzu wabo mu mpinduramatwara mu Rwanda!

Bamporiki umwana wo mu batindi kandi uhubuka cyane!
Mu Kinyarwanda gikuru, kwita umuntu umutindi ntabwo ari ukumutuka. Ijambo umutindi risobanura umuntu ufite imyitwarire iburamo imwe mu migenzo mbonezabupfura. Bamporiki wacukuraga imisarani mu Kimicanga (Kigali) bakanamwambura nyuma akaza kujya gukina mu ikinamico URUNANA ashobora kuba ubu noneho yumva impamvu twahunze u Rwanda kuko igihe bamugiraga Umunyamabanga wa Leta, umwanya unganya agaciro n’umushahara nk’ibigenerwa minisitiri yitereye mu bicu yibwira ko abaye igitangaza mu Rwanda ariko ibyo aherutse kuvuga birerekana ko ahubwo yibambye ku giti. Nimutekereze umuntu utaramara umwaka abaye minisitiri bakaba bamugera amajanja! Ariko kuri njye ibi nsanzwe mbizi si igitangaza.

Ikintu cya mbere cyerekana ko Bamporiki agira ubwenge buke, ahubuka mu kuvuga kandi atazi uko abatutsi bavuye Uganda bategeka ntanasubize amaso inyuma ngo yibuke ni uko yari akwiye kwibaza niba mu myaka 25 FPR imaze ku butegetsi n’indi myaka 4 yamaze ku rugamba irwana ari we wa mbere babeshyeye, ariwe wa mbere ubaye inzirakarengane.

Nangwa nawe baramubeshyeye ariko ntiyafungwa. Nangwa nawe baramubeshyeye ariko ntibamwica cyangwa ngo bamugongeshe igikamyo. Ningwe nawe baramubeshyeye ariko ntiyirukanwa ku kazi kamuhemba kakaba kamutungiye umuryango. Niba nawe baramubeshyeye ariko aracyabasha kuvuga. Nibe nawe baramubeshyeye ariko ntibamurasa arimo atoroka kandi yambaye amapingu!!! Ariko rwose Bamporiki arasetsa, ubu se Colonel tom Byabagamba ufunzwe hamwe na Gen. Frank Rusagara uwamubaza icyo bazira yakivuga? Ubuse abimwa akazi bagatsindiye mu Rwanda bangana iki???

Bamporiki n’abandi bahutu mwese mugomba gusobanukirwa uko abatutsi bakora n’uko batekereza

Ikintu gitangaje Bamporiki atari azi ariko akwiye kumenya nonaha niba asoma iyi nyandiko yanjye ariko ndabizi neza azayisoma natanayisoma izamugeraho, ni uko uwo yibwira ko arega ariwe aregera aka ya mvugo ya Kinyarwanda ngo “aranegurira abazimu mu ndaro”.

Kagame ubwe niwe ucura ibinyoma akabikwiza mu bakozi be akanagena uko buri wese agomba kujya kubeshyera undi kugeza bose abahetuye bivuze ngo na Bamporiki abe yitegura ko nawe bazamusaba kugira abandi bahutu bene wabo abeshyera kugira ngo inyungu za Paul Kagame zikomeze zisugire.

Muti ese bigenda bite? Kagame mu myumvire ye kuko azi neza ko abanyarwanda bamwanga urunuka kandi reka bamwange ni mugihe yabacuze bufuni na buhoro, akora ku buryo abaremamo urwicyekwe ngo badahuriza hamwe bakamuhirika. Agafata nka Mureshyankwano akamutegeka ikinyoma azabeshyera Bamporiki kandi Kagame agakora ku buryo Bamporiki amenya ko Mureshyankwano ariwe wamubeshyeye. Icyo gihe Bamporiki ahita yirinda Mureshyankwano kandi akamwanga urunuka.

Kagame mu mayeri ye aba agira ngo areme ubwoba muri Bamporiki umukozi mushya ngo hato atazafatanya n’abashaka impinduka mu gihugu akiri imihini mishya. Bamporiki rero ayo mayeri n’amacenga bigendana n’amayeri by’abatutsi ntabyo azi ahubwo arahurutura ibigambo imbere y’imbaga ngo baramubeshyeye.

Ubu se shahu Bamporiki, urataka ngo muri FPR ntibakundana ugira ngo mukundane kubera iki? Ese shahu Bamporiki waba uzi FPR icyo aricyo? Reka nyikubwire. FPR utibeshya ko ari icyo gitambaro cy’ibendera ubona cyangwa bya bizu bujuje i Rusororo. Reka da! FPR ni sisteme y’ubwicanyi bukorwa kinyamwuga bugamije kurimbura ku isi UMUHUTU n’igisa nawe ku buryo ubwo nawe muri uwo mwanya baguhaye uri nk’imbagwa itegereje gutwarwa mu ibagiro. Ba uretse gato uzaba ureba.

Bamporiki agomba kumenya ko iyo bibaye ngombwa Kagame abantu bamwe b’inzirakarengane anabafungira ubusa inkiko zikanabakatira mu rwego rwo gukomeza kurema urwicyekwe mu mitima y’abanyarwanda. Njyewe mbona umukoro wa mbere abahutu b’abanyarwanda bafite muri rusange ari ukumenya uko abatutsi batekereza, uko bitwara, uko bategeka n’uburyo bakoresha mu kugera ku ntego zabo.

Ibi umuhutu utabizi ntashobora kuzatinyuka kugira uruhare mu mpinduka ishakwa mu Rwanda aho twifuza ko abanyarwanda bose bagomba kuzabana mu mahoro ntawe usuzugura undi, ntawe unena undi. Abahutu bo mu Rwanda birirwa barira ngo barashaka impinduka, maze kubona ko n’uwakuraho FPR akabaha igihugu batagishobora kubera amadefo(inenge) amwe akiri muri kamere zabo no kudafata umwanya uhagije ngo batekereze ku kintu icyo aricyo cyose babonye hanyuma ngo bagerageze kwiyumvisha icyo gihatse. Niko umuntu yagombye gutekereza ariko byagera muri politiki ho bikaba akarusho.

Nk’ubu hari abahutu baminuje, kandi bakuze mu myaka mbese bagombye kuba bazi icyatsi n’ururo, yewe batanagize uruhare muri genocide Kagame yahinduye igijangisho cyo kwigizayo abo adashaka mbese badafite ubusembwa na buke. Ugasanga bari inyuma ya Kayumba Nyamwasa ngo wababwiye ko azabakuriraho Kagame akabaha amahoro. Noneho ukibaza umuhutu ufite dokitora cyangwa lisansi utazi gutandukanya Kayumba Nyamwamsa na Paul Kagame ubwo uwo muntu yumva afite ubwenge?

Umuntu nk’uko udashobora kwisobanurira isano iri hagati ya Kagame na Kayumva n’uko byagenda kayumba aramutse asimbuye Kagame, ubwo se uwo wambwira ngo umutezemo muyobozi ki mu bihe bizaza? Mugomba gukanguka, mukamenya ubwenge, icyatumye Kayibanda Gregoire atsinda abatutsi akabambura ingomba izuba riva kandi bari bayimaranye imyaka 600 ni uko yari azi ubwenge, akirinda guhubuka, akamenya gufata akanya ke gahagije agasesengura ibyo abona, ibyo abwirwa n’ibyo yumva, akamenya kwiyubaha mu bandi, akamenya kwirinda, akirinda kurya ibyo abonye, agafata akanya ke agasoma ibitabo, umunyapolitiki udasoma ibitabo aba ari umunyapolitiki nyabaki??? Umaze gusoma ibitabo bingahe???

Gregoire Kayibanda yari umuntu nkawe, yari umuntu nkanjye, kandi burya abantu bose baba bifitemo ubushobozi bwo gukora ibintu byinshi bikomeye byahindura isi bikagirira rubanda akamaro isi dutuyeho ikaba nziza kurushaho ariko abenshi ntibabigeraho bitewe no kutamenya kubyaza umusaruro impano bifitemo cyangwa kutamenya gukoresha neza uburyo n’ubushobozi bihari.

Bavandimwe bahutu rero mwibwiraga ko Bamporiki ari mu munyenga ngo kuko yahawe kariya kazi, nimusubize amerwe mu isaho. N’abatutsi bavuye Uganda ubwabo baramarana bakicana nkanswe Bamporiki. Menya ubwenge umenye uko wakwitwara mu bibazo utagombye kuvuza iya bahanda ukemure ibibazo byawe gipfura utagombye kwiha amenyo y’abasetsi.

Niba umubyeyi wawe yarakongoreye ikintu bucece muri mu kirambi kigenzure witonze kandi bwombo wongere ukigenzure bucece nusanga ibyo yavuze ari ukuri, ufate icyemezo cya kigabo kandi nabwo bucece nibwo uzaba ubaye umugabo, nusanga kandi yarakubeshye nta kosa azaba yarakoze kuko GUSAZA NI UGUSAHURWA naho ubundi ibindi byose wakora bibusanije n’uyu mugenzo nyarwanda-mbonezabupfura icyo gihe uba ubaye SAGIHOBE!!!

ERIC UDAHEMUKA
E-mail : udaheric@gmail.com

Professor KAMBANDA rubishes BUSINGYE’s response to UK legislators.

Charles Kambanda

Dr Charles Kambanda, PhD

MEMORANDUM

TO: MR. Johnston Busingye
Minister of Justice and
Attorney General,
Rwanda, Kigali

From: Charles KM Kambanda, PhD
Attorney and Counsel-at-Law
New York State,
United States of America

Date: November 08th, 2019

RE: Concerning the contrivance and misapprehension of common law sub judice rule, in your response to the British Legislators’ call for Col. Tom Byabagamba and Brig. Gen. Frank Rusagara’s release.

I. Introduction
This Memorandum serves to draw your attention to the shameful falsehoods and inaccuracies in your letter dated 6 November 2019, addressed to The Rt. Hon. Baroness D’Souza CMG, and other UK Legislators, hereafter the British legislators. On behalf of the government of Rwanda, you dismissed the British legislators’ call for the immediate release of Col. Tom Byabagamba and Brig. Gen. Frank Rusagara. You wrongly argued that the British legislators’ letter amounts to ex facie contempt of court and your government does not interfere with cases that are before a competent Court of law.

You invoked the Common Law sub-judice rule; that substantive issues of the matter before a competent court cannot be discussed outside the Court. You contend that the government of Rwanda wouldn’t comment on Col. Tom Byabagamba and Brig. Gen. Frank Rusagara case because the detainees appealed their conviction. Your ‘argument” is erroneous, at law, because it is settled law that the common law sub judice rule does not apply (1) where the case involves matter of public concern, like the instant case and (2) when citizens are exercising their duty to hold government officials accountable
In your letter, you faked what you called a UK case; “Assange v. United Kingdom”. No such case has ever been litigated in the United Kingdom. You faked the parties, facts and the “ruling”.

II. Background
On 4 November 2019, The Rt. Hon. Baroness D’Souza CMG, House of Lords et al., wrote to the President of Rwanda, expressing their concern regarding continued detention of Col. Tom Byabagamba and Brig. Gen. Frank Rusagara.

On 31 March 2016, Col. Tom Byabagamba and Brig. Gen. Frank Rusagara were convicted different political crimes. Col Tom Byabagamba was convicted of Inciting insurrection or trouble amongst the population, committing an act aimed at tarnishing the image of the Country or the Government, Contempt of the national flag and Concealing objects which were used or meant to commit an offence. Rtd Brig Gen Frank Rusagara was convicted of Inciting insurrection or trouble amongst the population, committing an act aimed at tarnishing the image of the Country or the Government, Illegal possession of guns and their ammunitions.

On 23 December 2017, The UN Working Group on Arbitrary Detention rendered its opinion No 85/20 17 that the deprivation of liberty of Mr. Frank Rusagara, and Tom Byabagamba is arbitrary and in contravention of Article 95,9,10,12 and 19 of the Universal Declaration of Human Rights and Articles 7, 9,10,14,15,17 and 19 of the International Covenant on Civil and Political Rights, Category I, II and III, and that the deprivation of liberty of Mr. François Kabayiza is arbitrary and in contravention of articles 9 and 10 of the Universal Declaration of Human Rights and Articles 9 and 14 of the International Covenant on Civil and Political Rights, category III.

Col. Tom Byabagamba and Brig. Gen. Frank Rusagara were sentenced to 21 and 20 years, respectively.

The British legislators requested for the release of Col. Tom Byabagamba and Brig. Gen. Frank Rusagara, at least on humanitarian ground, because of the deteriorating health condition of the two former Kagame loyalists.

III. Col. Tom Byabagamba and Brig. Gen. Frank Rusagara case is a matter of public concern for Rwandans and friends of Rwanda, including the British Legislators – whose taxpayer’s money sustains your government. The British Legislators moved to hold Rwanda to the Commonwealth and/or international human rights standards.

The “crimes” for which the two Kagame former loyalists were convicted of are ridiculous political crimes; spreading rumors, tarnishing the image of the country and government, concealing evidence from the government and undermining Rwanda flag. These “crimes” are classic political crimes in Criminology. Political ‘crimes” are legal acts, criminalized at the convenient of the dictator trying to hold on to power by all means. Jefferson Thomas, one of the Founding Fathers of the US, in his Correspondence and Papers vol. 12, 1816 -1826, calls political crimes “acts against the oppression of the government”. The two detainees, like thousands of other political prisoners, are in prison for standing up to oppression.

The “crimes” the two detainees are accused of constitute State crime; your government is perpetrating hilarious crimes against Rwandans using unconstitutional codified political crimes, in contravention of the 2003 Constitution of Rwanda, as amended. The 2003 Constitution of Rwanda, in its Preamble, provides that “Rwanda is committed to uphold people’s fundamental human rights … and build a State governed by rule of law and a pluralistic Democracy”. Chapter IV provides that “Rwanda is committed to uphold human rights and freedoms”. Article 24 guarantees the right to liberty and security of a person. Article 27 provides for free participation in government [affairs]. Article 29 provides for Due Process. Article 38 provides for freedom of expression. The political crimes against Col Tom Byabagamba and Brig. General Frank Rusagara are evidence that the government of Rwanda does not respect the 2003 Constitution and the international legal instruments Rwanda ratified. President Paul Kagame’s junta uses the law, and courts of law, to entrench violation of human rights and freedoms.

Aside from the preposterous political crimes the two former senior military officers were convicted of, the two men were denied their right to fair hearing and the right to confront their accusers. The detainees were not allowed to cross-examine their accusers, in contravention of the 2003 Constitution of Rwanda and the relevant International Conventions Rwanda ratified.

Busingye

Mr. Busingye Johnson, Kagame’s minister of justice

IV. Your claim that The UN Working Group on Arbitrary Detention opinion NO 85/20 17 is not binding on Rwanda is outrageous. Your insistence that the British Legislators should not cite the UN Group’s opinion is ridiculous.

A. The UN Working Group on Arbitrary Detention points to binding legal instruments
You “argued” that the UN Working Group on Arbitrary Detention opinion NO 85/20 17 is not “binding” on Rwanda ” [because] the United Kingdom government recently noted in the case of Assange v United Kingdom, that opinion of UN Working Group on Arbitrary Detention is not judicial in nature and non-binding on domestic courts”. First, you faked Assange v United Kingdom No such Court case has ever happened in the UK. Second, the UN Working Group has never issues an opinion over the UK. The only Court case involving Assange in the UK is Assange v Swedish Prosecution Authority, [2012] UKSC 22. It’s direful for a Minister of Justice and Attorney General to “cite” a fake case, in a letter of such importance.

The UN Working Group on Arbitrary Detention opinion on Col. Tom Byabagamba and Brig. Gen. Frank Rusagara case determined that your government is in violations of specific international legal instrument and the Constitution of Rwanda. These legal instruments are binding on Rwanda. The UN Group on Arbitrary Detention “named and shamed” the government of Rwanda. Thereupon, your argument that the Group’s opinion is not binding on Rwanda is a lazy no-count and must be treated with the contempt it deserves.

B. Contrary to your “argument”, Assange’s case is distinguishable from Co. Tom Byabagamba and Brig. Gen. Frank Rusagara
Assuming your intention was to cite Assange v Swedish Prosecution Authority, [2012] UKSC 22, not Assange v United Kingdom you faked, you or your office should have bothered to know that in Assange v Swedish Prosecution Authority, [2012] UKSC 22, Mr Julian Assange challenged the validity of the European Arrest Warrant (EAW) on the ground (amongst others) that his arrest warrant had been issued by a public prosecutor who was not a ‘judicial authority’ as required by article 6 of the Framework Decision and by sections 2(2) and 66 of the 2003 Act. The Supreme Court (Majority) held that the EAWs were binding to domestic Courts. Whilst Minority – Lord Mance – ruled that domestic courts were not bound as a matter of European law to interpret Part 1 of the 2003 Act in a manner which accords with the Framework Decision. It is heinous that you and your office confuse the Framework Decision in Assange v Swedish Prosecution Authority, [2012] UKSC 22 with the UN Working Group on Arbitrary Detention opinion Co. Tom Byabagamba and Brig. Gen. Frank Rusagara’s case.

V. The government of Rwanda cannot rely on Common Law sub judice rule in this case

A. It is despicable, at law, to invoke common law sub judice rule in matters of public concern and/or interest.
In your letter, you opined that President Kagame and his government cannot interfere with the judiciary, in violation of the common law sub judice rule. For all we know of President Kagame’s dictatorship, this is frothy assertion. First, Col. Tom Byabagamba and Brig. Gen. Frank Rusagara are in prison for ridiculous political crimes. Political crimes are created by dictators, for the dictator’s political survival. Second, there is no independent institution in Rwanda. The fact that you have draconic laws like the crimes Col. Tom Byabagamba and Brig. Gen. Frank Rusagara are accused of is proof that your government is a dictatorship. In a dictatorship, all institutions serve the absolute ruler. The British Legislators, like all right thinking Rwandans, are asking your government to drop those ridiculous political crimes from the criminal code, respect the 2003 Constitution of Rwanda and all the international legal conventions Rwanda ratified.
In Exparte Bread Manufacturing Lts, Re Truth and Sportsman Lt (1937) SR (NSW) 242, Court held that statements are not contemptuous if they raise legitimate and pressing issues of public importance; also Rv Edmonton Sun, 200 ABQB and Midi Television (pty) Ltd v Director of Public Prosecution (2001) SCA 56 (RSA). In Attorney General v Time Newspapers [1973] 1 ALL ER. 815 (UKCA), the Supreme Court held that matters of public interest cannot be suppressed merely because of the common law sub judice rule. When citizens are exercising their constitutional duty to hold government accountable for its excess, government cannot invoke sub-judice rule. Your government cannot invoke sub judice rule in this case.

B. Where government is involved, common law sub judice rule triggers complex freedom of speech legal issues

In Dagenais v Canadian Broadcasting Corp. [1994] 3 S.C.R. 835, Court held that the common law sub judice rule cannot overshadow freedom of expression. Dagenais case set two-fold standard to ensure that sub judice rule does not suppress freedom of speech; the necessity and salutary effect standard. Justice Ruthrfold reasoned that sub judice rule is not a tool that can be pulled out of the box for use on occasions when it suits one’s interests.” In almost all cases when government evokes common law sub judice rule, freedom of speech legal issues arise. When government invocation of sub judice rule trigger free speech legal issues, the Dagenais two-fold sub judice standards convert to strict scrutiny standard because freedom of speech is a fundamental right.

In jurisdictions where ex facie contempt is codified, the Statute must create a public affairs exception or a defense. The rationale is that matters of public concern or when people endeavor to hold their government accountable, sub judice rule does not apply. That’s the law; your government can’t re-invent common law sub judice rule

VI. Conclusion
Concocting case law ( fake parties, facts and ruling) and invoking sub judice – which you know or should know – does not apply to the instant case – puts you, your office and government of Rwanda to disrepute and raises competence issues for you and your office. ‘Citing” a bogus case, like the “Assange v United Kingdom” you faked, in a document of national importance, is unbecoming of any lawyer, much less a country’s Attorney General. Col. Tom Byabagamba and Brig. Gen. Frank Rusagara, like many other Rwandans, are languishing in prison because President Kagame perceives them as a threat to his absolute power. Heed the British legislators’ call; your government should respect the 2003 Constitution of Rwanda and all the international human rights conventions Rwanda ratified. Rwandans must build a democratic society for sustainable development or your government is clutching at straws.

Dr Kambanda Charles,  PhD

Attorney at Law

Duhagaritse gukomeza kwingingira FPR ibiganiro nk’aho yo itabifitemo inyungu.

Itangazo no 2019/10/001

Itangazo rigenewe itangazamakuru

DUHAGARITSE GUKOMEZA KWINGINGIRA FPR IBIGANIRO NK’AHO YO ITABIFITEMO INYUNGU.

 

Nadine CK

Madame Nadine Claire KASINGE umuyobozi w’ISHEMA Party

Hashingiwe ku ngingo za 42, 52, 74 z’Itegeko-Shingiro ishyaka ISHEMA ry’U Rwanda rigenderaho kugeza ubu ;
Hashingiwe ku bikubiye mu gika cya 4, 5, 6 na 7 by’iryo tegeko-shingiro ;
Hashingiwe kandi ku byemezo bya KONGERE z’Ishyaka zabanjirije iyi;
Abataripfana bayobowe na Madame Nadine Claire KASINGE, Perezida w’ishyaka, bateraniye muri KONGERE idasanzwe yabereye i Paris kuwa 06 Ukwakira 2019.
Bamaze gusuzumana ubushishozi ibibazo by’ingutu Rubandigoka ihura na byo muri icyi gihe;
Bamaze gusuzumira hamwe intambwe zatewe ngo impinduka nziza abanyarwanda basonzeye igerweho binyuze mu nzira y’amahoro idasesa andi maraso y’abana b’u Rwanda nk’ayamenetse mu mateka ya vuba aha n’aya cyera;
Abagize Kongere biyemeje kongera kunonosora umurongo na politiki Abataripfana bihaye kugira ngo batange umusanzu n’ubufasha byihuse mu gutabara Rubandigoka ihozwa mu ibagiro ry’agatsiko ka FPR INKOTANYI.

I. Kongere idasanzwe iributsa ibi bikurikira:
1. Ishyaka ISHEMA kuva ryashingwa ryagerageje kujya gukorera politiki mu Rwanda inshuro ebyiri rikomwa mu nkokora n’abanzi b’amahoro bahisemo politiki mbisha y’Apartheid yimirijwe imbere n’ishyaka FPR-Inkotanyi.
2. N’ubwo Ishyaka ISHEMA ryahisemo inzira y’amahoro n’ibiganiro bidafifitse, bimaze kugaragara ko ibyo FPR itabikozwa ahubwo irushaho kwenyegeza umuriro w’amakimbirane n’intambara mu Rwanda no mu karere kose k’ibiyaga bigari.
3. Guverinoma iyobowe n’ishyaka FPR-INKOTANYI yafashe icyemezo cyo kuducira ishyanga ubwo yanganga burundu ko twinjira mu gihugu cyacu gakondo tariki ya 23 Ugushyingo 2016 ndetse ikagitsimbararaho tariki ya 23 Mutarama 2017.
4. Ni ihame ridakuka abanyarwanda banze ubwami, bityo u Rwanda ni Repubulika, si akarima ka Paul Kagame n’agatsiko ke k’abanyamurengwebagashize ayoboye bibumbiye mu mutwe w’iterabwoba wiyise FPR-Inkotanyi.

II. Kongere irashimira
1. Turashimira Abanyarwanda bitanze batizigamye kugira ngo gahunda zose zo kujya gukorera politiki mu Rwanda zishoboke.
2. Turashimira by’umwihariko Komisiyo iyobowe na Nyakubahwa Padiri Thomas Nahimana ku bw’ubutumwa butoroshye yakoze mu kugerageza ibiganiro bidafifitse kugira ngo abataripfana bajye gukorera politiki mu Rwanda.

III. Kongere iragaya
1. Turagaya cyane Paul Kagame n’agatsiko ke k’abanyamurengwebagashize bakomeje gusuzugura birenze urugero abanyarwanda bahisemo iyo nzira y’amahoro.
2. Turagaya kandi Paul Kagame n’agatsiko k’abatutsi b’abahezanguni bakomeje gutsimbarara ku mvugo ngo “nta muhutu ushobora kongera kuyobora u Rwanda”, bagasuzugura kandi bagatesha agaciro abalideli bose bakomoka mu bwoko bw’abahutu.
3. Turagaya cyane gahunda mbisha za FPR zishingiye ku gucecekesha ku ngufu Rubandigoka no kuyicisha inzara, kubambura utwabo, no kubavangura hitwikiriwe gahunda z’udukingirizo nka « ndumunyarwanda » zibangamira cyane ubwiyunge bw’abanyarwanda.

IV. Kongere ifashe imyanzuro ikurikira:
I. Duhagaritse gusaba no kwingingingira FPR ibiganiro nk’aho yo itabifitemo inyungu.
II. Dukomeje kwifuriza u Rwanda n’abanyarwanda amahoro n’amajyambere byubakiye k’ UKURI, UBUTWARI no GUSARANGANYA ibyiza by’igihugu.

III. Turahamagarira abahutu bose aho bava bakagera kumva ko na bo bafite uburenganzira bwo kwirwanaho bagaharanira uburenganzira bwabo ntibakomeze guhindurwa abacakara n’abagereerwa mu gihugu cyabo. Koko rero nk’uko amateka y’isi abigaragaza, iyo igice cy’abenegihugu gikandamizwa nta we gisaba uburenganzira bwo kwirwanaho: Abirabura bo muri Amerika bayobowe na Martin Luther King barahagurutse birwanaho, Abirabura bo muri Afurika y’Epfo bayobowe na Nelson Mandera barahagurutse birwanaho kandi babigeraho, Abahinde bayobowe na Ghandi barahagurutse birwanaho nabo babigeraho, Abatutsi mu Rwanda binyujijwe mu mashyirahamwe anyuranye baharanira kandi bagahabwa uburenganzira bwabo ntankomyi. Nta shiti abahutu bazagera ku burenganzira bwabo ku bufatanye n’Abatutsi bashyira mu gaciro bemera ko u Rwanda rw’amahoro arambye ari urwo abanyarwanda twese twibonamo.

Bikorewe Montréal muri Canada kuwa 10 Ukwakira 2019.
Nadine Claire KASINGE

Perezida w’ishyaka ISHEMA ry’U Rwanda.
(Sé)

logo ishema

 

RWANDA : 1995 – 2005 ma jeunesse dans la prison de 1930.

Rwanda : 1995-2005 ma jeunesse dans la prison de 1930

Imaginez que vous ayez 18 ans, la vie devant vous et la tête pleine de rêves. Comme la majorité des Rwandais, vous êtes au lendemain du génocide perpétré contre les Tutsi en 1994, ce génocide a failli vous emporter et vous essayez de vous reconstruire. Vous êtes réputé brillant en mathématiques et avez entamé les démarches pour reprendre vos études. A la place, du jour au lendemain, vous vous retrouvez dans la prison centrale de Kigali, dite « 1930 ». Dans votre nouveau monde : « Les prisonniers étaient négligés, les malades étaient envoyés dans les hôpitaux pour mourir parce qu’ils étaient transférés au dernier moment. Ils [Les responsables de la prison] les transféreraient quand il était trop tard. Le sort des prisonniers rwandais n’est jamais évoqué : leur souffrance, les tortures physiques et morales qu’ils subissent ». Comment auriez-vous réagi ? Kalima, à qui cette mésaventure est arrivée, nous donne la réponse en racontant son histoire, sa descente aux enfers, sa reconstruction et ses défis aujourd’hui.

Qui est-il ?

Kalima avait 17 ans au moment du génocide contre les tutsi au Rwanda en 1994. Il habitait dans la ville de Kigali et était élève dans une école secondaire. Il vivait avec ses petits frères et sœurs et leur mère, leur père étant décédé avant 1994. Pendant le génocide il a failli être tué à deux ou trois reprises et à chaque fois ses voisins l’ont sauvé. Il avait une carte d’identité hutue mais avait des traits physiques attribués aux Tutsi. Quand la guerre a approché leur quartier, ils se sont déplacés dans un autre quartier et y sont restés jusqu’à la prise de la ville de Kigali par le FPR-Inkotanyi. Il a alors fui la guerre jusqu’à Goma en République Démocratique du Congo. Dans la fuite il a été séparé de sa famille et a préféré retourner au Rwanda à Kigali après deux semaines.

Comment-est-il allé en prison ?

Cela a commencé quand son camarade lui a dit que l’on voulait le faire tuer, il n’a pas pris l’information au sérieux. Le soir de cette journée il a rencontré trois militaires dans la rue qui lui ont demandé s’il connaissait untel. La personne en question était lui-même, Kalima. Il a eu la présence d’esprit de répondre qu’il le connaissait et a indiqué aux militaires le chemin qui allait chez ses parents. A partir de cet instant, il a pris la décision d’aller vivre dans un autre quartier où il a été hébergé par la famille. Il a informé sa mère du lieu où il vivait et passait de temps en temps au domicile familial, en coup de vent.

Le 24 janvier 1995, il marchait dans la rue quand un militaire l’a interpellé par son nom et lui a dit bonjour. Il lui a dit que le commandant de la brigade le cherchait. Kalima était à mille lieux de se douter que c’était pour le mettre en prison. Il a suivi le militaire et une fois à la brigade, le militaire a dit « voici un Interahamwe » ! Kalima n’a pas eu le temps de comprendre ce qui lui arrivait car, dit- il : « Les militaires se sont déchaînés sur moi et m’ont rué de coups. On m’a conduit là où on enregistrait les nouveaux prisonniers, c’était le début du chemin de croix ». Il est resté dans le cachot jusqu’au 01 février 1995 : « c’était un beau jour de février 1995 vers 15h, nous étions dans une cellule et un militaire, Rukara, a appelé 13 noms, j’ai été cité. Il nous a demandés de prendre nos affaires et les autres codétenus ont commencé à me féliciter, pensant que j’allais être libéré. Si seulement ils avaient su ! » . Ce jour-là un pickup les attendait pour les conduire à la prison centrale de Kigali, la fameuse prison 1930 « le voyage vers l’enfer commençait » nous confie Kalima.

Ils y sont arrivés vers 17h, une fois sur place, les militaires qui gardaient la prison les ont frappés avant de les faire entrer dans la prison. « J’y suis entré avec la peur au ventre, non seulement j’avais peur d’y trouver beaucoup d’Interahamwe, ceux qui avaient tués les gens mais aussi comment allais-je survivre dans cette prison moi, jeune adolescent de 18 ans et 5 mois, timide et introverti ? ». Une fois à l’intérieur, une personne s’est exclamée « ils commencent à enfermer les Tutsi aussi ? ». Pour Kalima, selon la procédure pénale de l’époque, ils auraient dû être interrogés par le procureur public, la seule autorité qui était habilitée à placer des personnes en détention provisoire : « Cette étape a été sautée, mais qui se souciait des procédures ? »

Les premiers pas dans la prison

L’enregistrement dans la prison s’est fait en deux étapes, en premier lieu, les prisonniers ont été enregistrés chez le capita général [1]. On a donné à chaque détenu une couverture, une assiette et un gobelet et on les a affectés à des « blocs ». La prison était divisée en 12 blocs administratifs et chaque prisonnier était affecté à un bloc, le personnel de la prison équilibrait le nombre de prisonniers par bloc. A cette étape un ancien voisin a reconnu Kalima et l’a suivi dans les étapes qui ont suivies. La seconde étape d’enregistrement a été effectuée auprès du bloc d’affectation, on a attribué à Kalima le numéro 521, il y avait déjà 6 000 prisonniers dans la prison pour une capacité de 2 500 personnes, ce chiffre a atteint 10 000 durant le séjour de Kalima. Ensuite Kalima a passé 3h en faisant la queue pour avoir à manger, son plat était composé de pâte de maïs et de haricots dont la moitié était des cailloux. « Cela ne m’a pas surpris, à l’internat on pouvait trouver des cailloux dans le plat des haricots ».

Kalima a mangé chez son voisin, ce dernier s’est assuré que Kalima trouve une place où dormir en le conduisant à un endroit nommé « mu kiderenka – dans la délinquance » et en lui achetant une place à 200Frw, il lui a donné aussi une couverture supplémentaire. Les prisonniers dormaient par terre et utilisaient des briques comme coussins, sa place de fortune était large de 40 cm et longue de 2 m. Kalima se souvient que quelques mètres plus loin, quelques personnes discutaient de comment ils avaient tué des gens au cours du génocide et cela lui glaçait le dos. « Je n’ai pas fermé l’œil cette nuit-là, je n’avais pas encore réalisé quel était mon nouveau monde et j’apprendrai plus tard que ce sera fréquent d’entendre de telles histoires». La prison allait devenir sa nouvelle maison pour les prochains 3 830 jours.

La prison en guise d’université

Quelques jours avant sa détention, Kalima s’était inscrit dans une école pour reprendre ses études de mathématiques et de physique, de ce fait pendant les premiers jours de prison il écoutait attentivement les annonces, il pensait naïvement qu’ils (ceux qui l’avaient arrêté) réaliseraient qu’ils avaient commis une faute et le libéreraient. Dans le jargon de la prison, il était encore un « umuselire – nouvel arrivant », petit à petit il a pris conscience qu’il était entré dans une autre université, celle de la vie dure et que les mathématiques et la physique seraient pour plus tard. Kalima a eu sa première visite après deux semaines en prison. Sa famille était restée sans ses nouvelles depuis son arrestation et c’est la femme du voisin qui avait pu informer sa mère de sa situation « à cette première visite, je n’ai pas parlé à ma mère, elle n’a pas pu s’empêcher de pleurer ».

Petit à petit Kalima commençait à s’habituer à la vie difficile de la prison, la pâte de maïs était devenue savoureuse, faire trois heures de file pour aller aux toilettes ou pour aller boire de l’eau lui semblait normal. Il venait de passer du grade de nouvel arrivant à celui du « umupeuple – une personne habituée à la prison », il n’était plus timide, ni un étudiant, il était devenu un prisonnier : « Les premiers jours sont si difficiles, mais le plus tôt on s’habitue à la vie en prison, le plus vite on accepte le destin, plus facile sera la vie en prison. Le seul choix que l’on a, est d’être mentalement solide, sinon la vie difficile en prison vous fait craquer. ». Il a fallu deux mois à Kalima pour commencer à s’impliquer dans les activités de la prison.

L’organisation de la prison

A l’intérieur de la prison, il y avait un organigramme avec les départements et leurs responsabilités. Le responsable de la prison avait le titre du « capita général », il était à la tête d’un bureau composé d’un secrétaire général et d’un intendant. La nourriture, le savon, et les autres ustensiles étaient distribués dans les 12 blocs administratifs. Les malades étaient enregistrés dans leurs blocs qui se chargeaient de les faire soigner, chaque bloc était dirigé par un « capita » aidé par un secrétaire. Il y avait un service de sécurité dirigé par un Brigadier-chef aidé par 2 sous-brigadiers et un secrétaire. Chaque bloc avait ses propres hommes chargés de la sécurité dont le responsable avait le titre de conseiller et était secondé par un sous conseiller. Il y avait le service d’hygiène, une équipe médicale et une radio « Radio Mouvement Xaveri, RMX » qui informait les prisonniers. Pour finir il y avait un Service d’Encadrement Socio-éducatif (SESE) qui fournissait un apprentissage aux prisonniers avec des leçons variées.

L’aspect judiciaire en prison

  • Les arrestations arbitraires

Au Rwanda, après l’arrivée au pouvoir du FPR-Inkotanyi en 1994, les nouvelles autorités ont ressemblé les gens et les ont mis en prison, elles les accusaient d’avoir participé au génocide. Une grande majorité de gens est sortie de chez elle en suivant les soldats ou les cadres du FPR (abakada), qui leur disaient de les suivre pour aller fournir une petite explication (gusobanura akantu gato). Beaucoup de ces personnes ne sont plus jamais retournées chez elles « 25 ans plus tard, elles sont toujours en train d’expliquer », ironise Kalima. Une autre partie des gens a été arrêtée à la suite de délations de leurs voisins, les gens dénoncés n’avaient pas nécessairement participé au génocide mais étaient dénoncés à cause de la jalousie, de règlements de comptes entre voisins, de la haine pure ou de l’extrémisme.

L’autre motif qui a fait arrêter les gens est leur physionomie, les soldats disaient à propos de ces gens que sans aucun doute ils avaient tué des Tutsi, même s’ils ne les connaissaient pas du tout, bien que personne ne les ait dénoncés. La plupart des gens arrêtés a été torturée au point d’accepter la responsabilité des faits dont elle ne réalisait pas l’ampleur. Par exemple les gens étaient battus au point d’oublier leurs noms. Parfois, les soldats appelaient ceux qui avaient dénoncés à participer au tabassage de ceux qu’ils avaient dénoncés, Kalima a cité un cas « Gasogi, qui avait les mains attachées à l’arrière, un style utilisé par le FPR (ingoyi) et la femme qui l’avait dénoncé a été appelée, comme c’était la nuit, elle a pissé dans sa bouche ».

  • Les détentions arbitraires

Pour Kalima toutes les personnes arrêtées n’ont pas été conduites en prison, une partie seulement l’a été et c’était pour elle un soulagement. En effet après avoir été arrêtés : « Les gens étaient détenus dans des trous, par exemple à Mont Kigali, et les soldats tuaient lentement certains d’entre eux et jetaient leurs corps auprès de ceux qui étaient encore en vie pour les effrayer. Ils ne pouvaient pas se nourrir, ni se laver, leurs corps et leurs vêtements étaient couverts de poux ». Les plus chanceux ont été retrouvés par le CICR, qui les a enregistrés et ils ne pouvaient plus être tués par les soldats du FPR. « La détention a été arbitraire, injuste et illégale », le sort de ceux qui se sont retrouvés dans les prisons n’a jamais été dûment documenté ou a été beaucoup ignoré. Kalima continue en disant que «Cela faisait partie d’un plan sinistre visant à mettre une partie de la population à genoux ». « Dès juillet 1994, les premières personnes ont déjà été arrêtées et détenues à Rilima, comme le regretté ambassadeur Sylvestre Kamali et les autres qui ont été les premières personnes à être emprisonnées. Quand la prison centrale de Kigali a été rouverte en août 1994, son premier détenu a été Hassan Nkunzurwanda (Ndanda), un footballeur ».

  • Le cas de Kalima

De 1995 à 2001, Kalima n’a pas rencontré de procureur, il croupissait en prison sans savoir ce qui lui était reproché. En 2001, la direction a demandé la liste des prisonniers qui n’avaient jamais rencontré le parquet. Quand la liste a été faite, les substituts du procureur ont commencé à interroger les personnes sur la liste un à un. Quand ce fut son tour, Kalima a rencontré le substitut nommé Ndibwami Rugambwa qui lui a demandé de nommer les personnes qu’il connaissait et qui ont été tuées pendant le génocide. De bonne foi Kalima lui a communiqué la liste et le substitut a promis d’enquêter et de revenir vers lui. Trois semaines après, Ndibwami est venu et a inculpé Kalima d’avoir tué les personnes que Kalima avait nommées. Quand ce dernier lui a demandé s’il avait des preuves, il lui a répondu qu’il devait prouver son innocence. « A partir de ce moment-là, après 6 ans de détention illégale et hors la loi, j’ai été formellement inculpé d’une affaire qui a été traitée et classée de manière non professionnelle, la présomption d’innocence, un principe universel, était bafouée ».

  • Les Gacaca dans la prison

Avec plus de 150.000 prisonniers, le gouvernement rwandais a décidé de mettre en place des tribunaux « gacaca » pour accélérer les procès pour génocide. Dans la prison de 1930 on a demandé aux prisonniers de collecter les informations (Ikusanyamakuru) en listant les personnes qui ont été tuées entre le 1er octobre 1990 et le 31 décembre 1994, en indiquant qui les a tuées, quelle arme a été utilisée et l’endroit où les personnes ont été tuées. Pour ce faire les prisonniers se rassemblaient dans leurs cellules en fonction de là où ils habitaient en 1994. L’exercice n’a pas eu les résultats escomptés car la majorité de personnes listées étaient des Hutu tués par le FPR. La direction de la prison a demandé toutes les informations recueillies et le sujet n’a plus jamais été évoqué. On a alors demandé aux prisonniers de ne lister que les victimes tutsies.

  • La conclusion

Selon Kalima, dans la prison tout a été fait pour briser émotionnellement les prisonniers, Une partie a craqué facilement et une autre a résisté. La plupart des prisonniers n’avait pas été inculpée et malgré cela ils ont été traités comme des condamnés. Au Rwanda à l’époque les principes étaient renversés : « La culpabilité jusqu’à ce qu’un tribunal ait prouvé le contraire ». Pendant environ 7 ou 8 ans, les militaires venaient et choisissaient quelques personnes au hasard parmi « les sans dossiers » et ils n’étaient plus jamais revus. Kalima pense qu’ils auraient été tués. La prison était surpeuplée, 10 000 personnes au plus fort pour une capacité de 2 500 personnes. Les prisonniers respiraient difficilement, étaient laissés à la merci des maladies comme le choléra, la dysenterie et la typhoïde, qui ont fait des milliers de morts. Il n’y avait pas d’espoir en prison « les prisonniers demandaient à Dieu de mourir en paix ».

La prison au quotidien

  • Les visites

La prison est un pays à l’intérieur d’un pays, Les prisonniers avaient le droit à une visite de leur famille une fois par semaine. C’était le vendredi ou le samedi pour les étudiants et les travailleurs sur présentation des justificatifs comme une carte scolaire. Un jeudi par mois, sur lequel on a ajouté un mercredi par mois, c’était la journée des enfants en bas âge. La visite n’était pas personnalisée, elle se passait dans une foule immense et durait 3 minutes. L’exception était faite pour les gens qui avaient des justificatifs médicaux attestant qu’ils ne pouvaient pas manger la nourriture de la prison. Eux, avaient droit à une visite quotidienne pour leur apporter à manger.

Pour le reste, la société en prison est comme partout ailleurs: tout le monde n’est pas égal, ceux qui avaient une famille qui prenait soin d’eux étaient les mieux lotis. Celui qui n’avait personne pour venir le voir avait une vie pénible dans la mesure où les rations de nourriture distribuées étaient maigres.

  • La nourriture

D’un point de vue alimentaire, les prisonniers étaient délibérément affamés. Kalima raconte la fois où les geôliers ont élaboré un sinistre plan pour éliminer lentement les prisonniers « Ils grillaient et mélangeaient des éclats de verre dans le sorgho (une céréale servant à préparer la bouillie des prisonniers) : «Imaginez que l’on vous donne des bris de verres pour manger ! » Il y avait aussi les fois où « les prisonniers passaient 3 jours sans manger. Les plus faibles mouraient, et le jour où ils décidaient de ramener la nourriture, les autres mouraient aussi puisqu’ils voulaient beaucoup manger sans savoir qu’après un si long moment de jeûne on mange une petite quantité». Le pire moment pour l’aspect nourriture est le mois de mai 1997 quand « nous n’avons mangé que 8 fois ce mois-là, parfois il y avait de la nourriture et pas de bois pour le feu ou vice versa, les gens dormaient la nuit et ne se réveillaient pas, emportés par la faim».

Pour la qualité, elle n’était pas au rendez-vous, « il y avait cette farine de maïs amère et surtout des haricots pourris infestés de charançons (imungu) ». Pour la quantité, c’était un gobelet de haricots et quelques grammes de pâte de maïs par personne. Exceptionnellement, la pâte de manioc pouvait être distribuée, elle était si maigre que les prisonniers l’avaient surnommé « les miettes ». Dans la grande majorité des cas, le menu était un mélange de haricots et de maïs (impungure) servi en quantité de deux gobelets par personne.

Pour avoir des rations complémentaires, il fallait faire partie de l’équipe de supervision ou travailler dans la cuisine. Dans ce cas, on avait droit à une double ou triple ration. Aussi quand on travaillait pour les autres : laver leur linge, faire la queue à leur place…on était payé en nourriture.

La situation des prisonniers s’est un peu améliorée en 1995 quand le CICR a commencé à fournir des biscuits et des comprimés multivitaminés. Cependant une partie des prisonniers a refusé de prendre ces comprimés, de peur de devenir stérile.

  • La débrouillardise

Les prisonniers n’étaient pas autorisés à posséder de l’argent mais ils en avaient : il y avait beaucoup de petits commerces : les coiffeurs, des boutiques, ceux qui repassaient les habits, les tailleurs, ceux qui allaient chercher l’eau pour les autres…on pouvait aussi travailler en prison comme capita, chargé de sécurité, ou dans la cuisine, si on acceptait d’être payé en nourriture ou en autres avantages comme : ne pas faire la queue pour tous les services (distribution des aliments, récupérer l’eau pour se laver, rencontrer ses visiteurs…) Il y avait aussi la possibilité de faire partie de l’équipe de production qui sortait de la prison pour aller faire les travaux de construction, par exemple. Le SESE (Service d’Encadrement Socio Educatif) donnait des formations diverses, beaucoup de prisonniers y ont appris des métiers et en ont fait leur gagne-pain à leur sortie de prison. Pour Kalima, le plus grand bénéfice et pour le grand nombre a été pour les analphabètes qui ont appris à lire et à écrire en prison.

Pour la prière, il y avait une maison pour toutes les religions chrétiennes qui alternaient pour prier, les musulmans avaient leur mosquée et, un peu partout dans la prison, il y avait des chambres réservées à la prière.

  • La prise en charge médicale

Dans chaque bloc, cinq prisonniers étaient enregistrés tous les matins. Un tirage au sort était effectué pour choisir ceux qui allaient être conduits à l’infirmerie à l’extérieur de la prison. Cette infirmerie était gérée par des infirmiers non prisonniers aidés par des docteurs et infirmiers prisonniers. A l’intérieur de la prison, il y avait un hôpital géré par les prisonniers. Quand on tombait gravement malade au cours de la nuit, on était transporté par la Croix Rouge vers cet hôpital pour recevoir les premiers soins et le lendemain on était amené à l’extérieur. Les cas les plus compliqués étaient envoyés au Centre Hospitalier de Kigali (CHK). C’est le responsable de l’infirmerie qui choisissait les cas qui devaient être transférés au CHK, et le directeur de la prison validait le transfert. Au CHK ce sont les prisonniers qui prenaient soin des détenus hospitalisés car il n’était pas autorisé que leurs familles le fassent. Le service médical composé de médecins et infirmiers incarcérés jouait un rôle essentiel dans la prison, il sensibilisait les prisonniers dans la lutte contre les maladies transmissibles, sur la santé et l’hygiène.

Parfois les prisonniers faisaient une collecte de fonds « la collecte pour les malades » afin de venir en aide aux prisonniers qui n’avaient pas les moyens de se procurer les médicaments, mais cela n’était pas suffisant.

  • Le vivre ensemble

En général, les prisonniers vivaient bien ensemble mais, comme partout, il y avait de petits problèmes entre les gens. Ils pouvaient se battre pour le pouvoir au point de conspirer les uns contre les autres, par exemple on accusait celui que l’on voulait qu’il soit transféré à une autre prison d’avoir empêché les autres d’avouer ce qui leur était reproché. Il pouvait arriver aussi qu’une personne qui a fait mettre les autres en prison, soit aussi emprisonnée à son tour, dans ce cas les premiers jours pouvaient être étranges pour la personne et au bout de quelques jours les protagonistes pouvaient se parler. Il y a eu très peu de cas où les prisonniers se sont battus entre eux. En général il y avait une bonne ambiance dans la prison de 1930 et les chargés de sécurité faisaient bien leur travail en mettant celui qui voulait faire les troubles dans un cachot (à l’intérieur de la prison). Les gens parlaient des ethnies parfois du bout des lèvres mais n’y accordaient pas d’importance. Le souci majeur des prisonniers était de « sortir de la prison ». Avant que Kalima ne quitte la prison, soit en 2005, il commençait à y avoir un mauvais climat lié aux tribunaux Gacaca qui avaient lieu à l’intérieur de la prison et une partie des prisonniers allait demander des mesures de sécurité spécifiques car elle ne se sentait pas en sécurité.

  • Les enfants en prison

Kalima raconte qu’il y avait beaucoup de jeunes en prison, beaucoup plus jeunes que lui. Ils étaient actifs dans les mouvements de jeunesse comme les Xaveri, les Scouts, la Jeunesse ouvrière chrétienne ou la Croix Rouge…

Il y a eu un capita général, qui avait été un professeur dans les écoles secondaires, il avait fait en sorte que les jeunes soient impliqués dans les services de sécurité, d’hygiène ou dans la cuisine, et une petite partie d’entre eux, dont Kalima, était impliquée dans l’administration. Pour la partie sombre, l’homosexualité et la prostitution étaient interdites dans la prison mais malgré cela certains enfants (moins de 18 ans) ont été obligés de se prostituer pour survivre, par exemple pour avoir une ration de nourriture complémentaire. Une petite partie des jeunes est tombée dans la drogue.

« Mettre les enfants en prison revient à les abîmer, ils en ressortent avec beaucoup de blessures, une partie en ressort en étant devenue de dangereux criminels. S’ils ont été emprisonnés alors qu’ils étaient innocents, ils en ressortent avec beaucoup de mécontentement ».

  • Les conséquences pour les familles

Les produits de première nécessité dont la nourriture, étaient une denrée rare en prison. Les prisonniers dépendaient de leurs familles, qui elles-mêmes étaient déjà épuisées car on leur avait privé du principal soutien de la famille. C’est la première conséquence pour les familles.

De plus, les familles étaient utilisées pour mettre la pression sur les prisonniers pour qu’ils avouent, on leur disait que si les leurs restaient en prison c’était parce qu’ils n’avouaient pas. La famille des prisonniers pouvait douter de leur proche et on pouvait assister à des scènes où « les enfants qui venaient rendre visite à leurs parents leur disaient que c’est de leur faute s’ils étaient toujours en prison, que s’ils avaient avoué ils seraient sortis ». Et quelques familles arrêtaient de venir voir les leurs pour ce motif.

Les gardiens ou militaires de la prison profitaient de leur situation pour abuser des femmes : « J’étais là quand les femmes qui venaient rendre visite à leurs pères, frères ou maris étaient amenées à coucher avec les soldats ou gardiens, notamment les sous-lieutenants Beni et Kayijamahe, les sergents Emmanuel, Valens et Sibomana, pour pouvoir voir les leurs ».

  • Le cas spécifique de sa famille

En Juillet 1995 Kalima n’a pas eu la visite de sa mère pendant deux semaines. Il commençait à s’inquiéter quand il a appris qu’elle avait été arrêtée. « Un vendredi après-midi, un de mes compagnons de prison qui la connaissait m’a informé que ma mère était maintenant en prison (quartier des femmes), qu’elle lui avait demandé de m’en informer. J’étais tellement dévasté et espérais qu’elle serait libérée car cette femme ne pouvait même pas faire du mal à une mouche ». Kalima l’a vue le dimanche à l’église dans la messe catholique romaine du dimanche. Voir sa mère en uniforme rose et le crâne rasé, comme il est de coutume pour les détenus au Rwanda, a brisé Kalima. Sa mère lui a souri et salué de loin car le contact n’était pas permis entre les prisonniers.

Le vendredi suivant, à l’occasion de la visite spéciale hebdomadaire autorisée entre les détenus de sexe masculin et féminin apparentés, Kalima a vu sa mère, « elle continuait à lutter pour s’habituer à la réalité de la vie carcérale et espérait sortir assez rapidement et que les choses reviendraient à la normale ». Entre deux visites hebdomadaires Kalima et sa mère s’envoyaient des avions en papier pour communiquer. C’est ainsi que les détenus hommes et femmes communiquaient entre eux, c’était interdit mais ils passaient outre.

En octobre 1997, la mère de Kalima est tombée malade et a été transférée à l’hôpital de Kigali (CHK). Ce sont les membres de la Croix Rouge qui ont informé Kalima, il a été autorisé à aller la voir 3 jours avant sa mort et a passé 7 heures à son chevet « je pouvais voir qu’elle était fragile et ne pouvait pas y arriver ». Elle a gardé un visage courageux et a dit à son fils qu’ils allaient être libérés, que Dieu ne pouvait pas autoriser qu’une telle injustice se poursuive. Le souhait de la mère était que le fils soit libéré avant elle pour qu’il puisse reprendre ses études. Kalima garde en mémoire précieusement le passage de la bible que sa mère avait collé sur son lit d’hôpital «Il y a deux choses que je t’ai demandées ; Ne me les refuse pas avant que je meure : Éloigne de moi fausseté et paroles mensongères ! Ne me donne ni pauvreté, ni richesses ! Dispense-moi le pain de mon ordinaire, De peur qu’étant rassasié je ne te renie Et ne dise : Qui est l’Éternel ? Ou qu’étant devenu pauvre, je ne dérobe Et ne porte atteinte au nom de mon Dieu » Proverbes 30 :7-9. Ce jour-là le fils et la mère ont parlé de beaucoup de choses.

Le 04 novembre 1997, Kalima s’est réveillé avec un mal de dos, une chose inhabituelle vu son jeune âge, et une mauvaise humeur. Plus tard dans la matinée il a été appelé pour aller dans les services sociaux de la prison, là il a rencontré son cousin qui lui apportait la pire nouvelle de sa vie : « Ma mère avait respiré pour la dernière fois, j’ai fondu en larmes ». Il est retourné à l’intérieur de la prison, il ne voulait parler à personne. Les mauvaises nouvelles se rependaient rapidement dans la prison et de nombreux détenus sont venus le voir sur son lit où il était assis pour le consoler : « Plus les gens essayaient de me réconforter, plus la nouvelle me faisait mal, plus j’étais triste, ma meilleure amie était partie, la femme qui a souffert de l’injustice d’un régime qui était obstinément décidé à faire souffrir une partie de la population était décédée, Elle avait emporté avec elle ses espoirs d’avoir droit à une justice, ses rêves de voir ses enfants grandir, son rêve de devenir grand-mère. Elle était partie aussi avec la douleur, la souffrance d’avoir vu la vie de ses enfants brisée, de les laisser jeunes, devant affronter par eux-mêmes un monde plein de haine ». Kalima n’était pas autorisé à aller enterrer sa mère, « c’est la vie en prison » mais se consolait qu’elle ait eu un enterrement digne.

La seconde naissance

Kalima est sorti de la prison le 29 juillet 2005 quand on a sorti des prisons toutes les personnes qui avaient moins de 18 ans pendant le génocide. Il n’a pas pu reprendre les études car il manquait de soutien. Le jour de sortie, Kalima avait des sentiments mixtes, il était content de retrouver enfin la liberté et en même temps appréhendait la réintégration dans la société: « J’avais peur que l’on s’en prenne à moi et je ne savais pas où j’allais habiter. J’étais un adolescent quand je suis allé en prison et j’étais devenu un homme à la sortie, je ne me voyais pas vivre chez quelqu’un ».

La prison avait détruit sa famille: orphelin de père, aîné de sa famille, lui en prison c’était un soutient en moins pour sa mère et ses petits frères et sœurs. L’emprisonnement de sa mère a nui au reste de la fratrie, qui a grandi blessée au point de ne pas aller rendre visite à leur maman et grand frère. La familleélargie avait pris soin d’eux. A la sortie de prison, Kalima est passé par un camp de rééducation pendant un mois. « On nous apprenait l’évangile du FPR ». Après on leur a donné les papiers pour rentrer chez eux et ils devaient se présenter au parquet tous les derniers vendredis du mois. Une fois dehors, le premier conseil que l’on a donné à Kalima est de « vivre en marchant sur les œufs car les gens avaient beaucoup changé». L’appréciation de Kalima du Rwanda après la prison a été que « le pays avait beaucoup changé, les gens, la culture et les comportements avaient changé. Le Rwanda me faisait peur, je ne me voyais pas dans ce Rwanda ».

La vie après la prison a été difficile, Kalima n’a pas pu s’y habituer, il sentait peser sur lui le stigma d’avoir été emprisonné pour le crime de génocide même s’il était innocent. Quand c’était possible, il essayait de le cacher et il a fini par prendre le chemin de l’exil. Malgré la dureté de la vie en prison, elle a été pour Kalima une école de la vie, il y a appris l’anglais, le dédouanement, faire les études des projets et la construction (la théorie). Lorsqu’il est invité à dire un mot sur son expérience Kalima répond « la prison a brisé mes rêves et m’a laissé une dépression dont je souffre toujours »

Le message que Kalima veut faire passer auprès du grand public est de ne pas croire que toutes les personnes en prison sont des malfaiteurs. « Il y a des innocents qui sont en prison à la suite de fausses accusations dont ils ont fait l’objet, ou parce que des plus forts qu’eux les ont fait mettre en prison. Ils sont en prison parce qu’ils faisaient des envieux, ou à cause de la haine ». Il encourage les gens qui ont les leurs en prison d’aller les voir, de ne pas les abandonner car la vie en prison est très dure. «Si vous ne pouvez pas y aller, envoyez quelqu’un à votre place ».

Pour finir, il dit qu’il n’y a pas que du négatif dans la prison, il y a des choses positives comme « le vivre ensemble, c’est une école de la vie, si on n’y restait pas longtemps on en ressortirait avec des nouvelles perspectives sur la vie, mais quand l’on y reste longtemps, la prison abîme ».

La vie en prison a inspiré à Kalima cette devise qu’il partageait avec les jeunes codétenus : « Ne jamais laisser personne briser nos esprits, ils ont peut-être brisé nos os, brisé nos rêves mais nos esprits sont restés intacts. Je ne succomberai jamais à la haine, je ne chercherai jamais à me venger, je plaiderai toujours pour la justice et l’équité, je ne soumettrai jamais aucun être humain à la torture ou à la détention illégale. Au travers de l’expérience en prison les mains de Dieu m’ont gardé, je remets mon destin entre ses mains».

Constance MUTIMUKEYE

Jambonews

Belgique : Quand KAGAME exporte sa criminalité de Kigali à Bruxelles !

COMUNIQUE  142-2019
FB_IMG_1560935264932Le régime totalitaire du Rwanda consolide ses réseaux terroristes en Belgique et la police enquête en profondeur

 

Le Centre de Lutte contre l’Impunité et l’Injustice au Rwanda dénonce et condamne plusieurs attaques terroristes contre les opposants politiques qui manifestaient pacifiquement à Tour et Taxis contre le séjour du dictateur Paul KAGAME, président du Rwanda, qui se trouve actuellement en Belgique. C’était pendant la manifestation de ce mardi le 18 juin 2019.

Les courtisans du président Kagame ont tenu leur manifestation autorisée pour le soutenir ce mardi matin 18 juin 2019 à partir de 9h.

Les opposants à Kagame ont tenu leur manifestation autorisée à partir de 14h. Comme c’est devenu une mauvaise habitude, KAGAME qui, depuis l’Uganda dans les années 1980, n’a jamais cessé de terroriser ses opposants par les meurtres, les agressions physiques, les emprisonnements arbitraires et autres harcèlements moraux, a commandité des attaques terroristes contre ses opposants sur le lieu même de la Manifestation. L’objectif c’est d’imposer ses méthodes terroristes en Europe en croyant décourager ses opposants. Pourtant la terreur ne fait que renforcer leur détermination.

Voici le déroulement de ces attaques et les dégâts constatés ce 18/06/2019 :

1) Un manifestant a été pris en chasse par deux agresseurs qui sont sortis d’une voiture. Il a couru pour leur échapper et a changé de trottoir à la recherche des ouvriers qui déchargeaient un camion non loin de là. Lorsque les agresseurs l’ont vu demander secours à ces ouvriers, ils se sont sauvés pour aller changer de voiture et revenir guetter son retour. Le manifestant les a remarqué et est revenu sur ses pas chercher les policiers qui n’ont pas pu les retrouver. Ce manifestant constituait une cible facile, puisqu’il venait de laisser sa voiture électrique en charge à la station Service TOTAL situé à 500 mètres environ de l’entrée principale du Site Tour et Taxis où se déroulait la manifestation des opposants au président Kagame.

2) Les agresseurs sont revenus à pieds en empruntant le trottoir boisé et ont cassé deux taxis voitures appartenant à deux manifestants qui ont porté plainte à la police après notre manifestation. Une des deux voitures a eu son pare-brise cassé, tandis que l’autre sa lunette arrière et la vitre latérale à l’arrière côté droit ont été casséés. Rien n’a été volé dans les deux voitures.

Le modus opérandi reste le même : Quelques individus ont été engagés pour attaquer et blesser des manifestants isolés, avant de prendre la fuite à bord des voitures qu’ils changent comme des chemises. En général, ces agresseurs se terrent dans des voitures et tentent de surprendre un ou deux manifestants isolés. En outre, certains courtisans du président Kagame sont impliqués à divers niveaux dans ces activités terroristes au Rwanda et ailleurs dans le monde. Ce sont eux qui identifient les cibles et engagent ces agresseurs.

Ce sont ces complices qui feront l’objet des enquêtes approfondies par les services de sécurité et la cellule antiterroriste belges. Parce que sans les commanditaires résidant en Belgique, il n’y aurait pas d’attaques terroristes contre des opposants politiques d’origine rwandaise. Nous avons fourni à la police un maximum de renseignements sur ces réseaux terroristes et les présumés complices. Nous avons exigé que ce dossier soit traité de la même façon que celui des casseurs de magasins du quartier Matonge à Bruxelles il y a quelques années.

Les opposants sont victimes du régime totalitaire de Paul Kagame :

Voici la description de ce genre de régime telle qu’elle a été définie par des spécialistes et publiée dans le livre du moine bouddhiste d’origine française, Mathieu RICARD intitulé « Plaidoyer pour l’Altruisme : La force de la bienveillance » pages 470 à 471 et publié aux Editions des Noyelles.

Les régimes totalitaires méprisent la raison et n’accordent aucune valeur à la vie humaine. Ils ne font aucun effort pour évaluer les conséquences de leur idéologie et de leurs activités. Ils méprisent également la liberté intellectuelle, l’essor des connaissances et le respect de la justice. Goering proclamait en mars 1933 : « Ici, je n’ai pas besoin de me préoccuper de justice ; mon unique mission est de détruire et d’exterminer, rien d’autre ».

Le mépris des dirigeants pour les individus au service d’un idéal aveugle conduit également à n’accorder aucune valeur à l’autre, et par extension à la vie humaine. Mao Tsé-toung n’hésitait pas à dire que la vie de ses citoyens ne comptait guère pour arriver à ses fins : « Si l’on additionne tous les propriétaires fonciers, les paysans riches, les contre-révolutionnaires, les mauvais éléments et les réactionnaires, leur nombre devrait atteindre 30 millions… Dans notre population de 600 millions de personnes, ces 30 millions ne sont qu’une (seule portion) sur vingt. Qu’y a-t-il à craindre ?… Nous avons tellement de monde. Nous pouvons nous permettre d’en perdre quelques-uns. Quelle différence cela fait-il » Il ajoutait : « Les morts ont des avantages. Ils fertilisent le sol ». Mao, directement ou indirectement, causa la mort de 50 millions de personnes.

Ceux qui sont au service des dictateurs et en exécutent les ordres sont souvent frappés du même aveuglement et du même mépris de la vie humaine. Comme l’explique Todorov, tous les régimes extrémistes se servent du principe : « Qui n’est pas pour moi est contre moi », mais seuls les régimes totalitaires ajoutent : « Et qui est contre moi doit périr ». Ce qui caractérise plus spécifiquement le totalitarisme est que cet ennemi se trouve à l’intérieur même du pays, et que l’on étend le principe de guerre aux relations entre groupes de compatriotes.

Les systèmes totalitaires renoncent à l’universalité et divisent l’humanité en êtres supérieurs (leurs partisans) et en êtres inférieurs (leurs opposants qui doivent être punis, voire éliminés). C’est le régime qui détient la mesure du bien et du mal et décide de la direction dans laquelle la société doit évoluer.

FB_IMG_1560935280821.jpg

L’Etat doit contrôler l’intégralité de la vie sociale d’un individu : son travail, son lieu d’habitation, ses biens, l’éducation de ses enfants, et même sa vie familiale et amoureuse. Cette totale mainmise lui permet d’obtenir la soumission de ses sujets : il n’y a plus de lieu où ils pourraient s’abriter et lui échapper.

Recommandations :

Nous demandons au Ministre de l’Intérieur du Royaume de Belgique, qui a la police dans ses attributions, de tout faire pour démanteler tous les réseaux terroristes que le président KAGAME tente d’implanter en Belgique et où se trouvent bon nombre de ses opposants. Pour ce faire, la police belge devra collaborer avec la police britannique qui a déjà démantelé quelques réseaux terroristes rwandais en Angleterre.

Nous demandons aux autorités rwandaises d’arrêter ce genre d’agressions terroristes et de comprendre qu’en Europe les populations sont civilisées et ne peuvent tolérer le terrorisme du président Kagame sur le territoire européen. Ces autorités savent très bien que la terreur ne fonctionne plus ni au Rwanda, ni ailleurs dans le monde. Il n’existe pas de bons terroristes.

Nous demandons aux courtisans du président Kagame de faire attention et de ne pas tomber dans le piège du tyran de Kigali. Ils connaissent très bien que Kagame finit toujours par éliminer ses courtisans tôt ou tard. Les courtisans qui lui survivront et qui auront été identifiés comme agresseurs ou comme complices de ces agresseurs risquent non seulement la prison ici en Europe mais aussi l’expulsion vers la terre de la brutalité rwandaise à Kigali.

Nous demandons aux opposants politiques de ne pas succomber à la peur et de poursuivre leur combat pour libérer le Rwanda de la tyrannie.

Nous saluons la publication ce matin du 18 juin 2019 de l’article de Jambonews intitulé : « Les activités obscures de l’Ambassade du Rwanda à Bruxelles ». C’était très tôt le matin avant ces attaques terroristes qui ont été perpétrées dans l’après midi.

Fait à Bruxelles, le 18 juin 2019

Pour le CLIIR, MATATA Joseph, Coordinateur.

CLIIR* : Le Centre de Lutte contre l’Impunité et l’Injustice au Rwanda est une association de défense des droits humains basée en Belgique, créée le 18 août 1995. Ses membres sont des militants des droits humains de longue date. Certains ont été actifs au sein d’associations rwandaises de défense des droits humains et ont participé à l’enquête CLADHO/Kanyarwanda sur le génocide de 1994. Lorsqu’ils ont commencé à enquêter sur les crimes du régime rwandais actuel, ils ont subi des menaces et ont été contraints de s’exiler à l’étranger où ils poursuivent leur engagement en faveur des droits humains.