Monthly Archives: July 2021

Rwanda to become a failed state by 2030.

Rwanda’s Economic Success Keeps Western Scrutiny About Human Rights Abuses at Bay

Charles Wachira July 19, 2021

Lake and volcano in the Virunga Mountains of Rwanda / credit: Wikipedia/Neil Palmer
Lake and volcano in the Virunga Mountains of Rwanda / credit: Wikipedia/Neil Palmer

Rwanda is one of the world’s fastest growing economies and is ranked second in Africa as the easiest place to do business. In addition, this landlocked country boasts the world’s record for female representation in parliament. And it’s the only African country that manufactures “Made in Africa” smartphones.

These milestones make for impressive reading in the Western world, so accustomed to morbid news from the most corrupt region of the world.

This has also led major global brands including the world’s biggest car manufacturer, the world’s biggest nuclear company by foreign orders, a major U.S. multinational telecommunications company plus a retinue of other global corporations to set up shop in a country the size of the U.S. state of Maryland.

In the paternalistic eyes and hearts of foreign development partners in Africa, Rwanda is obsequiously referred to as the “Singapore of Africa,” a moniker that gives the impression that all is hunky-dory in this “land of a thousand hills.”

Rwanda’s economic and social accomplishments—while impressive—mask the underbelly of one of the world’s cruelest states, led by Paul Kagame.

Here, freedom of expression is muzzled. Extrajudicial killings are institutionalized. Show trials are routinely encouraged. Forced disappearances are embraced, while private businesses are forcibly seized by a regime that operates like the Nazi Gestapo.

Despite evidence of Kagame ordering his political opponents to be murderedarrestedjailedkidnappedassassinated and tortured, the international community has continued to turn the other way. Why is that the case in Rwanda, but not in countries like Ethiopia, where U.S. Secretary of State Antony Blinken has called for a ceasefire to allow for humanitarian aid to flow into the Tigray region?

Rwandan President Paul Kagame / credit: cmonionline
Rwandan President Paul Kagame / credit: cmonionline

The President and the ruling Rwanda Patriotic Front (RPF) have built and fine-tuned over the decades a totalitarian police state in which criticism of the government, or any semblance of dissent, is criminalized and often results in death for those who dare to speak out, said Jeffrey Smith, founding director of Vanguard Africa. He told TF in an email exchange, “There is no independent media, nor independent human rights groups or a political opposition that are allowed the minimum space to operate. The ruling RPF, in essence, has been wholly conflated with the state,” says Smith.

The 1994 genocide killed about 800,000 people drawn mainly from the minority Tutsi community, including moderate Hutus, while the rest of the world silently looked on. But Rwanda has since experienced an economic recovery that has been inextricably linked to Kagame, who officially took power in 2000.

In a controversial 2015 constitutional referendum, Rwandans voted overwhelmingly to allow Kagame, 63, to stand again for office beyond the end of his second term, which ended in 2017. He won elections held the same year with nearly 99 percent of the vote. In theory, he could run twice again, keeping him in power until 2034. His current term ends in 2024. 

So why does the Western world play blind and deaf to the excess exhibited by Kagame? In other words, why the complicity in crimes and misdeeds in Rwanda ever since the end of the genocide?

“Rwanda has performed exceedingly well on the economic front. It’s seen as a success story in a continent that is dotted with malfunctioning states,” Lewis Mudge, the Central Africa Director at Human Rights Watch (HRW) told TF in a telephone interview. “The international donor community loves a good story and Rwanda serves as an example.” 

Mudge added Western collective guilt after the 1994 genocide also weighed in. 

The United States and the United Kingdom, like other Western governments, did not intervene in the 1994 Rwandan genocide. Nonetheless, both U.S. President Bill Clinton and U.K. Prime Minister Tony Blair later emerged as moralists and humanitarian interventionists, claiming human rights as one of the guiding principles for U.S. and British leadership in the world. This argument has since been used to bomb Yugoslavia, and invade Afghanistan, Iraq, Libya and Syria.

However, a U.S. diplomat quoted in the New York Times in an article aptly titled, “The Global Elite’s Favorite Strongman,” explained the reason the West disregarded the atrocities happening in Rwanda. “You put your money in, and you get results out. We needed a success story, and he was it.”

French President Emmanuel Macron / credit: The White House
French President Emmanuel Macron / credit: The White House

In late May, French President Emmanuel Macron travelled to Rwanda, formerly a French colony, in a gesture largely aimed at fixing a glacial relationship that had broken down as a result of the latter having backed the former extremist government in Rwanda, including supporting and training its military, which committed genocide.

In addition, France is determined to win back its influence in former French colonies in Africa, including in Rwanda. Some have begun cooperating with other powers, among them China and Turkey, said Arrey E. Ntui, a researcher with the International Crises Group (ICG).

“The French Government is currently not that popular in Africa as a result of its past exploitative history with African states,” said Ntui. “The current leadership in Africa is assertive and takes no prisoners. This calls for France to tread carefully because there are emerging nations that are willing to partner with Africa without a condescending attitude. So it would have been foolhardy, for example, for Macron to censure his Rwandan counterpart on account of real or imagined human rights abuses happening in Rwanda.”

Since his inauguration in May 2017, Macron has visited 18 African countries out of 62 states he has so far visited, a sign that he is determined to claw back the influence France once had when it counted 20 countries as its colonies within the African continent.

But should the world expect an insurgency anytime soon in Rwanda? 

Victoire Ingabire Umuhoza, a former presidential contestant who has been jailed for 15 years for daring to challenge Kagame told TF the Kagame government took power after a war and genocide. 

“I would say that all these crimes committed in our country have traumatized Rwandans,” Umuhoza said. “Moreover, there is no room for dissenting voices in Rwanda. If one criticizes the government they are immediately labeled as the enemy of the state. Under such circumstances, people live in constant fear of expressing themselves. But this silence worries me a lot because it can lead to implosion in Rwanda one day.” 

U.S. National Intelligence Council’s Global Trends Report published every five years says the world is “at a critical juncture in human history” and warns that a number of countries are at high risk of becoming failed states by 2030—Rwanda being one of them.

Charles Wachira is a foreign correspondent based in Nairobi, Kenya, and is formerly an East Africa correspondent with Bloomberg. He covers issues including human rights, business, politics and international relations

Towardfreedom

Paul Kagame asigaye ari mu gucuruza abana (abasirikari) b’u Rwanda nk’abacakara

Perezida wa Mozambique Nyusi aherutse mu Rwanda kuza kubwira Paul Kagame ko akeneye ko ingabo zitwa iz’u Rwanda zijya muri Mozambique guhondagura inyeshyamba zo bita ngo ni umutwe w’iterabwoba.

Paul Kagame yahise yoherezayo batayo ebyiri zigizwe n’abasirikare 1,000.

Urwego izi ngabo zagiyemo muri Mozambique ni agahoma munwa:

  1. Zoherejwe nk’ingabo za Paul Kagame ku giti cye. Kuko nta rwego rw’igihugu urwo arirwo rwose rwigeze rubigiramo uruhare. Urugero; abiyita intumwa za rubanda ntabwo bigeze bemeza cyangwa ngo bajye impaka kw’iyoherezwa ry’abana bu Rwanda kujya kumena amaraso yabo mu kindi gihugu no kureba inyungu u Rwanda rwazakuramo.
  2. Nta munyarwanda numwe uzi amafaranga Paul Kagame acuruza ku isaha buri musirikare witabiriye imirwano.
  3. Nta munyarwanda numwe uzi amafaranga Paul Kagame azajya yishyurwa kuri buri musirikare uzakomerekera ku rugamba rwa Nyusi, uzamugarirayo ndetse n’uzapfirayo.
  4. Buri munyarwanda wese ufungutse ubwonko arabibona ko Paul Kagame asigaye ari mu bucuruzi bwo gucuruza abana b’u Rwanda nk’abacakara. Ibibaye kuri aba basirikare bagiye kwiyahurira Nyusi na Kagame byanabaye no ku bana b’u Rwanda boherejwe kwiyahurira ibirombe bya zahabu byahawe Paul Kagame na bampatsibihugu mu gihugu cya Central Africa.
  5. Aba basirikare bafite ababyeyi, ariko ntanigipfumure Kagame azaha abababyeyi babyaye ibi bicuruzwa bye, aba basirikare bafite abagore n’abana, ibaze aba bagore bagiye kugirwa abapfakazi abana babo bakaba impfubyi baroshywe na Paul Kagame mu rugamba rwa Nyusi, rudafitiye ingungu u Rwanda, ahubwo rugamije kwinjiriza Paul Kagame wenyine akayabo k’amadorari.
  6. Abanyepolitike cyane cyane abari mu gihugu kuki umuzimu wo gukunda igihugu utabakukiramo bakamagana ku mugaragaro aya marorerwa arimo gukorwa na Paul Kagame?
  7. Kuki abarikare bakuru mu ngabo zitwa ngo ni iz’u Rwanda bakomeje kujejetwaho n’ubugwari?
  8. Aya marorerwa akomeje gukorwa na Kagame arareba buri munyarwanda wese kandi agira ingaruka mbi kuri bose. Kuki abanyarwanda tudatsinda ubwoba tukarwanya ikibi?

Birababaje cyane.

James Munyandinda

Vendredi de gratitude avec Ariane Mukundente

Vendredi de gratitude: Felicula Nyiramutarambirwa, la pionnière

Felicula Nyiramutarambirwa

Pour ce vendredi de gratitude, je vous présente une femme hors du commun au nom de Felicula Nyiramutarambirwa que j’ai eu le privilège de connaître personnellement. Déjà très jeune, je me suis rendue chez elle avec sa sœur religieuse, Petite sœur Monica de Jésus. Elles habitaient une maison nichée dans un champ de bananier. Je n’ai jamais oublié mon passage en ce lieu car je n’avais jamais vu des bananiers aussi hauts et serrés en si grand nombre les uns sur les autres. Avec le vent, leurs feuilles faisaient un bruit énorme, le lourd bruissement produit par une véritable forêt de bananiers. Et non, ce n’était pas à Kibungo mais bien à Gitarama, dans la commune de Mukingi. Un bon souvenir que je garde dans ma tête avec celui de sa maman si accueillante et à l’affection débordante.

Telle mère, telle fille : je n’ai jamais vu quelqu’un d’aussi fort caractère, courageuse, charismatique, aimable, rassembleuse… bref une leader-née que Felicula Nyiramutarambirwa. Et son parcours est impressionnant. Elle était auxiliaire de l’Apostolat, ce qu’on appelait communément ‘’abakobwa ba Musenyeri’’. Elle fut professeure et directrice de l’École sociale de Karubanda à Butare, une école secondaire pour jeunes filles. Elle a quitté la direction de l’école quand elle fut élue Députée au Conseil National de Développement (CND) pour représenter la préfecture de Gitarama où elle remplit cette fonction avec brio, en vraie représentante du peuple.

Felicula Nyiramutarambirwa avait le courage de penser en dehors du système, de le remettre en cause, et surtout de modifier le statu quo. Elle n’avait pas peur de sortir des sentiers battus pour trouver des solutions innovantes. C’est pour cette raison qu’elle a bataillé, malgré l’échec de ses efforts, contre la dot à la rwandaise car elle considérait que la femme était traitée telle une marchandise. Elle avait une confiance en elle qui suscitait l’admiration. Felicula Nyiramutarambirwa savait ce qu’elle voulait et ce qu’elle pouvait apporter aux autres en faisant preuve d’un leadership orienté vers le résultat. Elle n’en considérait pas moins les avis des autres tout en nourrissant les relations personnelles qui construisent les équipes soudées par l’atteinte d’objectifs communs.

Félicula Nyiramutarambirwa montra son leadership, notamment, en réunissant les parents de quatre communes, Mukingi, Tambwe, Ntongwe et Kigoma de la région de Gitarama pour fonder en 1988 une école secondaire privée, le Groupe Scolaire Indangaburezi, de Ruhango. Son premier Directeur n’était autre que le journaliste de la VOA Venuste Nshimiyimana qui lança l’école avec 80 élèves alors qu’elle en compte aujourd’hui près de 2500, allant du cycle secondaire à l’université. L’église fournit le terrain et l’école fut construite à crédit par feu Ignace Rulinda (RIP) qui avait beaucoup d’affection pour Felicula Nyiramutarambirwa.

Felicula Nyiramutarambirwa fait partie des trois samaritaines qui ont eu l’initiative de venir en aide aux femmes du Rwanda en détresse en fondant l’organisation Umushumba mwiza – Le bon Pasteur. L’idée même en est attribuable à une autre grande dame au grand cœur, Thérèse Mujawayezu, qui en a fit part à son amie la Reine Gicanda Rosalie ainsi qu’à la Députée Felicula Nyiramutarambirwa. Les trois compères en ont recruté sept autres, dont trois prêtres, et ce sont ces dix âmes charitables qui en sont venus à créer l’association du Bon Pasteur.

Mais pour beaucoup, la réalisation la plus spectaculaire de Nyiramutambirwa est la création en 1987 au Rwanda, avec la complicité de près de 30 personnes, d’une institution de Microfinance appelée DUTERIMBERE. Cette dernière existe toujours et compte parmi les plus importantes au pays. Afin de bien saisir l’ampleur des retombés de ce projet et l’impact de Felicula Nyiramutarambirwa sur la vie des gens, il suffit de lire ces quelques mots de l’américaine Jacqueline Novogratz, fondatrice et PDG d’Acumen, une association à but non lucratif américaine pour aider les pauvres par la promotion de l’entreprenariat:

” 1986. Kigali, Rwanda. I am standing in a field on a blue-sky day, surrounded by tall, yellow sunflowers. I am a twenty-five-year-old former banker dressed in a flowery skirt, wearing flat, mud-speckled white shoes, my head filled with dreams of changing the world. Beside me is an apple-cheeked, bespectacled nun in a brown habit smiling broadly. Her name is Felicula, and I adore her for taking me under her wing. Along with a few other Rwandan women, she and I are planning to build the first microfinance bank in the country. Today, we’re visiting a sunflower oil-pressing business, the kind of tiny venture our bank might one day support. We plan to call the microfinance organization Duterimbere meaning “to go forward with enthusiasm.”

All I see is upside.

  1. Kigali, Rwanda. I am standing at an outdoor reception on a starry night, surrounded by men and women in dark suits. I am the fifty-five-year-old CEO of Acumen, a global nonprofit seeking to change the way the world tackles poverty. Rwanda’s president, Paul Kagame, and his top ministers are at the reception to meet potential investors in a new $70 million impact fund Acumen is building to bring solar electricity to more than ten million low-income people in East Africa ”.

Ces mots sont extraits de son livre “Manifesto for a Moral Revolution”. Et voilà! Quoi dire de plus? Le Rwanda a de quoi être fier de cette femme exceptionnelle qui a changé la vie de beaucoup de gens de son vivant et même au-delà, jusqu’à aujourd’hui. Malheureusement, comme bien d’autres héros, Felicula Nyiramutarambirwa connut une fin tragique, en 1989. Elle est tuée dans un accident de voiture aux circonstances encore non élucidées. Peu de temps après sa mort, le directeur du Groupe Scolaire Indangaburezi a mobilisé les membres de l’organisation ainsi que d’autres rwandais pour mettre en place la Fondation Felicula Nyiramutarambirwa ayant pour objectif de poursuivre son œuvre d’éducation auprès des enfants rwandais.

Toutefois, alors que le communiqué annonçant la tenue de l’assemblée constituante de la Fondation venait de passer à la radio nationale et que des bienfaiteurs avait déjà commencé à verser leurs contributions, des responsables des Services de renseignements sont venus solliciter le report des assises. Le directeur a tout bonnement refusé. Par après, l’évêque de Kabyayi, Monseigneur Thaddée Nsengiyumva, s’est déplacé à Ruhango pour demander au directeur de reporter la création de la Fondation. Monseigneur Thaddée a également exigé qu’un autre communiqué soit transmis à la radio pour annuler la première annonce. On évoquait alors que la création de la Fondation pourrait entraîner des émeutes. Le régime soupçonnait également, sans chercher vraiment à l’expliquer, que le nouvel organisme risquait de jeter les bases à la création d’un parti politique qui pourrait fédérer les gens de la région de Gitarama.

Et voilà comment la paranoïa empêcha qu’une belle action voit le jour, et ce au nom de Felicula Nyiramutarambirwa. Qu’importe, ses œuvres d’hier à aujourd’hui parlent d’elles-mêmes. C’est l’une des femmes rwandaises qui, par ses actions remarquables, mérite que son nom figure avantageusement dans la liste des Héros du pays. C’est avec humilité que je vous demande de rendre hommage à cette dame aux valeurs humaines hors du commun. Une véritable inspiration pour les jeunes filles rwandaises. En ce qui me concerne, je salue son engagement en politique comme grande pionnière. Ce sont des femmes comme Felicula Nyiramutarambirwa dont nous avons besoin. Des femmes de conviction au service du peuple.

Felicula Nyiramutarambirwa, niyubahwe!

Ariane Mukundente

Like the U.S., Rwanda is in a pitched battle over its history

Controlling the historical narrative in Rwanda is key to the regime’s power

Image without a caption

By Tom ZoellnerTom Zoellner is professor of English at Chapman University and the author of “Island on Fire: The Revolt That Ended Slavery in the British Empire.”July 12, 2021 at 6:00 a.m. EDT2

Tucker Carlson recently went on an attention-grabbing screed about how America’s history of racism gets taught. He garnered headlines by calling Gen. Mark Milley, chairman of the Joint Chiefs Staff, “stupid” and “a pig” for defending a class on the subject taught at the U.S. Military Academy. Carlson then made a comparison of America to another country that managed to be both absurd — and surprisingly apt:

“The question is, and this is the question we should be meditating on, day in and day out, is how do we get out of this vortex, the cycle, before it’s too late? How do we save this country before we become Rwanda?”

The absurd part is what Carlson was trying to say: that the teaching of critical race theory in schools and universities would lead to oppressed people of color picking up machetes to slaughter White people, an ethnic cleansing that would resemble the 1994 genocide in the small East African nation of Rwanda, in which 800,000 people were slaughtered at the urging of a government made up of the majority Hutu ethnicity.

Rwanda holds an important lesson for America’s culture wars today, but not in the way Carlson thinks. Rather, in Rwanda, political leaders have rewritten the country’s history to gain political power, just as the right wing is now attempting to do in the United States. In fact, the greatest asset of the dictatorship in today’s Rwanda is its mastery of the past. “Within Rwanda today, hegemonic power relies for much of its justification on a certain reading of history,” the Smith College scholar David Newbury has concluded.

Continue reading

UK is disappointed in Rwanda’s noncompliance with UPR recommendations

UN Human Rights Council: Universal Periodic Review Adoption – Rwanda

The UK’s International Ambassador for Human Rights, Rita French, delivered this statement during the Universal Periodic Review Adoption for Rwanda.

Rita French

Thank you, Madam President.

The United Kingdom welcomes Rwanda’s engagement with the UPR, including collaboration between the Government and civil society on human rights. The UK reiterates its commitment to work constructively with Rwanda to support UPR implementation.

The UK is pleased that Rwanda fully supports our recommendation to protect and enable journalists to work freely, without fear of retribution, and ensure that State authorities comply with the access to information law. This is an important step to promote freedom of speech, including allowing space for critical voices.

We regret that Rwanda did not support our recommendation, which was also made by other States, to conduct transparent, credible and independent investigations into allegations of human rights violations including deaths in custody and torture.

We welcome that Rwanda accepted recommendations from other countries on combatting human trafficking, but we were disappointed that Rwanda did not support the UK recommendation to screen, identify and provide support to trafficking victims, including those held in Government transit centres. In recognising the progress made by Rwanda, the UK encourages Rwanda to submit an optional mid-term report to provide an update on implementation of recommendations, between reviews.

Thank you.

https://www.gov.uk

Résolutions du congrès du Parti Ishema qui s’est tenu à Paris du 1 au 3 Juillet 2021.

RWANDA: Madame Nadine Claire KASINGE annonce sa candidature aux présidentielles de 2024

NOUS NE CEDERONS JAMAIS AUX CAPRICES DU FPR QUI NOUS POUSSE A ABANDONNER NOTRE LUTTE POLITIQUE LEGITIME.

Résolutions du congrès du Parti Ishema qui s’est tenu à Paris du 1 au 3 Juillet 2021

************************************************************

Vu les articles 46, 50, 51 et 52 des statuts du parti adoptés le 28 avril 2013 concernant les prérogatives du Congrès du Parti Ishema du Rwanda et les articles 59, 60, 61 et 62 du Règlement d’ordre intérieur du 28 janvier 2018 en sa dernière version ;

Nous Abataripfana et Indemyarugamba réunis en congrès ordinaire du Parti Ishema tenu du 1er au 3 juillet 2021 ;

Après de longues discussions et des échanges constructifs sur les problèmes cruciaux auxquels font face les Rwandais aujourd’hui, problèmes résultant essentiellement de la dictature fondée sur le mensonge et la terreur, dictature qui tue, terrorise, appauvrit, vole et spolie le peuple rwandais ;

Ayant constaté que le parti unique FPR-Inkotanyi a pris le pouvoir par les armes et instrumentalise le génocide pour s’éterniser à la tête du pays au détriment des valeurs et principes républicains et démocratiques que le peuple a adoptés ;

Faisant état de la situation que les hommes et femmes politiques de l’opposition endurent au quotidien, leurs droits étant bafoués, qu’ils sont terrorisés, accusés injustement, emprisonnés, portés disparus et/ou assassinés ;

Vu que le parti FPR-Inkotanyi a choisi de gouverner le pays selon le modèle du régime monarchique révolu, ignorant à dessin les exploits des Pères de la République et leur lutte acharnée finalement couronnée par le Référendum du 25 septembre 1961 qui a confirmé la volonté du peuple de rejeter la monarchie et ses pratiques tyranniques ;

Vu qu’aujourd’hui ce même peuple est de nouveau privé des acquis de la République ;

Rappelant au peuple rwandais que le parti FPR-Inkotanyi a montré son intention de fermer l’espace politique à jamais en nous refusant à deux reprises l’entrée au pays pour participer à la vie politique bien que cela soit notre droit inaliénable reconnu par la Constitution du Rwanda et les accords internationaux ratifiés par le Rwanda ;

Le Congrès décide de ce qui suit :

  1. Ne jamais renoncer au droit d’aller mener notre lutte politique au Rwanda jusqu’à ce que le pouvoir soit remis entre les mains du peuple. Nous refusons de donner au FPR le CADEAU PRECIEUX d’abandonner le combat pacifique pour la démocratie.
  2. Participer à toutes les élections. A cet effet, nous élisons et présentons au peuple rwandais et au monde entier le candidat qui représentera le parti Ishema aux élections présidentielles prévues en 2024 en la personne de Madame Nadine Claire KASINGE.
  3. Présenter au peuple notre projet “Démocratie des jumeaux” amélioré afin de mettre fin au cycle vicieux rwandais de violences basé sur le manque de la volonté politique de partager le pouvoir entre hutu et tutsi.

Le Congrès demande :

a.   Aux organisations internationales : L’organisation des nations unies (ONU), L’Union africaine (UA), L’Union Européenne (UE) et toutes les autres organisations de nous soutenir dans notre lutte de mener le Rwanda à un changement pacifique nécessaire.

b.  A tous les hommes et femmes politiques rwandais de se rallier à notre cause pour l’ouverture du terrain politique au Rwanda jusqu’à ce que le pouvoir soit remis entre les mains du peuple.

Fait à Paris le 04 juillet 2021

Valence Maniragena

Porte-parole du Congrès

Bienvenue au Gondwana, la chanson de Karasira vous est présentée par Aliane Isimbi

Gondwana by KARASIRA. Texte d’Aliane ISIMBI

Je ne suis pas politicienne.
Je veux seulement partager avec vous la souffrance d’un homme, un orphelin enfant qui avait reussi à s’en sortir, mais qui se retrouve detenu injustement au Rwanda à cause de ses idées pleines de vérité, d’unité, d’amour et de réconciliation. Le cas de Karasira n’est pas un cas isolé au Rwanda. Kizito nous a déjà quitté, Niyomugabo n’est plus de ce monde également.
Quant à Ntamuhanga, est-ce qu’il respire encore? Bahati, où est tu?

Idamange est ce que tu seras condamnée pour ton dévouement aux plus déminus? Notre mère Teresa!

Ils ont en commun d’être des orphelins de génocide. Ils sont si généreux avec un coeur en or.
Pour eux, tous les rwandais sont égaux quelque soit leur ethnie et nous sommes tous enfants de Dieu avant d’être rwandais. Ils demandent un traitement égal et équitable de tous les rwandais sans distinction ethnique et social. Ils sont remplis d’humanité.
Pour eux, il n’y a pas de vraie réconciliation sans la vraie vérité.
Malheureusement, la plus part d’entre eux croupissent en prison au Rwanda aujourd’hui à cause de leur humanité.
D’autres ont été assassinés ou sont portes disparus.

Dans un monde idéal, vous recevriez des prix nobels. Karasira aurait eu son propre labo de recherche et plein de prix, il se serait marié mais je suis sure que sa femme lui aurait reproché d’être trop au service des autres et de l’oublier avec ses enfants. Je suis triste encore car Karasira nous a dit souvent qu’il est hors de question pour lui de se marier et fonder une famille tant qu’il serait au Rwanda surtout à cause de la tragédie familiale qu’il a connu et il ne veut pas imposer la même souffrance qu’il vit à ses anges innocents qui n’ont pas demandé à venir au monde dans un enfer qui est le quotidien. Qui peutt le blamer pour ça? Il ferait un pére parfait dont chaque enfant serait fier!
Kizito aurait eu de beaux enfants et sa maison aurait été égaillé de joie et de bonheur avec des chants de louange avec des voix magnifiques de ses petits princes et princesses. La beauté physiquement de sa femme et sa generosité auraient rendu son foyer plus heureux encore. Pendant quelques instants, il m’arrive de rêver de cet avenir merveilleux qu’on leur a volé et privé.

Pourquoi tant de mal? pourquoi tuez vous et emprisonnez ces princes et princesses de coeur?

Tu as dit à Shyaka qu’il ne faut pas pleurer dans les moments difficiles pourtant il m’arrive de pleurer quand je pense à tout le mal que le système politique et la mauvaise gouvernance au Rwanda t’ont fait à toi et à ta chère famille.
Que tes êtres chers continuent de réposer en paix.
Je me sens dépassée par la cruauté de l’homme.
Les génocides commis au Rwanda, c’est la plus grande honte mondiale.

Tristesse et découragement m’envahissent. Tu n’aurais pas dû naître dans le mauvais pays le Rwanda, un pays si beau mais trop de sang y a coulé et ça continue. Cette tâche rouge salisse cette beauté naturelle.

Mon dernier hommage à toi mais tu es dans mes pensées tous les jours et je supplie le ciel que tu sois libéré vite. Tu n’as tué, ni volé personne.

Ton seul crime est d’avoir dit la vérité.
Pourquoi est ce que l’être humain est si méchant, comment peu t -on faire du mal à un orphelin? Vouloir le tuer pour la deuxième fois?

Le chemin de croix de Karasira:
Ses parents ont été soupçonnés d’être des espions du FPR dans les années 90 après l’attaque du FPR et rejetés par ses voisins qui se sont donnés à cœur joie à massacrer le jardin familial. Se sentant menacée et en insécurité, la famille a dû déménager par peur que le pire n’arrive. Pire qui arrivant quelques années plus tard par le Fpr qui pourtant censé avoir arrêté le génocide a tué les parents tusti de Karasira et sa soeur et le laissant depourvu et abondonné à lui même.
Son petit frère Aimé qui a survecu avec lui en a gardé des sequelles et troubles pyschologiques irreversibles. Grandir sans sa mère et son père, lui qui n’avait que deux ans l’ont privé d’un accompagnement affectif, émotionnel et soutien dont tout enfant a besoin. Aimé n’est pas mort physiquement mais il semble être détruit psychologiquement à tout jamais et vit dans la plus grande peur et peur plus intense encore depuis que son grand frère KARASIRA Aimable qui represente à la fois la figure paternel et maternel qu’il a perdu a été emprisonné injustement.

Encore une fois, Aimé se retrouve seul au monde et orphelin pour la deuxième fois.
Mais Dieu n’oublie pas ses enfants surtout les orphelins.

Assassinat des parents, frères et sœurs par le FPR, rejet social et professionnel, emprisonnement abusif pour le faire taire.

Karasira est un orphelin, un activiste, juste et humble de cœur et plein d’humanité. Il y a quelque chose de rare dans ses vrais victimes du génocide rwandais: ils sont pleins d’amour et sont sans rancune. Ils ont compris que tous les politiciens sont tous les mêmes et il vaut mieux s’en éloigner et vivre en paix et en harmonie avec ses compatriotes, voisins et même la diaspora politique et économique. Karasira dit souvent que personne ne peut être l’ ennemi de son pays natal ou d’adoption. Les gens sont seulement contre le mauvais système politique de gouvernance.

Les politiciens ne pensent qu’à leurs propres intérêts et sont champions de promesses non tenues. Que du bla bla comme le dit Tiken Jah et le petit peuple en paye le plus lourd.

Il a pu étudier grâce à sa motivation et devenu professeur d’informatique à l’université nationale du Rwanda. Il n’a reçu aucun soutien quelconque pour ses études et a été jusqu’à aujourd’hui victime de discrimination du fait des assassins de sa famille quand il était à l’école, dans le monde professionnel et social. Seul au monde, il se réfugia alors dans l’écriture des chansons et fut rappeur. Beaucoup le connaissent sur le surnom de professor nigga avec un style particulier.

Malheureusement, il fut renvoyé de son poste de professeur à l’université au Rwanda à cause de sa liberté de penser sur sa chaîne youtube qui avait pour objectif d’informer le peuple sur la vérité de l’histoire du Rwanda et chercher du soutien financier aux plus démunis tout en contribuant à la construction de l’unité du peuple rwandais fondée sur la vérité. Du fait d’avoir été victime de deux systèmes politiques, cela lui a permis de savoir la valeur de l’autre sans différenciation ethnique et que la division éthinque est mise en place pour diviser et manipuler le peuple.

Karasira n’est pas un politicien, il n’a aucune affiliation politique. Je dirai plutôt un grand penseur. Le Rwanda a la chance de t’avoir.

Avec son franc parler, il critique sans ménager mais de façon constructive le FPR, l’ancien régime et l’opposition qui travaille en exil aujourd’hui. Il déteste les inégalités, l’injustice, le mensonge et l’hypocrisie.
Ses critiques s’accompagnent de plans d’action d’amélioration. Il fait parti de rares rwandais dont le Rwanda n’aura plus jamais encore. Nous sommes fiers et reconnaissants envers Dieu de t’avoir au Rwanda. Qui sait notre futur Mandela.

C’est aussi un grand artiste.
Je vous fais découvrir et partager une de ses chansons que je ne cesse d’écouter depuis ce weekend bien que certains d’entre vous la connaissent déjà:” Gondowana”.

Il y a une traduction en français pour ceux qui ne parlent pas le Kinyarwanda.

Ses chansons sont parfois philosophiques et remplies d’une intelligence incroyable.
Cette chanson a été écrite et chantée par Karasira lui-même. On peut entendre cette humanité et cet amour dans cette voix si douce et si tendre dans cette chanson.

Bien que les systèmes politiques au Rwanda l’aient dépouillé et volé ce qu’on a de plus cher au monde: ses parents, frères et sœurs et aujourd’hui, il est détenu au Rwanda par le système politique en place qui veut le faire taire car ils doivent considérer notre apôtre de la vérité KARASIRA Aimable comme une menace contre leur abus de pouvoir et alienement du peuple et son exploitation. Karasira reconnaît pourtant qu’il y a quelques progrès positifs mais tout n’es pas si rose que ça aux pays de Milles collines.
Un grand travail de réconciliation reste à faire et il détecte les inégalités sociales comme une menace dangereuse qu’il ne faut pas négliger qui pourrait provoquer le soulèvement du peuple exploité et du sang va encore couler.

Son plus grand crime est d’avoir révélé au monde que le système politique en place aujourd’hui au Rwanda a assassiné ses parents et sa sœur.

Bienvenus au Gondwana,

Bienvenus au Gondwana (en Kinyarwanda)

Igihugu kitabaho
Kiri mu bitekerezo
Oh Bya Karasira

Gondawana, Gondawana
Ntago usanzwe Gondawana
Gondawana Gondawana Gondawana
Ni ubudasa gusa gusa (2X igitero)

Muri Gondawana abenshi barabihiwe
Bacye nibo baryohehewe muri Gondawana
Abaduhuje n’agatsiko,
Abo baba bakoze sakirirego
Muri Gondawana amateka ashrirwaho
N’abatsindishije umuheto

Gondawana Gondawana
Ntago usanzwe Gondawana
Gondawana Gondawana Gondawana
Ni ubudasa gusa gusa (2X igitero)

Muri Gondawana, amategeko ntakurikizwa
Hakutikizwa amabwiriza
Byose byubakiye ku kinyoma
Ikinyoma gusa gusa
Muri Gondawana, buru wese ni maneko
Buri wese n’ijisho ry’undi

Gondawana Gondawana
Ntago usanzwe Gondawana
Gondawana Gondawana Gondawana
Ni ubudasa gusa gusa (2X igitero)

Muri Gondawana humana rights ni inzozi
Democratie nay o ni inzozi
Gushimuti i agakino
Akarengane ni agakino
Muri Gondawana, hari abarya ntibahage
Bazarya n’akataribwa

Gondawana Gondawana
Ntago usanzwe Gondawana
Gondawana Gondawana Gondawana

Bienvenus au Gondwana version française
Un pays qui n’existe pas
Un pays imaginaire
Oh Bya Karasira

Gondawana, Gondawana
Gondawan tu es incroyable
Gondawana Gondawana Gondawana
Rien n’est jamais pareil (2X le réfrain)

La plupart des habitants du Gondawana sont malheureux, seulement une petite minorité est épanouie
Être contre le système, c’est commettre un sacrilège
Au Gondawana, l’histoire est écrite par ceux qui ont ont pris le pouvoir par les armes.

Gondawana, Gondawana
Gondawan tu es incroyable
Gondawana Gondawana Gondawana
Rien n’est jamais pareil (2X le refrain)

Au Gondwana, les lois ne sont pas respectées, on pratique plutôt l’abus de pouvoir.
Tout est basé sur le mensonge
Seulement le mensonge.
Au Gondwana, chacun est espion de l’autre
Chacun surveille l’autre.

Gondawana, Gondawana
Gondawan tu es incroyable
Gondawana Gondawana Gondawana
Rien n’est jamais pareil (2X le refrain)

Au Gondawana, les droits de l’homme n’existent pas
La Démocratie est un rêve,
Les enlèvements sont un jeu
L’injustice est un jeu
Au Gondwana, il y a certains qui mangent et qui ne sont jamais rassasiés
Ils mangeront même le fruit défendu.

Gondawana, Gondawana
Gondawan tu es incroyable
Gondawana Gondawana Gondawana
Rien n’est jamais pareil (2X le refrain)

Bienvenus au Gondwana,
Un pays qui n’existe
Qui est dans mon imagination
Oh par Karasira

Madame Nadine Claire KASINGE, ni we Kandida w’ishyaka ISHEMA mu matora ya Perezida ya 2024.

“Ntituzigera na rimwe tuzibukira urubuga rwa politiki nk’uko Inkotanyi zibyifuza”.

IMYANZURO YA KONGERE Y’ISHYAKA ISHEMA YATERANYE KUVA TARIKI YA 1 KUGEZA KUYA 3 NYAKANGA 2021

************************************************************

Dushingiye ku ngingo za 46, 50, 51 na 52 z’Itegeko-shingiro ryo kuwa 28/4/2013 zigena ububasha n’inshingano za Kongere y’Ishyaka Ishema ry’u Rwanda, n’ingingo za 59, 60, 61 na 62 z’Itegeko Ngengamikorere ryo kuwa 28/01/2018 nk’uko ryavuguruwe kugeza ubu,

Twebwe Abataripfana n’Indemyarugamba bitabiriye Kongere isanzwe y’Ishyaka Ishema yateranye guhera taliki ya 01 kugeza kuya 03 Nyakanga 2021,

Tumaze kuganira bihagije no kungurana ibitekerezo ku bibazo bibangamiye abanyarwanda muri kino gihe, bishingiye ahanini ku butegetsi bw’igitugu bwubakiye ku kinyoma n’iterabwoba, bwica, bugatoteza, bugakenesha, bukiba kandi bukambura rubanda;

Tumaze kubona ko Ishyaka rukumbi FPR-Inkotanyi ryafashe ubutegetsi ku ngufu kandi rikabugumana ryonyine ryitwaje intwaro ya jenoside,

Twongeye kuzirikana uko Abanyapolitiki batavuga rumwe n’ubutegetsi bw’igitugu bwa FPR-Inkotanyi bamburwa uburenganzira bwabo, bagashyirwaho iterabwoba rihoraho, bagahimbirwa ibyaha, bagafungirwa ubusa, bakarigiswa, bakicwa baciwe amajosi cyangwa banigishijwe ibiziriko;

Nyuma yo kubona ko ishyaka rya FPR Inkotanyi ryahisemo umurongo wo gutegeka igihugu nko mu bihe by’ingoma ya cyami, bukirengagiza Repubulika abakurambere bacu baharaniye maze binyuze muri kamarampaka Rubanda igahigika umwami na Kalinga ku mugaragaro, none ubu rubanda ikaba yarahinduwe inkomamashyi n’abagererwa mu gihugu cyabo;

Tuributsa Rubanda ko ishyaka rya FPR Inkotanyi ryafunze urubuga rwa politiki rikadukumira kujya gukorera politiki mu Rwanda inshuro ebyiri zose kandi nyamara ari uburenganzira bwacu ndakuka twemererwa n’itegekonshinga rya Repubulika y’u Rwanda n’amasezerano mpuzamahanga u Rwanda rwashyizeho umukono.

Kubera izo mpamvu Kongere ifashe ibyemezo bikurikira:

  1. Kutava ku izima ngo duhare uburenganzira bwacu bwo kujya gukorera politiki mu Rwanda kugeza ubutegetsi busubijwe Rubanda. Bityo ntituzigera na rimwe tuzibukira urubuga rwa politiki nk’uko Inkotanyi zibyifuza.
  2. Guhatanira ubuyobozi bw’igihugu mu matora yose. Dutoye kandi tweretse rubanda Umukandida uzahagararira Ishyaka Ishema mu matora y’Umukuru w’igihuguku azaba mu mwaka wa 2024, ari we Madame NADINE Claire KASINGE.
  3. Tuvuguruye umushinga wa Demokarasi y’impanga mu rwego rwo kurangiza burundu amakimbirane ashingiye ku kunanirwa gusangira ubutegetsi hagati y’Abahutu n’Abatutsi.

TURASABA:

  1. Umuryango w’Abibumbye (UN), Umuryango w’ubumwe bwa Afurika (AU), Umuryango w’ubumwe bw’uburayi (EU) n’indi miryango yose nterankunga, kudushyigikira muri uru rugamba rwo guhatanira impinduka nziza mu gihugu cy’u Rwanda.
  2. Abandi banyapolitiki kudushyigikira muri uru rugamba rwo gufungura urubuga rwa politiki mu Rwanda kugeza ubutegetsi bushubijwe mu maboko ya Rubanda.

Bikozwe tariki ya 03 Nyakanga 2021

Valence MANIRAGENA,

Umuvugizi wa Kongere

Source: Ishema Party